Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584
Dark Stories - Histoires macabres et insolites | Récits inexplicables et paranormal

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* Dark-blog */
google_ad_slot = "3335103952";
google_ad_width = 300;
google_ad_height = 250;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

 

 

 

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DS5-blogue2 */
google_ad_slot = "2592204537";
google_ad_width = 300;
google_ad_height = 600;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Newsletter - Inscription

 

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/application/application.php on line 459

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

La malédiction de l'Ile de Lokrum


La malédiction de l'Ile de Lokrum

L'île maudite de Lokrum est paradisiaque, mais que personne ne veut habiter...

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

L'île de Lokrum est située dans la mer adriatique, très près de la célèbre ville de Dubrovnik en Croatie. Cette, île, bien que située dans un endroit pouvant être paradisiaque, est pratiquement déserte, seul quelques paons y vivent. Pourquoi ? Selon la légende, de grands malheurs s’abattront sur ceux voulant habiter l’île ou, y passer trop de temps.

Cette mystérieuse histoire commence lors de la fondation d’un monastère bénédictine sur l'île de Lokrum. Selon une légende locale, un redoutable incendie ravagea la ville de Dubrovnik en 1023 et ses habitants firent vœux de construire un monastère en le nom de St Benoît, si celui-ci épargnait leur ville. L’incendie s’éteint presque instantanément. Les citoyens de Dubrovnik, reconnaissant, ont alors construit, sur l’île de Lokrum, le monastère et une église bénédictine en l’honneur de la vierge Marie. C’est l’archevêque de Dubrovnik, qui aurait perdu son habitation durant l’incendie de la ville, qui décida de l’emplacement du monastère. Il fût richement décoré et aménagé.

 

La malédiction de Lokrum, en Serbie



C’est des siècles plus tard qu’un général de l’armée française ordonna la fermeture du monastère et l'expulsion des moines bénédictines. Il avait clairement l’intention de prendre possession de l’île et de l’utiliser à ses fins. Trois aristocrates provenant de Dubrovnik aidèrent le général à prendre possession de l’île.

Selon la légende, les moines étaient consternés de l'ordre du général français et tous voulaient rester à l’endroit où ils avaient résidé pendant des siècles. Une fois que toutes les tentatives de négociations avec l’armée française et les hommes de Napoléon avaient échouées, les moines firent une dernière messe sur l’île. Les moines ont mis leurs manteaux à capuchon et ont procédé à un curieux rituel. Symboliquement, avec l'intention de créer une malédiction, ils ont tourné leurs bougies allumées à l'envers, le feu vers la terre, de sorte à laisser une traînée de cire fondue sur le sol.

Iles firent le tour de l’île trois fois, ce qui leurs pris la nuit entière. Leurs chants furent terribles et promettrent de grands malheurs à tous ceux qui osèrent s’approprier leur île et y habiter. Selon la légende, la malédiction de Lokrum fit effet très rapidement. Un des aristocrates qui avaient aidé le général français à expulser les moines sauta d’une fenêtre, un autre fût noyé en mer en essayant de rejoindre Lokrum et le dernier fût tué par son domestique.

Le capitaine Tomaševic, celui qui était devenu propriétaire de l'île après la chute de la République était un homme extrêmement riche, mais il fit faillite peu ensuite ayant acheté l'île, qu’il dû donc revendre. Elle a été vendue à l'archiduc Maximilian, le frère plus jeune de l'empereur autrichien Francis Joseph I.
   
Maximilian a découvert Lokrum par hasard en 1859, alors qu’il enquêtait sur le naufrage d’un bateau, « le Triton », catastrophes qui tua plusieurs marins. Il a dû honorer les marins morts, et c’est a cette occasion qu’il mis le pied l'île pour la première fois. Il a vu le monastère bénédictin antique du 11ème siècle, qui avait été endommagé dans le tremblement de terre de 1667. Il fut fort impressionné par le silence de la forêt aromatique épaisse. Il décida donc d'acheter l'île et de transformer le monastère en manoir d'été.

La nature entourant l’île, ses arbres aromatisé, les nombreux oiseaux et le paysage superbe de la méditerranée, faisait de cet endroit un vrai petit paradis terrestre qu’il avait envi de partager avec sa femme, loin des grandes pressions aristocratiques qu’il connaissait en Europe.

Puis, le devoir ou, selon plusieurs, la malédiction bénédictine, envoya Maximilien au Mexique le 28 mai 1864. Il y resta trois ans avant de se faire prendre prisonnier par les soldats du général rebelle Juarez, qui fit exécuté Maximilien le 19 juin 1867. L’île fût donc offerte au comté de Dubrovnik pour la somme dérisoire de 20 000 pièces d’argent, mais personne ne voulait l’acquérir.

L’île fut ensuite acheté par un noble issu d’une famille italienne, un certain Dujmovic de Poljica, de Vienne. Il eut beaucoup de problème financier peu de temps après avoir acheté l’île et dû revendre l’île rapidement. Cette dernière fut acquise par le Dr. Jakopovic de Budapest, qui était renommé pour contrôler certaines des affaires de l'empereur Francis Joseph I. Cependant, peu de temps après avoir acheté l'île, on a découvert qu'il s'était tout à fait illégalement assigné le titre du docteur des sciences légales, et qu'il était en fait - un coiffeur ! Il fut complètement ruiné, humilié et rejeté par ces amis et le cercle mondain donc il faisait parti.

Son neveu, un jeune dirigeant de Hussar, a hérité de l'île. Déjà le premier jour de son arrivée, un vent très fort a retourné son bateau entre Dubrovnik et l'île, et il s'est noyé.

Rudolf, l'héritier au trône et au seul fils de l'empereur Francis Joseph I, et l'impératrice Elisabeth de la Bavière, héritèrent indirectement de l’île et s’y installèrent. Rudolf invita son épouse, Stefanie, à Lokrum. Ils sont restés là pendant un certain temps, profitant de l'île et de ses paysages merveilleux. Cependant, Rudolf est bientôt tombé amoureux de la belle Maria Vecer. Ensemble, dans le palais de Mayerling, ils ont commis un double suicide sensationnel, qui est encore entouré de nombreux mystères.

L'impératrice Elisabeth (1837-1898), incité par des histoires de la malédiction, a décidé que la famille royale devait se débarrasser de cette île. Avant de partir pour Corfu, elle l'a offert à Bénédictines, dans l'espoir que la malédiction serait de ce fait soulevée. Cependant, les moines sont restés fidèles au voeu fait par leurs frères précédemment qu'ils ne retourneraient jamais sur cette île et ont tourné vers le bas l'offre de la cour royale. La famille de l'empereur, hantée avec la crainte de perdre encore un autre membre, en ayant déjà perdu deux, a donné son argent aux dominicains de Dubrovnik pour qu'ils achètent l'île en tant que nouveaux propriétaires.

Et ainsi, la vente de Lokrum fut annoncée aux enchères. L’évêque Josip Juraj Strossmayer est apparu avec une offre de 30.000 forinths pour son client, Mihovil Pavlinovic. Cependant, un télégramme a ordonné d’arrêter l'enchère. Le télégramme disait que « quelqu'un du ménage de l'empereur souhaite acheter Lokrum ». C'était la petite-fille de Francis Joseph I, princesse Elizabeth Windischgratz, qui était la fille de Rudolph, l'héritier au trône. Elle l'a persuadé d'acheter Lokrum, ce qu'il fut le 1er octobre 1879. Cinq ans après, le 27 mai 1888, il a enregistré l'île en son nom. Peu de temps après, Elisabeth fût tuée par l'anarchiste italien Lucceni.
Les cavernes de Lokrum    

Cependant, toutes les histoires innumérables ne sont qu’un fragment des nombreux récits entourant Lokrum. La superstition est devenue si répandue que personne ne veut y vivre à long terme. L’imagination collective est la source de nombreuses légendes entourant cette île mystérieuse. D’ailleurs, les nombreuses cavernes de l’île, lorsque la mer se déchaîne et que les vagues frappent l’intérieur des parois, font des échos menaçants qui ne laisse pas la population indifférente.

Selon de vieux documents dans les archives de Dubrovnik, des criminels ont été jetés dans la mer du haut des falaises de Lokrum durant le Moyen-Âge. Une légende bien connue décrie comment le bateau du roi anglais, Richard Coeur de lion, a été éventré sur les falaises de Lokrum pendant un orage violent.

En 1859, le bateau autrichien « Triton » s’est échoué dans le canal de Lokrum. Seulement un survivant a été retrouvé après que la tragédie - un prisonnier qui a été emprisonné dans les entrailles du bateau de guerre. Le tourbillon de créer par l’impact a expulsé le malheureux avec des restes de sa chaîne sur le rivage, complètement indemne, alors que le reste de l’équipage périssait.

L'Admiral autrichien a confié à la recherche sur cette catastrophe à un commandant de la flotte impériale – un certain Maximilian…

Aujourd'hui, Lokrum est un emplacement tranquille d'excursion pour des touristes, et toutes ces légendes ont contribué peut-être à l'immuabilité des citoyens de la République antique et leur devise est : célèbre et libre. L’île de Lokrum est maintenant sous la protection de l'UNESCO.




David Magny © Dark-Stories.com - Mardi 28 Août 2007
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Sources:

Dubrovnik - between history and legend, Dr. Marko Margaritoni

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2290352152&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2228900281&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2228895342&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2763788017&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Rokurokubi - Les femmes aux longs cous


Rokurokubi - Les femmes aux longs cous

Avides de chair fraîche, ces femmes tuent pour se nourrir


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Rokurokubi - Les femmes aux longs cous

 

Le Japon est riche de légendes urbaines en tout genre. L'une des plus intéressantes est sans doute "les femmes aux longs cous", mieux connues sous le nom de Rokurokubi. Si ces créatures se retrouvent régulièrement au coeur de légendes urbaines populaires, elles sont néanmoins issues de la mythologie japonaise de l'époque d'Edo (1600-1868). Les Rokurokubi ont l'apparence de femmes bien ordinaires pendant le jour, mais la nuit venue, elles vivent une bien étrange métamorphose. Leurs cous s'allongent à un tel point que leurs têtes peuvent se mouvoir indépendamment de leurs corps. La plupart d'entre elles sont des femmes ravissantes et attirantes, qui utilisent leur pouvoir de séduction afin de faire tomber les hommes entreprenants dans un piège mortel. Elles n'hésitent pas à dévorer les hommes pendant leurs sommeils.

Plusieurs d'entre elles souhaitent avoir une vie bien ordinaire pendant le jour, se mélangeant aux autres humains. Mais le soir venu, lorsque leurs cous s'allongent, elles ne peuvent s'empêcher de se mettre en mode chasse et de traquer des proies humaines. Certaines ignorent même qu'elles sont des Rokurokubi et parviennent à se convaincre que leurs chasses nocturnes ne sont que de mauvais rêves.

Il est très difficile de découvrir quelles femmes sont des Rokurokubi. Parfois, elles peuvent s'épuiser lors de leurs chasses et s'endormir avec leurs cous toujours allongés. Elles sont alors facilement identifiables. Un autre signe qui peut aider les observateurs est de petites marques, des lignes blanches, qui sont visibles dans leurs cous durant le jour.

Il existe une autre variété de ces femmes, encore plus sinistre et agressive que les Rokurokubis. Ces femmes se nomment Nukekubi ou encore "les femmes qui enlèvent leurs têtes". Les têtes de ces dernières sont capables de se détacher complètement de leurs corps et peuvent alors s'envoler dans les airs. Elles parcourent le ciel, durant la nuit, à la recherche de chair humaine. Ces maléfiques créatures tentent de cacher leurs corps avant d'en détacher leurs têtes, car elles deviennent vulnérables pendant la chasse. Si une Nukekubi camoufle mal son corps et qu'il est découvert, son assaillant peut facilement la tuer alors que sa tête est occupée à ses basses besognes. Certains prétendent aussi qu'il est possible de le cacher et que la Nukenubi, incapable de le retrouver, est vouée à une mort certaine.

