Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584
Dark Stories - Histoires macabres et insolites | Récits inexplicables et paranormal

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* Dark-blog */
google_ad_slot = "3335103952";
google_ad_width = 300;
google_ad_height = 250;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

 

 

 

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DS5-blogue2 */
google_ad_slot = "2592204537";
google_ad_width = 300;
google_ad_height = 600;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Newsletter - Inscription

 

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/application/application.php on line 459

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

L'énigme du Mary Celeste


L'énigme du Mary Celeste

Un dossier de Christian R. Page



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Océan Atlantique, 4 décembre 1872.(Note 1)

Un dernier coup de rame et la chaloupe vient se glisser tout contre la coque du voilier dont les marins peuvent maintenant lire le nom peint en blanc : Mary Celeste. Malgré que la mer soit agitée, deux des trois « canotiers », Oliver Deveau et John Wright, n’ont aucune peine à monter à son bord. Ils sont aussitôt pris d’un malaise. Il y a quelque chose d’anormal ici. Est-ce ce silence de mort ou l’état de délabrement du navire qui inquiète ? Il est vrai que les marins sont des gens superstitieux… mais quand même.

Lentement, comme s’ils craignaient de voir surgir une épouvantable menace, les hommes entreprennent d’explorer le brigantin.

- Héééoooo !… Hoooééé…!, lance Deveau les mains en porte voix.

Rien. Pour toute réponse, le marin n’entend que le craquement des gréements et les voiles, en partie déployées, qui battent sous la brise légère. Après avoir inspecté le pont principal, les hommes se glissent dans « le ventre de la bête ». Tout est saturé d’eau : des vêtements rangés dans les malles aux matelas et à la literie. Dans les coursives, les portes des cabines restées ouvertes battent au rythme du navire qui tangue et les entreponts sont plongés dans l’obscurité.

Après avoir fait le tour du navire et visité une à une toutes les cabines, les deux marins doivent se rendre à l’évidence : il n’y a plus personne à bord du Mary Celeste.
 



- Je pense qu’il vaudrait mieux retourner sur le Dei Gratia, laisse tomber le jeune John Wright, comme s’il pensait à voix haute.

C’est vrai que les marins sont des gens superstitieux, mais le Mary Celeste lui donne des frissons. Pourquoi l’équipage a-t-il disparu ? Pourquoi a-t-il abandonné le navire ? Pourquoi le Mary Celeste ? 1

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

Le 4 décembre 1872, à quelque 1000 kilomètres des côtes espagnoles, un trois-mâts barque battant pavillon canadien, le Dei Gratia, croise le Mary Celeste, un navire de 32 mètres de long commandé par un certain Benjamin Spooner Briggs. Vu du Dei Gratia, le Mary Celeste semble en piteux état : son clinfoc et sa voile du mât de misaine — du moins ce qu’il en reste — sont déployés en pendent accrochés à leurs gréements. Sur le pont, il n’y a personne… Le navire paraît abandonné. 2

Le Mary Celeste n’en est pas à son premier incident inusité. Achevé en 1861 au chantier naval de Spencer Island, dans la baie de Fundy (N.-É.), le navire a d’abord été baptisé Amazon.3 C’était originalement un modeste brigantin de 30.3 mètres de long et d’un tonnage de 198 tonnes.4  Lors de son voyage inaugural — de Spencer Island à Windsor (Nouvelle-Écosse) — son capitaine Robert McLellan est mort d’une fièvre galopante… un mauvais présage.5  Quelques mois plus tard, l’Amazon a heurté un barrage sur les côtes du Maine où il a failli sombrer.6  Ramené à Spencer Island pour y être réparé, le navire a lourdement été endommagé par un incendie allumé par accident.7  Remis en service, l’Amazon a éperonné un autre navire dans le Détroit de Dover, qui relie le canal anglais à la Mer du nord.8  En 1867, il s’est échoué sur des rochers au large du Cap Breton.9  On l’a remis à flot et conduit de nouveau à Spencer Island où il a été entièrement restauré. Sa longueur a été portée à 31.4 mètres et son tonnage à 282 tonnes. Durant toutes ces « pérégrinations », le navire, rebaptisé Mary Celeste, a changé de propriétaires à maintes reprises.10  Lorsque le Dei Gratia le croise en cet après-midi du 4 décembre 1872, il est la propriété de la James H. Winchester & Co. de New York, une petite entreprise de transport maritime. Le navire fait alors route vers Gênes (en Italie) où doit livrer un chargement d’alcool. 11

Pendant près d’une heure, les hommes du Dei Gratia observent le Mary Celeste qui se rapproche en zigzaguant. Ils font des signaux et sonnent la cloche, mais le brigantin ne répond pas.12  Pour le capitaine du Dei Gratia, David Reed Morehouse, cette rencontre a quelque chose d’ironique. Non seulement il connaît bien le capitaine du navire moribond, Benjamin Briggs, mais il y a à peine quelques semaines les deux navires étaient amarrés côte à côte dans le port de New York.13  Étrange coïncidence…

Vers 15 h., alors que le Mary Celeste se trouve à moins de ¼ de mille du Dei Gratia, Morehouse demande à trois de ses hommes, dont son second, Oliver Deveau, de se rendre sur le Mary Celeste pour enquêter.14  Ce que les hommes y trouvent les laisse pantois.

Le Mary Celeste est tout à fait désert et à en juger par le délabrement qui règne à son bord, son abandon doit remonter à plusieurs jours. Le rouf et les entreponts sont inondés et la cale disparaît sous 1,5 mètre d’eau. Dans celle-ci, Deveau retrouve les 1700 barils d’alcool de la cargaison (principal fret du Mary Celeste) et des vivres pour au moins six mois. Sur le pont principal de nombreux indices supposent qu’une activité fébrile, peut-être même une certaine panique, a précédé l’abandon du navire. Dans les cabines, les effets personnels des marins sont à leur place et la dernière inscription portée à l’ardoise du bord — retrouvée dans la cabine du capitaine — date du 25 novembre. 15


« L’unique canot de sauvetage du Mary Celeste était aussi manquant, d’expliquer Stanley T. Spicer, auteur de The Saga of the Mary Celeste, et les instruments de navigation du capitaine — sextant, chronomètre et livre de navigation — avaient également disparus. La trappe du pont principal, celle menant à la cale, était ouverte. Certaines voiles étaient encore déployées et d’autres avaient simplement été emportées par le vent. Dans la cabine du capitaine, un lit d’enfant avait été utilisé peu de temps avant l’abandon et toute la literie était humide. Les puits, les hublots et les portes des cabines étaient restés ouverts. Dans la cuisine, le poêle était froid et la vaisselle proprement rangée. Les pipes des marins étaient aussi bien à leur place. Or, à cette époque, aucun marin n’aurait quitté son bateau sans emporter sa pipe. C’était-là un indice que l’abandon du navire avait du se faire dans la hâte. » 16

 

Malgré le spectacle peu rassurant qu’offre le Mary Celeste rien ne justifie qu’il ait été abandonné. « Cette barque était capable de faire le tour du monde avec un bon équipage et de bonnes voiles », dira plus tard l’un des marins du Dei Gratia.17  Mais justement, pourquoi n’y a-t-il plus âme qui vive à bord ? Quelle menace a bien pu pousser l’équipage — le capitaine Briggs, sa femme et leur fille de deux ans et sept marins aguerris — à fuir à bord de l’unique canot de sauvetage du Mary Celeste ?

Mû par ses propres moyens, le navire est ramené à Gilbraltar où Morehouse et ses hommes espèrent toucher la prime de sauvetage.18  Mais les choses se compliquent. Dès son arrivée à quai, le Mary Celeste est placé sous séquestre par la vice-amirauté.19  Les autorités s’expliquent mal cette histoire. En coulisse, on parle d’une mutinerie qui aurait éclaté à bord du Mary Celeste, mais aucune trace de violence ne vient accréditer cette hypothèse. On évoque aussi un acte de piraterie, mais là encore la présence de la cargaison — 1700 barils d’alcool brut d’une valeur de 37,000$ 20 — rend invraisemblable ce scénario. Bref, on nage en plein mystère. Pendant plus de trois mois, le navire sera gardé à quai. En mars 1873, le tribunal maritime accorde aux hommes du Dei Gracia une prime de 8,300$ pour la récupération du Mary Celeste.21  Le « vaisseau fantôme » est alors remis à ses armateurs de New York, sans pour autant que les experts aient trouvé une explication à son abandon.

Pendant des années, le Mary Celeste va continuer de bourlinguer à travers le monde. Partout où il fait relâche, il suscite la curiosité. Puis, le 3 janvier 1885, son nouveau maître, le capitaine Gilman C. Parker, le jette volontairement contre les récifs de Rochelais dans la baie de la Gonâve, en Haïti.22  Le Mary Celeste n’est plus alors qu’un vieux bateau vétuste que ses nouveaux armateurs ont assuré bien au-delà de sa valeur réelle.23  Mais contre toute attente, le navire — perché sur les récifs — met des semaines avant de sombrer et l’arnaque est éventé. Le Mary Celeste termine ses jours dans cette même controverse qui aura marqué toute son histoire.

Au fil des ans, la disparition de l’équipage du Mary Celeste va devenir plus grande — et surtout plus mystérieuse — que nature. En janvier 1884, le magazine britannique Cornhill Magazine publie une nouvelle intitulée « J. Habakuk Jephson’s Statement » (La déclaration de J. Habakuk Jephson). L’histoire est présentée comme un témoignage, celui d’un survivant du Marie Celeste, un navire retrouvé abandonné dans l’Atlantique. Le narrateur raconte que l’équipage, parti de Boston (É.-U.) à destination de Lisbonne (Portugal), aurait été assassiné par l’un des marins de race noire, un tueur en série, du nom de Septimius Goring. D’après le récit, Goring détestait les « blancs » et c’est pourquoi il aurait égorgé tous les membres de l’équipage. Seul J. Habakuk Jephson aurait réussi à fuir en catimini sur l’un des canots de sauvetage. Même si ce récit paraît dans un magazine qui ne publie que des oeuvres de fiction, la « déclaration » de J. Habakuk Jephson devient vite l’explication officielle au mystère du Mary Céleste. Pourtant, l’histoire est jalonnée d’erreurs grossières. Dans la nouvelle du Cornhill Magazine, le nom du navire est le Marie Celeste (au lieu de Mary Celeste). Son port d’attache est Boston (au lieu de New York) et sa destination Lisbonne (au lieu de Gênes). L’auteur du récit — qui en réalité n’est nul autre que Arthur Conan Doyle (le père de Sherlock Holmes) — y ajoute aussi des détails qui vont vite se substituer aux faits établis.24  Le cinéma va même reprendre cette version dans un film de 1935, mettant en vedette Bela Lugosi (le premier comte Dracula du cinéma), The Mysterie of the Marie Celeste.25  Et comme si ce n’était pas suffisant, d’autres auteurs, eux-aussi emportés par l’énigme du Mary Celeste, vont y ajouter des détails de leur cru : « les plats étaient encore chauds sur la table, il n’y avait plus âme qui vive à bord sauf un chat affamé», etc., etc.

Pendant des générations, l’histoire du Mary Celeste va faire fantasmer les amateurs d’énigmes. Pourquoi l’équipage du Mary Celeste a-t-elle abandonné le navire ? Et où se trouve exactement l’épave ?

À la première question nous n’avons hélas que des hypothèses.


« Au XIXe siècle, reprend Stanley T. Spicer, il n’était pas rare de trouver des bateaux abandonnés dans l’Atlantique. D’après des statistiques établies par l’agence hydrographique américaine, uniquement dans les dernières décennies des années 1800, c’est une moyenne de 200 navires par année qui étaient retrouvés abandonnés. Dans ces cas, il s’agissait presque toujours de bateaux sérieusement endommagés et abandonnés par leur équipe qui craignaient leur naufrage. Mais, contre toute attente, ces navires n’ont pas sombrés et ils ont été retrouvés abandonnés. À l’autre extrémité, il y a eu, à la même époque, pas moins de 100 navires sortis des chantiers de la baie de Fundy (N.-É.), là où a été construit le Mary Celeste, qui ont disparu sans laisser de trace. Et entre ces deux extrémités, il y a eu le Mary Celeste, un navire retrouvé en parfait état de naviguer, mais complètement abandonné de son équipage. À son bord, on a trouvé que très peu d’indice sur ce qui a pu se passer et sur le sort de son équipage.» 26

L’hypothèse la plus vraisemblable accuse la cargaison du Mary Celeste. Le capitaine Briggs aurait négligé de faire aérer la cale où étaient entreposés les 1700 barils d’alcool brut. Or, sous la chaleur des tropiques, l’alcool aurait laissé échapper des vapeurs excessivement toxiques. Les experts supposent qu’en ouvrant la trappe menant à la cale, les hommes du Mary Celeste ont été surpris par ces vapeurs qui rapidement se sont répandues sur tout le navire. Briggs auraient alors décidé de faire monter tout l’équipage — incluant sa femme et sa fille — dans le canot de sauvetage qu’il aurait arrimé au Mary Céleste en utilisant les longs cordages des voiles. Son idée était de placer la yole à la remorque du Mary Celeste le temps que le navire se débarrasse de ses vapeurs d’alcool. Mais le câble se serait détaché ou brisé. Sans amarres, dans leur frêle esquif, les marins auraient vite été distancés par le Mary Celeste.27  Bien sûr, rien ne prouve que cette hypothèse soit la bonne, mais elle vaut bien toutes les autres histoires de monstres marins, de pirates ou même d’extraterrestres proposées jusqu’à maintenant pour expliquer l’énigme du Mary Celeste.

Par contre, pour ce qui a trait à la localisation de l’épave, nous avons des réponses plus précises. En 2001, une équipe de plongeurs professionnels de la NUMA (National Underwater Marine Agency) a annoncé avoir découvert l’épave du Mary Celeste. Celle-ci était exactement là où les registres de l’époque l’avaient située, au pied d’un massif de corail sur la côte ouest d’Haïti. Les plongeurs de la NUMA, chapeautés par Eco-Nova, une société de la Nouvelle-Écosse spécialisée dans la production de documentaires, n’ont malheureusement retrouvé qu’un vague squelette. Apparemment, les eaux chaudes des Caraïbes ont entraîné une détérioration accélérée des matériaux, tant et si bien que même les pêcheurs haïtiens ignoraient qu’une épave gisait au fond de la baie, à moins de 10 mètres de profondeur.


« L’épave se trouve aujourd’hui sur un fond corallien, pas très loin de Port-au-Prince, au pied des récifs de Rochelais, d’expliquer John Davis, plongeur et producteur de la série The Sea Hunters. Elle est complètement recouverte de corail. Il n’en reste que très peu de chose. À l’époque le navire s’est échoué sur les récifs où il est resté perché pendent des semaines. Les Haïtiens l’ont finalement incendié et le bateau s’est consumé jusqu’à la ligne de flottaison. La partie immergée s’est vite recouverte de corail. Tant et si bien que l’épave n’est plus vraiment visible. Nous l’avons d’ailleurs découverte n’ont pas en utilisant un sonar latéral, comme cela se fait généralement dans ce genre de recherche, mais en déplaçant un magnétomètre au-dessus des hauts-fonds. On espérait trouver des débris de métal provenant de l’épave et cette initiative a porté fruit.

« Nous avons ramené du site de l’épave de nombreux morceau de bois et des pierres de ballast. Même si les registres ne mentionnent qu’un seul naufrage sur les récifs de Rechelais — celui du Mary Celeste — nous souhaitions obtenir des preuves plus formelles quant à l’identité de "notre" épave. Le Mary Celeste a été construit en Nouvelle-Écosse et ses constructeurs ont utilisé un bois très distinctif pour sa carène, du bouleau jaune. Le navire a aussi été restauré, à New York, avec du pin blanc. La découverte sur un même site d’épave de ces deux types de bois très distinctifs était pour nous la preuve définitive qu’il s’agissait bel et bien du Mary Celeste. » 28

Qui aurait pu imaginer une meilleure « sépulture » pour la Mary Celeste ? Son histoire a été marquée par le destin, le mort et le mystère. Dès le début, certains ont prétendu que le Mary Celeste était maudit. Et c’est dans les eaux qui baignent Haïti, une île où règne le mystère et le vaudou, qu’il a trouvé son dernier repos.

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤

Notes supplémentaires:

I - Ou le 5 décembre 1872, selon le temps maritime.

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

 

Christian Robert Page © Dossiers Mystère TOME 1, (Louise Courteau, Éditrice Inc. 2008), p.451-460
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Véritable enquêteur du paranormal, Christian R. Page et l’équipe de Dossiers Mystère ont parcouru des milliers de kilomètres en quête d’histoires extraordinaires. Vous pouvez écouter sa chronique sur le paranormal avec Benoît Dutrizac, chaque semaine au 98,5 FM .

Références:

01. Brian Hicks, Ghost Ship (Ballantine Books, 2004), p. 75
02. John Harris, Les vaisseaux fantômes (Presse de la Cité, 1981), p. 53
03. John Harris, Les vaisseaux fantômes (Presse de la Cité, 1981), p. 49
04. Paul Begg, Mary Celeste (Pearson Education Limited, 2005), p. 13
05- Brian Hicks, Ghost Ship (Ballantine Books, 2004), pp. 15-17
06. Stanley T. Spicer, The Saga of the Mary Celeste (Nimbus Publishing, 2002), p.23
07. Jeremy Kingston, Mysterious Happenings (Bloomsbury Books, 1991), p.152
08. Brian Hicks, Ghost Ship (Ballantine Books, 2004), p. 23
09. Jeremy Kingston, Mysterious Happenings (Bloomsbury Books, 1991), p. 152
10. Stanley T. Spicer, The Saga of the Mary Celeste (Nimbus Publishing, 2002), p.25
11. Charles Edey Fay, The Story of the Mary Celeste (Dover Publications, 1988), p. 60
12. Paul Begg, Mary Celeste (Pearson Education Limited, 2005), p. 34-35
13. Jeremy Kingston, Mysterious Happenings (Bloomsbury Books, 1991), p. 149
14. Brian Hicks, Ghost Ship (Ballantine Books, 2004), p. 73
15. John Harris, Les vaisseaux fantômes (Presse de la Cité, 1981), pp. 54-55
16. Entrevue avec Stanley T. Spicer réalisée le 31 mai 2005
17. John Harris, Les vaisseaux fantômes (Presse de la Cité, 1981), p. 56
18. Brian Hicks, Ghost Ship (Ballantine Books, 2004), p. 83
19. Stanley T. Spicer, The Saga of the Mary Celeste (Nimbus Publishing, 2002), p.38
20. John Harris, Les vaisseaux fantômes (Presse de la Cité, 1981), p. 52
21. Brian Hicks, Ghost Ship (Ballantine Books, 2004), p. 135
22. Brian Hicks, Ghost Ship (Ballantine Books, 2004), pp. 177-178
23. Brian Hicks, Ghost Ship (Ballantine Books, 2004), p. 182
24. Paul Begg, Mary Celeste (Pearson Education Limited, 2005), pp. 70-71
25. Paul Begg, Mary Celeste (Pearson Education Limited, 2005), p. 93
26. Entrevue avec Stanley T. Spicer réalisée le 31 mai 2005
27. Brian Hicks, Ghost Ship (Ballantine Books, 2004), pp. 233-247
28. Entrevue avec John Davis réalisée le 1er juin 2005

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2892393094&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2892393116&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2895623813&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?lt1=_blank&bc1=000000&IS2=1&bg1=000000&fc1=FFFFFF&lc1=FFFFFF&t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&m=amazon&f=ifr&ref=tf_til&asins=289562383X" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

La légende de la Lost Lemon Mine


La légende de la Lost Lemon Mine

Un dossier de Christian R. Page



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Highwood Mountains (Alberta), été 1870.

Le soleil a dépassé son zénith, lorsque les deux cavaliers entreprennent de redescendre l’un des versants rocheux qui bordent la chaîne montagneuse des Highwood. Depuis l’aube, ils ont prospecté sur plusieurs kilomètres et il est temps, se disent-ils, de prendre une pose.

 

Au détour d’un groupe de grands pins, dont plusieurs atteignent 20 mètres de haut, les hommes aperçoivent les reflets d’une rivière toute proche : l’endroit idéal pour se restaurer et faire boire les chevaux. Le paysage y est magnifique avec, à leur gauche, les cimes enneigées des Highwood Mountains et, à droite, les sommets arrondis des monts Porcupine. Entre les deux, à perte de vue, s’étend une vaste forêt de conifères.

Alors qu’il se penche pour remplir son gobelet d’eau fraîche, l’un des hommes, un solide gaillard d’une quarantaine d’année, est surpris par d’étranges reflets dans l’eau.
 


Le courant de la rivière à cet endroit est plutôt léger et l’homme a l’impression que se sont les roches, à fleur d’eau, qui jettent ces reflets. Il s’avance dans la rivière jusqu’à mi-cuisse, plonge la main dans l’eau et en ramasse une pierre de la taille d’un œuf de poule. Au soleil, celle-ci jette d’extraordinaires reflets multicolores. Toute sa surface et couverte de filaments, comme de minuscules veines dorées.

Les yeux rivés sur son « cailloux », Frank Lemon sait qu’il est maintenant un homme riche.

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

Au sud-ouest de Calgary, baignée par les eaux de la Highwood River, se dresse la chaîne montagneuse des Highwood, premiers contreforts des Rocheuses canadiennes. C’est un paysage grandiose qui attire les amoureux de la nature… et les chasseurs de trésors. On raconte que c’est au cœur de la Highwood Mountain Range que se cacherait l’un des gisements aurifères les plus riches du Canada : la mine perdue de Frank Lemon.

À en croire la légende, au printemps de 1870 une rumeur gagne tout le nord du Montana (É.-U.). Des prospecteurs auraient trouvé de l’or de l’autre côté de la frontière, le long de la rivière Saskatchewan, en Alberta. L’affaire paraît sérieuse… du moins assez pour qu’un métis de la région, Lafayette French, mette sur pied une expédition composée d’une quarantaine d’hommes. Parmi eux se trouvent deux prospecteurs d’expérience, un certain Frank Lemon et un métis connu uniquement sous le sobriquet de Blackjack.

Pendant des semaines, la troupe remonte la rivière Saskatchewan puis la rivière Oldman. Chaque ruisseau, chaque embranchement est passé au tamis. Hélas l’or n’est pas au rendez-vous. À l’entrée d’un défilé connu sous le nom du Passage du nid des corbeaux (Crowsnest Pass), Lemon et Blackjack décident de quitter la horde et de remonter vers le nord. Leur décision se révèlera un choix heureux. Près de Purcell Mountains, les deux hommes entrent dans une vallée luxuriante où des sources descendues des montagnes déversent une eau fraîche et limpide. Puis, lors d’une halte pour faire boire leurs chevaux, ils remarquent d’étranges reflets dans l’eau… des reflets dorés. Ils ont trouvé leur Eldorado. À fleur d’eau et tout autour d’eux, des pierres présentent ces filaments si caractéristiques de l’or : les veines de la richesse.

Leur exaltation passée, Lemon et Blackjack sont face à un dilemme : doivent-ils entreprendre immédiatement leur prospection ou doivent-ils se rendre en ville pour y loger un droit d’exploitation (claim). Mais comme l’après-midi est déjà fort avancé, ils décident de remettre leur décision au lendemain matin. Ce soir ils dormiront à la belle étoile, espérant que la nuit saura leur porter conseil…

Étendu sur sa couche, Frank Lemon ne cesse de repenser aux événements de la journée. « Combien peut valoir tout cet or  ? 100,000$, 500,000$, 750,000$? » Les chiffes s’embrouillent dans sa tête.  « Sept cent cinquante milles dollars divisé par deux cela représente… Mais pourquoi faudrait-il partager ? ». Après tout, se dit-il, c’est lui qui a décidé de remonter vers le nord. C’est lui également qui a choisi d’explorer la région de Highwood Mountain Range. Sans lui, Blackjack perdrait encore son temps avec les hommes de Lafayette French. Non ! Il n’y a aucune raison pour qu’il partage son bien. Cet or est le sien et il compte bien en rester le seul propriétaire.

Lentement, Frank Lemon se glisse hors de sa couche. À la lumière des braises qui finissent de consumer un feu allumé quelques heures plus tôt, il devine la silhouette de son compagnon qui dort à 3 mètres. Lemon saisi sa hache et sur la pointe des pieds s’avance vers Blackjack. En retenant son souffle, il se penche au-dessus de métis et le regarde, indécis, partagé entre la morale et la cupidité. Soudain, Blackjack ouvre les yeux. Le métis n’aura jamais le temps de comprendre ce qui lui arrive. D’un geste précis, le tranchant de la hache s’abat et lui fracasse le crâne…

Pendant un instant, Frank Lemon reste là, la hache à la main. Il regarde avec horreur la portée de son geste. Puis, comme un automate, il recule et retourne s’asseoir sur sa couche. Il essaie de penser à autre chose,  mais dès qu’il lève les yeux, il est frappé par la scène macabre du corps de Blackjack qui gît dans une marre de sang. Le spectacle lui est si insupportable, qu’il se met à lancer des branches sur les braises pour ré-attiser le feu. Au moins les flammes lui masqueront le corps du métis.  

