Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584
Dark Stories - Histoires macabres et insolites | Récits inexplicables et paranormal

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* Dark-blog */
google_ad_slot = "3335103952";
google_ad_width = 300;
google_ad_height = 250;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

 

 

 

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DS5-blogue2 */
google_ad_slot = "2592204537";
google_ad_width = 300;
google_ad_height = 600;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Newsletter - Inscription

 

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/application/application.php on line 459

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Le conte de la vieille poupée


Le conte de la Vieille Poupée

La petite fille avait reçu un cadeau bien spécial



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

Une petite fille reçoit un étrange colis le jour de son anniversaire. À l’intérieur, une ancienne poupée, hideuse, effrayante, à l’aura diabolique. Les jours de l’enfant sont désormais comptés…

Lucie est une petite fille comme les autres. Le matin de son anniversaire, sa maman la réveille et lui annonce que le facteur a délivré un colis adressé à la fillette. Surexcitée, l’enfant s’empresse, sans ménagement, de déchirer le papier d’emballage et d’ouvrir le carton. Elle pousse alors un cri strident en découvrant le contenu du paquet : c’est une vieille poupée, la plus horrible et la plus répugnante poupée que la jeune Lucie n’ait jamais vue !

 

La poupée est complètement chauve, sa peau, toute craquelée, est recouverte de salissures. Mais le pire de tout dans ce sinistre spectacle ce sont ses dents : anormalement longues, pointues et gâtées, bien loin du sourire éclatant de blancheur et de pureté des poupées traditionnelles. Elles donnent au jouet une allure bestiale, mauvaise. Dans un frisson d’effroi, la petite Lucie jette la vilaine poupée dans un coin de la pièce, le plus loin possible d’elle. Sa maman la réprimande sèchement :

- Tu sais, la personne qui t’a envoyé ce cadeau a dû se donner beaucoup de peine pour trouver une poupée aussi ancienne. Tu devrais être reconnaissante d’une telle attention ! finit-elle d’un ton sévère.

Lucie voulut protester, mais sa mère ne voulait rien entendre. Elle força la fillette à garder le présent. Frustrée, mais néanmoins obéissante, Lucie alla cacher la vilaine poupée dans un placard sous l’escalier, en prenant soin de la dissimuler derrière une grosse pile de boîtes de chaussures.


 


Le conte de la vieille poupée

- Là au moins, je n’aurai à supporter la vue de cette chose immonde et diabolique ! se dit Lucie.

L’esprit tranquille, la fillette purent ainsi profiter du reste de sa journée d’anniversaire, accompagnée du traditionnel gâteau ainsi que d’autres cadeaux bien plus plaisants.

La nuit même, Lucie, qui dormait profondément, fut brusquement réveillée par un étrange bruit qui provenait de l’étage inférieur. C’était comme si on traînait un quelconque objet sur le plancher de la maison. Toujours allongée dans son lit, la petite tendit l’oreille pour trouver l’origine du mystérieux bruit qui retentissait inlassablement depuis cinq bonnes minutes. Puis le bruit changea ; on aurait dit maintenant le son de petits pas légers, rapides. Lucie était maintenant terrifiée, tremblant de tout son corps, incapable de bouger de son lit. Depuis toute petite, elle dormait toujours avec la porte de sa chambre ouverte, bénéficiant ainsi de la lumière du couloir qui faisait office de veilleuse, car Lucie avait, comme bon nombre d’enfants, peur du noir. C’est alors qu’elle entendit quelqu’un murmurer, dans un souffle à peine audible, d’une voix faible et rauque :


« Lucie… Lucie… je suis sur la première marche ! »


Puis l’étrange voix se tut et la fillette entendit le bruit caractéristique de quelqu’un qui tourne les talons, s’éloignant pour disparaître d’où il était venu. La pauvre enfant était tellement effrayée qu’elle ne put fermer l’œil de la nuit. Elle resta coucher dans son lit, figé, les yeux grand ouverts jusqu’à l’aube où sa maman vint la lever pour se préparer à aller en classe. Lucie tenta d’expliquer à sa mère ce qui était arrivé pendant la nuit, mais la fillette était tellement épuisée qu’elle crut sa maman quand celle-ci lui répondit que ce n’était rien, qu’elle avait fait un mauvais rêve, voilà tout. « Ça doit être cela !! » se convainquit l’enfant.

Bien sûr, ce n’était pas le cas, Lucie le sentait. Elle supplia ses parents de jeter la poupée aux ordures, mais ces derniers lui rétorquèrent que c’était un cadeau, et qu’un cadeau ne se jette pas ! Le soir venu, Lucie alla se coucher de mauvais cœur. Juste avant, afin de se rassurer, elle alla jeter un œil dans le placard sous les escaliers, derrière les boîtes à chaussures. L’affreuse poupée était toujours là, à l’endroit même où la fillette l’avait cachée le jour précédent. Un peu rassurée, l’enfant monta se coucher tout en tentant de combattre le sommeil qui rendait ses paupières lourdes. Mais la petite fille était tellement épuisée qu’elle finit tout de même par s’endormir, exténuée. Mais la petite voix désincarnée eut tôt fait de la réveiller. Une nouvelle fois prise de panique, Lucie se demanda quand même si ce n’était pas son imagination qui lui jouait des tours, quand soudain elle entendit:


« Luuuucccciiiiie, je suis sur la quatrième marche ! »


Plus aucun doute possible, Lucie ne rêvait pas ! L’enfant se mit à pleurer à chaudes larmes et ne put retrouver le sommeil le restant de la nuit.

Le lendemain, dans la cour de l’école, Lucie expliqua à ses camarades ses mésaventures depuis qu’elle avait reçu l’horrible poupée pour son anniversaire. Comme il fallait s’y attendre, ses amis se moquèrent ouvertement d’elle, la traitant de peureuse, menteuse ou de bébé. Mais Lucie s’en moquait, elle n’entendait déjà plus les railleries des autres enfants autour d’elle. Une seule idée lui traversait la tête : « s’il a fallut à la poupée seulement une nuit pour monter de trois marches, cela signifie qu’il ne lui en faudra plus qu’une pour atteindre le sommet de l’escalier !! » conclut-elle.

La nuit venue, Lucie prit la décision de fermer la porte de sa chambre pour la première fois depuis sa naissance. Quand sa mère voulut éteindre la lumière, elle se retourna et demanda à Lucie pour quelle raison la fillette n’avait plus peur du noir tout à coup :

- c’est toujours le cas Maman, mais est-ce que je pourrais plutôt laisser la lumière de ma chambre allumée au lieu de celle du couloir ?

