Arnold Paole - Le vampire

Une histoire de vampire reconnue par les médecins de l'époque


 

Arnold Paole, Arnaut Pavle ou Arnont Paule est un vampire célèbre qui aurait sévit en Serbie, dans le petit village de Meduegna (aujourd'hui Medvegja). Il acquit une grande célébrité du fait que les autorités autrichiennes ainsi que deux médecins ont enquêté sur l'affaire et conclus que c'était bien un cas de vampirisme. Ce cas étant fort bien documenté, il a grandement aidé à la propagation du mythe des vampires chez les européens instruits. Les principales connaissances sur cette histoire proviennent des rapports de deux médecins militaires autrichiens, Glaser et Fluckinger, qui ont été successivement envoyés pour enquêter sur l'affaire. Cette histoire a marquée un précédant dans les croyances populaires entourant les morts-vivants.
 

Cette histoire commence aux environs de 1725, lorsqu'un soldat du nom de Arnold Paole retourne chez lui après avoir complété son service militaire. Peu après son arrivé, Arnold confie une étrange histoire à ses proches. Il raconte qu'il s'est fait attaquer et mordre par un vampire, mais qu'il réussit quand même à se défendre pour finalement tuer son agresseur. Afin de contrer la malédiction, il affirme avoir pratiqué un rituel qui consiste à se frictionner le corps avec le sang du vampire et manger de la terre de son tombeau. Malgré tout, il craint la malédiction et de devenir un vampire à son tour lorsqu'il sera mort. Malheureusement pour lui, sa fin allait venir beaucoup plus rapidement qu'il l'aurait cru. Quelques mois après son retour de l'armée, il tombe d'une charrette et se casse le cou.

Au cours du mois suivant sa mort, quatre personnes se plaignent d'avoir été attaquées par Arnold Paole. Ils souffrent d'un curieux mal et ils mourront tous moins de 10 jours après ces mystérieuses attaques. Ces faits mettent rapidement les villageois en alerte, et suivant les conseils d'un homme ayant supposément déjà eu affaire à ce genre de monstres, ils décident  d'exhumer le corps de Paole et de pratiquer sur lui un rituel afin de l'empêcher de faire encore plus de mal.

 

Quarante jours après son enterrement, des hommes se rendent donc au cimetière pour déterrer la dépouille du supposé vampire. Une fois le cadavre exhumé, les villageois constatent avec effroi que le corps n'est pas du tout décomposé. Du sang frais coule de ses yeux, son nez, sa bouche et ses oreilles. Il y a du sang partout dans le cercueil, sa barbe, ses cheveux et ses ongles semblent avoir continué à pousser. Il a la bouche grande ouverte et une malveillante expression semble habiter son visage. On donne l'ordre de lui enfoncer un pieu dans le coeur et de rependre de l'ail sur son cadavre. Lorsque le pieu perfore son coeur, Paole pousse un cri à glacer le sang, comme s’il n'était pas du tout mort. Les hommes le saisissent alors et lui coupent la tête, avant de brûler son corps. Pour prévenir l'apparition d'autres vampires, les villageois déterrent les quatre victimes du vampire et procède au même rituel.


Mais les vampires persistent...


Les quelques années suivantes se passèrent bien, mais les villageois de Meduegna n'en avaient pas fini avec les vampires. Durant l'hiver de 1731, un curieux mal s'abatis sur certains villageois. Les premières victimes de l'épidémie moururent rapidement, dans un délai d'environ trois jours. Le tout commence par une femme de cinquante ans nommée Milica, qui semblait plutôt bien. Peu de temps après, c'est au tour de trois adolescents, tous âgés d'environ 15 ans, d'être touché par la mort. Les symptômes varient d'un malade à l'autre. On raconte que certains portent des signes évidents de vampirisme. Pendant la même période, une femme, du nom de Stana, meurt en accouchant d'un bébé mort-né. Cette mort fut aussi imputée à la malédiction des vampires, ainsi que six autres malades qui succomberont de la maladie dans les mois qui suivront.


