Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584
Dark Stories - Histoires macabres et insolites | Récits inexplicables et paranormal

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* Dark-blog */
google_ad_slot = "3335103952";
google_ad_width = 300;
google_ad_height = 250;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

 

 

 

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DS5-blogue2 */
google_ad_slot = "2592204537";
google_ad_width = 300;
google_ad_height = 600;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Newsletter - Inscription

 

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/application/application.php on line 459

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Wenceslao Moguel - L'homme qui survécut à un peloton d'exécution


L'homme qui survécut à un peloton d'exécution

L'étonnante histoire de Wenceslao Moguel


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

Comme plusieurs autres révolutions qui ont eu lieu partout dans le monde, la révolution mexicaine de 1910-1917 a fait de nombreuses victimes. Plus d'un million de Mexicains ont donné leur vie pour défendre leurs idéaux.

 


Au milieu de toute la confusion politique de l'époque se trouvait un homme du nom de Wenseslao Moguel, qui combattait pour un groupe de rebelle qui se révolta en 1915. Son groupe combattait au pour le général rebelle Abel Ortiz de Argumedo, qui venait de trahir son ancien gouverneur. Un tel affront ne passa pas inaperçu et rapidement un haut responsable de l'armée du gouvernement envoya des troupes pour contenir les forces rebelles.


Il envoya 7000 soldats bien équipé et entrainé affronter quelque 5000 rebelles, qui pour la plupart étaient des hommes sans équipement, sans entraînement, essentiellement des civils qui étaient devenus soldat pendant la nuit. L'affrontement eut lieu le 18 mars 1915, et ce fut un véritable massacre. On raconte que la bataille a duré environ 30 minutes.

 

Le dernier groupe de rebelles fut capturé vivant, dans ce groupe se trouvait Wenseslao Moguel. La règle était claire, les révolutionnaires étaient des traîtres et ils seraient exécuter sans aucune forme de procès. Les soldats formèrent donc un peloton d'exécution.

 



Huit soldats ouvrent le feu sur Moguel, mais seulement trois balles le touchent. L'une d'elles le frappe au côté droit du corps, mais ne touche pas d'organes vitaux, l'autre lui touche le bras droit et la dernière le touche à la cuisse gauche. Maintenant au sol, il feint d'être mort. Malheureusement, un officier vient s'assurer que le travail est bien fait et, à bout portant, lui tire une balle en plein visage. Mais ce jour-là, la mort semble avoir trop de boulot. La balle lui toucha la joue et la mâchoire inférieure avant de ressortir. Moguel, toujours vivant, feint d'être mort.


Des soldats s'emparèrent de son corps et le jetèrent parmi les cadavres de ses compagnons d'infortune. Parce qu'il était dans le dernier groupe à se faire exécuté, Moguel ne serait pas enseveli sous les corps, qui ont été laissés à l'air libre. Aussitôt les soldats partis, Moguel, toujours vivant, réussit à se déplacer et à quérir l'aide d'une femme. Cette dernière le dissimula et l'amena voir un docteur.


Une fois la révolution terminée, l'histoire de Wenseslao Moguel fait rapidement le tour du pays. Il devint mondialement célèbre après avoir été invité à Ripley Believe!, une émission de télévision animée par Robert L. Ripley sur le réseau NBC. Il fut présenté comme étant le seul homme ayant survécu à un peloton d'exécution. Wenceslao Moguel Herrera, "El Fusilado de Halacho, mourut de cause naturelle au cours des années 1970.

 

 

 

© Dark-Stories.com - 4 février 2013

Source: http://superpazzesco.wordpress.com

Bloody Mary - Marie la sanglante


Bloody Mary

La légende urbaine du fantôme de Bloody Mary


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

Bloody Mary ou Marie la sanglante est un fantôme légendaire au coeur d'une très populaire légende urbaine. Dans le folklore,  il est dit qu'une femme apparaît dans le miroir si son nom, "Marie la sanglante" est dit par trois fois de suite. L'apparition de Marie la sanglante peut avoir une attitude neutre, mais quelques fois malveillante, selon les variantes de la légende et les intentions de la personne qui l'invoque. Les différentes versions de cette légende urbaine se retrouvent dans presque toutes les sociétés et d'autres légendes urbaines similaires, comme Hanako-san, le fantôme japonais qui hante les salles de bains.

 

Selon la croyance populaire, la personne souhaitant invoquer Bloody Mary doit se trouver dans l'obscurité, devant un miroir éclairé à la chandelle. Elle doit fixer le miroir et répéter trois fois: "Bloody Mary" ou "Marie la sanglante". C'est alors qu'une femme, portant une robe blanche ensanglantée, apparait alors dans le miroir.

Il existe une multitude de versions de cette légende urbaine, dans certaines son nom doit être appelé treize fois. Les intentions de Bloody Mary aussi peuvent aussi varier. Dans certaines versions elle répondra aux questions qui lui seront posé, dans d'autres, elle tentera d'attraper et de tuer la personne ayant fait l'invocation. Pour obtenir des réponses de Bloody Mary sans qu'elle disparaisse, il faut éviter de la regarder et ce concentrer sur son propre reflet dans le miroir.

Selon une croyance populaire autour de cette légende, la personne qui dirait "Marie, j'ai tué ton bébé" ou "Marie, j'ai ton bébé", provoquerait une attaque imminente de la part de Marie la sanglante. Si la personne l'ayant provoqué ne réussi pas à s'enfuir en lieux sûr, elle risque de se faire tuer par l'entité malveillante.
 
 

Les origines de Bloody Mary


L'origine de cette légende urbaine remonte à une vieille croyance qui voulait qu'une jeune fille puisse voir le visage de son futur mari dans un miroir en accomplissent un petit rituel. Elle devait se trouver dans l'obscurité, monter les escaliers avec une bougie à la main et se diriger devant un miroir. En se concentrant sur celui-ci, il devait apparaitre le visage de leur futur époux. Il était aussi possible de voir apparaître une tête de mort, ce qui annonçait qu'elle était destinée à mourir avant son mariage. Cette croyance fut popularisée grâce à une carte d'Halloween qui parut au début du 20e siècle.


Les variantes de ce rituel ont été nombreuses, tout comme les croyances envers qui est Bloody Mary. Selon les versions,  la légende moderne affirme que Marie la sanglante serait une même sorcière qui aurait brûlé sur le bûcher, elle est une mère infanticide, une femme qui a perdu son enfant et s'est suicidée ou bien une femme morte en couches… Selon une autre légende, il s'agirait d'une jeune fille tombée dans le coma suite à une maladie, son père médecin voulait la sauver, mais des rumeurs disaient que sa fille était une sorcière, il a donc du l'enterrer vivante, elle s'est réveillée et a sonné la cloche qu'on avait accrochée a son poignet, ses parents ne l'ont pas entendue, au matin son père a été prié à la tombe. Il a vu la cloche cassée et l'a déterrée, il était trop tard, elle était morte asphyxiée et avait les mains pleines de sang, car elle avait gratté la tombe pour tenter de sortir et s'était arrachée les ongles. Dans certaines régions, particulièrement au Québec, la Marie est question est la Sainte Vierge, qui est directement provoquée lorsqu'il est dit "Sainte Marie, vierge de sang" .


L'une des variantes les plus intéressantes est que la croyance de Bloody Mary serait anglaise, et le rituel aurait pour but d'invoquer l'esprit de Marie Tudor, ancienne reine d'Angleterre, mieux connue sous le nom de Marie la sanglante. Les railleries concernant le bébé de Blood Mary feraient référence à la vie de cette cruelle reine, qui fut marquée par les fausses couches ou de grossesses nerveuses. Elle ne réussit pas à mettre au monde un enfant et la pression sur elle était très grande.