Ce que le prospecteur ignore, c’est que son crime a été vu. À quelques mètres de là, derrière des buissons, deux amérindiens Pieds-Noirs, William et Daniel Bendow, n’ont rien manqué de la scène. Toute la nuit durant, ils continueront à épier le prospecteur, allant jusqu’à imiter des animaux nocturnes pour effrayer davantage l’assassin.  

Dès les premières lueurs de l’aube, Frank Lemon, pris de remords et terrorisé par ces cris étranges venus de la forêt, se remet en selle. Pour l’heure, il lui importe de mettre le plus de distance possible entre lui et le corps de Blackjack. L’or attendra…

Pendant que Lemon refait en sens inverse le chemin qui l’a amené dans la vallée, les frères Bendow retournent à la réserve de Morley où ils informent le chef Bearspaw des événements de la nuit. Celui-ci craint que la découverte de « l’homme blanc » n’entraîne une véritable ruée vers l’or. Il demande aux frères Bendow de retourner près de la rivière pour y faire disparaître toutes traces qui pourraient permettre à d’autres prospecteurs d’identifier les lieux. Les deux hommes s’exécutent, mais — peut-être par superstition — ils négligent de déplacer le corps de Blackjack.

Quelques jours tard, Lemon est de retour au Montana. Il n’est plus que l’ombre de lui-même, rongé par les remords. Il confie son aventure — et son crime — à un ami pasteur. Sur les indications de l’assassin, l’ecclésiastique envoie un certain John MacDougall pour ramener le cadavre de Blackjack. En quelques jours, MacDougall est de retour dans les Highwood Mountain Range. Sans trop de difficulté, il retrouve la vallée et le campement de Frank Lemon où gît toujours le corps de Blackjack. Mais ce dernier est déjà beaucoup trop putréfié pour être ramené. MacDougall se contente de l’enterrer sous un monticule de pierres, puis retourne chez lui. À peine a-t-il quitté la vallée, que d’autres amérindiens Pieds-Noirs s’amènent ; défont la sépulture de Blackjack et se débarrassent définitivement du corps. Cette fois, il n’y a plus trace des prospecteurs dans la région.

Dans les mois qui suivent, Frank Lemon tente à au moins deux reprises de retrouver « son extraordinaire filon », sans succès. Tous les points de repère qu’il avait pourtant si bien mémorisés semblent avoir disparus. Quant à John MacDougall — le seul autre prospecteur à s’être rendu dans la vallée — celui-ci meurt à Fort Kipp (Montana) au lendemain d’une beuverie, sans jamais avoir révélé à d’autres personnes l’endroit exact du campement de Lemon.

Avec les années, la recherche de la « mine perdue de Frank Lemon », va devenir l’obsession d’une poignée de prospecteurs. L’un d’eux, Lafayette French — celui-là même qui avait convaincu Frank Lemon et Blackjack de se joindre à son équipée de 1870 — va consacrer les dernières 15 années de sa vie à rechercher la mystérieuse « rivière d’or ». French va même retrouver l’un des frères Bendow — témoin du meurtre de Blackjack — et le convaincre de le guider jusqu’à l’ancien campement de Lemon. Mais à la veille d’y arriver, l’autochtone décède subitement dans des circonstances mystérieuses. Il n’en faut pas d’avantage pour qu’à son impossible location, la « mine perdue de Frank Lemon » acquière une sinistre réputation.  Ce qui ne décourage pas pour autant les aventuriers et autre chasseur de trésors.

 

« Le premier article que j’ai écrit sur la mine perdue de Frank Lemon remonte à 1952, raconte Hugh Dempsey, autrefois président de la Société d’Histoire de l’Alberta. Et depuis cette époque, je pense qu’il ne s’est pas écoulé une seule année sans que quelqu’un m’appelle pour me demander des informations sur la mine de Frank Lemon. J’ai même déjà reçu une lettre d’un prospecteur qui disait avoir trouvé la fameuse mine. Malheureusement, je n’ai jamais pu contacter cet homme et je n’ai jamais réentendu parler de lui. Il y a un mois à peine [février 2005], quelqu’un m’a encore parlé d’une "expédition" pour retrouver la mine, preuve que l’histoire est toujours d’actualité ».

 

Pendant que les chasseurs de trésors explorent les montagnes de l’Alberta à la recherche de la mine perdue de Frank Lemon, les historiens, eux, s’interrogent sur l’acuité de la légende. Hugh Dempsey croit d’ailleurs que cette histoire — telle qu’on la raconte — ne serait qu’une « version » remodelée d’un fait divers publié dans le Helena Herald (Montana) en 1870.

 

« Il y a une grande dichotomie entre la légende et ce que j’ai été en mesure de vérifier comme historien, d’expliquer Dempsey. Je pense que le légende de Frank Lemon — qu’on situe en 1870 — a pour origine une histoire publiée un peu plus tôt dans un journal du Montana (É.-U.). À en croire ce fait divers, en 1868 un américain du nom de Frank Lemmon prospectait dans la région d’Edmonton (Alberta), sur la rivière Saskatchewan. Mais ce genre de prospection étant mal vu par les Britanniques cantonnés à Edmonton, Lemmon et un autre prospecteur — un certain Old George — auraient décidé de se rendre dans la région de Nanton (au sud de Calgary). De là, ils auraient gagné les montagnes, puis, via le Passage du nid des corbeaux, auraient traversé de l’autre côté. C’est là, près de Kootenays, qu’ils auraient trouvé de l’or. Le journal ajoute qu’une dispute entre les deux hommes se serait soldée par l’assassinat de Old George. Lemmon aurait plus tard regagner le Montana pour s’y mettre à l’abri pour l’hiver.

« La quantité d’or que disait avoir trouvé Lemmon n’était pas aussi importante que ce que raconte la légende, mais suffisamment importante pour intéresser d’autres prospecteurs. Pour avoir une idée, on parle ici de pépites contenant une valeur de 20$ or. Pour l’époque, même si ce n’était pas une fortune, c’était quand même intéressant. En 1870, Lemmon aurait donc convaincu d’autres personnes de l’accompagner dans les montagnes, mais il aurait été hélas incapable de retrouver l’endroit.»

 

Entre la légende de Frank Lemon et l’histoire de Frank Lemmon (avec deux « m »), on ignore toujours où se trouve la « mine perdue »… si « mine » il y a. « Après tout, disent les historiens, la région de Highwood Mountain Range n’a jamais été réputée pour être très riche en gisement aurifère ». Une affirmation qu’il faut peut-être aujourd’hui revoir. Des recherches géologiques entreprises dans la région ouvrent de nouvelles perspectives. À la fin des années 1990, la Eastfield Resources Limited, une compagnie qui se livre à de la prospection minière, a entrepris des forages dans la région de Trachyte Ridge, une zone montagneuse située juste au nord du Passage du nid des corbeaux, une référence géographique indissociable de la mine de Frank Lemon. Les premières analyses montrent une forte concentration aurifère. Cette découverte suppose que le secteur pourrait être beaucoup plus riche en or qu’on le croyait jusqu’à maintenant. Des chercheurs, comme Bill Morton, l’un des géologues de la Eastfield Resources, pensent que cette découverte pourrait être le premier indice sur l’endroit où se cache la mystérieuse « Lost Lemon Mine ».

Apparemment, plus d’un siècle après la mort de Blackjack, la fièvre de l’or nimbe encore les montagnes de Highwood Mountain Range.

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

 

Christian Robert Page © Dossiers Mystère TOME 1, (Louise Courteau, Éditrice Inc. 2008), p.363-374
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Véritable enquêteur du paranormal, Christian R. Page et l’équipe de Dossiers Mystère ont parcouru des milliers de kilomètres en quête d’histoires extraordinaires. Vous pouvez écouter sa chronique "Mythes et complots" avec Benoît Dutrizac, chaque semaine au 98,5 FM .

Références:

01. Collectif, The Lost Lemon Mine (Lone Pine Publishing, 1991), pp. 11-12
02. Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 1990), p. 113
03. Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 1990), p. 113-114
04. Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 1990), p. 114
05- Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 1990), p. 114
06. Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 1990), p. 114
07. Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 1990), p. 114
08. Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 1990), p. 114
09. Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 1990), p. 114
10. Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 1990), p. 114
11. Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 1990), p. 114
12. Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 1990), p. 115
13. Collectif, The Lost Lemon Mine (Lone Pine Publishing, 1991), pp. 13-14
14. Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 1990), p. 117
15. Entrevue avec Hugh Dempsey réalisée le 27 mars 2005
16. Entrevue avec Hugh Dempsey réalisée le 27 mars 2005
17. http://www.em.gov.bc.ca/DL/ArisReports/25730.PDF

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2892393094&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2892393116&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2895623813&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?lt1=_blank&bc1=000000&IS2=1&bg1=000000&fc1=FFFFFF&lc1=FFFFFF&t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&m=amazon&f=ifr&ref=tf_til&asins=289562383X" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

De Jack L’Éventreur au Dr Thomas Neill Cream


De Jack L’Éventreur au Dr Thomas Neill Cream

Un dossier de Christian R. Page



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Prison de Newgate (Londres),15 novembre 1892.

Dans la vieille prison de Newgate, une petite troupe marche en silence. Il y a là des magistrats, des dignitaires, un prêtre et le gardien chef du pénitencier. Arrivés devant une cellule, tous s’arrêtent. À l’intérieur, assis sur le lit, un homme au visage émacié attend. En voyant la « délégation », il comprend que l’heure a sonné :  ce matin, il a rendez-vous… avec le bourreau. Derrière ses lunettes d’acier, son regard reste vide et inexpressif. Un gardien ouvre la porte de la cellule et le prêtre y entre. Celui-ci s’approche du condamné et lui murmure quelque chose à l’oreille. Ensuite, de manière très solennelle, l’un des magistrats s’avance et lit à haute voix la condamnation :

« Thomas Neill Cream, vous avez été trouvé coupable de meurtre et condamné à être pendu. Au nom de sa majesté la reine Victoria, nous, loyaux sujets, sommes ici pour exécuter cette sentence. Que Dieu ait pitié de votre âme ».

Thomas Neill Cream reste impassible. Entouré de deux gardiens, on l’entraîne vers la cour de la prison où a été construit un hangar. À l’intérieur se dresse l’échafaud. Il s’agit en fait d’une simple arche en bois placée au-dessus d’une fosse, refermée par une trappe.1  Cream y est amené.

On lui lie les mains derrière le dos et lui couvre la tête d’un sac noire. Lentement, le bourreau, James Bellington, lui place la corde autour du cou ; en ajuste la longueur puis fait un pas en arrière.2  Devant le condamné, les témoins se sont placés en demi-cercle pour assister à l’exécution. Ils sont si près qu’ils peuvent entendre la respiration de Cream qui se fait plus rapide, seul indice de sa nervosité. Puis, l’un des magistrats fait un signe de la tête et le bourreau actionne le levier.

Alors que le déclic de la trappe se fait entendre, Cream lance à l’auditoire : « Je suis Jack… ».

Mais la corde lui brise la nuque avant qu’il n’ait le temps de finir. Pendant quelques secondes son corps est secoué de convulsions, puis retombe, immobile.3
 

Thomas Neill Cream était-il Jack l'Éventreur ?


Les yeux rivés sur ce misérable qui se balance doucement au bout de sa corde, les témoins s’interrogent : Que voulait dire Cream par ce « Je suis Jack… ». Il s’il s’agissait d’un dernier aveu ? Et si, rongé par un ultime remord, Thomas Neill Cream s‘était décidé à avouer un dernier crime ? Et si ce « Je suis Jack… » était l’ultime confession du plus célèbre et insaisissable assassin de l’ère victorienne ? Et si ce « Je suis Jack… » signifiait « Je suis Jack l’Éventeur » ?

En cette année de 1892, aucun londonien n’a oublié le terrible assassin des quartiers de Whitechapel et de Spitalfield. Ce monstre surnommé Jack l’Éventreur.

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

La macabre saga de l’Éventreur débute à Londres dans les derniers jours de l’été de 1888. Le 31 août, vers 3 h du matin, Charles Cross, un employé qui se rend à son travail au marché public de Spitalfields, trouve le cadavre d'une femme étendu dans Buck's Row (aujourd’hui Durward Street).4  Mary Ann Nichols git sur le dos — « encore chaude » notera l'un des policiers — la gorge tranchée d'une oreille à l'autre et à demi dissimulée dans le caniveau de la ruelle. Agée de 42 ans, édentée et exerçant le plus vieux métier du monde, Nichols a été renvoyée cette nuit-là d'un asile de Spitalfields parce qu'elle n'avait pas les quatre pennies nécessaires pour se payer un lit. À l'angle d'Osborn Street et de Whitechapel Road elle a croisé Ellen Holland, une autre prostituée, avec laquelle elle s'est entretenue un instant.5 Nichols s’est ensuite éloignée en direction de Buck's Row, l'une des plus sordides ruelles de Whitechapel.

À l’autopsie on fait une autre constatation pour le moins macabre : le corps a également été éventré. La blessure s'étend de la partie inférieure gauche de l'abdomen jusqu'au sternum ou presque. L'entaille, déchiquetée, est profonde, les chairs sont complètement traversées et une partie des viscères émerge de la plaie. Trois ou quatre entailles courent de gauche à droite et plusieurs incisions pratiquées au hasard sur l'abdomen finissent l'horreur du spectacle. De toute évidence, ces sévices ont été faits à l'aide d'un couteau de boucherie, apparemment mal affûté et manipulé avec force et habileté.6  L’œuvre d'un sadique.

Une semaine plus tard, le 8 septembre, le corps d'une autre prostituée, Annie Chapman, est retrouvé dans l'arrière cour du 29 Hanbury Street, un immeuble vétuste à cinq minutes de marche de Buck's Row. Le corps a pratiquement été décapité et, n'eut été d'un foulard que la malheureuse porte noué autour du cou, la tête aurait roulé sur l'épaule. La dépouille repose dans une encoignure, entre les marches de pierre et la clôture de l'immeuble adjacent. Le bras gauche est replié sur le sein gauche, les jambes bien droites et les genoux écartés. Le visage, exsangue et tuméfié, porte de profondes traces de meurtrissures. Tout comme le meurtre précédent, Annie Chapman, 47 ans, a elle-aussi été éventrée. « L'opération » a demandé une certaine adresse. L'utérus, les trompes ainsi que les ovaires ont habilement été enlevés et les intestins ont minutieusement été placés sur l'épaule droite.7

Dans les jours qui suivent, une certaine Elizabeth Long confie aux autorités que le matin du meurtre elle a croisé un couple devant le 29 Hanbury Street. Elle n’a pas vu distinctement leurs traits, mais jure que Annie Chapman était la femme rencontrée. Elle ajoute avoir entendu distinctement l'homme demander à Chapman « Veut-tu ? », ce à quoi l'interpellée a répondu par l'affirmatif. Il devait être à ce moment-là 5 h 30 du matin.8  C'était 30 minutes avant que John Davis, un locataire de 29 Hanbury Street, ne découvre le corps affreusement mutilé d'Annie Chapman. 9

Alors que la presse s’emballe autour des crimes de Whitechapel, la police reçoit une lettre écrite à l’encre rouge. L’auteur, qui affirme être l’assassin, annonce qu’il se remettra bientôt à l’œuvre. La lettre est signée Jack the Ripper (Jack l’Éventeur).10  Ainsi apparaît pour la première fois ce terrible sobriquet, synonyme de l’horreur.
    
Le 30 septembre 1888, Louis Diemschutz, un colporteur de Whitechapel, remonte Berner Street en direction du Club éducatif des travailleurs internationaux, un établissement pour Juifs socialistes. Plus tôt, Diemschutz s'est rendu devant le Weston Hill Market de Sydenham, au sud de la Tamise, où il a passé une partie de la soirée à vendre des babioles.11  Puis, vers minuit, la pluie s'étant mise à tomber, il a refermé son étale, une veille carriole tirée par un poney, et s'est remis en route.12  À une heure du matin, au moment de s'engager dans l'étroit passage menant au club social, l'animal hennit et marque un moment d'hésitation. Dans l'obscurité, Diemschutz glisse la main le long du mur. Ses doigts, à tâtons, rencontrent bientôt un obstacle moue gisant sur le sol. Le colporteur craque une allumette et, à la lueur de la flamme vacillante, découvre le corps d'une femme couché sur le dos.

Le vendeur itinérant croit d’abord avoir affaire à une femme ivre. En toute hâte, il se précipite à l'intérieur du club et alerte l'assistance. Une minute plus tard, à la lueur des bougies et des lampes à l'huile, Diemschutz et ses compagnons découvrent avec horreur la troisième victime de Jack l'Éventreur : Elizabeth Stride.  13

La femme, encore une prostituée, gît tout près du mur contre lequel ses pieds sont appuyés. Sa tête est légèrement inclinée vers la gauche. Une partie de son visage et ses cheveux sont souillés de boue. Enfin, ses vêtements, non déplacés, sont humides et épongent doucement la mare de sang qui naît d'une plaie béante à la gorge. 14

Contrairement aux deux précédentes victimes, Elizabeth Stride n'a pas été éventrée. Apparemment, son agresseur a à peine eu le temps de lui trancher la gorge d'une oreille à l'autre avant de prendre la fuite. Il y a fort à parier que sans l'arrivée de Diemschutz, l'Éventreur aurait terminé sa sinistre besogne.

D'ailleurs, alors que policiers et badauds affluent vers Berner Street, l'assassin, lui, remonte déjà Commercial Road en direction de la Cité. Au même moment, une autre prostituée, Catharine Eddowes, est relaxée de la station de police de Bishopsgate. Quatre heures plus tôt, Eddowes a été écrouée, complètement ivre, pour « trouble sur la voie publique ». Puis, à 1 h du matin, dégrisée, elle a recouvré sa liberté.15  Les policiers l'ont regardé s'éloigner en direction de Flower & Dean Street, une rue plutôt malfamée à la limite des quartiers de Whitechapel et de Spitalfields.

Quarante-cinq minutes plus tard, sur Mitre Square, une esplanade fréquentée et accessible par trois ruelles, le constable Edward Watkins tombe sur le corps affreusement mutilé de Catharine Eddowes. Le crime est sans précédent. Le visage de la victime a été sévèrement tailladé. Ses yeux, ses lèvres et ses joues ont été attaqués avec une violence inouïe. Sa gorge a été tranchée jusqu'à la moelle épinière et, comme dans le cas des filles Nichols et Chapman, elle a été éventrée. Les viscères ont été extraits de l'abdomen et l'assassin, une fois sa macabre pulsion assouvie, s'est enfui emportant avec lui le rein gauche et les organes génitaux de la malheureuse.16

« Les meurtres de l’Éventreur ont tous été commis très rapidement, explique Helen Heller, un agent littéraire de Toronto et spécialiste de l’Éventreur. Les victimes étaient d’abord égorgées pour les empêcher de crier. Des traces de strangulation ont aussi été observées sur plusieurs d’entre elles. L’agression était ensuite menée avec une précision digne d’un rituel. L’assassin éventrait par exemple ses victimes pour en retirer les organes et les disposer de façon macabre. Il était fétichiste et conservait certains organes comme des trophées. Il est certain qu’il tuait d’abord ses victimes avant de "s’amuser" à les mutiler. »17

 

Vingt minutes plus tard, tout le East End de Londres grouille de policiers. Jack l'Éventreur a frappé une nouvelle fois et, comme pour se moquer des autorités, plutôt deux fois qu'une. À 2 h 55, à cinq minutes de marche de Mitre Square, le constable Alfred Long découvre dans un couloir menant à l'escalier du 108 -119 Goulston Street une pièce de tissu ensanglantée et lacérée de coups de couteau. Le chiffon est bientôt identifié comme étant une partie du tablier de Catharine Eddowes. Une demi-heure plutôt, lors de sa ronde précédente, le policier jure n'avoir rien vu d'anormal à cet endroit. Juste au-dessus de l'étoffe, quelqu'un a écrit sur le mur : « Les Juifs sont les hommes qui ne seront pas accusés pour rien » (The Juwes are the men that will not be blamed for nothing). L'inscription, à la craie, est d'une exactitude grammaticale douteuse (le pluriel de Juifs en anglais [Juws] ne prend pas de « e »).18  C'est alors que survient un incident pour le moins surprenant : Sir Charles Warren, le directeur en chef de Scotland Yard, ordonne que le graffiti soit effacé sur-le-champ. Il justifiera plus tard sa décision par le climat malsain et antisémite qui régnait alors dans le East End. Une inscription accusant les Juifs d'être responsables des atrocités des quartiers de Whitechapel et de Spitalfields n'aurait fait qu'envenimer la situation.19

Malgré cette précaution la colère éclate. « Que fait donc la police ? », « Comment est-il possible que l'assassin soit encore en liberté ? » lit-on dans la presse. Des petits groupes d'hommes s'improvisent rapidement dans les cafés et bientôt Spitalfields et Whitechapel voient naître un « comité de vigilance » : une milice civile dirigée par George Lusk, un agitateur public notoire. Dans le tumulte, Scotland Yard reçoit une autre missive signée Jack l'Éventreur. L'auteur y reconnaît, presque avec humour, sa responsabilité pour les meurtres d'Elizabeth Stride et de Catharine Eddowes.20  Situation tout à fait extraordinaire : la reine Victoria, par la voix de son secrétaire aux affaires intérieures, fait savoir à Scotland Yard qu'elle est « particulièrement préoccupée par les violences du East End ». Londres toute entière retient son souffle. Va-t-on arrêter Jack l'Éventreur avant qu'il ne commette un autre crime ?

Le 16 octobre, George Lusk, qui jure publiquement que l'arrestation de Jack l'Éventreur n'est plus qu'une question de jours, reçoit une petite boîte enveloppée dans un papier brun taché de sang. Le colis se révèle être une masse de chair rouge et visqueuse.21 Une note d'accompagnement explique : « De l'enfer, cher M. Lusk, je vous envoie le rein que j'ai prélevé sur une femme et que j'ai conservé pour vous ; l'autre morceau, je l'ai fait frire et je l'ai mangé ; c'était très bon. Je peux vous expédier le couteau ensanglanté qui l'a détaché si seulement vous attendez un peu. ». La lettre, contrairement à celles reçues jusqu'à maintenant par les autorités du Yard, est truffée de fautes d'orthographe et l'écriture est incertaine, gauche, voire presque illisible.22 Elle n’est pas non plus signée Jack l’Éventreur, mais seulement « Attrapez-moi si vous le pouvez, M. Lusk ».
 
Le Dr Openshaw, attaché à l'hôpital de Londres, confirme bientôt que la masse visqueuse est bel et bien un morceau de rein humain.23  Au lendemain de la publication de son expertise, le pathologiste reçoit à son tour une lettre du soi-disant éventreur. « Vous aviez raison, c'était bien un rein gauche et bientôt c'est près de chez vous que je vais "opérer" ». L'auteur y ajoute : « Avez-vous vu le diable avec son microscope et son scalpel regardant un rein à moitié cuisiné ? » 24

« La célèbre lettre "De l’enfer" a été reçu par George Lusk, raconte Helen Heller. Lusk, un commerçant de Whitechapel dirigeait aussi un petit groupe de justiciers qui espérait appréhender l’Éventreur. La fameuse lettre était accompagnée d’un colis plutôt macabre : la moitié d’un rein humain, L’assassin disait l’avoir prélevé sur sa dernière victime, Catharine Eddowes. Malheureusement, les tests ADN n’existaient pas à cette époque, alors difficile de confirmer que ce soit le sien. Par contre, la moitié du rein reçu par Lusk présentait les caractéristiques de la maladie de Bright, maladie dont souffrait Catharine Eddowes. Jack ajoutait que l’autre moitié il l’avait fait frire et mangé. Il promettait aussi d’envoyer bientôt le couteau ensanglanté. Curieusement, l’auteur de cette lettre n’a pas signé "Jack l’Éventreur", mais simplement "Attrapez-moi si vous le pouvez, M. Lusk". Je crois que cette lettre provenait réellement de l’assassin à cause justement de cette absence de signature. »


Et tel un diable dans sa boîte, l'Éventreur se prépare à bondir de nouveau. Cette fois, Londres va trembler. Et son prochain crime va faire de son nom un synonyme de l'horreur.