- Non Lucie ! la lumière de ta chambre est trop forte, elle va t’empêcher de t’endormir.

Lucie accepta donc de dormir sans lumière, la porte fermée. Toutefois, une fois sa mère sortie, la fillette ouvrit les volets de la fenêtre pour laisser pénétrer les faibles rayons de lune qui parvenaient de l’extérieur. Elle commençait tout juste à somnoler quand retentit le bruit et la voix apparut trois nuits plus tôt :


« Luuuucccciiiie… je suis arrivé à la dernière marche ! »


Cette fois, la voix était claire, distincte, toute proche. Dans l’obscurité de sa chambre, la fillette entendit un cliquetis qui la fit sursauter de terreur. Elle n’en était pas sûre, mais il lui sembla voir la porte de sa chambre s’ouvrir lentement, très lentement…

Le lendemain matin, le corps sans vie de Lucie gisait au bas de l’escalier. Ses parents conclurent que leur fille s’était levée pendant la nuit pour se rendre aux toilettes, qu’elle s’était encoublée et avaient trébuché dans les escaliers, se brisant la nuque dans sa chute. On retrouva la vieille poupée à côté du petit corps inerte de la pauvre enfant.

Lucie et la vieille poupée furent enterrées ensemble au cimetière local. Lors de la mise en terre, personne ne trouvait les mots pour qualifier la tragédie qui s'était produite. En guise d’adieux, la mère de Lucie lâcha ces quelques mots :

- Elle aimait cette poupée… Maintenant, elles sont ensemble pour l’éternité.

 

Auteur anonyme - Traduit de l'anglais par Damien Durussel © Dark-Stories.com - Mardi 23 juillet 2013
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

N.B. Cette histoire est une creepypasta, un conte populaire non véridique qui circule abondamment sur internet.

Références:

http://www.scaryforkids.com/antique-doll/

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2737359651&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2844545475&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2847346791&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=8873017045&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Les mains blanches


Les mains blanches

Il est parfois bon de ne pas être trop curieux



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

Voici l’étrange histoire survenue à quatre adolescents, qui se considéraient comme les meilleurs amis du monde. Depuis plusieurs mois déjà, ils étaient intrigués par certaines légendes mystérieuses racontées dans leur patelin. L’une d’elles, entourant un lieu terrifiant, avait particulièrement retenu leur attention.

 



Dans le but de démontrer leur courage et d’impressionner quelques-uns de leurs amis, ils décidèrent de se rendre sur les lieux afin de prendre quelques photos dans le tunnel. Ils ne croyaient pas aux fantômes, bien sûr ! Du moins, pas encore.

Ce soir là, quelques heures après la tombée de la nuit, l’un des adolescents prit la voiture de ses parents pour aller chercher ses amis. Aucun d’entre eux ne connaissait réellement l’endroit, mais ils avaient une bonne idée du chemin à emprunter pour s’y rendre.

Ce tunnel se trouvait dans une montagne, non loin de la ville, et la vieille route pour s’y rendre était sinueuse et escarpée.

Rien d’évident pour le jeune conducteur, qui ne pouvait cacher sa joie lorsque, finalement, ils arrivèrent au tunnel. Il décida de laisser sa voiture à l’entrée du tunnel, les phares allumés, afin d’éclairer le sinistre endroit et de prendre une belle photo.

Les quatre adolescents marchèrent donc jusqu’à l’intérieur du tunnel et, tous ensemble, répétèrent d’un ton fort et convaincu, la phrase qui devait invoquer ce mystérieux fantôme.

« Montre-toi ! Peu importe qui tu es ! »
« Montre-toi ! Peu importe qui tu es ! »
« Montre-toi ! Peu importe qui tu es ! »

Alors que l’écho du tunnel leur renvoyait de nombreuses fois leur incantation, un malaise s’installait chez les adolescents.

« C’est juste une histoire stupide », dit l’un des garçons.

« Ouais, c’est de la foutaise cette histoire, prenons une photo et foutons le camp d’ici ! » lui répondit un compagnon en tenant visiblement de caché sa peur.

L’un d’entre eux posa donc la caméra sur le capot de la voiture et actionna la minuterie avant d’aller rejoindre ses amis, qui prenaient la pose à l’entrée du tunnel. Une fois la photo prise, les adolescents retournèrent prendre place dans la voiture.

Cependant, malgré que tout le monde était bien assis et attaché dans le véhicule, le conducteur ne démarrait pas la voiture.

« Allez ! Mais qu’est-ce que tu fais ? Allez ! On bouge… ! » insistait l’un des garçons assis à l’arrière.

Mais le chauffeur ne répondait pas, il restait assis sans bouger.

« C’est quoi le problème ? Démarre la voiture… ! » s’exclamait un autre compagnon.

L’adolescent dans le siège du conducteur se tourna lentement pour regarder ses amis. Son visage était très pâle et des gouttelettes de sueur coulaient de son front.

« Les gars… nous sommes amis non ? » demanda-t-il d’une vois tremblotante.

« Bien sûr que nous le sommes ! » répondirent les autres.

« Vous serez toujours là pour moi n’est-ce pas ? Si j’avais un problème, vous m’aideriez… pas vrai ? »

« Bien sûr ! Mais qu’est-ce qui ne va pas ? » Lui demanda son ami assis à l’avant.

Les yeux du jeune conducteur se remplirent alors de larmes et, en essuyant la sueur qui coulait sur son visage,  murmura faiblement :

« Alors… Regardez mes pieds… »

Les autres garçons échangèrent un regard perplexe avant de diriger leurs yeux vers les pieds du conducteur.

Au pied de l’adolescent se trouvaient deux mains blanches qui semblaient sortir du plancher de la voiture. Les longs doigts difformes retenaient fermement les mollets du conducteur immobile.

Les amis s’échangèrent alors des regards paniqués, avant de se précipiter hors de la voiture en hurlant. Ils ne refermèrent pas les portières derrière eux et coururent jusqu’à ne plus avoir de souffle, aussi loin que leurs jambes pouvaient les mener.

Ils descendirent près de la moitié de la montagne avant de s’arrêter et d’échanger des regards horrifiés. Ils prirent plusieurs minutes pour reprendre leur souffle. Mais ils pensèrent vite à leur ami qui était resté dans la voiture en très mauvaise compagnie. De plus, ils étaient beaucoup trop loin de leur quartier pour revenir en marchant. Ils retournèrent donc prudemment vers la voiture, en espérant croiser un automobiliste sur le chemin, mais, sur cette vieille route, les chances étaient plutôt faibles.