Les croyances au sujet des miroirs, et de leurs capacités à servir de passage ou de moyen de communication avec l'autre monde sont nombreuses. Traditionnellement, lorsqu'un membre de la famille mourrait, on recouvrait les miroirs de la maison afin que le défunt ne puisse pas voir son reflet et puisse ainsi quitter la demeure familiale en toute quiétude.


Janet Langlois , un folkloriste américain écrivit un essai entourant cette légende urbaine aux environs de 1978. Il servira plus tard à écrire le scénario du film Candyman de Bernard Rose (1992). Plus tard, en 2005, Mary Lambert réalise le film "Urban Legend 3: Bloody Mary", mettant en vedette la fameuse légende urbaine, tel que présenté par ce critique de films d'horreur et fantastique, qui relancera de nouveau la popularité de Bloody Mary.

 

 



David Magny pour Dark-Stories.com
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Références:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bloody_Mary_%28folklore%29
http://en.wikipedia.org/wiki/Bloody_Mary_%28folklore%29
http://www.snopes.com/horrors/ghosts/bloodymary.asp

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=224445861X&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2228900281&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2228895342&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2763788017&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Aka Manto - Le manteau rouge


Aka Manto

Le légende du fantôme meurtrier


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

Les légendes urbaines japonaises sont riches de personnages intéressants. L'un d'entre eux est Aka Manto, ce qui signifie "la cape rouge" ou "le manteau rouge". On le nomme aussi Aka Hanten, Ao Hanten ou Ao Manto. Il est un fantôme japonais meurtrier qui hante les toilettes des filles. Il porte un grand manteau rouge et un masque blanc, afin de cacher sa beauté. En effet, Aka Manto est incroyablement beau et est doté d'un charisme qui désarmerait n'importe qu'elle femme. Elles sont incapables de lui résisté, et sont donc des victimes faciles. De son vivant, il aurait enlevé une belle jeune fille qui lui refusait son amour et personne ne les a jamais revus.

 

 


Selon la légende, ce fantôme se cache dans le dernier cabinet de la toilette des filles et lorsqu'une jeune fille a terminé de faire sa commission, il lui demande: "Que préférez-vous, une cape rouge ou une cape bleue ?". Si la fille répond rouge, il lui tranche la gorge enfin que ses vêtements soient tout ensanglantés. Si elle répond la cape bleue, il l'attrape par le cou et l'étouffe jusqu'à ce que son visage devienne tout bleu. Nombreuses sont les jeunes femmes futées qui ont tenté de le déjouer, mais si la victime répond une troisième couleur, des bras blancs sortent du plancher et entraine son âme dans les abysses de l'enfer.  Selon certaines croyances, il est possible de répondre: "Aucun, je n'en ai pas besoin", ce qui ferait disparaître l'esprit. Cependant, d'autres racontent qu'au contraire, c'est également un aller simple pour l'enfer. Aka Manto serait le seul fantôme japonais qui ne pourrait pas être déjoué. Il est possible de tenter de s'enfuir aussi vite que possible, mais le résultat est toujours le même: la mort. Dans certaines versions, on raconte qu'il apparait en face de sa victime, qui tombe évidemment sous son charme. Sa large cape bloque le passage, et la jeune fille est prise au piège dans le cabinet.


Dans une histoire populaire qui circule énormément sur ce fantôme, on raconte une intervention policière qui aurait mal tourné, quelque part dans une école du Japon. Ce jour-là, une jeune fille a entendu une voix masculine, provenant du cabinet voisin au sien, qui disait: "Allons-nous mettre une veste rouge?". Prise de panique, elle s'est enfuie sans même remonter son pantalon, se hâtant d'aller raconter au professeur ce qui venait de lui arriver, et la police a été appelée.


Une femme policière est donc entrée dans la salle de bain afin d'interpeller cet individu, alors que son partenaire masculin attendait à l'extérieur. Elle entendit la même voix, lui demandant "Allons-nous mettre une veste rouge?". L'agent de police qui était à l'extérieur des toilettes écoutait attentivement et entendit la réplique de sa partenaire: "Ok, mettez-le!"  Soudain, un cri se fit entendre, suivi d'un bruit sourd. Lorsque le policier ouvrit la porte, il trouva la femme gisant sur le sol, décapitée. Ses vêtements étaient, bien entendu, couverts de sang.


Il existe plusieurs variantes de cette légende urbaine, dans l'une d'elles il arrache littéralement la peau de ses victimes, draine tout le sang de leur corps ou les pends. Dans la version la plus cocasse, on ajoute même qu'une personne qui lui répond "jaune" se retrouvera la tête enfoncée dans la cuvette. La question posée n'est pas toujours la même. Dans certaines versions il dit cape, manteau ou tout simplement demande de quelle couleur sera le papier.

Aka Manto n'est pas le seul fantôme à hanté les toilettes publiques. Hanako-san et Kashima Reiko sont deux fantôme de type Yūrei, au coeurs de légendes urbaines japonaises similaires.

 

 

David Magny pour Dark-Stories.com
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Références:
http://creepypasta.wikia.com/wiki/The_Aka_Manto_and_Inglip
http://www.scaryforkids.com/red-cloak/
http://en.wikipedia.org/wiki/Aka_Manto
http://www.wattpad.com/9232827-8-scary-japanese-urban-legends-3-red-cloak-aka

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=224445861X&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2228900281&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2228895342&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2763788017&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Un roi trop gourmand


Un roi mort de gourmandise

Adolphe-Frédéric, roi de Suède, était gourmand... Trop gourmand.


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

 

Si c'est vrai que bien des gens sont morts de faim, certains ont marqué l'histoire parce qu'ils mangeaient beaucoup trop. C'est le cas de Adolphe-Frédéric, roi de Suède entre 1751 et 1771, qui adorait manger. Il aimait tellement mangé qu'il en est mort.

En effet, un soir, il a mangé un repas géant, bien arrosé au champagne, qui se composait de homard, de caviar, de choucroute, de hareng fumé ainsi que d'une bonne soupe au chou. Après la 14eme portion de son dessert préféré, du semla (une brioche fourrée à la pâte d'amande et à la crème), il eut un léger malaise, qui allait bientôt devenir un terrible mal de ventre. Cette indigestion fut fatale.

 

 

David Magny pour Histoires macabres et insolites

Références:

http://fr.wikipedia.org/wiki/

Kashima Reiko - Le fantôme sans jambe


Kashima Reiko

La terrifiante légende du fantôme sans jambe

 

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

La légende urbaine entourant Kashima Reiko est des plus divertissantes. Mais avant de vous raconter son histoire, vous devez être informé d'une chose très importante: ceux qui apprennent la légende de Kashima Reiko la provoquent, et elle leur apparaît au cours du mois. Si vous ne souhaitez pas la rencontrer, vous ne devriez peut-être pas lire ceci...

 

 


Kashima Reiko est un fantôme japonais du type Yūrei, des entités malfaisantes qui parcourent le Japon en quête de vengeance. Tout comme Hanako-san, elle apparait aux gens dans les toilettes publiques, mais on raconte qu'elle peut aussi bien apparaître dans n'importe quelle salle de bain.


C'est le fantôme d'une femme qui habitait la ville de Hokkaido, au Japon. Un soir, dans un endroit isolé, elle fut agressée par un groupe d'hommes. Après l'avoir violé et sauvagement battu, ils la laissèrent derrière eux, la croyant morte. Lorsqu’elle reprit connaissance, elle tenta d'appeler à l'aide, mais personne ne l'entendit. Elle rampa alors afin de trouver de l'aide, mais s'effondra sur une voie ferrée, inconsciente. Évidemment, le train a passé et l'a coupé en deux, la tuant sur le coup.


