Le poltergeist de la famille Dagg

Un dossier de Christian R. Page



 


Shawville (Québec), octobre 1889.


Assise à même le plancher de la salle de séjour, la petite Dinah MacLean (11 ans) s’amuse avec ses poupées. Elle leur parle et leur chante des berceuses. Soudain, elle a l’impression d’une présence à ses côtés. Elle se tourne. Il n’y a rien. Dans la pièce voisine, elle peut attendre sa mère qui s’affaire à la cuisine. Le bruit des casseroles et de la vaisselle qui s’entrechoquent a quelque chose de rassurant.

 

Puis de nouveau ce sentiment de présence. Mais cette fois, la fillette n’a pas le temps de réagir : une « poigne » se referme sur sa tresse de cheveux, la soulevant littéralement du sol. Elle se retourne pour voir l’agresseur… mais il n’y a personne. Elle crie et se débat.

- Maman, maman… « IL » me tire les cheveux

En attendant ces cris, Susanna Dagg se précipite dans la salle de séjour. Elle n’en croit pas ses yeux. Dinah est debout sur la pointe des pieds et, derrière elle, sa longue tresse de cheveux est dressée vers le plafond. Susanna fait une enjambée et empoigne sa fille, mais la « main invisible » ne lâche pas prise. Tiraillée entre sa mère et son agresseur, la fillette se débat. Elle est terrifiée. Puis la « poigne » se relâche d’un seul coup, faisant tomber mère et la fille à la renverse.
 

 

Alors qu’elle tient contre elle son enfant en pleurs, Susanna examine la tresse de cheveux. La tension exercée par « l’invisible agresseur » a été si forte que presque tous les cheveux ont été brisés à la racine.

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

Le petit village de Shawville se dresse à une heure de route à l’ouest d’Ottawa, dans le comté du Pontiac, au Québec. À la fin du XIXe siècle, cette communauté — comme aujourd’hui d’ailleurs — était majoritairement composée de fermiers et d’éleveurs. L’un d’entre eux, George Dagg, un homme de bonne réputation, s’est retrouvé bien malgré lui au centre d’une affaire étrange qui, plus d’un siècle après les événements, continue d’alimenter la controverse.

En 1889, la famille Dagg habite une ferme modeste située à 7 kilomètres du village. Au moment des événements qui vont faire de cette famille le point de mire de tout le comté, la maisonnée compte six personnes : George Dagg (35 ans), sa femme Susanna (née Blackwell) et leurs deux jeunes enfants Mary Susan (4 ans) et Johnny (2 ans). Se trouve également présents leur fille adoptive, Dinah Burden MacLean (11 ans) et un aide de ferme prénommé Dean. 1

Dans la matinée du 15 septembre, le jeune Dean trouve sur le plancher de la cuisine un billet de 5$ qu’il s’empresse de remettre à George Dagg. Celui-ci le reconnaît comme étant le billet confié à sa femme la vieille pour qu’elle le mette en sécurité dans un tiroir de leur commode. Intrigué, il vérifie lui-même le contenu du tiroir et constate effectivement que le billet a disparu. Il note aussi qu’un autre billet de 2$ est manquant. Sur le coup, il ne dit rien. Mais dès que l’adolescent sort s’acquitter de ses tâches, George entreprend de fouiller la chambre du garçon… où il ne tarde pas à trouver le billet de 2$. Là encore, il préfère taire ses soupçons. Puis, le même jour, Susanna Dagg trouve des excréments derrière un sofa et dans un réduit. Évidemment, les soupçons se portent d’emblée sur le pauvre Dean. Confronté, l’adolescent nie avoir volé l’argent et jure n’avoir rien à voir avec les immondices trouvées. Mais George Dagg n’en croit pas un mot. Qui d’autre pourrait être coupable ? En fin d’après-midi, il décide d’amener le jeune Dean chez un magistrat de Shawville pour qu’il s’explique de ses comportements. Mais voilà que durant leur absence, Susanna Dagg trouve de nouveaux excréments qui — elle en est certaine — n’étaient pas là une heure plus tôt. Si son innocence est loin d’être acquise pour l’histoire des billets, il est clair que le jeune Dean n’a rien à voir avec les souillures.2  C’est le début du cauchemar…

