Le vampire du cimetière de Highgate

Évènements paranormaux ou hystérie collective ?



 

Le cimetière d’Highgate, dans le nord de Londres fut fondé en 1836, lorsque la société London Cemetery acheta 17 ancres de terre sur la colline d’Hampstead Hill. Le but était d’en faire l’un des  sept beaux cimetières modernes que la compagnie présentait sous le nom de « Magnificent Seven ». Ces cimetières sont de véritables nécropoles modernes, présentant plusieurs sculptures religieuses, caveaux et tombeaux, tous plus impressionnants les uns que les autres. Les tombeaux familiaux rivalisent de finesse, de beauté et d’originalité artistique. Une section du cimetière est inspirée de l’architecture égyptienne, alors qu’une autre, la plus sinistre de toutes, est destinée aux excommuniés, voleurs et assassins. Le jardinier de cette société était considéré comme un génie d’horticulture, et il transforma le cimetière de Highgate en une oasis paisible de verdure à couper le souffle. Les avenues sont bordées d’arbres, d’arbustes et de sentiers sinueux menant aux différentes parcelles de terrains. En chiffre, le cimetière compte environ 53 000 tombeaux et plus de 170 000 personnes y sont enterrées.

 


Egyptian Avenue, Highgate Cemetary, Londres, Angleterre

 

Mais le cimetière connut quelques problèmes. Durant la Première Guerre mondiale, la main d’œuvre vint à manquer et il fut plus difficile de trouver des fonds pour l’entretien du cimetière. La société connaissait quelques difficultés, car les temps étaient difficiles et la guerre faisait rage, alors la crémation devint une alternative économique à l’enterrement. Le cimetière fut donc délaissé, les fleurs et les arbustes cédèrent leur place aux mauvaises herbes.


Puis, ce fut les vandales qui envahirent Highgate. Durant les années 1960, plusieurs brisèrent des tombes et écrièrent des blasphèmes sur les monuments. L’occultisme était en vogue, et ces groupes d’amateurs de sciences occultes allaient bientôt être au cœur de la mystérieuse histoire du vampire de Highgate Cemetery et de l’hystérie collective de mars 1970.

 

La mystérieuse histoire de Elizabeth Siddal


Cette étonnante affaire s’est déroulée entre 1862 et 1869, ce fut le premier récit relatant une activité paranormale dans le cimetière.

Parmi les âmes enfouies dans le secteur ouest du cimetière se trouve Elizabeth Siddal, muse, maîtresse et, finalement, femme du peintre et poète Dante Gabriel Rossetti (ne pas confondre avec Dante Alighieri, auteur de la Divine Comédie). Surnommée Lizzie, cette dernière avait été séduite par Dante, mais elle avait de la difficulté à être heureuse. Après un accouchement difficile et un enfant mort-né, Lizzie se suicida d’une overdose de laudanum en 1862. Durant le service funéraire, Rossetti, le cœur brisé, place un recueil de poèmes dans le cercueil juste avant de le scellé.

 

Rossetti faiblit après la mort de sa femme, son moral était au plus bas et il consommait de l’alcool ainsi que des drogues. Il était convaincu qu'il devenait aveugle et qu'il était destiné à  devenir poète plutôt que peintre. Son éditeur le convainquit qu’il pourrait devenir célèbre s’il publiait les poèmes qu’il avait écrits dans le manuscrit laissé dans la tombe de sa défunte épouse. En octobre 1869, l’autorisation fut accordée et le cercueil fut exhumé. Cela se déroula pendant la nuit, afin de ne pas bouleverser les voisins ou les clients du cimetière.

 

À la lueur des torches, les gens constatèrent avec stupeur qu’Elizabeth Siddal n’avait rien perdu de sa beauté, son corps était étonnamment bien conservé et ses cheveux semblaient même avoir continué à pousser, à un point tel qu’ils remplissaient une partie du cercueil.