Depuis, sont fantôme vengeur a erré dans le monde, à la recherche de ses jambes manquantes. Elle est généralement aperçue dans les toilettes des écoles, mais peut aussi bien apparaître dans votre salle de bain au milieu de la nuit. Lorsque vous entrez dans la salle de bain, elle vous posera une question. Si vous ne pouvez pas lui répondre, elle vous arrache les jambes.


Elle demande à ses malheureuses victimes: "Où sont mes jambes ?". Les gens qui ne savent pas quoi lui répondre se sont immédiatement démembrés. Selon les différentes versions de la légende, il existerait plusieurs réponses correctes qui calmeraient le fantôme. L'une d'elles est de lui répondre: "Sur l'autoroute Meishin" (une autoroute japonaise). Le fantôme demande alors: "Et qui est-ce qui te l'a dit ?", et la personne doit répondre "C'est Kashima Reiko qui me l'a dit". Après cette réponse, elle disparaîtrait. Une autre version affirme qu'il est efficace de dire, "Moi je ne sais pas, mais (dire le nom d'une personne que vous n'aimez pas) le sais !" Cette réponse fait immédiatement partir le fantôme, qui s'attaque ensuite à la personne qui fut précédemment nommée.


Si elle vous demande: "Connaissez-vous mon nom?", prenez garde. Il s'agit d'une question piège. Kashima est un diminutif pour Kamen Shinin Ma, qui veut dire "Démon mort masque", son véritablement nom.  Il serait bien d'essayer de vous en souvenir, car elle tue sauvagement les gens qui ne répondent pas correctement.


Vous saviez qu'une fois informée de la légende de Kashima Reiko, elle vous apparaitrait dans moins d'un mois ?

 

 Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.
Référence: http://www.scaryforkids.com/kashima-reiko/

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2290352152&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2228900281&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2228895342&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2763788017&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Hanako-san - Le fantôme des toilettes


Hanako-san

L'esprit malveillant qui rôde dans les toilettes japonaises

 

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

Hanako-San est le fantôme d'une terrifiante jeune fille qui hante les toilettes publiques du Japon. Similaire à la légende urbaine Bloody Mary (Marie la sanglante), cette jeune fille est au centre d'une légende urbaine très populaire et est devenue le fantôme japonais le plus connu au monde. Cet esprit malveillant et cruel se présente comme étant un Yurei, un type de revenant vengeur et malfaisant.

 

 

Selon la légende urbaine, il n'est pas rare que cette mystérieuse fille apparaisse dans le troisième cabinet des toilettes du troisième étage - généralement celle des filles - mais la légende varie d'une école à l'autre. Les détails sur son apparence physique varient tout autant, mais elle est généralement représentée comme ayant de longs cheveux noirs décoiffés et une jupe rouge.


Le comportement d'Hanako-san varie également selon la location, mais la plupart du temps elle n'est pas agressive et reste cachée dans les toilettes, jusqu'à ce qu'un étudiant aventureux décide de la provoquer. Le fantôme d'Hanako-San peut être conjuré en frappant trois coups sur une porte, en répétant son nom avant de poser une question. La question la plus simple et la plus commune étant simplement: "Hanako-San, es-tu là?" Si la conjuration a bien fonctionné et qu'elle est là, elle devrait répondre avec une voix sépulcrale: "Oui, je suis là!" Dans certaines histoires on prétend que si l'étudiant est suffisamment courageux pour ouvrir la porte, il devrait se retrouver nez à nez avec cette jeune et ensuite entraîné dans les toilettes.

 

 


L'origine de la légende de Toire no Hanako-san (Hanako-San, le fantôme des toilettes) est plutôt obscure. Le phénomène a atteint une popularité de niveau national durant la décennie de 1980, mais certaines spéculations affirment que Hanako-San existe depuis les années 1950. Une version affirme qu'elle serait le fantôme d'une étudiante morte lors d'un bombardement durant la Deuxième Guerre mondiale, alors qu'elle jouait à cache-cache. Une autre histoire prétend qu'elle serait le fantôme vengeur d'une jeune fille qui, poursuivit un maniaque ou un professeur avec qui elle aurait eu une aventure, se serait réfugié dans les toilettes du troisième étage de son école avant d'y être assassiné. Dans une troisième version, on raconte qu'elle serait morte d'un banal accident survenu à son école. Comme exemple, l'histoire populaire dans la ville de Fukushima prétend qu'elle est tombée par la fenêtre de la bibliothèque.


Les versions de cette histoire sont très nombreuses et certaines variations sont plutôt originales:

- Aux environs de Yamagata, on raconte que si Hanako-san vous parle d'une voix ténébreuse c'est signe qu'il vous arrivera quelque chose de terrible. À cet endroit on la représente quelques fois comme un lézard long de trois mètres, possédant trois têtes et imitant la voix d'une jeune fille afin d'attirer ses proies.


- Dans une école de la ville de Kurosawajri, on raconte qu'une large et puissante main blanche émerge du sol du troisième cabinet pour venir saisir sa victime dès que celle-ci a dit le dernier "Hanako-san".


- Dans la toilette pour garçon de Yokohama, il est dit qu'une main ensanglantée émerge directement de la cuvette lorsqu'une personne marche alentour en disant trois fois le nom de Hanako-san.

 
Plusieurs éléments de la légende de Hanako San se retrouvent dans d'autres histoires très similaire, comme celle de Bloody Mary ou encore celle du film Candyman de Bernard Rose (1992), tel que présenté par ce critique de films d'horreur et fantastique.

Il existe d'autres légendes urbaines concernant des entités qui hantent les salles de bain. Le fantôme amputé de Kashima Reiko cherche désespérément à retrouver ses jambes alors que l'esprit d'un homme du nom de Aka Manto assassine sauvagement les pauvres filles qui se rendent aux toilettes. Mais ça... c'est d'autres histoires !

 

 

D'après une traduction de:
http://pinktentacle.com/2010/04/hanako-san-terror-of-the-toilet/


 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=224445861X&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2228900281&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2228895342&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2763788017&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Gloomy Sunday - La mélodie du suicide

 

Gloomy Sunday (Sombre dimanche)

L'étrange histoire d'une chanson qui pousse les gens au suicide



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

"Szomorú Vasárnap", une mélodie d'origine Hongroise, a la sinistre réputation de pousser les gens au suicide. Cette chanson a été interprétée dans plusieurs langues: on la connait sous le nom de "Gloomy Sunday" en anglais et "Sombre dimanche",  en français. Le phénomène entourant cette chanson, qui fut alimenté par plusieurs légendes urbaines, l'a fait bannir de plusieurs stations de radio à travers le monde.


L'histoire commence en décembre 1932, alors qu'un pauvre hongrois du nom de Reszo Seress tente désespérément de gagner sa vie comme auteur-compositeur à Paris. Depuis plusieurs mois, ses tentatives sont nombreuses, mais les résultats restent toujours décevants. Même si ses chansons ne parviennent pas à séduire les éditeurs et maisons de disques, il ne veut pas changer de rêve : il deviendra un auteur-compositeur célèbre. Sa conjointe désire l'appuyer dans son projet, mais elle met de la pression afin qu'il se trouve un emploi normal qui pourrait leur apporter plus de revenus. Il reste inflexible, il gagnera sa vie en écrivant des chansons, ou deviendra vagabond.


Un après-midi de décembre, le couple se disputa violemment, à propos des insuccès de Seress. C'est la séparation. Le lendemain de cette dispute, Seress s'assit devant son piano en regardant, par la fenêtre de son appartement, le triste ciel de Paris. C'était une journée pluvieuse et d'épais nuages assombrissait le l'horizon.