 



David Magny pour Dark-Stories.com, le mardi 2 février 2016
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=224445861X&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2228900281&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2228895342&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2763788017&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

L'enfer de Tomino


L'enfer de Tomino

L'étrange poème qui détruit des vies


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Le poème de l'enfer de Tomino

 

Une étonnante légende urbaine japonaise fait référence à un poème du nom de "L'enfer de Tomino" (トミノの地獄). Ce poème fut écrit par Yomota Inuhiko (四方田 犬彦) et publié dans un recueil nommé “Le coeur est comme une roche qui roule" (心は転がる石のように). Le poème fut également publié dans une collection de poèmes publiée par Saizo Yaso (西條 八十) en 1919. Il est difficile de savoir comment sont nées les rumeurs entourant cet ouvrage, mais la croyance veut que celui ou celle qui le récite à haute voix soit victime d'un terrible accident. C'est en quelque sorte une malédiction qui guette les imprudents. Cette histoire, bien qu'asiatique, n'est pas sans nous rappeler Gloomy Sunday - la chanson du suicide. Cette chanson dépressive qui est reconnue pour avoir causé un grand nombre de suicides.

Apparemment, l'histoire de ce poème traite de la damnation d'un jeune garçon pour avoir commis des actes indescriptibles. Saijo Yaso, le poète japonais dont il est question ici, était un professeur d'université et a vécu en France pendant un certain temps. Il fit des études à Sorbonne et son travail est influencé par les poètes français. Bien que le travail ultérieur de Saijo était principalement des lectures pour les enfants, certains de ses poèmes sont remplis de symboles étranges et des jeux de mots qui sont peuvent être troublants.

Pour les plus courageux (ou insouciants) d'entre vous, j'ai pris la liberté de faire une adaptation francophone de ce poème maudit basé sur les recherches et la traduction anglophone présentée sur le site de David Bowles.

 

 L'enfer de Tomino トミノの地獄
Tomino no Jigoku

Sa soeur ainée vomit du sang,
sa plus jeune soeur vomit du feu,
pendant ce temps le charmant Tomino,
recrache quelques bijoux.


Tomino fait tout pour lui seul,
alors il tombe dans cet enfer,
un enfer ténébreux,
où il n'existe aucune fleur.


Mais est-ce la soeur ainée de Tomino
qui le fouette ainsi ?
Le but de cette flagellation
est de faire pénétrer les ténèbres dans sa tête.


Elle l'attache et le frappe,
mais toujours sans le tuer,
une route certaine vers Avici,
l'enfer éternel.


Dans le plus ombre des enfers,
je le guide et je prie,
je lui montre le mouton d'or,
ainsi que le rossignol.


Combien a t'il put cacher,
dans cette bourse de cuir,
pour préparer son naufrage,
dans cet enfer éternel.


Le printemps arrivera,
sur ces vallées et dans ces bois,
dans ces gouffres en spirale
du plus ténébreux des enfers.


Le rossignol est dans sa cage,
le mouton dans un wagon,
les larmes dans les yeux
de ce doux et petit Tomino.


Chante rossignol,
à travers cette vaste forêt brumeuse,
alors qu'il hurle il lui manque
seulement sa petite soeur.


Ses lamentations de désespoir
résonnent dans tout l'enfer,
et une pivoine rusée,
ouvre ses pétales d'or.


Plus loin que les sept montagnes
et que les sept rivières de l'enfer,
se poursuit le voyage solitaire,
du tendre Tomino.


Si dans cet enfer sont trouvé,
qu'ils viennent vers moi, s'il vous plaît,
ces pointes tranchantes et punitives,
comme les pointes acérées des montagnes.


Ce n'est pas seulement un caprice,
ce sont des pointes ensanglantées,
qui forment les infranchissables murs,
qui retiennent Tomino en enfer.

姉は血を吐く、妹(いもと)は火吐く、
ane wa chi wo haku, imoto wa hihaku,
可愛いトミノは 宝玉(たま)を吐く。
kawaii tomino wa tama wo haku
ひとり地獄に落ちゆくトミノ、
hitori jigoku ni ochiyuku tomino,
地獄くらやみ花も無き。
jigoku kurayami hana mo naki.


鞭で叩くはトミノの姉か、
muchi de tataku wa tomino no ane ka,
鞭の朱総(しゅぶさ)が 気にかかる。
muchi no shuso ga ki ni kakaru.
叩けや叩きやれ叩かずとても、
tatake yatataki yare tatakazu totemo,
無間地獄はひとつみち。
mugen jigoku wa hitotsu michi.


暗い地獄へ案内(あない)をたのむ、
kurai jigoku e anai wo tanomu,
金の羊に、鶯に。
kane no hitsu ni, uguisu ni.
皮の嚢(ふくろ)にやいくらほど入れよ、
kawa no fukuro ni yaikura hodoireyo,
無間地獄の旅支度。
mugen jigoku no tabishitaku.


春が 来て候(そろ)林に谿(たに)に、
haru ga kitesoru hayashi ni tani ni,
暗い地獄谷七曲り。
kurai jigoku tanina namagari.
籠にや鶯、車にや羊、
kagoni yauguisu, kuruma ni yahitsuji,
可愛いトミノの眼にや涙。
kawaii tomino no me niya namida.


啼けよ、鶯、林の雨に
nakeyo, uguisu, hayashi no ame ni
妹恋しと 声かぎり。
imouto koishi to koe ga giri.
啼けば反響(こだま)が地獄にひびき、
nakeba kodama ga jigoku ni hibiki,
狐牡丹の花がさく。
kitsunebotan no hana ga saku.


地獄七山七谿めぐる、
jigoku nanayama nanatani meguru,
可愛いトミノのひとり旅。
kawaii tomino no hitoritabi.
地獄ござらばもて 来てたもれ、
jigoku gozaraba mote kite tamore,
針の御山(おやま)の留針(とめはり)を。
hari no oyama no tomebari wo.


赤い留針だてにはささぬ、
akai tomehari date niwa sasanu,
可愛いトミノのめじるしに。
kawaii tomino no mejirushi ni.

 

Toujours selon les interprétations du poète David Bowles, le poème fait évidemment référence à la souffrance que Tomino fait subir aux autres. On comprend, en lisant à travers les lignes, que Tomino mérite bien ce châtiment.

Le terme Avici fait référence à l'enfer bouddhiste celui des grands où les âmes sont emprisonnées pour l'éternité. Il y a cinq péchés horribles qui peuvent envoyer une âme  dans ce lieu maudit, dont le meurtre intentionnel de son père ou de la mère. Voyant que ses deux soeurs ont beaucoup souffert dès le début du poème, il est possible que ce soit le cas de Tomino.

 Il est possible également que le mouton et le rossignol soient des symboles présentant les sœurs de Tomino. L'article de Wikipédia sur Saijo suggère qu'il a écrit ce poème au sujet de la mort de sa sœur ou de son père. Considérant l'objectif de la poésie symboliste (éviter de décrire les choses telles qu'elles sont, mais plutôt présenter leurs effets), il semble que le poème est destiné à montrer la détresse émotionnelle de Saijo sur la mort de quelqu'un, en comparant la culpabilité de son survivant à un voyage en enfer.

 



David Magny pour Dark-Stories.com, le mardi 2 février 2016
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Références:

David Bowles - “Tomino’s Hell” by Saijō Yaso

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=224445861X&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2228900281&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2228895342&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2763788017&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

La gardienne


La gardienne

Une légende urbaine bien connue


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Légende urbaine - La gardienne

 

Une jeune lycéenne de 17 ans cherchait désespérément du travail de fin de semaine. Peu vaillante, elle avait lézardé bien longtemps avant de se chercher du boulot, mais l'été approchait et si elle ne voulait pas se retrouver sans le sou durant les vacances estivales.

Au cours de ses recherches, elle découvrit un site Internet pour "Les gardiennes averties",  qui présentait de jeunes gardiennes d'enfants qualifiées qui offraient leurs services dans les différentes régions du pays. Ayant les compétences requises, elle s'inscrivit sur ce site Internet afin d'offrir ses services. Elle reçut quelques offres dont une provenant d'un docteur. Elle était obligée de demander le salaire prédéfini par l'agence, mais en choisissant des gens bien nantis elle risquait fort probablement de toucher de plus gros pourboires.

Un soir de weekend, elle se rendit chez le docteur en question qui souhaitait sortir avec sa femme pour une soirée. La jeune femme devait s'occuper des trois enfants du couple. Ces derniers vivaient dans une vaste et somptueuse maison isolée à la sortie de la ville.

La soirée débuta bien normalement alors que la gardienne fit brosser les dents aux enfants avant de les coucher dans leurs chambres respectives à l'étage. Elle redescendit alors au salon, se mettant à son aise afin de jouer sur son smartphone. Elle commençait à peine à être confortable lorsque le téléphone de la résidence sonna. Le grand afficheur du téléphone affichait "nom confidentiel, numéro confidentiel".

- Allo ! répondit la jeune gardienne.

Mais son interlocuteur resta silencieux, elle entendait seulement la respiration lourde et bien nette d'un personne se trouvant dans un environnement silencieux.

- Allo ? répéta la demoiselle d'un ton interrogatif.

- As-tu été voir les enfants... ? Tu devrais aller voir les enfants... répondit une voix menaçante et autoritaire.

- Docteur ? demanda t-elle stupéfaite.

Mais le mystérieux interlocuteur termina l'appel sans prévenir. Nerveuse, la jeune femme se leva rapidement et regarda nerveusement autour d'elle. Elle devait contacter le docteur pour comprendre si c'était lui et pourquoi il lui avait parlé sur ce ton. Elle son téléphone portable et téléphona immédiatement au docteur. Dans la pièce voisine, une sonnerie retentit. Le docteur avec laisser son portable sur la table, l'ayant probablement oublié avant de sortir.
En essayant d'oublier toute cette histoire, elle se réinstalla et reprit son petit jeu là où elle l'avait laissé. Mais quelques minutes plus tard, le téléphone de la demeure sonna de plus belle. Encore une fois, nom et numéro inconnu.

- Allo ? répondit-elle.

Un rire hystérique se fit entendre à l'autre bout de la ligne. La voix se tut alors avant de lui demander...

- Pourquoi ne vas-tu pas voir les enfants ?

Terrorisée, la jeune femme raccrocha violemment le téléphone et composa le numéro de la police. L'opératrice du poste de police l'informa que si l'homme téléphonait de nouveau, elle devrait tenter de le garder en ligne le plus longtemps possible afin que la police puisse retracer l'appel.

Quelques minutes plus tard, le téléphone sonna pour une troisième fois. Toujours cet appel anonyme, ce nom inconnu. La jeune femme décrocha, mais ne dit rien, elle ne fit qu'écouter cette incessante respiration menaçant qui vibrait à l'autre bout du fil.

- Tu devrais vraiment aller voir les enfants ! ordonna la voix menaçante avant de recommencer à rire de nouveau.
Elle remarqua que l'homme avait un rire étouffé, comme s'il essayait de ne pas rire trop fort. Après un court instant qu'il lui parut une éternité, elle raccrocha le téléphone, perplexe. Presque immédiatement, le téléphone sonna de nouveau. Cette fois c'est le numéro du poste de police qui s'affichait, cela la rassura grandement.

- Allo ! répondit-elle.

- Sortez tout de suite de la maison ! semblait hurler sa correspondante. Sortez tout de suite, les appels proviennent du téléphone à l'étage !

La jeune gardienne laissa tomber le téléphone avant de se précipiter à l'extérieur. À l'étage, de lourds pas se précipitèrent dans l'escalier en direction du rez-de-chaussée. Alors qu'elle refermait violemment la porte sans même regarder derrière, elle ressentit que la présence de l'homme arrivait rapidement sur elle. La jeune femme aussi vite qu'elle le put, allant jusqu'à rejoindre la route qui se trouvait à une bonne distance de la maison. Les premières voitures de police arrivèrent rapidement sur les lieux ainsi que d'autres véhicules d'urgence.