Le 9 novembre, vers 10 h 45 du matin, Thomas Bowyer se présente au 13 Miller's Court, une arrière-cour étroite donnant sur Dorset Street (aujourd’hui Fournier Street). Bowyer espère y collecter les six semaines d'arrérages sur le loyer d'une certaine Mary Jane Kelly, une jeune prostituée de 25 ans. Bowyer frappe à la porte. Sans succès. Convaincu que Kelly refuse volontairement de lui ouvrir, l'homme se dirige vers l'autre coté de l'encoignure, là où se trouve l’unique fenêtre donnant sur le logis de la prostituée. Il n'est pas sans savoir que deux des carreaux sont manquants et que ceux-ci n'ont été remplacés que par une pièce de carton mal ajustée. Discrètement, Bowyer en souleve le coin et jette un coup d’œil à l'intérieur. Il lui faut quelques secondes pour que ses yeux s'habituent à la pénombre de la pièce. Ce qu'il y voit le glace d'horreur. 25
 
Mary Jane Kelly n'est plus. La pauvre femme — ou ce qu'il en reste — repose sur le lit, couchée sur le dos. Elle a eu la gorge tranchée. La blessure est profonde, jusqu'à la moelle épinière. En fait, la tête n'est rattachée au corps que par un mince lambeau de chair. Son nez et ses oreilles ont été coupés et son visage tailladé de façon telle qu'il ne reste plus rien de ses traits. Le bras droit est pratiquement amputé, les jambes sont écartées et celle de droite écorchée jusqu'aux os. La victime a également été éventrée. L'utérus, les reins et un sein ont été glissés sous sa tête, l'autre sein et le foie gisent entre ses jambes. Une main, amputée, a été enfoncée dans son estomac ouvert. Une partie des intestins a été soigneusement enroulée sur une petite table de chevet.26  En raison de l'importance des mutilations, il faudra sept heures aux employés de la morgue pour « recoudre » la victime.27  Elle sera inhumée le 19 novembre 1888 au cimetière catholique de Leytonstone (aujourd'hui St Patrick), au nord de Londres. 28

Ce nouveau crime soulève l'indignation et l'horreur. En cette année de 1888, jamais de mémoire d'homme un assassin n'a frappé avec autant d'audace et de violence. La police de Scotland Yard, prise à partie par l'ensemble des quotidiens du pays, propose un « pardon » à tout complice qui pourrait fournir une information menant à l'arrestation de l'assassin.29  Sans succès. Les interrogatoires en série n'apportent guère plus de résultats. À la station de police de Commercial Street, au cœur de Spitalfields, un certain George Hutchinson, un vagabond, jure avoir vu l'assassin. La nuit du crime, il a croisé Mary Kelly près de Commercial Street. Ils ont échangé quelques paroles, puis, expliquant à Hutchinson qu'elle se devait de trouver un peu d'argent pour payer son loyer, la jeune femme s'est éloignée en direction de Thrawl Street. Quelques instants plus tard, d’expliquer Hutchinson, un homme, bien vêtu, s'est approché de Mary Kelly et lui a soufflé quelque chose à l'oreille. La prostituée a ri, puis, au bras de son nouveau « cavalier », elle a rebroussé chemin. Alors, sans raison aucune, Hutchinson leur a emboîté le pas jusqu'à Dorset Street où le couple a trouvé refuge dans l'appartement miteux de Kelly. Le vagabond explique être resté un bon moment, peut-être 45 minutes, assis dans l'étroit passage entre Miller Court et Dorset Street. Lorsqu'il a quitté les lieux, vers 3 h du matin, l'homme n'était toujours pas ressorti de chez Kelly. Ce dernier, d'après Hutchinson, était âgé d'environ 35 ans. Il mesurait 1,60 m, avait le teint pâle, des yeux noirs, les cheveux noirs, de longs favoris et portait une moustache. L'homme était habillé d'un long manteau noir d'astrakan, d'un veston assorti et d'un pantalon noir. Une cravate, décorée d'une broche en forme de fer à cheval, lui donnait une allure de gentleman. Il portait également, dans la main droite, une paire de gants et, dans l'autre, un petit paquet :30  Une description correspondant à au moins un million de londoniens.

« La personnalité d’un assassin comme Jack l’Éventreur est très complexe, de dire Peter Vronsky, auteur de Serial Killer, un ouvrage sur les tueurs en série. L’une de ces facettes comprend la satisfaction qu’éprouve le meurtrier à pénétrer son couteau dans la chair. C’est un genre d’attachement animiste et fétichiste lié au sang, à la mutilation et au démembrement : les caractéristiques d’une personnalité très violente. Outre l’aspect spontané du crime, il n’est pas non plus exclu que l’assassin ait "traqué" certaines de ces victimes.»31


Dans les hautes sphères administratives, l'heure est aux solutions rapides. Le 11 novembre, cédant à la pression populaire, Charles Warren, l'âme de la police métropolitaine, remet sa démission.32  Mais déjà à ce moment-là, Jack l'Éventreur n'est plus qu'un mauvais souvenir. Les moins s’écoulent sans que de nouvelles victimes ne soient découvertes. À Scotland Yard, on se plait à croire que l’Éventreur a disparu.

« Je crois que Jack l’Éventreur — tout comme l’Éventreur du Yorkshire un siècle plus tard — était connu et vivait dans le même milieu que ses victimes, ajoute Helen Heller. Je crois que Jack se fondait parfaitement dans ce quartier défavorisé, étant probablement lui-même un ouvrier. Il devait connaître les lieux. Lorsqu’il sollicitait les services d’une prostituée, rien en lui n’inspirait la moindre menace. Il était l’un des leurs ! Les hypothèses voulant que l’Éventreur ait été le peintre Walter Sickert ou un homme de classe supérieure venu de l’ouest de Londres tient difficilement. Il aurait été repété aussitôt. C’est pourquoi je crois que l’Éventreur était sans doute un banal ouvrier, un personnage anonyme. »33

Une vision qui ne fait pas l’unanimité…

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

Trois ans plus tard, de l’autre côté de Londres, dans les quartiers plus aisés de Lambeth et de Belgravia, un policier se rend au chevet d’une certaine Ellen Donworth, une prostituée de 19 ans. La jeune femme meurt dans d’horribles convulsions, victime d’un empoisonnement à la strychnine.34  Puis c’est au tour d’une autre prostituée, Mathilda Clover (27 ans), d’être terrassée dans d’étranges circonstances.35  Elle est bientôt suivie d’Emma Shriwell (18 ans) et d’Alice Marsh (21 ans), toutes des prostituées. La cause des décès est toujours la même : empoisonnement à la strychnine.36  En coulisses on murmure : N’est-il pas curieux, alors que l’on sait que Jack l’Éventreur court toujours, qu’un nouvel assassin s’en prenne de nouveau aux prostituées de Londres ? Certes, nous sommes loin ici des quartiers défavorisés de Whitechapel et de Spitalfield, sans compter que le « modus operandi » de l’assassin n’est pas du tout le même, mais la coïncidence est troublante. Dans les meurtres de Lambeth, l’assassin ne mutile pas ses victimes, il se contente de les empoisonner. « L’Éventreur, spécule la presse, pourrait-il avoir changé de technique et déménagé ses pénates ailleurs ? Et si l’empoisonneur de Lambeth et le monstre de Whitechapel n’était qu’un seul et même meurtrier ? ».

Puis, comme l’avait fait Jack l’Éventreur trois ans plus tôt, l’assassin de Lambeth commence à envoyer des lettres. Se faisant passer tantôt pour un inspecteur de police tantôt pour un délateur, le criminel s’amuse à aiguiller les autorités sur de fausses pistes. Il accuse ses destinataires d’être impliqués de près ou de loin dans ces meurtres. Il menace même de les dénoncer aux autorités. Les lettres sont signées par un certain « H. Bayne » ou « W.H. Murray » ou encore « A. O’Brien ». Malgré ses diverses signatures, il est clair que ces lettres sont toutes l’œuvre d’un seul et même maître-chanteur.37

En octobre 1891, une autre prostituée, une certaine Lou Harvey (de son vrai nom Louisa Harris), rencontre un client à Leicester Square. L’homme, qui se prétend docteur à l’hôpital Saint Thomas, lui offre deux pilules pour soigner des rougeurs au front. La femme les accepte mais, au moment de les porter à sa bouche, elle se ravise et les laisse glisser dans le creux de sa main. Heureusement pour elle : il s’agissait de deux capsules de strychnine.38  Miss Harvey explique aux policiers que l’homme est de taille moyenne, qu’il portait un chapeau haut de forme et une cape de velours sur les épaules. Il avait le teint pâle et arborait une grosse moustache.39  Voilà une description qui n’est pas sans rappeler celle du mystérieux et insaisissable Jack l’Éventreur. Mais cette fois les policiers ont plus de chance. Au printemps de 1892, le département des enquêtes criminelles (CID) de Scotland Yard commence à s’intéresser à un certain Thomas Neill Cream. L’homme se vante un peu partout dans le quartier d’en savoir long sur l’affaire des empoisonnements de Lambeth. Cet exhibitionnisme morbide lui vaut bientôt la curiosité des autorités. Puis, en comparant l’écriture du suspect à celle des lettres signées Bayne, Murray ou O’Brien, la police conclut que celles-ci sont toutes l’œuvre dudit Thomas Neill Cream. Le 3 juin, l’assassin de Lambeth est arrêté.40 

Thomas Neill Cream est né à Édimbourg en Écosse en 1850. À quatre ans, ses parents émigrent au Canada. Des années plus tard, on le retrouve à Montréal où il fait son entrée à l’Université McGill. En 1876, il en sort avec un diplôme de docteur en médecine et le double surnom de Monsieur Encyclopédie ou Monsieur Cyclope, selon qu’on se réfère à son savoir ou à son strabisme prononcé.  Ensuite, sa vie n’est qu’une succession d’événements étranges. Sur sa route, des jeunes filles tombent malades et meurent. Sentant la « soupe chaude », Cream émigre en Angleterre où il parfait ses connaissances en médecine à l’hôpital Saint Thomas de Londres et à l’Université d’Édimbourg (Écosse).41  On le retrouve ensuite à London, en Ontario, où il pratique des avortements illégaux. Là encore, il laisse dans son sillage des jeunes femmes mortes mystérieusement. Sans cesse en mouvement, Cream traverse la frontière américaine et se rend à Chicago où il s’associe avec une sage-femme d’origine afro-américaine, Hattie Mack. Ensemble, ils pratiquent des avortements illégaux dans une chambre de West Madison Avenue, dans le quartier « red light » de West Side. Là encore, les choses tournent mal. Le 20 août 1880, le corps de Mary Anne Faulkner, une jeune femme venue d’Ottawa (Canada), est retrouvé dans un état de putréfaction avancé. L’autopsie révèle que la jeune femme est morte des suites d’un avortement sauvage. Cream et Mack sont arrêtées et accusés d’homicide involontaire. Au procès, les coaccusés se renvoient mutuellement la responsabilité du crime. Mais la partie est jouée d’avance : quel poids pourrait bien avoir la parole d’une sage-femme — et de surcroît de race noire — contre un médecin blanc de bonne famille ? Comme il fallait s’y attendre, Cream est exonéré de tout blâme. C’est à cette époque qu’il fait la connaissance d’une certaine Julia Stott. Quelques semaines plus tard, l’époux de cette dernière, Daniel, meurt dans des circonstances nébuleuses. L’autopsie montre qu’il a été empoisonné à la strychnine. En juillet 1881, Cream est arrêté et condamné pour le meurtre de Daniel Stott. Dix ans plus tard, il est libéré de la prison de Joliet, dans l’Illinois, d’où il gagne l’Angleterre.42  Quelques mois plus tard, il sera arrêté pour le meurtre des prostituées du quartier de Lambeth.

À l’issue d’un procès houleux, Cream est condamné à mort. Le 15 novembre 1892, l’empoisonneur est conduit à l’échafaud de la prison de Newgate, à Londres. Au moment où l’on actionne la trappe, Cream, sous sa cagoule, lance au bourreau « Je suis Jack… ». Il n’a pas le temps de finir sa phrase que la corde lui brise la nuque. 43

Thomas Neill Cream était-il Jack l’Éventreur ? Dans son livre A Prescription for Murder, consacré aux tristes exploits du Dr Cream, Angus McLaren, professeur d’histoire à l’Université de Victoria (C.-B.), souligne qu’il existe des différences importantes entre les crimes de l’Éventreur et ceux de Cream. Jack l’Éventreur était un « boucher » qui avait fait des quartiers miséreux de l’East London son terrain de chasse. Cream, au contraire, avait choisi les quartiers huppés de l’ouest de Londres. Quant à ses crimes, Cream préférait la propreté du poison à l’hémoglobine de l’Éventreur. Le monstre de Whitechapel tirait un certain plaisir à voir souffrir ses victimes. Cream n’était pas de cet acabit. Il préférait le fantasme de ses victimes agonisantes à la violence du spectacle in situ. Mais l’argument majeur contre la candidature du Dr Cream c’est son incarcération à la prison de Joliet dans l’Illinois. Les registres américains indiquent que Cream a été écroué de novembre 1881 à juillet 1891. Or, les crimes de l’Éventreur ont eu lieu entre août et novembre 1888. À cette époque, Cream était derrière les barreaux, à des milliers de kilomètres de Whitechapel.44  Comment aurait-il pu se rendre coupable des atrocités du East London ?
    
En 1974, parait dans la revue britannique The Criminologist un article intitulé Jack the Ripper — The Final Solution. L’auteur, un certain Donald Bell, affirme que dans les années 1880, à Chicago, il n’était pas rare de libérer des prisonniers avant terme et de falsifier les registres pénitentiaires en échange d’un substantiel « pourboire ». Cream, écrit Donald Bell, aurait très bien pu être libéré avant 1891.45  Si le scénario est possible en théorie, il reste néanmoins très improbable. Donald Rumbelow, l’un des plus grands experts au monde sur Jack l’Éventreur (qui se donnent le titre de « ripperologistes »), a découvert deux affidavits discréditant cette hypothèse. Le premier de ces documents est signé par un certain Thomas Davidson, un notaire chargé de la succession testamentaire du père de Thomas Neill Cream, le Dr William Cream. À la mort de ce dernier, en 1887, Thomas Davidson a fait quelques démarches auprès des autorités américaines dans l’espoir d’accélérer la libération de Thomas Neill Cream, qu’il savait détenu en Illinois pour le meurtre de Daniel Stott. Dans son affidavit signé sous serment en 1892 (alors que Thomas Neill Cream attendait d’être exécuté à la prison de Newgate) Davidson écrit :

« Désireux de savoir s’il (Thomas Neill Cream) était coupable ou innocent, j’ai demandé aux autorités de me transmettre les informations sur la foi desquelles il avait été condamné. À la lecture de ces documents, j’ai acquis la conviction qu’il était innocent. C’est à partir de ce moment-là que j’ai exercé tous les recours possibles pour obtenir sa libération, laquelle a été accordée à l’été de 1891 ».46


L’autre affidavit est signé par la belle-sœur de Thomas Neill Cream. Dans une lettre adressée à l’avocat de ce dernier (chargé de faire appel) et datée de 1892, Jessie Cream raconte qu’après la libération de son beau-frère (de la prison de Joliet), aux alentours du 29 juillet 1891, celui-ci est venu habiter avec sa famille jusqu’à son départ pour l’Angleterre en septembre de la même année. 47

Ces deux affidavits s’accordent pour dire que Cream a été libéré de la prison de Joliet à l’été de 1891, ce qui ne laissent que bien peu de place au scénario imaginé par Donald Bell.

Quoi qu’il en soit, une chose reste certaine : en lançant au bourreau de Newgate « Je suis Jack… » Thomas Neill Cream a su s’assurer une place au panthéon de l’horreur en s’associant à perpétuité au plus célèbre des assassins en série : Jack l’Éventreur.

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤

Notes supplémentaires:

I - Tous les experts sont d’avis qu’aucune des lettres signées « Jack L’éventreur » n’a jamais été écrite pas l’assassin de Whitechapel (à l’exception peut-être de la lettre envoyée à George Lusk [16 octobre 1888] et dont l’original a été perdu depuis longtemps). Dans le cas de la première lettre signée « Jack L’éventreur » (datée du 25 septembre 1888)  et connue sous le vocable de «Dear Boss letter», celle-ci a été reçue à la Central News Agency le 27 septembre 1888. Elle est considérée depuis longtemps comme une douteuse blague du journaliste T.J. Bulling. C’est cette lettre qui a donné à l’assassin de Whitechapel — jusque-là anonyme — sont terrible sobriquet de « Jack L’éventreur ». 

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

 

Christian Robert Page © Dossiers Mystère TOME 1, (Louise Courteau, Éditrice Inc. 2008), p.363-374
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Véritable enquêteur du paranormal, Christian R. Page et l’équipe de Dossiers Mystère ont parcouru des milliers de kilomètres en quête d’histoires extraordinaires. Vous pouvez écouter sa chronique "Mythes et complots" avec Benoît Dutrizac, chaque semaine au 98,5 FM .

Références:

01. Anonyme, The Execution of Dr Neill Cream (Illustrated Police News, 19 Novembre 1892)
02. Angus McLaren, A Prescription for Murder (University of Chicago Press, 1993), p.60
03. P.l Begg, M. Fido, K. Skinner, The Jack the Ripper A to Z (Headline Book Publishing PLC, 1991), p.59
04. Rapport de la police Métropolitaine (MEPO 3/140), 19 septembre 1888
05- Rapport de la police Métropolitaine (MEPO 3/140), 19 septembre 1888
06. Rapport de la police Métropolitaine (MEPO 3/140), 31 août 1888
07. Rapport de la police Métropolitaine (MEPO 3/140), 8 septembre 1888
08. Anonyme, The Whitechapel Murder, (The Times, 20 septembre 1888)
09. Anonyme, The Inquest (The Times, 11 septembre 1888)
10. Archive de la police Métropolitaine (MEPO 3/3153)
11. Philip Sugden, The Complete History of Jack the Ripper (Carroll & Graf Publishers, 1994), p.167
12. Martin Howells & Keith Skinner, The Ripper Legacy, (Sidwick & Jackson Limited, 1987), p.15
13. The Jack the Ripper A to Z, P., M. Fido & K. Skinner, Headline Book Publishing (1991), p.67
14. Rapport du ministère de l’Intérieur (HO 144/221/A49301C), 19 octobre 1888
15. Rapport du ministère de l’Intérieur (HO 144/221/A49301C), 27 octobre 1888
16. Rapport du ministère de l’Intérieur (HO 144/221/A49301C), 6 novembre 1888
17. Entrevue avec Helen Heller réalisée le 25 avril 2005
18. Rapport du ministère de l’Intérieur (HO 144/221/A49301C), 6 novembre 1888
19. Rapport du ministère de l’Intérieur (HO 144/221/A49301C), 6 novembre 1888
20. Rapport du ministère de l’Intérieur (HO 144/221/A49301C), 4 octobre 1888
21. Rapport du ministère de l’Intérieur (HO 144/221/A49301C), 27 octobre 1888
22. Rapport du ministère de l’Intérieur (HO 144/221/A49301C), 6 novembre 1888
23. Rapport du ministère de l’Intérieur (HO 144/221/A49301C), 6 novembre 1888
24. Stewart P. Evans & Keith Skinner, Jack the Ripper, letters from hell (Sutton Publishing, 2001), p.67
25. Anonyme, Another Whitechapel Murder, (The Times, 10 novembre 1888)
26. Archive de la police Métropolitaine (MEPO 3/3153)
27. Tom Cullen, Jack L’Éventreur (Éditions Denoël, 1966), p.226
28. Anonyme, The Whitechapel Murder (The Times, 19 novembre 1888)
29. Archive de la police Métropolitaine (MEPO 3/3153)
30. Rapport de la police Métropolitaine (MEPO 3/140), 12 novembre 1888
31. Entrevue avec Peter Vronsky réalisée le 14 juillet 2005
32. Anonyme, The Whitechapel Murder (The Times, 13 novembre 1888)
33. Entrevue avec Helen Heller réalisée le 25 avril 2005
34. Collectif, Scotland Yard mène l’enquête (Tome 2) (Sélection du Reader’s Digest, 1980), pp. 24-27.
35. Colin Wilson & Robin Odell, Jack the Ripper Summing up and Verdict (Bantam Press, 1987), p. 106
36. Angus McLaren, A Prescription for Murder (The University of Chicago Press, 1993), pp. 20-21
37. Angus McLaren, A Prescription for Murder (The University of Chicago Press, 1993), pp. 23-25
38. Collectif, Scotland Yard mène l’enquête (Tome 2) (Sélection du Reader’s Digest, 1980), pp. 37-40
39. Encyclopedia of Murder, Colin Wilson & Patricia Pitman, Pan Books (1984), p. 191
40. Angus McLaren, A Prescription for Murder (The University of Chicago Press, 1993), pp. 47-48
41. René Reouven, Dictionnaire des assassins (Éditions Denoël, 1986), pp. 113-114
42. Angus McLaren, A Prescription for Murder (The University of Chicago Press, 1993), pp. 36-42
43. Collectif, Scotland Yard mène l’enquête (Tome 2) (Sélection du Reader’s Digest, 1980), pp. 98-106
44. Entrevue avec Angus McLaren réalisée le 21 mars 2005
45. R. Whittington-Egan, A Casebook on Jack the Ripper ( Wildy & Sons Ltd Publishers, 1975), pp. 101-102
46. Donald Rumbelow, The complete Jack the Ripper (W.H. Allen Publishers, 1987), pp. 186-187
47. Donald Rumbelow, The complete Jack the Ripper (W.H. Allen Publishers, 1987), p. 187

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2892393094&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2892393116&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2895623813&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?lt1=_blank&bc1=000000&IS2=1&bg1=000000&fc1=FFFFFF&lc1=FFFFFF&t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&m=amazon&f=ifr&ref=tf_til&asins=289562383X" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

OVNI sur Montréal


OVNI sur Montréal

Un dossier de Christian R. Page



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Montréal (Québec), 7 novembre 1990.

Sans se presser, l’homme descend la rue Mansfield. De temps à autre il lève les yeux vers les nuages illuminés par d’étranges reflets jaunâtres. La scène a quelque chose d’insolite et d’irréel. Pourtant, les badauds qu’il croise ne semblent pas avoir relevé cette singularité.

Arrivé devant l’hôtel Hilton de la Place Bonaventure, l’homme, qui tient dans sa main un appareil photo 35 millimètres chargé à bloc, pousse les portes tournantes. Dans le hall il règne une fébrilité inhabituelle. Après avoir décliné son identité à un gardien de sécurité, il s’engouffre dans l’ascenseur et monte jusqu’à la terrasse supérieure.

L’hôtel Hilton se distingue par sa grande piscine aménagée sur son toit où l’on peut s’y baigner même en hiver. Mais pour l’heure, les amateurs de sports aquatiques brillent par leur absence. Pourtant l’endroit grouille de monde. Il y a là une trentaine de personnes : des clients de l’hôtel, des invités et même des policiers en uniforme. Tous ont les yeux rivés sur cet étrange objet volant qui se tient immobile au-dessus de leur tête.

Au sortir de l’ascenseur, l’homme est stupéfait. Pendant quelques instants il n’arrive pas à détourner son regard de cette grande masse sombre entourée de lumières ambre. Bien sûr, au bureau, on lui a bien dit qu’il y avait quelque chose d’étrange au-dessus de l’hôtel, mais de là à imaginer ça…
 

 

L’objet, légèrement incliné, ressemble à une sphère aplatie faite d’un métal sombre et poli. Tout autour des lumières ambre jettent des reflets jaunes et verts à travers les nuages, lesquels masquent maintenant toute la partie supérieure de l’OVNI.

Fébrile, l’homme place son appareil photo sur un point d’appui ; braque l’objectif sur la « chose » ; ajuste son temps d’exposition et tire un premier cliché… puis un deuxième et un troisième.

En appuyant sur le déclencheur, Marcel Laroche, un journaliste du quotidien montréalais La Presse, est loin de s’imaginer que ses clichés deviendront la pièce maîtresse de l’une des plus étonnantes observations d’OVNI de l’histoire du Canada. 1

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

Le 7 novembre 1990, vers 19 h, des usagers de la piscine de l’hôtel Hilton-Bonaventure, au centre-ville de Montréal, remarquent la présence d’un grand objet volant sombre et entouré de sept ou huit lumières ambre. L’objet est tout à fait silencieux et se déplace très lentement de l’édifice de la bourse vers l’hôtel Hilton.2  Pour certains, l’apparition rappelle ces OVNIS dépeints dans le classique « Rencontre du troisième type » (Close encounters of the Third Kind) de Steven Spielberg.3   Intrigués, ils en informent le personnel de soutien de la piscine qui à son tour en informe la direction de l’hôtel. Bientôt, la terrasse grouille d’une agitation particulière : tous veulent voir le mystérieux OVNI.

Vers 20 h, la direction de l’hôtel informe la police de la Communauté urbaine de Montréal (CUM) qui dépêche une auto-patrouille. L’agent François Lippé y débarque quelques minutes plus tard.4  Comme tous les témoins déjà sur place, il ne peut que confirmer la présence de l’objet. Ce dernier — à présent tout à fait immobile — est visible depuis maintenant près d’une heure. De par sa position inclinée, il commence à disparaître à l’intérieur de la couche nuageuse qui descend très lentement sur la métropole.

«Arrivé sur les lieux à 20 h 11, écrit-il dans son rapport, j’ai rencontré M. [Sterling] qui m’amena à la piscine extérieure et me montra une forme lumineuse au-dessus de l’hôtel. On me mentionna que l’objet s’était déplacé de l’hôtel de la bourse jusqu’au-dessus de l’hôtel Bonaventure.