 



" Quel sombre dimanche " pensa-t-il, alors que ces mains commencèrent à jouer, aléatoirement, une bien triste et étrange mélodie. Cette musique mélancolique semblait parfaitement exprimer ses sentiments, il avait le coeur lourd de chagrin.

"Oui ! Sombre dimanche !" dit-il soudain. Il se précipita sur un crayon et une vieille carte postale, afin d'écrire cette triste composition. À peine trente minutes plus tard, il avait terminé cette nouvelle composition, celle qui devait changer sa vie à jamais.

Seress envoya sa composition à une première maison de disque et attendit la réponse avec excitation. Il savait cette mélodie différente des autres et avait beaucoup d'espoir d'obtenir sa première réponse positive. Quelques jours plus tard, sa composition lui fut retournée avec une note de refus: "Sombre dimanche est étrange, avec un rythme et une mélodie trop dépressive. Nous sommes désolés de vous dire que nous ne pouvons pas l'utiliser."


Il l'expédia donc à un autre éditeur et cette fois ce fut accepté. Ce dernier annonça à Seress que sa chanson allait bientôt être jouer dans les plus grandes villes du monde. Le jeune hongrois ne pouvait pas être plus heureux. Des paroles furent écrites par le poète László Jávor, qui venait, lui aussi, de vivre une douloureuse séparation avec sa fiancée.  Ses écrits parlaient de la douleur de la séparation et de l'espoir de retrouver son amour perdu dans l'au-delà.


Dans les mois qui suivirent, alors que la mélodie était imprimée et distribuée par le monde, des évènements troublants vinrent ternir la réputation de cette toute nouvelle composition. Tout commença à Berlin, alors que dans une soirée, un jeune homme demanda à l'orchestre de jouer "Sombre dimanche". Après que les musiciens aient interprété la chanson, l'homme rentra à la maison et se fit exploser la cervelle avec un revolver. Les derniers propos qu'il aurait tenus étaient au sujet de cette musique qu'il ne pouvait plus s'enlever de la tête. Cette mélodie était, "Sombre dimanche". Moins d'une semaine plus tard, dans la même ville, une jeune vendeuse est retrouvée pendue dans son appartement. Les policiers qui menèrent l'enquête trouvèrent les partitions de "Sombre dimanche" sur le piano de la jeune femme.


Deux jours seulement après cette tragédie,  c'est une jeune secrétaire de New York qui se suicida en se gazant volontairement dans sa voiture. Elle laissa une note précisant qu'elle souhaitait que "Gloomy Sunday" soit jouer à ses funérailles. Moins d'un mois plus tard, un vieil homme de 82 ans, après avoir joué la troublante mélodie sur son piano, sauta du balcon de son appartement, situé au septième étage d'un édifice à logement. Au même moment, à Rome, un adolescent sautait du haut d'un pont après avoir écouté "Gloomy Sunday".


Les journaux de l'époque commencèrent rapidement à associer la composition de Seress avec les nombreux suicides qui survenait, un peu partout dans le monde. C'était une période difficile, c'était l'époque de la grande dépression. Les pertes d'emplois, la pauvreté et la famine sévissaient partout sur la planète, et la mélodie de Seress n'était rien pour remonter le moral de la population. Pourtant, elle gagnait constamment en popularité. Un cas fort médiatisé fut celui d'une femme de North London, qui fit jouer dans son appartement, à plein volume et en répétition, un enregistrement de Gloomy Sunday. Ceci  troubla et effraya les voisins, car la réputation de cette chanson était déjà bien rependue. L'aiguille du tourne-disque resta finalement emprisonnée dans une des rayures, faisant jouer les mêmes notes encore et encore. Les voisins martelèrent la porte de la femme et, puisqu'il n'avait aucune réponse, l'enfoncèrent. Leur voisine était morte dans son fauteuil d'une overdose de barbituriques.


On raconte que Seress a subi les contrecoups de sa tristement célèbre composition. Ce dernier écrivit quelques lettres à son ancienne conjointe, sans jamais avoir de réponse. Après avoir fait quelques démarches, la police lui apprit qu'elle s'était empoisonnée, et que la composition de "Gloomy Sunday" avait été trouvée dans son appartement.


{dailymotion}xr0mux?syndication=115201{/dailymotion}


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 


Alors que les années passèrent, la chanson fut associée à de plus en plus de morts étranges et troublantes. On rapporte qu'au moins une vingtaine de cas sérieux ont été associés à cette composition et, en 1941, la BBC décida de complètement bannir la chanson de ses ondes, comme l'avaient fait les radios hongroises.


Vers la fin des années 1930, l'ombre de la Seconde Guerre fit oublier les histoires autour de la chanson, et cette dernière fut détrônée des chansons les plus populaires. En temps de guerre, la musique doit être plus motivante et heureuse afin de protéger le moral de la population.


L'auteur-compositeur Reszo Seress ne devait cependant plus gouter à la gloire. Pendant l'occupation nazie, en Ukraine, il fut envoyé aux travaux forcés. Il survécut, mais sa mère périt dans ce camp. Sa vie continua à être triste et la célébrité le fuyait. En 1968, trente-cinq ans après avoir écrit son seul et grand succès, Seress se jeta de la fenêtre de son appartement de Budapest. Il survécut à cette chute, mais réussit à se suicider quelques heures plus tard, dans sa chambre d'hôpital, en s'étranglant avec un fil électrique. Dans le New York Times de l'époque, nous pouvions lire un article faisant mention des évènements:


Budapest, 13 Janvier 1968


Rezsoe Seress, celui qui composa la célèbre chanson, "Gloomy Sunday"  et qui fut blâmé pour la vague de suicide durant les années trente, s'est enlevé la vie.  Les autorités ont révélé que Mr. Seress a sauté de sa fenêtre dimanche passé, après avoir célébré son soixante-neuvième anniversaire. Les années trente ont été marqué par une sévère crise économique et une atmosphère politique qui mena à la Deuxième Guerre mondiale. La chanson mélancolique écrite par Mr. Seress avec les mots du poète Ladislas Javor, dis: "Moi et mon coeur avons décidé d'en finir". Il fut donc blâmé pour la hausse de suicides et la chanson fut bannie par les autorités hongroises. Le succès de la chanson "Gloomy Sunday" n'aurait fait qu'alimenter la déprime de l'auteur, car celui-ci prétendait qu'il ne pourrait plus jamais écrire une autre chanson aussi populaire.


— The New York Times, January 13, 1968

 

Auteur: David Magny, pour Dark-Stories.com
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Références: Strange Mysteries by Tom Slemen
http://en.wikipedia.org/wiki/Gloomy_Sunday

Vieillards armés et amoureux

 

Vieillards amoureux et dangereux !

Les terrifiantes histoires d'amour d'une femme spontanée



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Il n'y a pas d'âge pour vivre des histoires d'amour passionnées, avec des rebondissements inattendus et des dénouements extraordinaires...


Un bon exemple est Zivkica Jankovic, une femme âgée de 52 ans, qui aimait bien les hommes plus âgés qu'elle. Son conjoint était un homme de 77 ans du nom de Radivoje Sinadinovic. Les deux tourtereaux avaient même prévu se marier !

 

Mais un voisin, Ljubisa Petkovic, 78 ans, enviait leur bonheur et désirait, lui aussi, partager le coeur de Zivkica. Alors que Radivoje était absent, le nouveau prétendant usa d'un stratagème des plus douteux. Il parvint à séduire Zivkica en se vantant du montant de sa pension et en lui offrant une bouteille d'eau-de-vie de prunes. Il n'en fallait pas plus pour que la femme plie bagage et s'amourache du voisin.

Mais le malheureux cocu n'avait pas l'intention de laisser les choses se faire sans réagir. Il prit un pistolet et se rendit chez son voisin, afin de lui régler son compte et de reconquérir le coeur de Zivkica. Arriver chez lui, il trouva et se mit à lui donner une correction. Le nouvel amant intervint, mais Radivoje les menaça alors de son révolver.