Les rumeurs vont bon train, un vampire guette le village. On raconte que Milica et Stana seraient au coeur de cette épidémie de vampirisme. Même si Milica était bien appréciée dans son voisinage, des gens affirment qu'elle aurait  déclaré avoir mangé deux moutons qui avaient été tués par des vampires. On raconte aussi que Stana avait déjà révélé s'être barbouillée le visage avec du sang de vampire, afin de se protéger de ces créatures démoniaques. Mais selon les croyances populaires de l'endroit, ces deux actions auraient plutôt eu l'effet de leur transmettre la malédiction. Quelques jours plus tard, un soir à minuit, une femme prise d'une panique soudaine se réveille en hurlant d'horreur. Elle prétend avoir été attaquée dans son sommeil et étranglée par l'une des victimes du vampire.  Elle décède trois jours après cet incident. Une autre victime se plaint de grandes douleurs, semblables à des coups de couteau, a de la fièvre et des tremblements.


L'histoire prend alors beaucoup d'importance et les autorités chargent le docteur Glaser d'enquêter sur l'affaire. Il fait le tour des maisons, parle aux familles des victimes et aux voisins. Selon lui, la mystérieuse épidémie a fait 13 victimes et est probablement due à de la malnutrition. Cette déclaration est loin d'attirer la sympathie des villageois et ne les rassure pas. Le vampire guette et les villageois ont peur, ils réclament que les autorités tuent ces monstres afin de leur garantir la paix. Ils menacent même de quitter définitivement le village si rien n'est fait.


Glaser accepte donc, un peu à contrecœur, d'exhumer certains des corps afin de pouvoir les examinés. À sa grande surprise, il constate que la plupart d'entre eux ne sont pas en décomposition, ils sont enflés avec du sang dans la bouche. Seulement trois des cercueils inspectés démontrent une décomposition normale. Dans son rapport, il demande à ce que le souhait des villageois soit exaucé et que les vampires soient exécutés afin de rassurer la population. Peu convaincus, ses patrons envoient donc une deuxième équipe d'enquêteurs, dirigée par le docteur Fluckinger.


Cette nouvelle commission décide donc d'aller jeter un coup d'oeil aux cadavres. Fluckinger constate 17 morts, soit quatre de plus que son prédécesseur. Ils découvrent donc que cinq des cadavres sont normalement décomposés, mais que les douze autres sont encore parfaitement conservés et présentent plusieurs signes de vampirisme. Leurs organes semblent remplis de sang frais et non coagulé. Leur peau est belle et semble bien vivante.  Dans le cas de Milica, la toute première victime, elle semble en meilleure santé qu'avant sa mort. Elle qui avait toujours été maigre a maintenant de jolies rondeurs. On donne l'ordre que les corps décomposés soient retournés à la terre et que les vampires soient exécutés. Les hommes coupent les têtes des cadavres suspects et brûlent leurs corps. Leurs cendres sont jetées dans la rivière Morava. On tente également de retrouver le corps du bébé  de Stana mais ce dernier n'est pas au cimetière. Puisqu'il n'était pas baptisé, son corps avait été enterré à côté d'une clôture. Les enquêteurs apprennent alors qu'il fut déterré et mangé par des chiens. L'affaire fut officiellement close le 26 janvier 1732 et les manifestations de vampire cessèrent pour de bon.


Avec l'avancement de la science, les différentes étapes de la décomposition d'un corps humain sont beaucoup mieux connues et cette histoire devient plus compréhensible. Personne ne sait quel mal a réellement frappé le petit village de Meduegna, mais il est probable que les observations du docteur Glaser soient pertinentes et que ces gens ont souffert de malnutrition pendant l'hiver. Un autre cas de décomposition étonnante  est celui de Élizabeth Siddal, tel que présenté dans l'article sur le vampire de Highgate.

 

 

 

David Magny © Dark-Stories.com - Jeudi 21 février 2013
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Sources et autres références:

en.wikipedia.org
Glaser's report in the original German
Flückinger's report in the original German
Nowosadtko, Jutta. 2004. Der "Vampyrus Serviensis"

Quelques histoires sélectionnées au hasard