Lorsqu’ils revinrent au véhicule, ce dernier n’avait pas bougé. Les portes étaient ouvertes et les phares éclairaient toujours le sinistre tunnel. Mais la voiture était vide, et même après avoir fait le tour des lieux, ils ne trouvèrent pas leur ami.

D'ailleurs, il ne fut jamais retrouvé.

 

 

Auteur anonyme - Traduit de l'anglais par David Magny © Dark-Stories.com - Lundi 19 Août 2013
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

N.B. "Les mains blanche" est une traduction et adaptation francophone du creepypasta "The whites hands". Cette histoire serait inspirée d'une légende urbaine japonaise.

Références:

http://www.scaryforkids.com/white-hands/

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2737359651&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2844545475&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2847346791&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=8873017045&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

The Black Eyed Kids


The Black Eyed Kids

La terrifiante légende urbaine des enfants aux yeux noirs

 

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Voici une légende urbaine qui nous vient des États-Unis, la légende des Black Eyed Kids ( ou Black Eyed Childrens, que l’on peut traduire par « Enfants aux Yeux d’Ébène » dans la langue de Molière).

Tranquillement assis chez vous, vous entendez quelqu’un frapper à la porte. Les coups sont réguliers, légers et se répètent inlassablement. Comme la plupart des gens, vous vous dirigez vers la porte pour y répondre. Vous tombez alors nez à nez avec deux jeunes enfants d’une dizaine d’années. Dans un premier temps, leur style vestimentaire vous semble venir d’un autre âge, comme si leurs vêtements avaient été faits à la main, comme dans le temps jadis. Le regard rivé sur le sol, l’un des enfants vous demande alors la permission de rentrer, vous expliquant d’une voie calme et sereine qu’ils sont perdus et voudraient téléphoner à leur maman.

Subitement, un sentiment étrange s’empare de vous, une sensation de mal-être vous envahit, inexplicable. C’est alors que les enfants relèvent le regard et que votre sang se glace ; leurs yeux sont totalement noirs, sans pupille ni iris, comme deux cavités creuses et brillantes, d’une noirceur qu’aucun mot de peut décrire. Un sentiment de panique incontrôlable vous assaille, vous êtes figé sur place, incapable de détourner les yeux de leurs regards. Vous avez envie de hurler, mais les sons s’étranglent dans votre gorge. Vous voulez fuir, courir, prendre vos jambes à votre cou, mais votre corps ne répond pas, vous êtes paralysé de terreur. L’enfant insiste, il sollicite votre autorisation pour entrer chez vous. Sa voix se fait plus pesante, le ton devient plus dur. Dans un réflexe propre à l’instinct de survie, vous réussissez à vous départir de leurs regards et fermez précipitamment la porte sans avoir pu dire un mot. Vous reprenez peu à peu vos esprits et, par souci de sécurité ou par quelque curiosité, vous jetez un coup d’oeil furtif au judas de la porte : les enfants ont disparu, votre palier est désert. Votre chemin vient de croiser celui des Black Eyed Kids.

 

Black eyed Kids - Les enfants aux yeux noirs



Des témoignages relayant cette histoire ont été recensés dans tout le pays, de la côte Ouest (Washington, Oregon) à la côte Est (Massachusetts) ainsi que du Nord (Michigan) au Sud (Nouveau-Mexique). On trouve également quelques témoignages venus d’Australie. Le récit est toujours le même, des coups frappés à la porte de votre maison par deux mystérieux enfants.

On trouve aussi des variantes, toujours avec un ou deux enfants, qui vous demandent à être invités dans votre véhicule – dans ce cas là, ils prétendent avoir oublié quelque chose chez eux et sollicite votre aide pour y retourner. Mais dans un cas comme dans l’autre, les témoins se rejoignent pour faire état du sentiment de terreur qui les a habités une fois qu’ils ont croisé le regard des Black Eyed Kids. Une sensation de danger imminent, de malaise, d’oppression intérieure si forte que vous vous sentez totalement désarmé, comme vidé de votre essence.


QUI SONT LES BLACK EYED KIDS ?


L’origine exacte de cette légende reste un mystère, mais elle semble trouver sa source à la fin des années 1990. Le premier témoignage de cette expérience, transmis par Brian Bethel a été recueilli en 1998. Depuis, on ne compte plus les anecdotes similaires qui fleurissent régulièrement, de nos jours encore, sur le Net. Un livre à même été publié sur le sujet : « Black Eyed Children » par David Weatherly, chercheur et écrivain sur les phénomènes paranormaux.

Les similarités que l’on retrouve dans tous ces récits nous permettent de dresser un portait assez complet des Black Eyed Children. Ce sont généralement des enfants qui ont entre 8 et 15 ans qui apparaissent toujours par paire. L’un d’eux sert généralement d’interlocuteur tandis que l’autre semble plus vouloir établir un lien psychique avec vous, par le biais du regard.

Leur regard est justement la caractéristique la plus marquante relatée par les témoins : des yeux complètement noirs où l’on ne distingue ni pupille, ni iris ni sclère (blanc de l’oeil). On pourrait croire à deux orbites creuses s’il n’y avait pas cette brillance et cette « présence » qui en émanent.

Autre particularité significative : il vous demande votre permission pour entrer chez vous ou monter dans votre voiture, ils ont besoin de votre consentement. Ce détail n’est pas sans nous rappeler une des lois de la vampirologie, dans laquelle les vampires ont, eux aussi, besoin de l’invitation d’une personne pour pouvoir entrer dans un lieu où ils ne sont jamais allés.

Les Black Eyed Children semblent avoir une emprise psychique sur les humains, étant capables, selon certains récits, de lire dans les pensées ou d’anticiper la réaction ou les questions des personnes qu’ils « visitent ».

Dernier élément d’identification, ces enfants ont un style vestimentaire qui semblera venu d’un autre âge, un peu désuet. Il en va de même de leur langage qui ne correspond pas au vocabulaire d’un enfant de leur âge.

 

Black eyed Children - Les enfants aux yeux ébènes



QUE LES BLACK EYED KIDS NOUS VEULENT-ILS ?