Ce que les policiers découvrirent à l'étage n'était rien d'autre qu'un terrible massacre. Étendus dans leurs lits respectifs se trouvaient les corps inertes des enfants, qui furent égorgés dans leur sommeil. L'intrus s'était apparemment introduit pas une fenêtre du second étage et souhaitait que la jeune femme monte à l'étage afin d'y faire subir le même sort.

Sur le lit de la chambre des maîtres fut découvert un couteau de chasse ensanglanté ainsi qu'une bien étrange sacoche contenant divers objets hétéroclites. Ils y trouvèrent du ruban adhésif, des sacs de plastique, de l'essence à briquet  ainsi qu'un tire-bouchon. La porte de derrière était restée grande ouverte et le mystérieux inconnu avait pris le large. Il avait eu suffisamment de temps pour disparaitre dans la nuit avant l'arrivée des policiers. Malgré les recherches, la police ne le retrouva jamais.


 


☠ ☠ ☠



Les gardiennes d'enfants sont les victimes d'un bien grand nombre de légendes urbaines, celle-ci étant l'une des plus populaires. Il existe d'ailleurs un grand nombre de versions de cette même légende et, comme beaucoup d'autres histoires d'adolescent du même type, les premières versions semblent apparaître tôt durant les années 1960. À cette époque le téléphone devenait de plus en plus commun dans les campagnes.

Il est évident de comprendre pourquoi elle fut populaire, elle utilise l'insécurité provoquée par un adolescent qui prend des responsabilités importantes. La jeune adolescente n'est donc pas responsable uniquement de sa propre sécurité, mais surtout de celle des enfants (ce qu'elle échoue lamentablement dans ce cas-ci). Dans plusieurs versions de l'histoire, les enfants sont retrouvés morts à l'étage.

Comme dans la plupart des bonnes légendes urbaines, le meurtrier court toujours. Qui sait, il est peut-être au deuxième étage de la résidence dans laquelle vous êtes présentement. Cette fin est classique dans les légendes urbaines et les bonnes histoires de peur à raconter autour du feu.

 



David Magny pour Dark-Stories.com, le mardi 2 février 2016
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Références:

Snopes - The Babysitter and the Man Upstairs - 20 mai 2014

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=224445861X&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2228900281&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2228895342&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2763788017&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Le bébé et la chaise haute


La pouponne et la chaise haute

Une légende urbaine bien connue


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 La lgende urbaine du bébé mort dans la chaise haute

 

Joannie et Sylvain, un couple de jeunes mariés, préparaient leur semaine de vacances depuis plusieurs mois. Ils devaient se rendre à Machu Picchu, au Pérou, afin de visiter les ruines anciennes qui font la fierté de ce pays d'Amérique latine. Le couple avait embauché Aline, une bonne amie de la famille, afin de prendre soin de leur pouponne durant les 8 jours qu'allait durer leur voyage. Cette dernière, une femme dans la cinquantaine, était une personne de confiance et les nouveaux mariés n'avaient aucune inquiétude. Ils n'avaient aucun doute qu'elle prendrait soin de leur jeune fille et de leur demeure. Cependant, ce matin-là elle était en retard à son rendez-vous. Inquiet, Sylvain composa son numéro de cellulaire. Cette dernière répondit immédiatement.

- Aline ! s'exclama Sylvain lorsqu'il entendit répondre la gardienne. Arrives-tu bientôt ? Nous sommes peut-être déjà en retard ! Nous avons 30 minutes de voiture à faire avant d'être à l'aéroport !

- Oui Sylvain. Désolé, j'ai été retardé ! J'arrive dans environ 15 minutes !

- 15 MINUTES ? Nous avons déjà presque une heure de retard !

- Je suis désolé ! Je suis sur l'autoroute, j'arrive dès que possible !

La frustration gagnait Sylvain qui lâcha un regard désespéré à sa femme. Ils risquaient déjà d'être en retard et il avait été très difficile d'organiser leurs jours de congé avec leurs employeurs respectifs. S'ils rataient leur vol, ils ne pourraient pas en prendre un autre avant trois jours, ce qui ruinait définitivement leur semaine de congé dûment planifiée. Il eut soudainement une idée bien simple.

- Tu arrives dans 15 minutes ? Écoute, nous allons laisser la petite dans sa chaise haute et les clefs de la maison sur la table. Tu n'auras qu'à passer par-derrière, nous allons te laisser la porte déverrouillée !

- Pas de problème ! répondit la gardienne. J'arrive dans quelques instants.

Le couple de jeunes mariés partit en trombe, les bagages étant déjà dans la voiture depuis plusieurs heures. Avant d'embarquer dans l'appareil, la jeune mère tenta en vain de recontacter Aline afin de savoir si tout allait bien, mais cette dernière ne répondit pas.

« Elle doit être en train de s'occuper de la petite,  pensa la mère. Je vais tenter de la rappeler un peu plus tard. »

Le voyage allait bon train et les jeunes mariés visitèrent l'ancienne cité inca comme ils l'avaient tant souhaité. Ils eurent beaucoup de plaisir. Pendant leur périple, il eut cependant une ombre au tableau. Aline ne répondait pas au téléphone et, malgré qu'ils eurent laissé des messages expliquant comment les rejoindre à leur hôtel, elle ne retourna aucun appel. De plus en plus inquiète, la jeune femme téléphona à sa mère.

- Bonjour maman ! Ça va bien ? demanda Joannie.

- Oui bien sûr ! Et toi comment va ton voyage ma belle ?

- Bien ! C'est vraiment extraordinaire ! On va aller se baigner dans des sources d'eau chaude cette après-midi ! J'ai très hâte. Mais je suis un peu inquiète, pourrais-tu passer à la maison pour voir comment Aline s'en tire avec la petite ? J'essaie de la rejoindre, mais ça ne fonctionne pas.

- Pas de problème ! répondit la mère de Joannie. Je passe dès que j'ai cinq minutes.

Plus tard en soirée, la grand-mère se présenta à la maison de sa fille. La place était plutôt tranquille et aucune voiture n'était présente dans l'entrée. Elle savait cependant qu'Aline pouvait peut-être avoir ramener la petite fille chez elle, car rien de l'obligeait à rester dans la maison chez sa fille. Sylvain avait d'ailleurs installé le siège pour pouponne dans l'auto d'Aline afin que cette dernière puisse sortir avec la petite. Mais le silence entourant la demeure inquiéta la mère, qui tenta de rentrer par devant, avant de faire le tour de la maison et constaté que la porte arrière était déverrouillée.

Elle entera à l'intérieur et vu le répondeur de la salle de séjour qui flashait. Il indiquait "14 nouveaux messages". Elle appuya sur le bouton. La voix artificielle du répondeur brisa le silence qui régnait dans la grande demeure. Elle reconnut immédiatement la voix de sa fille.

«  Premier message: Aline, c'est Joannie. Nous sommes à l'aéroport, je vais te donner des nouvelles dès que nous serons arrivés au Pérou ! Bonne semaine ! »

Le deuxième message par contre, avait quelque chose de plus étrange. La voix d'un homme bouleversé avait laissé un message inquiétant.

« Deuxième message: Sylvain ? C'est Denis, le conjoint d'Aline. Elle... Aline a eu un grave accident, elle est à l'hôpital. Sa voiture s'est fait emboutir par un camion et elle est dans le coma. Je sais qu'elle devait aller chez toi ce matin, mais là ça ne marchera pas. Appelle-moi dès que tu peux... »

La vieille dame ne comprenait pas ce qui se passait... Mais où était la petite ?

La réponse ne se fit pas attendre. En entrant dans la salle à manger, elle vit le corps inerte de la petite, presque gris, qui était encore attaché dans sa chaise haute. Abandonnée depuis plusieurs jours, la pauvre petite était morte de faim et de soif.

 


☠  ☠  ☠



Cette histoire est-elle vraie ? Absolument pas. Mais plusieurs versions de cette légende urbaine ont été popularisées au cours des dernières années. Cette histoire cherche principalement à rappeler aux parents qu'il ne faut pas négliger son enfant et qu'il doit toujours se placer au sommet de leurs priorités, même avant un beau voyage.

En fait, des histoires d'horreur sur de mauvais parents qui négligent ou oublient leurs enfants ici et là sont affaires courantes. Même que certaines histoires véridiques se rapprochent beaucoup de cette légende urbaine. En Angleterre, une mère qui s'était absentée "quelques minutes" eut une bien mauvaise surprise de constater que son poupon, en essayant de sortir de sa chaise, s'était pendu. Sa tête était prise dans son harnais et le bambin ne survécut pas.

Une autre mère irresponsable eut plus de chance. Les voisins ayant porté plainte, les autorités découvrirent qu'elle avait laissé son poupon seul dans sa chaise haute toute la nuit. La jeune mère était sortie boire avec des amis.
 
 

Légende urbaine du bébé dans la chaise haute

 

Mais les accidents tragiques existent aussi ! Aux États-Unis, à Hollywood, une jeune mère eut un malaise et mourut alors qu'elle nourrissait son poupon. Lorsque les voisins se plaignirent d'entendre un enfant hurler, la police investit l'appartement pour découvrir le corps de la mère et de son poupon, mort dans sa chaise haute. Les cris provenaient de son ainé, un enfant de deux ans qui était enfermé dans sa chambre depuis deux jours. Le bambin, complètement déshydraté, connut un cependant un bien meilleur sort que son jeune frère.

Ces histoires sont horribles, mais rappellent une chose bien simple ; vos enfants sont fragiles et vulnérables. Ils dépendent de vous, prenez en soins !

 



David Magny pour Dark-Stories.com, le lundi 1er février 2016
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Références:

Snopes - Baby High Chair Death ( High chair to Heaven ) 3 juin 2006

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=224445861X&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2228900281&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2228895342&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2763788017&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Énigmatique monstre de Flinders Street

 

L’énigmatique monstre de Flinders Street

Une étrange histoire provenant de Liverpool, racontée par Tom Slemen



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Si la rue Flinders n’existe plus, disparue au cours des nombreuses modifications qu’à subit la ville de Liverpool, certaines de ses histoires ont longtemps hantées ses vieux quartiers. L’une des plus étonnantes  était racontée par Paddy Turner, un vieil homme que certains croyaient fou et qui est mort dans les années 1950.

Son histoire se déroule en 1897, dans une petite auberge de la Flinders Street, à l’époque que cette rue était une voie bien achalandée.  Un homme plutôt louche vint y louer une chambre. C’était un homme de petite taille, aux vêtements désuets, qui portait un grand chapeau mou et trainait avec lui une lourde valise.

L’auberge de Flinders Street appartenait à un citoyen de Liverpool nommé Joe Turner. Dès que ce dernier vit son nouveau locataire, il eut un étrange sentiment. Ce nouveau venu avait définitivement quelque chose de sinistre. Il n’était en ville que depuis quelques jours que déjà des rumeurs se répandaient à son sujet. L’étranger prétendait se nommé Mr. Jones et être Anglais, mais la rumeur courait qu’il était Lithuanien, car un ouvrier russe de l’épicerie locale l’avait entendu parler cette langue. Mr. Jones avait un long nez étroit, une petite tête presque chauve avec seulement quelques touffes de cheveux ici et là. Son dos était courbé, comme si sa profession l’obligeait à travailler accroupi.

Dès son arrivé, Jones a exigé d’avoir la chambre du grenier. Le jeune Joe Turner, un enfant agé de neuf ans et neveu du propriétaire, monta donc péniblement les lourds bagages du nouvel arrivant jusqu’à sa chambre à l’étage. En échange, Mr. Jones lui fit un clin d’œil avant de lui claqué la porte au nez.

