La gardienne

Une légende urbaine bien connue


 

Légende urbaine - La gardienne

 

Une jeune lycéenne de 17 ans cherchait désespérément du travail de fin de semaine. Peu vaillante, elle avait lézardé bien longtemps avant de se chercher du boulot, mais l'été approchait et si elle ne voulait pas se retrouver sans le sou durant les vacances estivales.

Au cours de ses recherches, elle découvrit un site Internet pour "Les gardiennes averties",  qui présentait de jeunes gardiennes d'enfants qualifiées qui offraient leurs services dans les différentes régions du pays. Ayant les compétences requises, elle s'inscrivit sur ce site Internet afin d'offrir ses services. Elle reçut quelques offres dont une provenant d'un docteur. Elle était obligée de demander le salaire prédéfini par l'agence, mais en choisissant des gens bien nantis elle risquait fort probablement de toucher de plus gros pourboires.

Un soir de weekend, elle se rendit chez le docteur en question qui souhaitait sortir avec sa femme pour une soirée. La jeune femme devait s'occuper des trois enfants du couple. Ces derniers vivaient dans une vaste et somptueuse maison isolée à la sortie de la ville.

La soirée débuta bien normalement alors que la gardienne fit brosser les dents aux enfants avant de les coucher dans leurs chambres respectives à l'étage. Elle redescendit alors au salon, se mettant à son aise afin de jouer sur son smartphone. Elle commençait à peine à être confortable lorsque le téléphone de la résidence sonna. Le grand afficheur du téléphone affichait "nom confidentiel, numéro confidentiel".

- Allo ! répondit la jeune gardienne.

Mais son interlocuteur resta silencieux, elle entendait seulement la respiration lourde et bien nette d'un personne se trouvant dans un environnement silencieux.

- Allo ? répéta la demoiselle d'un ton interrogatif.

- As-tu été voir les enfants... ? Tu devrais aller voir les enfants... répondit une voix menaçante et autoritaire.

- Docteur ? demanda t-elle stupéfaite.

Mais le mystérieux interlocuteur termina l'appel sans prévenir. Nerveuse, la jeune femme se leva rapidement et regarda nerveusement autour d'elle. Elle devait contacter le docteur pour comprendre si c'était lui et pourquoi il lui avait parlé sur ce ton. Elle son téléphone portable et téléphona immédiatement au docteur. Dans la pièce voisine, une sonnerie retentit. Le docteur avec laisser son portable sur la table, l'ayant probablement oublié avant de sortir.
En essayant d'oublier toute cette histoire, elle se réinstalla et reprit son petit jeu là où elle l'avait laissé. Mais quelques minutes plus tard, le téléphone de la demeure sonna de plus belle. Encore une fois, nom et numéro inconnu.

- Allo ? répondit-elle.

Un rire hystérique se fit entendre à l'autre bout de la ligne. La voix se tut alors avant de lui demander...

- Pourquoi ne vas-tu pas voir les enfants ?

Terrorisée, la jeune femme raccrocha violemment le téléphone et composa le numéro de la police. L'opératrice du poste de police l'informa que si l'homme téléphonait de nouveau, elle devrait tenter de le garder en ligne le plus longtemps possible afin que la police puisse retracer l'appel.

Quelques minutes plus tard, le téléphone sonna pour une troisième fois. Toujours cet appel anonyme, ce nom inconnu. La jeune femme décrocha, mais ne dit rien, elle ne fit qu'écouter cette incessante respiration menaçant qui vibrait à l'autre bout du fil.

- Tu devrais vraiment aller voir les enfants ! ordonna la voix menaçante avant de recommencer à rire de nouveau.
Elle remarqua que l'homme avait un rire étouffé, comme s'il essayait de ne pas rire trop fort. Après un court instant qu'il lui parut une éternité, elle raccrocha le téléphone, perplexe. Presque immédiatement, le téléphone sonna de nouveau. Cette fois c'est le numéro du poste de police qui s'affichait, cela la rassura grandement.

- Allo ! répondit-elle.

- Sortez tout de suite de la maison ! semblait hurler sa correspondante. Sortez tout de suite, les appels proviennent du téléphone à l'étage !

La jeune gardienne laissa tomber le téléphone avant de se précipiter à l'extérieur. À l'étage, de lourds pas se précipitèrent dans l'escalier en direction du rez-de-chaussée. Alors qu'elle refermait violemment la porte sans même regarder derrière, elle ressentit que la présence de l'homme arrivait rapidement sur elle. La jeune femme aussi vite qu'elle le put, allant jusqu'à rejoindre la route qui se trouvait à une bonne distance de la maison. Les premières voitures de police arrivèrent rapidement sur les lieux ainsi que d'autres véhicules d'urgence.

Ce que les policiers découvrirent à l'étage n'était rien d'autre qu'un terrible massacre. Étendus dans leurs lits respectifs se trouvaient les corps inertes des enfants, qui furent égorgés dans leur sommeil. L'intrus s'était apparemment introduit pas une fenêtre du second étage et souhaitait que la jeune femme monte à l'étage afin d'y faire subir le même sort.

Sur le lit de la chambre des maîtres fut découvert un couteau de chasse ensanglanté ainsi qu'une bien étrange sacoche contenant divers objets hétéroclites. Ils y trouvèrent du ruban adhésif, des sacs de plastique, de l'essence à briquet  ainsi qu'un tire-bouchon. La porte de derrière était restée grande ouverte et le mystérieux inconnu avait pris le large. Il avait eu suffisamment de temps pour disparaitre dans la nuit avant l'arrivée des policiers. Malgré les recherches, la police ne le retrouva jamais.


 


☠ ☠ ☠



Les gardiennes d'enfants sont les victimes d'un bien grand nombre de légendes urbaines, celle-ci étant l'une des plus populaires. Il existe d'ailleurs un grand nombre de versions de cette même légende et, comme beaucoup d'autres histoires d'adolescent du même type, les premières versions semblent apparaître tôt durant les années 1960. À cette époque le téléphone devenait de plus en plus commun dans les campagnes.

Il est évident de comprendre pourquoi elle fut populaire, elle utilise l'insécurité provoquée par un adolescent qui prend des responsabilités importantes. La jeune adolescente n'est donc pas responsable uniquement de sa propre sécurité, mais surtout de celle des enfants (ce qu'elle échoue lamentablement dans ce cas-ci). Dans plusieurs versions de l'histoire, les enfants sont retrouvés morts à l'étage.

Comme dans la plupart des bonnes légendes urbaines, le meurtrier court toujours. Qui sait, il est peut-être au deuxième étage de la résidence dans laquelle vous êtes présentement. Cette fin est classique dans les légendes urbaines et les bonnes histoires de peur à raconter autour du feu.

 



David Magny pour Dark-Stories.com, le mardi 2 février 2016
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Références:

Snopes - The Babysitter and the Man Upstairs - 20 mai 2014

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 









Quelques histoires sélectionnées au hasard