Il y a très peu de récits de personnes ayant invité un de ces enfants dans son domicile ou dans sa voiture et des suites de cette invitation. On notera toutefois le témoignage d’une mère de famille qui s’était arrêtée faire le plein à une station-service. Ayant laissé son fils dans la voiture le temps d’aller payer le pompiste, elle fut prise d’effroi de voir un « enfant aux yeux aussi noirs que la mort » assis à l’arrière du véhicule, à côté de son fils. Ce dernier avait invité l’Enfant aux Yeux d’Ébène à entrer dans le véhicule en croyant se faire un copain de jeux. Terrifiée, la mère extirpa son fils de la voiture pour aller se réfugier, apeurée à l’extrême, dans le shop de la station. On apprend que par la suite, son petit est tombé malade et que son pronostic vital était engagé. Les médecins ne trouvaient aucune explication pour justifier l’état de santé du jeune garçon et c’est à force de prières des parents que le bambin aurait guéris, au fil du temps, sans que la médecine ne puisse une nouvelle fois pouvoir donner de réponse scientifique au phénomène.

Un deuxième témoignage relate les aventures d’un homme qui laissa deux enfants entrer chez lui, prétextant s’être perdus et avoir besoin de téléphoner. Ce n’est qu’une fois à l’intérieur que l’homme ressentit « une peur inqualifiable et un sentiment de danger imminent en croisant le regard d’un des Enfants ». L’enfant lui dit alors qu’ils étaient venus le « chercher ». L’homme s’enfuit trouver refuge chez un voisin puis tous deux revinrent inspecter la maison sans trouver aucune trace des Enfants. L’homme n’en a plus jamais entendu parler, mais vit désormais dans l’angoisse permanente de les voir revenir.


Qui sont les Black Eyed Children ? d’où viennent-ils ? que nous veulent-ils ? Plusieurs théories ont été avancées : ils seraient tantôt des démons – rapport avec leur besoin d’être invités à pouvoir entrer chez les gens – tantôt des êtres venus d’une autre dimension pour chercher des humains dans des buts obscurs. Certains avancent qu’ils seraient l’évolution du genre humain qui chercherait à en apprendre sur leurs origines.

À ce moment de l’Histoire, nous ne pouvons que spéculer. Spéculer sur leur existence, leurs origines et leurs desseins. Mais une chose est sûre ; après avoir lu ces lignes, vous ne pourrez vous empêcher d’avoir une petite appréhension quand vous entendrez frapper à votre porte.



 

 © Damien Durussel pour Dark-Stories.com - Jeudi 11 Juillet 2013
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Sources :

http://pararational.com/
http://journalofthebizarre.blogspot.ca/
http://projectavalon.net/forum4/showthread.php?52645-Who-or-What-Are-The-Black-Eyed-Children
http://paranormal.about.com/

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=224445861X&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2228900281&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2228895342&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2763788017&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Mirin Dajo - L'étonnant Fakir


Mirin Dajo

L'homme qui estomaqua les médecins


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Les « fakirs» européens n'accomplissent pas, en général, ces folles et inutiles prouesses. Toutefois, l'un d'eux, le Hollandais Mirin Dajo, décédé en 1948, fit aussi bien et peut-être mieux que ses collègues indiens.

Cet illuminé, qui, de son vrai nom, s'appelait A.-G. Henskes, se faisait en effet transpercer le corps par des épées ou par des fleurets non stérilisés. Un opérateur les plaçait soit sur le thorax, soit sur l'abdomen du fakir, pressait de toutes ses forces, et les faisait progresser lentement.

 

Au début de l'expérience, Mirin Dajo pinçait les lèvres, transpirait fortement, rougissait, puis son visage reprenait bientôt son expression ascétique habituelle. Sous la poussée, les instruments émergeaient de 20 à 30 cm. Lorsqu'on les retirait, ils ne portaient aucune trace de sang et les plaies ne saignaient pas.

Un soir, en public, Mirin Dajo se laissa transpercer le milieu du corps et le cœur au moyen de trois épées creuses dans lesquelles on fit passer de l'eau. À la clinique de Zurich, on le vit garder un fleuret à travers l'abdomen pendant vingt minutes, parcourir une salle de malades et gravir un escalier.

La radiographie permit de constater que plus de cinq cents transfixions avaient été faites et, qu'au cours des expériences, le péritoine, les reins, l'estomac, le foie, les poumons et le cœur avaient été traversés de part en part.
 

 

Mirin Dajo se plaçait, pendant ses expériences, sous la protection divine: « La possibilité miraculeuse que je possède, nous écrivait-il en 1947, est la conséquence d'une soumission volontaire à la Puissance Supérieure qui régit le monde. Au moment où la pointe de l'épée touche mon corps, je me remets entre les mains de cette puissance. Je suis convaincu que la science matérialiste actuelle ne trouvera pas l'explication de ce phénomène. Ce sera la tâche de la parapsychologie. »

En réalité et contrairement à cette affirmation, les phénomènes présentés par Mirin Dajo n'étaient pas de nature paranormale et c'est bien la science matérialiste qui semble en avoir donné l'explication correcte.

 

 


En premier lieu, toute idée de truquage fut exclue. C'est donc vers une explication physiologique qu'il convenait de s'orienter tout d'abord. À cet effet, le professeur Bessemans, de la Faculté de médecine de Gand, et avec qui nous étions en relations amicales réalisa les expériences suivantes. Il enfonça lentement, à travers l'abdomen et le thorax de différents animaux: souris, cobayes, lapins et chiens, des tiges métalliques à pointes finement affilées, arrondies ou plates, lisses et sans arêtes coupantes. Il utilisa aussi deux canules à ponction lombaire munies de leur mandrin. Les instruments n'étaient pas désinfectés. Retirés prudemment, ils ne portaient aucune trace de sang et les plaies, sans exception, ne saignèrent pas. L'examen radiologique ou l'autopsie montrèrent que le foie, l'estomac, les poumons et le cœur avaient été traversés, et, cependant, les animaux survécurent sans présenter d'infection. La douleur ne se faisait sentir qu'à l'entrée et à la sortie de l'objet acéré. Ces expériences furent ensuite reprises avec le même succès par le professeur Brunner de Zurich.

Il en résulte évidemment que les transfixions de Mirin Dajo peuvent s'expliquer sans qu'il soit nécessaire de faire intervenir des facteurs paranormaux. L'introduction lente des épées produit une distension progressive des tissus et provoque l'écartement des gros vaisseaux sanguins dont les parois sont très résistantes. « Quant à l'inexistence de complications infectieuses, écrit dans La Presse Médicale le Dr L. Rivet, elle doit tenir à ce que les instruments métalliques, lisses et propres, ne portent couramment que des microbes relativement peu nombreux et en majorité saprophytes, qu'ils abandonnent pendant les transfixions à la surface de la peau et dans l'hypoderme où les frottements les essuient, et que les quelques germes qui pénètrent profondément succombent sous l'action virulicide des humeurs. »


Malheureusement, la carrière de Mirin Dajo s'acheva prématurément et d'une façon assez inattendue puisque notre fakir décéda à la suite d'une intervention chirurgicale. Le 13 mai 1948, Mirin Dajo avale une aiguille d'acier de 35 cm de longueur. Le 15, souffrant de violentes douleurs gastriques, Mirin est opéré par le professeur Brunner. Le processus cicatriciel opératoire est très rapide et l'opéré rentre chez lui. Quelques jours après, pris d'un malaise subite, Dajo tombe en catalepsie et meurt sans avoir repris connaissance. L'autopsie est faite et le médecin diagnostique : « mort consécutive à une infection générale non imputable à l'opération ».

