Le tsunami de Boston

L'inattendue vague de mélasse qui ravagea un quartier de Boston

 

 

 

Au début du XXe siècle, la mélasse est un produit très utilisé aux États-Unis. On la fait fermentée pour obtenir de l'alcool, de l'éthanol et elle est même utilisée dans la fabrication des munitions. C'est la raison pourquoi une distillerie du nom de Purity Distilling Company, installée dans un quartier de Boston,  possède un immense réservoir contenant environ 8 700 000 litres de mélasse.


Cette mélasse s'y trouve depuis environ un an, importée par un homme d'affaires qui a vu une occasion de faire un bénéfice. Cependant, ne sachant pas où stocker toute cette mélasse, il fit construire une immense citerne à la hâte. Ce réservoir, haut de 15 m et d'un diamètre de 27 m, domine une petite rue adjacente à Commercial Street, une rue achalandée du nord de Boston. Le réservoir a cependant de nombreuses fuites alors la compagnie décide de le peinturer complètement en gris afin de camoufler ces anomalies. La majorité des habitants du quartier ne semblent pas trop s'en soucier, même que plusieurs en profitent pour aller recueillir de la mélasse gratuitement, là où les fuites sont accessibles. D'autres cependant craignent cet immense citerne car ils ont entendu des grognements étranges provenant de celle-ci.

 



Le 15 janvier 1919, les gens du quartier entendent soudainement un puissant bruit similaire à celui d'une mitraillette, alors que le sol se met à vibrer tout comme lorsqu'un train arrive en gare. Ce bruit de mitraillette, ce sont les rivets de la base de la citerne qui viennent de s'éventrer, cédant sous la pression et libérant un véritable tsunami de mélasse, haut d'environ 3 mètres et qui file à près de 55 km/h.

Les passants et les gens dans les bâtiments adjacents sont dans un premier temps saisis par ces bruits puis, un violent coup de vent vient les frapper avant l'arrivée de la monstrueuse vague. Certains sont emportés par la vague, traînés sur une longue distance, prisonniers de ce liquide sucré et visqueux. Ceux qui parviennent à se relever dans la rue ont de la mélasse jusqu'aux hanches. Plusieurs passants, victimes du ras-de-marrée, disparaissent, alors que les chevaux, incapables de se redresser, se débattent vigoureusement et meurent noyés dans ce déluge de mélasse. Tout autour est couleur mélasse; les débris, les animaux et les humains sont pratiquement indissociables. Des gens tentent de crier, mais n'y arrive pas, car ils ont la bouche et la gorge remplie de cette substance collante.


La vague ravage tout sur son passage. Les édifices environnants sont littéralement arrachés de leur fondation. La gare est également touchée. Les poutres qui soutiennent son toit se rompent sous la pression exercée par la vague. Le train qui s'y trouve est également soulevé des rails. Plus loin dans le quartier, les maisons sont inondées d'une couche de mélasse faisant près d'un mètre.


Les secours arrivent rapidement sur les lieux et mettent sur pied un hôpital de campagne, afin de soigner les nombreux blessés. Plusieurs bénévoles les rejoignent et, pendant quatre jours, ils fouillent les décombres et la mélasse pour retrouver des survivants. Il est très difficile de progresser dans cette substance poisseuse et certains des corps retrouvés ne seront pas identifiables.

 

 


Selon le journal "The Boston Globe", certaines personnes furent poussées par un vent fort précédent la vague ou frappées par des débris emportés par ce même souffle. Un camion fut même projeté dans le port de Boston.  En fin de compte, on découvre avec effroi que 21 personnes sont mortes et qu'environ 150 personnes sont blessées. Sans compter les chevaux et les chiens, qui furent nombreux à périr noyés, enseveli dans la mélasse.


Il faudra plus de 87 000 heures de travail pour nettoyer tous les dégâts. L'eau du port de Boston restera brune jusqu'en été. Nul ne sait les causes exactes de l'accident. Aux yeux de la justice, le réservoir a été négligé et mal construit, rendant la compagnie responsables des évènements. Cette dernière a prétendu que c'était un groupe d'anarchistes qui avait délibérément provoqué cette catastrophe. Selon certaines théories, la résistance de la citerne aurait été mise à rude épreuve à cause de la température. En effet, une variation assez exceptionnelle du climat avait fait passer la température de -17 °C à 4 °C en une seule nuit. Cette variation subite aurait augmenté la pression dans le réservoir, probablement déjà affaibli et causé ce désastre insolite. Reconnue coupable de négligence, la compagnie dut payer 600 000$ pour régler cette affaire à l'amiable.

De nos jours, la grande inondation de mélasse fait partie du folklore de ce quartier de Boston. Le terrain sur lequel se trouvait la citerne est maintenant un terrain de baseball municipal et les gens racontent que, pendant les chaudes journées d'été, on peut encore sentir l'odeur de la mélasse.

 


David Magny © Dark-Stories.com - Lundi 19 février 2013
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Sources et autres références:

Wikipédia.fr
The Folklorist - The Boston Molasses Flood, Jesse Kreitzer - newtv.org

Quelques histoires sélectionnées au hasard