Le manuscrit fut repris et les poèmes publiés par le poète. Certains des poèmes étaient durs à retranscrire, car un ver avait endommagé une partie du livre. Les restes de Lizzie furent retournés au sol froid d’automne. Le succès ne fut pas au rendez-vous, les poèmes  furent particulièrement critiqués pour leurs érotismes et Dante s’en voulut à tout jamais d’avoir exhumé le corps de sa femme. L’histoire avait été divulguée au journal hebdomadaire de Lloyd, probablement par un des hommes qui avaient aidé Dante à récupérer ses poèmes. La nouvelle de cette mystérieuse femme à la beauté immortelle fit le tour de l’Angleterre.

  Beata Beatrix, le plus célèbre des tableau de Rossetti, avec Lizzie pour modèle.

 
Selon Elizabeth Miller, auteure du livre : «  Dracula: Sense and Nonsense », cette histoire aurait inspiré Bram Stoker qui écrivait, au même moment, sa célèbre nouvelle : Dracula. Dans ce livre, une jeune victime du conte, Lucy Westenra, est inhumée dans un cimetière du nom de  « Kingstead Cemetery ». L’écrivain se serait inspiré de ce fait insolite pour imaginer la jeune femme et le cimetière. Cette histoire a marquée un précédant dans les croyances populaires entourant les morts-vivants.


 

La naissance de la légende moderne du vampire de Highgate


Le premier à parler du vampire de Highgate est David Farrant, un de ces jeunes adeptes d’ésotérisme qui avait l’habitude d’errer dans le cimetière. Le 6 février 1970, il écrivit une lettre au Hampstead & Highgate Express afin de raconter une étrange aventure qu’il venait de vivre à Highgate.  Dans cette lettre, il prétendait avoir passé la nuit du 24 décembre 1969 seul dans le cimetière et d’y avoir vu une figure grise qu’il considère comme surnaturelle. Il demandait aussi à ceux qui avaient vécu des expériences similaires de bien vouloir communiquer avec lui. Plusieurs personnes lui ont répondu, prétendant  avoir vu des fantômes et entendu des voix, particulièrement dans le secteur de la rue Lane Swains. Les apparitions étaient variées, l’un prétendait avoir vu un grand spectre qui portait un chapeau,  alors qu’un autre avait vu un cycliste fantôme, une dame blanche, des apparitions de visages entre les barreaux de la clôture, etc. À peine deux correspondaient à la même histoire, mais le cimetière de Highgate était maintenant le centre d’attention des amateurs de paranormal de la région.


Sean Manchester, un autre passionné d’ésotérisme qui habitait près de l’endroit se montra très intéressé par cette affaire et écrivit lui aussi une lettre au Hampstead & Highgate Express, le 27 février 1970. Dans ce message il affirmait qu’un petit groupe d’occultiste avait pratiqué un rituel satanique dans un des caveaux du cimetière, dans l’espoir de ressusciter un cadavre. Ils auraient réveillé le « Vampire, Roi des Mort-Vivants », un puissant seigneur médiéval qui avait autrefois pratiqué la magie noire dans la ville de Valachie, en Roumanie. Ce vampire aurait été introduit en Angleterre vers le début du XVIIIe siècle par ses disciples qui lui avait acheté une maison dans le West End. Il fut ensuite enterré dans le cimetière de Highgate. Maintenant que les occultistes l’avaient réveillé, il fallait découper le vampire en morceaux puis le brûler, déplorant que cela soit maintenant devenu illégal. Lors d’une interview qu’il fit le lendemain, Manchester n’a présenté aucune preuve pour appuyer sa théorie. Il avouera plus tard que l’histoire du « Vampire, Roi des Mort-Vivants » qui provenait de Roumanie n’était que de l’embellissement journalistique.

Mais avec toute cette attention médiatique, les rumeurs vont bon train...

 

       
David Farrant (1995) & Sean Manchester (1992)



On raconte alors qu’un automobiliste aurait vu le vampire sur Milton Park Lane.  Alors qu’il passait près du cimetière, le moteur de sa voiture a commencé à étouffer. L’homme s’est stationné et est sorti du véhicule afin de vérifier ce qui n’allait pas sous le capot. C’est alors qu’il vit une ombre anormalement haute, qui l’observait à travers les portes du cimetière. L’automobiliste fut tellement terrifié qu’il s’enfuit en laissant le capot de sa voiture ouvert.