Dans les jours qui suivent d’autres immondices sont trouvées, puis des bidons de lait sont renversés, des vitres brisées et des meubles se déplacent d’eux-mêmes. Des incendies se déclenchent spontanément et de l’eau suinte des murs et des planchers. Puis c’est au tour de la fille adoptive des Dagg, la petite Dinah MacLean, d’être agressée par une entité mystérieuse. Elle est poussée et frappée. Un après-midi elle hurle qu’on « lui tire les cheveux ». Lorsque sa mère accoure à son chevet, c’est pour constater que sa tresse de cheveux a presque entièrement été arrachée. En fait ceux-ci sont si endommagés, que Susanna doit les couper. Le même jour, le petit John (Johnny) Dagg est lui aussi agressé de la même manière. Lorsque sa mère l’examine, elle découvre qu’une poignée de cheveux a été arrachée. 3

Devant ces événements inexplicables, George Dagg conclut que sa famille doit être victimes d’un mauvais sort. Il se résout à consulter une « diseuse de bonne aventure », une certaine Elizabeth Barnes, de Plum Hollow (Note I)  (un village situé entre Ottawa et Kingston).4  La voyante lui dit que ses problèmes ont pour origine trois personnes adeptes de la magie noire, une mère et ses enfants. George Dagg en déduit qu’il doit s’agir d’une voisine, la vieille Mme Wallace. De retour à Shawville, le fermier accuse la veuve d’être responsable de ses déboires, ce qu’elle nie catégoriquement.5  Pendant ce temps, à la ferme Dagg, les attaques des entités invisibles se font de plus en plus vicieuses.

Les manifestations se concentrent surtout sur la petite Dinah. Le soir, ses draps sont tirés par des mains invisibles et son lit fait des bonds sur le plancher. Une nuit, elle est réveillée par des murmures et voit apparaître à ses pieds une forme noire et menaçante. Puis l’enfant jure entendre des voix ; des voix qu’elle est seule à percevoir… du moins pour l’instant.

Puisque Dinah est la seul à voir ces entités, Mme Dagg — très superstitieuse — lui confie un fouet pour se défendre ou pour chasser ces « agresseurs ». Un jour, alors que la fillette affirme voir « la forme noire », un visiteur de passage, Arthur Smart, lui propose de la chasser à coups de fouet. Dinah s’exécute. Presque aussitôt, Smart entent un grognement et un sifflement rappelant celui « d’un cochon qui cri ». Le son provient du milieu de la pièce, comme s’il sortait de nulle part. 6

Puis c’est au tour des autres enfants Dagg d’être visités par des entités mystérieuses. La petite Mary raconte avoir vu une apparition à forme humaine mais avec une tête de vache. À une occasion, cette « vision » se serait même tournée vers elle pour lui demander : « Petite fille, aimerais-tu venir avec moi en enfer ?». 7

Pour George Dagg, cette référence à l’enfer l’incite à se tourner vers l’église. Il se confie au père Horner, le prêtre du village. À défaut de pouvoir venir lui-même, l’ecclésiastique envoie son frère, un homme d’une grande piété. Avec les Dagg, il récite quelques prières et psaumes. Au milieu du rituel, il constate que sa Bible — qu’il avait pourtant laissée sur une chaise — a disparu. On cherche partout ; sous les meubles et derrière les armoires. On la retrouve finalement dans le four de la cuisine. Puis c’est au tour d’un encrier de disparaître pour réapparaître dans les endroits les plus inusités. M. Horner, qui reste sceptique quant à ces manifestations de l’au-delà, voit pourtant l’encrier littéralement disparaÎtre sous ses yeux (on le retrouvera dans la remise derrière la ferme). 8

En novembre, ayant eu vent de l’affaire, Percy Woodcock, un artiste ontarien et correspondant pour le Recorder and Times de Brockville se rend à Shawville pour y rencontrer les Dagg. Woodcock ne cache pas son scepticisme et il est bien déterminé à éclaircir toute cette histoire de fantôme. Mais un après-midi, alors qu’il vient d’arriver à la ferme, la petite Dinah l’entraîne dans une remise attenante où, explique-t-elle, « elle a entendu le fantôme ». Aussitôt entrée, la fillette demande :

-    Êtes-vous là, Monsieur ?