Bien entendu, malgré les explications physiologiques rationnelles qui ont été données des transfixions, il n'en demeure pas moins que les exploits de Mirin Dajo n'étaient pas « ordinaires» au sens propre du mot et qu'il fallait pour les accomplir un grand courage et une confiance absolue dans les forces mystiques invoquées. De plus, un élément psychique (probablement de nature suggestive) se superposait certainement aux facteurs physiologiques de cicatrisation, car la guérison des plaies était extrêmement rapide.

 

 

 

Tocquet, Robert. Hommes phénomènes et personnages d'exception, 1979, 315 p.

La mort en direct


La mort en direct

Chung Ling Soo - Une vie sacrifiée au spectacle


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Le 23 mars 1918, l’illusionniste Chung Ling Soo, « le merveilleux prestidigitateur chinois », donne une représentation dans un théâtre de Londres. Le spectacle, qui l’a rendu célèbre, consiste à échapper aux balles d’un peloton d’exécution.

Une petite troupe d’assistants, habillés en Boxers (les nationalistes chinois qui se rebellèrent contre la domination étrangère en 1900), arrive au pas de marche sur la scène. Vêtu de somptueux habits orientaux, Soo invite deux membres du public à venir inspecter une paire d’anciens fusils que l’on charge par le canon. Pendant ce temps, la femme de Soo, Suee Seen, demande à deux personnes d’inscrirent à l’aide de leurs ongles leurs initiales sur deux balles de plomb. Puis elle les place dans un gobelet et les rapporte sur la scène.

Après avoir inspecté le chargement des fusils, les deux spectateurs volontaires serrent la main de Soo et retournent à leurs places. Puis le prestidigitateur place une assiette de porcelaine contre sa poitrine ; deux de ses assistants s’avancent, prennent les fusils, épaulent et visent le magicien. Au signal, ils font feu.

 

Chung Ling Soo

 

Miracle en l’air


Lors de représentations antérieures, il semblait que Soo arrêtait miraculeusement les balles en plein vol en les attrapant sur l’assiette. Il les offrait ensuite au public pour qu’il les identifie. Mais cette fois-ci, les choses se passent différemment.

Les assistants font feu, et le prestidigitateur s’effondre sur la scène. Le sang coule d’une blessure de balle à la poitrine. On l’emmène d’urgence à l’hôpital; le lendemain, il est mort. La fin tragique de Soo fait les gros titres des journaux à sensation. Petit à petit, des rumeurs se répandent selon laquelle il aurait été assassiné, ou même qu’il se serait ; les balles auraient mystérieusement disparu. Mais cette fois, la vérité est bien plus que banale.

Lors de l’enquête, Suee Seen explique que son mari cachait toujours les balles marquées d’initiales dans une main : une fois les coups partis, il les présentait au public comme s’il les avait attrapées au vol. En fait, d’autres balles identiques étaient placées dans le canon des fusils; un mécanisme secret les empêchait d’être tirées. Son mari n’avait jamais permis à quiconque d’inspecter les armes; il était le seul à connaître leur fonctionnement.

On convoque un armurier expert, Robert Churchill, et c’est lui qui révèle pour la première fois le secret du numéro de bravoure de Soo. Le canon de chaque fusil est bouché, rendant impossible l’allumage de la charge de poudre. L’amorce est détournée dans le refouloir en dessous du canon, où elle allume une charge de poudre inoffensive que Soo y a placée secrètement.



L’étincelle fatale


En cette soirée fatidique du 23 mars, un des fusils est si usé qu’une petite quantité de poudre entre en contact avec la capsule de détonation. Quand le tireur appuie sur la gâchette, l’étincelle allume en même temps la charge à blanc du refouloir et la charge mortelle à l’intérieur du canon. La balle transperce alors le corps du magicien; la police la retrouvera plus tard sur la scène. Le coroner évalue toutes les données de l’affaire et conclut qu’il s’agit d’une mort accidentelle.

Chung Ling Soo n’est pas la première victime du numéro d’interception des balles. Au moins dix illusionnistes sont déjà morts en présentant ce numéro sous diverses formes, et la confrérie des magiciens reconnaît unanimement ses dangers. Le célèbre Harry Houdini a autrefois averti Soo :

« Faite attention avec ce numéro car votre méthode est assez risquée. »

Chung Ling Soo a cru en sa chance juste une fois de trop.

 

 

 

Extrait: Facts and fallacies ( Sélection du Reader's Digest ) 1988 p. 398 - 399

Le suicide des baleines


Le suicide des baleines

Suicide ou accident ? Enquête sur les baleines échouées volontairement


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

En octobre 1986, la plage de Reykjavik, en Islande, est le théâtre d'un apparent massacre: 148 globicéphales (un des plus grands cétacés à dent, similaire au dauphin et d'environ 8 mètres de long) gisent mort sur le littoral, morts en suivant leur chef, ou pilote. Échoués sur la plage, ils ne peuvent ou ne veulent plus retourner vers la mer. Ce comportement suicidaire est d'autant plus étrange qu'on l'a constaté à de nombreuses reprises.

 

Le suicide des baleines
Ce cétacé mourant s'est échoué lui-même avec 44 autres sur une plage de l'Oregon (USA).



En septembre 1975, par exemple, plus de 200 globicéphales sont retrouvés sur la plage de la baie de Bonavista, à Terre-Neuve (Canada). En janvier 1983, ce sont 87 épaulards qui s'échouent sur une plage de l'est de Victoria, en Australie. Et entre 1963 et 1980, 169 baleines au bas mot, de différentes espèces, restent au sec sur la plage en Afrique du Sud. L'échouement est un comportement fréquent chez les baleines et les dauphins du monde entier, et les scientifiques ont du mal à s'expliquer pourquoi ces mammifères intelligents se tuent de cette façon, à dessein ou par accident.