« J’ai vu trois lumières rondes jaunâtres d’où partaient trois faisceaux. On pouvait dénoter une source lumineuse de forme circulaire. Cet objet lumineux était fixe et immobile.»5

La première réaction du policier est de contacter les aéroports de Dorval et de Mirabel. Mais les contrôleurs aériens lui assurent n’avoir rien d’insolite sur leurs écrans radars. Néanmoins, ils lui confirment avoir reçu plusieurs appels de citoyens au sujet de cet « OVNI » au-dessus de Montréal. Idem du côté de la base militaire de St-Hubert.6  Vers 20 h, le constable Lippé est rejoint par l’agent Robert Masson, un autre policier de la CUM.7  Comme son confrère, il reste bouche bée devant le phénomène. Il essaie de trouver une explication à ces étranges lumières. À son tour, il contacte les aéroports où on lui assure qu’il n’y a toujours rien sur les écrans radars. Il se tourne ensuite vers l’édifice voisin, en construction, lequel est surmonté d’une haute grue munie de puissants projecteurs. Se pourrait-il que par un curieux jeu de réflexion ces projecteurs soient à l’origine du phénomène ? L’agent Masson demande à ce que lesdits projecteurs soient éteints… mais cela ne change rien à l’OVNI.8  De plus en plus perplexes, les policiers décident de contacter leurs collègues de la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Le ciel étant de « juridiction » fédérale, peut-être ceux-ci sauront-ils quoi faire en pareil cas. À la section des enquêtes fédérales de la GRC, à Montréal, on les informe qu’il existe effectivement une « procédure » en matière d’OVNI et qu’un agent ne devrait plus tarder à débarquer à l’hôtel Hilton.9

Entre temps l’histoire de l’OVNI commence à se répandre. On s’étonne tout de même que de la rue personne de réagisse outre mesure à la présence de ce phénomène qui doit être visible à des kilomètres à la ronde. Une employée de l’hôtel contact bientôt le quotidien La Presse et informe le chef de pupitre de la situation : « Il y a un OVNI au-dessus de l’hôtel ».10  Sans trop y croire, le journaliste Marcel Laroche, qui termine son quart de travail, accepte d’y faire « un saut ». Lorsque le journaliste arrive sur place, le phénomène est toujours bien visible, quoiqu’en partie dissimulé dans les nuages. Il prend plusieurs photographies de l’OVNI à différents temps d’exposition. L’un de ces clichés deviendra l’une des pièces maîtresse au dossier. 11

À 21 h 30, l’agent Luc Morin de la GRC débarque à son tour à l’hôtel Hilton. À l’instar de ses collègues de la CUM, il ne peut que corroborer le phénomène, même si à ce moment-là les lumières ne sont plus que de faibles halos à l’intérieur des nuages.12  Le gendarme contacte Environnement Canada où on lui explique que le plafond nuageux — composé de nuages très opaques chargés de neige — fait entre 1200 et 1500 mètres d’épaisseur. Cette couverture, ajoute son correspondant, est passée au cours de la soirée de 1580 à 1100 mètres.13  Ces informations se révèleront capitales pour évaluer l’altitude et les dimensions de l’OVNI. On l’informe également qu’il n’y a aucun orage magnétique rapporté pour la soirée.14  L’absence d’orage magnétique combinée à un important plafond nuageux rend caduque la possibilité que l’OVNI observé ait pu être une aurore boréale. Les aurores boréales sont produites par les vents solaires qui, lorsqu’ils s’engouffrent dans l’atmosphère terrestre, par les pôles, ionisent l’air provoquant des phénomènes lumineux visibles, par temps clairs, jusqu’au États-Unis. En ionisant l’air, les vents solaires provoquent invariablement ce que les météorologues appellent des tempêtes magnétiques. L’agent Morin collige aussi les témoignages et dresse un procès-verbal destiné à être envoyé au Centre national de la recherche à Ottawa, comme le veut la procédure.

Enfin, un peu avant 23 h, les policiers et les curieux commencent à se disperser : l’OVNI n’est plus visible à travers les nuages… ou n’y est déjà plus.

En effet, à peu près au même moment, un résidant de Montréal, Pierre Caumartin, roule en direction est. Arrivé à la hauteur du stade olympique (quartier Hochelagas-Maisonneuve), il observe un objet étrange en forme de boomerang. L’objet se déplace lentement et sa luminosité est si grande qu’elle éclaire l’intérieur de sa voiture. Arrivé chez lui (secteur Longue-Pointe), M. Caumartin regarde l’objet évoluer au-dessus de la station hydroélectrique locale (120,000 volts). L’objet émet un bruit régulier, une sorte de modulation comme « un moteur qui force ». Il disparaît bientôt dans les nuages. L’observation aura durée de 10 à 15 minutes. 15

Ni l’incident de la Place Bonaventure ni l’observation de M. Caumartin de fera l’objet d’une enquête officielle.

Dans les jours qui suivent, « l’OVNI de la Place Bonaventure » — comme l’ont baptisé les médias — est sur toutes les lèvres. Les journaux locaux lui consacrent de nombreux articles et les tribunes radiophoniques en font leur sujet de l’heure. C’est à ce moment-là qu’entre en scène un homme d’affaires montréalais : Bernard Guénette, lui-même témoin du phénomène. 16

Guénette, qui s’intéresse personnellement aux OVNIS, entreprend de rassembler un maximum d’information sur l’incident. Grâce à la collaboration des services de police, de la gendarmerie et des services publics (comme Hydro-Québec, Bell Canada et Environnement Canada), l’homme d’affaires est en mesure de produire un dossier des plus étoffés sur la manifestation. Ces documents — parmi lesquels se trouvent les photographies originales du journaliste Marcel Laroche — sont ensuite envoyés pour analyse au Dr Richard Haines, en Californie. 17

Richard Haines est un spécialiste de l’optique et consultant pour le laboratoire AMES de la NASA. Il a notamment développé des modèles d’arrimage pour les programmes des vols habités Gemini et Apollo.18  Le Dr Haines est également bien connu des amateurs d’OVNIS. Il a écrit plusieurs livres sur le sujet, faisant des « rencontres » entre OVNIS et pilotes (civils ou militaires) sa grande spécialité. Pendant des mois, le scientifique va étudier toutes les données relatives à « l’OVNI de la Place Bonaventure ». Il va entre autres soumettre l’une des photographies de Marcel Laroche aux mêmes analyses que celles auxquelles sont soumis les clichés pris par les sondes planétaires de la NASA.

L’étude, intitulée Details Surrounding a Large Stationary Aerial Object Above Montreal (Informations relatives à un grand objet volant et stationnaire au-dessus de Montréal) est publiée au printemps de 1992. Le Dr Haines y reprend la chronologie des événements, expliquant comment l’objet est passé d’une couronne lumineuse à deux lumières blafardes, et ce au fur et à mesure que descendait sur Montréal un important plafond nuageux.19  Ce mouvement des nuages étant connu — grâce aux informations d’Environnement Canada — l’auteur concluent que l’objet évoluait à une altitude de 1060 à 2700 mètres et que son diamètre, d’après l’évaluation la plus conservatrice, était de 540 mètres, soit l’équivalent de cinq terrains de football. 20

L’analyse de la photographie de Marcel Laroche, numérisée à l’aide du procédé Nu-Vision, prouve que les lumières n’étaient pas des reflets lumineux, mais émanaient bel et bien d’un objet physique à trois dimensions. 21

L’étude met aussi un terme à plusieurs spéculations. À ceux qui croyaient que l’OVNI pouvait être une aurore boréale d’un type particulier, la présence d’un important plafond nuageux (entre 1200 et 1500 mètres d’épaisseur) va à l’encontre de cette interprétation. Cette même couverture nuageuse élimine la possibilité que l’OVNI ait pu être un phénomène astronomique quelconque.

L’étude du Dr Haines conclut que « l’évidence attestant l’existence d’un grand objet volant insolite et silencieux au-dessus de Montréal est tout à fait indiscutable et que l’objet demeure jusqu’à maintenant non identifié ». 22

Mais l’aspect « non identifié » de l’OVNI n’est pas la seule interrogation dans ce dossier. Comment expliquer le laxisme des autorités ? Pourquoi n’a-t-on pas envoyé un avion ou un hélicoptère pour déterminer la nature de l’objet ? Comment expliquer aussi le désintéressement des autorités militaires ? Avec l’OVNI de la Place Bonaventure on ne parle plus d’une apparition fugace au-dessus d’une région rurale, mais d’un objet géant au-dessus d’une métropole comptant un million d’habitants et qui de surcroît est demeuré visible pendant près de trois heures ! Pourtant rien n’a été fait pour identifier l’objet.(Note I)  Dans son rapport, le Dr Haines commente :

« En résumé, tous les observateurs professionnels ont observé ce grand objet lumineux et stationnaire pendant une période allant de 1 à 2½ heures et aucun d’entre eux n’a été en mesure d’obtenir une preuve solide de sa présence, qu’il s’agisse d’une preuve photographique, magnétique, de radio fréquence ou de radiation par micro-ondes. Aucun d’entre eux n’a demandé non plus l’envoi d’un aéronef pour jauger de la nature de l’objet.(Note II) On peut se demander combien de temps un phénomène aérien inhabituel doit-il demeurer visible pour déclencher une analyse scientifique et/ou technique ? Voilà une autre bonne raison pour laquelle la science traditionnelle ne s’intéresse pas à l’étude des OVNIS. » 23

 

L’OVNI de la Place Bonaventure a aussi donné lieu à une décevante démonstration médiatique de « l’argument d’autorité ». Dans des affaires semblables, les médias acceptent trop facilement les soi-disant explications d’experts qui ne connaissent souvent rien au dossier mais qui justifient leur intervention au nom de leur(s) diplôme(s). C’est ainsi qu’on a vu un imminent astronome du Planétarium de Montréal (Pierre Chasteney) expliquer lors d’une populaire émission de télévision que « l’OVNI de la Place Bonaventure n’étaient que les reflets [sur les nuages] des lumières provenant du chantier [voisin] du 1000 rue de la Gauchetière ».24  Cette déclaration, venant d’une « autorité scientifique », a fermé ipso facto la porte à toute enquête subséquente. Une bêtise qui aurait pu être évitée si l’astronome en question s’était donné la peine le lire le rapport de l’agent Lippé de la police de la CUM plutôt que de se faire le fossoyeur d’une observation extraordinaire.

 

« Croyant qu’il pourrait s’agir des faisceaux lumineux qui pourraient provenir du chantier de construction du 1000 de la Gauchetière (gare STRSM), Ref : Grue illuminée par de gros projecteurs, nous avons fait éteindre ces projecteurs. Après que tout soit éteint, on pouvait encore remarquer deux faisceaux lumineux au même endroit que l’objet observé ».25

 

Par le nombre et la qualité des témoins, mais aussi par l’étude du Dr Haines, l’observation de la Place Bonaventure jouit d’une position très particulière dans l’histoire des OVNIS au Canada. Plus encore, par sa durée et la dimension de l’OVNI, elle est presque unique dans les annales, tant ici qu’à l’étranger. Dommage que les autorités canadiennes n’aient pas su en tirer profit… Aujourd’hui, l’énigme des OVNIS serait peut-être chose du passé !

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤

Notes supplémentaires:

I - Cette version officielle est contredite par l’agent Robert Masson du Service de police de la ville de Montréal (Voir entrevue avec Robert Masson)

II - Lors d’une conversation avec l’agent Luc Morin de la GRC, celui-ci m’a confié qu’il avait évoqué avec ses supérieurs la possibilité d’envoyer un hélicoptère pour déterminer la nature de l’objet. Malheureusement, le seul appareil de la GRC disponible à ce moment-là était gardé en « disponibilité » (stand by) pour parer aux trafics illicites suspectés sur la réserve amérindienne de Kanesatake (au nord de Montréal). Il faut se rappeler que l’incident de l’hôtel Bonaventure s’est produit en plein durant la fameuse « crise amérindienne » qui a secoué tout le Québec à  partir de l’été 1990. Il est possible aussi que des appareils F-16 de l’armée canadienne aient été envoyés en reconnaissance. Malheureusement, pour des raisons de « secret-défense », les autorités n’ont jamais confirmé cette intervention (voir à ce propos l’entrevue avec le commandant Robert Masson de la police de Montréal).

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

 

Christian Robert Page © Dossiers Mystère TOME 1, (Louise Courteau, Éditrice Inc. 2008), p.223-234
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Véritable enquêteur du paranormal, Christian R. Page et l’équipe de Dossiers Mystère ont parcouru des milliers de kilomètres en quête d’histoires extraordinaires. Vous pouvez écouter sa chronique "Mythes et complots" avec Benoît Dutrizac, chaque semaine au 98,5 FM .

Références:

01. R.F. Haines & B. Guénette, Details Surrounding a Large Stationary Aerial Object Above Montreal (1992), pp.2-3
02. Un OVNI dans le ciel de Montréal (La Presse, 8 novembre 1990)
03. Rapport de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), 13 novembre 1990
04. Rapport de la police de la CUM, 7 novembre 1990
05- Rapport de la police de la CUM, 7 novembre 1990
06. Rapport de la police de la CUM, 7 novembre 1990
07. Rapport de la police de la CUM, 7 novembre 1990
08. Entrevue avec l’agent Robert Masson réalisée le 21 avril 2005
09. Rapport de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), 13 novembre 1990
10. R.F. Haines & B. Guénette, Details Surrounding a Large Stationary Aerial Object Above Montreal (1992), p. 2
11. R.F. Haines & B. Guénette, Details Surrounding a Large Stationary Aerial Object Above Montreal (1992), p. 3
12. Rapport de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), 13 novembre 1990
13. Rapport de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), 13 novembre 1990
14. Rapport de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), 13 novembre 1990
15. R.F. Haines & B. Guénette, Details Surrounding a Large Stationary Aerial Object Above Montreal (1992), p. 5
16. R.F. Haines & B. Guénette, Details Surrounding a Large Stationary Aerial Object Above Montreal (1992), p. 2
17. Entrevue avec Bernard Guénette, le 3 avril 1991
18. Ronald D. Story, The Encyclopedia of Extraterrestrial Encounters (New American Library, 2001), p. 238
19. R.F. Haines & B. Guénette, Details Surrounding a Large Stationary Aerial Object Above Montreal (1992), pp.
20. R.F. Haines & Bernard Guénette, Details Surrounding a Large Stationary Aerial Object Above Montreal (1992), p. 18
21. R.F. Haines & B. Guénette, Details Surrounding a Large Stationary Aerial Object Above Montreal (1992), p. 15
22. R.F. Haines & B. Guénette, Details Surrounding a Large Stationary Aerial Object Above Montreal (1992), p. 23
23. R.F. Haines & B. Guénette, Details Surrounding a Large Stationary Aerial Object Above Montreal (1992), p. 5
24. Claire Lamarche, Croyez-vous aux extraterrestres (TVA), octobre 1991
25. Rapport de la police de la CUM, 7 novembre 1990

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2892393094&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2892393116&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2895623813&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?lt1=_blank&bc1=000000&IS2=1&bg1=000000&fc1=FFFFFF&lc1=FFFFFF&t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&m=amazon&f=ifr&ref=tf_til&asins=289562383X" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

OVNI à Ste-Marie-de-Monnoir


OVNI à Ste-Marie-de-Monnoir

Un dossier de Christian R. Page



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Sainte-Marie-de-Monnoir (Québec), 20 novembre 1989.

Les premières lueurs de l’aube commencent à poindre à l’horizon, lorsque Yvan Noiseux est tiré de son sommeil par une lueur bleue qui illumine sa chambre.

Intrigué, il jette un coup d’œil à l’extérieur où il observe quatre grosses lumières rectangulaires qui se tiennent immobiles au-dessus de la maison d’en face (située à moins de 100 mètres). Ces lumières, qui ressemblent aux phares d’un véhicule tout terrain, éclairent tout le voisinage. Le phénomène dure un bref moment, puis, ensemble, les quatre lumières s’éteignent d’un coup, comme si quelqu’un avait coupé l’interrupteur. Mais voilà qu’elles réapparaissent bientôt avec la même intensité. Le témoin constate alors que celles-ci se sont légèrement déplacées vers l’Est. Les lumières referont cette séquence trois fois avant de disparaître définitivement. Le phénomène aura duré à peine deux minutes.
 

 

Au même moment, à un kilomètre de là, Jean-François Poulin, un jeune camelot de 16 ans, s’apprête à entreprendre sa tournée matinale. Tout à coup, il entend une vibration comme celle des transformateurs des centrales électriques. Le temps de courir à la fenêtre, il voit une « boule de feu » traverser le ciel très rapidement vers le Sud-Est.

Le petit village de Sainte-Marie-de-Monnoir, au sud-est de Montréal, est en train de devenir le théâtre de l’une des plus importantes histoires d’OVNI jamais rapportées au Canada.1

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

Yvan Noiseux et Jean-François Poulin ne sont pas les seuls à observer des phénomènes lumineux au-dessus de Sainte-Marie-de-Monnoir en ce 20 novembre 1989. Alors que Yvan Noiseux regarde estomaqué le mouvement des « phares », à 100 mètres de là Daniel Galarneau et son épouse sont tirés eux-aussi de leur sommeil.

« À cette époque, se rappelle Daniel Galarneau, nous avions un enfant de six mois et — comme tous les parents qui ont un bébé à la maison — notre sommeil était très léger. Vers 5 h 45, moi et mon épouse avons été réveillés par un bruit fort, comme une sorte de vibration. Nous nous sommes carrément assis dans le lit. Nous venions d’emménager dans une maison neuve et il n’y avait toujours pas de rideau à la fenêtre de notre chambre. Nous pouvions voir qu’à l’extérieur tout était éclairé d’une lumière bleue, comme un néon. Cette lueur illuminait notre chambre et tout le reste de la maison. Le bruit de vibration a duré une quinzaine de seconde, puis s’est arrêté d’un coup sec, en même temps que la lumière. Nous nous sommes alors simplement recouchés. En pareilles circonstances, nous aurions dû nous lever pour aller voir à la fenêtre ce qui se passait à l’extérieur, mais nous ne l’avons pas fait. J’avoue que je m’explique mal encore cette réaction, ce manque de curiosité. C’est pour moi un mystère.

« Quoi qu’il en soit, le lendemain matin, vers 7 h 30, mon voisin d’en face, Yvan Noiseux, a téléphoné à la maison. C’est ma compagne qui a répondu. Il lui a raconté qu’aux petites heures du matin il avait vu d’étranges lumières au-dessus de notre maison, des lumières semblables à celles que les chasseurs installent sur les barres d’armature de leur véhicule 4X4. Au début, ni moi ni mon épouse l’avons pris au sérieux. Yvan est d’un naturel blagueur et nous avons cru qu’il s’agissait encore de l’une de ses plaisanteries. Mais cela n’avait rien d’une blague. »2


Quarante huit heures après les manifestations lumineuses de Sainte-Marie-de-Monnoir, Daniel Galarneau découvre à l’arrière de chez lui, sur un terrain vague situé à la verticale de l’endroit où se tenaient les lumières observées par Yvan Noiseux, un cercle de 20 mètres de diamètre où l’herbe a reverdi… comme en été : un phénomène pour le moins singulier en cette fin de mois de novembre.

« Ce midi-là, un ami était passé à la maison pour dîner, ajoute Daniel Galarneau. Nous étions attablés quand il m’a fait remarquer qu’il y avait un "drôle de rond" dans le champ, juste derrière chez moi. Je me suis levé et je me suis approché de la porte-patio. C’était tout à fait surprenant. En 1989, il y avait derrière chez-moi un terrain couvert de foin sauvage. L’herbe atteignait peut-être une hauteur 3 pieds (1 mètre). Au milieu de ce champ, il y avait un cercle parfait où le foin était beaucoup plus foncé et couché, comme s’il avait été soufflé par un tourbillon. Autre curiosité : il tombait à ce moment-là une petite neige fine. Or, il y avait de la neige partout dans le champ, mais très peu sur le rond en question. C’était vraiment très étrange. En voyant cela, j’ai été si surpris que j’ai appelé ma compagne à son travail pour lui en parler. C’est elle qui a contacté les autorités. »3

Informée, la Gendarmerie royale du Canada (détachement de Saint-Jean-sur-Richelieu) dépêche l’un de ses limiers : le sergent Antonio D’Angelo. Ce que le policier y découvre le laisse pantois. L’herbe est couchée comme si elle avait été soufflée par un immense ventilateur. Mais le plus étrange, c’est toute cette végétation redevenue verte au milieu de ce champ jauni par l’approche de l’hiver. Le rapport de la GRC est bientôt envoyé au Centre de recherche national, à Ottawa, où il est archivé en référence à un « objet non météoritique ». Les autorités ne pousseront jamais plus loin la curiosité. 4

Sur le terrain, des chercheurs amateurs prennent les choses en main. Dans les semaines qui suivent, des échantillons d’herbes et de sol sont acheminés au département de phytologie (étude des sols) de l’Université Laval, où le Dr Jacques Debroux procède aux premières analyses. Ses résultats sont renversants : les végétaux prélevés dans le cercle présentent un taux de chlorophylle dix fois plus élevé que la normale et l’azote, au niveau du sol, montre des valeurs quatre fois plus grandes.5  Aucun phénomène connu — naturel ou artificiel — ne peut provoquer un tel changement subit. Quant à la possibilité d’une supercherie, celle-ci est à peu près exclu. Pour provoquer une telle réaction en cette période de l’année, il aurait fallu que l’individu à l’origine de cette farce aille injecter de la chlorophylle dans chacun des brins d’herbe, un à un.

« Il faut se rappeler que l’on parle ici d’échantillons qui ont été colligés en hivers, explique Jacques Debroux. Or, à cette saison, les sols sont généralement gelés. Dans ces conditions, on n’aurait pas dû observer ce genre de résultats. Je ne connais aucun phénomène qui aurait pu amener une mutation pareille entre les échantillons provenant de l’intérieur de la trace versus ceux colligés à l’extérieur du cercle. »6

Un an après les tests originaux, une seconde analyse est effectuée sur de nouveaux échantillons de sol et de végétaux. Les résultats indiquent encore des taux d’azote et de chlorophylle anormalement élevés. À la même époque, un scientifique d’Environnement Canada, Valentin Furlan, se rend à titre personnel sur le site pour y cueillir à son tour des carottages de sol et des échantillons de végétaux. Ses analyses ne feront que confirmer les tests de l’Université Laval. On note d’ailleurs sur le site de la « manifestation » une végétation tout à fait atypique au reste de l’environnement : la « trace » — toujours bien visible — est couverte d’une espèce d’herbacé où pullulent les pucerons. Là encore, la phytologie s’avoue incapable de résoudre l’énigme. Par un procédé tout à fait inconnu de la science, le sol semble avoir été « re-dynamisé » de façon spontanée. Un mécanisme surprenant qui, maîtrisé, pourrait permettre de faire pousser des tomates dans le désert. 7

En 1999, l’Association des Sceptiques du Québec publie Y Croyez-vous, un ouvrage regroupant des textes pour la plupart déjà publiées dans son journal trimestriel Le Québec Sceptique. Cette association, qui prétend faire la promotion de l’esprit critique, est en réalité un regroupement de militants farouchement opposés au « paranormal ». Dans Y croyez-vous ?, deux de ses membres, Pascal Forget et Jean-René Dufort, racontent s’être eux-aussi intéressés aux événements de Sainte-Marie-de-Monnoir.8  Ils expliquent s’être rendus sur les lieux le 26 octobre 1996 (sept ans après les événements), où, déplorent-ils, ils n’ont vu aucune trace (il aurait peut peut-être fallu y penser avant) !!! Faisant fi de l’enquête de la GRC et des propos des témoins, ils proposent ensuite comme explication l’épandage d’engrais (ce que réfute M. Pierre d’Auteuil, le propriétaire du terrain), du gazon provenant d’un « sac de tondeuse vidé à cet endroit » et même des feux de Saint-Elme.9  MM. Forget et Dufort vont jusqu’à laissez sous-entendre que Jacques Debroux, responsable des analyses originales, se serait ravisé.

« Il y a quelques années, commente Jacques Debroux, j’ai été mal cité par les Sceptiques du Québec qui ont prétendu que j’étais revenu sur mes déclarations d’antan. Ce n’est absolument pas le cas. Ces gens m’ont téléphoné un soir et m’ont demandé mes commentaires sur l’affaire de Sainte-Marie-de-Monnoir. Ils étaient agressifs et cherchaient visiblement à me mettre en boîte. Non, je ne suis jamais revenu sur mes conclusions. Quinze ans après, je ne peux toujours pas expliquer les énormes différences constatées entre les échantillons "in" et les échantillons "out". »10

La « trace de Sainte-Marie-de-Monnoir », comme l’ont surnommé les médias, est restée visible pendant des années (dommage pour MM. Forget et Dufort !). Certains amateurs d’OVNIS en ont fait même leur porte-étendard à l’appui de la réalité des visites extraterrestres. Sur le plan scientifique toutefois, l’affaire est plutôt décevante. Probablement à cause de son association avec les OVNIS, la trace de Sainte-Marie-de-Monnoir n’a jamais fait l’objet d’une étude exhaustive. Même si les analyses ont été réalisées par des scientifiques aguerris, la communauté scientifique n’a jamais manifesté le moindre intérêt pour cette histoire.

Plus de 15 ans après ces événements, les gens impliqués dans cette histoire gardent un souvenir intarissable de leur expérience. Pour eux, l’affaire de Sainte-Marie-de-Monnoir a été leur passeport pour l’inconnu et l’inexplicable ; une aventure pour le moins inhabituelle.