Deux jeunes filles, qui prenaient un raccourci dans le cimetière pour rentrer à la maison, ont affirmé avoir été poursuivies par une ombre noire. Les ragots prétendent que l’une d’elles aurait eu de nombreuses crises de somnambulisme, qui semblaient toujours l’attirer vers l’un des caveaux du cimetière.

Le 6 mars, le même journal publiait une nouvelle lettre de David Farrant. Ce dernier affirmait avoir trouvé des renards morts. Il prétendait que les renards avaient des blessures à la gorge et avaient été vidés de leur sang.

 

 

La chasse au vampire de mars 1970


Une rivalité apparente s’était installée entre Farrant et Manchester, les deux chasseurs de vampire; chacun prétendant pouvoir détruire ou exorciser l’entité malveillante. Un instituteur nommé Alan Sang a décidé de s’en mêler et d’organiser une chasse au vampire « officielle » le vendredi 13 mars, afin d’en finir définitivement avec cette créature diabolique. Il fut interviewé par la télévision et le London Evening News.


ITV, un réseau indépendant de télévision du Royaume-Uni, diffusa plusieurs reportages sur les évènements entourant cette histoire et d’entretient avec les trois chasseurs de vampire. Un reportage sur la chasse fut diffusé le 13 en début de soirée, et bien vite la police avait peine à contrôler la foule qui s’était rassemblée pour fouiller le cimetière. Selon la théorie de Sang, le vampire avait été chassé de son repaire par toute cette foule, qui allait veiller sur le cimetière toute la nuit. Son plan était donc d’attendre jusqu’à l’aube, quand les premiers rayons de soleil forceraient le vampire à retourner dans sa tanière souterraine. Alors à ce moment, il allait tuer la créature satanique conformément à la tradition, en lui enfonçant un pieu de bois dans le cœur. Les centaines de gens qui étaient réunis n'y allèrent pas de main morte. Ils prirent l’assaut du Highgate Cemetary avec leurs lampes torches, des crucifix, des gousses d’ail et des piquets en bois. À l’aube, le lendemain matin, il n’y avait aucune trace du vampire. Plusieurs affirmaient que cette foule turbulente avait effrayé le vampire.


À la lumière du jour, par contre, on s’aperçu que le cimetière avait été saccagé comme jamais. Dans une orgie de profanation, la foule déchaînée avait causé environ 9000 £ de dommage et avait exhumé les restes d’une femme. Le plomb de certains cercueils avait été volé et des sépultures défigurées par des graffitis stupides. Même si l’affaire s’essouffla après cette étrange nuit, elle allait durer encore bien des années. En effet, Farrant et Manchester continuèrent leurs enquêtes et écrivirent des livres sur le désormais légendaire vampire de Highgate.


En septembre 1970, la police à appréhender David Farrant, qui escaladait le mur du cimetière avec une croix et un pieu de bois. Il fut amené au tribunal et déclara au juge : « Le vampire de Highgate doit être détruit, il est mauvais. »


Deux jours plus tard, il déclara aux journalistes avoir vu le vampire à plusieurs reprises, et l’a décrit comme un personnage sinistre d’environs 2m50 de hauteur. Selon ses dires, le vampire dormait toute la journée, dans les catacombes de Highgate.


Aujourd’hui, Highgate Cemetary est ouvert au public. Dans la partie est se trouve la tombe de Karl Marx, non loin de celle de Vicious, des Sex Pistols. La partie ouest est ouverte uniquement pour des visites guidées. Les gens de l’endroit prétendent que l’histoire du vampire est tout juste une histoire fictive, qui a fait boule de neige grâce à l’hystérie, mais les gens qui auraient vu le monstre de Highgate continuent à affirmer que c’était bien réel et non le résultat d’une hallucination collective.

 

David Magny, pour Dark-Stories.com

Références:

Vampires stories by Tom Slemen
http://www.darkecho.com/darkecho/darkthot/highgate.htm
http://en.wikipedia.org/wiki/Elizabeth_Siddal
http://www.shroudeater.com/chighgat.htm