Le philosophe grec Aristote, qui écrivait au IVe siècle avant J.-C., mentionnait déjà l'échouement des dauphins, sans en proposer d'ailleurs la moindre explication. Au IIe siècle de notre ère, le poète Oppian de Coryce suggéra que les dauphins agissaient ainsi « dans l'espoir que les hommes les trouveraient et... resteraient pour les recouvrir d'un cairn de galets ». Depuis lors, aucune des théories scientifiques n'a pu être prouvée.



Suicide collectif ?



L'explication populaire la plus en vogue est que les baleines se suicident volontairement: lorsqu'on tente de les détourner ou de les repousser vers les eaux plus profondes, elles continuent à se débattre pour atteindre le littoral. Mais les scientifiques, pour la plupart, rejettent cette idée de suicide. Selon les études menées par l'université de Géorgie, l'échouement serait une réponse primitive au stress, et les baleines suivraient un antique instinct de retour vers la sécurité de la terre ferme, dont, en bons mammifères, elles proviennent. Peu de faits concrets, cependant, viennent étayer cette hypothèse, et d'autres évoquent plutôt un comportement social; selon eux, quand une baleine tombe malade, les autres, inquiètes, la suivent jusqu'au littoral.



Des théories qui désorientent



Les explications de l'échouement sont nombreuses et variées. Certaines invoquent l'environnement, comme de fortes marées et des tempêtes électriques; d'autres insistent au contraire sur la capacité des baleines à se diriger et à communiquer entre elles au moyen d'un « sonar », système nerveux extrêmement sensible à la direction des sons et à l'interprétation des échos. On a avancé l'idée que certaines plages en pente très douce ne renvoient pas un écho fiable, de sorte que les cétacés sont désorientés. Cette perte d'orientation pourrait également provenir d'infections de l'oreille entraînant un mauvais fonctionnement du système de sonar.

Des scientifiques anglais de l'université de Cambridge croient pour leur part avoir trouvé la solution: les baleines s'échoueraient lorsqu'elles sont perturbées par des variations soudaines du magnétisme terrestre. Bien que la puissance de celui-ci varie considérablement d'un endroit à un l'autre, les lignes d'une même force s'étendent sur des kilomètres sous la mer. Les baleines y sont très sensibles et ont tendance à les suivre; or, ces lignes suivent généralement la côte, mais de temps à autre, elles mènent à terre, conduisant les cétacés au drame. Cette théorie s'est d'ailleurs vérifiée en Grande-Bretagne, où les cas d'échouement ont toujours lieu là où les lignes magnétiques mènent à la côte. Mais les cartes de ces lignes sont rares pour les autres parties du monde, et les comparaisons sont difficiles.



Le jeu des devinettes continue



Chacune de ces théories explique partiellement les échouements, mais aucune ne s'est avérée réellement satisfaisante. En 1977, la commission des Mammières marins des États-Unis a fondé un Atelier de l'Échouement pour étudier ce phénomène. Les domaines à explorer ne vont pas manquer !

 

 

 

The Reader's Digest, Facts and fallacies , p. 299-300 - Mardi 24 Janvier 2007



Gascon Monbars L'exterminateur - Biographie d'un pirate


Gascon Monbars : l'Exterminateur

Biographie et anecdotes sur ce pirate légendaire


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Monbars est un gentilhomme du Languedoc, dans le sud de la France. Adolescent, Monbars dévorait les livres du père jésuite Las Casas, le défenseur des Indiens d'Amérique, et on dit qu'à chaque page il s'écriait : maudits Espagnols ! À l'école, jouant dans une comédie, il passe près d'étrangler un confrère de classe qui tenait le rôle d'un noble Espagnol.

 

Un peu plus tard, la guerre éclate entre la France et l'Espagne, Monbars obtient d'un oncle capitaine corsaire qu'il le prenne à son bord. Et le voilà en route pour les Antilles ! A chaque voile aperçue, Monbars s'excite : «Est-ce un Espagnol ?». Quand enfin on finit par en rencontrer un, son oncle fait enfermer Monbars dans une cabine: «Il se ferait tuer! Il est complètement fou!» se dit l'oncle. Dès l'abordage, Monbars enfonce la porte et se jette dans la mêlée, comme un furieux. Il massacre tellement d'ennemis que les matelots s'exclament : «C'est l'ange exterminateur.»

Il ne faut pas imaginer le joli teint rose d'un ange blond. Oexmelin décrit Monbars comme un colosse, brun de poils, avec d'énormes sourcils broussailleux. Monbars descend à l'île de la Tortue, où son oncle fait escale pour écouler son butin.

 


«Nos affaires ne vont pas du tout, disaient ces hommes. Les Espagnols viennent de plus en plus souvent du centre de l'île, ils profitent de ce que nous sommes à la chasse pour dévaster nos boucans. Il faudrait organiser une expédition contre eux.»

À ce moment, Monbars a dix-sept ou dix-huit ans. On peut imaginer que les boucaniers commencent par le regarder de travers quand il propose de diriger une expédition punitive envers les ennemis des boucaniers. Monbars obtient quand même ce qu'il veut. Il se rend avec les boucaniers à Hispaniola, combat avec eux, tue des Espagnols, délivre leurs esclaves indiens, se fait acclamer par les boucaniers étonnés de s'être trouvés un chef aussi terrible. Son rêve d'adolescent est réalisé : il venge le génocide des Indiens d'Amérique. Il s'est fait justicier.

Par la suite, Monbars devient capitaine d'un navire pourvu d'un équipage d'Indiens et d'esclaves évadés, dévoués jusqu'à la mort. Quand il capture un navire espagnol, il jette tout ce qu'il porte à la mer. Pas de quartier pas de butin, et il en sera ainsi dans tous ses combats, terrestres ou maritimes. Il devient vraiment Monbars l'exterminateur.

Monbars n'est vraiment pas un tendre avec ses ennemis. Il rivalise avec l'Olonnais dans l'invention des tortures les plus horribles. C'est lui qui aurait eu l'idée d'ouvrir le ventre à des prisonniers, d'en tirer l'extrémité de l'intestin, qu'on cloue à un arbre. Puis, en mettant une torche aux fesses du prisonnier déjà très mal en point, on l'oblige à reculer, dévidant ses tripes. Une façon de mourir vraiment horrible qui amusait beaucoup les flibustiers de Monbars. Faut dire qu'à l'époque, les pauvres flibustiers n'avaient ni télévision, ni radio, pas même de walkman, et qu'il leur fallait bien se désennuyer.

Disons aussi que la description, souvent méticuleuse, des atrocités soi-disant inventées par Monbars sont les mêmes qu'on pratiquait en Europe et ailleurs, selon les chroniqueurs espagnols des XVIIe et XVIIIe siècles. Ce sont peut-être des exagérations visant à justifier la haine des pirates. Les récits ou dessins de cette époque marquée de nombreuses guerres nationales et religieuses ont souvent pour but de montrer à quel point les autres sont abominables. Il est bien difficile aujourd'hui de trancher entre vérité et propagande.

