Un dernier Noël de solitude

Une étrange histoire provenant de Liverpool, par Tom Slemen



 

La mystérieuse histoire qui suit s'est déroulée à Neston, dans le nord de l'Angleterre.


C'est en 1990, environ une semaine avant Noël, qu'est décédée la mère d'un homme de 43 ans du nom de Carl. Elle est morte après un long combat contre le cancer, durant lequel son fils s'est occupé d'elle de jour comme de nuit, espérant qu'elle survivrait jusqu'à Noël. Mais ce ne fut pas le cas. C'est alors qu'il préparait le sapin de Noël que sa mère lui avait soudainement lancé: « Tu es un bon fils Carl... », avant de s'éteindre dans son fauteuil.


Carl a pleuré comme un bébé lorsqu'il réalisa que sa mère était morte. Lorsque vint Noël, il jeta l'arbre ainsi que toutes les décorations et les cadeaux qu'il avait acheté pour sa mère dans le fond du grenier. Il était tellement en colère, il ne pouvait accepter de perdre sa mère durant cette période de l'année où les membres d'une famille étaient censés être ensemble. Carl n'avait plus personne, son père était mort il y a cinq ans d'une crise cardiaque et sa soeur habitait maintenant au Canada. Depuis qu'elle a quitté le pays, elle ne lui avait jamais téléphoné ni même envoyé une carte postale. Ces dernières années, il avait mis toutes ses énergies à soigner sa mère et n'avait même pas de petite amie. Maintenant âgé de 43 ans, il sentait qu'il était passé à côté de sa vie et qu'il allait probablement mourir comme un vieux loup solitaire.

 




Pour cette nuit de Noël, Carl s'était acheté une bonne bouteille de whisky qu'il souhaitait boire seul, dans sa chambre, en s'apitoyant sur son sort. Ce faisant, il regardait par la fenêtre et pouvaient voir les gens qui visitaient leurs amis et leurs proches. Puis, il remarqua un vieil ami qu'il n'avait pas vu depuis longtemps. C'était un homme nommé Bob, avec qui il avait travaillé à la boulangerie. Carl était sur le point d'ouvrir la fenêtre et de l'interpeller quand il le vit s'arrêter devant la maison d'un voisin. Bob a frappé à la porte et presque instantanément une jeune fille blonde est sortie et l'a embrassé. Ils ont ensuite marché dans la rue, en riant et se tenant par la main.


Le coeur de Carl se serra encore plus. Il se sentait si seul maintenant. Assis au pied de son lit, il se demandait si sa vie en valait vraiment la peine. Il se remémorait les Noëls d'antan, ces jours dorés alors qu'il était entouré de ses parents et amis. Toutes ces personnes qu'il aimait, ses camarades de classe et son vieux chien. Jamais il n'aurait cru, à cette époque, qu'il finirait seul, sans personne à aimer et avec qui passer le soir de Noël. Alors qu'il ruminait son chagrin, il trouva une carte de Noël sur la cheminée. Probablement parce qu'elle sentait la mort venir, sa mère l'avait écrit secrètement et l'avait laissé là pour qu'il la trouve.


« Je ferais mieux de te souhaiter Noël maintenant Carl.
Je t'aime mon fils et je te suis tellement reconnaissante. Merci d'avoir pris soin de moi !
Maintenant que je suis parti s'il te plaît ne soit pas amer. Trouve-toi une femme qui t'aime. »


Carl baissa la tête et se remit à pleurer.


« Joyeux Noël Maman, où que tu sois. »


Alors qu'il essuyait ses larmes, il entendit des voix provenant du rez-de-chaussée, c'était des chants. C'était probablement une chorale de Noël, comme il en passait chaque année. Il explosa de colère et décida d'aller dire sa façon de penser à ces petits chanteurs. Bouteille de whisky à la main, il claqua la porte de sa chambre  et dévala les escaliers à toute vitesse afin d'aller répondre à la porte. Mais comme il arriva en bas des escaliers, il réalisa que les chanteurs n'étaient pas dans la rue ou devant sa porte, mais dans son salon !