Cette semaine là, un évènement des plus étranges se produisit dans la ville. Par un après-midi, plusieurs témoins virent un immense oiseau noir, ressemblant à un corbeau mais avec les ailes d’une envergure de 5 mètres, volant au-dessus du port de la ville.

 


Les gens sur les quais regardaient, médusé, cette impressionnante créature tourner en cercle au-dessus d’eux avant de rapidement plongé et d’agripper, dans ses serres, une créature qui se trouvait au sol. Certains témoins affirmaient que c’était un enfant, mais pour la plupartla victime semblait bel et bien être un petit chien. La nouvelle fit rapidement le tour de la ville, car pour plusieurs, cela s’annonçait être un mauvais présage.


Deux jours plus tard, tôt le matin, Paddy aperçu Mr. Jones sortant silencieusement de sa chambre avec un sac de toile en jute. Il descendit dans la cour pour en vider son contenu directement dans la poubelle extérieur, en prenant bien soin de soigneusement recouvrir ses déchets avec de vieux journaux. Il n’en fallait pas plus pour réveillé les soupcons du garçon, et plus tard, il descendit jeter un œil à la poubelle. Ce qu’il y vit lui glaça le sang. À travers les papiers froissé, se trouvaient plusieurs tête de poisson et les restes d’un petit chien.

 

« Bon, tu suis les clients maintenant ? » demanda son oncle après que le garçon lui ai fait part de sa macabre découverte.


« Il est bizarre cet monsieur ! Je suis certain qu’il garde le grand oiseau noir dont tout le monde parle, j’entend gratté la nuit, il y a des bruits bizarres ! »


« Où pourrait-il garder cet oiseau géant ? » demande Joe Turner en allumant sa pipe.


« Dans sa grosse malle ! Ça expliquerait pourquoi elle était si lourde ! » répondit Paddy.


Joe sourit avec condescendance et caresse la tête de son neveu. Tout cela était absurde mais cette conversation le fit réfléchir à son mystérieux locataire. En effet, il n’avait jamais vu manger Mr. Jones, il n’avait jamais descendu du grenier pour prendre le petit déjeuner. Peut-être avait-il besoin d’un menu spécial. Il sorti dans la cour afin de vérifier les dires de Paddy et, comme ce dernier l’avait prévenu, il trouva les restes d’un chien et six têtes de poissons dans les poubelles. Le spectacle était dégoutant et Joe eu un mouvement de recul, son mouchoir à sa bouche.


Quelque soit l’explication, Joe voulait en savoir plus sur ces déchets. Il se rendit immédiatement à l’étage pour discuter de tout cela avec Mr. Jones, mais lorsqu’il frappa à la porte, il n’eut pas de réponse.


« Je sais que vous êtes là Mr. Jones, je souhaite seulement discuter ! » lança Joe qui ne souhaitait pas investiguer la chambre sans l’accord de son client.


Cet appel obtint finalement une réponse, son locataire cria quelque chose d’incompréhensible dans sa langue étrangère, suivie d’un grand silence.


Joe décida de ne pas insister et retourna rejoindre Paddy qui l’attendait au salon.


« Je vous l’avais bien dit qu’il était déplaisant, n’est-ce pas mon Oncle ? Je suis certain qu’il garde le gros oiseau noir dont tout le monde parle. C’est l’oiseau noir qui a rammener ce chien ici ! »


« Écoute Paddy, lui dépondit son oncle. Un gros oiseau noir n’a pas mangé ce chien, c’est le fou qui est au grenier qui l’a mangé.  Ils ont des goûts bizarres au pays d’où il vient, qui sait si les chiens ne sont pas un met apprécié là-bas ! Soit prudent avec des étrangers comme le monsieur qui dort en haut, tu ne sais pas sur qui tu peux tomber… »


« Vous savez je suis toujours prudent mon oncle… ! » répondit le garçon en fixant l’escalier.


Cette nuit là, Paddy ne trouvait pas le sommeil. Alors que son oncle ronflais sur son fauteuil, il décida d’aller voir à l’étage et de jeter un coup d’œil à la chambre de Mr. Jones. En regardant par le trou de la serrure, Paddy espérait voir ce que faisait leur invité. Dans un premier temps, il ne vit rien, mais il eut ensuite la peur de sa vie lorsqu’il entendit le locataire crier. Il répétait une succession de mots inconnus et faisait un terrifiant son de crécelle inhumain qui résonnait au plus profond de sa gorge. Il s’ensuivit alors un moment de silence, pendant lequel Paddy osait à peine respirer, terrifié à l’idée d’être découvert par l’effrayant locataire.


Le spectacle qui suivit n’avait rien pour dissiper sa crainte. Un oiseau noir géant se tenait dans l’appartement, ses griffes grattaient le plancher et il semblait avoir de la difficulté à contenir ses ailes dans la pièce. L’étrange créature avait une tête effrayante, composé d’un immense bec et une tête étonnamment chauve. Il avait la même tête que Mr. Jones ! De toute évidence le locataire s’était métamorphoser en cette créature grotesque, un hybride entre un homme et un oiseau. Ses mains avaient été transformer en serre et il se tenait à la fenêtre, prêt à s’envoler.


Paddy ne pu contenir son soupir d’effroi, l’oiseau sursauta et fit volte-face. Il pencha sa tête, écoutant attentivement les bruits environnants. Paddy trouvait qu’il semblait s’approcher de la porte, quand il vu soudain son gros œil apparaître de l’autre coté du trou de la serrure. À grands coups de bec, il se mit à frapper frénitiquement sur la porte, la transperçant sans peine. En un éclair, Paddy dévala les escaliers en poussant des cris de terreur.


Tout ce boucan ne manqua pas de réveiller Joe, qui vit son neveu apparaître à la course.


« Qu’est-ce qui ne va pas ? Qu’est-qui se passe !? » demanda Joe visiblement ébranler par son réveil brutal.


Mais Paddy se contenta de passer à coté de Joe à toute vitesse, allant directement se réfugier sur une table. L’homme vit clairement que l’enfant tremblait de façon incontrôlable et transpirait la peur.


« Mais qu’est-ce qu’il y a Paddy ? Je ne peut pas d’aider si tu ne me dit rien… »


À mesure que l’enfant reprit sa respiration, il put raconter le terrifiant compte-rendu de sa rencontre avec Mr. Jones, de sa métamorphose en grand oiseau noir et de l’attaque contre la porte. Il décriva comment la créature impie avec démolit la porte à coups de bec. Joe en avait assez entendu, il devait monter à l’étage et faire la lumière sur toute cette histoire.


Joe fut saisi de surprise lorsqu’il constata que la porte avait bel et bien été défoncée et perforé depuis l’intérieur de la chambre. Il pénétra prudemment dans la pièce mal éclairée. Il n’avait aucune place de l’oiseau ou de son locataire, mais les fenêtres du grenier étaient grande ouverte, ce qui laissait un vent froid tourner dans la pièce. Les vêtements de Mr. Jones se trouvaient sur le lit. Il sursauta lorsqu’il entendit le plancher craquer devant la porte, mais c’était seulement le jeune Paddy.


« Retourne en bas Paddy, je dois comprendre ce qui arrive ici! »


Les yeux rougit, l’enfant tentait de balbituber quelques mots lorsque soudainement la pièce s’assombrit, alors qu’une silhouette immense passa devant les fenêtres du bâtiment. Les ailes de la créature effleura les vitres, avant de pénétrer, tête baissée, dans l’ouverture des deux fenêtres. Joe Turner, pétrifié par la peur, réussi néanmoins à reculer jusqu’à la porte, là où Paddy se tenait. L’immense oiseau noir avec une tête presque humaine, mais avec un immense bec, dans lequel quelque chose se débattait frénétiquement. Les ailes de l’oiseau étaient recroquevillées, elle qui ne pouvait les déployer dans cette chambre trop étroite.


Cette créature, qui ressemblait définitivement à Mr. Jones, griffait et déchiquetait mortellement le chat - parce que c’était la proie qu’elle tenait dans son bec - ce qui retenait toute son attention. Il ne remarqua même pas que Joe et Paddy se trouvaient encore dans l’embouchure de la porte. Joe ferma la porte sans faire de bruit, et glacés d’effroi, lui et Paddy descendirent les escaliers pour enfin revenir au salon. Joe se dirigea directement vers sa jarre à biscuit, la saisi et en sorti un revolver chargé à bloc. Au même moment, on cogna à la porte de l’auberge.


Joe ouvrit la porte pour trouver un vieil homme vêtu d’un long manteau noir et d’un chapeau mou. L'homme s'est présenté sous le nom de M. Steiner, et a dit qu'il avait observé l'oiseau géant entré par la mansarde et, de plus, il affirmait savoir exactement ce qu’était cet « homme-oiseau ». Il finit même par dire qu'il pourrait le tuer. Il y avait quelque chose d'honnête chez le vieil homme à consonance étrangère. Avec un peu d'appréhension , Joe le fit entrer. Peut-être qu'il pourrait vraiment les aider à se débarrasser de la menace aviaire.

Ayant accepté la boisson qui lui a offert, l'étranger s’est mis à raconter une histoire des plus terrifiantes.

Dans un anglais approximatif, Steiner a raconté comment , au XIIe siècle , une longue tempête de neige historique avait presque enterré un village lituanien près de Vilnius. La neige tombée a rapidement durci et n’a pas dégelé avant des mois. Les villageois étaient incapables de sortir chercher de la nourriture. Après avoir mangé toutes leurs réserves d'hiver et des céréales , ainsi que tous les animaux dans les limites du village , les villageois ont dû affronter la faim. Ils étaient presque prêts à recourir au cannibalisme , quand un étrange oiseau gigantesque a atterri au milieu d'eux . Il avait été vu dans la région depuis de nombreuses années et qu’on dit être la réalisation d'un magicien maléfique transformé en un oiseau des centaines d'années auparavant, comme punition pour infliger des atrocités sur les populations de la région .
Maintenant, les villageois affamés ne voulaient qu'une seule chose : de la nourriture. On a vite tiré et lapidé l’oiseau avant de le ficeler. Cependant, l'oiseau n'a pas fini dans la marmite commune. Au lieu de cela, les nobles de la localité ont utilisé la force brute pour réclamer la créature comme le leur, et il a été rapidement rôti sur leur broche, remplissant tout le village avec de délicieux arômes. Cette odeur de viande a bien failli rendre fous les villageois affamés. Un saint homme avertit la famille de ne pas manger la chair de l’oiseau, prédisant qu'ils seraient tous maudits. Avec impatience, la famille affamée a bien écouté parler le vieil homme, mais a finalement mangé l'oiseau quand même.


Les neiges ont finalement fondu et vint le printemps. La plupart des villageois avaient survécu à la grande famine, mais les gens du château ne furent pas aussi chanceux. Ils ont commencé lentement à se transformer en oiseaux géants, des harpies, ces oiseaux avec un appétit impie pour la chair humaine. Ils se sont nourris des malheureux villageois pendant de nombreuses années, malgré que ces derniers essayaient farouchement de se défendre.


Finalement, il a été découvert que les créatures pouvaient être tuées en utilisant des flèches à pointe d'argent et c’est ainsi de l'abattage commença. Mais certains des oiseaux géants parvinrent à s’échapper, et ont subi une métamorphose secondaire, devenant humains à nouveau pendant un certain temps. M. Jones était le dernier descendant de ce clan maudit. Steiner avait suivi tout son chemin jusqu’à Liverpool – Il était prêt à le tuer et ainsi mettre un terme à la malédiction. Le vieil homme a présenté une arme à feu, expliquant qu'il y avait des balles à pointes d'argent dans le chargeur. Il a ensuite grimpé au grenier, accompagné de Joe Turner et Paddy.


Ils ont constaté Jones encore partiellement transformée en oiseau du diable. Sans hésitation, Steiner lui a tiré trois fois à travers le cœur. Des plumes ont virevolté dans la chambre alors que la créature tombait par-derrière, traversant la lucarne, mais parvint à s'accrocher au cadre de la fenêtre à la dernière seconde. Steiner lui tendit la main, et saisit la main griffue du monstre, avant de la tirer à l’intérieur. Mr. Jones, agonisant, se coucha sur le sol et mourut. Devant leurs yeux le cadavre se changea lentement en homme, avant de se désintégrer en un tas de poussière grise.


Jusqu'à sa mort, à la fin des années 1950, Paddy Turner raconta cette histoire à qui voulait bien l’entendre, affirmant que tout cela s’était réellement déroulé. Qui sait ?

 



Copyright © 2004 par Slemen Tom. Tous droits réservés.
Cette histoire reproduite avec la permission de Tom Slemen et traduite de l'anglais par David Magny.

Source: http://www.slemen.com

Retrouvez tous les livres de Tom Slemen en ligne format papier ou ebook.

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=1489503080&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=1489568573&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=1908457147&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=147828417X&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Le zombie


Le zombie

Une histoire de Liverpool, racontée par Tom Slemen

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Au début des années 1930, un mystérieux et beau gentleman haïtien nommé Josué Beauchamp arriva à Liverpool. Il parlait parfaitement français, créole et anglais. L’homme portait toujours un chapeau melon, un costume couleur cèdre taillée sur mesure ainsi qu’un manteau de soie qui le rendaient d’une élégance raffinée. Il ne se déplaçait jamais sans une mallette taillée dans une noble essence de noyer blanc d’Amérique doté d’une poignée en argent finement sculptée en tête de mort. La source de la richesse de M. Beauchamp était un mystère, mais, peu après son arrivée en ville, il acheta une demeure à Pitty Street, une rue située entre le quartier de Chinatown et du ghetto noir où cohabitaient une population très cosmopolite et les voisins de M. Beauchamp découvrit vite que ce dernier était doté de pouvoirs surnaturels.


De sombres rumeurs circulaient autour de la maison de M. Beauchamp. Le Haïtien avait peint tous les murs de sa demeure en noir et des chandelles blanches étaient allumées sur un autel vaudou à la tombée de la nuit. D’étranges battements de tambour émanaient de la maison la nuit, et, quand la lune était pleine, l’on pouvait entendre de curieuses mélopées s’échapper des murs de la bâtisse. Beauchamp, avec son regard hypnotique, avait un pouvoir de séduction tout à fait surprenant sur la gent féminine de tous les horizons. Ces dames lui rendaient visite le soir et certaines se targuaient d’être les femmes d’hommes aisés de la haute société de la ville.

Un soir, des coups de feu retentirent dans Pitty Street et l’on entendit crisser les pneus d’une voiture prenant la fuite à toute allure de l’endroit où les coups avaient été tirés. Un riche marchand de coton, connu sous le nom de Ashley Challinor, avait requis les services d’un tueur à gages pour abattre Josué Beauchamp, car ce dernier avait eu une relation adultère avec son épouse. Mais le tueur avait raté sa cible ; la balle avait atteint le Haïtien au bras et la blessure était relativement superficielle.


La même semaine, une autre affaire sordide se produisit dont beaucoup de personnes avaient été témoins, incluant des détectives et des policiers : un homme noir, âgé d’une trentaine d’années, avait trouvé la mort dans des circonstances mystérieuses dans le quartier de Great George Street.

 


Une version du drame disait que l’homme, excessivement ivre, avait fait une chute mortelle dans les escaliers tandis qu’une autre version prétendait qu’il s’était donné la mort par pendaison. Ce qui était sûr, en revanche, c’est que M. Beauchamp avait emporté le corps du défunt chez lui à Pitty Street. Le défunt avait été ramené à la vie par une incantation vaudou et par l’administration d’une potion dans le corps du mort. Ladite mixture avait été réalisée à base d’herbes et de divers éléments psychoactifs et produits chimiques, le tout mélangé à du sang frais de poulet. L’homme se redressa sur la table où il gisait sans vie encore quelques minutes plus tôt, le regard vide et l’air absent.

C’était maintenant un zombie, un pantin sans âme qui pouvait manger, boire, voir et entendre, mais sans ressentir la moindre émotion. Il avait perdu la mémoire, ne sachant plus qui il avait été et ce qu’il était maintenant devenu, mais il était doté d’une force extraordinaire. Le géant noir se tenait debout face à M. Beauchamp – qui était en fait un Bokor, un sorcier vaudou suprême. Les yeux du zombie étaient entièrement blancs et ne laissaient trahir aucune expression, se tenant debout dans la plus complète servitude due au charme de l’ancestral sortilège ouest-africain de magie noire.

Son corps ne répondant plus qu’à la volonté de Beauchamp, son maître, le zombie sortit de la maison et se mit à déambuler dans la nuit. Il arriva à destination devant une maison située à Belvidere Road, près de Princes Park. Le zombie fit voler la porte en éclat en commença à monter les marches de l’escalier avant d’arriver sur le seuil de la chambre d’un Ashley Challinor paralysé par la peur qui essaya tant bien que mal de se libérer de l’étreinte herculéenne du zombie. Le marchand de coton alla trouver refuge dans la maison voisine, habitée par un ami de longue date, puis il appela la police. Le zombie martelait déjà à la porte de la maison.

À ce propos, on raconte que, suite à cette nuit de terreur, les cheveux de Challinor virèrent au blanc et que le marchand de coton fut retrouvé mort, une nuit quelque temps plus tard, d’une crise cardiaque après avoir hurlé comme un dément pendant son sommeil.

La police arriva sur les lieux. Quatre agents essayèrent de contenir l’effrayante puissance du mort-vivant, sans succès. D’autres officiers vinrent en renforts armés de bâtons antiémeutes et la férocité de l’assaut contre le funèbre assaillant fut telle que l’une des matraques se brisa en deux sur le crâne du zombie. Il fallut au final pas moins d’une douzaine de policiers pour réussir à maîtriser le mort-vivant et le placer en garde à vue - plusieurs hommes de l’ordre avoueront, plus tard, que cette affaire sortait vraiment de l’ordinaire et que quelque chose de démentiel émanait de cet homme. De retour au poste de police, les gendarmes furent bien obligés de constater que la créature qu’ils avaient devant eux n’avait plus rien d’humain. L’homme dégageait une odeur nauséabonde de putréfaction et un immonde liquide noir s’écoulait de sa bouche. Le corps animé, mais dépourvu d’âme avait été menotté, mais le zombie eut tôt fait de briser ses chaînes après que ces dernières se soient profondément implantées dans la chaire pourrissante de ses poignets.

Décontenancée, la police fit appelle aux services d’un certain Alaric Romaine, un enquêteur renommé dans le monde du psychisme et de l’occulte – que j’ai moi-même eu l’opportunité de rencontrer et qui a collaboré sur certains de mes précédents ouvrages.

Romaine dit à la police qu’il avait affaire à un zombie et qu’ils devaient prendre le problème très au sérieux. La créature, enchaînée à l’extrême, fut conduite à la morgue de Princes Dock où Romaine lui remplit la bouche de sel avant de lui coudre les lèvres. Le corps fut ensuite placé dans un cercueil que l’on scella solidement avec de lourdes chaînes puis que l’on enterra au cimetière de Toxteth Park, dans un recoin spécialement sélectionné.

Pour autant que je sache, la créature se trouve toujours au même endroit de nos jours. Par le passé, j’ai discuté de ce cas avec des étudiants sur les phénomènes paranormaux. Pour certains d’entre eux, toute cette histoire ne relevait que de l’hystérie collective des habitants du quartier de l’époque. Pour ma part, je n’en suis pas si sûr, car j’ai découvert, lors de mes recherches, qu’une sépulture avait bel et bien été creusée au cimetière de la rue Smithdown à la même époque que l’incident relaté.

Et qu’est-il advenu de Josué Beauchamp ? Eh bien ! Il changea de nom, mais vécut à Liverpool pendant de nombreuses années encore. Certains disaient que le temps ne semblait pas avoir d’emprise sur lui et qu’il ne semblait pas vieillir. On dit aussi qu’il eut une longue descendance avec plusieurs femmes à Liverpool, Londres et Amsterdam. Tous ses enfants avaient la particularité d’avoir d’inhabituels yeux profondément noirs et chacun d’eux gravitait dans le monde occulte et s’adonnait aux sombres pratiques du Vaudou.

Il y a des cela bien longtemps, dans les années 1980, quelqu’un me conta une histoire qui parlait de l’un des enfants de Beauchamps : un soir, le long de Upper Parliament Street, un petit chien fut renversé par une voiture et mourut dans les bras de son propriétaire, un jeune garçon de 9 ans. Le garçon était agenouillé au bord de la route, serrant fort le cadavre de son fidèle ami, et pleurait bruyamment à chaudes larmes. Un homme noir, étrangement vêtu, qui devait avoir la cinquantaine, s’approcha du garçon, examina le chien puis versa le contenu d’une petite fiole dans la gueule de l’animal. Une foule de badauds s’était amassée autour du garçon, de son chien et de l’homme toujours accroupis au bord de la route. Soudain, le chien ouvrit les yeux et remua la queue, quoiqu’encore très affaibli. À cette vue, le jeune garçon fut transporté de joie et remercia chaleureusement l’inconnu. Ce dernier caressa la tête du jeune garçon avec bienveillance avant de disparaître au coin de Earle Road.

On m’a également rapporté une autre histoire, il y quelques années en arrière, qui parlait d’une étrange aventure vécue par deux hommes, que nous appellerons John et Harry. Par une de ces troublantes coïncidences, Harry apprit que son ami John avait une liaison avec sa femme et John, de son côté, apprit en même temps que Harry lui avait volé une grosse somme d’argent chez lui alors qu’il était en vacances (avec la femme de Harry).

Chacun des deux hommes entreprit de tuer l’autre. Harry invita donc John dans un vieil appartement d’un immeuble délabré à Everton , dont il était secrètement propriétaire, prétendant faire part à son ami d’une idée ingénieuse qui allait rendre les deux hommes millionnaires. Tous les autres appartements de l’immeuble étaient inoccupés, ce qui arrangeait bien Harry pour mettre son plan à exécution. Les hommes se retrouvèrent donc à l’appartement sur le coup des 23 heures. Une fois à l’intérieur, Harry braqua une arme sur John qui en fit de même dans une parfaite synchronie. Tous deux prirent alors la mesure de la situation et une longue attente commença. La tension entre John et Harry était à son comble, chacun gardant son arme pointée sur l’autre, rendant la scène semblable à une « impasse mexicaine », sauf qu’il manquait un troisième individu pour que le tableau soit parfait. Les deux hommes avaient oublié de verrouiller la porte de l’appartement et le suspens fut interrompu quand ils entendirent un bruit sourd en provenance de la porte du salon. La porte s’ouvrit brusquement laissant apparaître un vieil homme dénudé, au visage fantomatique et à la peau recouverte d’une étrange substance verdâtre.

Le vieil homme se rua sur les deux amis qui, dans un réflexe commun et les nerfs tendus à l’extrême par la situation précédente, ouvrirent le feu sur lui, le touchant à six ou sept reprises, en pleine tête ou dans la poitrine, mais le vieil homme ne fléchit pas et continuait de se rapprocher d’eux. Saisis de terreur à la vue de la créature qui ressemblait fort à un zombie, John et Harry détalèrent en courant dans la nuit sans oser se retourner. Ils étaient tellement effrayés par ce qui venait de se produire dans l’appartement qu’ils étaient maintenant persuadés d’avoir abattu sauvagement un pauvre vieillard innocent qui avait eu le malheur de se trouver là à ce moment. Une semaine s’écoula sans que Harry et John n’entendirent pas parler de leur « crime » à la télévision, la radio ni même dans les journaux. Les deux compères retournèrent à l’appartement de Everton. Ils y découvrirent des taches de sang coagulé sur le sol, mais ne trouvèrent aucune trace du corps nulle part. Les deux amis décidèrent de se pardonner mutuellement et ainsi fut enterrée la hache de guerre. Harry remboursa même une partie de l’argent qu’il avait volé dans l’appartement de son ami.

Une année après ces faits, Harry était dans un pub quand Sean, un vieil ami qu’il n’avait pas revu depuis des années, y pénétra. Les deux amis parlèrent pendant des heures et, au fil de la discussion, le sujet des fantômes fut abordé. Sean demanda à Harry s’il avait toujours ce vieil appartement à Everton. Harry avait en effet racheté l’appartement à Sean quand la mère de ce dernier était décédée. Harry répondit que oui, mais qu’il ne s’y rendait que très rarement, quand Sean lui posa une question étrange : « n’as-tu jamais rien vu qui sorte de l’ordinaire là-bas ? ».

Harry ne savait pas s’il devait parler de l’incident incluant des armes à feu qui s’y était déroulé une année auparavant et resta interdit devant Sean, ne sachant quoi répondre. Sean enchaîna :

« Ma chère mère – Dieu la bénisse – disait que cet endroit fût hanté, tu sais ? »

« Ouais ? » répondit Harry, visiblement intéressé.

Sean lui expliqua que, il y avait des années de cela, il avait entendu l’histoire d’un vieil homme qui vivait près de la prétendue maison hantée. Le vieil homme en question raconta, une fois, à Sean et à sa mère, que des étudiants en médecine avaient ramené dans leur pension un cadavre de leur école qui était initialement destiné à être disséqué. Les étudiants lui avaient alors retiré les globes oculaires dans le but de faire une farce à leur logeuse, une femme qui leur rendait la vie infernale. Peu de temps après avoir ramené le corps chez eux, le cadavre était mystérieusement revenu à la vie, les yeux en moins cependant. Le corps dénudé se mit alors à déambuler dans la maison, poussant des hurlements tout en palpant des mains ses orbites creuses.

Quand la vieille logeuse – elle devait avoir dans les soixante ans – le vit, elle eut une attaque cardiaque et en mourut. Sean dit que sa mère avait entendu les cris du fantôme de la vieille femme à plusieurs reprises, mais que, heureusement, elle n’avait jamais eu la malchance de croiser le spectre du vieil homme aux yeux arrachés. Harry fut profondément choqué par le récit de son compagnon : il réalisa que c’était sur ce fantôme que lui et John avaient ouvert le feu cette fameuse nuit.

 


Copyright © 2010 par Tom Slemen. Tous droits réservés.
Cette histoire reproduite avec la permission de Tom Slemen et traduite de l'anglais par Damien Duroussel

Source: http://www.slemen.com

Retrouvez tous les livres de Tom Slemen en ligne format papier ou ebook.

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=1489503080&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=1489568573&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=1908457147&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=147828417X&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

La ferme maléfique


La ferme maléfique

Un endroit qui n'avait vraiment rien pour plaire



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

Dany n’avait pas envie de déménager. Passager dans la vieille voiture de sa mère, il regardait défiler le paysage au fur et à mesure que la route les guidait vers leur nouvelle vie. Quitter cette ville qu’il aimait et détestait tant à fois, ses quelques amis et les nombreux connards qui lui faisait la vie dure à l’école. Mais à 16 ans et sans-emploi, il n’avait pas vraiment le choix. Sa mère venait à peine de se séparer de son petit ami et, plutôt que de se louer un appartement, elle avait trouvé cette fermette à louer, disponible immédiatement. Une semaine plus tard, ils quittaient la ville pour la campagne.

 

La vue de sa nouvelle demeure ne devait pas changer son opinion. La maison n’avait vraiment rien pour plaire. Perdu au milieu d’un grand terrain mal entretenu, c’était une vieille et petite maison blanche à deux étages, avec de vieilles fenêtres et des portes qui grincent. Les planchers étaient usés et les chambres, minuscules.

« M’man, c’est de la merde cet endroit ! » s’exclama Dany.

« Cesse de toujours dire que tout est de la merde ! Si tu avais fait un effort pour t’entendre avec Pierre nous ne serions peut-être pas ici ! » rétorqua sa mère.


 


Dany se retint de répondre, une autre dispute sur ce sujet n’était pas nécessaire. Il monta à l’étage et s’installa dans l’une des chambres. De sa petite fenêtre, il pouvait voir le vieux puits, la grange et les arbres immenses qui dominaient la cour. Ces arbres dont les troncs étaient larges comme deux hommes.


« Je vais faire un tour ! » cria Dany en sortant de la maison, sans attendre la réponse de sa mère qui lui aurait certainement trouvé quelques travaux à effectuer. Ce terrain était si vieux qu’il y avait certainement quelque chose d’intéressant à découvrir. Il n’en pouvait plus de suivre sa mère. Les dernières journées avaient été pénibles et il se devait se divertir un peu. La vieille grange l’intriguait, peut-être y découvrait-il quelque chose.


L’endroit était encore rempli de vieux outils rouillés et de foin. Les derniers occupants n’avaient rien apporté avec eux. La bâtisse de deux étages était en ruine, tellement que Dany dut prendre ses précautions pour monter en haut de l’escalier en piteux état. À peine avait-il commencé à explorer la mezzanine lorsque soudainement, des battements d’ailes vinrent déchirer le silence qui régnait dans l’endroit. Dany fit volte-face et trébucha sur de vieux matériaux qui jonchaient le sol. Des pigeons, qui avaient élu domicile sur la mezzanine, volèrent en panique autour de l’adolescent avant d’aller se poser en hauteur, sur une poutre du toit.


Dany, se sentant un peu ridicule, se releva promptement, il avait eu bien peur. Mais la nervosité ne le quitta pas, il sentait la colère monter en lui. Il souhaitait quitter cet endroit, quitter cette grange, partir de cette fermette hideuse. Alors qu’il marmonnait sa haine envers sa nouvelle vie, un courant d’air froid envahit brusquement l’endroit. Dany eut d’étranges frissons dans le dos, tellement qu’il regarda derrière lui pour s’assurer qu’il était bien seul.


Alors qu’il s’agrippait prudemment à la rampe et entrepris de descendre le piteux escalier, cette sensation de froid revint à nouveau. Mais cette fois, il entendit quelque chose. Une voix sépulcrale venue des abysses, qui lui murmurait..

« Dany… »

Il n’en fallait pas plus pour que le jeune homme soit saisi d’une panique incontrôlable. Il dévala l’escalier en quelques pas et courut hors de la grange. Regardant derrière lui, il vit une forme noire, humanoïde, qui se dressait dans les pénombres du bâtiment. Il courut rejoindre sa mère, mais s’arrêta avant de pénétrer dans la maison. Il savait trop bien que, s’il y racontait sa mésaventure, sa mère ne le croirait pas et qu’elle l’accuserait encore d’inventer des histoires pour lui compliquer la vie.


Il rentra et vint voir sa mère. Elle continuait à déballer ses boîtes de déménagement. Dany lui donna un coup de main, ils soupèrent ensemble et, plus tard, regagna dans sa chambre sans lui parler de sa mésaventure. Depuis sa fenêtre, il ne pouvait cesser de fixer la grange. Le vent s’était levé et les branches des arbres créaient des ombres inquiétantes qui semblaient danser dans la cour. Les arbres, si majestueux pendant la journée ensoleillée, avaient soudainement un air étrange, une apparence terrifiante. Dany aperçu, pendant un instant, la silhouette bien définie d’un homme qui rôdait alentour de la grange. C’en était trop ! Il alla voir sa mère.

« M’man ! Il y a quelqu’un dans la cour ! Je viens de voir quelqu’un dans la cour ! » cria-t-il en entrant dans la chambre de sa mère.

« Mais voyons… ! »

Sa mère et lui observèrent la cour pendant de longs instants, mais il n’y avait personne. Craintive, elle fit le tour de la maison et vérifia que toutes les portes étaient bien verrouillées.

« Ce ne sont probablement que les ombrages des arbres Dany, il n’y a pas à s’inquiéter. Retourne dormir. »

« M’man, il y a quelque chose de pas net dans la grange. Je crois qu’elle est hantée. »


Sa mère lui sourit en lui caressant la tête. Ne croyant pas aux fantômes, elle le rassura en lui disant qu’ils iraient jeter un coup d’œil à cette grange le lendemain.


Cette nuit-là, Dany eut beaucoup de difficultés à s’endormir, se relevant parfois pour regarder par sa fenêtre. La maison craquait de partout et cela angoissait l’adolescent. Un moment il crut entendre quelqu’un marcher sur le perron… ou était-ce peut-être que le vent. Il parvint finalement à s’endormir, fatigué des émotions de la journée.


Le lendemain matin, Dany tenait mordicus à montrer l’étrange grange à sa mère, mais alors qu’ils se retrouvèrent devant, il s’arrêta net. L’aspect lugubre de l’endroit, même éclairé par les rayons du soleil, lui glaçait le sang.


« Laisse faire M’man, je ne veux pas y retourner. Il y a quelque chose de malsain dans cette grange. Je ne veux pas y retourner. »


« D’accord Dany. Tu sais, de toute façon, c’est dangereux comme endroit. J’aime aussi bien que tu n’y ailles pas » répondit-elle en bifurquant tout naturellement vers le puits.


« Pourquoi tu dis cela ? » rétorqua Dany


« Parce que c’est un endroit dangereux, c’est une vieille bâtisse et je ne veux pas qu’il t’arrive un accident. C’est probablement rempli de vieux clous rouillés… »


« Tu ne me cacherais pas quelque chose m’man ? » demanda Dany sur un ton inquisiteur.


« Bien sûr que non !  répliqua la dame en s’asseyant sur un muret près du puits. Il n’y a rien à cacher Dany, tu te fais encore des idées. Nous allons être bien ici, c’est une nouvelle vie qui commence pour nous ! »


Dany se tut, il connaissait par cœur le discours que sa mère était sur le point d’entreprendre. Il détourna les yeux et s’attarda au vieux puits qui décorait la cour. Lorsqu’il regarda à l’intérieur, il eut brusquement un recul et un haut-le-cœur. Il n’y avait pas d’eau dans le puits et, tout au fond, le squelette d’un animal s’y trouvait. Sa mère y jeta immédiatement un coup d’œil.


« On dirait une biche… probablement qu’elle y est tombée et que, incapable d’en sortir elle est morte de ses blessures… C’est vraiment triste. » dit sa mère.


« Il y a beaucoup d’animaux par ici, reprit-elle. Je vais parler au propriétaire pour savoir ce qu’il va en faire. Même si le puits n’est plus utilisable, probablement qu’il ne la laissera pas là! »


Dany lui avait des frissons. Il avait un mauvais pressentiment et les choses allaient de mal en pis. Il anticipait déjà sa prochaine nuit d’horreur dans ce lieu maudit. Ils passèrent le restant de la journée à déballer tranquillement ce qu’il restait du déménagement. Avec un peu de décoration, l’endroit paraissait un peu moins lugubre, mais Dany sursautait à chaque craquement, chaque petit bruit. Cette maison semblait craquer en permanence.


La nuit vint et le jeune homme gagna finalement son lit. Fatigué de sa journée et du manque de sommeil de la veille, il crut pendant un moment être capable de s’endormir, quand un grattement se fit soudainement entendre. De petits coups irréguliers à sa fenêtre. Dany se leva et jeta prudemment un coup d’œil. Ce n’était qu’une branche d’arbre qui frappait la vitre de sa fenêtre.


« Mais cet arbre n’était pas là hier ! » réalisa soudainement Dany.


Depuis sa chambre il ne pouvait plus voir la grange, les arbres semblaient s’être déplacés ! Dany regagna son lit, il tremblait de tout son corps. Il ne comprenait plus rien, comment cela était-il possible ? C’était de la folie. Alors que l’angoisse l’envahissait, il ressentit soudainement, encore une fois, cette brise froide qui pénétra sa chambre. Il eut cet étrange picotement à la nuque. Paralysé par la peur, il ne fit rien et resta silencieux. Peut-être cette chose partirait d'elle-même ? Des sueurs froides perlaient sur son front, et alors qu’il tentait de reprendre son souffle, cette voix sépulcrale s’élevait de nouveau derrière lui, comme un murmure à son oreille.

« Bonsoir Dany… »

Dany fut pris de panique, se libérant soudainement de cette paralysie et il cria de toutes ses forces.


« Mais laissez-moi tranquille ! Foutez-moi la paix ! » hurla Dany en se précipitant hors de sa chambre.


Il dévala les escaliers et se mis à rassembler plein de choses dans un sac à dos qu’il trouva à la cuisine. Alertée par tout ce boucan, sa mère vint le rejoindre. Consternée, elle regardait Dany courir dans toutes les directions pour rassembler quelques-unes de ses choses. Tremblotante, elle s’assit dans son fauteuil, de peur que ses jambes cessent de la soutenir.


« Que… que fais-tu Dany ? » dit-elle la voix pleine d’émotions.


« Nous devons partir immédiatement ! Allez ! Lève-toi ! Cette foutue baraque est maudite. Nous devons aller à la voiture ! » lui cria Dany.


« De quoi parles-tu Dany ? Reste calme, vient t’asseoir… »


« Tu ne vois donc pas ? Reprit brusquement Dany. Il y a une présence malfaisante ici ! Elle m’a parlé deux fois ! Elle n’est plus seulement dans la grange, mais dans la maison aussi ! Tu ne vois pas ? Les arbres se déplacent !!! Les arbres se rapprochent de la maison ! Ils bougent ! Cet endroit est démoniaque ! Viens à la voiture ! »


Dany sortit de la maison en trombe, courant jusqu’à la voiture et sans fermer la porte derrière lui. Sa mère était pétrifiée. Assise dans son fauteuil, elle était paralysée par la peur. Le corps raidi, elle se leva néanmoins et se dirigea vers le comptoir de la cuisine. Elle saisit alors le téléphone et composa, d'une main tremblante, un numéro qu'elle ne connaissait que trop bien.


« Docteur Martin ? C'est Dauphine... Je suis vraiment désolée de vous appeler à une heure pareille… ! »


« Oui, madame Desbiens, j'attendais votre appel. Alors, les choses se passent comme elles devraient ? »


« Non docteur, cette fois ce sont les arbres qui lui cours après, je... je ne sais plus quoi faire ! Il me fait peur ! Je vais encore devoir appeler la police, il est complètement hystérique ! »


« Je sais bien madame, nous allons devoir envisager une autre solution. »

 

 

David Magny pour Dark-Stories.com - Mercredi 23 octobre 2013
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

N.B. "La ferme maléfique" est une histoire de peur sans fondement dont le seul but est de vous divertir.

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2737359651&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2844545475&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2847346791&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=8873017045&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Ne le laisse pas entrer


Ne le laisse pas entrer !

Il est là... Il te guette... Il est juste derrière toi !



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

J’ai fait un rêve la nuit dernière. Le genre de rêve qui semble réel, au point de vous hanter une fois réveillé. Certains détails du rêve étaient étranges, vraiment trop étranges. Ça me semblait tellement vrai qu’il ne m’est même pas venu à l’esprit que cela pouvait être faux… Que cela ne pouvait être que mon délire. Je n’oserais même pas dire, en ce moment, que ce n’est pas réellement arrivé.

Je ne suis pas quelqu’un de spirituel et je ne comprends pas vraiment ces choses. Mais je sais que quelque chose s’est produit, je me sens comme si je revenais d’un endroit que je ne connais pas, comme si j’avais vécu quelque chose bien consciemment alors que je dormais profondément… Trop profondément.

 

Lorsque je me suis couché la nuit dernière, j’ai eu un pressentiment bizarre. Je me souviens bien de m’être senti surveillé alors que je tentais de m’endormir. Mais c’était beaucoup plus que ça, je sentais que quelqu’un était avec moi, mais que je ne pouvais m’empêcher de m’endormir.

Au début de ce rêve, je marchais sur la route, celle de ma maison. Mais toutes les maisons des voisins étaient disparues, il ne restait qu’une longue route vide, sans personne autour, sauf moi. Je ne sais pas ce que je faisais avant, ou même d’où je venais, mais j’avais une très forte envie de marcher. Il faisait froid et tout était sombre, mais je n’avais pas peur, j’étais heureux de ne pas être dans ma chambre.

Après un temps, la route a changé et je me suis retrouvé devant une intersection. Soudainement, je n’étais plus seul, il y avait près de moi une silhouette, quelqu’un qui me semblait familier.

 

 


« Je suis content de vous voir ! Mais c’est dommage de se rencontrer ici ! »
dit soudain cet homme d’une voix familière.

Je savais qui il était. C’était un de mes amis d’enfance, mais il avait beaucoup changé. Il paraissait un peu plus jeune que moi, sa peau était très blanche et des cernes fort apparents sous les yeux. D’ailleurs, ses yeux étaient aussi bleus que ses lèvres, ce qui me laissait perplexe.

« Que fais-tu ici ? » demandais-je.

« Je suis venu vous avertir... » répondit-il.

Naturellement, j’étais curieux de savoir ce qu’il voulait me dire.

« Il y a un homme, en ce moment, dans votre maison. »

« Je ne crois pas, répondis-je, j’en reviens justement et il n’y avait personne… du moins, je pense. »

Je réalisais soudainement que je n’avais aucune idée d’où je venais. Je ne savais pas non plus combien de temps j’avais marché et même où j’étais à ce moment même.

« Vous ne comprenez pas mon ami, reprit-il avec une urgence apparente, il est vraiment dans votre chambre en ce moment ! »

Je n’avais vraiment aucune idée de ce dont il parlait, mais il avait piqué ma curiosité et commençait à me faire angoisser.

« Qui est-il ? » demandais-je.

« C’est un démon ! Une bête glaciale venue tout droit des enfers ! Il tourmente les gens la nuit, leur fait peur et les empêches se reposer durant leur sommeil ! Il les affaiblit avant de les dévorer sans aucune pitié !»

Un démon ? Je ne m’étais jamais intéressé à ce genre de chose, je ne connaissais rien aux démons. Mais je désirais en savoir plus alors j’ai décidé de poser des questions.

« Qu’est-ce qu’il fait, ce démon ? » demandais-je, incrédule.

« Il commence par se faire remarquer par sa prochaine victime lorsqu’il change d’un hôte à un autre. Lorsqu’il en a fini avec sa victime, il en repère une nouvelle. Vous connaissez cette étrange sensation, ce froid dans le dos et les picotements sur votre nuque quand quelque chose vous fait vraiment peur ? C’est lui ! C’est lui qui se tient debout derrière vous ! » déclara t’-il, tout en semblant de plus en plus préoccupé.

« Comment se fait-il remarquer ? Et que fait-il une fois qu’il a été remarqué ? » demandais-je, sur un ton de plus en plus inquisiteur.

Mon ami dévia son regard et regarda le sol, puis au loin. Il ne voulait vraisemblablement pas répondre à cette question.

« Il suffit de ne pas le laisser entrer » m’avertit-il.

« Que veux-tu dire ? »

« Il sera là, maintenant et pour toujours. Il va marcher autour de ma maison la nuit, venir dans ta chambre et tenter de vous déranger. Comme il le fait maintenant ! Vous êtes son hôte maintenant, vous ne pouvez pas lui échapper, il sait où vous êtes, il vous suivra tout le temps ! » répliqua-t-il.

« Mais je ne comprends pas, comment puis-je l’empêcher d’entrer ? »

Mon ami regarda soudainement des deux côtés de la route, il semblait troubler, comme si nous étions observés et qu’il craignait d’être entendu. Il se pencha vers moi et me dit tout bas :

« Lorsque vous le verrez, que vous l’entendrez ou que vous sentirez ce froid envahir votre corps, ne bougez pas ! Ne lui parlez pas ! Ignorez-le autant que vous le pouvez, avant qu’il ne vous envahisse complètement. »

« Mais je ne comprends rien à ton histoire ! Comment puis-je me débarrasser de lui ? »

« Vous ne pouvez pas ! me répondit-il d’une petite voix. Écoute, mon temps est écoulé… »

Sur ces mots, il me tourna le dos et partit sur la route en pressant le pas.

« Ton temps est écoulé ? Mais qu’est-ce que tu veux dire ? Pourquoi ton temps est écoulé ? » criais-je dans la nuit, alors que mon ami s’éloignait rapidement de moi.

« Mon temps est écoulé ! me répondit-il sans même se retourner. Ne le laissez pas entrer… Ne lui répondez pas ! »

Alors que je regardais cette vieille connaissance s’éloigner, une mystérieuse ombre semblait soudainement se détacher du paysage et commencer à poursuivre mon ami. Je tentais de lui crier, mais quelque chose m’empêchait de faire le moindre son. C’est alors que l’obscurité engloutit complètement la silhouette de cet homme. Je ne pouvais plus le voir !

Alors que je voulais moi aussi marcher et le suivre, je fus soudainement réveillé par un grand bruit.

J’étais soudainement couché sur mon lit, tout habillé et avec mes chaussures. Je me souvenais assez bien avoir pris un bain et m’être couché sans vêtement. Mes chaussures et le bas de mes pantalons étaient pleins de terre, mes pieds étaient endoloris et je pouvais entendre le bruit d’une sonnerie à côté de moi. C’était mon téléphone, c’est lui qui m’avait réveillé. Dans la confusion de mon réveil, je n’avais pas reconnu ma sonnerie et… il faisait tellement froid dans ma chambre. Mais je ne répondis pas, me souvenant des paroles de mon ami, j’attendis qu’il cesse de sonner.

L’air ambiant était glacial et le sentiment de me sentir observé était encore plus fort que lorsque je me suis endormi. Je pouvais entendre quelque chose bouger alentour de moi, dans ma chambre. Mais je n’osais pas bouger, je fermais les yeux et restais complètement immobile. Finalement, j’ai entendu des pas, comme s’il marchait par un couloir invisible et, à mesure que les pas s’éloignaient, la température revint tranquillement à la normale.

Je ne sais pas ce qui s’est passé à mon réveil, mais si cette chose est réelle, comme mon ami l’a dit, je crains qu’elle revienne ce soir.

J’ignore ce qui est arrivé à cet homme, j’espère seulement que les gens se souviendront de son avertissement. Si en lisant cette lettre vous ressentez un froid étrange, ne vous inquiétez pas. Si vous entendez des bruits étranges dans votre maison, ignorez-les. Vous ne pouvez pas vous permettre de le laisser vous trouver.

Ne le laissez pas entrer… Ne lui répondez pas !

 

 

Auteur Smilingjack. Traduit de l'anglais par David Magny pour Dark-Stories.com - Lundi 21 octobre 2013
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

N.B. "Ne le laisse pas entrer" est une creepypasta, une histoire de peur sans fondement dont le seul but est de vous divertir et qui fut largement partagé sur Internet. Les informations présenté sur cette page sont donc erronées et sans aucune crédibilité.

Référence: http://www.scaryforkids.com/cold-man/

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2737359651&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2844545475&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2847346791&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=8873017045&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

L’arracheuse de dents de Huyton


L’arracheuse de dents de Huyton

Cette vieille femme veut vos dents...