Quand même, nombre de faits rapportés sur Monbars sont sûrement très réels, mais tout le personnage baigne dans une chronologie imprécise, jusqu'au jour inconnu où, on ne sait même pas l'année exacte, appareillant une dernière fois de La Tortue avec son équipage d'Indiens fidèles, il disparaît à jamais, corps et biens.

 

La fiancé de Gascon Monbars, dit l'Exterminateur

 

Pour les Frères de la Côte, comme les boucaniers et les pirates s'appelaient eux-mêmes, l'argent était vite gagné et vite dépensé. Le butin allait au jeu, à la taverne et aux prostituées. L'une des belles de nuit les plus célèbres était alors Lisette Sucre. D'une part ses faveurs étaient les plus recherchées, de l'autre elle était la maîtresse du célèbre Gascon Montbars, surnommé l'« Exterminateur» pour sa cruauté et ses méthodes sanguinaires. Au combat, il ne faisait jamais de quartier. Bien souvent, sa seule apparition suffisait à lui assurer la victoire avant même que la bataille ne s'engage. Son visage était en partie caché par d'énormes moustaches et par des sourcils dont chacun était aussi fourni que les moustaches elles-mêmes.

 

Lorsque Montbars était parti en opérations, le commerce de Lisette était prospère. Elle portait au cou, au bout d'une chaîne d'or, la clef d'un lourd coffre de fer qu'elle cachait chez elle, bardé de chaînes et de barres de fer pour plus de sûreté. On disait que ce coffre contenait une petite fortune en or et en argent. Lisette, qui avait été déportée de France pour avoir exercé la prostitution, espérait y rentrer un jour la tête haute, fortune faite. Pendant les absences de Montbars, Lisette grossissait son magot, mais, lorsque 1'« Exterminateur » revenait dans l'île, tous ses clients s'éloignaient. Et malheur à celui que Montbars trouvait avec Lisette s'il rentrait à Tortuga sans crier gare.


Un soir qu'il revenait ainsi à l'improviste, son navire se trouva encalminé à plusieurs milles au large. Montbars regagna la terre à la rame, sans être signalé. Ignorant que son amant était de retour, Lisette recevait deux canailles, Pied-de-Lièvre, ainsi surnommé pour sa vivacité dans la fuite en cas d'urgence, et Cœur-d'Andouille, connu lui aussi pour son courage très relatif.


En pleine nuit, et sans être annoncé, Montbars fit une entrée fracassante dans le boudoir de sa maîtresse. Il y trouva les deux vauriens avec elle, et dans une position sans équivoque. Il fut saisi d'une telle colère que Lisette et ses deux clients s'enfuirent chacun dans une direction, tout nus tous les trois, à l'exception de Lisette, vêtue de sa chaîne d'or et de sa clef.


On ignore lequel des trois le boucanier à moustaches choisit de poursuivre. Quoi qu'il en soit, le lendemain matin, Lisette fut retrouvée pendue à un palmier. La clef avait disparu de son cou et l'on pensa d'abord que Montbars avait exécuté sa maîtresse - ce qui causait bien du regret à ses clients -, mais l'enquête démentit cette première hypothèse.


Ses deux clients, s'estimant volés de leur nuit de plaisir, revinrent la soirée suivante chez Lisette pour récupérer leur mise de fonds. Avec intérêts, puisqu'ils emportèrent le coffre de fer où Lisette enfermait ses gains. Ils traînèrent le coffre jusqu'à la mer, le hissèrent dans un canot et ramèrent jusqu'à Haïti. Là, avec un équipage de complices, ils s'emparèrent d'un vaisseau à l'ancre et mirent le cap au large. Ils se dirigeaient vers Nassau, dans les Bahamas, qui était alors un autre repaire de pirates. Mais les deux complices et leur équipage de forbans ne devaient jamais y arriver. Le navire disparut avec tous les hommes à bord, quelque part entre Haïti et Nassau, probablement dans le passage de Crooked Island, en plein Triangle des Bermudes.

 

Cette histoire est tirée des mémoires de Louis Adhémar Timothée Le Golif, capitaine de boucaniers

 

 

 

Winer, Richard, 1975. Le nouveau dossier du Triangle des Bermudes. Editions Select.
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Sources et autres références:

en.wikipedia.org

Miracle Mike - Le poulet sans tête


Miracle Mike - Le poulet sans tête

L'incroyable histoire de Mike, le poulet le plus célèbre du monde

 

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

C'est le 10 septembre 1945, dans une ferme de Fruita dans le Colorado, qu' un fermier du nom de Lloyd Olsen coupa la tête de son coq de cinq mois et demi, Mike, afin de le manger. Mais étonnamment, celui-ci resta en vie, avec une oreille et une partie de son cerveau encore intact. Étonné, le fermier lui laissa la vie sauve, du moins, ce qu'il lui en restait.

Bien que le poulet n'avait plus de tête et ne pouvait évidemment pas se diriger, son coeur battait toujours et Mike était capable de se mouvoir, d'aller et venir à sa guise. Le poulet devait être nourri à la main et au compte-goutte, la pipette étant introduite directement dans son oesophage.

Mike, devenu Miracle Mike, devint le centre de plusieurs foires aux États-Unis et apparut dans différents magazines. Il fut présenté d'un océan à l'autre, principalement sur la côte Ouest, mais également à Chicago, New York et même en Floride. Il fallait payer 25 cents pour le voir ; il rapportait 4 500 dollars par mois. À la foire, il était accompagné d'une tête de coq coupée, mais ce n'était pas la sienne, qui avait été mangée par l'un des nombreux chats du fermier. Nombreux sont ceux qui pensent qu'il s'agissait d'un canular, et son propriétaire l'a emmené à l'Université d'Utah à Salt Lake City pour démentir la rumeur. Il fut assuré pour 10 000 dollars.
 

 

Des associations de défense des droits des animaux se plaignirent et exigèrent que le travail commencé soit terminé, afin que le coq ne souffre pas. Il mourut finalement en mars 1947, dans un motel de Phoenix. Les circonstances entourant la mort sont nébuleuses, Lloyd Olsen refusa d'admettre avoir laissé mourir l'animal et affirma l'avoir vendu. Il dira plus tard l'avoir étouffé délibérément, dans un acte spontané, afin de faire taire ses détracteurs. Quand Mike mourut, le fermier tua des vingtaines de poulets en espérant en voir un vivre, mais sans succès.