« Je suis très ouvert d’esprit, mais je n’ai pas la moindre idée sur la nature de ces événements, de dire Daniel Galarneau. Pour moi cela demeure un phénomène inexpliqué. Il y a des études qui ont été faites au niveau des sols par des spécialistes, lesquels ont concluent que c’était humainement impossible de provoquer ce genre de phénomène. Beaucoup de gens ont vu ces lumières. Il y a même des industries de la région qui ont rapporté des baisses de tension électrique dans leurs systèmes à l’heure du phénomène. Il y a aussi des témoins qui ont parlé de "feu" qui courait sur les fils électriques. Tout cela était vraiment très étrange et demeure inexpliqué. »1

Si l’on en croit la littérature consacrée aux OVNIS, nombreuses sont les observations dites du deuxième type (caractérisées par une interaction avec l’environnement) où les enquêteurs rapportent des sols brûlés et des végétaux « appauvris » par la présence d’un OVNI. Plus rare sont les cas où les sols et les végétaux ont été re-dynamisés, comme dans le cas de Sainte-Marie-de-Monnoir. Au Québec, je ne connais qu’un seul cas semblable. Il m’a été communiqué par Marc Gionet, un ufologue de Nédelec (Abitibi). L’affaire remonte à 1972. Cette année-la, des témoins observent au-dessus d’un champ un grand objet en forme de « bol renversé ». L’engin reste stationnaire 4 ou 5 minutes avant de remonter dans le ciel où il disparaît dans les nuages. Peu après, les gens remarquent qu’à l’endroit survolé par l’OVNI la végétation est écrasée et forme un cercle parfait de plusieurs mètres de diamètre. Au cours des années qui suivent, une végétation tout à fait atypique se met à pousser sur ledit cercle (comme à Sainte-Marie-de-Monnoir) et à l’automne, lorsque l’herbe perd sa coloration verdâtre, le « cercle » continue de se démarquer, comme si tout l’environnement avait été stigmatisé par la présence de l’OVNI. Encore aujourd’hui — plus de 30 ans après les événements — le phénomène est toujours observable. 12

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

 

Christian Robert Page © Dossiers Mystère TOME 2, (Louise Courteau, Éditrice Inc. 2008), p.167-176
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Véritable enquêteur du paranormal, Christian R. Page et l’équipe de Dossiers Mystère ont parcouru des milliers de kilomètres en quête d’histoires extraordinaires. Vous pouvez écouter sa chronique "Mythes et complots" avec Benoît Dutrizac, chaque semaine au 98,5 FM .

Références:

01. Rapport préliminaire d’enquête (Christian R. Page), 29 novembre 1989
02. Entrevue avec Daniel Galarneau réalisé le 13 juin 2005
03. Entrevue avec Daniel Galarneau réalisé le 13 juin 2005
04. Rapport de la Gendarmerie royale du Canada daté du 19 décembre 1989
05- Lettre de Ghislain Gendron (Université Laval) daté du 22 février 1990
06. Entrevue avec Jacques Debroux réalisée le 17 mars 2005
07. François Bourbeau, Les médias cachent la réalité OVNI au public (Les éditions du Collège Invisible, 1996), p. 125
08. Collectif (sous la direction de Pascal Forget), Y Croyez-vous ? (Les éditions Stanké, 1999), pp. 97-106
09. Collectif (sous la direction de Pascal Forget), Y Croyez-vous ? (Les éditions Stanké, 1999), pp. 101-102
10. Entrevue avec Jacques Debroux réalisée le 17 mars 2005
11. Entrevue avec Daniel Galarneau réalisé le 13 juin 2005
12. Document d’enquête de Marc B. Gionet

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2892393094&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2892393116&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2895623813&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?lt1=_blank&bc1=000000&IS2=1&bg1=000000&fc1=FFFFFF&lc1=FFFFFF&t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&m=amazon&f=ifr&ref=tf_til&asins=289562383X" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

OVNI à Falcon Lake


OVNI à Falcon Lake

Un dossier de Christian R. Page



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Falcon Lake (Manitoba), 28 juillet 1967.

Depuis de longues minutes déjà, les hommes ont quitté le sentier pour s’enfoncer dans la forêt. En ce milieu d’après-midi, la chaleur y est suffocante. Ils sont neuf personnes à suivre un solide gaillard qui, malgré ses 50 ans, impressionne par sa vigueur. Les hommes transportent avec eux tout un attirail d’appareils de mesures et de détecteurs de métaux. Soudain leur « guide » s’arrête. Il regarde autour de lui ; scrute les arbres comme s’il cherchait un indiscernable repère.

- Je crois que c’est par-là, laisse-t-il tomber en pointant un bouquet de conifères.

 

Sans mot dire, les hommes reprennent leur progression. Le terrain est très accidenté ce qui ralentit leur avance. Puis, au détour d’un gros rocher en forme de menhir, « l’endroit » apparaît enfin. Il s’agit d’une sorte de plateau rocheux d’une dizaine de mètres de diamètre. À plusieurs endroits la mousse montre de curieuses marques de frottage, bien visibles. Au centre, une surface de trois mètres est complètement dégarnie de végétation, comme si une tornade s’y était abattue. Et à la verticale, des branches ont été brisées.
 

 

À la hâte, un des hommes tire de son sac un compteur Geiger et entreprend de « balayer » l’endroit. Aussitôt l’aiguille fait des bonds anormaux. Il y définitivement des résidus de radiation dans l’air. « Et si c’était vrai ?», commencent à penser les hommes.

Il y a quelques semaines, leur guide, Stefan Michalak, affirme avoir vu se poser sur ce plateau… une soucoupe volante.1

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

Le 20 mai 1967, vers 5 h 30, Stefan Michalak quitte son motel en bordure de l’autoroute transcanadienne dans le secteur boisé du parc provincial de Whiteshell, au Manitoba.2  Né en Pologne en 1916, Michalak a émigré au Canada en 1949.3  Marié et père de trois enfants, il travaille comme mécanicien pour une compagnie de Winnipeg. Mais sa véritable passion c’est la prospection minière. En ce magnifique samedi matin, il compte marcher jusqu’à Falcon Lake, près de la frontière ontarienne, pour y faire un peu d’exploration.4

En début d’avant-midi, il localise plusieurs rochers qui lui semblent riches en quartz. Il s’y arrête et commence ses investigations. Vers 12 h 15, alors qu’il se restaure à l’ombre d’un sapin, il entend un bourdonnement strident. Il lève la tête et aperçoit deux objets de forme oblongue surmontés d’un dôme. Ceux-ci se rapprochent rapidement. Ils irradient d’une étrange lumière rouge qui leur donne l’aspect du métal chauffé. Vu de plus près, les objets ressemblent davantage à des disques volants qu’à des cigares. Arrivés à peu près à la verticale de Michalak, ils s’immobilisent, puis l’un d’eux amorce une lente descente pour se poser sur un rocher à moins de 45 mètres du prospecteur. Pendant un bref instant, l’autre objet reste suspendu en l’air avant de s’éloigner vers l’Ouest où il disparaît dans les nuages.5  Dissimulé derrière un rocher, Michalak peut à loisir détailler l’objet au sol.

L’engin, qui émet un ronronnent semblable au moteur d’une génératrice, n’a plus cet aspect rouge incandescent qu’il avait en vol, mais semble fait d’un métal poli.6  Sur son dôme, qui fait à peu près 1,5 mètre de diamètre, le témoin remarque des fentes d’environ 30 cm d’où émane une lumière violette. Cette même lumière est perceptible à travers des ouvertures — comme une trappe d’aération — situées sur le corps principal de l’objet.7 

Pendant près d’une demi-heure, Michalak reste bien à l’abri derrière son rocher. Il en profite pour dessiner l’objet qu’il croit être un prototype militaire secret. Soudain, un peu à la manière de l’iris d’une caméra, une porte s’ouvre sur le côté de l’engin d’où s’échappe encore cette vive lumière violette. Michalak juge qu’il est temps d’en savoir davantage.8

Très lentement, comme s’il craignait d’être repéré, il s’approche. Il est aussitôt frappé par cette étrange odeur de souffre qui nimbe l’engin. Il entend également des voix, mais rien de très distinctif. De plus en plus convaincu d’avoir affaire à un véhicule militaire il crie en anglais :

Okay, Yankee boys, having trouble ? 9

Mais comme il n’obtient aucune réponse, il repose la question en russe, en italien, en allemand, en français et en ukrainien. Mais ses talents de polyglotte n’ont guère plus de succès. De plus en plus intrigué, il met ses lunettes de protection — qu’il utilise pour se protéger des éclats de pierre — et glisse sa tête dans l’ouverture.10

 

« À l’intérieur il y avait beaucoup de lumière, racontera plus tard Michalak. Il y avait des faisceaux qui allaient à l’horizontal et d’autres verticaux. Il y avait aussi des lumières qui clignotaient de manière désordonnée. »11

 

Michalak fait un pas en arrière. Il note que la paroi de l’engin est épaisse d’au moins 45 cm à cet endroit. Il entend alors un déclic et trois panneaux d’acier se mettent en place pour refermer l’ouverture.12  Il n’a jamais rien vu de pareil. Il détaille l’objet : celui-ci doit faire 10 mètres de large par 3 mètres de haut, de la base au sommet de la coupole.13  On dirait qu’il a été fait d’un seul bloc ; il n’y voit aucun joint, rivet ou soudure. De sa main gantée, Michalak touche la surface de l’engin. Les embouts en caoutchouc de ses doigts fondent littéralement au contact du métal.14  Puis, la base de l’objet pivote sur elle-même et la grille — cette espèce de « trappe d’aération » observée plus tôt — se place juste devant lui et laisse échapper un souffle d’air chaud. Les gaz sont si brûlants qu’ils enflamment ses vêtements et les arbrisseaux tout près. Michalak doit se rouler dans l’herbe pour éviter d’être brûlé vif. Lorsqu’il se relève, l’objet a déjà commencé à s’élever. Il grimpe rapidement dans le ciel puis s’éloigne vers l’Ouest.15

Presque aussitôt, Michalak est pris de nausées. Il a des vertiges et une migraine carabinée lui embrouille les sens. Il vomit. 16

Chancelant, il récupère ses outils et se remet en marche vers le motel. Il doit s’arrêter plusieurs fois pour reprendre des forces et pour éviter de perdre conscience. Il met deux heures pour rejoindre l’autoroute et sa destination. Mais craignant d’avoir été « contaminé », il hésite un moment avant d’entrer dans le motel. Enfin, vers 16 h, il se présente à la cafétéria où il demande à quel endroit il peut trouver un médecin. On l’informe que la clinique la plus proche se trouve à Kenora, en Ontario, à quelque 70 kilomètres plus à l’ouest. Pour Michalak cela signifie s’éloigner encore plus de Winnipeg, ce qu’il se refuse à faire. Il préfère téléphoner à sa femme lui expliquant qu’il a eu « un petit accident ». Il lui demande d’appeler leur fils aîné, Mark, pour qu’il vienne le chercher au terminus de Winnipeg à 22 h 15. Sur ce, Michalak regagne sa chambre où il s’allonge quelques heures. À 20 h 45 il monte dans l’autobus qui le ramène dans la capitale où il arrive un peu après 22 h. Comme prévu, son fils l’attend à l’arrêt. En le voyant, ce dernier comprend aussitôt que quelque chose ne va pas. Son paternel paraît épuisé. Il tremble et il est couvert de sueur. Mark décide de le conduire sans plus tarder au Misericordia Hospital. Au médecin de garde, Michalak explique qu’il a été brûlé par les gaz d’échappement d’un avion. On constate alors que son abdomen présente en effet des marques en forme de damier. Le médecin lui prescrit des calmants et lui conseille de prendre quelques jours du repos… 17

Dans les semaines qui suivent, la vie de Stefan Michalak tourne au cauchemar. Son état de santé ne s’améliore pas. Il perd 10 kilos. Il consulte son médecin personnel qui le réfère à un dermatologue, puis à un allergologiste. En désespoir de cause Michalak payera lui-même pour être suivi par des spécialistes de la célèbre clinique Mayo de Rochester au Minnesota (É.-U.). Ceux-ci lui diagnostiqueront d’ailleurs une irradiation de nature « inconnue ». 18

Sur le plan « civique », les choses ne sont guère plus enviables. Après avoir confié son extraordinaire histoire à un journaliste du Winnipeg Tribune, Stefan Michalak devient « l’homme qui a touché à une soucoupe volante ». Des journalistes de monde entier l’appellent à toute heure du jour et de la nuit. Même l’armée canadienne n’est pas indifférente à son histoire. L’officier Paul Bissky est chargé de faire la lumière sur cette « rencontre » pour le moins inusitée.19  En compagnie de Michalak, le militaire — qui avoue ne pas croire un traître mot de toute cette histoire — se rend quand même sur les lieux de l’atterrissage. Sur le rocher, Bissky note que sur une surface d’environ 4 mètres « la mousse et la terre ont été enlevées comme sous l’effet d’une force, semblable à celle qu’aurait pu faire un vent de très grande vélocité ». Dans son rapport, il souligne également qu’en dépit de son scepticisme il est incapable d’expliquer les brûlures abdominales du témoin ni la source de ces lésions.20

Également dépêchés sur les lieux, des experts du ministère de la Santé notent un niveau élevé de radiation, tant et si bien qu’ils déclarent pendant quelques jours l’endroit « zone interdite ».21   On trouve également sur place des lamelles d’argent d’environ 10 cm.22  Selon toute vraisemblance, celles-ci ont volontairement été planquées sur les lieux pour discréditer Michalak. Mais par qui et pourquoi ? L’ufologue canadien Chris Rutkowski est l’expert incontesté de l’affaire Michalak, il en connaît tous les détails et tous les aspects.

 

« Ces lamelles d’argent étaient de très haute qualité, raconte Rutkowski. Elles étaient également radioactives, comme si quelqu’un les avait enduites d’une substance appelée pechblende [oxyde d’uranium]. C’est un procédé très complexe. Si quelqu’un a volontairement planqué ces morceaux, je me demande quels étaient ses motifs ? Au moment de leur découverte, les enquêteurs avaient déjà conclu que l’affaire Michalak était "inexplicable". Pourquoi vouloir la discréditer de cette façon, je l’ignore. » 23

 

Jusqu’à sa mort, en 1999, Stefan Michalak ne variera jamais d’un iota dans sa description des événements. Si cette histoire l’a rendu célèbre, il n’en a jamais tiré profit, que ce soit au plan personnel ou financier. Au contraire. Pendant des années il a été ridiculisé, victime de tous les quolibets imaginables. Il a payé de ses propres deniers les onéreux soins médicaux de la clinique Mayo.24  Et pourquoi ? Pour avoir son nom dans les journaux ?

 

« Après sa rencontre, Michalak est demeuré très discret, de reprendre Rutkowski. Pendant un temps, les gens ont continué à se rendre chez lui, espérant y rencontrer "l’homme qui avait vu une soucoupe volante". Mais lui s’est toujours tenu loin de la publicité. Il n’a jamais participé à des conférences et n’a jamais discuté de son histoire à la télévision nationale. Il n’a pas non plus écrit de livre. I

« En revanche, il a souffert de nombreux effets secondaires. Les marques sur son abdomen sont réapparues de façon cyclique, provoquant des démangeaisons épouvantables et des problèmes de peau qui ont mis longtemps à guérir. Il a traversé des périodes d’épuisement et même des problèmes cardiaques. À ses propres frais il s’est rendu à la célèbre clinique Mayo, aux États-Unis, où les médecins lui ont fait un bilan psychologique et physique. Ils n’ont trouvé aucune explication à ses problèmes. Les psychologues, entre autres, ont écrit qu’il [Michalak] n’était pas du genre à monter des histoires et qu’il était, au contraire, un homme tout à fait terre-à-terre et sincère. » 25

 

L’affaire Michalak est unique dans les annales canadiennes. Aucun incident OVNI n’aura déclenché autant de réactions officielles : du ministère fédéral de la Défense à la Gendarmerie royale. En 1968, l’affaire Michalak a même rebondit à l’assemblée nationale lorsque le député néo-démocrate Barry Mather a demandé à ce que toutes les informations relatives à l’affaire Michalak soient rendues publiques. Ce qui a été refusé… 26

Aujourd’hui, l’incident de Falcon Lake est considéré comme un « classique » du genre. Certains le classent même parmi les 10 meilleures histoires d’OVNIs de tous les temps. Pourtant quelques inconsistances n’ont jamais été résolues. Comment expliquer, par exemple, que Michalak ait été le seul à voir ces engins au beau milieu de l’après-midi ?

« Stefan Michalak a été le seul témoin de cette affaire, explique Chris Rutkowski. On a bien colligé un autre témoignage : celui d’un homme qui a raconté avoir vu lui-aussi des engins semblables près d’un terrain de golf, mais ce récit a été connu beaucoup plus tard. Cela dit, il faut bien reconnaître que l’absence de témoins rend difficile l’évaluation de cette affaire. Le parc provincial de Whiteshell est un endroit très populaire et — même s’il est vrai que le mois de mai se situe au tout début de la saison touristique — les témoins auraient dû être beaucoup plus nombreux. Il y avait aussi, tout près, une tour occupée par des gardes forestiers. Un objet aussi brillant que celui décrit par Michalak aurait dû attirer leur attention ou à tout le moins la fumée dégagée par le feu de broussailles déclenché au départ de l’engin. Mais rien du genre n’a jamais été rapporté. Sur la foi de ces informations il est légitime de s’interroger. Mais en revanche il ne faudrait pas perdre de vue les éléments enquêtés et les preuves physiques associées à cette histoire ; des preuves qui démontrent que Michalak a bel et bien été témoin d’une rencontre tout à fait extraordinaire. »27

 

Encore aujourd’hui, une soixantaine de page du « Dossiers Stefan Michalak », conservé aux archives nationales à Ottawa, demeurent toujours interdites au public. 

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤

Notes supplémentaires:

I - Stefan Michalak n’a jamais écrit de livre sur son histoire. Il a toutefois signé (à compte d’auteur) une petite monographie de 40 pages intitulée My Encounter with the UFO (Ma rencontre avec un OVNI). On ne lui connaît aussi qu’une seule apparition à la télévision nationale et celle-ci s’est faite dans le cadre de la populaire série américaine (NBC) Unsolved Mysteries (1993). Stan Michalak, le fils de Stefan, m’a raconté que son père avait d’ailleurs longuement hésité avant de donner cette interview.

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

 

Christian Robert Page © Dossiers Mystère TOME 2, (Louise Courteau, Éditrice Inc. 2008), p.77-86
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Véritable enquêteur du paranormal, Christian R. Page et l’équipe de Dossiers Mystère ont parcouru des milliers de kilomètres en quête d’histoires extraordinaires. Vous pouvez écouter sa chronique "Mythes et complots" avec Benoît Dutrizac, chaque semaine au 98,5 FM .

Références:

01. Rapport de l’agent (RCAF) Paul Bissky daté du 1er septembre 1967
02. John Robert Colombo, Extraordinary Experiences ( Hounslow Press, 1989), p. 269
03. John Robert Colombo, UFOs Over Canada (hounslow Press, 1991), p. 78
04. Jerome Clark, High Strangeness: UFOs from 1960 through 1979 (Omnigraphics, Inc. 1996), p. 191
05- Chris Rutkowski et Geoff Dittman, The Canadian UFO Report (Dundurn Press, 2006), p. 72
06. Chris Rutkowski et Geoff Dittman, The Canadian UFO Report (Dundurn Press, 2006), p. 73
07. Jerome Clark, High Strangeness: UFOs from 1960 through 1979 (Omnigraphics, Inc. 1996), p. 191
08. Chris Rutkowski et Geoff Dittman, The Canadian UFO Report (Dundurn Press, 2006), p. 73
09. Chris Rutkowski et Geoff Dittman, The Canadian UFO Report (Dundurn Press, 2006), p. 73
10. Jerome Clark, High Strangeness: UFOs from 1960 through 1979 (Omnigraphics, Inc. 1996), p. 191
11. John Robert Colombo, Extraordinary Experiences ( Hounslow Press, 1989), p. 272
12. Jerome Clark, High Strangeness: UFOs from 1960 through 1979 (Omnigraphics, Inc. 1996), p. 192
13. Jerome Clark, High Strangeness: UFOs from 1960 through 1979 (Omnigraphics, Inc. 1996), p. 191
14. Chris Rutkowski et Geoff Dittman, The Canadian UFO Report (Dundurn Press, 2006), p. 73Chris
15. Rutkowski et Geoff Dittman, The Canadian UFO Report (Dundurn Press, 2006), p. 73
16. Jerome Clark, High Strangeness: UFOs from 1960 through 1979 (Omnigraphics, Inc. 1996), p. 192
17. Jerome Clark, High Strangeness: UFOs from 1960 through 1979 (Omnigraphics, Inc. 1996), p. 192-193
18. Jerome Clark, High Strangeness: UFOs from 1960 through 1979 (Omnigraphics, Inc. 1996), p. 194-195
19. Chris Rutkowski et Geoff Dittman, The Canadian UFO Report (Dundurn Press, 2006), p. 82
20. Rapport de l’agent (RCAF) Paul Bissky daté du 1er septembre 1967
21. Chris Rutkowski et Geoff Dittman, The Canadian UFO Report (Dundurn Press, 2006), p. 76
22. Lettre de R.J. Traill (Geochemistry, Meneralogy and Economic Geology Division) datée du 13 juin 1968
23. Entrevue avec Chris Rutkowski réalisé le 29 mars 2005
24. Entrevue avec Stan Michalak réalisée le 30 mars 2005
25. Entrevue avec Chris Rutkowski réalisé le 29 mars 2005
26. Transcription des débats à l’Assemblée nationale datée du 6 février 1968
27. Entrevue avec Chris Rutkowski réalisé le 29 mars 2005

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2892393094&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2892393116&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2895623813&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?lt1=_blank&bc1=000000&IS2=1&bg1=000000&fc1=FFFFFF&lc1=FFFFFF&t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&m=amazon&f=ifr&ref=tf_til&asins=289562383X" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

L’écrasement de Shag Harbour


L’écrasement de Shag Harbour

Un dossier de Christian R. Page



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Dartmouth (Nouvelle-Écosse), 4 octobre 1967.

Il est 22 h. Dans la maison de la famille Styles, en banlieue de Halifax, le jeune Chris (12 ans) vient de fermer sa radio et se prépare à se mettre au lit. En regardant par la fenêtre de sa chambre, il remarque une lumière orange qui vole en direction du port. L’objet irradie comme s’il était fait d’un métal en fusion. Il traverse le ciel sans faire le moindre bruit et s’éloigne vers l’Ouest.

Pour ne pas perdre de vu l’objet derrière les buildings, situés à l’entrée de la baie, le jeune Styles sort à l’extérieure. L’objet est toujours là. De plus en plus intrigué, le garçon courre jusqu’au Mayflower Club, un club social dont le terrain offre une vue imprenable sur le port de Halifax. De son nouveau point d’observation, Chris Styles peut mieux détailler l’objet qui évolue à présent juste au-dessus des flots. Il s’agit d’une grosse sphère sans aucune aspérité ou structure. Elle se déplace lentement et en silence. En la comparant aux bateaux amarrés, l’adolescent estime sa taille entre 15 et 18 mètres.
 
 

 

Pendant de longues minutes, le jeune Styles regarde ce curieux aéronef s’éloigner en direction du Sud-Ouest. Il n’imagine pas encore influence qu‘aura cette observation sur le reste de sa vie, ni son importance dans la courte histoire de l’ufologie canadienne. 1


Le pays est sur le point d’être le théâtre de son premier crash d’OVNI ; un « Roswell » made in Canada.