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Par une pluvieuse nuit d’avril 2007, une fille de 17 ans nommée Amanda fut tirée de son sommeil en sursaut par un étrange bruit qui résonna dans sa chambre d’une maison de Dinas Lane, dans la banlieue de Huyton en Angleterre. L’adolescente, qui était gothique, s’assit au bord de son lit et scruta la pièce plongée dans le noir. L’obscurité de la chambre était d’autant plus accentuée par le fait qu’Amanda avait récemment repeint les murs de la pièce en noir. Elle ne vit personne, mais elle entendait quelque chose semblable à un murmure accompagné d’un grincement sinistre à la droite de son lit, comme si quelqu’un se tenait debout sur une des lattes du vieux plancher de sa chambre. Amanda tressaillit quand la douleur à sa canine gauche se manifesta. La douleur à cette dent l’avait accompagnée la journée durant, c’est pourquoi l’adolescente avait décidé de se coucher plus tôt ce soir-là, aux alentours des 22 heures, pensant ainsi que la douleur lancinante cesserait. Une fois assurée que personne ne se cachait dans sa chambre – que la jeune gothique avait baptisée son « sanctuaire » - Amanda se lova confortablement dans son duvet moelleux et se laissa doucement sombrer dans le royaume des rêves.


Mais, même dans ses rêves, Amanda pouvait sentir sa dent lui faire mal. Elle rêvait maintenant qu’elle se trouvait au fond d’une épaisse forêt et qu’elle était poursuivie par une vieille femme bossue, entièrement vêtue de noir avec de longs cheveux gris coiffés en chignon.


La vieille femme tenait à la main une paire de pinces et Amanda savait que l’horrible vieillarde difforme en voulait à sa dent cariée. Nue, elle voulut prendre ses jambes à son cou, mais quand elle se mit à courir, le paysage autour d’elle défilait au ralenti. De temps à autre, elle pouvait voir d’étranges visages grotesques l’épier de derrière les arbres. A ce moment précis du rêve, l’une de ces silhouettes surnaturelles jaillit devant Amanda, prête à lui fondre dessus, quand l’adolescente se réveilla en gémissant pour être confrontée à quelque chose d’encore bien plus effrayant que les créatures de son rêve, quelque chose qui défiait toutes les lois du rationnel.


Une vieille femme au visage sévère et anguleux, un nez crochu, des yeux d’une noirceur impénétrable et un menton pointu était penchée au dessus du lit d’Amanda. Elle tenait dans sa main une paire de pinces qui serraient une dent maculée de sang. L’adolescente ressentit une douleur abominable dans sa bouche. Elle fit glisser le bout de sa langue dans tous les recoins de sa bouche et sentit le goût salé du sang quand sa langue passa sur le trou dans sa gencive bouffie qu’avait laissé la dent qui la faisait souffrir auparavant qui venait de lui être arraché. La vieille femme, qui avait une bosse dans le dos, laissa alors échapper un gloussement strident et Amanda, choquée et terrassée par la douleur buccale, envoya son poing frapper la vieillarde en plein visage qui, surprise, poussa un petit glapissement tout en regardant l’adolescente avec des yeux étonnés.

« MAMAN !!! » cria Amanda. « PAPA !!! » hurla-t-elle encore en sautant de son lit et en commençant à jeter ce qui lui tombait sous la main à la vieille femme.

Le premier missile que lui jeta l’adolescente était un vieux radioréveil qui rebondit sur la tête de l’énigmatique intruse toute fripée. La vieille femme cria quelque chose puis courut se cacher dans un coin de la pièce peinte en noir, trouvant refuge dans un petit espace entre le mur et la garde-robe. Au même instant, la porte de la chambre s’ouvrit avec fracas et le père d’Amanda fit irruption dans la chambre en allumant la lumière. L’adolescente raconta à son père ce qui lui était arrivé et exhorta ce dernier de regarder dans l’espace entre le mur et la garde-robe. Le père s’exécuta précautionneusement, mais ne trouva rien à l’endroit indiqué par sa fille.

« Tu as de toute évidence fait un cauchemar ma chérie » lui dit-il pour l’apaiser, mais Amanda lui rétorqua que ce ne pouvait absolument pas être le cas et elle ouvrit grand la bouche pour montrer à son père le trou laissé par la dent manquante. La mère de l’adolescente fit son entrée dans la chambre et, à l’écoute de la lugubre histoire de sa fille, elle suggéra qu’Amanda s’était elle-même arraché la dent dans son sommeil sans s’en rendre compte. L’adolescente était furieuse en écoutant les explications de sa mère. « Ce n’est pas moi ! » protesta-t-elle en montrant son duvet maculé de taches de sang. Le père examina le sol, mais il ne trouva aucune trace de la dent manquante de sa fille. La dent ne fut jamais retrouvée et, quelques semaines plus tard, Amanda se rendit chez le dentiste qui lui implanta une fausse canine pour combler le trou dans sa dentition.

Ce qu’Amanda et ses parents ignoraient, c’est que des incidents similaires où des dents avaient été arrachées s’étaient déjà produits dans le quartier de Huyton dans les années 1930 et, plus récemment, deux faits répertoriés s’étaient produits sur Lincombe Road, une rue voisine de Dinas Lane, en 1978.

 

 
L'arracheuse de dents : [estampe] / Jean Veber - Bibliothèque Nationale de France

 

D'autres victimes de la mystérieuse femme


Un jour de mars 1978, une dame se réveilla une nuit et trouva une vieille femme aux cheveux blancs et habillés d’une longue robe noire penchée sur le lit de sa petite fille âgée de 4 ans. L’enfant pleurait et quand la mère poussa un hurlement à l’attention de la vieille femme, cette dernière se volatilisa. Quand la mère alluma la lumière, elle vit la petite fille sangloter avec sa main dans la bouche. Une de ses dents avait disparu.

Il y a des siècles de cela, certaines sorcières utilisaient les dents de lait des enfants pour leurs sortilèges.

Au mois de septembre de cette même année, toujours à Lincombe Road, le grand-père d’un jeune homme dont on fêtait les 21 ans, était de visite chez la famille à cette occasion. Il n’avait plus qu’une seule dent qui tenait encore à sa mâchoire, raison pour laquelle on se moquait volontiers de lui. Le vieil homme, qui se prénommait Jeffrey, avait un peu trop arrosé l’événement et s’était retiré dans la chambre d’ami vers les 3 heures du matin.  Son ex-épouse lui avait maintes fois demandé de faire arracher cette dent et de porter un dentier, mais Jeffrey était terrorisé par les dentistes, et les aiguilles en particulier. Ce soir-là, Jeffrey était tellement ivre qu’il se laissa choir sur le lit sans prendre la peine de se déshabiller et il sombra presque aussitôt dans un sommeil salvateur.


À peine un quart d’heure plus tard, il fut réveillé par la sensation d’une main glacée sur son torse et que des doigts squelettiques et tout aussi froids tiraient sur son unique dent.


Alors qu’il plissait les yeux dans l’obscurité de la chambre, il devina la silhouette d’une vieille femme aux cheveux blancs occupée à tirer sur sa dent solitaire. Jeffrey tenta de se redresser, mais la vieille femme semblait dotée d’une force surhumaine qui maintenait le grand-père cloué au lit d’une main pendant que l’autre était aux prises avec la fameuse dent. Jeffrey tenta de hurler, mais ses cris s’étouffèrent dans les doigts décharnés de la vieille femme dans sa bouche. Jeffrey ressentit alors une violente douleur en même temps qu’il sentait sa dernière dent prête à se détacher de sa mâchoire. Sous le coup de la douleur, Joffrey réussit à pousser la vieille femme qui tomba au pied du lit en poussant un cri perçant. La vieille souriait dans une abominable grimace, révélant au passage qu’elle aussi n’avait qu’une seule dent à la mâchoire. Jeffrey cracha au visage de la mégère et il remarqua alors que sa salive était en grande partie du sang. Quelques instants plus tard, la porte de la chambre s’ouvrit en trombe et Jeffrey vit y entrer son fils et son neveu.


Ils allumèrent la lumière et virent Jeffrey trébucher de son lit, du sang coulant de sa bouche. Le grand-père leur raconta l’histoire confuse d’une vieille femme qui lui aurait arraché sa seule et unique dent, mais le fils de Jeffrey vit que la dent en question était toujours à sa place, bien que menaçant de tomber à tout moment. Puis Jeffrey se gargarisa, prit une aspirine et s’envoya deux verres de whiskey d’une traite pour enrayer la douleur de sa dent disloquée. Il finit par rire de ‘‘l’étrange cauchemar’’ qu’il venait de faire et, une heure plus tard, le grand-père avait rejoint la chambre d’ami où il s’endormit aussitôt grâce aux effets mélangés du whiskey et de l’aspirine.


Vers 5h15 du matin, la sorcière était de retour. Jeffrey ressentit une nouvelle fois la familière sensation d’une main froide sur sa poitrine qui le plaquait contre le matelas pendant que le pouce de l’autre main faisait pression sur sa dent qui, cette fois, fut totalement arrachée. Le grand-père hurla de douleur. Même l’aspirine et le whiskey ne pouvaient anesthésier la douleur virulente d’une extraction aussi brutale. L’effrayante vieille femme se révéla curieusement agile pour son âge canonique puisqu’en l’espace d’un battement de cils elle disparut dans la pénombre de la chambre, mais Jeffrey pouvait encore entendre son ricanement sinistre tout près de lui. Il poussa un hurlement à s’en déchirer les cordes vocales, si bien qu’il était maintenant complètement aphone.


Quelques secondes s’écoulèrent avant que Kerry, la petite-fille de Jeffrey, âgée de 18 ans, n’entra précipitamment dans la chambre et alluma la lumière. Le grand-père, dressé sur son lit et se tenant le visage dans les mains, essaya d’expliquer à sa petite-fille ce qui venait de se produire, mais, pour une raison étrange, Kerry tremblait de tout son corps et tira énergiquement Jeffrey par le bras pour le faire sortir de la chambre. Les autres membres de la famille arrivèrent au moment où Kerry était en train de refermer la porte de la chambre d’ami avec empressement. Quand tout le monde arriva à sa hauteur, elle leur dit :

« Elle est toujours là, je l’ai vue !! »

Le père de Kerry la dévisagea d’un air narquois et voulut ouvrir la porte, mais sa fille l’arrêta dans son élan :

« Non papa ! Ne fait pas ça, elle est horrible !!! »

Son père – le fils de Jeffrey donc – ne tint pas compte de l’avertissement de Kerry et ouvrit tout de même la porte. Il ne trouva aucune « vieille intruse habillée d’une longue robe noire » comme le lui avait dit sa fille, mais il régnait une délicate odeur douceâtre dans la pièce qui resta perceptible les jours qui suivirent. Kerry leur expliqua qu’elle s’était ruée dans la chambre après avoir entendu le hurlement de son grand-père et qu’elle avait alors vu une étrange vieille femme toute de noir vêtue, retranchée dans un coin entre la garde-robe et la bibliothèque. Kerry ne l’avait pas tout de suite remarquée, se n’était qu’en aidant son grand-père à sortir de la chambre que son regard avait croisé celui de l’étrange créature. Quand cette dernière avait réalisé que Kerry l’avait vue, elle avait lancé à la jeune femme un regard menaçant qui habiterait ses cauchemars pour des années.

Comme dans l’étude d’autres cas similaires où m’ont conduit mes recherches pour écrire ce texte, la dent de Jeffrey ne fut jamais retrouvée.

Soit dit en passant, les témoignages du « Syndrôme de la Vieille Sorcière » viennent régulièrement augmenter le nombre d’incidents dans cette région.



Faites de beaux rêves !

 


Copyright © 2010 par Tom Slemen. Tous droits réservés.
Cette histoire reproduite avec la permission de Tom Slemen et traduite de l'anglais par Damien Duroussel

Source: http://www.slemen.com

Retrouvez tous les livres de Tom Slemen en ligne format papier ou ebook.

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=1489503080&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=1489568573&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=1908457147&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=147828417X&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Quelques histoires sélectionnées au hasard


Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Les nouvelles histoires:


Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Réseaux Sociaux:


Dark Stories est sur Twitter !

Histoires et récits insolites et macabres

Newsletter - Inscription


Warning: Declaration of JParameter::loadSetupFile($path) should be compatible with JRegistry::loadSetupFile() in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/html/parameter.php on line 431

Informations supplémentaires:


À propos de Dark Stories
Connexion
Liens et partenaires
Mentions légales
Écrire au webmestre