 


Ljubisa n'allait pas se laisser faire, il saisit une hache en engageant le combat avec son adversaire. S'en suivit donc un duel épique les deux septuagénaires, durant lequel, en fin de compte, la femme recevra une balle perdue dans le bras.

Le combat dura plusieurs minutes et une vingtaine de policiers ont dû intervenir pour mettre fin à cet affrontement.

 

 

 

 

 

David Magny, pour Histoires macabres et insolites
Le mercredi 12 juin 2013



http://www.lepoint.fr/actualites-insolites/2007-03-05/querelle-de-retraites-amoureux-a-la-hache-et-au-pistolet/
http://metro.co.uk/2007/03/05/pensioners-in-plum-brandy-brawl-128943/

Le O-Kee-Pa : L'initiation par la torture

 

Le O-Kee-Pa : L'initiation par la torture

La terrible épreuve que subissaient les guerriers Mandans



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Les Mandans étaient une tribu qui vivait en Amérique du Nord, plus précisément dans les plaines du Missouri, aux États-Unis. Ils vivaient de la chasse du bison et habitaient de petites huttes de terre.

Chez les Mandans, devenir guerrier était un évènement de la plus grande importance, et pour y accéder à cette dignité suprême, le jeune homme guerrier devait présenter une endurance et un courage des plus exceptionnels. L'initiation finale se nommait « O-kee-paa » et était une cérémonie de torture rituelle d'une grande cruauté.

Pour commencer le rituel, le prétendant guerrier devait passer 4 jours sans dormir, sans boire ni manger. Ensuite, son corps était couvert de peinture de guerre, il enfilait des vêtements richement ornementés et pouvaient se présenter dans la hutte des cérémonies.

 

 

C'est à cet endroit que le chef des sorciers de la tribu lui entaillait la poitrine et les épaules avec un couteau et installait des broches de bois sous les muscles. Le jeune guerrier avec ses plaies sanglantes était prêt à passer à la seconde étape.

Les autres sorciers attachaient alors des lanières de cuir résistantes à ces broches de bois, et le soulevaient dans les airs. Pour augmenter le supplice de cette torture, ils attachaient des objets lourds à leurs jambes et ils faisaient tournoyer le corps, généralement jusqu'à l'évanouissement de l'apprenti guerrier.

On ignore exactement combien de temps le jeune guerrier devait rester dans cette position, mais nous savons que certains y succombaient. Cependant, tout n'est pas terminé pour le futur héros, en fait, la cérémonie ne fait que commencer.

Une fois descendus sur le sol et plus ou moins rétablis, les sorciers lui remettaient une hachette avec laquelle il devait se couper lui-même le petit doigt de la main gauche. On lui attachait par la suite des cordes aux poignets et le faisait courir en rond jusqu'à ce qu'il perte totalement conscience et tombe par terre, totalement épuisé.

 


Le O-Kee-Pa - Un rituel d'initiation par la torture


Une fois qu'il avait surmonté toutes les tortures, le jeune homme était nommé authentique guerrier et pouvait rentrer chez lui avec tout l'honneur qui lui était dû. On ignore cependant combien de leurs guerriers ont eu à affronter cette cérémonie, combien en sont morts reste également un mystère. D'après plusieurs historiens, cette initiation par la torture était aussi une méthode de sélection naturelle. Les plus faibles devaient mourir au cours de l'initiation alors que les plus forts dirigeraient la tribu.

C'est un peintre américain qui vécut pendant quelque temps avec la tribu qui rapporta cette coutume de torture insolite. Sans lui, le O-kee-pa serait resté inconnu de tous. D'ailleurs, l'image sur cette page est une peinture réalisée par cet homme. Selon ses dires, il a repeint fidèlement une partie de la cérémonie donc qu'il avait pu observer.

L'histoire de la tribu Mandans est très triste cependant, malgré leur bravoure et les prouesses de leurs jeunes guerriers, ils ne purent vaincre l'épidémie de variole qui frappa leur village et la majorité d'entre eux moururent. Les quelques chanceux indiens qui en échappèrent s'intégrèrent à de nouvelles tribus, laissant ainsi les traditions et la mémoire des Mandans disparaître à tout jamais.

 

 



Références: Strange stories, amazing facts ( Sélection du Reader's Digest ) 1979

Les pluies merveilleuses

 

Les pluies merveilleuses

Surveillez bien ce qui tombe du ciel...



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

On appelle habituellement "pluies merveilleuses", des pluies formées d'objets, de végétaux et même d'animaux ! Ces faits prodigieux, accueillis avec la plus grande réserve par les scientifiques, ont été signalés depuis l'Antiquité, jusqu'à ces dernières années.

Dans son ouvrage Le Livre des Damnés (1919), Charles Fort, journaliste américain, se consacra à ces phénomènes inexpliqués de pluies de substance gélatineuse, de boue, de matières végétales, de feuilles mortes – qui tombèrent une demi-heure durant à Clairvaux en 1794 et durant dix minutes en Indre-et-Loire, à Autrèche, en avril 1869 -, de lavande – à Oudon, en Loire-Atlantique, en 1903 -, de carbonate de soude, d'acide nitrique, de calcaire, de sel, de coke, de cendres, de serpents, de fourmis, de vers et de boulets de canon, entre autres.

 

Les pluies merveilleuses



Charles Berlitz, quant à lui, mentionna dans son livre des Phénomènes étranges du monde, des déluges d'oiseaux et même de morceaux de viande saignante !

Certains de ces phénomènes ont pourtant trouvé une explication parfaitement rationnelle. C'est le cas notamment de la pluie de soufre, attestée dès les temps les plus anciens et au Moyen Âge : à la fin du XVIIe siècle, on comprit que la couleur jaune de cette pluie venait de ce qu'elle était chargée du pollen des fleurs de certains arbres, surtout des pins et des sapins. Ce qu'on appelait pluie de laine désignait simplement une ondée chargée du duvet que produisent les graines des peupliers et de certains saules. Les pluies de lait, comme celle qui tomba aux environs de Rome en 234 avant notre ère et celle de 109 qui précéda l'incendie de Rome, "ont été expliquées par l'adjonction de matières crétacées poussées dans les airs par des tourbillons et formant alors avec la pluie une eau laiteuse."

Au XIXe siècle, les spécialistes expliquèrent les prétendues pluies de sang, très impressionnantes, dont la couleur rouge serait due à la terre, à des poussières de minéraux ou d'autres matières balayées par les vents, ou encore à des papillons qui répandaient des gouttes d'un suc rouge. Des pluies de sang tombèrent ainsi à Lisbonne en 1551 et à Freiberg (Allemagne), trois ans plus tard. À celle-ci s'ajouta également une pluie de chair humaine, qui s'expliqua finalement par une chute de pierres volcaniques ressemblant à de la chair desséchée.

La pluie de "manne" tient, elle, du miracle : en 371, il tomba en Artois, alors que les terres étaient stériles, une pluie très grasse avec une châsse contenant de la laine : "Elle engraissa tellement de terre qu'elle fut appelée manne, à l'exemple de celle dont Dieu nourrit son peuple dans le désert." Cette relique est d'ailleurs conservée à l'église d'Arras où tous les ans une messe célèbre ce prodige.


Les pluies d'objets



Une pluie de croix tomba en 367 le jour où Julien l'Apostat, "voulant réédifier le temple de Jérusalem, vit ses efforts impies confondus par le courroux divin. Ces croix, après avoir sillonné les airs, venaient se fixer sur les vêtements des spectateurs." Des croix tombèrent également du ciel en Calabre vers 746, puis en Allemagne en 1503, où elles avaient "la teinte d'un pain fait de pure fleur de farine."