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

Une heure après l’observation de Chris Styles, Laurie Wickens (18 ans) et quatre de ses amis roulent sur l’autoroute 3, en direction sud. Alors qu’il s’engage dans les rues de Shag Harbour, un village de pêche situé à 250 km de Halifax, Wickens remarque la présence d’un objet étrange dans le ciel. On dirait une grande masse sombre d’une quinzaine de mètres de diamètre entourée de lumières ambre. Surpris, il en informe ses passagers qui à leur tour observent l’objet qui descend lentement, dans un angle de 45o. D’où ils se trouvent, ils ont l’impression que l’engin va s’abîmer en mer. La nuit est claire, sans lune et les témoins sont bien certains qu’il ne s’agit pas d’un phénomène atmosphérique ou astronomique. 2

Au même moment, à quelques kilomètres de là, près de Cape Sable Island, Dave Kendricks et Norman Smith roulent en direction de Shag Harbour. 3

 

« Nous étions à la hauteur de Bear Point Woods quand nous avons aperçu cinq lumières dans le ciel, raconte Normand Smith. Il y en avait quatre qui étaient disposées sur la partie basse de l’objet et une autre placée plus haut, vers l’arrière. Les lumières situées à la base étaient beaucoup plus grosses. L’objet se déplaçait en suivant un angle vers le sol. Nous nous sommes arrêtés pour mieux voir la scène. L’engin s’est immobilisé à peu près au même moment. Il était tout à fait statique dans le ciel. Après quelques minutes, nous sommes repartis en direction de Shag Harbour.4 »

 

Pendant ce temps, Laurie Wickens et ses amis traversent les rues du village, presque désertes à cette heure-ci. Ils ont toujours les yeux rivés sur ce mystérieux objet. Puis, au détour de la rue principale, l’OVNI disparaît derrière les arbres et une colline. Les jeunes décident de rouler jusqu’au stationnement d’une usine de transformation (le Irish Moss plant), lequel est juché sur un promontoire qui surplombe la baie. « De là, se disent-il, ils pourront mieux observer l’objet ». Et ils ont raison... 5

Depuis leur promontoire, Wickens et ses amis continuent de suivre les évolutions de l’OVNI. Les lumières ambre observées plus tôt se sont éteintes pour être remplacées par une sorte de phare qui tourne sur la masse sombre de l’objet. Celui-ci se trouve alors à quelque 300 mètres de la côte. Il continue à perdre de l’altitude, puis bientôt se « pose » sur les flots. 6

Pendant un moment les témoins s’interrogent sur ce qu’ils doivent faire. Wickens décide de se rendre jusqu’à Woods Harbour où il pourra utiliser le seul téléphone public de la région pour prévenir la Gendarmerie Royale cantonnée à Barrington Passage. Pendant ce temps, ses compagnons continueront de scruter la mer... au cas où... 7

Au bureau de la gendarmerie, c’est le caporal Victor Werbicki qui prend l’appel. Wickens l’informe que lui et ses compagnons ont observé ce qu’ils croient être un petit avion en train de s’abîmer dans la mer au large de Shag Harbour. Le jeune insiste pour dire qu’il n’est pas ivre et que les autorités doivent faire vite si elles veulent retrouver des survivants. 8

 
Malgré l’aplomb du jeune Wickens, Werbicki reste indécis. Et s’il ne s’agissait que d’une plaisanterie... d’un canular de fin de soirée ? Ça ne serait d’ailleurs pas la première fois que des collégiens se paient la tête de la police ! L’officier vient à peine de poser le combiné que le téléphone sonne de nouveau. Une certaine Mary Banks, de Maggie Garron’s Point, lui raconte qu’elle a vu un « avion » s’écraser dans la mer près de Prospect Point, à l’ouest de Shag Harbour.9  Cette fois l’officier n’a plus de doute. Il contacte à leur domicile les agents Ron O’Brien et Ron Pond et leur demande de rappliquer au plus vite.10  Puis le téléphone sonne encore. Un homme de Bear Point raconte qu’il a entendu une sorte de sifflement, puis, en relevant la tête, il a vu des lumières tomber dans la mer au large de Shag Harbour.11  En tout, plus d’une dizaine de témoins vont contacter le poste de Barrington Passage pour signaler l’écrasement d’un objet volant inconnu dans la baie de Shag Harbour.

Un peu avant minuit, l’agent Werbicki et ses hommes se rendent à leur tour dans le stationnement du Irish Moss plant. Sur place, ils y retrouvent Laurie Wickens et ses compagnons. Ils sont bientôt rejoints par d’autres témoins, dont Wifred Smith et son fils Norman, eux-aussi attirés par la présence de l’étrange objet. Du promontoire, les policiers observent deux lumières ambre juste à la surface de l’eau. L’avion — ou quoi que ce soit d’autre — semble flotter sur la mer. « Mais pour combien de temps encore ? », s’interrogent les témoins.12  Inquiet, Werbicki ordonne à l’agent O’Brien de se rendre à la première maison du village pour téléphoner au Centre de coordination des gardes-côtes à Halifax. Il est impératif de savoir si un avion a été porté manquant. Mais à peine le policier a-t-il le temps de remonter en voiture que quelqu’un lui cri que l’objet est en train de sombrer. En effet, au loin, les lumières diminuent d’intensité puis disparaissent. Le mystérieux objet de Shag Harbour vient apparemment de couler à pic. 13

À la demande de la GRC, Bradford Shand et Lawrence Smith — deux pêcheurs de la région et propriétaires de bateaux — se rendent rapidement sur les lieux du « naufrage ».14  Mais ils ne trouvent rien : ni épave ni survivant. Par contre, sur une surface de plusieurs dizaine de mètres, la mer est couverte d’une espèce de mousse jaunâtre.

 

« En arrivant près des lieux du naufrage, se rappelle Normand Smith (qui accompagnait son oncle Lawrence Smith), nous avons vu cette mousse jaune-orange qui flottait sur l’eau. Elle couvrait tout le secteur sur une épaisseur de 4 à 6 pouces (10 à 15 cm). C’était vraiment très épais. Nous l’avons traversée une première fois, puis nous avons fait demi-tour. En retournant le bateau, j’ai vu qu’un amoncellement s’était formé à l’avant de l’étrave. J’ai pris un filet et je l’ai plongé dans la mousse pour en ramasser un peu. Quand je l’ai ramené, le filet était vide. Il n’y avait aucune trace de mousse, aucune coloration orange ni aucune odeur. Nous avons traversé cette mousse deux autres fois — toujours à la recherche de l’objet — avant qu’elle ne disparaisse.15 »

 

Pendant près d’une heure, les pêcheurs vont sillonner la baie, sans succès. Vers 00 h 45, un patrouilleur des gardes-côtes, le Coast Guard Cutter 101, arrive sur place. Son capitaine, Ronnie Newell, informe les agents de la GRC — montés avec les pêcheurs — qu’aucun n’avion — commercial ou privé — n’est pour l’instant porté manquant. À l’instar des pêcheurs, les gardes-côtes patrouillent eux-aussi la baie, sans plus de succès. Ils ne trouvent aucune trace de l’aéronef ou de ses passagers. Dans les heures qui suivent, six autres bateaux de pêche vont se joindre aux recherches, mais en vain. L’objet tombé dans la baie de Shag Harbour n’a apparemment fait aucun débris… ni survivant. 16

Malgré l’absence de preuves matérielles, les autorités prennent l’affaire très au sérieux. Le Centre de coordination de Halifax envoie au quartier général des Forces armées canadiennes, à Ottawa, un télex les informant qu’un objet « de nature inconnue » a certainement sombré dans la baie de Shag Harbour. Parallèlement, des plongeurs, à bord du HMCS Granby, sont envoyés sur les lieux. Ils y resteront jusqu’au 8 octobre. Leurs recherches sous-marines s’avèreront aussi infructueuses que celles entreprises en surface.17  Un rapport de l’incident est même transmis aux enquêteurs du Colorado Project, une commission d’enquête sur les OVNIS parrainée par l’U.S. Air Force.18  Mais faute de nouveaux développements, l’affaire de Shag Harbour commence à s’essouffler. À la fin du mois d’octobre, une note laconique est transmise au quartier général de la GRC à Ottawa. Elle résume les faits sans offrir de conclusions.

« Le 4 octobre 1967, juste au-dessus de la côte sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, un caporal de la GRC et six autres témoins ont observé ce qu’ils croient être un objet volant non identifié. L’objet, estimé à 60 pieds (18 mètres) de long, se déplaçait initialement en direction de l’Est. Durant l’observation, l’OVNI a perdu de l’altitude et a frappé la surface de l’eau en provoquant de "brillantes éclaboussures". Pendant un instant, seule une lumière blanche est demeurée visible à la surface. Le caporal de la GRC a voulu se rendre jusqu’à cette lumière blanche, mais arrivé sur place, l’objet a coulé. Les recherches menées dans les environs n’ont pas permis de trouver le moindre débris permettant de déterminer la nature exacte de cet objet. Des recherches sous-marines, menées par des plongeurs du département de la Défense nationale, n’ont rien trouvé non plus.19 »

 

Puis plus rien… L’affaire de Shag Harbour va tomber dans l’oublie pendant un quart de siècle. En 1992, un ufologue local, Chris Style, lui-même témoin de l’incident de Shag Harbour, entreprend de ré-enquêter l’affaire.20  À l’en croire, la version officielle des autorités serait très éloignée des événements factuels. Contrairement aux déclarations de l’époque, ce n’est pas un, mais deux objets qui auraient plongé au large de Shag Harbour. Ces objets seraient demeurés immergés pendant quelques jours avant de se diriger vers l’état du Maine d’où ils se seraient envolés. D’après des informations obtenues par Chris Style sous le couvert de l’anonymat, ces manœuvres sous-marines auraient même été suivies par les sonars du Centre de détection des Forces armées canadiennes, à Shelburne (N.-É.).

« Cette nouvelle version des faits est beaucoup plus qu’une simple rumeur, précise l’ufologue canadien Don Ledger. Si l’on tient compte de l’ensemble des témoignages et des documents obtenus jusqu’à maintenant, il est possible de replacer toutes ces anecdotes dans une perspective globale. Nous pensons maintenant qu’il n’y avait pas un, mais deux objets. Ces engins se seraient posés sur l’eau avant de plonger. L’un de ces objets est celui maintenant bien connu de Shag Harbour. L’autre se serait posé plus loin, le long de la côte, près de Woods Harbour. Pour ce qui a trait au premier l’objet — celui de Shag Harbour — il se serait ensuite déplacé sur une distance d’une trentaine de kilomètres vers le Nord-Est. Nous croyons que cet objet a séjourné un certain temps au fond de la mer, par quelque 80 pieds (25 m) de profondeur, au large du phare qui marque l’entrée du port de Shelburne, en face de McNutts Island. Rappelons qu’à l’époque il y avait là une importante base militaire canadienne, base qu’utilisait aussi les forces navales américaines (NAVY) pour des opérations sous-marines top secret. À en croire les témoignages de certains plongeurs canadiens, les autorités auraient "monitoré" pendant près d’une semaine ces deux objets — l’un a Woods Harbour et l’autre à Shelburne Harbour — qui faisaient entre 40 à 60 pieds (12 à 18 m). Puis les objets se seraient "regroupés" au large de Woods Harbour, face aux côtes de l’état du Maine, d’où ils auraient décollé. Nous avons un témoignage enregistré une semaine après l’incident de Shag Harbour rapportant que deux objets non identifiés ont été vus sortant de la mer, près de Woods Harbour. Ces engins auraient grimpé dans le ciel avant de s’éloigner vers les États-Unis.21 »

 

En 1995, sur l’initiative de Chris Style, une partie de la baie de Shag Harbour a été sondée à l’aide de sonars et de magnétomètres.22  Malheureusement, aucun élément susceptible de confirmer au d’infirmer les événements allégués de 1967 n’a été découvert. Pour l’instant, l’affaire de Shag Harbour demeure ouverte… et inexpliquée.23



« Je crois qu’il y a vraiment quelque chose "d’exotique" qui a plongé au large de Shag Harbour, ajoute Don Ledger. Et quand je dis : "je crois", ce n’est pas un acte de foi. J’y crois parce que toutes les autres possibilités ont été écartées. Ce soir-là il n’y a eu aucune entrée de météorite ou de satellite et aucune "disparition" d’avion. Pourtant, un objet a bel et bien plongé dans la baie de Shag Harbour. De nombreux témoins l’ont vu, dont des policiers de la GRC. C’était un objet étrange dont la nature demeure encore incertaine.24 »

 

En 2001, Chris Style et Don Ledger ont publié Dark Object, un livre retraçant les événements de Shag Harbour. Des événements qui, à ce jour, demeurent uniques dans l’histoire du Canada… 

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

Christian Robert Page © Dossiers Mystère TOME 2, (Louise Courteau, Éditrice Inc. 2008), p.261-270
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Véritable enquêteur du paranormal, Christian R. Page et l’équipe de Dossiers Mystère ont parcouru des milliers de kilomètres en quête d’histoires extraordinaires. Vous pouvez écouter sa chronique "Mythes et complots" avec Benoît Dutrizac, chaque semaine au 98,5 FM .

Références:

01. Don Ledger et Chris Styles, Dark Object (Dell Publishing, 2001), pp. 4-8
02. Don Ledger et Chris Styles, Dark Object (Dell Publishing, 2001), p. 29
03. Don Ledger et Chris Styles, Dark Object (Dell Publishing, 2001), p. 35
04. Entrevue avec Norman Smith réalisée le 2 juin 2005
05- Don Ledger et Chris Styles, Dark Object (Dell Publishing, 2001), p. 30
06. Don Ledger et Chris Styles, Dark Object (Dell Publishing, 2001), p. 30
07. Don Ledger et Chris Styles, Dark Object (Dell Publishing, 2001), pp. 30-31
08. Don Ledger et Chris Styles, Dark Object (Dell Publishing, 2001), p. 31
09. Don Ledger et Chris Styles, Dark Object (Dell Publishing, 2001), pp. 31-32
10. Don Ledger et Chris Styles, Dark Object (Dell Publishing, 2001), p. 34
11. Don Ledger et Chris Styles, Dark Object (Dell Publishing, 2001), pp. 32-33
12. Don Ledger et Chris Styles, Dark Object (Dell Publishing, 2001), p. 39
13. Don Ledger et Chris Styles, Dark Object (Dell Publishing, 2001), pp. 40-41
14. Don Ledger et Chris Styles, Dark Object (Dell Publishing, 2001), p. 41
15. Entrevue avec Norman Smith réalisée le 2 juin 2005
16. Don Ledger, Maritime UFO Files (Nimbus Publishing, 1998), p. 85
17. Don Ledger et Chris Styles, Dark Object (Dell Publishing, 2001), p. 65
18. Don Ledger et Chris Styles, Dark Object (Dell Publishing, 2001), pp. 51-52
19. Note de la GRC (Archives nationales du Canada)
20. Don Ledger et Chris Styles, Dark Object (Dell Publishing, 2001), pp. 54-55
21. Entrevue avec Don Ledger réalisée le 2 juin 2005
22. Don Ledger et Chris Styles, Dark Object (Dell Publishing, 2001), pp. 126-127
23. Don Ledger et Chris Styles, Dark Object (Dell Publishing, 2001), pp. 149-150
24. Entrevue avec Don Ledger réalisée le 2 juin 2005

Aussi sur Dark Stories:

The UFO crash of Shag Harbor, Canada

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2892393094&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2892393116&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2895623813&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?lt1=_blank&bc1=000000&IS2=1&bg1=000000&fc1=FFFFFF&lc1=FFFFFF&t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&m=amazon&f=ifr&ref=tf_til&asins=289562383X" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Meurtre à Lost Creek Mine


Meurtre à Lost Creek Mine

Un dossier de Christian R. Page



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Alouette River (Colombie-Britannique), 8 septembre 1890.

Louis Bouvier, un Métis de Kanaka, et Charlie Seymour, un Amérindien de Harrison Mill, remontent en canot la rivière Alouette, située à une trentaine de kilomètres au nord-est de New Westminster. Lorsqu’ils arrivent près de Sheridan Hill, Louis Bouvier — Louis Bee comme l’appellent les locaux — remarque sur la grève un canot à demi-dissimulé derrière des roseaux. Il le reconnaît aussitôt : c’est celui du vieux Slumach, un indien Salish qui possède une cabane dans les environs. Louis Bee, qui pilote l’embarcation, met le cap sur le canot.

 

Depuis quelques mois, lui et le vieux Slumach multiplient les altercations. Les deux hommes ont un tempérament belliqueux et ne reculent jamais devant la bagarre. En voyant le canot de son ennemi, Louis Bee se doute bien que Slumach ne doit pas être loin. « Voilà une bonne occasion de régler quelques comptes », se dit-il.

Très lentement, le Métis accoste sur la berge et met pied à terre. L’endroit semble désert… mais par « précaution », il tire une hachette de son havresac.

-  Tiens, tiens, si ce n’est pas Louis Bee !?, fait soudain une voix derrière lui

Bouvier se retourne. Adossé à un arbre, Slumach est là, un sourire narquois sur les lèvres. Il tient dans sa main une puissante carabine. Malgré son âge — quelque 60 printemps — l’Indien en impose encore par sa forte stature. On lui donnerait facilement 10 ans de moins.


 

-  Slumach, je vais te trancher la tête, répond simplement Bouvier en se précipitant sur le vieil Indien.

Alors que le Métis n’est plus qu’à deux mètres de lui, Slumach, sans broncher, lève le canon de son arme et appuie sur la détente.

Dans ce pays de montagnes, le bruit de la détonation résonne dans toute la vallée. Avant que l’écho n’ait fini de se répéter, Louis Bouvier, alias Louis Bee, gît face contre terre, le regard fixe. La balle l’a atteint à l’aisselle, a pénétré la cage thoracique et lui a éclaté le cœur.

En voyant son compagnon d’aventure s’écrouler devant ses yeux, Charlie Seymour, seul témoin du drame, prend ses jambes à son cou et disparaît dans les bois.

Lentement, Slumach s’approche de sa victime. Il la soulève sur ses épaules et la porte jusqu’à son canot où il l’étend, comme on dépose un corps en bière. Il repousse ensuite l’embarcation sur la rivière qui s’éloigne en emportant sa macabre cargaison.

Ce sont des pêcheurs qui récupèreront en aval le corps de Louis Bee.

La légende de la Lost Creek Mine vient de naître.1

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

Le 9 septembre 1890, des agents fédéraux se lancent à la poursuite de Slumach, mais celui-ci se terre dans les bois. On dit de lui qu’il est un trappeur hors pair et qu’il est capable de survivre en forêt pendant des mois2.  La chasse à l’homme s’annonce longue et difficile. Pour « affaiblir » leur fugitif, les policiers incendient sa cabane près de Sheridan Hill3 et menacent de représailles tout individu — surtout les Autochtones locaux — suspecté de lui venir en aide4.  Avec l’hiver qui approche à grands pas, les policiers sont confiants que l’assassin ne pourra pas se cacher éternellement. Le 24 octobre, affamé et affaibli, Slumach se livre aux autorités5.  Il est conduit à la prison de New Westminster pour y répondre du meurtre de Louis Bouvier, alias Louis Bee.

Après un procès expéditif — les jurés ne délibèrent que 15 minutes — Slumach est condamné à être pendu « jusqu’à ce que mort s’en suive ». Le 16 janvier 1891, il est conduit à la potence pour un dernier rendez-vous avec le bourreau de la prison. 6

Après sa mort, Slumach devient peu à peu un personnage mythique. Il se retrouve un centre d’une fantastique histoire de « mine perdue ». Longtemps avant le meurtre de Louis Bee, raconte la légende, Slumach aurait découvert quelque part près de Pitt Lake, dans les montagnes au nord de New Westminster, un fantastique gisement d’or. Dans les années 1880 — quelque 10 ans donc avant sa funeste rencontre avec Louis Bee — il aurait été vu en ville exhibant des pépites d’or de la grosseur d’une noix. On prétend aussi qu’il aurait assassiné plusieurs squaws qui l’avaient accompagné jusqu’à la mine de peur que celles-ci ne révèlent son emplacement secret. Louis Bee aurait d’ailleurs été assassiné non pas à cause d’une vulgaire querelle, mais bien parce qu’il s’était montré trop curieux au sujet de ce gisement d’or baptisé Lost Creek Mine ou Lost Pitt Lake Mine 7.  On raconte aussi qu’à sa mort, Slumach aurait révélé à son fils l’emplacement de l’or. Hélas, celui-ci n’aurait guère eu le temps d’en profiter ! S’étant associé pour des raisons nébuleuses à un prospecteur véreux, le fils Slumach aurait été assassiné en revenant d’un voyage à la Lost Creek Mine 8.
 
Même s’il n’existe aucun preuve au sujet de cette histoire de « mine perdue », la rumeur a elle seule va donner lieu à une incroyable chasse au trésor.

Vers 1906, une lettre soi-disant écrite par un certain John Jackson, un prospecteur de San Francisco (Californie), commence à circuler sous le manteau. Il s’agit croit-on d’un document que Jackson aurait écrit peu de temps avant de mourir. Le prospecteur y révèle avoir découvert un extraordinaire gisement d’or près de Pitt Lake, au Canada.



« Alors que je remontais la rivière, explique l’auteur, je suis arrivé à un endroit où la roche était à nu. Toute la surface était jaune, colorée par l’or. Certaines des pépites étaient aussi grosses qu’une noix. 9»

 

Le précieux métal, ajoute Jackson, était s’y abondant qu’il n’a pu en ramener qu’une infime partie. Le document s’achève sur toute une série d’indications pour se rendre au gisement.

 

« C’est surtout à John Jackson que l’on doit la popularité de la Lost Creek Mine, d’expliquer Daryl Friesen, un prospecteur de la Colombie-Britannique. Jackson aurait explorer pendant près de deux mois la région de Pitt Lake. Un jour, alors qu’il se trouvait sur un surplomb, il aurait vu en-dessous de lui une rivière qui jetait d’extraordinaires reflets dorée. C’était le lit de la rivière qui, au dire de Jackson, était couvert de pépites d’or. Il en aurait rempli son sac à dos en se promettant de revenir avec plus des moyens pour mieux exploiter le filon. Sur le chemin du retour, il se serait perdu et aurait errer pendant des semaines. Lorsqu’il a été retrouvé, il était fiévreux et tenait tout contre lui son sac d’or, comme si toute sa vie en dépendait. Il était malade et délirait. Il a alors regagné les États-Unis pour prendre du repos, mais son état de santé ne lui a jamais permis de revenir à Pitt Lake. C’est à ce moment-là qu’il aurait écrit sa fameuse lettre. 10»

 

Si plusieurs dénoncent aussitôt la « lettre de Jackson » comme un vulgaire canular, d’autres n’hésitent pas à l’utiliser comme une « carte au trésor ». Pour ces aventuriers, l’or de Jackson et celui de Slumach ne font qu’un. Il faudrait être fou pour laisser passer une telle opportunité.

Au milieu des années 1920, un énième prospecteur débarque dans la région de New Wesminster bien décidé lui-aussi à découvrir l’or de la Lost Creek Mine. Robert Allen Brown — Volcanic Brown comme le surnomme ses amis — est déjà une célébrité. On lui doit entre autres la découverte d’un important gisement de cuivre dans la région de Princeton (C.-B.) 11.  Lorsque Brown arrive en ville, attiré par les rumeurs de la Lost Creek Mine, il n’a en poche que la fameuse lettre de Jackson pour entreprendre sa quête. Mais que cela ne tiennent, le prospecteur — qui portant n’est plus une jeunesse — ne recule pas devant le danger. Au cours des années qui suivent, de la fonte des neiges aux premières gelée de l’automne, Volcanic Brown va explorer les étendues sauvages de Pitt Lake. Une lucrative opération puisque chaque automne il en revient avec de petites quantités d’or 12.  On murmure en ville que le vieux prospecteur a probablement trouvé la Lost Creek Mine.

 

« Volcanic Brown était tout un numéro, ajoute Daryl Friesen. Une année, il a trop tardé avant de rentrer à New Westminster et il s’est fait surprendre par la neige. Durant sa traversée du glacier, il s’est gelé les orteils du pied gauche. Plutôt que de risquer l’infection, il les a simplement coupées avec son couteau de poche. Il s’est ensuite enveloppé le pied dans une boîte de conserve vide et c’est comme ça qu’il est rentré. Il existe d’ailleurs une photographie célèbre de Volcanic Brown le pied toujours "emmitouflé" dans sa boîte de conserve. 13»

 

À l’automne de 1931, Brown ne redescend pas des montagnes. En ville on commence à s’inquiéter de son sort. Une « expédition de secours », composé de policier et de trappeurs, se met en route pour Pitt Lake. Le temps y est maussade et le blizzard souffle rendant l’avance des plus pénibles. Au pied de Stave Glacier les hommes découvrent les restes du campement de Brown, dont un pot contenant 11 onces d’or pur. Mais du vieux prospecteur ils ne retrouveront rien. 14

La disparition — et très certainement la mort — de Volcanic Brown ne décourage pas pour autant les aventuriers. Au contraire, si le vieux prospecteur a trouvé le filon, pourquoi pas eux ? Mais la tâche est plus ardue qu’elle n’y paraît.

Peu de temps après la disparition de R.A. Brown, un groupe de financiers de Seattle (Washington) arrive à New Westminster. Eux-aussi ont dans leurs malles la fameuse lettre de John Jackson (qui circule allègrement parmi les chasseurs de trésors). Ils interrogent les anciens amis de Volcanic Brown, puis mettent le cap sur les montagnes. Pendant des semaines, ils explorent la région et en particulier les terres situées au nord de Pitt Lake. Les prospecteurs ne trouvent pas la mine, mais trouvent en revanche des vestiges qui prouvent que John Jackson a bel et bien exploré cette région dans les années 1920. Les hommes rencontrent même une squaw qui leur jure avoir aidé Jackson à regagner la civilisation. 15

Les décennies qui suivent ne sont qu’une répétition de l’histoire : année après année des dizaines de prospecteurs s’aventurent dans les forêts entourant Pitt Lake, chacun jurant qu’il en ramènera l’or de Slumach. Malheureusement tous en reviennent bredouille.

En 1952, le journal Province de Vancouver annonce que La Lost Creek Mine n’est qu’un mythe. C’est du moins les propos rapportés d’un certain J. Stewart Smith, superintendant de la Slumach Lost Creek Mine Ltd, un compagnie minière du sud de la Colombie-Britannique. Smith explique que lui et ses associés ont complété une vaste prospection de la région de Pitt Lake et n’y ont trouvé aucun indice suggérant le moindre filon. 16

Mais tous ne sont pas de cet avis.

