Newsletter - Inscription

 

L'histoire de la femme


La petite histoire de la femme
 

Les déboires d'une mal aimée...


Ah, les femmes ! De nos jours, elles ont pleinement leur place dans nos sociétés civilisées, mais ce ne fut pas toujours le cas.

Mythologiquement parlant, la femme est une fauteuse de trouble. Souvent présentée comme égoïste, utilisant sa beauté pour tromper les hommes, en rendant follement amoureux ces êtres vulnérables.

 

Dans la mythologie grecque, Zeus fit créer la femme afin de punir les hommes. Il la fit belle comme une déesse, mais avec un coeur trompeur. Il la donna à marier à un homme, mais avant qu'elle parte lui remis une boîte. "Ne l'ouvre pas!" qu'il lui dit... Mais bien sûr, la curiosité l'emporta et dès qu'elle eut un moment, elle l'ouvrit. C'est la célèbre "boîte de Pandore", qui renfermait la vieillesse, la maladie, la guerre, la haine, le mensonge... Bref... En ouvrant cette boîte, la femme libéra TOUS les maux du monde, rien de moins. Constatant la gaffe, elle la referma juste assez vite pour empêcher un dernier truc d'en sortir : c'était l'espérance. Zeus l'avait mis tout au fond, pour laisser une échappatoire aux hommes. Cette histoire démontre que, même lorsqu'elle croit bien agir, la femme cause quand même du tort.

La petite histoire de la femme



Dans la tradition judéo-chrétienne, la femme n'est pas mieux représentée. Ève, première femme du monde, avait tout pour elle: un beau jardin et un homme. Pour la plupart des gens, ça aurait été suffisant, mais Ève voulait davantage. Probablement ennuyée de faire la conversation avec le seul homme sur terre, elle commença à causer avec un serpent. Ce dernier parvint à la convaincre de faire la seule chose que Dieu lui avait interdite, manger le fruit défendu. N'osant pas commettre son crime seule, elle en fit également manger à Adam. Quand Dieu constata cela, il condamna la femme à enfanter dans de grandes souffrances, à être avide de son homme et à lui être soumise. Il condamna l'homme à travailler pour se nourrir et à mourir.

Ces histoires, bien que désuètes et rigolotes, ont eu pour but, pendant des siècles, de présenter la femme comme inférieure et de la soumettre à l'homme. On croyait que si une femme tenait un rôle important, elle saboterait tout, volontairement ou non. Cela n'a cependant pas empêché certaines d'entre elles de diriger des pays. Ironiquement, même si dans ces deux histoires la femme est coupable de tous les péchés, c'est quand même les dieux, représentés à l'image de l'homme, qui ont fait toute la mise en scène.



Les temps ont bien changé, et pour le mieux.

 

David Magny, pour Histoires macabres et insolites

Quelques histoires sélectionnées au hasard