À la surprise de Woodcock, une voix gutturale — celle d’un vieil homme — se met à lancer des obscénités. La voix semble émaner du milieu de la pièce, à hauteur d’homme. Sa stupeur passée, le journaliste demande à son tour :

-    Qui êtes-vous ?

-   Je suis le Diable. Vous êtes à ma merci et je vais vous briser le cou… lui répond son invisible interlocuteur.

Reprenant son sang froid, Woodcock se dit qu’il est peut-être la victime d’une blague idiote. Il fouille la remise, inspectant chaque recoin. Mais il n’y a personne. Il se tourne ensuite vers Dinah qui ne l’a pas quitté d’une semelle.

-    Va au puits, prend de l’eau et garde-là dans ta bouche, commande-t-il à la fillette.

Lorsque l’enfant revient, les joues gonflées d’eau, Percy Woodcock s’adresse de nouveau à l’entité. Celle-ci lui répond par quelques obscénités. Si le journaliste suspectait la jeune Dinah de jouer les ventriloques, le voilà rassuré. 9

George Dagg, qui vient de se joindre à Woodcock, entend lui-aussi la voix. Il n’en croit pas ses oreilles. Ce « fantôme » que Dinah affirme entendre depuis des semaines se décide enfin à se manifester à lui. L’entité se lance alors dans une longue suite de jurons et d’obscénités. Woodcock et Dagg tentent de la calmer ; d’en savoir davantage sur sa présence. Ils l’invitent même dans la maison « où ils pourront discuter plus confortablement ». Ce que l’entité accepte volontiers. De retour dans la salle de séjour, la conversation peut reprendre. 10

-    Pourquoi vous en prenez-vous à moi et à ma famille ?, demande George Dagg.

-    Pour le plaisir, répond le « diable ».

-    Mais si ce n’est que pour le plaisir, de reprendre George Dagg, pourquoi avoir voulu mettre le feu à la maison ?

-    Je ne l’ai pas voulu. Tous les feux ont été allumés de jour pour que vous puissiez bien les voir. J’en suis désolé…  11

Au bout de plusieurs heures de cette incroyable conversation, l’entité annonce enfin qu’elle va quitter les lieux dès le lendemain soir, un dimanche. Un départ qu’elle promet d ‘être « mouvementé ».  12

Dans les heures qui suivent, l’histoire de cet échange d’outre-tombe est sur toutes les lèvres. Certains soupçonnent George Dagg d’être la victime d’un mauvais sort, envoûté par quelque anonyme sorcière. D’autres accusent la petite Dinah de s’être découvert d’étonnants dons de ventriloque (en dépit de la vérification de Woodcock). Malgré leur scepticisme, plusieurs villageois promettent de se rendre chez George Dagg pour assister à cette soirée qui s’annonce des plus mémorables…

Le lendemain, un peu après la tombée du jour, la famille Dagg se réunit au salon. En plus des Dagg, il y a là Percy Woodcock et une quinzaine de villageois. Comme prévu, « le fantôme » se manifeste. Pour prouver son « omniscience », il révèle d’abord des informations personnelles sur plusieurs des témoins. Il s’exprime toujours dans cette voix gutturale, quoique son ton est beaucoup plus posé que celui de la veille.13  Il annonce ensuite qu’il n’est pas le Diable, mais un ange descendu du paradis… puis se ravise encore pour dire qu’il est plutôt l’esprit désincarné d’un homme mort vingt ans plus tôt. Il se moque joyeusement de son auditoire ! Son discours est accompagné d’une foule de manifestations physiques. Des meubles se déplacent, des coups sont frappés dans les murs, les volets des fenêtres battent comme sous l’effet de vents violents et un harmonica s’élève dans les airs et se met à jouer tout seul. Le « fantôme » lui-même se laisse aller à chanter quelques cantiques populaires. L’affaire est si extraordinaire que Percy Woodcock rédige sur le vif un document résumant ces manifestations. Toutes les personnes présentes (17) l’authentifient de leur signature. 14