En août 1974, un certain Stuart Brown (aucun lien avec Volcanic Brown) écrit au gouvernement de la Colombie-Britannique qu’il a découvert la légendaire Lost Creek Mine. Brown, un employé du service des forêts, ajoute même que ce riche gisement se situerait à la frontière du parc provincial Garibaldi, au nord de Pitt Lake. Il estime la valeur du gisement à plus de 20 milliards de dollars. Le technicien explique avoir découvert l’endroit exact de la mine en procédant à des agrandissements de photographies aériennes. Il prétend aussi s’être rendu sur place où il aurait vu une « rivière remplie de pépites d’or »… mais, curieusement, il n’a pas jugé bon d’en ramener un seul échantillon ! Pendant dix ans, Brown va entretenir un échange épistolaire avec les responsables des ressources naturelles de la Colombie-Britannique, sans toutefois jamais leur apporter la moindre preuve de ses allégations. Et lorsqu’on lui demande pourquoi il ne retourne pas à Pitt Lake pour se « remplir » les poches, il répond de façon laconique qu’il jouit déjà d’une situation financière confortable et qu’il n’a pas besoin de l’or de la Lost Creek Mine. En fait, ses démarches auprès des fonctionnaires ne seraient motivées que par son « désir de rendre service ». Si en exploitant la Lost Creek Mine le gouvernement de la Colombie-Britannique est en mesure de réduire les impôts de ses citoyens, ses efforts, dit-il, n’auront pas été vains. De quoi faire pâlir de jalousie Mère Teresa elle-même.

Dans cette histoire de mine perdue — comme dans presque toute les « chasses au trésor » — il est difficile de situer la frontière entre le mythe et la réalité. Slumach a-t-il réellement trouvé de l’or près de Pitt Lake ? La rivière d’or de Jackson existe-elle vraiment ? Et si toute cette histoire n’est qu’une fable, d’où venait l’or retrouvé dans les effets personnels de Volcanic Brown.

Au fil des ans, de nombreux auteurs ont tenté de départager ces rumeurs. Il est vrai que le lien entre Slumach et l’or de Pitt Lake — si or il y a — reste des plus ténus. Il n’existe aucune preuve que Slumach ait jamais été en possession d’importantes quantités d’or. Lors de la chasse à l’homme déclenchée après le meurtre de Louis Bouvier, l’agent William Moresby, député shérif pour la région de New Westminster, a fouillé de fond en comble la cabane du suspect, sans y trouver la moindre trace d’or 17.  Si Slumach a réellement été vu en possession de pépites d’or — ce qui est très douteux — rien ne prouve qu’elles provenaient d’une « mine perdue ». Au XIXe siècle, beaucoup de prospecteurs ont disparus dans ces régions inhospitalières et inexplorées. Slumach a très bien pu trouver ces pépites sur le corps d’un prospecteur… à moins qu’il ne l’ait assassiné lui-même pour les lui voler. Quant à l’or trouvé par Volcanic Brown, il pourrait très bien provenir de petits gisements sans aucune relation avec l’or de Slumach. Même si la région de Pitt Lake n’est pas particulièrement réputée pour ses ressources aurifère, de nombreux géologues croient néanmoins qu’il pourrait y avoir dans la région des gisements de moindre importance 18.  Volcanic Brown a peut-être trouvé l’un de ces gisements. Enfin, pour ce qui a trait à la « rivière d’or de Jackson », celle-ci reste aussi invisible que l’invraisemblable El Dorado.

Encore aujourd’hui, nombreux sont ceux qui refusent de croire que le Lost Creek Mine puisse n’être qu’un mythe. Pour ces irréductibles, la lettre de Johnson et les pépites de Volcanic Brown sont autant de preuves qui confirment qu’il y a de l’or près de Pitt Lake. Et tant et aussi longtemps qu’il y aura des hommes prêts à risquer leur vie pour s’aventurer dans cette région sauvage et inaccessible, le légende de Slumach et de sa mine perdue continuera d’alimenter les plus folles histoires.

 

 

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ ¤

 

 

Christian Robert Page © Dossiers Mystère TOME 2, (Louise Courteau, Éditrice Inc. 2008), p.277-286
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Véritable enquêteur du paranormal, Christian R. Page et l’équipe de Dossiers Mystère ont parcouru des milliers de kilomètres en quête d’histoires extraordinaires. Vous pouvez écouter sa chronique "Mythes et complots" avec Benoît Dutrizac, chaque semaine au 98,5 FM .

Références:

01- Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 2003), p. 45
02- Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 2003), p. 37
03- Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 2003), p. 35
04- Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 2003), p. 37
05- Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 2003), p. 39
06- Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 2003), p. 41
07- Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 2003), p. 47
08- Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 2003), p. 48
09- Robert W. Nicholson, Lost Creek Mine (Further Beyond, 2002), Chapitre 2
10- Entrevue avec Daryl Friesen réalisée le 23 mars 2005
11- Entrevue avec Robert W. Nicholson réalisée le 23 mars 2005
12- Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 2003), p. 49
13- Entrevue avec Daryl Friesen réalisée le 23 mars 2005
14- Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 2003), p. 51
15- Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 2003), pp. 47-48
16- Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 2003), p. 51
17- Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 2003), p. 42
18- Collectif, Lost Bonanzas of Western Canada (Heritage House, 2003), pp. 58-59

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2892393094&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2892393116&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2895623813&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?lt1=_blank&bc1=000000&IS2=1&bg1=000000&fc1=FFFFFF&lc1=FFFFFF&t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&m=amazon&f=ifr&ref=tf_til&asins=289562383X" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Le trappeur fou de la Rat River


Le trappeur fou de la Rat River

Un dossier de Christian R. Page



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Eagle River (Yukon), 17 février 1932.

Alors qu’ils longent la rivière, l’inspecteur Alexander Eames et l’agent Sid May de la Gendarmerie royale du Canada, réalisent que le bruit de la fusillade est maintenant tout près. Quelques mètres encore et ils débouchent sur un surplomb qui leur donne un point de vue imprenable sur le chenal qui s’ouvre devant eux. Sur l’autre rive, ils voient leurs collègues se déployer en demi-cercle. Puis, un peu plus loin, le silhouette d’un homme qui se faufile sur le sérac.

 

C’est Albert Johnson, un dangereux criminel en fuite. Quelques coups de feu se font entendre puis le fugitif plonge face contre terre. Sans même se relever il riposte en direction des agents fédéraux. Dans le ciel, un avion, un Bellanca monoplan, décrit des cercles pour signaler la position de Johnson. D’où ils se trouvent, Eames et May voient le fugitif qui tente de s’enterrer sous la neige.
 
Puis c’est le « cessez-le-feu ». Seuls le vrombissement de l’avion et les aboiements des chiens de traîneau résonnent dans la vallée. Vingt minutes passent sans un seul coup de feu. L’agent May sait que l’attente ne pourra pas durer éternellement. Malgré sa canadienne, le froid commence à l’engourdir. Il se doute bien qu’il en est de même pour ses compagnons.
 

 

Avec une température qui oscille à –35º, chaque minute compte. À moitié courbés, lui et Eames entreprennent de se rapprocher. Au fur et à mesure qu’ils avancent, la silhouette d’Albert Johnson se fait plus précise. L’homme gît face contre terre, immobile, la main toujours refermée sur son arme, une puissante carabine de calibre .30/30.

Est-il inconscient ? Mort ? Ou est-ce une autre de ses ruses ?

À dix mètres de lui, l’inspecteur Eames épaule son arme pendant que Sid May s’avance lentement jusqu’à le toucher du bout du pied. Sur le manteau de toile de Johnson, de grandes tâches rouges montrent qu’il a été atteint de plusieurs balles. L’agent May le retourne. Son visage est figé dans une dernière grimace, grotesque. Albert Johnson est bel et bien mort. L’une des plus incroyables chasses à l’homme de l’histoire du Canada vient ainsi de prendre fin. Et avec elle naît une nouvelle énigme : qui était Albert Johnson, le trappeur fou de la Rat River ?

 

☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼

 

L’affaire du Trappeur fou de la Rat River est l’une des plus grandes énigmes policières canadiennes. Qui était cet Albert Johnson ? D’où venait-il ? Qu’est-ce qui a poussé ce trappeur solitaire à devenir l’assassin le plus recherché du pays ? Comment une banale dispute au sujet de quelques pièges a-t-elle pu dégénérer en une chasse à l’homme sanglante ? C’est là le grand mystère du trappeur fou…

Au début des années 1930, les Territoires du Nord-Ouest et le Yukon sont sous la juridiction de la Gendarmerie royale du Canada (GRC). C’est un immense territoire, presque désertique, où les prospecteurs se croient au-dessus des lois et où la chasse est trop souvent synonyme de braconnage.

À l’été de 1931, la GRC à Aklavik (Territoires du Nord-Ouest) apprend qu’un curieux « voyageur » vient de débarquer à Fort McPherson, un village situé à la limite du cercle arctique. L’homme, qui parle avec un léger accent scandinave, prétend se nommer Albert Johnson et raconte qu’il a l’intention d’aller s’installer au Nord, près de la Rat River. Pour l’heure, les autorités n’ont rien contre Albert Johnson, mais on souhaite quand même l’interroger pour connaître ses intentions. Dans ces régions nordiques, la GRC veut s’assurer que les trappeurs sont suffisamment organisés pour affronter la nature hostile. Trop d’aventuriers ont mis leur vie en danger — et celle des secouristes — parce qu’ils avaient sous estimé ces étendues inhospitalières. On ne souhaite pas qu’Albert Johnson devienne l’énième de ces aventuriers imprudents. C’est le constable Edgar Millen qui est chargé de se rendre à Fort McPherson pour y rencontrer le « voyageur ». Arrivé sur place, l’agent apprend que Johnson se trouve au magasin général. C’est là que le premier face-à-face a lieu. Visiblement Johnson n’est pas du genre bavard. Il se contente de dire qu’il s’appelle Albert Johnson et qu’il ne cherche pas de démêlés avec la justice. Il ajoute qu’il a passé l’été précédent dans les Prairies et qu’il est venu par la rivière Peel. Et lorsque l’agent Millen l’informe que la chasse dans les territoires du nord requière un permis, Johnson feint de n’avoir rien entendu.1


« Après cette rencontre, Johnson est allé s’installer plus au nord, raconte Sandy Ramos, historienne à la Gendarmerie royale du Canada. Il a construit une cabane et, pendant un certain temps, il s’est fait discret. Les gens savaient qu’il était là, mais comme il s’occupait de ses affaires, personne ne s’en formalisait. Mais cela n’a pas duré.»2


En décembre, Millen apprend que Johnson se montre particulièrement hostile envers les autochtones Gwich’in qui tentent de l’éviter parce qu’il les menace et les terrorise. Lorsque trois d’entre eux se plaignent que Johnson intervient dans leurs pièges, Millen envoie alors les gendarmes Alfred « Buns » King et Joseph Bernard pour faire enquête.3

Avec pour seul moyen de locomotion leur attelage de chiens, les deux policiers mettent deux jours pour franchir les 40 kilomètres séparant leur poste d’Arctic Red River de la cabane de Johnson. Mais l’ermite refuse obstinément d’ouvrir aux agents. Il fait comme s’il n’était pas là. Devant ce refus, les policiers se rendent au poste d’Aklavik (Quartier général de la GRC) afin d’obtenir du renfort et un mandat de perquisition.4

Le 31 décembre 1931, accompagnés des gendarmes Lazarus Sittichiulis et Robert McDowell, les agents King et Bernard retournent à la cabane où ils sont accueillis par des coups de feu. Le gendarme King est atteint au côté, mais réussi à ramper à couvert. Un échange de tirs s’ensuit, mais Johnson reste intraitable. Devant la gravité de la situation, la troupe préfère rebrousser chemin. Cette fois Johnson devra répondre à des accusations de tentative de meurtre.5 

À Aklavik, l’inspecteur Alexander Eames, commandant du West Arctic Sub-District de la GRC, réunis neuf hommes, parmi lesquels se trouve l’agent Edgar Millen, le seul a avoir eu un « face-à-face » avec l’inquiétant Albert Johnson. Le 9 janvier 1932, les policiers, accompagnés des trappeurs Karl Gardlund, Knut Lang et Ernest Sutherland, de 42 chiens et de huit kilos de dynamite retournent à la cabane de Johnson. Contre toute attente, le trappeur est toujours là. L’inspecteur Eames lui crie que le constable King va se remettre de ses blessures et le somme de se rendre avant que la situation ne dégénère davantage. Peine perdue. Le forcené répond en ouvrant le feu sur les policiers. Le siège perdure de longues heures. En désespoir de cause, Eames demande à ses hommes de lancer des bâtons de dynamite sur l’habitation de rondins. Les premières déflagrations causent peu de dommage. Puis, un bâton tombe sur le toit qui souffle une partie de la cabane de Johnson. Mais celui-ci refuse de se rendre. Il ouvre le feu en direction de Eames pour bien montrer qu’il ne le prendra pas vivant. Après un siège de 15 heures, transit par le froid qui — avec un facteur éolien — avoisine les –90o, l’inspecteur Eames décide de retourner à Aklavik pour se réapprovisionner.6

Le 16 janvier, 21 hommes, dont douze amérindiens Gwich’in, retournent à Rat River, mais Johnson a pris la fuite, probablement vers le nord-ouest où il compte sans doute traverser la frontière de l’Alaska. Avec d’importantes réserves de nourriture, le constable Millen, le sergent R. F. Riddell, un milicien des Gardes nationaux canadien, et deux trappeurs aguerris, Noel Verville et Karl Gardlund, se lancent à la poursuite de l’insaisissable Johnson.7

À travers le Canada, le traque à Albert Johnson est devenue l’événement du jour. Le Toronto Globe titre « Un trappeur échappe à la police montée, le Maniaque en fuite » et le Vancouver Sun tire sur trois colonnes « La GRC aux prises avec un trappeur fou ». On raconte que dans les territoires du Nord-Ouest, la vente des radios — qui s’imposent de plus en plus comme la source no 1 d’information — monte en flèche. On veut tout savoir de cette chasse à l’homme qui s’annonce comme sans précédent.8

Le 29 janvier, les hommes découvrent le bivouac du fugitif. En silence, ils s’approchent espérant le prendre par surprise. Mais au dernier moment Johnson les aperçoit et ouvre le feu. Les balles sifflent dans tous les sens. Millen et ses compagnons courent se mettre à l’abri. Deux heures passent. Derrière un vieux tronc couvert de neige, Millen se dit que Johnson est peut-être blessé ou mort. Lentement il se redresse. Toujours rien. Il crie au forcené de se rendre. En guise de réponse Johnson ouvre le feu de nouveau. Une fusillade éclate. Millen est atteint en plein cœur. Il s’écroule dans la neige devant ses compagnons horrifiés.9

À la tombée de la nuit, Johnson en profite pour reprendre la fuite. Maintenant, il est devenu un meurtrier. Le sergent Riddell décide de retourner à Aklavik pour informer ses supérieurs de la mort de Millen. Pendant ce temps, Verville et Gardlund confectionnent une plate-forme pour protéger le corps de leur compagnon des prédateurs et retournent à leur propre campement situé à huit kilomètres.10

Informé de la fusillade mortelle, l’inspecteur Eames est décidé cette fois à mettre tout en œuvre pour arrêter Johnson. L’annonce de la mort de l’agent Millen est relayée par radio à travers le Grand Nord, puis bientôt à travers tout le pays11. Albert Johnson est devenu l’ennemi public no 1 (même si l’appellation n’a pas encore fait son apparition dans la presse judiciaire). Le 5 février, les trappeurs Verville et Gardlund retourne au dernier campement connu de Johnson (théâtre du meurtre de l’agent Millen), mais le fugitif n’est nulle part. Ils explorent les environs puis remontent un ravin de 15 kilomètres, jusqu’au pied des monts Richardson12. Le même jour, un pilote de brousse et vétéran de la Première guerre mondiale, Wop May, se joint aux recherches. C’est la première fois au Canada qu’un avion est utilisé dans une chasse à l’homme.13

Albert Johnson est aux aboies. Il sait maintenant que sa tête est mise à prix. Pour tromper ses poursuivants il s’efforce de marcher dans des pistes de caribous, mais inexorablement l’étau se resserre.14 Le 13 février il est aperçu près de Eagle River (Yukon). Aussitôt, la troupe de l’inspecteur Eames — des militaires, des policiers et des trappeurs — se lance à ses trousses. Du haut des airs, Wop May indique la route à suivre.15

Quatre jours plus tard, Johnson est encerclé. Il tente de distancer ses poursuivants en traversant le lit de la rivière entièrement gelée, mais des deux côtés de la rives les hommes de l’inspecteur Eames se déploient. Une fusillade éclate. Un militaire, le sergent Earl Hersey, est atteint à un genou. Les hostilités sont ouvertes et tous savent qu’il n’y aura pas de quartier. Puis, les armes se taisent. Seules les chiens — unique moyen de transport sous ces latitudes arctiques — continuent d’aboyer. Dans le ciel, le Bellanca de Wop May décrit des cercles au-dessus de fugitif qui, pour l’heure, gît sur le ventre, immobile.16

Albert Johnson, le trappeur fou de la Rat River a été atteint de 17 coups de feu.17

L’un d’eux l’a touché au dos, lui sectionnant la colonne vertébrale et la moelle épinière.18 Dans son sac, les policiers trouvent 32 pilules, 2,410$ en gros billets (en dollars canadiens et américains d’une valeur approximative de 60,000 $ aujourd’hui), une hache, un compas et deux bocaux en verre, un contenant cinq perles et l’autre sept dents en or. Johnson a également en sa possession une carabine Winchester de calibre .22, un modèle 99 Savage, une carabine de calibre .30/30, 39 douilles de calibre .30/30, 84 douilles de calibre .22 et quatre cartouches à plomb19. Mais les agents ne trouvent aucun document qui pourrait les éclairer sur l’identité — et le passé — de cet homme qui disait s’appeler Albert Johnson.

Depuis cette héroïque chasse à l’homme, l’identité d’Albert Johnson est devenue un mystère « historique », comme l’identité de Jack l’Éventreur ou celle du tueur du Zodiac. Qui était Albert Johnson ? Et pourquoi cet ermite acariâtre est-il soudain devenu un assassin ?

 

« Les motivations d’Albert Johnson restent très nébuleuses, d’expliquer Sandy Ramos. Depuis des années on cherche à savoir le pourquoi de ces comportements meurtriers. À partir des preuves colligées, tout ce que l’on peut dire avec certitude de cet individu c’est qu’il était un solitaire ; un homme qui avait choisi de s’installer dans les territoires du nord pour s’isoler de la civilisation. Puis, par un concours de circonstances, il s’est retrouvé face à la justice. Or, plutôt que de faire face à la musique, il a préféré "répliquer" en ouvrant le feu sur les policiers. Pourquoi a-t-il réagit ainsi ? C’est-là toute la question. Certains ont prétendu qu’il avait peut-être des antécédents criminels aux États-Unis ou ailleurs et qu’il essayait de fuir la justice. Le scénario est vraisemblable, mais cela n’a jamais été prouvé. À l’époque, beaucoup d’agents de la GRC pensaient que Johnson essayait de leur dissimuler quelque chose ou encore que Johnson croyait que la GRC avait découvert certains faits à son sujet. Ce qui n’était pas le cas.

« Alors pourquoi cet homme a-t-il choisi d’abattre l’agent Millen et de faire feu sur le constable King ? Nous l’ignorons. Et même si depuis on l’a surnommé le "trappeur fou", les éléments d’enquête prouvent au contraire qu’il s’agissait d’un homme excessivement rusé et intelligent. Tout le contraire d’un fou.»20

 

Après la mort de Johnson, les autorités ont fait parvenir ses empreintes digitales à Ottawa et à Washington D.C., hélas sans succès.21 À cette époque la GRC avait aussi en main une série de rapports concernant la présence d’un autre « étranger » trappant dans la région de Mayo, au Yukon. L’homme, qui disait s’appeler Arthur Nelson, était d’un tempérament plutôt renfrogné, parlait avec un accent scandinave et affirmait avoir été élevé sur une ferme du Dakota (É.-U.).22 Entre 1927 et 1931, ce « Arthur Nelson » aurait été aperçu à maintes reprises au sud de Dawson. Puis, en mai 1931, il aurait été vu pour une dernière fois à Keno. C’était deux mois avant qu’Albert Johnson ne fasse son apparition à Fort McPherson, dans les Territoires du Nord-Ouest, à 400 kilomètres de Keno.23

Aujourd’hui, la plupart des experts — incluant ceux de la GRC — croient que Arthur Nelson et Albert Johnson ne faisait qu’un. Mais cela ne nous en apprend guère d’avantage sur le passé d’Albert Johnson (ou Arthur Nelson) et sur ses motivations.

 

« Après la mort de Johnson, ajoute Sandy Ramos, sont corps a été ramené à Aklavik où le Dr Urquhart a procédé à son autopsie. On a pris une foule de mesures ; on a dénombré ses blessures et noté chacune de ses marques de naissance. On a aussi fait une empreinte dentaire. Le corps a ensuite été inhumé dans une tombe anonyme à Aklavik. Personne n’a jamais réclamé le corps et cela malgré le fait que les autorités aient largement diffusé une description de Johnson, tant au Canada qu’aux États-Unis. Quelques années plus tard — on ignore quand exactement — quelqu’un est venu déposer sur sa tombe, en guise de monument funéraire, une bûche dans laquelle on avait gravé les initiales A. J. Mais en dehors de cette initiative, il n’y a jamais rien eu d’autre pour marquer l’endroit où a été enterré Albert Johnson.»24

 

L’auteur canadien Dick North, qui a consacré 20 ans à enquêter sur le « Trappeur fou », croit que derrière cet Albert Johnson — alias Arthur Nelson — se cachait en réalité John Conrad Johnson. D’après North, Johnson, né en 1898 en Norvège, aurait grandi dans le Dakota du Nord (É.-U.) où ses parents avaient émigrés alors qu’il n’était encore qu’un enfant. Jeune adulte, il aurait été incarcéré dans trois pénitenciers différents pour des crimes divers, incluant braquage et vol de bétail. Il aurait gagné le Canada en 1929.25

Albert Johnson, Arthur Nelson ou John Johnson, le mystère de l’identité du « Trappeur fou de la Rat River » semble aussi insondable que la sainte Trinité…

 

 

☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼

 

 

Christian Robert Page © Dossiers Mystère TOME 2, (Louise Courteau, Éditrice Inc. 2008), p.183-193
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Véritable enquêteur du paranormal, Christian R. Page et l’équipe de Dossiers Mystère ont parcouru des milliers de kilomètres en quête d’histoires extraordinaires. Vous pouvez écouter sa chronique sur le paranormal avec Benoît Dutrizac, chaque semaine au 98,5 FM .

Références:

01- Hélèna Katz, The Mad Trapper (Altitude Publishing Canada Ltd, 2004), pp. 20-22
02- Entrevue avec Sandy Ramos réalisée le 13 juillet 2005
03- Hélèna Katz, The Mad Trapper (Altitude Publishing Canada Ltd, 2004), p. 30
04- F.W. Anderson et Art Downs, The Death of Albert Johnson (Heritage House Publishing, 2000), p. 13
05- F.W. Anderson et Art Downs, The Death of Albert Johnson (Heritage House Publishing, 2000), pp. 14-16
06- Hélèna Katz, The Mad Trapper (Altitude Publishing Canada Ltd, 2004), pp. 44-54
07- Hélèna Katz, The Mad Trapper (Altitude Publishing Canada Ltd, 2004), pp. 60-61
08- Hélèna Katz, The Mad Trapper (Altitude Publishing Canada Ltd, 2004), p. 65
09- F.W. Anderson et Art Downs, The Death of Albert Johnson (Heritage House Publishing, 2000), pp. 25-27
10- F.W. Anderson et Art Downs, The Death of Albert Johnson (Heritage House Publishing, 2000), p. 27
11- Hélèna Katz, The Mad Trapper (Altitude Publishing Canada Ltd, 2004), p. 78
12- Hélèna Katz, The Mad Trapper (Altitude Publishing Canada Ltd, 2004), p. 86
13- Hélèna Katz, The Mad Trapper (Altitude Publishing Canada Ltd, 2004), p. 94
14- Hélèna Katz, The Mad Trapper (Altitude Publishing Canada Ltd, 2004), p. 106
15- Hélèna Katz, The Mad Trapper (Altitude Publishing Canada Ltd, 2004), p. 105
16- F.W. Anderson et Art Downs, The Death of Albert Johnson (Heritage House Publishing, 2000), pp. 38-39
17- Max Haines, The Collected Works of Max Haines (The Toronto Sun Publishing Corporation Limited, 1986), p. 186
18- F.W. Anderson et Art Downs, The Death of Albert Johnson (Heritage House Publishing, 2000), p. 42
19- Hélèna Katz, The Mad Trapper (Altitude Publishing Canada Ltd, 2004), p. 119
20- Entrevue avec Sandy Ramos réalisée le 13 juillet 2005
21- Hélèna Katz, The Mad Trapper (Altitude Publishing Canada Ltd, 2004), p. 122
22- Hélèna Katz, The Mad Trapper (Altitude Publishing Canada Ltd, 2004), pp. 123-124
23- Hélèna Katz, The Mad Trapper (Altitude Publishing Canada Ltd, 2004), pp. 124-125
24- Entrevue avec Sandy Ramos réalisée le 13 juillet 2005
25- Hélèna Katz, The Mad Trapper (Altitude Publishing Canada Ltd, 2004), p. 125

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2892393094&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2892393116&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2895623813&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?lt1=_blank&bc1=000000&IS2=1&bg1=000000&fc1=FFFFFF&lc1=FFFFFF&t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&m=amazon&f=ifr&ref=tf_til&asins=289562383X" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Ces mystérieux hommes en noir


Ces mystérieux hommes en noir

Un dossier de Christian R. Page



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Victoria (Colombie-Britannique), 5 octobre 1981.