Selon une croyance du Moyen Âge, des pluies d'armes se produisaient la nuit aux approches des grandes guerres. Parmi ces armes se trouvaient des hallebardes, des épées, très communes, et plus rarement des haches.

Patrice Walker, chroniqueur écossais, témoigna ainsi : "Pendant le mois de juin et de juillet dans les environs de Crossford Boat, à deux minutes au-dessous de Lanarck, et particulièrement à Clyde, un grand nombre de personnes se rassemblèrent pendant plusieurs soirées. Il y avait là une pluie de bonnets, de chapeaux, de fusils et de sabres, qui couvraient les arbres et la terre ; des compagnies d'hommes armés, marchant en bon ordre sur le bord de l'eau ; des compagnies rencontrant des compagnies, se traversant les unes les autres, puis tombant à terre et disparaissant. [...] Je m'y rendis trois soirées consécutives et je remarquai qu'il y avait les deux tiers des spectateurs qui voyaient ce prodige, et un tiers qui ne le voyait pas. Quoique je ne puisse donc rien voir, il y avait une telle frayeur et un tel tremblement parmi ceux qui voyaient que même ceux qui ne voyaient pas pouvaient s'en apercevoir. [...] Ceux qui virent ce prodige, quand ils faisaient un voyage, voyaient toujours un bonnet et un sabre tomber sur le chemin."
À l'époque de l'invasion turque, il tomba en Allemagne, comme signe avant-coureur, de petits turbans, mignonnement ouvragés. La bataille de Lépante, en 1571, qui "délivra la Chrétienté des armées musulmanes, mit ainsi fin aux pluies de turban."



Une pluie d'argent


En 197 de notre ère, une pluie de vif-argent tomba à Rome sur le forum d'Auguste. L'historien grec Dion Cassius en recueillit des gouttes et "s'en servit pour frotter une pièce de cuivre et lui donner l'apparence de l'argent pur, qu'elle conserva intact trois jours entiers." Le même phénomène se reproduisit sous le règne d'Aurélien au IIIè siècle.



Pluie de glace et d'icebergs


Au printemps 1968, un charpentier allemand qui travaillait sur un toit fut tué par une chandelle de glace de deux mètres de long. Un cube de glace échoua également sur une voiture dans une banlieue de Londres en mars 1974, tandis qu'à Tumberville, en Virginie (États-Unis), en mars 1976, un bloc de glace passa au travers du toit d'une maison. Un des policiers chargés de récupérer ce curieux morceau déclara : "En examinant la glace, je l'ai trouvée d'un blanc laiteux, froid et compressible dans la main." Les physiciens, quant à eux, conclurent qu'elle ressemblait à de l'eau ordinaire sortante du robinet.

La théorie développée par les astronomes selon laquelle la glace pourrait provenir d'un avion ne fit pas l'unanimité : d'une part, on n'avait entendu aucun avion peu avant la chute, d'autre part on avait retrouvé dans quelques fragments de glace des morceaux de gravier. Les météorologistes ne croyaient eux-mêmes pas à cette thèse.

En revanche, la chute d'un bloc de glace de couleur bleu foncé, pesant plus de quatre kilos, et qui s'écrasa sur une maison de Shenandoah (Pennsylvanie) en 1970, était sans doute formée d'un liquide tombé d'un avion.

Il faut signaler encore que des chutes de blocs de glace se sont produites bien avant l'invention de l'avion. Ainsi en 1847, à Ord en Écosse, il y en eut un de près de six mètres de circonférence. En juillet 1853, un iceberg "volant" s'abattit sur la ville de Rouen.

En janvier 1860, un navire qui s'approchait du cap de Bonne-Espérance essuya une violente bourrasque : "Le vent a subitement tourné de l'est au nord. Pendant la bourrasque, il y eut trois éclairs de lumière vive, l'un très près du bateau, et au même moment, une douche de glace est tombée pendant trois minutes. Ce n'était pas de la grêle, mais des morceaux de glace bien solides, de formes irrégulières et de différentes dimensions, allant jusqu'à la grosseur de la moitié d'une brique."



Pluie de pierres


Les pluies de pierres ne doivent normalement pas être interprétées comme extraordinaires : elles sont sans doute constituées par la chute d'aérolithes ou de corps provenant de l'espace. Mais elles ont longtemps effrayé la population et ne se comptent plus dans les archives de pluies fantastiques.

Elles étaient connues de tous les Anciens, comme en témoignent Tite-Live, Pausanias, Pline et Diodore entre autres. La plus ancienne chute de pierres connue intervient à Rome, sous le règne de Tullus Hostilius, après la ruine d'Albe, au VIIe siècle avant notre ère. Par ailleurs, une pierre unique tombée du ciel faisait toujours l'objet d'un culte superstitieux et certains l'utilisaient pour la prophétie. Et c'est sur cette même base de croyance qu'est fondé le pèlerinage à La Mecque pour les musulmans : l'adoration d'une pierre unique tombée du ciel, offerte par Mahomet.

La plus grosse pierre tombée du ciel est celle qu'on retrouva en Alsace, à Ensisheim en 1492, puisqu'elle pesait environ trois cents livres. Au début du XVIe siècle, 1 200 pierres environ, dont une pesant cent livres et une autre soixante, tombèrent en Italie, près de l'Adda.

On signale également une pluie de pierres tombées au cours d'un orage en 1768 dans le Maine, aux environs du château de Lucé : "Il y eut un coup de tonnerre qui fut suivi d'un bruit tout à fait semblable au mugissement d'un bœuf." On retrouva une pierre enfoncée dans la terre qui était encore brûlante : "Elle pesait sept livres et demie, sa forme était triangulaire, c'est-à-dire qu'elle présentait trois cornes arrondies, dont l'une, enfoncées dans le gazon, était de couleur grise, et les deux autres extrêmement noires. Un morceau de cette pierre fut examiné par l'Académie royale des sciences. [...] Ils reconnurent que c'était une espèce de pyrite qui n'avait rien de particulier que l'odeur de foie de soufre qui s'en exhalait pendant sa dissolution par l'acide marin. Cent graines de cette substance donnèrent par l'analyse huit grains et demi de soufre, trente-six de fer, et cinquante-cinq et demi de verre vitrifiable."

En juillet 1790, nouvelle pluie de pierres à Juillac, dans les Landes. Le 26 avril 1803, à l'Aigle, dans l'Orne, l'apparition d'un "globe enflammé d'un éclat très brillant qui se mouvait dans l'atmosphère avec beaucoup de rapidité" fut suivie d'une forte explosion, puis de la projection, avec un bruit de fusillade et de sifflements, de 3 000 petites pierres environ, qui se répandit dans tous les coins. Les paysans crurent à l'Apocalypse, se jetèrent à terre et se mirent à prier. Les physiciens de Paris, incrédules, se décidèrent seulement trois mois plus tard, à étudier le phénomène : ils conclurent très rapidement à une simple pluie de météores.

Le 27 mai 1819, une grêle violente dévasta la commune de Grignoncourt (Vosges, région de Neufchâteau) : les grêlons, qui pesaient près de cinq cents grammes, contenaient une pierre couleur café clair, plate, ronde, polie et percée en son milieu d'un trou laissant passer le petit doigt. Ces pierres furent analysées comme étant inconnues dans la région. En juillet 1825, à la suite d'un violent orage, de nombreuses pierres, de trente à plus de deux cent cinquante grammes, échouèrent dans les campagnes environnant Torrecilla de Cameros, en Espagne.