Carl supposa que ces gens étaient ivres et qu'ils étaient entrés chez lui par infraction. Un couple d'étrangers étaient assis au piano et lui faisaient dos, ils jouaient "White Christmas". À leur côté, une petite fille d'environs six ans aux longs cheveux roux se tenait à la gauche du piano, elle regardait le couple avec un beau sourire et un visage rêveur. À leur droite se tenait un jeune garçon qui devait avoir environ le même âge que la jeune fille. Il portait un chapeau de fête en papier et tenait un ballon rouge dans ses mains. Il semblait également fasciné par le piano. Au-dessus du piano était assis un chat noir. Sa queue se tordait alors qu'il aperçut Carl dans le salon. Soudain, la petite fille se retourna brusquement et vu Carl devant elle. Avec une expression de surprise sur son visage, elle pointa Carl du doigt en disant:  « Papa ! Regardez ! »


Une fraction de seconde plus tard, la salle était plongée dans l'obscurité et il n'y avait plus personne. Le vieux piano était toujours là, mais son couvert était fermé et verrouillé.


Carl se rendit compte qu'il venait de rencontrer une famille de fantômes. Effrayé, il quitta alors la maison et courra dans la rue. Il savait que ce n'était pas une hallucination produite par l'alcool, d'ailleurs cette petite escarmouche avec l'au-delà l'avait dégrisé.


Le choc de la rencontre passé, il retourna chez lui. Il réussit à passer au travers de Noël et le Nouvel An sans larmes, mais le bonheur n'y était pas.


En février, Carl rassembla assez de courage pour inviter une employée de la bibliothèque municipale à sortir avec lui. Cette femme se nommait Nicola et elle tomba rapidement amoureuse de Carl. Il était l'homme le plus romantique qu'elle n'avait jamais rencontré. Un jour, elle commença subitement à pleurer et dit à Carl qu'elle avait un secret à lui avouer. Elle était mère d'une petite fille, issue d'une relation antérieure. Le père l'avait laissé lorsqu'il apprit qu'elle était enceinte. Il avait dit ne pas vouloir s'installer avec elle et former une famille. La petite fille se nommait Stacey et la mère de Nicola s'en occupait.


Carl lui répondit que ça n'avait pas d'importance si elle avait eu un enfant avec un autre homme. Il l'aimait de toute façon et s'entendit finalement plutôt bien avec Stacey, qu'il gâtait comme si elle était sa propre fille. La petite et Nicola s'installèrent dans la maison de Carl et, un an plus tard, le jeune coupla adopta un jeune garçon de cinq ans nommé Danny.


La veille de Noël 1996, la petite famille était réunie au salon. Alors que Carl jouait du piano. Les enfants n'étaient pas encore au lit et profitait de la nuit la plus excitante de l'année. Carl et Nicola étaient assis sur le tabouret alors que les enfants se tenaient à leur côté. C'est alors que Carl décida de jouer le morceau préféré de sa mère, "White Christmas". Ils ont tous bien rit quand le chat de la famille a sauté sur les touches avant de grimper sur le toit du piano. Comme Carl laissait ses doigts jouer sur le piano, il repensa soudainement à sa vieille mère, assise dans son fauteuil et son visage courageux, qui prétendait que la douleur de la maladie était supportable. Nicola mit son bras autour de Carl et lui donna un câlin rassurant.


Soudain, la fourrure du chat se hérissa et Stacey cria: « Papa ! Regardez ! » en pointant son doigt vers l'escalier.
Quand Carl, Nicola et Danny regardèrent, il n'y avait rien.


« C'était Papa ! C'était un papa fantôme ! Mais il avait le visage tellement triste ! »


Carl alla voir dans le corridor et vu qu'il était bien vide. Il savait que la petite ne blaguait pas, parce qu'elle semblait vraiment secouée par les évènements. Puis, il fit soudainement une constatation étonnante. Carl se souvint de cette triste nuit, la veille de Noël lorsqu'il avait aperçu des gens fantomatiques. Il se souvint du couple au piano, de la petite fille rousse et du garçon aux cheveux noirs. Danny portait justement son petit chapeau de fête et tenait, comme dans sa vision, un ballon rouge. Il se souvint de l'homme qui jouait "White Christmas", comme lui même était en train de le faire il y a quelques instants à peine.


Carl s'est alors rendu compte que, en cette triste nuit de 1990, il avait en quelque sorte aperçu le bonheur qu'il l'attendait avec sa future famille. Si la jeune Stacey n'avait pas vu le fantôme d'un homme mort cette nuit-là, elle avait vu le spectre d'un triste Noël passé, le dernier Noël que Carl avait passé seul.



Copyright © 2004 par Slemen Tom. Tous droits réservés.
Cette histoire reproduite avec la permission de Tom Slemen et traduite de l'anglais par David Magny.

Source: http://www.slemen.com

Retrouvez tous les livres de Tom Slemen en ligne format papier ou ebook.

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 









Quelques histoires sélectionnées au hasard