Aux petites heures du matin, lassé de ces pitreries, l’invité invisible des Dagg annonce qu’il tire enfin sa révérence, ajoutant qu’il ne reviendra qu’une seule fois encore pour faire ses adieux aux enfants. Sur ce, la calme s’installe de nouveau. Le rideau tombe sur l’une des plus étranges histoires de fantôme jamais rapportées. 15

Le lendemain, les enfants Dagg rentrent précipitamment à la maison. Dinah est si excitée que ses propos sont décousus et confus. Elle raconte qu’un homme vêtu d’une longue tunique blanche leur est apparu. Il aurait pris Mary et John par la main et leur aurait répété qu’il était un ange. Après quoi, il se serait… envolé. 16

Avec cette dernière apparition prennent fin les mystérieuses manifestations à la ferme de la famille Dagg. Mais l’intérêt soulevé par cette affaire — alimenté par les articles de Percy Woodcock — attire des visiteurs d’un peu partout. Les curieux déambule devant la ferme de George Dagg. On espère y entrevoir le fermier ou les enfants, témoins privilégiés de cette histoire incroyable.

Le 27 novembre, dix jours après la fin des événements, un nouveau visiteur débarque à Shawville : Andrew Watson. Comme beaucoup de Canadiens cet agent de la Royal Oil Company a lu les articles de Percy Woodcock et il souhaite enquêter lui-aussi sur cette histoire. Watson n’est pas seulement curieux, il est bien déterminer à prouver que Woodcock et les habitants de Shawville ont été abusés et trompés par les Dagg. À l’instar de Woodcock, il rencontre tous les témoins et visite les lieux. Au gré de ses rencontres, son scepticisme fait place à la conviction. Le témoignage de Susanna finit de le convaincre. Dans une lettre ouverte adressée au Brockville Times, il écrit :

« Mme Dagg a décrit ce qui s’était passé d’une manière très convaincante. C’est une femme saine et intelligente qui ne croit que ce qu’elle voit. Elle nous a montrés là où les feux se sont déclarés, les vitres brisées, les lits qui ont été bougés et les sofas qui ont été renversés. Nous l’avons interrogée et contre-interrogée sans jamais ébranler son témoignage. Je me suis rendu là-bas avec la certitude d’y trouver la preuve que toute cette histoire n’était qu’une fraude, mais je n’ai rien trouvé. J’espérais dénicher quelqu’un qui me dirait que les Dagg ne méritaient pas la confiance de leurs pairs, mais je n’ai trouvé personne. Il n’y a plus aucun doute dans mon esprit que ces événements se sont bel et bien produits.

La question demeure : "Mais qui alors était derrière tout cela ?" Certains disent que c’est Dinah, après tout rien ne s’est produit en son absence. Je ne le crois pas. Je ne vois pas comment Dinah aurait pu renverser les sofas, les tables ou les lits ou encore jouer les ventriloque pendant deux mois, elle qui au cours des cinq dernières années n’a jamais exhibé le moindre talent en ce sens. D’autres accusent les Dagg. Comme je l’ai déjà mentionné, leur réputation est sans tache et je me refuse à croire qu’ils auraient pu commettre ce genre d’arnaque ; une fraude qui, si elle avait été découverte, aurait pu les envoyer au pénitencier. Je ne crois pas non plus que les autres hommes — qui ne sont pas de la famille Dagg — auraient pu adhérer à la réalité de ces manifestations sans des preuves vraiment convaincantes. » 17

 

Avec les années, le poltergeist des Dagg a fini par être oublié. La famille n’a plus jamais rapporté d’événements semblables et aucune explication n’a jamais été apportée aux étranges manifestations de Shawville. Les enfants et les petits-enfants ont continué à vivre dans le comté du Pontiac jusque dans les années 1940. Au moment d’écrire ces lignes (2006), la petite-fille et dernière descendante directe de George et Susanna Dagg, Mme Alma Gatien, vit toujours dans la région de Thunder Bay. La ferme de George Dagg, théâtre de ces étranges événements, se dresse toujours à la limite de Shawville et de Clarendon. On ignore cependant ce qui est advenu de la petite Dinah MacLean, « l’agent » au centre de ses manifestations. L’histoire n’aura gardé d’elle que cet épisode insolite, une signature d’outre-tombe…

En 1957, l’Office national du film du Canada (ONF) a produit « The Ghost that Talked », un court-métrage (30 minutes) inspiré du poltergeist de la famille Dagg.18  Susanna y est dépeinte comme une femme austère et George comme un fermier naïf, des caractères bien loin de la réalité ; des portraits qui malheureusement n’ont pas su rendre justice à cette fantastique histoire.

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤

Notes supplémentaires:

I - Elizabeth Janes Barnes (née Martin) voit le jour à Cork, en Irlande, en 1800. Mariée très jeune, elle émigre au Canada vers 1820 et où elle s’installe dans la région de Cobourg, à l’est de Toronto, sur les rives du lac Ontario. En 1843, veuve et remarié, Elizabeth Barnes déménage à Sheldon Corners (près de Plum Hollow). Lorsque George Dagg la consulte, en 1889, la femme jouit déjà d’une solide réputation de voyante. On raconte que grâce à ses dons psychiques elle aurait aidé la police à solutionner le meurtre d’un certain Morgan Doxtater (un crime pour lequel son cousin Edgar Harter a été jugé, condamné et exécuté) en 1860. On raconte qu’elle n’aurait jamais chargé plus de 0.25$ pour ses services. Aujourd’hui, elle est devenue une figure légendaire en Ontario. L’histoire l’a surnommée « la sorcière de Plum Hollow ».

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

 

Christian Robert Page © Dossiers Mystère TOME 2, (Louise Courteau, Éditrice Inc. 2008), p.113-123
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Véritable enquêteur du paranormal, Christian R. Page et l’équipe de Dossiers Mystère ont parcouru des milliers de kilomètres en quête d’histoires extraordinaires. Vous pouvez écouter sa chronique "Mythes et complots" avec Benoît Dutrizac, chaque semaine au 98,5 FM .

Références:

01. R.S. Lambert, Exploring the Supernatural (Arthur Barker Ltd, 1955), p. 107
02. R.S. Lambert, Exploring the Supernatural (Arthur Barker Ltd, 1955), p. 107-108
03. R.S. Lambert, Exploring the Supernatural (Arthur Barker Ltd, 1955), p. 109
04. R.S. Lambert, Exploring the Supernatural (Arthur Barker Ltd, 1955), p. 109
05- John Robert Colombo, Mysterious Canada (Doubleday Canada, 1988), p. 114
06. R.S. Lambert, Exploring the Supernatural (Arthur Barker Ltd, 1955), p. 110
07. R.S. Lambert, Exploring the Supernatural (Arthur Barker Ltd, 1955), p. 110
08. R.S. Lambert, Exploring the Supernatural (Arthur Barker Ltd, 1955), p. 110
09. R.S. Lambert, Exploring the Supernatural (Arthur Barker Ltd, 1955), pp. 111-112
10. R.S. Lambert, Exploring the Supernatural (Arthur Barker Ltd, 1955), p. 113
11. R.S. Lambert, Exploring the Supernatural (Arthur Barker Ltd, 1955), p. 114
12. Colin Wilson, Poltergeist! (New English Library, 1981), p. 99
13. Colin Wilson, Poltergeist! (New English Library, 1981), p. 99
14. John & Anne Spencer, The Poltergeist Phenomenon (Headline, 1997), p. 34
15. John & Anne Spencer, The Poltergeist Phenomenon (Headline, 1997), p. 35
16. Colin Wilson, Poltergeist! (New English Library, 1981), p. 100
17. R.S. Lambert, Exploring the Supernatural (Arthur Barker Ltd, 1955), pp. 119-120
18. http://www.onf.ca/trouverunfilm/fichefilm.php?id=16966&v=h&lg=en&exp=

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !