L'enlèvement de St-Luke

Une étrange histoire provenant de Liverpool, racontée par Tom Slemen



 

Ce récit raconte un évènement étrange qui a eu lieu à Liverpool, en Angleterre, au début des années 1990 et qui n’a jamais été expliqué.

Tout a commencé pendant la soirée brumeuse du 20 décembre 1991. En ce vendredi, la famille Edwards eut l’idée d’aller au centre-ville de Liverpool afin d’y faire un peu de magasinage pour Noël. Au volant de sa Volvo, Mr. Edwards conduit donc sa femme et ses quatre enfants en ville, et comme d’habitude, trouver un espace de stationnement se révèle fort difficile. Il conduit donc aux alentours, cherchant désespérément pendant que ses trois fils et sa fille contemplent les spectaculaires décorations de Noël qui bordent les rues. La plus jeune des enfants se nomme Abbey, elle est âgée de six ans. Elle harcèle ses parents depuis plusieurs jours pour l’emmener magasiner en ville afin de voir le grand sapin recouvert de lumières colorées qui se trouve sur la rue Church.

 


L'église St-Luke de Liverpool



Alors que son père commençait à présenter des signes d’impatience, sa mère vit soudainement une place libre sur une rue parallèle nommée Bold Place, située juste à côté des jardins de l’Église St-Luke.

« Tu es un génie. » Dit-il à sa femme, avant de tourner sur cette petite rue mal éclairée, qui est peu en pente. Aussitôt que la voiture est garée, les enfants sautent hors du véhicule avec impatience. Tous les quatre ne parlent que de leurs éventuels cadeaux de Noël. Pendant ce temps, un brouillard glacé envahit la rue.

Alors qu’il vérifie si toutes les portes de la voiture sont bien verrouillées, M. Edwards entame une discussion avec sa femme afin de choisir dans quelle boutique ils iront en premier. Il vient d’apercevoir une boutique sur Bold Street ou il aimerait aller acheter un cadeau pour son père, alors que Mme Edwards insiste pour aller dans un autre magasin afin d’acheter un CD pour sa sœur. Les enfants s’y mettent à leur tour, désirant se rendre, au plus tôt, dans les magasins de jouets. Exaspéré, M. Edwards perd patience : « D’accord ! Maintenant, taisez-vous ! »

La famille était sur le point de se mettre en route quand, tout à coup, M. Edward remarque un détail troublant et soudainement son cœur saute un battement. Avec un regard d’effroi, il regarde partout aux alentours et murmure : « Mais où est Abbey ? »

Tout le monde regarde autour d’eux, Mr Edwards se précipite pour regarder à travers les fenêtres de la voiture, mais Abbey n’y est pas.

« Mais où est-elle allée ? » demande Mme Edwards d’une voix tremblotante. Les trois garçons regardent autour d’eux, mais la rue est complètement déserte.

Soudain, une voix faible résonne au loin.

« Papa! »

 La voix ressemble à celle de Abbey et semble provenir de l’autre bout de la rue, à l’intersection des rues Bold et Roscoe. La famille, avec M. Edward en tête, se précipite dans cette direction.

« Abbey ! Mais où es-tu ? »

Les portes arrières de l’église St-Luke sont ouvertes, et M. Edwards suppose donc que sa fille doit errer dans l’enceinte de l’ancienne église. Tous les membres de la famille confirment avoir entendu Abbey, mais elle ne semble être nulle part, et le brouillard s’épaissit de minute en minute.

Malgré le fait qu’il ne dise rien afin de ne pas faire paniquer sa famille, Mr Edwards envisage le pire : il craint que sa fille ait été kidnappée et amenée dans les ruines de l’ancienne église.

Pendant que sa femme cour à la voiture pour aller chercher une lampe de poche, il escalade le rebord d’une fenêtre afin de pouvoir regarde à l’intérieur du bâtiment désert. Grâce à la lampe de poche, il espère parvenir à voir si Abbey est là, car tous sont convaincus que sa voix provenant de cet endroit. Une fois bien positionné et équipé de la lampe de poche, il regarde à l’intérieur. Cependant, l’endroit semble bel et bien désert. La lumière lui permet d’entrevoir les ruines de l’église St-Luke, qui fût détruite pendant un bombardement de la Seconde Guerre mondiale, frappée par une bombe incendiaire. Seule la structure du bâtiment à résistée, et l’église fût laissé telle quelle en mémoire de l’évènement. Malgré tout, il reste convaincu que la voix de sa fille provenait de l’intérieur.

Mme Edwards, qui a aidé son mari à escalader le rebord de la fenêtre, s’exclame : « Écoutez! »

Ce sont les sons faibles et étranges d’un orgue d’église qui semble émaner du bâtiment.

« Le son voyage étrangement la nuit , dit Mr Edwards, nous devons aller voir la police. »

Mme Edwards se met aussitôt à pleurer, mais son mari tente de la consoler : « Ça va bien aller, nous allons la retrouver mon amour. Elle n’a pas pu aller bien loin…! »

La famille se rend donc au poste de police de Hope Street et informe le sergent en service des évènements. Ce dernier alerte toutes les voitures de patrouille qui sont disponibles dans la région et informe les agents du centre-ville qu’ils doivent rester à l’affût afin de retrouver cette jeune fille. La famille revient aussitôt sur Bold Street, avec comme seul but de poursuivre leurs recherches et retrouver Abbey. Ils retournent donc aux ruines de l’église, mais leurs recherches sont vaines. Après vingt minutes ils décident de revenir à la voiture quand quelque chose de bizarre attire leur attention. Sortant des ruines de l’église, un grand homme vêtu un long manteau noir et un chapeau haute-forme marche tranquillement en tenant la main de Abbey.

Abbey aperçoit également ses parents et se précipite dans leur direction en pleurant, s’éloignant rapidement de l’homme sinistre, qui semble tout droit sorti d’une autre époque. Il a de longs favoris broussailleux, un visage pâle et fixe les Edwards de ses yeux noirs. Se tenant devant les portes de l’église, il dit : « S'il vous plaît accepter mes sincères excuses pour toute détresse causée. »

Puis, il tourne et repart silencieusement à l’intérieur des murs.

Mme Edwards demande aussitôt à Abbey: «Tu vas bien? Mais où étiez-vous? »

 «Je suis bien, maman ! »

M. Edwards est furieux, et il crie à l'homme, «Hey! Qui êtes-vous? À quel jeu vous jouez hein?»

Puis au même moment une voiture de police vient rejoindre la famille. Mr. Edwards indique au policier où se trouve l’homme, qui vient à peine de disparaître de leur vue. Trois policiers courent immédiatement vers l’église brandissant leurs matraques.

Mais les policiers ne trouvent personne, les ruines sont désertes. Plusieurs policiers se joignent au groupe et fouillent tout le périmètre avec leurs puissantes lampes-torches, mais le suspect n’est pas retrouvé. Cependant, plusieurs d’entre eux affirment avoir entendu une faible musique, le son d’un orgue d’église, mais sans être capable d’identifié la source de la musique.

C'est lorsqu'on demande à Abbey où elle a été que les choses deviennent encore plus bizarres. La petite affirme qu’une vieille femme, vêtue d’un châle, l’avait attrapée par la main et entraînée dans l’église St-Luke, où une messe était tenue. Dans l'église, il y avait beaucoup de gens habillés en vêtements démodés. Les femmes portaient de grands chapeaux, et les hommes étaient tout habillés en noir. Abbey avait crié à son père, mais la vieille femme avait mis sa main sur la bouche de la jeune fille pour la faire taire. Plus tard, un grand homme est venu dans l'église et l'a tiré des griffes de la vieille femme. C’est lui que ses parents ont vu, la tenant par la main.

Le policier intrigué demande à la jeune fille si l’homme lui avait dit quelque chose. Abbaye secoua la tête, puis dit: «L'homme m’a dit qu’il est mort depuis longtemps, c'est tout.»

Un frisson parcourt la colonne vertébrale de tous ceux qui entendent la réponse de l'enfant. Depuis cet étrange incident, la famille Edwards refuse d'aller près de l'église Saint-Luke, en particulier pendant la période de Noël ...



Copyright © 2004 par Slemen Tom. Tous droits réservés.
Cette histoire reproduite avec la permission de Tom Slemen et traduite de l'anglais par David Magny.

Source: http://www.slemen.com

Retrouvez tous les livres de Tom Slemen en ligne format papier ou ebook.

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !