Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584
Dark Stories - Histoires macabres et insolites | Récits inexplicables et paranormal

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* Dark-blog */
google_ad_slot = "3335103952";
google_ad_width = 300;
google_ad_height = 250;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

 

 

 

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DS5-blogue2 */
google_ad_slot = "2592204537";
google_ad_width = 300;
google_ad_height = 600;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Newsletter - Inscription

 

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/application/application.php on line 459

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Effet Hutchison


L'effet Hutchison

Un dossier de Christian R. Page



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 


Vancouver (Colombie-Britannique), 1979.

Dans son laboratoire, véritable capharnaüm d’appareils hétéroclites, John Kenneth Hutchison jette un dernier coup d’œil sur ses notes. Depuis des années ce scientifique autodidacte s’efforce de mettre en pratique les principes et les énoncés de son maître à penser : le savant serbe Nikola Tesla.

 

Comme ce dernier, Hutchison croit que le contrôle de l’énergie électromagnétique est la voie vers la plus grande révolution énergétique depuis la découverte de la cellule électrique par le comte Volta, il y 200 ans.

Une dernière mise au point pour calibrer un oscilloscope, puis Hutchison met en marche — de façon simultanée — plusieurs appareils capables de générer de forts champs électromagnétiques. Il y a là, entre autres, un générateur d’électricité statique, un générateur de fréquences radio et une « bobine Tesla ». Le scientifique espère que la mise sous tension de tous ces appareils lui permettra de mieux étudier l’interaction des divers champs électromagnétiques ainsi créés.

C’est alors qu’à son grand étonnement il voit une barre d’acier qui était sur le plancher se soulever lentement de plusieurs centimètres, comme si elle était soutenue par une main invisible, avant de retomber bruyamment sur le sol. Hutchison n’en croit pas ses yeux…

 

 

Si cet effet de « lévitation » a été provoqué par le mixage des différents champs électromagnétiques, il est sans contredit l’une des conséquences les plus étonnantes de la physique des ondes… un effet capable de révolutionner le monde.1

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

C’est à Vancouver, le 19 octobre 1945, que John Kenneth Hutchison voit le jour. Déjà à l’école primaire il manifeste un intérêt pour la science. Mais c’est au début de l’adolescence que sa passion pour la physique prend son envol. Peu à peu, il transforme le sous-sol de la maison de ses parents en laboratoire. Tout l’intéresse : de l’astronomie à la chimie, en passant par l’électronique. Mais sa marotte c’est « l’énergie », sous toutes ses formes. Ses maîtres à penser sont Einstein, Galvani, Faraday et, surtout, Nikola Tesla. Le jeune Hutchison est séduit par l’idée — proposée par Tesla — que l’énergie brute présente dans notre environnement peut être canalisée et retransmise sur de grandes distances sans aucun support, comme les ondes radio par exemple. L’application d’un tel « procédé » pourrait alimenter des milliers de foyers en électricité, sans frais et sans aucun dommage pour l’environnement.2  D’ailleurs, à en croire la légende, Tesla aurait lui-même prouvé la « faisabilité » du principe lors d’une série d’expérimentations tenue entre 1899 et 1902. Durant ces recherches, Tesla aurait réussi à allumer des ampoules électriques en les alimentant par des « faisceaux d’énergie » émis depuis un générateur situé à des kilomètres de là.3  Malheureusement, Tesla, décédé en 1943,4  n’a laissé aucun « plan » de son étonnante machine. C’est ce rêve à la fois humanitaire et philanthropique qui va guider les pas du jeune John Hutchison.

En 1979, lors d’une expérience visant à étudier l’interaction entre les divers champs électromagnétiques, John Hutchison découvre de façon tout à fait fortuite un étrange effet de lévitation, vite baptisé « effet Hutchison ». Mais la sustentation de l’objet ne dure pas…et le scientifique est incapable d’en expliquer le pourquoi. Pendant des jours, il va essayer de reproduire les mêmes conditions expérimentales, mais « l’effet Hutchison » ne se reproduira pas. Puis, un bon matin, en enclenchant pour la énième fois ses appareils, il assiste de nouveau à l’effet de lévitation. Pourquoi ? Mystère ! 5

Au cours des mois qui suivent, John Hutchison va réussir à reproduire de façon sporadique son « effet». Curieusement, celui-ci ne se manifeste pas toujours de la même façon. Parfois il provoque la lévitation d’objets — allant de quelques grammes à plusieurs kilos — parfois il entraînement le bris des matériaux ; des barres d’acier sont tordues, d’autres brisées net. À certains moments, des matériaux hétérogènes — comme le bois et l’acier — se mélangent, comme s’ils avaient été « fondus à froid ». Mais pour le scientifique, la grande question demeure : pourquoi ces « effets » demeurent-ils si aléatoires ? Comment expliquer qu’une expérience menée dans les mêmes conditions puisse se solder par des résultats différents ? C’est justement-là hélas le grand mystère de « l’effet Hutchison ». 6

 

« La grande difficulté de John Hutchison, c’est son incapacité à reproduire à volonté son soit-disant "effet", explique le Dr Andrew Michrowski, président de la Société planétaire pour l'assainissement de l'énergie (PACE). Il faut dire que M. Hutchison expérimente avec tellement d’appareils en même temps que le résultat pourrait bien être généré par quatre ou cinq causes différentes. Par exemple, il peut s’agir d’un générateur statique Vandegraph, un appareil de fréquences radios, d’un isolant de radar… ou simplement des aimants. Malgré sa grande curiosité, Hutchison n’arrive pas à interpréter les résultats de ses expériences avec justesse parce qu’il ne prend pas assez de notes. Voilà le problème ! Il est si enthousiaste et veut tellement expérimenter toutes les idées qui lui passent par la tête que les résultats sont toujours légèrement différents.

« Cela dit, il faut quand même reconnaître que "l’effet Hutchison" a pu être reproduit de façon plus ou moins régulière par de Dr George Hathaway, un physicien attaché à l’Université de Toronto, travaillant comme contractuel pour le gouvernement fédéral du Canada.» 7

 

Au début des années 1980, même s’il reste encore très incompris, « l’effet Hutchison » commence à intéresser de nombreux scientifiques. Si — généré à partir d’appareils nécessitant à peine 110 volts de courant — il peut provoquer la lévitation d’objet de plusieurs kilos et tordre des barres d’acier, quelles pourraient être ses « performances » s’il était déclenché avec des appareils mille fois plus puissants ? Ses applications pourraient être illimitées, particulièrement sur le plan militaire. John Hutchison est bientôt courtisé par des chercheurs des quatre coins du monde. Tous veulent en savoir davantage sur ses travaux.8  En 1983, il est même invité à présenter l’essentiel de ses découvertes devant un comité d’experts militaires réuni au laboratoire de Los Alamos, au Nouveau-Mexique (É.-U.). 9

Pendant près de 10 ans, Hutchison travaille avec divers partenaires financiers, dont l’armée américaine et Boeing aérospatial. Malheureusement, en dépit de ses efforts, il n’arrive pas à reproduire sur une base régulière « l’effet Hutchison ». Devant ces échecs répétés, plusieurs de ses bailleurs de fonds l’abandonnent. En 1989, Hutchison décide de déménager son laboratoire en Allemagne où de nouveaux investisseurs acceptent de financer ses recherches. Dans les coulisses du gouvernement canadien, plusieurs y voient là un acte de pure trahison. Pendant que Hutchison est en Allemagne, ses installations de Vancouver sont « mystérieusement » saccagées. Les autorités canadiennes — sous prétexte d’enquêter sur sa collection d’armes antiques — pénètrent dans ses locaux et saisissent ses documents. L’année suivante, les autorités fédérales font saisir plusieurs de ses appareils alors en transit en Allemagne (des équipements qui ne lui seront jamais restitués, malgré un ordre du tribunal). 10

Au cours des dernières années, le laboratoire de Hutchison a été visité à deux reprises par les agents fédéraux, toujours sous prétexte d’enquêter sur sa collection d’armes à feu. Chaque fois, ses équipements ont aussi fait l’objet d’analyses par des « inspecteurs en électronique ». 11

Il est clair que John Hutchison est depuis des années dans le collimateur des autorités canadiennes. Visiblement « l’effet Hutchison » — même si sa mécanique demeure encore mystérieuse — continue de faire fantasmer quelque fonctionnaire, sinon une poignée de militaires. Imaginez, une machine capable de projeter un rayon  magnétique qui pourrait soulever des chars comme de vulgaires jouets et tordre des cuirassés comme s’ils étaient fait de papier. L’arme absolue…

« Actuellement, je ne crois pas que le gouvernement étudie l’effet Hutchison, du moins pas comme le fait Hutchison lui-même, ajoute le Dr Michrowski. En revanche, la séparation du courant électrique, basée sur la théorie de Hutchison, est étudiée dans certains milieux scientifiques américains top secret. D’un point de vue militaire, les possibilités qu’offre l’effet Hutchison ne sont pas négligeables. Je vous donne un exemple : en séparant un champ électromagnétique, une arme non-mesurable et non-détectable pourrait produire un choc électrique capable de provoquer une crise cardiaque sur un sujet se trouvant à deux kilomètres de distance. Personne ne pourrait soupçonner un assassinat. » 12

 

À la mort de Nikola Tesla, en 1943, la rumeur voulait que le scientifique serbe travaillait alors pour le compte de la défense américaine à la mise au point d’un mystérieux « rayon de la mort ». Personne ne sait exactement de quoi il s’agissait.13   Mais qui sait, peut-être Tesla avait-il découvert qu’en mettant sous tension divers appareils capables de générer des champs électromagnétiques, il était possible de créer un étrange effet de lévitation et de provoquer des fissures dans des barres de métal. Nikola Tesla avait peut-être découvert… « l’effet Hutchison ».

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

 

Christian Robert Page © Dossiers Mystère TOME 1, (Louise Courteau, Éditrice Inc. 2008), p.335-342
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Véritable enquêteur du paranormal, Christian R. Page et l’équipe de Dossiers Mystère ont parcouru des milliers de kilomètres en quête d’histoires extraordinaires. Vous pouvez écouter sa chronique "Mythes et complots" avec Benoît Dutrizac, chaque semaine au 98,5 FM .

Références:

01. http://www.hutchisoneffect.ca/
02. Gian J. Quasar, Into the Bermuda Triangle (McGraw Hill, 2004), p. 127
03. http://educate-yourself.org/zsl/teslacoils09mar06.shtml
04. http://fr.wikipedia.org/wiki/Nikola_Tesla
05- Gian J. Quasar, Into the Bermuda Triangle (McGraw Hill, 2004), p. 127
06. Gian J. Quasar, Into the Bermuda Triangle (McGraw Hill, 2004), p. 127
07. Entrevue avec Andrew Michrowski réalisée le 12 juillet 2005
08. Gian J. Quasar, Into the Bermuda Triangle (McGraw Hill, 2004), p. 127-128
09. Anonyme, The Hutchison File, p. 2
10. http://www.hutchisoneffect.ca/
11. Gian J. Quasar, Into the Bermuda Triangle (McGraw Hill, 2004), p. 128
12. Entrevue avec Andrew Michrowski réalisée le 12 juillet 2005
13. Anonyme, “Death Ray” for Planes (The New York Times, 22 mars 1940)
 
  

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&asins=2892393094&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF &bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor- 21&o=8&p=8&l=as1&asins=2892393116&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF& amp;bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&asins=2895623813&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF &bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm? lt1=_blank&bc1=000000&IS2=1&bg1=000000&fc1=FFFFFF&lc1=FFFFFF&t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&m=amazon&f=ifr&ref=tf_til&asins=289562383X" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Les étranges expériences du Dr T.G. Hamilton


Les étranges expériences du Dr T.G. Hamilton

Un dossier de Christian R. Page



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Winnipeg (Manitoba), 5 avril 1925.

La soirée est encore jeune lorsque la voiture s’immobilise devant une chic demeure du boulevard Henderson, dans le quartier huppé de Westgate. Son conducteur, un homme dans la quarantaine, en descend sans se presser. Pendant un instant — le temps de tirer une dernière bouffée de sa cigarette — il contemple la résidence. Il s’agit d’un petit cottage à deux étages de style hollandais ; une parfaite maison de bourgeois. Si ce n’était de cette lueur derrière une fenêtre du deuxième étage on pourrait croire l’endroit désert. Mais l’homme sait qu’il n’en est rien. En fait, il y a peut-être plus de visiteurs dans cette maison qu’il y a d’invités. Tout en remontant le col de son trench, l’homme s’avance ; monte les quelques marches du portique et sonne. Presque aussitôt une femme d’âge moyen lui ouvre.

-    Bonsoir, vous venez pour la séance ? demande-elle en laissant entrer le visiteur.

-    Effectivement, on doit m’attendre. J’ai un peu de retard…

 

Après s’être débarrasser de son chapeau et de son manteau, l’homme — à l’invitation de l’hôtesse — monte l’escalier menant à l’étage. La grande chambre du deuxième a été aménagée en une salle commune où sont déjà présents une dizaine d’hommes et de femmes. Tous sont assis sur des chaises formant une sorte de « fer à cheval ». Dans la partie ouverte du « fer » se dresse une espèce de penderie noire sans porte. C’est le « cabinet ». Les chaises sont placées de façon à faire face à ce dernier. Sur le mur opposé — donc dos aux invités — une quinzaine d’appareils photographiques ont été montés sur une étagère, leur objectif braqué sur le cabinet. Les appareils sont tous reliés à un déclencheur à distance muni d’une minuterie.

Après les salutations d’usage, l’homme s’assoie pendant qu’un autre invité ferme les lumières. L’obscurité donne à l’assemblée une allure solennelle. En silence, tous les participants se prennent par la main et collent leurs pieds sur ceux de leurs voisins. Ils forment ainsi une chaîne humaine tant par leurs pieds que par leurs mains. Devant eux, au centre du « fer à cheval », une petite table en bois a été placée.
 

Dr Thomas Glendenning Hamilton

 

Pofff….

Ce sont les lampes au magnésium des cameras qui viennent de prendre une première photographie. En une fraction de seconde, les participants ont eu une vision fugace de leurs voisins et de cette table juste devant eux. La minuterie a été ajustée de manière à prendre une photographie toutes les 30 secondes.

Soudain, dans l’obscurité, une voix de femme s’élève.

-    Esprits, amis de l’autre monde, désirez-vous communiquer avec nous ?

Seul le crépitement des lampes aux magnésiums qui se rechargent trouble le silence…

-    Amis, êtes-vous là ? Manifestez-vous ! demande encore la femme.

Pofff… Un nouveau flash au magnésium éclaire la pièce. Même vision furtive de l’assemblée ; même pièce, même table.

Mais bientôt, aux crépitements des lampes, un autre bruit s’impose : celui d’un meuble mal ajusté qui vacille sur ses pattes… Toc! Toc!… Toc! Toc!

-    Je vous en prie, manifestez-vous ! reprend la femme nullement troublée.

Pofff…

Toujours assis sur sa chaise, l’homme au « trench » a bien vu… La table placée devant lui était dressée sur deux pattes, comme si une main invisible en soulevait une extrémité. Bien sûr, la lumière n’a durée qu’une fraction de seconde, mais il en est bien certain.

-    Ils sont là… annonce la femme. Allez, manifestez-vous !

À peine la femme a-t-elle fini son « incantation » qu’un vacarme surprend toute l’assemblée. Au même moment, un nouveau flash éclaire la pièce révélant une scène étonnante : la petite table en bois — jusque-là placée au centre des participants — se trouve maintenant à l’envers, flottant à un mètre au-dessus du sol, à moitié entrée dans le cabinet.

Malgré leur étonnement, personne ne bouge… mais tous ont une pensée pour les appareils photographiques. « Pourvu que la photo soit bonne ! ».  1

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, alors que l’on enterre les quelque 8,000,000 de victimes du conflit, l’intérêt pour les recherches psychiques et les communications avec l’au-delà connaîssent un regain sans précédent. En Angleterre, la Society for Psychical Research vit son âge d’or avec des chercheurs comme Harry Price.2  En France, l’Institut Métapsychique International se livre à toute une série d’expérimentations sous les directives du Dr Charles Richet (prix Nobel de médecine de 1913)3. Au Canada, c’est aussi un médecin, le Dr Thomas Glendenning Hamilton, qui va devenir le fer de lance de cette recherche controversée.


Thomas G. Hamilton voit le jour à Agincourt, en Ontario, en 1873. Fils d’une famille de classe moyenne, il passe son enfance en Ontario et en Saskatchewan où ses parents vont s’établir vers 1885.4  En 1903, il sort diplômé de médecine de l’Université du Manitoba et ouvre, l’année suivante, un cabinet à Elmwood, en banlieue de Winnipeg.5 Dans les années qui suivent, il s’implique dans de nombreuses associations caritatives. En 1915 il est élu membre de l’Assemblée législative provinciale. Cinq ans plus tard, il est nommé secrétaire de l’Association Médicale du Manitoba.6 Mais derrière ces fonctions « officielles », le brave Dr Hamilton voue un intérêt dévorant pour l’étude des phénomènes psychiques.


En 1918, des amis lui parlent de spiritisme et de l’histoire de Pearl Curran, une ménagère de St-Louis (Missouri / É.-U.) qui, par l’intermédiaire d’une âme désincarnée — du nom de Patience Worth — recevrait des messages de l’au-delà. Dans de nombreux cas, lui dit-on, ces communications spirites seraient accompagnées de déplacements d’objets ou de coups frappés dans les murs.7  Hamilton, lui-même bientôt éprouvé par la mort de l’un de ses fils 8, décide d’étudier ces soi-disant manifestations d’outre-tombe. Pour ce faire, il organise une série d’expériences simples susceptibles de répondre à quatre questions fondamentales.

  • L’homme possède-t-il réellement des habiletés PSI lui permettant de bouger des objets uniquement par le pouvoir de sa volonté (la télékinésie) ou de communiquer par la pensée (la télépathie) ;

  • Ces habiletés peuvent-elles être mesurées et étudiées de façon rigoureuse ;

  • Ces habiletés sont-elles psychologiques, physiques ou les deux ;

  • Enfin, ces habiletés survivent-elles à la mort physique des individus.
    En d’autres termes : Y a-t-il une survie après la mort ? 9


Dans un premier temps, Hamilton aménage un « laboratoire » dans la grande chambre du 2ième étage de sa résidence du boulevard Henderson.10  Ensuite, il se livre à des expériences visant à démontrer la réalité de la télépathie et de la télékinésie. Comme « observateurs » et « sensitifs », le praticien fait appel à des gens qu’il connaît bien et qui ont toute sa confiance. Ceux-ci deviennent le « Cercle Hamilton ». Pour minimiser les risques de fraude, aucun des participants n’est rémunéré.11  Une règle que maintiendra toujours Hamilton. Encouragé par ses résultats — et en particulier au chapitre de la télépathie — le chercheur décide de poursuivre avec les communications médiumniques. D’emblée il fait monter dans son laboratoire un « cabinet spirite ».12  Il faut dire qu’à l’époque il est de croyance populaire que les performances des médiums peuvent être améliorées si ces derniers sont placés à l’intérieur d’un isoloir, une boite qui n’est pas sans rappeler une cabine téléphonique.


Durant les années 1920, Hamilton et ses collègues étudient tous les phénomènes associés aux communications spirites : écriture automatique, lévitation de tables et, surtout, les manifestations d’ectoplasmes (ou téléplasmes).13


L’ectoplasme est une substance qui se dégagerait du corps de certains médiums — en particulier par le nez, les yeux ou les oreilles — et dont la matérialisation éphémère formerait des parties du corps humain, un corps entier ou des objets divers.14  C’est l’étude de ces ectoplasmes qui va hisser T. G. Hamilton au rang des plus grands chercheurs en parapsychologie.

 

Une médium produisant un ectoplasme durant expérience de Hamilton
La médium Mary. M. produisant un ectoplasme

 


Fidèle à sa règle, Hamilton ne fait appel qu’à des médiums non-professionnels, bénévoles, qu’il connaît personnellement et qui acceptent de se soumettre à toutes les mesures de contrôle imposées.


Les « séances » se déroulent toujours de la même manière. À son arrivé, le médium est fouillé de façon à s’assurer qu’aucune substance étrangère ne puisse être introduite dans le laboratoire. Ensuite, une fois dans la pièce, le spirite est invité à s’asseoir dans le « cabinet » et à tendre ses mains à des participants placés de part et d’autre de l’isoloir. Durant toute la tenue de l’expérience, les mains du médium ne quitteront pas celles de ses « gardiens ».15  Pendant la transe, le médium demande aux esprits de se manifester par le biais de l’ectoplasme, ce qui donne lieux à des apparitions tout à fait spectaculaires. Des écoulements blanchâtres se forment à partir de la bouche ou des oreilles du médium, des écoulements qui forment des mains ou des visages. Certes, l’expérience se déroule dans l’obscurité la plus totale, mais des appareils photographiques prennent des clichés à intervalle régulier et des observateurs sont assis autour du médium en se tenant eux-mêmes par la main (au cas ou l’un d’entre eux voudrait se faire complice d’un arnaque). 16

 

« Lorsque Hamilton a commencé à s’intéresser aux communications spirites, explique Stan McMullin, auteur de Anatomy of a Seance, une étude sur le spiritisme au Canada, il a vite réalisé que pour protéger sa réputation il devait aller au-delà des aspects les plus "spectaculaires" du phénomène. C’est pourquoi il a beaucoup misé sur la photographie. Dans l’univers de la recherche psychique, il a eu beaucoup de scientifiques ou de pseudo-scientifiques et leur intérêt en grande partie a été motivé par ces nombreuses photographies qui circulaient à l’époque. Il y avait un grand respect pour la photographie. Les gens croyaient fondamentalement en la véracité des photographies. Dans la presse, elles étaient le support de l’information.


« Hamilton était médecin, une position enviable dans la communauté, d’où la nécessité d’être doublement prudent. Il a donc mis en place des mesures de contrôle pour éviter d’être dupé, la photographie étant la plus importante. Les clichés réalisés par Hamilton étaient en quelque sorte une caution indépendante sur la réalité des phénomènes qu’il étudiait. Il pouvait donc exercer ses recherches sans craindre les attaques personnelles. Sa façon de travailler respectait un protocole scientifique rigoureux et les photographies étaient autant de preuves — les meilleurs croyaient-on à l’époque — à l’appui de son sujet d’étude ». 17

 

Entre 1928 et 1933, T.G. Hamilton organise des dizaines de séances du genre. Des invités triés sur le volet viennent des quatre coins du monde pour assister à ces expériences ou simplement pour discuter de recherches psychiques. Parmi eux figurent le romancier Arthur Conan Doyle, le père de Sherlock Holmes, et le futur Premier ministre du Canada, William L. Mackenzie King. Dans les milieux de la recherche parapsychologique, le cottage du boulevard Henderson est jugé comme l’un des plus importants laboratoires de recherche sur les phénomènes spirites. Durant ces années, Hamilton réalise des centaines de photographies montrant ces phénomènes à divers stades d’évolution. C’est la plus importante collection du genre au monde.18


Thomas Glendenning Hamilton décède le 7 avril 1935. Au moment de sa mort il travaillait à l’écriture d’un manuscrit qui ne sera publié qu’en 1942, Intention and Survival : Psychical Research Studies and the Bearing of Intentional Actions by Trance Personnalities and the Problem of Human Survival. Hamilton y endosse ouvertement l’hypothèse de la survie de l’âme. Selon lui, seule l’explication survivaliste peut rendre compte des fantastiques prouesses dont lui et ses compagnons ont été les témoins.19


Une certitude que ne partage pas tout le monde…


Aujourd’hui l’extraordinaire collection de T.G. Hamilton est soigneusement conservée à l’Université du Manitoba, à Winnipeg.20  On peut y voir les nombreuses photographies « ectoplasmiques » prises lors de ses séances spirites. Si certaines d’entre elles sont convaincantes, d’autres en revanche sont pour le moins douteuses, voire risibles. Sur plusieurs clichés, l’ectoplasme ressemble plus à du coton à fromage qu’à un « fluide corporel ». Parfois, ces mêmes ectoplasmes montrent des visages miniatures qui tiennent plus de mauvaises découpures de magazines que de projections de l’au-delà. Difficile de ne pas y voir une habile supercherie. Pourtant, les chercheurs qui se sont penchés sur les travaux du Dr Hamilton rejettent la possibilité que le praticien ait volontairement porté son concours à un arnaque. Son honnêteté — tout comme celle de ses collaborateurs — n’a jamais été mise en doute.21

 

Une médium produisant un ectoplasme durant expérience de Hamilton . . Une médium produisant un ectoplasme durant expérience de Hamilton
La médium Mary M. produisant un ectoplasme.

 

Ces gens appartenaient à l’élite locale et jouissaient d’une crédibilité sans faille. Ils avaient beaucoup trop à perdre pour les imaginer participant à une fraude. Au contraire ! Durant ces années, ils ont fait de leur mieux pour maintenir un haut standard dans leurs mesures de contrôle. Les médiums étaient fouillés, les appareils photos contrôlées avant chaque expérience et tous les observateurs se tenaient par la main durant les séances. Aucun d’entre eux n’aurait pu quitter les rangs (pour se faire complice du médium) à l’insu de ses compagnons. Qui plus est, à la fin de chaque séance un procès-verbal des événements observés était signé par chacun des participants.22  Il est peu vraisemblable que tous ces gens aient donné leur aval à un tel canular.


Hamilton et ses collègues ont-ils pu alors être trompés par les médiums ? C’est possible ! Après tout, à certaines occasions, plus d’un médium étaient présents et la possibilité d’une collusion est toujours envisageable.23  Bien sûr, d’aucuns pourraient rappeler les mesures de contrôle mises en place par Hamilton, mais ces mesures dépendaient surtout de la vigilance de ses collaborateurs, pour la plupart des notables et des scientifiques. Or, contrairement à ce que l’on pourrait croire, les scientifiques sont des gens plutôt faciles à duper. À titre d’observateurs, Hamilton aurait sans doute été mieux servi par des magiciens ou des prestidigitateurs, des gens familiers avec l’art de la triche. Mais cela n’explique pas la motivation. Si Hamilton a été trompé par des charlatans, que cherchaient-ils ? La gloire ? Leur identité n’a jamais été publiée. Dans les procès-verbaux tous les médiums ne sont désignés que par leurs initiales.24  L’argent ? Aucun des médiums n’a jamais touché un centime. Une satisfaction personnelle ? Plusieurs des médiums étaient des amis de T.G. Hamilton, de sa femme (Lillian) ou de ses proches collaborateurs. Qu’auraient-ils gagné à tromper leurs amis ? Ce plaisir narcissique — si plaisir il y a eu — valait-il vraiment le risque d’être découvert ?


À l’époque de T.G. Hamilton, la photographie était considérée comme une preuve irréfutable. « La caméra ne ment pas », disait-on à l’époque. Aujourd’hui, la photographie n’a plus cet aura d’absolu. Pour croire en la réalité de ces ectoplasmes, il aurait été plus profitable d’en conserver un échantillon pour analyse plutôt que de le photographier. D’ailleurs — et à juste titre — les sceptiques font remarquer qu’aujourd’hui plus aucun médium ne produit de ces ectoplasmes jadis si populaires. « De nos jours, argumentent-ils, une analyse aurait tôt fait d’éventer la fraude ». Possible… mais le problème est peut-être plus profond.

« Le fait que les médiums ne produisent plus d’ectoplasmes amène certains à penser que ces phénomènes n’existent pas ou qu’ils n’ont jamais existé, explique Chris Rutkowski, auteur de Unnatural History : True Manitoba Mysteries. C’est malheureux. Je pense qu’il faut tirer une leçon des travaux de Hamilton. Il y a presque un siècle, lui et ses collègues, parmi lesquels se trouvaient des gens influents — dont Isaac Pitblado, un juriste important, et le Dr Bruce Chown, un médecin très en vue de Winnipeg — ont cru que ces phénomènes étaient réels et qu’ils méritaient d’être étudiés scientifiquement. Et c’est ce qu’ils ont fait. C’est ce genre d’initiative qui fait défaut aujourd’hui. Même si l’on croit qu’un phénomène est impossible cela ne signifie pas qu’il le soit forcément.


« Je pense que les recherches de T.G. Hamilton sont fascinantes parce qu’elles nous rappellent que quel que soit le phénomène — même jugé "impossible"  — il y a toujours place à une étude sérieuse et rigoureuse. C’est d’ailleurs le mandat de la science d’étudier ces phénomènes inconnus qui échappent à notre compréhension. Une initiative comme celle de Hamilton est beaucoup plus fertile que de dire : «Je n’étudierai pas ces phénomènes parce que je n’y crois pas." Ce genre d’attitude n’a rien de scientifique.» 25

 

Quoiqu’il en soit, les expériences de T.G. Hamilton — et ses centaines de photographies — continuent de soulever la controverse. Faut-il y voir la naïveté d’une époque ou la preuve d’une quelconque survie de l’âme ?

Une chose est certaine : 70 ans après la mort de T.G. Hamilton, la ruée vers l’âme demeure toujours la plus grande — et la plus insaisissable — des quêtes spirituelles. L’ultime passeport vers l’éternité.

 

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

 

Christian Robert Page © Dossiers Mystère TOME 21, (Louise Courteau, Éditrice Inc. 2008), p.45-56
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Véritable enquêteur du paranormal, Christian R. Page et l’équipe de Dossiers Mystère ont parcouru des milliers de kilomètres en quête d’histoires extraordinaires. Vous pouvez écouter sa chronique sur le paranormal avec Benoît Dutrizac, chaque semaine au 98,5 FM .

Références:

01. Stan McMullin, Anatomy of a Seance (McGill-Queen’s University Press, 2004), p. 192
02. Grégory Gutierez & Nicolas Maillard, Les aventuriers de l’esprit (Presses du Châtelet, 2005), p. 261
03. Grégory Gutierez & Nicolas Maillard, Les aventuriers de l’esprit (Presses du Châtelet, 2005), p. 414
04. Stan McMullin, Anatomy of a Seance (McGill-Queen’s University Press, 2004), p. 181
05- Chris Rutkowski, Unnatural History, true Manitoba Mysteries (Chameleon Publishers, 1993), p. 102
06. Chris Rutkowski, Unnatural History, true Manitoba Mysteries (Chameleon Publishers, 1993), p. 102
07. Stan McMullin, Anatomy of a Seance (McGill-Queen’s University Press, 2004), p. 182
08. Stan McMullin, Anatomy of a Seance (McGill-Queen’s University Press, 2004), p. 181
09. John Robert Colombo, Mysterious Canada (Doubleday Canada, 1988), p. 292
10. John Robert Colombo, Mysterious Canada (Doubleday Canada, 1988), p. 292
11. Stan McMullin, Anatomy of a Seance (McGill-Queen’s University Press, 2004), p. 183
12. Stan McMullin, Anatomy of a Seance (McGill-Queen’s University Press, 2004), p. 183
13. John Robert Colombo, Mysterious Canada (Doubleday Canada, 1988), p. 292
14. Rosemary Ellen Guiley, Ghosts and Spirits (Checkmark Books, 2000), p. 116
15. Chris Rutkowski, Unnatural History, true Manitoba Mysteries (Chameleon Publishers, 1993), pp. 106-109
16. Walter Mayer zu Erpen, The Quest for Immortality (2002), p. 13
17. Entrevue avec Stan McMullin réalisée le 15 juillet 2005
18. John Robert Colombo, Mysterious Canada (Doubleday Canada, 1988), pp. 292-293
19. John Robert Colombo, Mysterious Canada (Doubleday Canada, 1988), p. 293
20. Walter Mayer zu Erpen, The Quest for Immortality (2002), p. 13
21. Walter Mayer zu Erpen, The Quest for Immortality (2002), p. 15
22. Entrevue avec Walter Mayer zu Erpen le 25 mars 2005
23. Chris Rutkowski, Unnatural History, true Manitoba Mysteries (Chameleon Publishers, 1993), p. 109
24. Walter Mayer zu Erpen, The Quest for Immortality (2002), p. 15
25. Entrevue avec Chris Rutkowski réalisée le 29 mars 2005

 

 

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2892393094&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2892393116&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2895623813&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?lt1=_blank&bc1=000000&IS2=1&bg1=000000&fc1=FFFFFF&lc1=FFFFFF&t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&m=amazon&f=ifr&ref=tf_til&asins=289562383X" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Le mystère de l'Île-aux-Chênes


Le mystère de l'Île-aux-Chênes

Un dossier de Christian R. Page



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Île-aux-Chênes (Nouvelle-Écosse), 17 août 1965.

Il est 14 h 45. Les mains dans les poches, Robert Restall (59 ans) se dirige vers Smith’s Cove, une anse peu profonde située à la pointe sud de l’île. Restall, un ancien cascadeur de cirque reconverti en chasseur de trésor, y a récemment creusé un puits de neuf mètres de profondeur, mais l’eau de mer s’y est infiltrée. Pour assécher l’excavation, il a dû se résoudre à faire installer une pompe.

Sans même retirer les mains de ses poches, Restall se penche au-dessus du puits. Tout en bas, une eau noire et boueuses continue d’en interdire le fond. Soudain, il est pris d’un malaise ; ses jambes se dérobent sous lui et il plonge tête première, déjà inconscient, au fond du puits.

 

Quelques minutes plus tard, Robert Restall fils découvre le corps de son paternel à moitié-immergé. Il appelle à l’aide et se précipite sur l’échelle menant au fond du puits. Il n’a hélas que le temps de descendre quelques barreaux qu’il est pris à son tour d’étourdissements. Comme son père, il plonge dans les eaux boueuses du puits.

Attirés par les cris de Restall, un jeune ouvrier, Karl Graeser, court vers l’excavation. Il y voit les corps des deux Restall, père et fils. Il se lance sur l’échelle ; descend quelques barreaux ; tourne de l’œil et perd pied.

Deux autres travailleurs, Cyril Hiltz et Andy DeMont arrivent à la rescousse, mais finissent eux-aussi au fond du puits, victimes de cet étrange malaise.

 

Archives nationales de la Nouvelle-Écosse

 

À quelques mètres de là, des touristes qui visitent l’Île-aux-Chênes sont témoins du drame. Le temps d’appeler des secours, il est déjà trop tard pour quatre des travailleurs : Robert Restall, père et fils, Karl Graeser et Cyril Hiltz. Seul le jeune Andy DeMont est tiré vivant du funeste puits.

L’autopsie va révéler que les victimes sont mortes noyés. Le médecin légistes suppose qu’en raison d’un mauvais fonctionnement de la pompe a essence, l’air du puits s’est saturé en monoxyde de carbonne. Ce sont ces vapeurs qui auraient provoqué l’évanouissement des travailleurs. 1

En ce mardi après-midi de 1965, la chasse au trésor de l’Île-aux-Chênes vient d’atteindre un nouveau sommet. Après les millions de dollars déjà investis, voilà que cette quête réclament maintenant quatre vies humaines. Une facture salée pour une aventure qui n’a jamais rapporté le moindre denier…

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

À l'été de 1795, Daniel McGinnis, un adolescent de 16 ans, décide d'explorer en solitaire l'Île-aux-Chênes : une terre minuscule et inhabitée longue d'à peine 1,500 mètres dans la baie de Mahone, à quelque 80 kilomètres au sud-ouest de Halifax (N. É.).2  La rumeur locale veut que l'île soit hantée par des fantômes et autres créatures maléfiques.3 Certains colons gardent encore le souvenir lointain de lumières mystérieuses vues dans l'île à la tombée de la nuit.4 Et c'est probablement beaucoup plus par goût du défie que par celui de l'aventure que ce matin là le jeune McGinnis débarque dans l'île.


Marchant avec précaution dans l'épaisse forêt de chênes, le jeune explorateur ne tarde pas à découvrir une vaste zone déboisée. Sur plusieurs mètres, des dizaines d'arbres ont été abattus à la hache. Seul un vieux chêne, au milieu des souches coupées, semble encore veiller à l'abattage depuis longtemps interrompu. Une vieille poulie de bois, comme celle utilisée sur les gréements des navires, pend inutile à une branche basse et à demi-sectionnée. À la verticale de ce palan, une dépression circulaire de 4 mètres de diamètre marque encore le sol, comme si quelqu'un y avait enseveli un précieux secret. 5


À en juger par l'état de la végétation, les travaux doivent remonter à plusieurs années, voire des décennies. Pour le jeune McGinnis, ces « travaux » ne peuvent être que l’œuvre de pirates et de flibustiers. Il est d’ailleurs notoire que jadis des pirates ont utilisé les nombreuses îles de la baie de Mahone pour se mettre à l'abri de leurs poursuivants. Et évidemment qui dit pirates… dit trésor. 6


De retour chez lui à Chester, McGinnis informe de sa découverte deux de ses amis, John Smith et Anthony Vaughan. Dès le lendemain matin, n'ayant pour tout équipement que des pelles et des seaux, les trois adolescents retournent dans l'île. Ils vont y entreprendre la plus incroyable chasse au trésor de l'histoire, celle du mystérieux et impénétrable Puits de l'argent (Money Pit). 7


À 3 mètres (10 pieds), le trio se butte à une épaisse plate-forme faite de madriers de chêne de 15 centimètres d'épaisseur. Cette fois il n'y a plus de doute : quelqu'un a bien enseveli quelque chose dans ce trou. Espérant y découvrir un coffre débordant d'or et de joyaux, les garçons dégagent fébrilement la plate-forme. Mais à leur grande déception, ils ne trouvent que la terre argileuse du puits. Trois mètres plus bas, une autre plate-forme leur bloque de nouveau la route ; puis, encore 3 mètres plus bas, une troisième plate-forme. La « chasse au trésor » prend une tournure inattendue. Conscients de ne pouvoir creuser plus profondément — faute de moyens — les adolescents abandonnent leur quête.8  Ils mettront huit ans avant de revenir dans l'île. 9


En 1803, McGinnis, Vaughan et Smith (lequel entre-temps s'est rendu propriétaire de tout l'est de l'île) retournent sur le site. Ils sont accompagnés d’une dizaine d’ouvriers enthousiastes qu’ils ont convaincus de se joindre à l’aventure. Rapidement, les « terrassiers » retrouvent l'emplacement du puits et recommencent à creuser. Trois mètres plus bas, ils rencontrent une nouvelle plate-forme en chêne, mais, à la différence des trois premières découvertes neuf ans plus tôt, celle-ci a été rendue étanche par du mastic. Puis, successivement, tous les trois mètres, ils dégagent d'autres plates-formes. Certaines sont faites uniquement de billes de bois, d’autres ont été solidifiées avec du mastic et même de la fibre de noix de coco : un matériau plutôt exotique sous ces latitudes. 10

    
À 27 mètres, sur la 9ième plate-forme, les hommes découvrent une pierre plate couverte de symboles étranges, des sortes de hiéroglyphes. Il est clair que ses auteurs l’ont laissée-là intentionnellement, mais pourquoi ?11  Incapables d’en interpréter le sens, les ouvriers l’écartent sans s’en soucier.Note I Ils enfoncent ensuite une barre de mine au travers des billes de chênes. L'outil heurte quelque chose de dur qui occupe toute la largeur du puits : on dirait du bois… un bois plus moue que le chêne. Pourrait-il s’agir enfin du trésor ? Mais comme le soir tombe rapidement sur la baie de Mahone, les hommes préfèrent remettre au lendemain le démantèlement de la plate-forme. Hélas, lorsqu’ils reviennent dans l'île, c'est pour y découvrir un puits inondé jusqu'à 10 mètres de la surface. Ils tentent d'échopper à l'aide de seaux, mais sans succès.12 Les travaux sont interrompus pour le reste de l'année. Le printemps suivant, question de contourner le puits déjà inondé, les chasseurs de trésor creusent un autre tunnel d'accès. L'aventure prend fin abruptement quand de l'eau — venu d'on ne sait où — inonde toute la galerie. Ruinés — et découragés — les terrassiers s'avouent vaincus. La suite, n'est plus qu'une longue succession d'échecs et de déceptions. 13

 

Vue aérienne de la mine de Oak Island, le puis aux trésors de l'île-aux-Chênes
National Geographic Society - Undersea Treasures



En 1849, un nouveau syndicat, la Truro Company, localise à 27 mètres sous le puits original deux ou trois coffres en bois. On tente de récupérer le « butin » en creusant un nouveau puits — un troisième — à proximité du puits original. Malheureusement, comme lors de la tentative infructueuse de 1804, tout s'inonde.14 L'année suivante, une récidive se solde également par un échec. Les ouvriers constatent alors que l’eau du puits est salée : il s’agit donc de l’eau de mer. Vouloir pomper l’eau du puits équivaut à vouloir y pomper l’océan Atlantique ! C'est à ce moment-là qu'on découvre l'ingénieux mécanisme de protection du Puits de l’argent. En explorant la plage de Smith’s Cove, les ouvriers découvrent qu’un muret de galets y a été construit et solidifié avec de la fibre de noix de coco. Derrière se cache l’entrée d’un canal d’irrigation qui, à marée haute, amène l’eau de mer directement dans le puits principal.15 Le bourbier aurait bien sûr pu être évité si, lors des travaux de 1803, les ouvriers avaient bloqué ce canal avant d’essayer de retirer la 9ième plate-forme, celle placée à 27 mètres de profondeur. Mais qui aurait pu s’en douter ? À moins que ce secret n’ait été celui de la mystérieuses « pierre aux hiéroglyphes » découverte justement sur cette plate-forme ?


En 1861, la Oak Island Company — composé d’anciens investisseurs de la Truro Company — débarque dans l’île. On réouvre le chantier abandonné 20 ans plus tôt et nettoie les excavations en partie éboulées. Avec de nouvelles foreuses, on recreuse jusqu’à 27 mètres, le niveau atteint par les ouvriers de la Truro Company. On creuse aussi une galerie latérale espérant pouvoir contourner le canal d’irrigation. C’est un échec. Après quelques mètres, l’eau s’y engouffre rendant le tunnel tout à fait impraticable. Mais on ne désespère pas. On décide de creuser un autre puits à quelques mètres de l’original. L’idée est de passer à côté du canal d’irrigation pour pouvoir se rendre en dessous du niveau des 27 mètres où, croit-t-on, se trouve toujours le butin. Ce projet est le plus ambitieux depuis la découverte du Puits de l’argent. Au plus fort des travaux, une soixantaine d’hommes et une trentaine de chevaux travaillent au chantier de l’Île-aux-Chênes. Les alentours immédiats du puits commencent de plus en plus à ressembler à un fromage suisse. À l’automne, les hommes ont atteint 33 mètres. Ils n’iront pas plus loin. Dans un fracas épouvantable, le nouveau puits s’effondre. On suspend les travaux pour l’hiver. 16


Le printemps suivant, les ouvriers décident de s’attaquer au canal d’irrigation avant de reprendre le forage du Puits de l’argent. Il est impératif d’empêcher l’eau de s’infiltrer dans le canal. On érige un barrage à Smith’s Cove, mais celui-ci s’effondre à la première tempête. On creuse de nouvelles galeries qui s’écroulent à leur tour. Après des mois de vains efforts, la Oak Island Company baisse les bras. Ses coffres sont vides et ceux de l’Île-aux-Chênes refusent de s’ouvrir. 17


En 1893, un jeune vendeur d’assurance de Boston (MA), Frederick Blair, forme la Oak Island Treasure Company. Comme ses prédécesseurs, Blair a bien compris qu’il doit d’abord venir à bout du canal d’irrigation s’il veut percer le secret du Puits de l’argent. Il embauche une nouvelle génération d’ouvriers et fait amener dans l’île des foreuses dernier cri.Note II  Les terrassiers creusent bientôt de nouveaux tunnels sur le parcours du canal d’irrigation. Si on ne peut pas empêcher l’eau d’y entrer, peut-être pourra-t-on la détourner ?18 En vidant un colorant dans le puits principal, les ouvriers remarquent que la teinture se jette dans la mer à deux endroits : à Smith’s Cove et à South Shore Cove. On réalise alors que ce n’est pas UN mais DEUX canaux qui amènent l’eau au puits.19 Durant ces travaux, les ouvriers font une découverte guère plus réjouissante. En forant dans le puits original, on découvre que les « coffres » localisés en 1803 au niveau des 27 mètres — juste avant que le puits s’inonde — ont disparus.20 On suppose que les effondrements à répétitions ont entraîné les coffres plus loin dans le sous-sol. Mais où ? Existe-t-il sous l’île une rivière ou une caverne où le butin aurait pu glisser ? En forant plus profondément, les hommes localisent à 47 mètres ce qui semble être une voûte faite de ciment, comme une chambre forte.21 Serait-ce une nouvelle cache ? La Oak Island Treasure Company va poursuivre ses travaux jusqu’en 1909, sans toutefois mettre la main sur le trésor.


Les décennies suivantes voient défiler dans l’île de nouveau aventuriers, tous convaincus d’en ramener le magot tant convoité. Pour ce faire, ils construisent de nouvelles galeries et de nouveaux puits. Ils élèvent des batardeaux pour bloquer l'eau arrivant par les canaux d'irrigation, des digues de fortunes — comme celles déjà mises en place par les ouvriers de la Oak Island Company — qui s’effondrent aux premières marées. Ils dynamitent le parcours de ces mêmes canaux, sans succès.


En août 1965, quatre chasseurs de trésor, Robert Restall et son fils Bobbie, Karl Graeser et Cyril Hiltz se noient dans les eaux boueuses du Puits de l’argent.22 Mais le drame ne décourage leurs successeurs. En 1971, un groupe d'investisseurs montréalais, la Triton Alliance, fait descendre une caméra submersible à quelque 76 mètres de profondeur. À en croire certains comptes-rendus, les images montrent la présence de coffres et d'une main de squelette — une signature macabre souvent associée aux pirates.23


Aujourd’hui, les travaux dans l’Île-aux-Chênes sont pratiquement au point mort, conséquence d’une longue bataille juridique entre les deux principaux actionnaires de la Triton Alliance, David Tobias et Dan Blankenship.


Mais quel est donc ce mystérieux trésor enfoui au fond du puits ?


Les hypothèses sont légions. On a évoqué le trésor du célèbre capitaine Kidd 24, les joyaux de Marie-Antoinette 25 ou encore un obscur butin dérobé lors de la guerre d'Indépendance américaine.26  Certains ont même proposé le Saint Graal, cette coupe utilisé par le Christ lors de la dernière cène 27, ou encore le trésor légendaire de l'ordre des Templiers.28  D’autres favorisent plus raisonnablement le butin du capitaine Francis Drake29,  un corsaire anglais qui se serait emparé de plusieurs galions espagnols au XVIe siècle.30  Un chercheur a même découvert, dans les archives de Séville (Espagne), que Drake avait sillonné l'Atlantique-Nord en 1587.31  Or, de récentes analyses au carbone 14, effectuées sur des morceaux de chêne extraits du Puits de l’argent, donnent à penser que celui-ci aurait été construit entre 1500 et 1650. 32
 

Au problème du « contenu » s’ajoute aussi celui du « contenant ». Qui a construit le Puits de l’argent ? Et comment ses ingénieurs s’y sont-ils pris ? Construire une cache comme celle de l’Île-aux-Chênes a dû nécessiter l’emploi d’au moins 500 hommes pendant six mois (ou l’équivalent). Comment un tel chantier a-t-il pu passer inaperçu aux yeux des riverains ? D’où les ingénieurs tenaient-ils également leur savoir-faire ? Des caches complexes ont bien sûr été découvertes à Haïti et à Madagascar — l’œuvre de pirates — mais rien d’aussi élaboré qu’à l’Île-aux-Chênes.33 Pourquoi d’ailleurs aussi complexe ? L’idée de cacher un trésor c’est de pouvoir le récupérer ultérieurement. On imagine mal des pirates se donnant autant de peine pour dissimuler leurs rapines, s’ils comptaient les récupérer par la suite. Un simple trou au pied d’un arbre aurait suffi.


Jusqu'à présent, la quête de l'Île-aux-Chênes a coûté des millions de dollars, des rivières de sueur et au moins cinq vies humaines. Une facture élevée quand on pense qu'à ce jour aucun objet de valeur n'a jamais été remonté du fameux puits. Le problème ici est que, contrairement à toutes les autres chasses au trésor, on sait exactement où chercher mais on ignore toujours ce que l'on cherche.


Le mystère du Puits de l’argent reste pour le moment aussi inaccessible que son hypothétique trésor.


¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

Notes importantes:

1. En 1865, la « pierre aux inscriptions » a été transportée à Halifax où elle a été exhibée dans la vitrine d’une boutique locale. Dans les semaines qui ont suivi, un professeur de langues de l’université Dalhousie d’Halifax a fait savoir qu’il en avait déchiffré le massage. Selon lui, l’inscription disait : « Quarante pieds plus bas, deux millions de livres sont enterrées ». Cette traduction a été reçue avec beaucoup de scepticisme, certains accusant les responsables de l’avoir inventée uniquement pour promouvoir les recherches dans l’Île-aux-Chênes. On ignore ce qui est advenus depuis de cette « tablette ». On raconte qu’elle aurait fini imbriquée dans les pierres du foyer de John Smith, l’un des trois découvreurs originaux du Puits de l’argent.

2. À l’époque l’île n’était pas reliée à la terre ferme. En 1965, une voie pavée de 200 mètres a été construite pour faciliter la circulation entre l’île et le continent.

 

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

 

Christian Robert Page © Dossiers Mystère TOME 2, (Louise Courteau, Éditrice Inc. 2008), p.363-374
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Véritable enquêteur du paranormal, Christian R. Page et l’équipe de Dossiers Mystère ont parcouru des milliers de kilomètres en quête d’histoires extraordinaires. Vous pouvez écouter sa chronique "Mythes et complots" avec Benoît Dutrizac, chaque semaine au 98,5 FM .

Références:

01. D’Arcy O’Connor, The Secret Treasure of Oak Island (The Lyon Press, 2004), pp. 152-153
02. D’Arcy O’Connor, The Secret Treasure of Oak Island (The Lyon Press, 2004), p. 2
03. Claude Marcil et Françoise Paul, Oak Island, l’île au trésor (JCL éditions, 1989), p. 14
04. Collectif, Incredible Phenomena (Orbis Publishing Limited, 1984), p. 235
05- Claude Marcil et Françoise Paul, Oak Island, l’île au trésor (JCL éditions, 1989), p. 13
06. D’Arcy O’Connor, The Secret Treasure of Oak Island (The Lyon Press, 2004), p. 2
07. D’Arcy O’Connor, The Secret Treasure of Oak Island (The Lyon Press, 2004), p. 2
08. D’Arcy O’Connor, The Secret Treasure of Oak Island (The Lyon Press, 2004), p. 3
09. D’Arcy O’Connor, The Secret Treasure of Oak Island (The Lyon Press, 2004), p. 11
10. D’Arcy O’Connor, The Secret Treasure of Oak Island (The Lyon Press, 2004), p. 11
11. D’Arcy O’Connor, The Secret Treasure of Oak Island (The Lyon Press, 2004), p. 11
12. D’Arcy O’Connor, The Secret Treasure of Oak Island (The Lyon Press, 2004), p. 14
13. D’Arcy O’Connor, The Secret Treasure of Oak Island (The Lyon Press, 2004), p. 14-15
14. D’Arcy O’Connor, The Secret Treasure of Oak Island (The Lyon Press, 2004), p. 17
15. D’Arcy O’Connor, The Secret Treasure of Oak Island (The Lyon Press, 2004), p. 21-22
16. Claude Marcil et Françoise Paul, Oak Island, l’île au trésor (JCL éditions, 1989), pp. 59-60
17. Claude Marcil et Françoise Paul, Oak Island, l’île au trésor (JCL éditions, 1989), pp. 60-61
18. Claude Marcil et Françoise Paul, Oak Island, l’île au trésor (JCL éditions, 1989), pp. 63-65
19. D’Arcy O’Connor, The Secret Treasure of Oak Island (The Lyon Press, 2004), p. 63
20. Millie Evans et Eric Mullen, Oak Island (Four East Publication, 1984), p. 21
21. D’Arcy O’Connor, The Secret Treasure of Oak Island (The Lyon Press, 2004), p. 60
22. D’Arcy O’Connor, The Secret Treasure of Oak Island (The Lyon Press, 2004), pp. 152-153
23. Claude Marcil et Françoise Paul, Oak Island, l’île au trésor (JCL éditions, 1989), p. 106
24. D’Arcy O’Connor, The Secret Treasure of Oak Island (The Lyon Press, 2004), p. 37
25. D’Arcy O’Connor, The Secret Treasure of Oak Island (The Lyon Press, 2004), p. 88
26. Collectif, Incredible Phenomena (Orbis Publishing Limited, 1984), pp. 244-245
27. Michael Bradley, Holy Grail Across the Atlantic (Hounslow Press, 1988)
28. William F. Mann, The Knights Templar in the New World (Destiny Books, 2004)
29. D’Arcy O’Connor, The Secret Treasure of Oak Island (The Lyon Press, 2004), pp. 115-116
30. Collectif, Lost Treasure (Time-Life Books, 1991), p. 58
31. PC, Des Montréalais partent à la chasse au trésor d’Oak Island (La Presse, 17 février 1990)
32. D’Arcy O’Connor, The Secret Treasure of Oak Island (The Lyon Press, 2004), p. 175
33. Claude Marcil et Françoise Paul, Oak Island, l’île au trésor (JCL éditions, 1989), pp. 117-118

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&asins=2892393094&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF &bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor- 21&o=8&p=8&l=as1&asins=2892393116&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF& amp; amp;bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&asins=2895623813&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF &bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm? lt1=_blank&bc1=000000&IS2=1&bg1=000000&fc1=FFFFFF&lc1=FFFFFF&t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&m=amazon&f=ifr&ref=tf_til&asins=289562383X" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Ogopogo - Le monstre du lac Okanagan


Ogopogo - Le monstre du lac Okanagan

Un dossier de Christian R. Page



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 


Lac Okanagan (Colombie-Britannique), 1872.

Susan Allison est inquiète. Debout dans son jardin, elle regarde les nuages qui s’amoncellent de nouveau à l’horizon : de gros nimbostratus noirs et annonciateurs d’un violent orage. Déjà le vent souffle à perdre pied et la pluie est imminente. La femme pense à son mari parti la veille sur son bateau pour rencontrer des commerçants établis sur l’autre rive du lac Okanagan. « Si l’orage éclate, pense-t-elle, John ne pourra pas rentrer.

 

Pire, s’il se trouve sur l’eau à ce moment-là, sa traversée risque d’être des plus mouvementées. » Pendant un instant, elle laisse courir son regard sur le lac en contrebas. La nuit précédente, des orages ont éclaté eu peu partout au-dessus de la vallée de l’Okanagan, déracinant ici et là quelques arbres. Sur l’eau, des branches brisées flottent, témoignant de la violence des bourrasques. Après une brève accalmie, voilà que le vent s’est remis à souffler de plus belle. Sur le lac, les vagues forment des crêtes houleuses et menaçantes. « Rien de très encourageant pour la navigation », se dit la femme. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’elle remarque cette masse sombre qui se déplace contre le vent, en fendant les vagues. Elle réalise que ce qu’elle croyait n’être qu’un tronc d’arbre à la dérive est en fait un animal aquatique, filiforme, d’au moins 15 mètres de long. Pendant quelques minutes elle suit les évolutions de la bête qui se trouve à 2 kilomètres de distance. Celle-ci se déplace en ondulant le corps comme le ferait une anguille ou un serpent. Elle disparaît finalement derrière une presqu’île.

 

 

Comme beaucoup de pionniers venus s’installer dans la riche vallée de l’Okanagan, Susan Allison a elle-aussi entendu parler de ces légendes de monstres lacustres. Plus jeune des amis Amérindiens lui ont même juré qu’ils avaient vu le serpent géant du lac baptisé Naitaka.

Pendant de longues minutes, Susan Allison reste-là, les yeux fixés sur le lac. Elle ne voit plus les nuages qui s’amoncellent à l’horizon. Même le vent qui souffle n’a plus prise sur elle. Tout son esprit n’est occupé que par un nom : Naitaka… 1

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

Le lac Okanagan, qui s’étend sur 135 km pour une superficie de 351 km2,2 est le plus important des six grands lacs de la vallée de l’Okanagan, une cuvette de 210 km de long dans les montagnes rocheuses de la Colombie-Britannique. Avec une profondeur maximale de 244 mètres c’est également l’un des lacs les plus profonds du Canada.3  À en croire les légendes amérindiennes, il serait la demeure du serpent Naitaka ou N’ha-a-itk, le « démon » des eaux.  Incidemment, l’une des îles du lac, près de Penticton, porte le nom de Rattlesnake Island (l’île du serpent à sonnettes). Selon les traditions autochtones, c’est dans les eaux qui baignent cet îlot qu’aurait élu domicile l’étrange créature du lac.4  À Power Creek, une crique qui se jette dans le lac Okanagan, on retrouve aussi des pétroglyphes représentant une curieuse créature lacustre en forme de serpent. 5

Lorsque les premiers colons blancs sont venus s’établir dans la vallée, aux XIXe siècle, les légendes de monstres lacustres étaient déjà omniprésentes dans les traditions locales. Mais les rumeurs ont vite fait place aux observations. 6

En 1860, un certain John McDougall, un métis travaillant pour la compagnie de la Baie d’Hudson, entreprend de faire passer ses chevaux sur l’autre rive du lac. Pour ce faire, il attache les bêtes à son canot et commence sa traversée. À mi-chemin, les chevaux, qui nagent derrière l’embarcation, se débattent et disparaissent sous les flots. McDougall est terrifié. Ce qui a attiré ses bêtes dans l’abîme risque de l’entraîner à son tour. Le Métis tire sur la corde, mais les chevaux ne réapparaissent pas… et son canot s’enfonce dangereusement. McDougall n’a d’autre choix que de couper la traîne pour se libérer de cet agresseur invisible. Il pagaie de toutes ses forces jusqu’à l’autre rive. De nouveau sur la terre ferme, il scrute les flots pendant de longues minutes, espérant voir réapparaître ses bêtes, mais en vain. On ne retrouvera jamais rien des deux chevaux de John McDougall. 7

Dans les années qui suivent, d’autres colons rapportent la présence du mystérieux serpent du lac Okanagan. Parmi eux, Susan Allison qui — au lendemain de son observation de 1872 — commence à documenter les légendes locales et en particulier celles ayant trait à la « bête du lac ». Mme Allison va devenir en quelque sorte la première « historienne » du monstre. 8

Mais en cette deuxième moitié du XIXe siècle, les berges du lac Okanagan sont encore sauvages et les populations clairsemées. Conséquences : les apparitions de la créature lacustre demeurent anecdotiques et tributaires de cette faible démographie. Mais avec le boom économique des années 1920, la vallée de l’Okanagan se développe et avec cet essor les apparitions de la bête se multiplient. C’est à cette époque aussi que la bête se voit affubler d’un nouveau nom — qui la rendra célèbre à travers tout le Canada — Ogopogo. 9

À en croire les témoins, la créature du lac Okanagan serait un animal filiforme d’environ 20 mètres de long. Sa peau serait sombre et lustrée et sa tête semblable à celle d’un cheval. Plusieurs récits font état de deux ou même trois créatures nageant côte à côte, ce qui prouve que Ogopogo n’est pas le seul représentant de son espèce, mais qu’il appartient plutôt à une communauté d’animaux grégaires. 10

À l’été de 1958, un certain William Mark roule sur la rive ouest du lac lorsqu’il remarque ce qu’il a croit d’abord être une « séries de petites embarcations se suivant à la file indienne ». Il s’arrête et descend de voiture. Il constate bientôt que ces « embarcations » sont en fait un chapelet de « bosses » que laissent apparaître des animaux lacustres évoluant à la surface du lac. Par la distance séparant ces « bosses », le témoin en déduit qu’il doit s’agir d’au moins deux animaux nageant l’un devant l’autre. Les créatures sont trop loin pour qu’il puisse les détailler. Il les observe pendant cinq bonnes minutes avant qu’elles ne disparaissent au loin. 11

On estime aujourd’hui à plusieurs centaines le nombre de témoignages sur Ogopogo colligés depuis le siècle dernier. Avec les années la créature est devenue une icône locale. Le gouvernement provincial à même fait planter sur l’une des berges du lac, au sud de Peachland, une plaque rappelant l’existence de la créature.12  À Kelowna, on peut aussi voir une sculpture « grandeur nature » du monstre et, en 1990, la Société canadienne des postes a émis un timbre à son effigie.13  Bref, Ogopogo est au Canada ce que Nessie, le monstre du Loch Ness, est à l’Écosse. Mais contrairement à son célèbre cousin de Highlands, Ogopogo n’a jamais fait l’objet de vraies recherches scientifiques. Jusqu’à présent seules quelques initiatives privées — et pas toujours motivées par des intérêts scientifiques — ont cherché à confirmer ou infirmer l’existence de la bête lacustre.

En 1990 et 1991, deux équipes de la télévision nipponne (NTV) se sont rendus au lac Okanagan pour y réaliser un documentaire sur son célèbre locataire. Les responsables japonais ont affrété pour l’occasion un bateau muni d’un sonar, un hélicoptère, un sous-marin et même un robot submersible téléguide ou ROV (pour Remotely Operated Vehicle). Ils ont aussi engagé plusieurs plongeurs et des experts locaux. À au moins deux reprises, ils ont capté des échos sonars insolites près de Rattlesnake Island, réputée pour être l’antre du monstre. D’après leur interprétation, la « cible » était longue d’environ 9 mètres. À ce jour, l’initiative de la télévision nipponne demeure la plus importante opération du genre jamais menée sur le lac Okanagan. Mais en dépit de leur attirail, les Japonais n’ont rien apporté de très concret sur l’existence de la bête. Faut-il rappeler que leur mission première n’était pas non plus de prouver l’existence d’Ogopogo, mais de faire un documentaire sur le sujet. Or science et télévision sont rarement synonymes. 14

Sur la scène locale, des amateurs enthousiastes, comme Arlene Gaal, la défunte Mary Moon ou John Kirk, le président du British Columbia Scientific Crytozoology Club, se sont intéressés à la bête du lac. Mais faute de ressources financières dignes de ce nom, leurs recherches se sont limitées presque essentiellement à la collecte des témoignages. Des récits comme celui de Dan Basaraba, l’un des rares témoins à avoir vu deux fois la mystérieuse créature lacustre.

 

« Le 9 juillet 2001, je me trouvais à bord d’une embarcation sur le lac Okanagan quand j’ai vu "quelque chose" émergé au loin. La chose se trouvait à 1 mille (1,6 km) de distance. On aurait dit une espèce de serpent de 35 ou 40 pieds (10 ou 12 mètres) de long. Nous étions six personnes sur le bateau et nous avons tous vu ce phénomène. Certains ont pensé qu’il s’agissait peut-être d’une vague, mais la chose se déplaçait verticalement sur le lac, du nord au sud, tout à fait en opposition avec le rivage qui s’étend d’ouest en est. Lorsque que cet objet est apparu à la surface de l’eau, sa peau luisait sous la lumière du soleil. C’était définitivement quelque chose de solide.

« Un an plus tard, jour pour jour (le 9 juillet 2002), je revenais du travail en marchant le long d’une pente qui longe le lac. Soudain, j’ai vu ce qui m’a semblé être deux créatures nageant l’une à côté de l’autre. La surface du lac était très calme et il n’y avait aucune embarcation dans les parages.

« Lors de ces deux observations, je ne cherchais pas à voir la bête du lac. Ces apparitions m’ont pris tout à fait par surprise. C’est arrivé comme ça. Bien sûr comme beaucoup de gens j’avais entendu parler du monstre du lac Okanagan, mais je n’y avais jamais accordé le moindre intérêt. » 15

 

Mis à part les témoignages — trop fragiles pour être considérés dans un débat scientifique — l’existence du monstre lacustre ne repose que sur quelques photographies et films plus ou moins floues montrant ce qui pourrait être Ogopogo… Le plus célèbre de ces films — et de loin le plus intéressant — reste celui réalisé par Art Folden en 1968.

Par un bel après-midi du mois d’août, cet ouvrier de Chase (B.-C.) et sa famille roulait sur l’autoroute 97 au sud de Peachland. À cet endroit la route longe le lac Okanagan et la vue y est imprenable. Soudain, Folden a remarqué une immense forme sombre nageant sous la surface de l’eau. Il s’est aussitôt rangé et, armé de sa caméra 8 millimètres, il est descendu pour mieux détailler le phénomène. La « chose » se trouvait alors à moins de 300 mètres de lui. Elle apparaissait comme une tache sombre évoluant sous le bleu azure de l’eau. Pendant que sa femme et ses enfants criaient d’excitation « C’est Ogopogo, c’est Ogopogo », Art Folden, lui, appuyait sur le déclencheur de sa caméra. 16

Le film d’Art Folden est l’un des tous premiers — sinon le premier — montrant la soi-disant bête du lac. Ce qui le rend si exceptionnel, malgré les années écoulées, c’est son calibrage. Nous savons exactement où le film a été tourné et connaissons la longueur focale utilisée par le caméraman. La lumière est excellente et la présence de buissons en premier plan permet d’évaluer avec précision les dimensions de la « chose ». Celle-ci fait 18 mètres de long pour une largeur d’un mètre à peine.17  Ses mouvements indiquent qu’il s’agit d’un animal vivant et non d’une branche ou d’une vague. Mais là s’arrête toute certitude quant à la nature d’Ogopogo. À ce jour, personne n’a jamais trouvé de carcasse qui aurait pu faire l’objet d’études anatomiques ou de tests ADN. À en croire le Havre Daily News-Promoter du 10 août 1928, un animal inconnu de deux mètres de long, ressemblant à « une anguille, mais avec une tête de mouton » aurait été capturé dans le lac Okanagan. La carcasse aurait ensuite été exhibée au quartier général de la police provinciale à Kelowna.18  Si ces événements sont authentiques, il est déplorable qu’aucun cliché ou film de l’animal n’ait été pris et qu’aucun échantillon de tissu n’ait été conservé pour fins d’analyse.

En Colombie-Britannique, l’Okanagan n’est pas le seul lac réputé pour son étrange locataire.

En 1908, des travailleurs d’un chantier d’abattage qui traversaient le lac Harrison ont vu « une espèce de serpent de mer ». Sa peau était noire et luisante et sa tête ressemblait à celle d’un serpent. L’animal était suffisamment près pour que les témoins puissent détailler ses oreilles et des sortes de moustaches qui lui pendaient à la mâchoire inférieure. Les autochtones de la région croient d’ailleurs que la mystérieuse créature du lac serait responsable de la disparition de plusieurs des leurs. Des apparitions semblables ont aussi été rapportées au lac Osoyoos, au sud du lac Okanagan, au lac Kootenay, près de la frontière du Montana (É.-U.) et au lac Shuswap, juste au nord du lac Okanagan. 19

Depuis les années 1920, les experts en biologie marine ont essayé de rationaliser les apparitions du lac Okanagan. On a d’abord prétendu qu’il devait s’agir d’esturgeons de grande taille. C’est vrai que ces poissons peuvent atteindre des dimensions surprenantes. Dans la rivière Fraser, des pêcheurs ont déjà capturé un esturgeon de 400 kg et d’une longueur de 4 mètres. Le problème avec les esturgeons c’est qu’ils ne correspondent pas aux descriptions des témoins qui parlent plus volontiers d’un animal au corps filiforme, à la peau lisse et doté d’un grand cou qu’il peut sortir hors de l’eau, comme un « périscope ». Les esturgeons sont des poissons au corps écailleux et leur morphologie ne leur permet pas d’émerger leur tête. Sans compter que le ministère des Pêches de la Colombie-Britannique n’a jamais confirmé la présence d’esturgeons dans le lac Okanagan.20  On a aussi prétendu que la créature du lac pouvait être un roi des harengs (ou régalec), un poisson filiforme de la famille des poissons-rubans (regalecus glesne). Ce poisson, au corps excessivement compressé, peut atteindre des dimensions surprenantes. En 1995, des marins américains ont capturé près de San Diego un roi des harengs de 15 mètres de long.21  C’est un poisson de mer excessivement rare (Note I)  qui vit surtout dans les eaux chaudes et tempérées. La plupart des cryptozoologues (spécialistes des animaux inconnus) sont d’avis que ces poissons très particuliers sont certainement à l’origine de plusieurs récits de serpent-de-mer. En 1860, un roi des harengs de 5 mètres de long — découvert échoué sur une plage des Bermudes — a été décrit par la presse locale comme un serpent-de-mer.22  Le hic avec cette hypothèse c’est que les poissons-rubans ne vivent qu’en eau salée. Imaginer — comme certains l’ont fait — une communauté de poissons-rubans remontant la rivière Columbia pour venir s’établir dans le lac Okanagan (un lac d’eau douce) relève du fantasme.23  Les autres candidats : le lamantin (un gros mammifère aquatique), le plésiosaure (un saurien de la préhistoire) ou l’otarie géante cadrent mal avec les caractéristiques connues d’Ogopogo.24  Le lamantin est un animal trapu difficile à confondre avec un serpent ; le plésiosaure a officiellement disparu depuis 80 millions d’années et l’otarie géante n’a jamais été vue ailleurs que dans les livres de cryptozoologie. Ogopogo appartiendrait-il alors à une nouvelle espèce encore inconnue de la science ? Qui sait ?

 


Un régalec (poisson-ruban) de 4,5 mètres, échoué sur la plage de Cabo San Lucas, Mexique,
en octobre 2012 (Source: Meltybuzz)


Le problème avec l’étude des monstres lacustres, qu’il s’agisse d’Ogopogo, de Memphré, le monstre du lac Memphrémagog (Québec), ou de Manipogo, la bête du lac Manitoba (MB), c’est que les preuves quant à leur existence sont beaucoup trop anémiques pour justifier des investissements importants. Mais sans cet argent, il est très difficile, sinon impossible d’apporter des preuves convaincantes, condition sine qua non au financement. C’est un problème insoluble. À moins que mère nature donne un petit coup de pouce au destin en laissant s’échouer la carcasse de l’un de ces animaux sur une plage bondée de scientifiques…

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

Notes importantes:

1. Le premier spécimen vivant a été filmé en 2001.

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

 

Christian Robert Page © Dossiers Mystère TOME 2, (Louise Courteau, Éditrice Inc. 2008), p.149-160
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Véritable enquêteur du paranormal, Christian R. Page et l’équipe de Dossiers Mystère ont parcouru des milliers de kilomètres en quête d’histoires extraordinaires. Vous pouvez écouter sa chronique "Mythes et complots" avec Benoît Dutrizac, chaque semaine au 98,5 FM .

Références:

01. John Kirk, In the Domain of the Lake Monsters (Key Porter Books, 1998), p. 14
02. Mary Moon, Ogopogo (J.J. Douglas Ltd., 1977), p. 17
03. John Kirk, In the Domain of the Lake Monsters (Key Porter Books, 1998), p. 3
04. Arlene Gaal, In Search of Ogopogo (Hancock House Publishers, 2001), p. 123
05- John Kirk, In the Domain of the Lake Monsters (Key Porter Books, 1998), p. 12
06. Mary Moon, Ogopogo (J.J. Douglas Ltd., 1977), p. 28
07. John Kirk, In the Domain of the Lake Monsters (Key Porter Books, 1998), p. 15
08. Arlene Gaal, In Search of Ogopogo (Hancock House Publishers, 2001), pp. 11-12
09. John Kirk, In the Domain of the Lake Monsters (Key Porter Books, 1998), p. 3
10. John Kirk, In the Domain of the Lake Monsters (Key Porter Books, 1998), p. 7
11. Mary Moon, Ogopogo (J.J. Douglas Ltd., 1977), pp. 132-133
12. Arlene Gaal, In Search of Ogopogo (Hancock House Publishers, 2001), p. 123
13. Arlene Gaal, In Search of Ogopogo (Hancock House Publishers, 2001), p. 130
14. Arlene Gaal, In Search of Ogopogo (Hancock House Publishers, 2001), pp. 22-28
15. Entrevue avec Dan Basaraba réalisée le 21 mars 2005
16. Arlene Gaal, In Search of Ogopogo (Hancock House Publishers, 2001), p. 46
17. Collectif, Creatures From Elsewhere (Orbis Publishing, 1984), p. 49
18. Anonyme, Sea Monster is Found in Canada Lake (The Havre Daily News-Promoter, 10 août 1928)
19. Mary Moon, Ogopogo (J.J. Douglas Ltd., 1977), pp. 150-151
20. Anonyme, Was is Ogopogo, or Sturgeon, in B.C. Lake? (Columbian, 8 août 1991)
21. http://www.thejump.net/id/oarfish.htm
22. Richard Ellis, Monsters of the Sea (The Lyon Press, 2001), p. 43
23. Mary Moon, Ogopogo (J.J. Douglas Ltd., 1977), pp. 115-118
24. Mary Moon, Ogopogo (J.J. Douglas Ltd., 1977), pp. 118-124

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&asins=2892393094&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF &bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor- 21&o=8&p=8&l=as1&asins=2892393116&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF& amp;bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&asins=2895623813&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF &bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm? lt1=_blank&bc1=000000&IS2=1&bg1=000000&fc1=FFFFFF&lc1=FFFFFF&t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&m=amazon&f=ifr&ref=tf_til&asins=289562383X" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Memphré, le monstre du lac Memphrémagog


Memphré, le monstre du lac Memphrémagog

Un dossier de Christian R. Page



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 


Magog (Québec), 18 mai 2003.

Ce matin-là, Jean Grenier, un résident de Magog — une ville située sur les rives du Lac Memphrémagog — monte à bord de son embarcation et se dirige vers le centre du lac.

Il fait un temps magnifique et la surface de l’eau est à peine agitée par la brise légère. Vers 8 h 30, alors qu’il s’apprête à « jeter sa ligne », Grenier remarque à quelque 250 mètres de sa chaloupe des reflets insolites, comme si l’eau était agitée par un remous. Soudain, une forme sombre brise la surface sans provoquer d’éclaboussures.


Le pêcheur, qui a longtemps vécu sur la Côte-Nord, pense aussitôt à une baleine. Il ne voit ni la queue ni la tête de l’animal — parce que pour lui il n’y a aucun doute qu’il s’agit bel et bien d’un animal — seulement cette « bosse » qui sort de l’eau comme le ferait un cétacé.


Mais le pêcheur sait bien qu’il n’y a pas de baleines dans le lac Memphrémagog. À elle seule, la « bosse » fait 9 mètres de long. Pendant près de trois minutes Jean Grenier va observer la « chose » avant que celle-ci ne plonge en soulevant de fortes vagues.

 

 

 

Le pêcheur de Magog n’oubliera jamais cette matinée ; ce jour où il a vu Memphré, le légendaire monstre du lac Memphrémagog… 1

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

Situé en Estrie (Québec), le lac Memphrémagog fait 52 kilomètres de long, dont 22 kilomètres se trouvent au Vermont, en territoire américain.2  Sa profondeur maximale est de 107 mètres, pour une profondeur moyenne de 30 mètres.3  Depuis deux siècles on raconte qu’une bête étrange habiterait ses eaux. Déjà au tout début de la colonie les Amérindiens racontaient qu’ils ne se baignaient jamais dans le lac à cause des Anacondas, ce qui signifie « serpents géants ». Aujourd’hui, c’est quelque 200 observations du monstre lacustre qui ont dûment été répertoriées, pour une moyenne de huit nouvelles apparitions par année. Marc Grenier et sa compagne Marguerite McCullouch peuvent témoigner de l’une d’entre elles. 4

Le 31 juillet 1999, le couple était assis à une table à pique-nique à la pointe Merry (plage municipale de Magog). Vers 22 h 30, ils ont aperçu à la surface du lac deux ou trois bosses grises, presque noires.

 

« Il devait être à peu près 20 h 30, ont-ils raconté. Le lac était très calme. En jetant un coup d’œil vers la baie, nous avons aperçu un petit peu à l'est de l'auberge La Brise, donc à une distance de 150 à 200 mètres de l'endroit où nous nous trouvions, quelque chose qui sortait de l'eau puis y entrait avant d'en sortir puis y entrer à nouveau. Ça se déplaçait très lentement. Non pas comme un poisson qui avance en faisant onduler sa queue de droite à gauche et de gauche à droite. Plutôt par des bonds, à la manière d'une baleine, mais sans faire d'éclaboussures. Tout ce qui montrait que quelque chose se déplaçait, c'était un sillage.

« Jusque-là, nous étions persuadés que Memphré, c'était un attrape-touristes, pas autre chose. Maintenant, nous sommes convaincus qu'il y a quelque chose. Nous ne savons pas si c'est aquatique ou autres choses mais nous savons que ce n'est pas une fable. » 5

 

Quelques mois plus tard, presque au même endroit, c’est au tour d’Adrien Rompré de voir la « bête du lac».

Le 5 mai 2000, ce retraité de la police de Montréal, observe depuis sa maison en bordure du lac un sillage qui se déplace rapidement à la surface de l’eau. Sur le coup, l’octogénaire pense au sillage d’un canot à moteur, mais il n’y a aucune embarcation dans les parages. Il court aussitôt chercher ses jumelles, tout en criant à sa femme de venir le rejoindre. Pendant plusieurs minutes les Rompré vont observer les manœuvres de la bête. Cette dernière, qui se trouve à une centaine de mètres de la rive, se déplace assez lentement en s’éloignant vers le centre du lac. Vue à travers les binoculaires, la tête de l’animal est aussi grosse qu’une tête humaine avec de grands yeux noirs. D’où ils se trouvent, les Rompré ont l’impression qu’il s’agit d’une créature au corps trapu. 6


« L’observation a duré au moins cinq minutes, raconte Adrien Rompré. Nous pouvions voir cette chose qui se déplaçait en plongeant et en remontant à la surface. Arrivée près de l’Hermitage, la créature a plongé et dernière fois et nous ne l’avons pas revu. C’était très étrange. D’où je me trouvais, la bête ressemblait à une espèce de loutre géante.

« Nous vivons sur les rives du lac Memphrémagog depuis longtemps et évidemment j’avais entendu parler de ces histoires du monstre mais je n’y croyais pas du tout. Aujourd’hui, je n’ai plus aucun doute qu’il y a quelque chose de très mystérieux dans ce lac. » 7

 

Entre 1986 et 2006, ces témoignages ont soigneusement été colligés par le magogois Jacques Boisvert (Note 1).  Ce dernier a même créé (en collaboration avec Mme Barbara Malloy) la Société international de dracontologie du lac Memphrémagog.8  C’est à lui aussi que nous devons à la bête son nom de baptême : Memphré. À Magog, le « monstre du lac » fait partie de la couleur locale : le restaurant Memphré, les transports Memphré, le dépanneur Memphré ou l’auberge Memphré, les choix ne manquent pas. En 1996, la ville de Magog a également inauguré sa Place Memphré, un belvédère offrant une vue magnifique sur les eaux du lac…9  Pour la région, la bête lacustre est une curiosité, voire une attraction touristique. Mais au-delà de cette récupération folklorique, il y a les observations, dont certaines restent particulièrement intrigantes.

 

« À l’époque, j’étais guide sur le lac Memphrémagog, raconte Gérard Charland. Le 18 juin 1989, j’accompagnais un client qui souhaitait pêcher de la truite grise, un poisson que l’on retrouve surtout en eau profonde. Nous étions donc dans un secteur où la profondeur est d’à peu près 100 pieds (30 mètres). À un moment donné, mon client m’a dit : "Regardez là-bas, il y quelque chose qui vient de sortir de l’eau". Je me suis retourné et j’ai vu une masse sombre à la surface. Sur le coup, sachant qu’il y avait déjà eu de la drave sur le lac Memphrémagog, j’ai pensé qu’il pouvait s’agir d’un tronc d’arbre à la dérive. J’ai dirigé notre embarcation dans cette direction. En approchant, j’ai vu que ce que j’avais d’abord pris pour un tronc d’arbre était en fait un animal marin. Sa tête rappelait celle d’un cheval et je pouvais voir aussi une partie de sa queue qui devait faire entre 12 et 14 pieds (3,65 m à 4,25 m). Lorsque nous sommes arrivés à 150-200 pieds (45-60 m), il a plongé en faisant un énorme remous dans l’eau.

« Nous avons vite regagné la rive. Je tremblais comme une feuille. Je n’avais jamais rien vu de pareil. Ce n’était pas un poisson, ni même un poisson géant. L’animal avait la taille d’un cheval — sans compter la queue — et sa tête ressemblait à celle d’un dragon ou d’un cheval de mer (hippocampe). Son dos était annelé comme celui d’un esturgeon et sa peau était lisse et luisante.

« Après nous être calmés un peu, nous sommes retournés sur le lac. Nous n’avons pas revu la créature. Par contre, à un moment donné, j’ai vu apparaître sur mon sonar une masse gigantesque qui remontait vers la surface. J’ai dit à mon passager : "Tient-toi bien, nous risquons de chavirer". Mais contre toute attente, l’animal n’est pas réapparu. » 10

 

Gérard Charland tirera éventuellement une image imprimée de sa détection sonar. Une preuve « technique » pour laquelle il n’existe toujours aucune explication.

Si aujourd’hui la présence d’un grand animal aquatique dans les eaux du lac Memphrémagog est à peu près acquise, son identité zoologique est en revanche loin d’être établie. Pour certains le « monstre » ne serait rien d’autre qu’un grand poisson de fond d’une taille peu commune, comme un esturgeon. Pour d’autres Memphré serait une espèce lacustre encore inconnue de la science ou un survivant de l’ère préhistorique.

Jacques Boisvert, qui a partagé sa passion pour le monstre avec celle de la plongée sous-marine, a réalisé plus de 5000 plongées uniquement dans le lac Memphrémagog. Si à son grand regret il n’y a jamais vu le monstre, il n’y a jamais croisé non plus de « poissons géants ».11  Selon les données du ministère provincial des Ressources naturelles, le lac Memphrémagog compterait une dizaine de variétés de poissons, allant de la truite arc-en-ciel à l’achigan.12  Il n’est pas non plus exclu que le lac puisse abriter une colonie d’esturgeons, quoique jusqu’à maintenant aucun poisson de ce genre n’y a jamais été pêché.13  Mis à part l’esturgeon, qui peut atteindre jusqu’à 3 mètres de long, les autres poissons du lac Memphrémagog sont tous beaucoup trop petits pour être des candidats sérieux au monstre lacustre. Alors de quoi s’agit-il ?

Dans la foulée du célèbre monstre du Loch Ness, les amateurs ont beaucoup spéculé sur la possibilité que ces créatures puissent être les descendants de ces grands dinosaures marins de la préhistoire. Le problème avec cette interprétation est double. Primo, tous les grands dinosaures marins respiraient de l’air. Ce qui signifie que si Memphré était l’un d’entre eux, il devrait remonter régulièrement à la surface pour s’oxygéner, comme le font les dauphins et autre cétacé par exemple. Or, si tel était le cas, ce n’est pas une demi-douzaine d’apparitions qui seraient rapportées chaque année, mais des centaines. Secundo, pour survivre au temps, l’animal aurait besoin de se reproduire. Il faudrait donc parler de Memphré au pluriel. Or d’après les spécialistes en biologie marine, pour qu’une espèce puisse être viable il faudrait compter des dizaines, sinon des centaines d’individus. Si déjà un monstre c’est beaucoup, imaginez 300 !14  C’est la quadrature du cercle… Pourtant, il y a bien quelque chose d’insolite dans le lac Memphrémagog. Et certains ont même des images pour le prouver…

Le 12 août 1997, Daniel Long et son épouse Patricia pêchent sur le lac. Tout à coup, la jeune femme remarque des vagues inhabituelles qui se forment près de leur embarcation. Cette agitation est d’autant plus étrange que tout le reste du lac est calme. Les remous semblent provoqués par une « activité sous-marine ».

 

« Le temps était calme et nous avancions plutôt lentement, se rappelle Daniel Long. Comme elle le fait souvent, mon épouse filmait les alentours. Tout à coup, cette "vague" mystérieuse s’est formée et est passée tout près de notre bateau. Je ne sais pas ce que c’était, mais c’était très étrange. Il y plusieurs années, je travaillais dans l’industrie marine. On voyait souvent des baleines, des orques et des loutres. Ce que nous avons vu ce jour-là au lac Memphrémagog m’a fait penser à une loutre nageant juste sous la surface.

« La chose — peu importe ce que c’était — n’est jamais apparu à la surface. Elle n’a fait que provoquer un grand remous dans l’eau. Tout cela s’est passé très vite, 10 à 20 secondes au maximum. » 15

 

Le film du couple sera soumis à des experts qui s’avoueront incapables d’identifier « la bête du lac ». 16

Scientifiquement parlant, le monstre du lac Memphrémagog ne peut pas être un dinosaure échappé du parc Jurassique. Il n’est certainement pas non plus un esturgeon bicentenaire de 10 mètres de long. Quant à l’hypothèse qu’il puisse s’agir d’un représentant d’une espèce lacustre encore inconnue de la science, cette perspective paraît hautement improbable à cause des difficultés de reproduction et du nombre élevé d’individus que nécessiterait une colonie viable. Mais improbable n’est pas impossible.

C’est Sherlock Holmes qui disait : « Une fois que vous avez éliminé l’impossible, ce qui reste, même improbable, doit être la vérité ».

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

Notes importantes:

1. Jacques Boisvert est décédé subitement chez lui (à Magog), le 4 février 2006

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

 

Christian Robert Page © Dossiers Mystère TOME 2, (Louise Courteau, Éditrice Inc. 2008), p.63-70
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Véritable enquêteur du paranormal, Christian R. Page et l’équipe de Dossiers Mystère ont parcouru des milliers de kilomètres en quête d’histoires extraordinaires. Vous pouvez écouter sa chronique "Mythes et complots" avec Benoît Dutrizac, chaque semaine au 98,5 FM .

Références:

01. http://www.memphre.com/0.html
02. Michel Meurger et Claude Gagnon, Monstres des lacs du Québec (Stanké, 1982), p. 79
03. Michel Meurger et Claude Gagnon, Monstres des lacs du Québec (Stanké, 1982), p. 87
04. Anonyme, Le Memphré aperçu dans la baie de Magog (La Tribune [Sherbrooke], 4 août 1999)
05- Anonyme, Le Memphré aperçu dans la baie de Magog (La Tribune [Sherbrooke], 4 août 1999)
06. Entrevue avec Adrien Rompré réalisée le 19 avril 2005
07. Entrevue avec Adrien Rompré réalisée le 19 avril 2005
08. http://www.memphre.com/peintre.html
09. http://www.memphre.com/1a.html
10. Entrevue avec Gérard Charland réalisée le 19 avril 2005
11. Entrevue avec Jacques Boisvert réalisée le 19 avril 2005
12. http://www.ilec.or.jp/database/nam/nam-48.html
13. Entrevue avec Jacques Boisvert réalisée le 19 avril 2005
14. Entrevue avec Michel DiVergilio réalisée le 19 octobre 2006
15. Entrevue avec Daniel Long réalisée le 27 avril 2005
16. http://user.bahnhof.se/~wizard/cryptoworld/index232a.html

Histoires similaires à découvrir sur Dark Stories:

Nessie, le monstre du Loch Ness
Manipogo - Le monstre du lac Manitoba
Ogopogo - Le monstre du lac Okanagan

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&asins=2892393094&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF &bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor- 21&o=8&p=8&l=as1&asins=2892393116&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF& amp;bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&asins=2895623813&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF &bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm? lt1=_blank&bc1=000000&IS2=1&bg1=000000&fc1=FFFFFF&lc1=FFFFFF&t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&m=amazon&f=ifr&ref=tf_til&asins=289562383X" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Manipogo - Le monstre du lac Manitoba


Manipogo, le monstre du lac Manitoba

Un dossier de Christian R. Page



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 


Lac Manitoba (Manitoba) — 24 juillet 1960

En ce début d’après-midi, le soleil est à son zénith et il fait un temps magnifique sur le lac Manitoba. Sur la berge — à Manipogo Beach — les plaisanciers sont nombreux à profiter de cet oasis de villégiature. Parmi eux se trouve A.R. Adams, un résident de la localité voisine de Ste-Rose-du-Lac.

 

L’homme marche tranquillement sur la plage quand soudain son attention est attirée par l’émersion de trois « bosses » sombres qui brisent la surface de l’eau. À peine le témoin a-t-il le temps de réaliser l’étrangeté de la situation que les « bosses » se mettent en mouvement. On dirait une sorte d’ondulation comme le ferait une anguille. Ce n’est qu’à ce moment-là que le témoin prend conscience qu’il est en présence non pas d’une, mais de deux bêtes aquatiques filiformes tout à fait inusitées. La plus grande fait six mètres de long et le « bébé » environ 1,5 mètre. La « mère » — en supposant qu’il s’agit d’une mère et de son rejeton — nage en gardant sa tête hors de l’eau. Celle-ci est de forme triangulaire, « comme celle d’un serpent ».

De son point d’observation, Adams estime qu’à elle seule la tête fait au moins 25 cm de large et laisse un sillon de 20 cm. Il n’y voit ni bouche ni yeux. Pour jauger de la vitesse des créatures, le témoin se met à courir en gardant les yeux fixés sur les « bosses » qui continuent d’onduler à la surface du lac. Bien sûr son manège ne passe pas inaperçu et bientôt une vingtaine de curieux observent à leur tour les créatures. Celles-ci se déplacent aussi vite qu’une embarcation à moteur, peut-être à 20 ou 25 km/h.

 

Photographie prise par Richard Vincent le 13 août 1962
-Reproduit avec l'autorisation de UFOROM-

 

Puis, aussi soudainement qu’elles sont apparues, les créatures plongent et disparaissent sous les flots. Pendant un instant, les témoins restent-là, médusés. Ces derniers mois la presse s’est fait l’écho de toute une série d’apparitions mystérieuses rapportées dans les eaux des lacs Manitoba, Winnipegosis et Winnipeg. On raconte que ces lacs — véritables mers intérieures — abriteraient une bête lacustre (ou plusieurs bêtes lacustres) inconnu. Certains lui ont même trouvé un nom : Manipogo. Les yeux toujours rivés sur eaux du lac, A.R. Adams n’en revient toujours pas : pendant près de 45 secondes, il a vu « de ses yeux vu » la bête du lac. 1

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

Les lacs Manitoba, Winnipegosis et Winnipeg représentent à eux seuls plus de 70% de toutes les réserves d’eau de la province du Manitoba. Ensemble, ils couvrent quelque 34,600 km2. Réunis, ils sont plus grands que le lac Érié. Leurs eaux présentent une riche biodiversité et la moitié d’entre elles se trouvent en territoire sauvage où les populations sont clairsemées, voire inexistantes. À priori, ces « grands lacs » manitobains constituent un environnement idéal pour l’évolution de grands animaux lacustres.2  Pourtant, contrairement aux lacs Okanagan ou Memphrémagog — où dans leur cas la tradition de monstres lacustres remonte aux légendes amérindiennes — les récits faisant état d’une « bête inconnue » dans les eaux des lacs Manitoba, Winnipegosis et Winnipeg sont tout à fait contemporains.

 

« Lorsque l’on parle de monstres lacustres, explique John Kirk, auteur de In the Domain of the Lake Monsters, la créature du lac Manitoba arrive loin derrière celle du lac Okanagan (C.-B.). Son impact sur la culture populaire est beaucoup plus local que national, comme le sont aussi les bêtes du lac Memphrémagog (QC) ou du lac Pohénégamook (QC). Même en terme de manifestations, la créature du lac Manitoba s’est faite beaucoup plus discrète que ses congénères des autres provinces canadiennes. Néanmoins, les témoignages faisant état d’un animal inconnu dans les grands lacs manitobains (Manitoba, Winnipeg, Winnipegosis, Dauphin, Cedar et Dirty Water) — lesquels sont tous reliés entre eux par un réseau de rivières — sont tout à fait similaires à ceux colligés ailleurs au Canada. On parle ici d’une créature très semblable à celles observées dans le lac Okanagan et dans le lac Memphrémagog. Sur la fois de ces descriptions, il est donc raisonnable de croire que cette créature appartient à la même "espèce lacustre". » 3

 

L’un des tous premiers récits faisant état d’un animal inconnu dans les eaux du lac Manitoba remonte à 1909. Cette année-là, un certain Valentine McKay, un marchand de fourrure pour la Compagnie de la Baie d’Hudson, rapporte avoir observé un « serpent de mer » près de Graves Point. À l’en croire, la créature, dont la tête émergeait au-dessus de l’eau, se trouvait à quelque 400 mètres de la rive. Elle avait une peau luisante et sombre et se déplaçait lentement. Elle a disparu derrière une presqu’île. 4

Dans les années qui suivent d’autres récits viennent s’ajouter à celui de McKay. À l’hiver de 1918, à Fuller Bay (lac Winnipegosis), un chasseur, Oscar Frederickson, voit les glaces du lac se briser avant d’être soulevées dans les airs. Bien qu’il n’observe aucun animal, le chasseur n’a aucun doute que ce « mouvement des glaces » a été provoqué par un grand animal marin, « comme une baleine qui aurait voulu remonter à la surface ». Le hic, c’est qu’il n’y a pas de cétacés dans le lac Winnipegosis. En 1935, deux autres témoins racontent avoir vu un animal inconnu près de Dirty Water Lake, un prolongement du lac Winnipegosis. La « chose » présentait une sorte de protubérance (une corne ?) derrière sa tête « comme un périscope », de dire les témoins. La tête de l’animal était relativement petite par rapport au reste du corps. Elle était plutôt plate, comme celle d’un « dinosaure », et sa couleur était d’un gris terne « comme un éléphant ». 5

Dans les années 1950 le monstre — baptisé Manipogo — devient de plus en plus populaire. En 1957, après une série d’apparitions très médiatisées, le ministre provincial de l’Industrie et du Commerce, Bud Jobin, propose au gouvernement de mettre sur pied un « expédition scientifique » pour jauger de la réalité de la bête lacustre. Le ministre se dit alors préoccupé pour la sécurité des plaisanciers qui, chaque année, se donnent rendez-vous sur les plages du lac Manitoba. 6

En 1960, l’observation de A.R. Adams fait la une des journaux locaux. Le même été, des pêcheurs rapportent avoir vu une sorte de « reptile marin » émerger à moins de neuf mètres de leur embarcation. Manipogo jouit alors d’un intérêt sans précédent. Il est le « nouveau monstre du Loch Ness » canadien.7  Le Dr James A. McLeod, directeur du département de zoologie de l’université du Manitoba (et l’un des découvreurs du cœlacanthe en 1938), déclare même qu’une espèce animale — rescapée de l’ère préhistorique — pourrait bien vivre dans le lac Manitoba. Le scientifique organise même une expédition sur le lac Manitoba dans l’espoir de prouver l’existence de son monstrueux locataire. C’est la Manipogomania. 8

Le 13 août 1962, Richard Vincent, un lecteur de nouvelles du Dakota du Nord (États-Unis), et John Konefall, un comptable de Dauphin (Manitoba), regagnent leur bivouac situé à l’embouchure de Waterhen River (lac Manitoba). Il est environ 16 h et la surface du lac est comme une mare d’huile. Soudain, à 300 mètres devant leur embarcation, les pêcheurs voient apparaître un long animal filiforme. La créature, une espèce d’anguille géante, se déplace lentement en ondulant le corps de haut en bas. Pendant que Konefall met le cap sur « le monstre », Vincent s’empare de son appareil photo et prend trois clichés de l’animal. À ce moment-là, les témoins se trouvent à moins de 75 mètres de la bête qui nage perpendiculaire à leur embarcation. Les deux hommes ne distinguent pas la tête de l’animal, seulement une longue forme ondulante dont la partie émergée doit faire 3,65 mètres de long. Manipogo — parce que pour les deux hommes il ne fait aucun doute qu’il s’agit de Manipogo — ne semble pas effrayé par le bruit du moteur hors-bord. Il s’éloigne rapidement, distançant aisément l’embarcation, puis replonge sous les flots. Pendant de longues minutes, les deux pêcheurs vont patrouiller le secteur dans l’espoir de voir la bête émerger de nouveau, mais en vain. 9

Deux des photographies de Vincent ne révèlent qu’un remous dans l’eau. Mais la troisième montre clairement une forme sombre à la surface du lac. On y voit aussi le rebord de l’embarcation, une référence indispensable pour juger de la distance et de la dimension de l’animal. Malheureusement, ce qui aurait pu être la première preuve photographique à l’appui de l’existence de Manipogo se retrouve vite au centre d’une controverse médiatique. Après la publication des clichés, les témoins refusent de commenter d’avantage leur observation. Richard Vincent va même jusqu’à démentir être l’auteur des photos.10  Tant et si bien que l’authenticité des clichés est mise en doute. De là à parler d’une habile supercherie il n’y a qu’un pas.


«Comme beaucoup de mes collègues cryptozoologues, raconte John Kirk, j’ai étudié attentivement le cliché de Vincent et Konefall et, pour être honnête, il est bien difficile d’en tirer des conclusions définitives. Primo, nous n’avons aucun repère fiable pour jauger de la taille de l’animal. Même la présence — en premier plan — d’une partie de la chaloupe ne nous renseigne que très peu sur les dimensions de la créature, laquelle paraît d’ailleurs assez petite comparée au montant de l’embarcation. Secundo, on ne distingue aucun remous ou vague autour de l’animal. On n’a pas l’impression qu’il s’agit d’un objet animé. Il pourrait très bien s’agir d’un tronc à la dérive ou d’une grosse branche. Cela dit, l’aspect le plus litigieux de cette photographie ne réside pas dans le cliché mais dans les commentaires de Vincent lui-mêmes. En 1974, lorsqu’on lui a demandé encore une fois de commenter son observation, il a insisté pour dire que lui et Konefall "n’avaient jamais prétendu avoir photographié Manipogo", mais simplement "quelque chose" sur le lac Manitoba. Or "quelque chose" sur le lac n’a rien de très extraordinaire. Dans ces conditions, je pense qu’il est sage de ne pas trop miser sur cette photographie pour juger de l’existence de Manipogo.» 11

 

Au lendemain de l’observation de Vincent et Konefall, les apparitions de Manipogo se font plus discrètes : quelques récits par-ici par-là à peine évoqués dans la presse. Puis, au début des années 1980, après 20 ans d’absence, la bête du lac refait surface. En juillet 1983, des pêcheurs naviguant près de Pelican Rapids (lac Winnipegosis) heurtent avec leur embarcation une créature de 5 mètres de long, « semblable à un serpent ». Au moment de l’impact, la créature sort sa tête de l’eau. Paniqué, l’un des hommes épaule sa carabine et fait feu sur l’animal qui replonge aussitôt apparemment indemne. L’année suivant, Manipogo — ou l’un de ses cousins — est de nouveau frappé par une embarcation. L’incident se produit à Traverse Bay (lac Winnipeg). Là encore, les témoins parlent d’un grand animal sombre semblable à un serpent. 12

À l’été de 1987, Allan McLean et sa famille naviguent près de Portage Bay (lac Manitoba). Soudain, les plaisanciers voient émerger à quelques encablures une masse sombre. La « chose » se déplace en laissant un long sillage derrière elle. Seul son dos est visible. Elle n’a ni écailles ni fourrure. Elle nage d’abord parallèle au rivage puis change de direction et fonce sur le bateau des McLean. Ceux-ci mettent rapidement les gaz et s’éloignent à toute vitesse. Pour eux, il ne fait aucun doute que cette « chose » n’a rien à voir avec un poisson ou avec un tronc d’arbre à la dérive. 13

La présence d’un grand animal dans les eaux des lacs Manitoba, Winnipegosis et Winnipeg semble à peu près indéniable. Par contre, son identité est loin de faire l’unanimité. Si les partisans du monstre parlent volontiers d’une espèce lacustre inconnue, les sceptiques, eux, rappellent que les rivières et les lacs manitobains sont réputés pour leurs esturgeons, certains faisant plus de trois mètres de long.14  Nul doute qu’avec leur dos bosselé et ces écailles qui leur donnent une allure préhistorique, les grands esturgeons du Manitoba ont probablement alimenté plus d’une apparition de monstre lacustre. Mais est-ce suffisant pour expliquer toutes les apparitions de Manipogo ? Qui plus est, est-il nécessaire de rappeler que certaines de ces apparitions ont été rapportées par des pêcheurs aguerris. Beatrice Hannah est l’un de ces témoins. Il y a quelques années, elle pêchait en compagnie de son mari au sud du lac Manitoba, près de Delta Beach.

 

« Il devait être aux alentours de 19 h 30, se rappelle Beatrice Hannah. J’ai soudainement entendu un bruit, comme celui d’un vague se brisant sur un mur. Je me suis retourné et j’ai vu un "bouillonnement" dans l’eau. Juste derrière, je pouvais distinguer la tête d’un animal. Elle se dressait à au moins 30 cm hors de l’eau et ressemblait à celle d’un cheval. Moi et mon mari étions peut-être à 20 ou 30 mètres de cette créature qui se déplaçait très rapidement. Elle s’est dirigée vers les hauts fonds puis elle a plongé sous l’eau. Du début à la fin, je dirais que l’animal est resté visible pendant au moins deux minutes. Après qu’il eut disparu, mon mari m’a avoué que c’était la deuxième fois qu’il le voyait dans ce même secteur. La première fois c’était il y longtemps, alors qu’il n’était encore qu’un adolescent.

Je ne sais pas ce que c’était, mais ce n’était certainement pas un poisson. Les poissons ne peuvent pas nager en gardant leur tête hors de l’eau, comme le faisait cette créature. Sa tête était bien visible. C’était impossible à confondre avec un poisson. » 15

 

Existe-il une communauté d’animaux inconnus — des cryptides pour utiliser le jargon des experts — vivant dans les eaux des grands lacs du Manitoba ? Entre l’absence de preuve et les moqueries des sceptiques, il y a la sincérité des témoins. Mais, comme le disait si bien le romancier canadien (d’origine suisse) Pierre Billon.

« Que vaut la sincérité du témoin, quand c’est l’exactitude du témoignage qui importe ». 16

 

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

 

Christian Robert Page © Dossiers Mystère TOME 1, (Louise Courteau, Éditrice Inc. 2008), p.285-294
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Véritable enquêteur du paranormal, Christian R. Page et l’équipe de Dossiers Mystère ont parcouru des milliers de kilomètres en quête d’histoires extraordinaires. Vous pouvez écouter sa chronique "Mythes et complots" avec Benoît Dutrizac, chaque semaine au 98,5 FM .

Références:

01. Chris Rutkowski, Unnatural History, True Manitoba Mysteries (Chameleon Publishers, 1994), p. 140
02. Betty Sanders Garner, Canada’s Monsters (Potlatch Publications, 1976) p. 48
03. Entrevue avec John Kirk réalisée le 21 mars 2005
04. Chris Rutkowski, Unnatural History, True Manitoba Mysteries (Chameleon Publishers, 1994), p. 138
05- Chris Rutkowski, Unnatural History, True Manitoba Mysteries (Chameleon Publishers, 1994), pp. 138-139
06. Chris Rutkowski, Unnatural History, True Manitoba Mysteries (Chameleon Publishers, 1994), p. 140
07. Chris Rutkowski, Unnatural History, True Manitoba Mysteries (Chameleon Publishers, 1994), pp. 140-141
08. Betty Sanders Garner, Canada’s Monsters (Potlatch Publications, 1976) p. 49
09. Chris Rutkowski, Unnatural History, True Manitoba Mysteries (Chameleon Publishers, 1994), p. 143
10. Chris Rutkowski, Unnatural History, True Manitoba Mysteries (Chameleon Publishers, 1994), pp. 143-144
11. Entrevue avec John Kirk réalisée le 21 mars 2005
12. Chris Rutkowski, Unnatural History, True Manitoba Mysteries (Chameleon Publishers, 1994), p. 144
13. Chris Rutkowski, Unnatural History, True Manitoba Mysteries (Chameleon Publishers, 1994), pp. 144-145
14. http://www.mhs.mb.ca/docs/transactions/3/manitobafisheries.shtml
15. Entrevue avec Beatrice Hannah réalisée le 30 mars 2005
16. http://www.evene.fr/citations/mot.php?mot=billon&p=2

Histoires similaires à découvrir sur Dark Stories:

Nessie, le monstre du Loch Ness
Memphré, le monstre du lac Memphrémagog
Ogopogo - Le monstre du lac Okanagan

 

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&asins=2892393094&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF &bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor- 21&o=8&p=8&l=as1&asins=2892393116&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF& amp;bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&asins=2895623813&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF &bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm? lt1=_blank&bc1=000000&IS2=1&bg1=000000&fc1=FFFFFF&lc1=FFFFFF&t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&m=amazon&f=ifr&ref=tf_til&asins=289562383X" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Philip, le fantôme imaginaire


Philip, le fantôme imaginaire

Un dossier de Christian R. Page



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 


Toronto (Ontario), printemps 1974.

Dans les studios de City TV, à Toronto, une expérience inusitée est sur le point de se dérouler devant les caméras. Face à quelques dizaines de spectateurs invités, huit personnes sont assises autour d’une table, leurs mains à plat sur le plateau. La scène rappelle ces séances de spiritisme si populaires à la fin du XIXe siècle. Un peu en retrait, sur une tribune surélevée, trois hommes prennent place comme « observateurs ». Il y a là le pasteur Lindsay King, le psychologue Joel Whitton et le Dr George Owen, directeur scientifique de la Société de recherches psychiques de Toronto.

 

Sur le plateau, un régisseur donne le signal : l’expérience peut commencer. Pendant quelques secondes, le studio est plongé dans un silence irréel. Puis, les participants réunis autour de la table entament leurs incantations.

 

-    Philip… es-tu, là ?, demande une femme.

-    Allez, Philip, manifeste-toi, enchaîne un homme.

Presque aussitôt la table commence à bouger, comme si elle était douée d’une vie propre. Elle se soulève, glisse sur le plancher, pivote sur une patte… le tout au plus grand amusement des participants. Mais bientôt, il apparaît que ledit « Philip » n’apprécie pas trop sa position au milieu de l’assistance. Il entraîne vers la tribune la table et avec elle les huit médiums qui s’efforcent tant bien que mal de garder leurs mains sur le plateau.

Aux termes de laborieux efforts, la table monte les trois marches de l’estrade et glisse vers le révérend King. Une fois à sa hauteur, l’un des participants — lesquels sont toujours regroupés autour de la table — suggère à l’ecclésiastique de « dire bonjour » à Philip.

 

 

-    Bonjour Philip, lance tout de go le révérend King, visiblement étonné par la tournure des événements.

Aussitôt la table se soulève sur deux pattes, comme si Philip était heureux de toute cette attention. Le seul problème, c’est que Philip n’existe pas… et n’a jamais existé. Philip est un fantôme imaginaire. 1

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

À l’automne de 1972, une poignée de férus en parapsychologie, sous les directives du Dr George Owen, directeur scientifique de la Société de recherches psychiques de Toronto, élabore une expérience singulière. Celle-ci consiste à imaginer un personnage fictif pour ensuite essayer de le matérialiser par l’unique pouvoir de la pensée, comme s’il s’agissait d’un véritable fantôme. Le Dr Owen et ses collègues souhaitent par cette initiative pouvoir répondre à deux questions fondamentales : Primo, les apparitions d’entités spectrales sont-elles réellement des manifestations d’êtres désincarnés ? Et, secundo, lesdites communications avec l’au-delà sont-elles toujours tributaires d’un médium ? Pour sa part, le groupe, composé de trois hommes et de cinq femmes sans aucune prétention de sensitif ou de médium, est plutôt d’avis que la plupart desdites « apparitions de fantômes » ne sont qu’une projection psychokinétique — le pouvoir de la pensée sur la matière — provoquée involontairement par les témoins. Il faut dire que le Dr Owen, originaire d’Angleterre, s’est beaucoup intéressé au phénomène des poltergeists appelé communément « esprits frappeurs ». À l’instar de la plupart des parapsychologues, le Dr Owen croit que les poltergeists — qui se manifestent par des déplacements spontanés d’objets ou des coups frappés dans les murs — n’ont rien à voir avec les revenants mais sont plutôt des manifestations psychokinétiques involontaires provoquées par certains individus(Note I)  sur leur environnement immédiat. Il a d’ailleurs publié un ouvrage important sur le sujet, Can we Explain the Poltergeist ? (1964).2  Si lui et ses collègues ont raison, le personnage imaginé devrait donc se manifester exactement comme le feraient de « vrais » revenants (si « vrais » revenants il y a !).

Dans un premier temps, l’une des participantes, Magaret « Sue » Sparrow — une femme douée d’une vive imagination et du sens du dramatique — se charge de créer le profil du personnage imaginaire 3 : celui-ci sera un homme, prénommé Philip ; un aristocrate vivant au milieu du XVIIe siècle à Diddington Manor, dans le Warwickshire en Angleterre. Sa vie est un scénario de film : marié à Dorothea, une femme hautaine et frigide, Philip découvre l’amour auprès d’une bohémienne, Margot, une belle gitane aux yeux et aux cheveux noirs. Hélas sa femme découvre ses infidélités et s’arrange pour faire accuser la tzigane de sorcellerie. Condamnée, Margot est mise à mort au bûcher — comme toute bonne sorcière — et Philip, inconsolable et rongé par la culpabilité de n’avoir rien fait pour sauver « sa belle », se jette du haut des remparts de Diddington Manor. Il n’a que 30 ans au moment de son suicide. 4

De tous ces éléments biographiques, seul Diddington Manor tient de la réalité. Il existe en effet en Angleterre un lieu appelé Diddington Hall ou Diddington Manor, un vaste domaine dans le Lincolnshire dont certains bâtiments remontent au XVIe siècle. Mais là s’arrête toute correspondance entre la réalité et Philip. Même les éléments architecturaux du domaine de Philip (comme les remparts, par exemple) n’existent pas dans la réalité. Et bien sûr il n’y a jamais eu dans l’histoire du « vrai » Diddington Manor quelqu’un ressemblant de près ou de loin au Philip imaginé par Margaret Sparrow. 5

Une fois ces paramètres établis, l’expérience peut commencer. Pendant près d’un an, une fois par semaine, deux heures durant, les participants — baptisés « le groupe des huit » — vont se réunir autour d’un portrait-robot de Philip. Ils échangent entre eux, ajoutent des détails à la biographie du personnage et, surtout, se concentrent sur leur souhait de faire « apparaître » Philip. Ces rencontres, sans être austères, restent néanmoins sérieuses et solennelles. Mais rien ne se passe. Après des mois de vains efforts, le découragement gagne le groupe. On cherche alors dans la littérature d’autres avenues. 6

 

« C’est à ce moment-là qu’on a découvert un rapport, celui de Kenneth Batcheldor (Note II) , publié dans les pages de la revue de la Society for Psychical Research de Londres, explique le Pr Louis Bélanger, le père de la parapsychologie québécoise. Le rapport conseillait notamment, dans ce genre d’expérience, d’utiliser d’autres stratégies pour invoquer cet "esprit" créé de toute pièce par les participants, ce fantôme imaginaire. L’auteur y suggérait une plus grande dynamique de groupe et favorisait par exemple l’utilisation de chants ou même de "prendre un verre" si nécessaire. Le rapport insistait aussi sur l’importance de mener l’expérience dans la lumière, plutôt que dans cette semi-obscurité jusqu’alors adopté par le groupe du Dr Owen. » 7

 

D’un commun accord, les participants décident donc de modifier leur technique. Ils adoptent une méthode voisine de ces séances spirites du XIXe siècle. Ils se réunissent autour d’une table, les mains à plat sur le plateau et invoquent à haute voix « l’esprit » de Philip. Même l’ambiance est nouvelle ; finies ces longues heures de concentration en silence. Ils affichent une attitude beaucoup plus décontractée, parlent entre eux, se racontent des plaisanteries et chantent des chansons à répondre ou des cantiques religieux (très populaires au XVIIe siècle, l’époque de Philip).  8

Dès la troisième ou quatrième rencontre… Philip se manifeste enfin. À la demande du « groupe des huit » des coups résonnent sous la table… ou plutôt DANS la table, comme s’ils émanaient de l’intérieur du plateau. Certes ce n’est pas l’apparition spectrale souhaitée, mais, comme le dit l’expression populaire : « à cheval donné on ne regarde pas la bride ».9  Si Philip a décidé de se manifester par des coups… des coups il y aura. Par le biais d’un code simple — un coup pour oui et deux coups pour non  — les participants entreprennent de communiquer avec « l’esprit » de Philip.10  Ses réponses se révèlent toujours en accord avec sa biographie. Et lorsque les questions posées ne figurent pas dans cette dernière, la table reste « silencieuse ». Mieux encore, lorsque les participants décident d’étoffer le récit de la vie de Philip — en lui attribuant par exemple des liens d’amitié avec le roi Charles Ier — l’aristocrate imaginaire « réajuste » ses réponses en fonction de ces nouvelles informations. Au gré des « séances » Philip se montre aussi de plus en plus entreprenant. Après les coups frappés, voilà qu’il commence à soulever la table, la faisant valser sur deux ou trois pattes. 11

Philip n’est pas le seul à s’adapter. Si au début, il fallait aux participants plusieurs minutes pour déclencher des manifestations, ils y arrivent maintenant de manière presque instantanée. Tout s’articule comme si le « groupe des huit » avait trouvé la bonne formule pour faire réagir Philip.

Au fil des mois, Philip se livre à des manifestations étonnantes. À une occasion, par exemple, il soulève une patte de la table en maintenant fermement les trois autres collées au plancher, provoquant ainsi une déformation du plateau.12  À un autre moment, visiblement « dérangé » par la lumière trop forte, il renverse la table et la projette littéralement contre une lampe.13  Ces manifestations ne sont pas seulement observées par le « groupe des huit », mais par le Dr Owen, qui supervise l’expérience, et plusieurs de ses invités, dont le Dr Joel Whitton, un psychologue de Toronto qui veille à ce qu’aucun des participants ne soit affecté physique ou psychologiquement par l’expérience de Philip.. À chacune des séances des mesures de contrôle sont appliquées de manière à éliminer toute manipulation — volontaire ou non — de la part des participants. 14


« Les mesures de contrôle étaient très rigoureuses, raconte le Dr Whitton. Outre le groupe des huit, il y avait toujours des observateurs qui surveillaient chacun des participants pour s’assurer qu’il n’y avait aucune manipulation, volontaire ou non. Occasionnellement on organisait aussi des soirées qu’on appelait les "soirées de glissade" (doly nights). À cette occasion, on plaçait sous les doigts des participants des papiers de soie très glissant. Si l’un d’eux avait poussé sur la table, ses mains auraient simplement glisser sur la surface. Ces précautions n’ont jamais empêché la table de bouger. Il est clair que ces manifestations n’étaient pas produite de manière physique par l’un ou l’autre des participants. » 15

 

En janvier 1974, le Dr Owen et ses collaborateurs décident de tourner un documentaire sur l’expérience de Philip. Pour ce faire, le groupe se réunit dans un local plus grand et mieux adapté à la présence des caméras. La réalisation est confiée au documentaliste canadien Bruce Raymond. Malgré ce déploiement technique, Philip, loin d’être effarouché, fait une fois plus son numéro de « lévitation de table ». La scène est étonnante.  16

Peu à peu, l’expérience de cet étrange fantôme imaginaire déborde des simples milieux de la parapsychologie. Quelques mois après le documentaire de Bruce Raymond, Philip, The Imaginary Ghost, l’équipe de production de la série World of the Unexplained invite le Dr Owen et le « groupe des huit » à faire une démonstration dans les locaux de City TV à Toronto. Là encore Philip se manifeste au plus grand plaisir du réalisateur et des spectateurs invités. L’imaginaire aristocrate va jusqu’à faire monter la table sur l’estrade où se trouvent les Drs Owen et Whitton, ainsi que le pasteur Lindsay King, l’animateur de l’émission. Ce joyeux numéro sera la dernière apparition médiatisée de Philip. 17

 

« Pour les besoins de l’émission, il y avait trois caméras qui filmaient en simultanée, se rappelle le Dr Whitton. L’une était montée sur une perche et les deux autres placées à la hauteur des genoux des participants. De cette façon les caméras pouvaient enregistrer tout ce qui se passait, aussi bien sur que sous la table. À un moment donné, le groupe des huit a demandé à Philip de faire flotter la table. Presque aussitôt la table s’est soulevée jusqu’à une hauteur de 2 ou 3 cm. Après l’émission, nous avons regardé les enregistrements vidéo, en faisant un "arrêt sur image" sur cette séquence très précise. On pouvait très bien voir les quatre pattes de la table qui n’avaient plus aucun contact avec le sol. C’était de la pure lévitation. » 18

 

Pendant quelques années, le « groupe des huit » va continuer de se réunir sur une base plus ou moins régulière avec toujours les mêmes succès. Hélas, au-delà des coups frappés et de la lévitation de la table, personne n’arrivera à identifier les mécanismes derrière ces manifestations.

L’expérience de Philip — racontée en détails dans Conjuring up Philip (Philip, le fantôme), un livre signé Iris Owen (l’épouse du Dr Owen) et Margaret Sparrow — est considérée aujourd’hui comme l’une des plus importantes percées de la parapsychologie. À travers ce personnage imaginaire, le Dr Owen et ses collègues ont prouvé que plusieurs phénomènes inexplicables et « culturellement » associés à des revenants pouvaient en réalité n’être d’une création collection et imaginaire ; une création entretenue — volontairement ou non — par des gens bien vivants. Apparemment l’au-delà n’est pas l’unique réponse aux manifestations de soi-disant « esprits ». Les parapsychologues ne ferment pas pour autant la porte à une possible intervention de l’au-delà à l’occasion, mais l’expérience de Philip leur offre maintenant une nouvelle avenue pour expliquer ces manifestations. Plus de 30 ans après l’originale expérience de Philip, les parapsychologues demeurent cependant tout aussi perplexes aujourd’hui qu’ils l’étaient à l’époque sur les mécanismes de ces effets psychokinétiques. À priori, il semble que nous soyons tous dotés de certaines habiletés psychiques latentes, des habiletés susceptibles d’éclorent spontanément selon les circonstances. Pour le « groupe des huit », le personnage imaginaire de Philip a été cette circonstance. Mais cela n’est qu’une hypothèse… sinon un véritable mystère.

 

« On se pose des questions sur l’issue de telles expériences et leur interprétation, poursuit le Pr Louis Bélanger. On a beau constater des phénomènes physiques et les documenter, mais quelle interprétation leur donner ? Par exemple, l’hypothèse spirite voulant que ces manifestations soient l’œuvre de revenants qui se manifestent à l’insu des participants tient-elle toujours ? La réponse est oui. Et elle tient toujours parce que le phénomène lui-même de télékinésie ne s’explique pas dans le cadre théorique scientifique actuel, c’est d’ailleurs pourquoi on le qualifie de paranormal. On ignore tout de la mécanique de ces phénomènes. S’ils sont l’expression d’êtres vivants agissant à distance sur la matière — comme on le suppose avec l’expérience de Philip — comment l’énergie dégagée par les vivants se transforme-t-elle pour permettre l’émergence de tels effets ? Il n’existe pas d’instruments de mesure calibrés pour jauger ces phénomènes. Il en va de même avec la croyance spirite. On ne peut pas démontrer objectivement l’intervention de l’au-delà. Que l’on se réclame de l’école spirite ou de l’école parapsychologie, dans un cas comme dans l’autre on ne peut pas en faire la preuve scientifique. Par définition, la preuve scientifique implique que non seulement ces phénomènes doivent être observés et reproductibles à volonté, ils doivent également s’articuler autour d’une théorie qui permet d’en prédire l’émergence. C’est ici que le bât blesse et c’est pourquoi le dossier reste ouvert.» 19

 

Depuis la publication de Philip, le fantôme, plusieurs chercheurs en parapsychologie ont repris à leur compte l’expérience de Philip avec des résultats plus ou moins analogues. À l’aristocrate anglais sont venus s’ajouter d’autres personnages imaginaires comme Lilith, une espionne canadienne française durant la Deuxième Guerre mondiale, Sébastian, un alchimiste du Moyen Âge et Axel, un homme du futur. 20

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

Notes importantes:

1. Ces individus, appelés « agent du poltergeist », sont souvent des enfants d’âge pré-pubère ou pubère.

2. En 1960, Kenneth Batcheldor et deux collègues (C. Brookes-Smith et D.W. Hunt) ont été en mesure d’obtenir des effets psychokinétiques (pouvoir de la pensée sur la matière) — dont des raps et des mouvements de table — en favorisant un climat beaucoup plus proche d’une « rencontre de salon » que d’une expérience de laboratoire.

 

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

 

Christian Robert Page © Dossiers Mystère TOME 2, (Louise Courteau, Éditrice Inc. 2008), p.293-302
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Véritable enquêteur du paranormal, Christian R. Page et l’équipe de Dossiers Mystère ont parcouru des milliers de kilomètres en quête d’histoires extraordinaires. Vous pouvez écouter sa chronique "Mythes et complots" avec Benoît Dutrizac, chaque semaine au 98,5 FM .

Références:

01. Iris M. Owen et Magaret Sparrow, Philip, le fantôme (Éditions Québec/Amérique Inc,  1979), pp. 91-92
02. Iris M. Owen et Magaret Sparrow, Philip, le fantôme (Éditions Québec/Amérique Inc,  1979), p. 29
03. Iris M. Owen et Magaret Sparrow, Philip, le fantôme (Éditions Québec/Amérique Inc,  1979), p. 27
04. Iris M. Owen et Magaret Sparrow, Philip, le fantôme (Éditions Québec/Amérique Inc,  1979), p. 32
05- Iris M. Owen et Magaret Sparrow, Philip, le fantôme (Éditions Québec/Amérique Inc,  1979), p. 33
06. Iris M. Owen et Magaret Sparrow, Philip, le fantôme (Éditions Québec/Amérique Inc,  1979), p. 33-37
07. Entrevue avec Louis Bélanger réalisée le 16 novembre 2005
08. Iris M. Owen et Magaret Sparrow, Philip, le fantôme (Éditions Québec/Amérique Inc,  1979), p. 42-43
09. Iris M. Owen et Magaret Sparrow, Philip, le fantôme (Éditions Québec/Amérique Inc,  1979), p. 43-44
10. Iris M. Owen et Magaret Sparrow, Philip, le fantôme (Éditions Québec/Amérique Inc,  1979), p. 45
11. Iris M. Owen et Magaret Sparrow, Philip, le fantôme (Éditions Québec/Amérique Inc,  1979), p. 50-57
12. Iris M. Owen et Magaret Sparrow, Philip, le fantôme (Éditions Québec/Amérique Inc,  1979), p. 89
13. Iris M. Owen et Magaret Sparrow, Philip, le fantôme (Éditions Québec/Amérique Inc,  1979), p. 89
14. Iris M. Owen et Magaret Sparrow, Philip, le fantôme (Éditions Québec/Amérique Inc,  1979), p. 185
15. Entrevue avec Joel Whitton réalisée le 25 avril 2005
16. Iris M. Owen et Magaret Sparrow, Philip, le fantôme (Éditions Québec/Amérique Inc,  1979), pp. 90-91
17. Iris M. Owen et Magaret Sparrow, Philip, le fantôme (Éditions Québec/Amérique Inc,  1979), pp. 91-92
18. Entrevue avec Joel Whitton réalisée le 25 avril 2005
19. Entrevue avec Louis Bélanger réalisée le 16 novembre 2005
20. http://www.themystica.com/mystica/articles/p/philip.html

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&asins=2892393094&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF &bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor- 21&o=8&p=8&l=as1&asins=2892393116&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF& amp;bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&asins=2895623813&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF &bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm? lt1=_blank&bc1=000000&IS2=1&bg1=000000&fc1=FFFFFF&lc1=FFFFFF&t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&m=amazon&f=ifr&ref=tf_til&asins=289562383X" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

La hantise de Beauport


La hantise de Beauport

Un dossier de Christian R. Page



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 


Beauport (Québec), vendredi 4 août 1989.

 

En ce début de matinée, il fait un temps magnifique sur la région de la capitale provinciale. Au 3566 de la rue Mgr-Gauthier, un immeuble à logements construit quelque 50 ans plus tôt, la jeune Nancy Cochrane (15 ans) se prélasse dans son lit ; elle somnole.

Soudain, un bruit sourd, juste au-dessus de sa tête, la ramène à la réalité. À quelques centimètres du lit, le mur de placoplâtre a été défoncé, comme si quelqu’un venait d’y asséner un solide coup de poing. Le trou fait au moins 20 cm de diamètre. L’adolescente est terrifiée. D’un bond elle se lève et courre en informer sa mère, Micheline, qui se sur la galerie, à l’arrière de la maison. En entendant le récit de sa fille — et en voyant les dégâts dans le mur — Mme Cochrane comprend que le temps n’est plus aux spéculations des experts. L’heure du déménagement a sonné. 1
 

 

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

Construit en 1940, l’édifice de la rue Mgr-Gauthier, à Beauport, compte quatre logements : deux au premier étage et autant au second. Mesdames Marie-Claire Godbout et Micheline Cochrane occupent les logements du rez-de-chaussée2  et Mme Réjeanne Giguère et M. Gérard Desbiens ceux du haut.3  À la mi-juillet 1989, c’est Mme Godbout qui la première entend un bruit sourd, comme une détonation, à l’intérieur du mur de sa cuisine. Le bruit est si puissant que le mur de placoplâtre se plie sous la pression et avance de 3 cm. La femme est intriguée. « Mais peut-être, cela vient-il de l’appartement des voisins », se dit-elle. Il est vrai que le mur en question sépare la cuisine de Mme Godbout de la chambre de sa voisine, Mme Cochrane. Mais voilà que le bruit se fait entendre une deuxième… puis une troisième fois. À chaque nouvelle « détonation » c’est tout l’édifice qui vibre. Inquiète, Mme Godbout se rend chez sa voisine qui, bien entendu, a elle-aussi entendu les bruits, sans pour autant réussir à en identifier la cause. Dans les heures qui suivent les coups se multiplient : 19 coups en moins de 48 heures ! Désemparés, les locataires ne savent plus à quel saint se vouer. Ils appellent leur propriétaire, leurs voisins et même la police. Mme Godbout va même jusqu’à faire « ouvrir » le mur pour voir s’il n’y a pas quelque chose à l’intérieur. Mais les coups persistent, plus violents les uns que les autres. 4

Au fil des jours, la maison « hantée » de Beauport — comme l’ont baptisée les journalistes — devient l’objet des discussions de tous. Les curieux y défilent et les médias s’y donnent rendez-vous. Il faut dire qu’en cette période estivale — plutôt morne en terme de nouvelles — cette histoire de « mur qui bouge » est accueillie comme une aubaine.5  Même les autorités municipales décident de s’en mêler. Le conseil demande à des experts en bâtiment de se rendre sur place pour identifier la cause de ces « coups dans le mur » et voir si ces derniers représentent un danger pour les locataires. Mais d’ores et déjà, tous les spécialistes ont leur petite idée la-dessus. Certains croient qu’il pourrait s’agir d’une accumulation de gaz dans le mur.6  D’autres pensent que le temps chaud et sec des dernières semaines pourrait avoir provoquer un « tassement » dans le sol, lequel serait responsable de ces « détonations » dans la cloison. 7

 

« À l’époque, je travaillais à la radio, explique le vulgarisateur Yvan Miville-Deschênes. Lorsque j’ai entendu parlé de cette histoire de maison "hantée" à Beauport ma curiosité a été piquée à vif. J’ai essayé de voir s’il  n’y avait pas une explication rationnelle à tous ces bruits et coups que disaient entendre les locataires. Il faut se rappeler qu’en 1989 la saison estivale a été particulièrement chaude. Le mois de juillet s’est démarqué par une canicule épouvantable. Les revêtements d’asphalte, par exemple, se fissuraient sans raison apparente. Partout dans la région de Québec on assistait à ces "anomalies",  conséquences des chaudes températures. Lorsque cette histoire de maison "hantée" a commencé à défrayer les manchettes, il est normal qu’on ait immédiatement accusé le temps chaud et sec des dernières semaines. » 8

 

Au début du mois d’août — alors que les bruits perdurent depuis maintenant deux semaines — Gaston Dubé, l’un des inspecteurs en bâtiment de la ville de Beauport, se présente au 3566 rue Mgr-Gauthier. Il y entend lui-même à deux occasions des « coups » dans le mur.9  Sous ses directives, des enquêteurs vérifient la tuyauterie et les soliveaux du sous-sol, mais ils ne trouvent rien d’anormal. Tous les trous d’hommes de la rue Mgr-Gauthier sont aussi examinés pour vérifier les fuites, mais là encore les recherches ne montrent aucune anomalie.10  De façon générale, les enquêteurs favorisent l’hypothèse d’un tassement du sol dû à la canicule. Cette situation, croient-ils, entraînerait des tensions inattendues sur toute la structure de l’édifice. Selon eux, une bonne pluie devrait ramener la situation à la normale.11  Un avis que ne partagent pas nécessairement tous les locataires, et en particulier Mme Cochrane qui, inquiète, n’arrive plus à dormir ni même à manger à cause de ces curieux phénomènes. Comment expliquer que ces bruits soient exclusifs à cet édifice ? Pourquoi les autres maisons de la rue Mgr-Gauthier — elles aussi construites sur le même sol argileux — ne souffrent-elles pas des mêmes maux ? 12

Parallèlement aux recherches de Gaston Dubé, d’autres avenues sont explorées. Plusieurs croient que des émanations de gaz naturel pourraient s’accumuler entre les cloisons et, lorsque la pression devient trop forte, provoquer une « claquement », d’où le « bang » dans le mur. Pour vérifier cette hypothèse, M. André Quessy, chef de groupe du service technique à gaz Métropolitain, se présente sur les lieux avec un outillage des plus sophistiqués.


« C’est à la demande des pompiers de Beauport que nous nous sommes rendus dans cette maison de la rue Mgr-Gauthier, se rappelle André Quessy. La demande était de vérifier s’il n’y avait pas des émanations de gaz naturel ou de méthane provenant du sol.

Sur place, nous sommes descendus à la cave. Nous étions là à prendre des mesures lorsque nous avons entendu un bruit fort venant de l’étage. C’était comme si quelqu’un avait frappé sur le mur avec son poing. Nous sommes rapidement montés voir, mais il n’y avait personne. Nous sommes retournés au sous-sol compléter nos analyses. Il n’y avait absolument rien : aucune trace de méthane ni de gaz naturel.

Pour nous c’était réglé. Quelle que soit l’origine de ces manifestations, il est clair qu’elles n’étaient pas la conséquence d’émanations de gaz. On a ensuite beaucoup parlé d’un possible tassement de sol ou même d’une supercherie entretenue par les enfants des locataires. Tout cela est possible bien sûr, mais s’il s’agissait d’un tassement de sol, personne n’a jamais rien prouvé… quoique c’est l’hypothèse que je favorise. Quant au canular, c’est peu vraisemblable. Il y avait trop de témoins, incluant des policiers et d’autres observateurs indépendants. » 13

 

Devant l’absence d’explications « vérifiables », on parle de plus en plus d’un phénomène surnaturel, et qui plus est lorsque des bruits sont rapportés dans les autres logis et à l’intérieur d’autres murs de l’édifice. Un soir, M. Gérard Desbiens, qui habite l’un des deux logements supérieurs depuis 13 ans, compte 25 coups en ligne. « Franchement, après ça les jambes te tremblent. Tu ne dors pas trop rassurés... », dira-t-il plus tard. 14

Dans la première semaine d’août, la ville de Beauport reçoit des précipitations abondantes : plusieurs millimètres de pluie. Pendant que le sol se gorge d’eau et d’humidité... les murs de la maison de la rue Mgr-Gauthier continuent de bouger. Exit l’hypothèse du tassement du sol dû à la chaleur et au temps sec. 15

Le 4 août, Nancy Cochrane, l’une des filles jumelles de Mme Cochrane, est réveillée par un bruit sourd juste au-dessus de son lit. Elle constate que le mur de placoplâtre a été défoncé, comme si quelqu’un y avait donné un coup de poing. La nouvelle se répand comme une traînée de poudre. En après-midi, la ville demande l’évacuation de l’édifice. Quelque que soit la nature du phénomène qui se cache derrière ces « coups », les autorités préfèrent éloigner les locataires tant et aussi longtemps qu’elles n’auront pas la certitude que ces « anomalies » sont sans danger. 16

 

«À l’époque, j’étais policier à la ville de Beauport, raconte Robert Marier. Déjà au mois de juillet j’avais été informé qu’il se passait de drôles de choses dans une maison de la rue Mgr-Gauthier. Les gens — locataires et propriétaires — étaient presque en panique. Ils craignaient pour leur sécurité et ne souhaitaient plus demeurer là. Finalement, au début du mois d’août, j’ai ordonné aux locataires d’évacuer ladite maison. J’agissais alors au nom de la police de Beauport dont le mandat premier était d’assurer la sécurité des gens. » 17

 

Dans les jours qui suivent, les bruits semblent diminuer. Les locataires, qui se présentent de façon sporadique dans leur logement pour finir d’emballer leurs affaires, entendent encore des coups dans les cloisons, mais ces derniers semblent moins forts et plus distancés.18  Puis, vers la fin du mois d’août, tout s’arrête. La propriétaire de l’édifice, Mme Jeanne Sansfaçon, demande à des ingénieurs de vérifier sa propriété. Mais, à l’instar des ingénieurs de la ville, ceux-ci ne trouvent rien... et n’entendent rien. L’étrange phénomène qui a ébranlé pendant des jours cette modeste maison à logements semble définitivement terminé. 19

Aujourd’hui, la maison de la rue Mgr-Gauthier a trouvé de nouveaux locataires. La plupart d’entre eux sont bien sûr au courant des événements qui s’y sont déroulés il y a 15 ans. Si certains adhèrent aux hypothèses proposées par les experts d’alors, d’autres restent convaincus que leur édifice a été le théâtre de phénomènes surnaturels. Il est vrai qu’à ce jour, ces événements n’ont jamais été expliqués de manière convaincante et ne se sont jamais reproduits non plus, même lors des canicules des années suivantes. Les « coups » ont certes cessé, mais ce n’est pas l’intervention des experts qui a eu raison d’eux, mais le temps. Et le temps donne souvent raison à tout… même à l’impossible.

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

 

Christian Robert Page © Dossiers Mystère TOME 1, (Louise Courteau, Éditrice Inc. 2008), p.193-200
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Véritable enquêteur du paranormal, Christian R. Page et l’équipe de Dossiers Mystère ont parcouru des milliers de kilomètres en quête d’histoires extraordinaires. Vous pouvez écouter sa chronique "Mythes et complots" avec Benoît Dutrizac, chaque semaine au 98,5 FM .

Références:

01. Normand Provencher, De nouveaux bruits font évacuer la maison « hantée » de Beauport (Le Soleil, 5 août 1989)
02. Isabelle Jinchereau, La maison « hantée » n’abrite finalement aucun fantôme (Le Soleil, 1er août 1989)
03. Anonyme, La maison « hantée » : les logements sont évacués (Le journal de Montréal, 8 août 1989)
04. Isabelle Jinchereau, La maison « hantée » n’abrite finalement aucun fantôme (Le Soleil, 1er août 1989)
05- Yves Thériault, Beauport fait évacuer une « maison hantée » (Le journal de Montréal, 5 août 1989)
06. Isabelle Jinchereau, La maison « hantée » n’abrite finalement aucun fantôme (Le Soleil, 1er août 1989)
07. Normand Provencher, La structure réagit à un tassement du sol (La Soleil, 5 août, 1989)
08. Entrevue avec Yvan Miville-Deschênes réalisée le 17 mars 2005
09. Anonyme, Maison hantée à Beauport ? (Le journal de Montréal, 2 août 1989)
10. Isabelle Jinchereau, La maison « hantée » n’abrite finalement aucun fantôme (Le Soleil, 1er août 1989)
11. Normand Provencher, La structure réagit à un tassement du sol (La Soleil, 5 août, 1989)
12. Anonyme, Maison hantée à Beauport ? (Le journal de Montréal, 2 août 1989)
13. Entrevue avec André Quessy réalisée le 19 avril 2005
14. Normand Provencher, De nouveaux bruits font évacuer la maison « hantée » de Beauport (Le Soleil, 5 août 1989)
15. Yves Thériault, Beauport fait évacuer une « maison hantée » (Le journal de Montréal, 5 août 1989)
16. Normand Provencher, De nouveaux bruits font évacuer la maison « hantée » de Beauport (Le Soleil, 5 août 1989)
17. Entrevue avec Robert Marier réalisée le 14 juin 2005
18. Normand Provencher, Beauport: les étranges bruits n’ont pas cessé dans la maison « hantée » (Le Soleil, 12 août 1989)
19. Anne-Louise Champagne, Beauport: c’est le calme plat à la maison hantée (Le Soleil, 31 août 1989)

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&asins=2892393094&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF &bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor- 21&o=8&p=8&l=as1&asins=2892393116&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF& amp;bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&asins=2895623813&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF &bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm? lt1=_blank&bc1=000000&IS2=1&bg1=000000&fc1=FFFFFF&lc1=FFFFFF&t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&m=amazon&f=ifr&ref=tf_til&asins=289562383X" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Le poltergeist de la famille Dagg


Le poltergeist de la famille Dagg

Un dossier de Christian R. Page



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 


Shawville (Québec), octobre 1889.


Assise à même le plancher de la salle de séjour, la petite Dinah MacLean (11 ans) s’amuse avec ses poupées. Elle leur parle et leur chante des berceuses. Soudain, elle a l’impression d’une présence à ses côtés. Elle se tourne. Il n’y a rien. Dans la pièce voisine, elle peut attendre sa mère qui s’affaire à la cuisine. Le bruit des casseroles et de la vaisselle qui s’entrechoquent a quelque chose de rassurant.

 

Puis de nouveau ce sentiment de présence. Mais cette fois, la fillette n’a pas le temps de réagir : une « poigne » se referme sur sa tresse de cheveux, la soulevant littéralement du sol. Elle se retourne pour voir l’agresseur… mais il n’y a personne. Elle crie et se débat.

- Maman, maman… « IL » me tire les cheveux

En attendant ces cris, Susanna Dagg se précipite dans la salle de séjour. Elle n’en croit pas ses yeux. Dinah est debout sur la pointe des pieds et, derrière elle, sa longue tresse de cheveux est dressée vers le plafond. Susanna fait une enjambée et empoigne sa fille, mais la « main invisible » ne lâche pas prise. Tiraillée entre sa mère et son agresseur, la fillette se débat. Elle est terrifiée. Puis la « poigne » se relâche d’un seul coup, faisant tomber mère et la fille à la renverse.
 

 

Alors qu’elle tient contre elle son enfant en pleurs, Susanna examine la tresse de cheveux. La tension exercée par « l’invisible agresseur » a été si forte que presque tous les cheveux ont été brisés à la racine.

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

Le petit village de Shawville se dresse à une heure de route à l’ouest d’Ottawa, dans le comté du Pontiac, au Québec. À la fin du XIXe siècle, cette communauté — comme aujourd’hui d’ailleurs — était majoritairement composée de fermiers et d’éleveurs. L’un d’entre eux, George Dagg, un homme de bonne réputation, s’est retrouvé bien malgré lui au centre d’une affaire étrange qui, plus d’un siècle après les événements, continue d’alimenter la controverse.

En 1889, la famille Dagg habite une ferme modeste située à 7 kilomètres du village. Au moment des événements qui vont faire de cette famille le point de mire de tout le comté, la maisonnée compte six personnes : George Dagg (35 ans), sa femme Susanna (née Blackwell) et leurs deux jeunes enfants Mary Susan (4 ans) et Johnny (2 ans). Se trouve également présents leur fille adoptive, Dinah Burden MacLean (11 ans) et un aide de ferme prénommé Dean. 1

Dans la matinée du 15 septembre, le jeune Dean trouve sur le plancher de la cuisine un billet de 5$ qu’il s’empresse de remettre à George Dagg. Celui-ci le reconnaît comme étant le billet confié à sa femme la vieille pour qu’elle le mette en sécurité dans un tiroir de leur commode. Intrigué, il vérifie lui-même le contenu du tiroir et constate effectivement que le billet a disparu. Il note aussi qu’un autre billet de 2$ est manquant. Sur le coup, il ne dit rien. Mais dès que l’adolescent sort s’acquitter de ses tâches, George entreprend de fouiller la chambre du garçon… où il ne tarde pas à trouver le billet de 2$. Là encore, il préfère taire ses soupçons. Puis, le même jour, Susanna Dagg trouve des excréments derrière un sofa et dans un réduit. Évidemment, les soupçons se portent d’emblée sur le pauvre Dean. Confronté, l’adolescent nie avoir volé l’argent et jure n’avoir rien à voir avec les immondices trouvées. Mais George Dagg n’en croit pas un mot. Qui d’autre pourrait être coupable ? En fin d’après-midi, il décide d’amener le jeune Dean chez un magistrat de Shawville pour qu’il s’explique de ses comportements. Mais voilà que durant leur absence, Susanna Dagg trouve de nouveaux excréments qui — elle en est certaine — n’étaient pas là une heure plus tôt. Si son innocence est loin d’être acquise pour l’histoire des billets, il est clair que le jeune Dean n’a rien à voir avec les souillures.2  C’est le début du cauchemar…

Dans les jours qui suivent d’autres immondices sont trouvées, puis des bidons de lait sont renversés, des vitres brisées et des meubles se déplacent d’eux-mêmes. Des incendies se déclenchent spontanément et de l’eau suinte des murs et des planchers. Puis c’est au tour de la fille adoptive des Dagg, la petite Dinah MacLean, d’être agressée par une entité mystérieuse. Elle est poussée et frappée. Un après-midi elle hurle qu’on « lui tire les cheveux ». Lorsque sa mère accoure à son chevet, c’est pour constater que sa tresse de cheveux a presque entièrement été arrachée. En fait ceux-ci sont si endommagés, que Susanna doit les couper. Le même jour, le petit John (Johnny) Dagg est lui aussi agressé de la même manière. Lorsque sa mère l’examine, elle découvre qu’une poignée de cheveux a été arrachée. 3

Devant ces événements inexplicables, George Dagg conclut que sa famille doit être victimes d’un mauvais sort. Il se résout à consulter une « diseuse de bonne aventure », une certaine Elizabeth Barnes, de Plum Hollow (Note I)  (un village situé entre Ottawa et Kingston).4  La voyante lui dit que ses problèmes ont pour origine trois personnes adeptes de la magie noire, une mère et ses enfants. George Dagg en déduit qu’il doit s’agir d’une voisine, la vieille Mme Wallace. De retour à Shawville, le fermier accuse la veuve d’être responsable de ses déboires, ce qu’elle nie catégoriquement.5  Pendant ce temps, à la ferme Dagg, les attaques des entités invisibles se font de plus en plus vicieuses.

Les manifestations se concentrent surtout sur la petite Dinah. Le soir, ses draps sont tirés par des mains invisibles et son lit fait des bonds sur le plancher. Une nuit, elle est réveillée par des murmures et voit apparaître à ses pieds une forme noire et menaçante. Puis l’enfant jure entendre des voix ; des voix qu’elle est seule à percevoir… du moins pour l’instant.

Puisque Dinah est la seul à voir ces entités, Mme Dagg — très superstitieuse — lui confie un fouet pour se défendre ou pour chasser ces « agresseurs ». Un jour, alors que la fillette affirme voir « la forme noire », un visiteur de passage, Arthur Smart, lui propose de la chasser à coups de fouet. Dinah s’exécute. Presque aussitôt, Smart entent un grognement et un sifflement rappelant celui « d’un cochon qui cri ». Le son provient du milieu de la pièce, comme s’il sortait de nulle part. 6

Puis c’est au tour des autres enfants Dagg d’être visités par des entités mystérieuses. La petite Mary raconte avoir vu une apparition à forme humaine mais avec une tête de vache. À une occasion, cette « vision » se serait même tournée vers elle pour lui demander : « Petite fille, aimerais-tu venir avec moi en enfer ?». 7

Pour George Dagg, cette référence à l’enfer l’incite à se tourner vers l’église. Il se confie au père Horner, le prêtre du village. À défaut de pouvoir venir lui-même, l’ecclésiastique envoie son frère, un homme d’une grande piété. Avec les Dagg, il récite quelques prières et psaumes. Au milieu du rituel, il constate que sa Bible — qu’il avait pourtant laissée sur une chaise — a disparu. On cherche partout ; sous les meubles et derrière les armoires. On la retrouve finalement dans le four de la cuisine. Puis c’est au tour d’un encrier de disparaître pour réapparaître dans les endroits les plus inusités. M. Horner, qui reste sceptique quant à ces manifestations de l’au-delà, voit pourtant l’encrier littéralement disparaÎtre sous ses yeux (on le retrouvera dans la remise derrière la ferme). 8

En novembre, ayant eu vent de l’affaire, Percy Woodcock, un artiste ontarien et correspondant pour le Recorder and Times de Brockville se rend à Shawville pour y rencontrer les Dagg. Woodcock ne cache pas son scepticisme et il est bien déterminé à éclaircir toute cette histoire de fantôme. Mais un après-midi, alors qu’il vient d’arriver à la ferme, la petite Dinah l’entraîne dans une remise attenante où, explique-t-elle, « elle a entendu le fantôme ». Aussitôt entrée, la fillette demande :

-    Êtes-vous là, Monsieur ?

À la surprise de Woodcock, une voix gutturale — celle d’un vieil homme — se met à lancer des obscénités. La voix semble émaner du milieu de la pièce, à hauteur d’homme. Sa stupeur passée, le journaliste demande à son tour :

-    Qui êtes-vous ?

-   Je suis le Diable. Vous êtes à ma merci et je vais vous briser le cou… lui répond son invisible interlocuteur.

Reprenant son sang froid, Woodcock se dit qu’il est peut-être la victime d’une blague idiote. Il fouille la remise, inspectant chaque recoin. Mais il n’y a personne. Il se tourne ensuite vers Dinah qui ne l’a pas quitté d’une semelle.

-    Va au puits, prend de l’eau et garde-là dans ta bouche, commande-t-il à la fillette.

Lorsque l’enfant revient, les joues gonflées d’eau, Percy Woodcock s’adresse de nouveau à l’entité. Celle-ci lui répond par quelques obscénités. Si le journaliste suspectait la jeune Dinah de jouer les ventriloques, le voilà rassuré. 9

George Dagg, qui vient de se joindre à Woodcock, entend lui-aussi la voix. Il n’en croit pas ses oreilles. Ce « fantôme » que Dinah affirme entendre depuis des semaines se décide enfin à se manifester à lui. L’entité se lance alors dans une longue suite de jurons et d’obscénités. Woodcock et Dagg tentent de la calmer ; d’en savoir davantage sur sa présence. Ils l’invitent même dans la maison « où ils pourront discuter plus confortablement ». Ce que l’entité accepte volontiers. De retour dans la salle de séjour, la conversation peut reprendre. 10

-    Pourquoi vous en prenez-vous à moi et à ma famille ?, demande George Dagg.

-    Pour le plaisir, répond le « diable ».

-    Mais si ce n’est que pour le plaisir, de reprendre George Dagg, pourquoi avoir voulu mettre le feu à la maison ?

-    Je ne l’ai pas voulu. Tous les feux ont été allumés de jour pour que vous puissiez bien les voir. J’en suis désolé…  11

Au bout de plusieurs heures de cette incroyable conversation, l’entité annonce enfin qu’elle va quitter les lieux dès le lendemain soir, un dimanche. Un départ qu’elle promet d ‘être « mouvementé ».  12

Dans les heures qui suivent, l’histoire de cet échange d’outre-tombe est sur toutes les lèvres. Certains soupçonnent George Dagg d’être la victime d’un mauvais sort, envoûté par quelque anonyme sorcière. D’autres accusent la petite Dinah de s’être découvert d’étonnants dons de ventriloque (en dépit de la vérification de Woodcock). Malgré leur scepticisme, plusieurs villageois promettent de se rendre chez George Dagg pour assister à cette soirée qui s’annonce des plus mémorables…

Le lendemain, un peu après la tombée du jour, la famille Dagg se réunit au salon. En plus des Dagg, il y a là Percy Woodcock et une quinzaine de villageois. Comme prévu, « le fantôme » se manifeste. Pour prouver son « omniscience », il révèle d’abord des informations personnelles sur plusieurs des témoins. Il s’exprime toujours dans cette voix gutturale, quoique son ton est beaucoup plus posé que celui de la veille.13  Il annonce ensuite qu’il n’est pas le Diable, mais un ange descendu du paradis… puis se ravise encore pour dire qu’il est plutôt l’esprit désincarné d’un homme mort vingt ans plus tôt. Il se moque joyeusement de son auditoire ! Son discours est accompagné d’une foule de manifestations physiques. Des meubles se déplacent, des coups sont frappés dans les murs, les volets des fenêtres battent comme sous l’effet de vents violents et un harmonica s’élève dans les airs et se met à jouer tout seul. Le « fantôme » lui-même se laisse aller à chanter quelques cantiques populaires. L’affaire est si extraordinaire que Percy Woodcock rédige sur le vif un document résumant ces manifestations. Toutes les personnes présentes (17) l’authentifient de leur signature. 14

Aux petites heures du matin, lassé de ces pitreries, l’invité invisible des Dagg annonce qu’il tire enfin sa révérence, ajoutant qu’il ne reviendra qu’une seule fois encore pour faire ses adieux aux enfants. Sur ce, la calme s’installe de nouveau. Le rideau tombe sur l’une des plus étranges histoires de fantôme jamais rapportées. 15

Le lendemain, les enfants Dagg rentrent précipitamment à la maison. Dinah est si excitée que ses propos sont décousus et confus. Elle raconte qu’un homme vêtu d’une longue tunique blanche leur est apparu. Il aurait pris Mary et John par la main et leur aurait répété qu’il était un ange. Après quoi, il se serait… envolé. 16

Avec cette dernière apparition prennent fin les mystérieuses manifestations à la ferme de la famille Dagg. Mais l’intérêt soulevé par cette affaire — alimenté par les articles de Percy Woodcock — attire des visiteurs d’un peu partout. Les curieux déambule devant la ferme de George Dagg. On espère y entrevoir le fermier ou les enfants, témoins privilégiés de cette histoire incroyable.

Le 27 novembre, dix jours après la fin des événements, un nouveau visiteur débarque à Shawville : Andrew Watson. Comme beaucoup de Canadiens cet agent de la Royal Oil Company a lu les articles de Percy Woodcock et il souhaite enquêter lui-aussi sur cette histoire. Watson n’est pas seulement curieux, il est bien déterminer à prouver que Woodcock et les habitants de Shawville ont été abusés et trompés par les Dagg. À l’instar de Woodcock, il rencontre tous les témoins et visite les lieux. Au gré de ses rencontres, son scepticisme fait place à la conviction. Le témoignage de Susanna finit de le convaincre. Dans une lettre ouverte adressée au Brockville Times, il écrit :

« Mme Dagg a décrit ce qui s’était passé d’une manière très convaincante. C’est une femme saine et intelligente qui ne croit que ce qu’elle voit. Elle nous a montrés là où les feux se sont déclarés, les vitres brisées, les lits qui ont été bougés et les sofas qui ont été renversés. Nous l’avons interrogée et contre-interrogée sans jamais ébranler son témoignage. Je me suis rendu là-bas avec la certitude d’y trouver la preuve que toute cette histoire n’était qu’une fraude, mais je n’ai rien trouvé. J’espérais dénicher quelqu’un qui me dirait que les Dagg ne méritaient pas la confiance de leurs pairs, mais je n’ai trouvé personne. Il n’y a plus aucun doute dans mon esprit que ces événements se sont bel et bien produits.

La question demeure : "Mais qui alors était derrière tout cela ?" Certains disent que c’est Dinah, après tout rien ne s’est produit en son absence. Je ne le crois pas. Je ne vois pas comment Dinah aurait pu renverser les sofas, les tables ou les lits ou encore jouer les ventriloque pendant deux mois, elle qui au cours des cinq dernières années n’a jamais exhibé le moindre talent en ce sens. D’autres accusent les Dagg. Comme je l’ai déjà mentionné, leur réputation est sans tache et je me refuse à croire qu’ils auraient pu commettre ce genre d’arnaque ; une fraude qui, si elle avait été découverte, aurait pu les envoyer au pénitencier. Je ne crois pas non plus que les autres hommes — qui ne sont pas de la famille Dagg — auraient pu adhérer à la réalité de ces manifestations sans des preuves vraiment convaincantes. » 17

 

Avec les années, le poltergeist des Dagg a fini par être oublié. La famille n’a plus jamais rapporté d’événements semblables et aucune explication n’a jamais été apportée aux étranges manifestations de Shawville. Les enfants et les petits-enfants ont continué à vivre dans le comté du Pontiac jusque dans les années 1940. Au moment d’écrire ces lignes (2006), la petite-fille et dernière descendante directe de George et Susanna Dagg, Mme Alma Gatien, vit toujours dans la région de Thunder Bay. La ferme de George Dagg, théâtre de ces étranges événements, se dresse toujours à la limite de Shawville et de Clarendon. On ignore cependant ce qui est advenu de la petite Dinah MacLean, « l’agent » au centre de ses manifestations. L’histoire n’aura gardé d’elle que cet épisode insolite, une signature d’outre-tombe…

En 1957, l’Office national du film du Canada (ONF) a produit « The Ghost that Talked », un court-métrage (30 minutes) inspiré du poltergeist de la famille Dagg.18  Susanna y est dépeinte comme une femme austère et George comme un fermier naïf, des caractères bien loin de la réalité ; des portraits qui malheureusement n’ont pas su rendre justice à cette fantastique histoire.

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤

Notes supplémentaires:

I - Elizabeth Janes Barnes (née Martin) voit le jour à Cork, en Irlande, en 1800. Mariée très jeune, elle émigre au Canada vers 1820 et où elle s’installe dans la région de Cobourg, à l’est de Toronto, sur les rives du lac Ontario. En 1843, veuve et remarié, Elizabeth Barnes déménage à Sheldon Corners (près de Plum Hollow). Lorsque George Dagg la consulte, en 1889, la femme jouit déjà d’une solide réputation de voyante. On raconte que grâce à ses dons psychiques elle aurait aidé la police à solutionner le meurtre d’un certain Morgan Doxtater (un crime pour lequel son cousin Edgar Harter a été jugé, condamné et exécuté) en 1860. On raconte qu’elle n’aurait jamais chargé plus de 0.25$ pour ses services. Aujourd’hui, elle est devenue une figure légendaire en Ontario. L’histoire l’a surnommée « la sorcière de Plum Hollow ».

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

 

Christian Robert Page © Dossiers Mystère TOME 2, (Louise Courteau, Éditrice Inc. 2008), p.113-123
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Véritable enquêteur du paranormal, Christian R. Page et l’équipe de Dossiers Mystère ont parcouru des milliers de kilomètres en quête d’histoires extraordinaires. Vous pouvez écouter sa chronique "Mythes et complots" avec Benoît Dutrizac, chaque semaine au 98,5 FM .

Références:

01. R.S. Lambert, Exploring the Supernatural (Arthur Barker Ltd, 1955), p. 107
02. R.S. Lambert, Exploring the Supernatural (Arthur Barker Ltd, 1955), p. 107-108
03. R.S. Lambert, Exploring the Supernatural (Arthur Barker Ltd, 1955), p. 109
04. R.S. Lambert, Exploring the Supernatural (Arthur Barker Ltd, 1955), p. 109
05- John Robert Colombo, Mysterious Canada (Doubleday Canada, 1988), p. 114
06. R.S. Lambert, Exploring the Supernatural (Arthur Barker Ltd, 1955), p. 110
07. R.S. Lambert, Exploring the Supernatural (Arthur Barker Ltd, 1955), p. 110
08. R.S. Lambert, Exploring the Supernatural (Arthur Barker Ltd, 1955), p. 110
09. R.S. Lambert, Exploring the Supernatural (Arthur Barker Ltd, 1955), pp. 111-112
10. R.S. Lambert, Exploring the Supernatural (Arthur Barker Ltd, 1955), p. 113
11. R.S. Lambert, Exploring the Supernatural (Arthur Barker Ltd, 1955), p. 114
12. Colin Wilson, Poltergeist! (New English Library, 1981), p. 99
13. Colin Wilson, Poltergeist! (New English Library, 1981), p. 99
14. John & Anne Spencer, The Poltergeist Phenomenon (Headline, 1997), p. 34
15. John & Anne Spencer, The Poltergeist Phenomenon (Headline, 1997), p. 35
16. Colin Wilson, Poltergeist! (New English Library, 1981), p. 100
17. R.S. Lambert, Exploring the Supernatural (Arthur Barker Ltd, 1955), pp. 119-120
18. http://www.onf.ca/trouverunfilm/fichefilm.php?id=16966&v=h&lg=en&exp=

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&asins=2892393094&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF &bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor- 21&o=8&p=8&l=as1&asins=2892393116&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF& amp;bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&asins=2895623813&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF &bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm? lt1=_blank&bc1=000000&IS2=1&bg1=000000&fc1=FFFFFF&lc1=FFFFFF&t=bavard- 20&o=15&p=8&l=as1&m=amazon&f=ifr&ref=tf_til&asins=289562383X" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Le poltergeist de Saint Catharines


Le poltergeist de Saint Catharines

Un dossier de Christian R. Page



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Saint Catharines (Ontario), 7 février 1970.

En vitesse, l’agent Robert Crawford grimpe les escaliers menant à l’appartement du deuxième étage. Arrivé sur le palier, il frappe à la porte sans retenu. Presque aussitôt une femme dans la trentaine lui ouvre.

-    Je viens de chez votre voisine, commence le policier…

-    Suivez-moi, interrompt la femme.

Sur les talons de son hôtesse, l’agent traverse la cuisine et un long corridor. À l’autre bout, trois personnes se tiennent sur le seuil d’une des chambres. Elles sont visiblement fascinées par le spectacle qui se déroule sous leurs yeux. En voyant l’agent Crawford, elles s’écartent. Le policier s’approche et jette un coup d’œil dans la pièce. Il n’en croit pas ses yeux.

La chambre est celle des deux jeunes garçons du couple : Peter et Mark. L’ameublement se résume à deux lits jumeaux, deux bureaux d’enfants et une table basse. Mais le policier ne porte qu’une attention relative à ces détails. Ce qui le frappe surtout c’est que l’extrémité d’un des lit flotte littéralement à 60 cm du sol.

Il n’y a aucun point d’appui. Le pied du lit se tient dans l’air comme s’il était soutenu par des mains invisibles. L’agent Crawford s’approche et exerce une pression sur le montant d’acier jusqu’à le remettre en contact avec le plancher. Il doit appuyer de tout son poids pour arriver à ses fins. Mais dès qu’il le relâche, le pied du lit — et seulement cette extrémité — remonte lentement jusqu’à 60 cm. Le policier regarde sous le lit : inspecte le montant ; s’assure qu’il n’est pas la victime d’une supercherie. Il doit se rendre à l’évidence : il n’y a aucune explication rationnelle au phénomène en cours.
 


De par sa formation, l’agent Crawford a été préparé à faire face à n’importe quelle situation : une bagarre, un meurtre, un vol à main armée, un accident de la route. Mais comme réagir quand l’agresseur est… invisible.

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

Le 6 février 1970, le constable Robert Crawford de la police de Saint Catharines (Ontario) est dépêché au 237 Church Street pour y répondre à un appel concernant une dispute conjugale. Alors qu’il s’apprête à quitter les lieux — à l’issue de son intervention — le policier est accosté par une autre locataire de l’immeuble : Barbara Page. Celle-ci l’implore de monter à son appartement du deuxième étage. La jeune mère de famille, visiblement au bord des lames, lui raconte que depuis 10 jours son logement est le théâtre de phénomènes inexplicables.1  Tout aurait commencé par des « grattements » et des coups frappés dans les murs. Ensuite, des meubles se seraient mis à bouger — comme poussés par des mains invisibles — et des portes se seraient ouvertes, sans que personne ne les ait touchées.2  Des murs en plâtre auraient même été défoncés comme si quelqu’un — ou quelque chose — avait violemment frappé depuis l’intérieur du mur ! Jusque-là, d’expliquer Barbara Page, ces manifestations n’auraient sans doute pas nécessité l’intervention de la police, si depuis quelques jours l’un de ses fils, Peter (11 ans), n’était pas devenu à son tour la victime de ces forces invisibles.3  À en croire Barbara, l’enfant aurait été frappé par des objets lancés par une « entité invisible ». Il aurait aussi été poussé hors de son lit par des forces inexplicables.

L’affaire paraît invraisemblable, mais Barbara Page n’est pas la seule à témoigner de ces manifestations. Il y a aussi son mari, John, leurs fils, Peter et Mark (8 ans)4,  et même un prêtre catholique, le père Stevens, présent au moment de la visite de l’agent Crawford. L’ecclésiastique jure qu’il a vu plusieurs de ces phénomènes, dont le lit du jeune Peter qui aurait été poussé au milieu de la chambre, mû par quelque force mystérieuse. 5

Pendant que l’agent Crawford s’efforce d’écrire un rapport détaillé des événements, les Page lui font visiter l’appartement, lui montrant chaque méfait causé par l’entité invisible : ici c’est un mur qui a été défoncé, là une commode qui a été renversée. Puis, alors que toute la troupe se tient au milieu du living room, le policier entend un vacarme venant de le cuisine : l’une des chaises placées contre la table a été poussée jusqu’à l’entrée du corridor. Pourtant l’agent est bien certain qu’il n’y avait personne dans la pièce. Devant son air ahuri, le père Stevens ne peut que lui répéter que c’est là le genre de phénomènes auxquels sont confrontés les Page depuis plusieurs jours… 6

Pour John et Barbara Page l’affaire a commencé deux semaines plus tôt par des « grattements » et des coups frappés dans les murs. Ils en ont informé leur propriétaire qui à son tour a contacté les autorités municipales. Des ingénieurs se sont alors rendus sur place pour inspecter de bâtiment, mais ils n’ont rien découvert qui aurait pu expliquer ces manifestations, des manifestations d’ailleurs « exclusives » à l’appartement des Page. Entre le 28 janvier et le 2 février, ce sont les employés de la compagnie du gaz et les enquêteurs du service des incendies qui ont inspecté l’endroit. Mais eux non plus n’ont pas trouvé la moindre anomalie. Ce qui n’a pas empêché les meubles de bouger et le jeune Peter d’être tourmenté par quelque « invisible » agresseur… 7

Le 7 février, vers 22 h., l’agent Crawford retourne au 237 Church Street, toujours pour ces mêmes querelles conjugales. Le policier procède à l’arrestation d’un homme qu’il confie momentanément à son collègue patrouilleur, l’agent Richard T. Colledge. Pendant que l’agent Crawford prend la déposition de la compagne du prévenu, une autre femme entre précipitamment dans l’appartement. Elle est en proie à un choc nerveux. Celle-ci explique qu’elle revient de l’appartement des Page où elle a vu un lit qui « flottait » littéralement dans l’air.8  Quatre à quatre, le policier grimpe les marches jusqu’à l’appartement. Ce qu’il y voit le laisse pantois. Dans la chambre du jeune Peter, l’une des extrémités du lit (le pied) se tient à 60 cm du sol. Il n’est soutenu par aucun objet ou support. L’agent Crawford — comme il l’écrira plus tard dans son rapport — n’en croit pas ses yeux. Outre les Page, deux amies de Barbara sont également présentes. Elles racontent qu’un peu plus tôt dans la journée elles ont vu des meubles bouger tout seuls. Une chaise berçante se serait entre autres mise « à sautiller » de gauche à droite ; aurait traversé la pièce et se serait renversée. L’agent Crawford courre chercher son collège, le constable Colledge. 9

« Avant cette intervention, raconte Richard T. Colledge, j’avais entendu mon collègue parler de cet appartement de Church Street où des meubles se déplaçaient tout seuls. Puis un soir nous avons été appelés à cette adresse pour une toute autre affaire. Au cours de notre intervention, mon collègue [Crawford] m’a demandé de le suivre jusqu’à l’appartement du 2e étage. Lorsque nous sommes arrivés dans la chambre, situé de l’autre côté de la cuisine, tout était redevenu normal. Nous avons décidé de rester un peu, pour voir si d’autres phénomènes allaient se produire. Nous n’avons pas été déçus. À un moment donné, je me tenais face à la chambre et mon collègue interrogeait les parents et le plus vieux des garçons. Soudain, j’ai vu un cadre se décrocher et tombé au pied du lit. Le cadre était accroché au-dessus du lit. Pour tomber là où il est tombé, il a dû décrire une longue trajectoire en arc au-dessus du lit. Il n’est pas simplement tombé ; il a littéralement volé dans la pièce. Inutile de dire que j’ai vite compris qu’il y avait de drôles de choses qui se produisaient dans cet appartement. » 10

 

Dans les jours qui suivent au moins cinq autres policiers de Saint Catharines vont être témoins d’événements étranges au 237 Church Street. Toutes ces manifestations semblent tourner autour du jeune Peter. Lorsqu’il est absent, les « bizarreries » cessent pour reprendre dès qu’il rentre à la maison.11  Si l’hypothèse de la fraude ou de la manipulation est écartée, il n’en reste pas moins que l’enfant est sans aucun doute « l’agent » de ces phénomènes. À un moment donné par exemple, l’un des policiers présents, l’agent Bill Weir, voit de ses propres yeux un journal placé sur une table basse se soulever dans les airs pour être lancé en direction du garçon qui est atteint en plein visage. Son collègue, l’agent Crawford — qui se rend presque quotidiennement au 237 Church Street — s’efforce de tout consigner par écrit.

« À un moment donné, il y a un coup et un bruit semblable à celui d’un objet qui tombe par terre. Je suis allé dans la chambre des enfants et l’un d’eux [Peter] s’est réveillé comme j’entrais. J’ai allumé la lumière et j’ai constaté qu’une poupée — qui était accroché au mur à une hauteur d’environ 6 pieds (1,8 m) — se trouvait maintenant à côté de l’enfant. Comme la mère commençait à paniquer, j’ai demandé au garçon de réveiller son frère et d’aller se coucher dans la chambre de leurs parents. Sur ces entrefaites, l’agent McMenamin est arrivé accompagné de M. et Mme Asher [des voisins]. Tout le monde s’est regroupé au salon. J’ai répété aux enfants d’aller se coucher dans la chambre de leurs parents. Aussitôt, sans aucune raison, un cadre accroché au mur s’est décrocher et est tombé directement sur la tête du plus vieux des garçons. Une minute plus tard, une lampe dans la chambre à coucher s’est renversée et un gros coffre a commencé à bouger. Il y avait aussi une chaise, placée à l’autre bout de la pièce. Celle-ci s’est soulevée dans les airs avant de retombé brusquement sur le sol. » 12

 

À une autre occasion, l’agent Crawford voit la chaise où est assis Peter se renverser violemment, faisant basculer l’enfant entre le mur et le meuble.13 

Le 11 février, en après-midi, les Page logent un autre appel au service de police. Trois agents sont envoyés sur les lieux : les constables Weir et Richardson et le détective Bill Sandison. À leur arrivée, ils apprennent que les manifestations ont perdurées toute la journée. Il y a sur place une dizaine de personnes ; des parents et des amis venus réconforter la famille. Il y a aussi Monseigneur Delaney, de la cathédrale de Saint Catharines. À l’instar des jours précédents, les policiers assistent impuissants à un certain nombre de manifestations, dont la « lévitation » de la chaise du jeune Peter.14  Les témoins se comptent maintenant par dizaines. Une fuite médiatique est de plus en plus à craindre…

Le lendemain, les craintes se matérialisent : le journal local, The Standard, tire sur cinq colonnes : Présence fantomatique dans un appartement de Church Street, la police et des médecins tentent de voir l’esprit qui hante un garçon.15  La manchette déclenche un véritable cirque médiatique. Des quatre coins du pays — et même de l’étranger — des dizaines de journalistes, d’experts ou de simples curieux téléphonent aux autorités. Tous veulent en savoir d’avantage sur ces phénomènes inexplicables. L’affaire prend de telles proportions que la famille doit recourir aux services d’un avocat pour « gérer » la crise. La télévision nationale (CTV) présente un reportage sur cette affaire et des radios de Toronto en font leur sujet du jour. Le « fantôme de Saint Catharines » est une aubaine pour la presse à sensations. 16

Pour les Page, la situation devient insupportable. Si les médias ont respecté jusqu’à maintenant leur anonymat, il en va autrement dans leur quartier où ils sont connus. Les voisins les interpellent ; les questionnent mi-figue mi-raisin sur « le fantôme de Peter ». À l’école, le garçon est victime des moqueries de ses compagnons. L’affaire n’a que trop durée. Vers la fin du mois, les Page quittent Saint Catharines pour aller loger chez des parents, à Montréal.17  Durant leur séjour, ils n’observeront aucun phénomène particulier, ni en présence de Peter ni en son absence. 18

Lorsqu’ils reviennent dans leur appartement de Church Street, tout semble être définitivement rentré dans l’ordre. Ces étranges manifestations qui pendant des semaines leur auront empoisonné l’existence semblent bel et bien terminées. Les Page ne reporteront aucun autre incident insolite. 19

Aujourd’hui, on ignore ce qu’il est advenu de la famille. Les Page n’ont plus jamais reparlé publiquement de ces événements. Quant aux policiers municipaux, ceux-ci n’oublieront jamais ce mois de février 1970.

« À l’époque, cette histoire était LE sujet des discussions de tous, se rappelle Richard Colledge. Même les policiers qui n’avaient rien vu de ces événements ne doutaient pas de leur réalité. Ils faisaient confiance à leurs collègues et si les "gars" disaient qu’ils avaient vu ces événements, c’est qu’ils les avaient vus. Tous étaient d’avis qu’il devait s’agir d’un phénomène de poltergeist, même si on n’était pas très familier avec ce mot. Les phénomènes semblaient toujours tourner autour de ce jeune garçon, Peter, et on en a déduit qu’il devait en être la cause en quelque sorte. » 20

 

Dans la plupart des cas de poltergeist, les experts doivent s’en remettrent essentiellement aux témoignages pour évaluer l’événement. Il n’existe que très peu de photographie — et encore moins de films — montrant un poltergeist en action, d’où l’importance des récits. Mais rares sont les incidents qui, à l’instar de celui de Saint Catharines, présentent un si grand nombre de témoins et des témoins d’une aussi bonne qualité. Un cas presque unique dans les annales de l’étrange.

 

« L’affaire du poltergeist de Saint Catharines, raconte l’auteur John Robert Colombo, est un cas tout à fait extraordinaire. Les phénomènes observés dans cet appartement de Church Street étaient pour le moins étonnants. On a les rapports policiers de ces événements qui mentionnent qu’il y avait aussi parmi les témoins un avocat et un prête, venu là pour y pratiquer un exorcisme. Tous ces gens jurent avoir vu des manifestations dignes du film "L’exorciste". On parle d’un lit qui flottait dans l’air, des objets qui étaient lancés sur les murs, des penderies qui se renversaient et des bureaux qui bougeaient tout seuls. Devant ce genre de manifestations, on peut aisément comprendre la peur des locataires qui étaient tout à fait terrifiés. Les rapports policiers sont surprenants à lire parce qu’ils décrivent des événements qu’on ne retrouve pas généralement dans ce genre de document. Les constables ne se livrent pas des canulars semblables. Ils y rapportent une foule de manifestations qu’ils qualifient "d’activités phénoménales". On n’a jamais trouvé d’explications à ces événements. » 21

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

 

Christian Robert Page © Dossiers Mystère TOME 1, (Louise Courteau, Éditrice Inc. 2008), p.35-44
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Véritable enquêteur du paranormal, Christian R. Page et l’équipe de Dossiers Mystère ont parcouru des milliers de kilomètres en quête d’histoires extraordinaires. Vous pouvez écouter sa chronique "Mythes et complots" avec Benoît Dutrizac, chaque semaine au 98,5 FM .

Références:

01. Rapport de l’agent Robert Crawford daté 6 février 1970
02. SheilaHervey, Some Canadian Ghosts (Pocket Book, 1973), p. 98
03. SheilaHervey, Some Canadian Ghosts (Pocket Book, 1973), p. 98
04. Rapport de l’agent Robert « Bob » Richardson daté de 12 février 1970
05- Rapport de l’agent Robert Crawford daté 6 février 1970
06. Rapport de l’agent Robert Crawford daté 6 février 1970
07. Allen Spraggett, New World of the Unexplained, Signet Book, 1976), pp. 180-181
08. Rapport de l’agent Robert Crawford daté 7 février 1970
09. Rapport de l’agent Robert Crawford daté 7 février 1970
10. Entrevue avec Richard Tesdale Colledge réalisée le 28 avril 2005
11. SheilaHervey, Some Canadian Ghosts (Pocket Book, 1973), pp. 97-98
12. Rapport de l’agent Robert Crawford daté 7 février 1970
13. Rapport de l’agent William Weir daté du 10 février 1970
14. Rapport de l’agent Robert Richardson daté du 12 février 1970
15. Ron Whitmarsh, Police, Doctors Try to Spot Spirit Which Haunts Boy (The Standard, 12 février 1970)
16. C. Swayze, Family With Ghost Takes A Vacation As Out-Of-Town Newsman Flood City (The Standard, 17 fev. 1970)
17. SheilaHervey, Some Canadian Ghosts (Pocket Book, 1973), p. 98
18. Michael Clarkson, When Beds Float (Key Porter Book, 2005), p. 61
19. Michael Clarkson, When Beds Float (Key Porter Book, 2005), p. 61
20. Entrevue avec Richard Tesdale Colledge réalisée le 28 avril 2005
21. Entrevue avec John Robert Colombo réalisée le 20 septembre 2005

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2892393094&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2892393116&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2895623813&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?lt1=_blank&bc1=000000&IS2=1&bg1=000000&fc1=FFFFFF&lc1=FFFFFF&t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&m=amazon&f=ifr&ref=tf_til&asins=289562383X" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Quelques histoires sélectionnées au hasard


Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Les nouvelles histoires:


Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Réseaux Sociaux:


Dark Stories est sur Twitter !

Histoires et récits insolites et macabres

Newsletter - Inscription


Warning: Declaration of JParameter::loadSetupFile($path) should be compatible with JRegistry::loadSetupFile() in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/html/parameter.php on line 431

Informations supplémentaires:


À propos de Dark Stories
Connexion
Liens et partenaires
Mentions légales
Écrire au webmestre