La pluie d'aérolithe qui tomba en août 1853 sur un village situé à une vingtaine de kilomètres de Saint-Pol (Pas-de-Calais), et qui causa la mort de poules et d'oiseaux avait un caractère absolu et miraculeux : sur l'une de ces pierres, tombées une fois de plus justes après un orage, on pouvait voir "un œil ouvert fort bien dessiné ; une autre présentait le dessin d'une ancre sur fond transparent. Plusieurs autres avaient la forme de cœurs ou de silhouettes semblables à des statuettes de la Vierge ; enfin, une dernière, plus merveilleuse encore, offrait l'image d'un ostensoir d'environ dix centimètres de hauteur, au milieu duquel se voyait l'image d'une hostie entourée d'une auréole de dentelle transparente." Le même jour, on recueillit, après un déluge de grêle et dans une maison de Saint-Pol, un grêlon qui "avait la forme d'une médaille ; au milieu d'un cercle servant d'encadrement, on distinguait nettement la figure de la Vierge, dont la tête était couronnée comme une auréole." Fait extraordinaire, le grêlon était tombé par la cheminée dans le foyer, "à la même place où l'on avait l'habitude de placer et d'allumer un cierge à la Vierge." Dans la même ville, on trouva également un grêlon présentant l'aspect d'une médaille à l'effigie de la Vierge.

Vers 1880, l'Académie des Sciences décréta que les météores n'existaient pas et Cuvier affirma qu'il ne pouvait pas tomber des pierres puisqu'il n'y en avait pas dans le ciel.



Les pluies de fruits et de végétaux



Pluie de blé


On désignait sous cette appellation des ondées qui déposaient sur le sol des corps ressemblant à des grains de blé. Certains ont cru les identifier au siècle dernier : il s'agirait de tubercules de la renoncule ficaire, ou de graines de mélampyre, de véroniques ou d'autres plantes, qui auraient été soulevées et transportées par le vent. De nombreux témoignages évoquent toutefois une pluie de pur froment qui tomba en mars 1556 sur la ville de Klagenfurt (Autriche) : cette pluie était "si abondante, que les habitants purent s'en approvisionner pour vivre un certain temps." En 1886, en Angleterre, des grêlons renfermaient aussi des grains de blé.
Ce type d'averse ne serait cependant pas si rare qu'on peut l'imaginer. En mai 1803, à la suite d'un très violent orage, il tomba donc une pluie de graines, semblables à des pois, dans la province de Léon (Espagne) : neuf à dix quintaux de ces graines, très blanches, dures et presque rondes, furent recueillis. On a supposé que ces graines, dont aucun botaniste ne reconnut l'espèce et qui n'existeraient pas sur notre hémisphère, pouvaient avoir été transportées par une trombe d'eau d'une contrée très éloignée.
En février 1979, lors d'une tempête de neige, on entendit un bruit de pétarade : on découvrit alors des graines, qui se révélèrent être des graines de cresson et de moutarde. "La chose la plus singulière c'est que les graines de cresson étaient toutes enveloppées d'une gelée. Lorsqu'on plongeait la main dans ces graines pour les attraper, elles collaient aux doigts sans que l'on puisse sans débarrasser. Le phénomène se reproduisit cinq à six fois dans la journée et il tombait à chaque fois de plus en plus de graines. Ce qui est très étrange, c'est que lorsque les graines rapportées de chaque jardin se collaient aux chaussures et que l'on marchait dessus, elles exhalaient toutes un parfum très fort de moutarde et de cresson."
Quelques jours plus tard, nouvelle pluie constituée cette fois de pois, de maïs, de haricots et de fèves ; plus de quatre kilos de graines furent ainsi récoltés en vingt-cinq averses. Aucune explication ne fut trouvée aux deux phénomènes.


Pluie de noisettes


Selon le Symons Monthly Meteorological Magazine, en 1867 se produisit à Dublin une pluie de noisettes "fossiles" : elle était si violente "que les policiers, pourtant pourvus de casques d'une résistance exceptionnelle, ont été obligés de chercher un abri pour se protéger de cette fusillade aérienne."
À Bristol, en mars 1977, un couple qui se trouvait dans la rue reçut une véritable douche de noisettes (environ quatre cents). Fait très étrange, "non seulement il n'y avait pas de noisettes ailleurs dans la rue, mais les noisettes n'auraient pas dû être de saison avant les mois de septembre ou d'octobre, alors que nous étions au mois de mars !" (FAWC). De plus, les noisettes, qui se révélèrent mûres et très bonnes, étaient tombées d'un ciel bleu où il n'y avait qu'un seul nuage.



Les pluies d'animaux



Pluie d'alligators


Le phénomène a été signalé aux États-Unis en 1877, rapporté par le New York Times du 26 décembre : "Le Dr J.L. Smith, de Silverston, en Caroline du Sud, était assis devant sa tente lorsque, soudain, quelque chose tomba sur le sol et se mit à ramper vers lui. À l'examen, il apparut que l'objet en question était un alligator. L'instant d'après un autre tomba de la même façon. Ces apparitions excitèrent tellement la curiosité du docteur qu'il regarda aux alentours pour voir s'il n'y en avait pas d'autres. Il en trouva ainsi six autres dans un rayon de 200 mètres. Les animaux étaient tous bien vivants et mesuraient environ 30 centimètres. L'endroit où ils sont tombés se trouve sur une vaste étendue sablonneuse près de la rivière Savannah."

Tandis qu'un alligator tombait du ciel en 1893 à Charleston, un fait similaire se reproduisit en mai 1934 : un ballon de la marine américaine, de retour des Caraïbes, survolait la Californie "lorsque le commandant, Robert Davis, entendit des bruits sourds au-dessus de sa tête. Intrigué, il monta au gréage pour examiner un des sacs de ballast. Les coups se faisant de plus en plus fort, il ouvrit donc un sac de ballast et y découvrit un alligator de plus de 70 centimètres. L'équipage volait déjà depuis plusieurs jours et par conséquent, personne n'avait aucune idée de la provenance soudaine de l'animal, sans que personne, de surcroît, ne s'aperçoive de sa présence plus tôt. L'équipage s'était déplacé à bord du ballon depuis le départ et n'avait rien remarqué qui sort à ce point de l'ordinaire. Restait une seule explication logique, mais pas du tout sensée en réalité : l'alligator était tombé du ciel."

Une trentaine d'années plus tard, en 1960, des habitants de Long Beach en Californie entendirent un bruit lourd dans leur jardin, suivi d'un grognement terrible : ils y découvrirent avec stupéfaction un alligator de près de deux mètres.



Pluie de canards


En 1587, en Allemagne, aux environs du château de Withiz, "une nuée de canards, tombant comme la pluie, s'abattit sur un étang voisin. Sur ce champ de bataille, ils se livrèrent un combat acharné, et le lendemain matin les paysans ramassèrent par centaines ceux qui avaient succombé dans la lutte." En 1933, des canards gelés se sont écrasés à Worcester dans le Massachusetts (Angleterre).

On parle également de la chute d'une tortue enrobée de glace dans le Mississippi en 1894, et d'une pluie de sangsues, toujours aux États-Unis, à une date antérieure à la première moitié du XIXe siècle.




Pluie de crabes et de bigorneaux


En 1829, à Reigate (Angleterre), on retrouva quelques crabes après un violent orage. En mai 1881, toujours en Angleterre et à l'occasion d'un orage qui éclata près de Worcester, on rapporta les mêmes faits et "dans un de ces gros coquillages ramassés, se trouvait un bernard-l'hermite vivant."



Pluie de crapauds et de grenouilles


Depuis l'Antiquité, des milliers de témoins auraient vu "ces animaux tomber de l'atmosphère sous leurs yeux, en auraient reçu sur leur figure et sur leurs chapeaux." Au siècle dernier, on attribuait encore aux sorcières les pluies de crapauds et de grenouilles.