Grant Breiland raccroche le combiné du téléphone public. L’homme avec qui il avait rendez-vous ne viendra pas.

Deux jours plus tôt, Grant Breiland a observé un OVNI dans le ciel de Victoria. Il en a aussitôt discuté sur les ondes de son radio C.B. pour apprendre qu’un autre homme des environs avait lui aussi été témoin du phénomène. Les deux hommes ont alors convenu de se rencontrer dans un centre commercial de la région pour parler de leur observation.
 
Mais voilà que depuis ces événements, le correspondant de Breiland a été victime d’un bête accident et s’est cassé le bras.
 
 
 

Pendant qu’il retourne entre ses doigts le bout de papier sur lequel est inscrit le numéro de téléphone de son correspondant, Breiland prend soudainement conscience de l’étrange « ambiance » qui l’entoure. Le centre commercial, habituellement très achalandé, est tout à fait désert. Seuls deux hommes — qui se ressemblent comme des frères jumeaux — se tiennent un peu en retrait, comme s’ils attendaient de pouvoir utiliser à leur tour le téléphone public. Breiland est surpris par leur aspect. Les deux hommes portent des complets identiques d’un bleu très foncé, presque noir. Leur visage est très particulier, émacié. Ils n’ont pas de sourcils, leurs yeux sont noirs et fixes. Ils ont un teint bronzé, comme s’ils revenaient d’un voyage sous les tropiques.


Reconstitution (tirée de Dossiers Mystère) de la rencontre de Grant Breiland (5 octobre 1981)

 

Comme Breiland s’éloigne de la cabine téléphonique, l’un des hommes se penche sur lui et demande :

« Quel est votre nom ? »

Étonné, Breiland lui répond que cela ne le regarde pas. Aussitôt, le « frère jumeau » demande à son tour :

« Où habitez-vous ? »
.

Même refus de Breiland. Mais l’homme en complet ne se laisse pas décourager et enchaîne :

« Quel est votre numéro ? ».

Breiland est surpris par cette question. L’homme ne lui a pas demandé son numéro de téléphone mais son numéro… comme s’il s’agissait d’une sorte de matricule.

Breiland ne répond pas. Il feint de ne pas comprendre. Les deux hommes le dévisagent encore quelques secondes puis tournent les talons — comme s’ils étaient soudés à la hanche — et s’éloignent avec un synchronisme qui ferait pâlir d’envie les amateurs de marche militaire.

Breiland les regarde s’éloigner un instant puis décide de leur emboîter le pas. Les deux « personnages » traversent le hall commercial ; sortent à l’extérieur et se dirigent résolument vers un terrain vague qui longe le centre commercial. Le terrain n’a pas d’issue. Tout au bout, il n’y a qu’un mur qui limite l’accès à un chantier voisin où des travaux de construction sont déjà en cours.

Du parvis du centre commercial, Breiland regarde les deux hommes s’éloigner. Soudain, il entend une voix, comme si quelqu’un chuchotait derrière lui. Il se retourne, mais il n’y a personne. Il porte de nouveau son regard sur les deux « hommes en complet » ; ces « Dupont » nouveau genre. Ceux-ci ont atteint le milieu du terrain vague, apparemment insouciants de la boue et des obstacles. Puis, de nouveau, Breiland entend cette voix derrière son épaule qui murmure son nom. Il fait volte-face, mais il n’y a toujours personne. Lorsqu’il jette à nouveau un regard en direction du terrain vague, les deux hommes ont disparus… comme s’ils étaient tout simplement passé au travers du mur... 1

 

☼  ☼  ☼  ☼  ☼  ☼

 

Quoique surprenante, la rencontre de Grant Breiland n’est pas unique dans les annales de l’inexplicable. Depuis les années 1950, de nombreux témoins ou enquêteurs du phénomène OVNI affirment avoir reçu la visite de ces mystérieux personnages en « complets sombres ». Baptisés les Hommes en noir ou MIBs (pour Men in Black), ces curieux personnages ont même été incarnés au cinéma sous les traits de Will Smith et de Tommy Lee Jones. Mais qui sont-ils vraiment.

L’affaire des Hommes en noir débute en 1952, au Connecticut. Cette année-là, un certain Albert K. Bender fonde l’International Flying Saucer Bureau, un organisme voué à l’étude des OVNIS. L’association connaît un succès immédiat. Très rapidement des délégations apparaissent tant aux États-Unis qu’à l’étranger. Puis, à l’automne de 1953, alors que le «bureau» est en pleine croissance, Bender annonce qu’il laisse tout tomber. En quelques jours, l’organisme n’est plus qu’un souvenir. 2

Trois ans plus tard, dans un livre intitulé They Knew To Much About Flying Saucers (Ils en savaient trop sur les soucoupes volante), Gray Barker, un ami de Bender, raconte les raisons qui ont poussé son collègue à quitter l’univers des OVNIS. Bender lui aurait en effet confié avoir reçu la visite de trois hommes tout de noir vêtus (complet noir, cravate noir, chemise blanche et lunettes noires) qui lui auraient conseillé de se retirer avant que les «choses ne tournent mal» . 3

Au lendemain de la publication du livre de Gray Barker, les apparitions des MIBs se multiplient, tant aux États-Unis qu’à l’étranger. Le scénario est toujours le même. Par groupe de deux ou trois, ces mystérieux personnages visitent témoins et enquêteurs pour leur demander de taire leur observation, d’abandonner leurs recherches où simplement pour leur faire savoir « qu’ils sont surveillés ». Le ton est souvent intimidant, voire menaçant. Parfois, les MIBs semblent tout savoir de leurs « victimes » : leurs habitudes, le nom de leurs amis, leur agenda et même, souvent, des détails beaucoup plus intimes. Ces curieux personnages semblent jouir de moyens étendus : de la surveillance par des agents en civil à l’écoute électronique. Ils se déplacent généralement à bord de vieilles cadillacs noires et prétendent souvent appartenir à des agences gouvernementales, de la CIA au FBI en passant par le département de l’Énergie.

En 1959, informé de l’affaire, Edgar J. Hoover, le grand manitou du FBI, demande à ses services de se procurer une copie du livre de Gray Barker 4.  Visiblement, le FBI est embarrassé par cette affaire. Après enquête, la police fédérale conclut que ses services n’ont rien à voir avec ces mystérieuses visites. 5

 

Le 3 août 1965, Rex Heflin (38 ans), un employé du service de la voirie pour le comté d’Orange (Californie), roule près de Santa Ana. Alors qu’il s’apprête à photographier des branches d’arbres qui masquent un signe de traverse de chemin de fer, Heflin voit apparaître dans le ciel un objet circulaire. L’engin, qu’il estime à 20 mètres de diamètre, semble fait en métal et brille sous le soleil. Il se déplace en silence en provoquant au sol une légère perturbation. Heflin braque sa camera, un modèle 101 Polaroïd, et prend rapidement quatre clichés de l’OVNI avant qu’il ne disparaisse 6.  Dans les jours qui suivent, la sœur d’Heflin apporte les photographies au bureau du Register de Santa Ana. Elles sont publiées dans l’édition du 20 septembre, six semaines après les événements. 7
 
 
 

L'une des protographies de Rex Heflin (3 août 1965)
L'une des protographies de Rex Heflin (3 août 1965)

 
Le jour même, Heflin reçoit un coup de fil d’un homme qui s’identifie comme un Colonel de la NORAD (acronyme pour North American Air Defense). L’officier prend rendez-vous avec Heflin pour le 22 septembre et lui demande d’ici là de ne plus parler de son histoire. Le 22 septembre, comme prévu, deux hommes en complets sombres se présentent chez Heflin et lui demandent d’emprunter ses photographies originales, promettant de les lui rapporter rapidement. Mais les photos tardent à revenir… Heflin contact le bureau local de la NORAD où on lui assure ne rien connaître de ces événements 8.  Il attendra 30 ans (1992) avant de retrouver dans sa boîte aux lettres une enveloppe anonyme contenant ses photographies originales 9.  Comme le dit l’adage : « mieux vaut tard que jamais ».

En 1967, U.S Air Force, informé de ces « visites » illicites, va même jusqu’à émettre une note informant son personnel que des « gens vêtues en civil et prétendant appartenir à un corps d’élite de la NORAD visiteraient des témoins du phénomène OVNI pour leur demander de ne rien dire de leur observation. » L’Air Force précise que ces visiteurs « sont des imposteurs et que tout officier ayant eu vent de telles activités doit immédiatement en informer ses supérieurs. » 10

Dans son livre The Truth Behind Men in Black, l’ufologue britannique Jenny Randles rapporte des dizaines d’histoires de visites d’Hommes en noir, des visites échelonnées de la fin des années 1950 jusqu’à aujourd’hui.

En 1978, Patricia Hayes était enquêtrice pour la Canadian UFO Research Network, une organisation à caractère ufologique de Stratford en Ontario. Un après-midi, alors qu’elle s’affairait à rassembler ses notes en vue d’une importante intervention radiophonique, elle a reçu une étrange visite qu’elle n’a jamais oubliée.



« Le 25 avril 1978, je me préparais à participer à une émission de radio. J’étais donc chez moi à revoir des notes sur les OVNIS quand on a frappé à la porte. Je suis allé ouvrir et là j’ai été si surprise que j’ai reculé d’un pas. Sur le seuil se tenait un homme qui avait toutes les caractéristiques de ces fameux "Hommes en noir".

« Sur le coup je ne savais trop quoi faire. L’homme est resté là un long moment — au moins une minute — à me fixer. J’avais l’impression qu’il essayait de lire en moi ; comme s’il cherchait à savoir par télépathie ce que j’allais dire à cette émission.

« Dans sa main, il tenait un album. Il l’a ouvert. Sur une page il y avait la photographie d’un bambin et sur l’autre celle d’une femme avec un enfant. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il s’est adressé à moi. J’avais de la difficulté à comprendre ce qu’il me disait. Il m’a fallu quelques secondes pour saisir le sens de ses propos. Il m’a demandée "Aimeriez-vous que l’on prenne une photo de vous ou de vos enfants ? Nous avons un mobile dans la région."

« Lorsque l’on parle, on sait instinctivement où s’arrête la phrase et où se placent les intonations. Pas lui. Il parlait d’une manière très saccadée et mécanique. Il coupait ses mots au milieu des syllabes, comme s’il ignorait comment formuler une phrase. Je lui ai répondu que " Non, j’avais suffisamment de photos ". Il est resté là une autre minute à me dévisager, puis il a tourné les talons et s’est éloigné.

« Il était tout habillé de noir. Il devait mesurer cinq pieds six (1,52 m). Il était très maigre et sa tête légèrement disproportionnée. Ses cheveux étaient très ras, comme s’il s’était rasé le crâne et qu’il commençait à avoir une repousse. Sa peau avait une légère coloration verdâtre. Ses lèvres étaient très minces et ses joues creuses. Ses yeux étaient noirs, très bridés et s’étiraient sur les côtés. Je n’avais jamais vu des yeux comme cela auparavant.

« J’ai refermé la porte. J’étais encore sous le choc. J’ai alors voulu savoir vers où il se dirigeait. Je suis ressorti et j’ai regardé dans la rue. Il n’était nulle part. Pourtant il ne s’était écoulé que quelques secondes entre le moment où j’avais fermé le porte et le moment où j’étais ressortie. J’habitais alors au milieu d’une rangée de maisons. Même en courant, l’homme n’aurait pas pu atteindre le coin de la rue. 


Patricia Hayes


« Après cette visite, j’ai questionné une voisine pour savoir si elle aussi avait reçu la visite de ce MIB. Elle ma répondu que oui. Elle m’a raconté que l’homme — qui portait à ce moment-là des verres fumés — lui avait remis son album photos. Elle l’avait ouvert et avait été très étonnée de voir que l’album ne contenait que deux photographies. Toutes les autres pages étaient vierges. Elle a trouvé cela très louche. Elle lui a demandé pour quelle compagnie il travaillait. Il a répondu qu’il était représentant pour un important studio de London [Ontario]. Comme moi, elle lui a dit qu’elle n’était pas intéressée par ses photos. Après coup, elle a quand même téléphoné à ladite compagnie pour savoir de quoi il en retournait exactement et qui était ce drôle de bonhomme. On lui a répondu que la compagnie n’envoyait pas de "photographes itinérants" et qui plus est la description de cet homme ne correspondait pas à l’un de leurs employés.

« C’est après cette sollicitation chez ma voisine que ce MIB est venu chez moi. Il n’a visité aucune autre maison du voisinage. Je pense aujourd’hui que cette visite chez ma voisine était une erreur ; qu’il s’est trompé de maison. Je suis persuadée que c’est moi — et uniquement moi — qui était visée par ce MIB.

« Quelques jours après cette visite, j’ai noté que plusieurs de mes dossiers OVNI avaient disparu. Je pense qu’il y a sûrement un lien. 

« Trente ans se sont écoulés depuis cette rencontre et je n’ai jamais oublié cet homme. Je ne sais pas qui sont ces MIBs, mais si vous me demandez mon opinion à leur sujet, je vous répondrais que — d’après mon expérience personnelle — ils ne sont certainement pas humains.» 11

 

Au fil des ans, l’identité de ces mystérieux Hommes en noir a fait l’objet des plus folles spéculations. On les a accusés d’appartenir à une aile secrète de la CIA ou de l’Armée de l’Air américaine, laquelle était alors en pleine étude du phénomène des OVNIS. Mais des documents obtenus récemment via la loi d’accès à l’Information rendent ces solutions peu probables. D’autres ont prétendu que les Hommes en noir appartenaient peut-être à un organisme occulte chargé de contrôler l’information sur les OVNIS. (Voir note I)

La solution est peut-être en partie beaucoup plus simple.

Historiquement, les MIBs ont fait leur apparition en 1953. Ils ont été omniprésents durant les années 50 et 60. Puis, depuis 1969, ils ont presque disparus de la circulation (on ne leur connaît que quelques rares apparitions). Or, curieusement, cette période coïncide avec la tenue du projet Blue Book, la commission d’enquête américaine sur les OVNIS parrainée par l’U.S. Air Force. Mille neuf cent cinquante trois, coïncide également avec l’implication de la CIA dans le dossier des OVNIS. Pour l’histoire, rappelons que c’est en 1953 que la CIA a exprimé, lors d’une réunion secrète au pentagone, son souhait de voir le dossier OVNI « retiré » d’entre les mains d’organismes civils. À l’issue de cette rencontre, le CIA a obtenu carte blanche pour mettre de l’avant toutes les mesures nécessaires pour que le phénomène OVNI ne soit pas utilisé par des groupes ou des individus subversifs 12.  Albert Bender et son International Flying Saucer Bureau ont-ils été les premières victimes de ces nouvelles dispositions ? (Voir note II)

Il est possible que certains Hommes en noir aient été réellement des agents de la CIA (voir note III). Dans d’autres cas, il est possible que les témoins aient reçu la visite d’officiers de l’U.S. Air Force attachés au projet Blue Book, des officiers qui, sous la plume d’un journaliste ou d’un auteur en quête de sensations, sont devenus des MIBs. Enfin, il n’est pas exclu que certains Hommes en noir aient été tout simplement des ufologues ou des enquêteurs un peu excentriques qui s’habillaient ainsi pour se donner un « style ». Lors de congrès consacrés aux OVNIS, que ce soit en Europe ou aux États-Unis, il m’est arrivé de croiser des ufologues habillés en Hommes en noir ou en Fox Mulder. Et quand on sait à quel point les ufologues peuvent être prompts à exhiber leur carte d’association (au nom tous plus ronflants les uns que les autres), il ne faudrait pas sous-estimer leur rôle dans ces histoires d’Hommes en noir. Aux yeux de témoins peu familiers avec les acronymes des diverses agences gouvernementales, la visite d’un ufologue membre d’une association de garage peut vite se transformer en une rencontre avec « un enquêteur d’une agence officielle ». 

Cela dit, ces hypothèses n’expliquent pas des témoignages comme ceux de Grant Breiland ou de Patricia Hayes. Difficile de croire que ces gens — comme des dizaines d’autres d’ailleurs — aient imaginé ces personnages bizarres. Et si dans de rares occasions les MIBs étaient autre chose ?

Pour plusieurs amateurs d’OVNI, les Hommes en noir — aussi surprenant que cela puisse paraître — seraient des extraterrestres chargés de contrôler ou supprimer toute information quant à leur présence sur terre ; un scénario digne de la populaire série Les envahisseurs (The Invaders). Pourtant, force est de reconnaître que leurs apparitions coïncident étrangement avec des événements inexplicables.

 

«  Même s’il est possible que les gouvernements aient utilisé le phénomène des MIBs pour intimider des témoins, explique l’ufologue canadien Grant Cameron, je reste persuadé qu’ils n’en sont pas pour autant les créateurs. Personnellement j’étudie ce genre d’affaire depuis plus de 30 ans et je pense que le gouvernement en sait beaucoup moins sur la nature réelle des MIBs qu’il voudrait nous le faire croire. Je pense que les autorités n’ont pas la logistique nécessaire pour produire un phénomène comme celui les MIBs. Ces manifestations sont trop complexes pour être simplement attribuées à quelque agence du gouvernement. Je suis convaincu que les MIBs sont en réalité des extraterrestres et que leurs apparitions s’inscrivent à un agenda bien établi. Avec les MIBs les extraterrestres cherchent à nous confondre tout en nous signifiant qu’ils sont là et qu’ils nous observent. » 13

 

Le 8 octobre 1981, un certaine Hannah McRoberts photographiait un étrange disque argenté près de Kelsey Bay, dans le nord de l’île de Vancouver. La photographie, soumise à une batterie d’expertises, est considérée aujourd’hui comme l’une des plus crédibles de l’histoire des OVNIS 14.  Curieusement la prise de la photo McRoberts, le 8 octobre 1981, survient à peine cinq jours après l’observation de Grant Breiland — observation rapportée elle aussi au-dessus de l’Île de Vancouver — et trois jours après l’étrange rencontre de ce dernier avec d’inquiétants MIBs dans un centre commercial de Victoria.


Simple coïncidence ?



Qui sont les Hommes en noir ? Des agents à la solde du gouvernement ? Des ufologues zélés ? Des extraterrestres en mission ? Je l’ignore, mais j’avoue que l’idée que ces personnages puissent être des extraterrestres chargés d’intimider les témoins et les enquêteurs m’apparaît invraisemblable. Non pas que je doute que les extraterrestres puissent s’habiller en noir, mais bien parce que je les imagine mal au bureau des véhicules faisant une demande pour un permis de conduire.
 

Le célèbre cliché d'Hannah McRoberts pris le 8 octobre 1981
Le cliché d'Hannah McRoberts - 8 octobre 1981

 

 

 

 

☼  ☼  ☼  ☼  ☼

Notes supplémentaires:

I - En décembre 1984, Jaime H. Shandera, un producteur de la télévision américaine, reçoit une enveloppe anonyme contenant une bobine de film 35 mm. Une fois développée, la pellicule révèle un long « mémorandum » frappé du sceau de la confidentialité et intitulé Opération Majestic-12. Le document aurait été préparé en novembre 1952 à l’intention du nouveau président élu, Dwight Eisenhower. Il raconte comment, en 1947 — au lendemain de la découverte d’une soucoupe volante et de ses occupants dans le désert de Roswell au Nouveau-Mexique — Harry Truman, le président d’alors, aurait autorisé la création d’un groupe de douze hommes dont l’objectif premier était d’empêcher toute révélation publique concernant les extraterrestres. Ce petit groupe d’initiés, nom de code Majic-12 ou MJ-12, n’aurait pas hésité à faire appel au chantage et même au meurtre pour préserver l’ultime secret de la présence des extraterrestres. Certains racontent que même le président Kennedy — qui s’apprêtait dit-on à « lâcher le morceau » — aurait été abattu par des hommes à la solde du MJ-12. Les six premières pages du document résument les objectifs du projet. Viennent ensuite deux pages d’annexe et enfin une note datée du 24 septembre 1947, signée par le président Harry Truman. Celui-ci y invite James Forrestal, son secrétaire à la défense, à mettre sur pied ledit programme. Les documents portent également des caractères tamponnés, comme Top Secret, Majic et Eyes Only. Depuis, les documents dits du MJ-12 ont été sévèrement critiqués, voire tout à fait discrédités. La signature du président Truman, par exemple, est tout à fait identique à celle apparaissant sur un autre document, celui-là bien connu et authentique. Or deux signatures ne peuvent jamais être identiques. Elles peuvent être semblables, mais jamais identiques. La formulation des dates apparaissant sur le document du MJ-12 est aussi très inhabituelles et ne correspond pas au « style » de l’époque. Enfin, les caractères tamponnés, Top Secret, Majic et Eyes Only présentent de légères imperfections. Curieusement, ces mêmes imperfections se retrouvent sur les étampes utilisées au début des années 1980 par l’ufologue américain William Moore, suspecté depuis le tout début d’avoir fabriqué les documents du MJ-12. Pour l’instant, il n’existe aucune preuve que le MJ12 (ou un groupe semblable) ait jamais existé.
 
II - En 1962, après neuf années de silence, Albert K. Bender a publié « sa » version de l’histoire des Hommes en noir. Dans Flying Saucers and the Three Men (Les soucoupes volantes et les trois hommes), l’auteur raconte que ses MIBs n’étaient pas des agents à la solde du gouvernement américain, mais des extraterrestres en mission sur Terre. Son récit — ou se mêle le fantastique, l’occulte et l’érotisme — s’éloigne de l’ufologie (étude des OVNIs) « pure et dure ». Bender y raconte des péripéties incroyables dont une visite dans le « quartier général » des extraterrestres, une base high tech dissimulée sous les glaces de l’Antarctique. Là, il aurait appris que les extraterrestres avaient pour mission première d’extraire de nos océans une substance devenue rarissime sur leur planète.
 
III - Nous savons aujourd’hui que le ministère de la Défense britannique (MOD) a entretenu en secret — et ce depuis les années 1950 — un « bureau d’enquête » sur les OVNIs. Lors d’observations importantes, des agents à l’emploi de ce « flying saucer bureau » étaient mandatés pour rencontrer les témoins et colliger de l’information sur les OVNIS. Ces visites sont sans doute à l’origine de plusieurs histoires de MIBs en Grande-Bretagne. (Jenny Rendles, The Truth Behind Men in Black).

 

☼  ☼  ☼  ☼  ☼  ☼  ☼  ☼  ☼  ☼  ☼  ☼

 

 

Christian Robert Page © Dossiers Mystère TOME 1, (Louise Courteau, Éditrice Inc. 2008), p.363-374
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Véritable enquêteur du paranormal, Christian R. Page et l’équipe de Dossiers Mystère ont parcouru des milliers de kilomètres en quête d’histoires extraordinaires. Vous pouvez écouter sa chronique sur le paranormal avec Benoît Dutrizac, chaque semaine au 98,5 FM .

Références:

01. Jenny Randles, The Truth Behind Men in Black (St.Martin’s Paperbacks, 1997), pp. 130-133
02. Nicholas Redfern, The F.B.I. Files (Simon & Schuster, 1998), p. 319
03. Gray Barker, They Knew Too Much About Flying Sauvers (IllumiNet Press, 1997), p.114
04. Lettre du FBI, 22 janvier 1959
05- Nicholas Redfern, The F.B.I. Files (Simon & Schuster, 1998), p. 331
06. Ann Druffel, Firestorm (Wild Flower Press, 2003), pp. 288-290
07. Ann Druffel, Firestorm (Wild Flower Press, 2003), p. 291
08. Ann Druffel, Firestorm (Wild Flower Press, 2003), p. 293
09. Ann Druffel, Firestorm (Wild Flower Press, 2003), p. 322
10. Jenny Randles, The Truth Behind Men in Black (St.Martin’s Paperbacks, 1997), pp. 97-98
11. Entrevue avec Patricia Hayes réalisée  le 14 juillet 2004
12. Jerome Clark, The UFO Encyclopedia vol. 2 (Omnigraphics, Inc., 1992), pp.289-291
13. Entrevue avec Grant Cameron réalisée le 29 mars 2005
14. Peter A. Sturrock, The UFO Enigma (Warner Books, 1999), pp. 173-197

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2892393094&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2892393116&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2895623813&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?lt1=_blank&bc1=000000&IS2=1&bg1=000000&fc1=FFFFFF&lc1=FFFFFF&t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&m=amazon&f=ifr&ref=tf_til&asins=289562383X" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Quelques histoires sélectionnées au hasard


Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Les nouvelles histoires:


Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /homepages/31/d132716469/htdocs/components/com_content/helpers/route.php on line 135

Réseaux Sociaux:


Dark Stories est sur Twitter !

Histoires et récits insolites et macabres

Newsletter - Inscription


Warning: Declaration of JParameter::loadSetupFile($path) should be compatible with JRegistry::loadSetupFile() in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/html/parameter.php on line 431

Informations supplémentaires:


À propos de Dark Stories
Connexion
Liens et partenaires
Mentions légales
Écrire au webmestre