Le récit suivant, un extrait du Monthly Weather Review de mai 1917, est celui d'un déluge de crapauds tombé en France sur le village de Lalain, en 1794:

« Il faisait très chaud. Soudain, vers 3 heures de l'après-midi, il tomba une telle abondance de pluie que 150 hommes de la grande garde furent obligés de quitter la dépression qu'ils occupaient pour ne pas être noyés. Mais quelle ne fut par leur surprise de constater qu'avec l'eau se mettait à tomber d'innombrables crapauds, de la taille d'une châtaigne, qui se mirent à sauter dans toutes les directions. La partie postérieure des crapauds était allongée, ils devaient encore être prêt de l'état de têtard.»

Le même article du Monthly Weather Review décrit aussi une autre situation vraiment similaire en France, dans la ville de Poitiers, le 23 juin 1809.

Toujours en France, on cite le témoignage suivant survenu à Jouy en juin 1833 : "Un orage nous surprit et je vis tomber du ciel des crapauds ; j'en reçus sur mon parapluie ; le sol était couvert d'une quantité prodigieuse de crapauds fort petits qui sautillaient partout. Les gouttes d'eau qui tombaient en même temps n'étaient guère plus nombreuses que les crapauds."

Certains ont nié formellement le phénomène, puisque « celui qui peut croire qu'il pleut des grenouilles croira tout aussi formellement qui peut pleuvoir des veaux », d'autres tentèrent d'avancer une explication, comme le physicien Ampère : "Ce savant avait remarqué, et c'est ce que tous les promeneurs ont pu remarquer aussi qu'à une époque déterminée, c'est-à-dire quand les crapauds et les grenouilles viennent de perdre leur queue, ces animaux éprouvent le besoin d'abandonner le lieu de leur naissance, et se mettent en effet à courir d'une manière vagabonde, et par très grandes masses, la campagne. Durant ces promenades, il serait très possible qu'un coup de vent violent accompagnant les orages enlevât sur son passage une certaine quantité de ces animaux, faibles et légers, pour les rejeter ensuite en d'autres lieux."

Signalons que pour faire taire ces sceptiques, des observateurs nièrent bien vite le fait qu'un tourbillon de vent pu aspirer non seulement les batraciens, mais aussi les poissons ou autres animaux : "Premièrement, le mécanisme transporteur, quelle que soit sa nature, préfère sélectionner une seule espèce de poisson ou de grenouille ou de l'animal inscrit au menu du jour. Deuxièmement, la taille est également soigneusement sélectionnée. Troisièmement, aucun débris, tel que du sable ou des plantes, ne tombe jamais avec les animaux. Quatrièmement, lorsqu'il s'agit d'espèces marines, aucun rapport ne signale une chute de pluie salée. [...] L'hypothèse de la trombe marine ou du tourbillon est donc plus facile à avaler lorsque le poisson transporté voyage habituellement et en abondance par bancs à la surface des eaux avoisinantes. Mais elle est moins adaptée aux poissons vivants en eau profonde, parfois sans tête, et aux animaux qui tombent en quantité énorme."

Au cours de ce siècle, l'Angleterre subit des averses de batraciens par centaines, notamment en 1921 à Southgate, au nord de Londres. En 1944, dans les Midlands, un couple surpris par l'une de ces averses vit la route se recouvrir en quelques minutes de minuscules reinettes, et, cela ne s'invente pas, le village où le phénomène se produisit s'appelait Hopwas, qui signifie "petit bond" ! En décembre 1977, le Sunday Times mentionna aussi une pluie de grenouilles dans le Sahara marocain.

En 1954, dans un parc de Birmingham, un déluge de grenouilles affola la population en pleine journée : "Elles tombaient du ciel par centaines, nos parapluies en étaient couverts. Nos épaules en étaient pleines. En regardant en l'air, nous pouvions les voir tomber du ciel comme des flocons de neige. La terre en était entièrement recouverte sur 50 mètres carrés. Nous avions très peur de les piétiner tant elles étaient minuscules. Elles mesuraient un centimètre et demi ou d’eux seulement, et étaient de couleur kaki avec de petites touches de jaune, exactement comme si elles venaient de sortir de l'œuf."

En 1969, une pluie de grenouilles fit l'objet d'un article dans le Sunday Express, puisque les grenouilles étaient tombées sur la maison d'une des journalistes, à Penne, dans le Buckinghamshire ; elle apposa son témoignage en première page et put prouver ses dires en montrant les deux petites grenouilles qu'elle avait retrouvées dans le pantalon bouffant qu'elle portait la veille.

 

Une pluie de grenouille, tel que vul dans le film "Magnolia" en 1999. Voir à partir de 1:00

{dailymotion}xasmtb?syndication=115201{/dailymotion}


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 


Pluie de poissons


Outre-Manche, l'un des plus anciens témoignages connus a été adressé à un membre de la Société royale, en l'an 1666. Par ailleurs, on en fait très souvent mention en Allemagne, notamment sous le règne d'Othon III, vers la fin du Xè siècle, où ce phénomène était réputé annoncer des catastrophes, comme la pluie de poissons qui tomba en 990 avait précédé l'invasion de la Saxe par les Vandales. En France, au courant de l'été 1820, les élèves du séminaire de Nantes "virent avec surprise, à la suite d'un orage pendant lequel ils s'étaient mis à l'abri, la surface de la campagne couverte sur une étendue de quatre cents pas d'une multitude de poissons d'un pouce de longueur environ qui sautillaient dans l'herbe."

Outre-Manche toujours, une pluie d'anguilles des sables se serait abattue en 1918 sur un quartier de Sunderland et en 1948, une douche de harengs tomba sur quatre golfeurs près de Bournemouth (Dorset).

D'autres faits similaires se produisirent outre-Atlantique. En 1819, un hareng de trente-trois centimètres tomba du ciel à Buffalo et en 1879, c'est une véritable averse de harengs qui survint dans un cimetière de Sacramento. Une pluie de poissons eut encore lieu dans le Kansas en 1899. En 1841, Boston reçut une pluie de poissons, dont un calmar de plus de vingt centimètres ! En octobre 1947, la rue se couvrit en quelques instants de milliers de poissons à Marksville, en Louisiane : parmi eux, on identifia "des poissons-lunes, des vairons aux yeux ronds et une perche noire de plus de vingt centimètres de longueur." En 1957, des poissons s'abattirent sur une gare en Alabama.

Les pluies de poissons sont très courantes en Inde et en Australie. Le naturaliste australien Gilbert Whitley a même fait publier en 1972 dans l'Australian Natural History, une liste de cinquante pluies de poissons, dont une pluie de milliers d'épinoches d'eau douce en 1879, de perches naines dans l'Etat de Victoria en 1933, et une pluie de crevettes en Nouvelles Galles du Sud quelques années plus tard.

En février 1861, après le tremblement de terre de Singapour, un déluge s'abattit sur la ville pendant six jours entiers. Peu après, on vit "une foule de Malais et de Chinois qui remplissaient leurs paniers de poissons qu'ils ramassaient dans les flaques d'eau qui recouvraient le sol." Un autre cas survenu en Inde "fait état du bon usage qui a été fait de cette pluie de poissons, qui ont été accommodés au curry."

 

Quelques histoires sélectionnées au hasard


Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Les nouvelles histoires:


Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Réseaux Sociaux:


Dark Stories est sur Twitter !

Histoires et récits insolites et macabres

Newsletter - Inscription


Warning: Declaration of JParameter::loadSetupFile($path) should be compatible with JRegistry::loadSetupFile() in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/html/parameter.php on line 431

Informations supplémentaires:


À propos de Dark Stories
Connexion
Liens et partenaires
Mentions légales
Écrire au webmestre