 



Miracle Mike permit au fermier d'arrêter de travailler et de prendre sa retraite. La petite fortune qu'il avait ramassée devait lui permettre de finir de payer ses terres et de moderniser son équipement agricole. Miracle Mike fut sans aucun doute le plus célèbre et lucratif de tous les poulets de l'histoire. Grâce la visibilité procurée par l'histoire incroyable de ce poulet sans tête, la ville de Fruita parvint à gagner de la célébrité. Depuis 1999, une journée porte son nom, c'est le " Mike the Headless Chicken Day" et attire de nombreux touristes. Il a également une statue en son honneur... Ce n’est quand même pas mal pour un poulet sans tête !

 


{dailymotion}xxl3z9?syndication=115201{/dailymotion}

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

David Magny © Dark-Stories.com - Lundi 18 février 2013

Sources et autres références: fr.wikipédia.org

Le faux journal de Adolf Hitler


Le faux journal d'Adolf Hitler

L'histoire d'un journal qui perdit 19 millions de marks


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

C'est en avril de 1983 qu'une nouvelle provenant du journal ouest-allemand Der Stein sidéra la presse internationale. Le journal affirmait avoir mis la main sur l'authentique journal d'Adolf Hitler, un imposant ouvrage divisé en 62 livres. La nouvelle fit rapidement le tour de la planète. Le Stern commença la publication la semaine suivante, et les écrits furent publiés dans le monde entier.

Cependant, quelques mois plus tard, suite à une analyse détaillée, les experts déclarent officiellement que les carnets d'Hitler sont des faux. Cette nouvelle se répercuta sur tout le globe aussi rapidement que l'annonce de la découverte.

Comment le journal a-t-il été berné ? Pourquoi le journal a-t-il payé près de 9,4 millions de marks sans même faire examiner les livres par un expert ?

 

Ces questions sont loin de rester sans réponse. En vérité, toute l'histoire ne repose que sur deux noms, un fraudeur du nom de Konrad Kujau et Gerd Heidemann, un recherchiste ingénu.

Gerd Heidemann n'était pas qu'un recherchiste pour le magazine ouest-allemand Der Stein, c'était aussi un véritable fanatique et collectionneur de reliques nazies. D'ailleurs, il avait une collection imposante de reliques nazies, dont plusieurs étaient fausses. Il s'était récemment passablement endetté en achetant et en rénovant le yacht de Hermann Goering, un ancien commandant de la Luftwaffe. Il avait probablement une personnalité malhonnête, mais son pire défaut était sans nul doute la naïveté.


Heidemann, étant un obsédé de l'histoire nazi, sait que, vers la fin de la guerre, un des avions d'Hitler déménageant du matériel personnel de l'ancien Führer s'était écrasé près d'un village nommé Boernersdorf, en Allemagne de l'Est. Hitler avait été troublé par l'annonce de cet écrasement, car cet avion, disait-il, contenait des notes personnelles de la plus grande importance pour la prospérité de l'empire.

 

Le faux journal de Adolf Hitler


Au cours de l'année 1980, Heidemann fit la connaissance d'un autre collectionneur d'objets nazis. Ce dernier lui révéla sa plus précieuse pièce, un volume du journal personnel d'Adolf Hitler, qui fût retrouvé dans l'épave d'un avion près du village de Boernersdorf. Après avoir fait quelques recherches, Heidemann réussi enfin à retrouver la source du précieux journal, un certain Konrad Fischer. Près d'un an après avoir vu ces documents, notre recherchiste réussit finalement à s'organiser une rencontre avec Fisher.

Ce dernier explique que son frère, un général de la garde frontalière de l'Allemagne de l'Est à découvert le journal dans la maison de villageois de Boernersdorf, qui l'avaient ramassé dans l'épave de l'avion. D'ailleurs, cet ouvrage n'est que le premier d'une série des vingt-sept volumes qui composent l'ensemble du journal intime d'Hitler. Heidemann mord à l'hameçon, il saute sur l'occasion incroyable qui s'offre à lui et commence immédiatement à négocier les journaux et un manuscrit inédit de Mein Kampf.

De retour en Allemagne de l'Ouest, Heidemann explique toute l'histoire à la direction du journal. Il déclare au journal que Fisher demande 2,5 millions de deutschmarks pour les volumes du journal, un manuscrit inédit de Mein Kampf et le transport des livres au-delà de la frontière de l'Allemagne de l'Est. Ils ne doivent pas appeler aucun expert et garder le secret le plus absolu autour de la nouvelle, sinon le général douanier est-allemand cessera de les envoyer. La direction du journal, voulant absolument mettre la main sur ce qui pourrait devenir le plus grand scoop du monde, accepte.

Cependant, l'équipe du journal aurait dû se méfier d'une chose, la passion obsessionnelle de Heidemann pour les objets nazis. D'ailleurs, tout le monde était au courant. En effet, il avait déjà fait perdre beaucoup d'argent au journal pour la recherche de Martin Bormann, un assistant d'Hitler qui disparût après la guerre, qui se résulta infructueuse. Pourtant, le Stern accepta les conditions. Le recherchiste était le seul à connaître le possesseur des volumes. Ils firent donc ouvrir un compte en banque spécial dans lequel Heidemann allait pouvoir puiser de gros montants pour payer les précieux écrits.

C'est donc en février 1983 que Heidemann présente au journal les trois premiers volumes. C'était trois cahiers, reliés en cuir noir et d'une épaisseur d'un centimètre. Les initiales A.H. se trouvaient sur les ouvrages avec un sceau de cire rouge. L'écriture des ouvrages est du style gothique et personne ne remit en doute l'authenticité des documents. Personne ne se posa de question lorsque Heidemann annonça, après la livraison de douze volumes, que le prix pour chaque livre était maintenant de 100 000 marks. Après 6 autres livraisons, le prix tomba à 200 000 marks. Le journal accepta aussi de verser la somme de 1,5 million de marks à leur recherchiste pour la découverte des livres. Et finalement, il leur annonça que beaucoup d'autres volumes avaient survécu à l'écrasement de l'avion.

Évidemment, tout cet argent ne va pas directement dans les poches de Fisher, Heidemann en garde une grosse partie pour lui même et profite pleinement de la situation pour faire le maximum d'argent possible.



Le vrai visage de la fraude


Konrad Fisher se nomme en réalité Konrad Kujau, et son frère n'est pas vraiment un général, ce n'est qu'un simple portier de gare. En vérité, Kujau est un faussaire qui s'est tranquillement spécialisé dans la reproduction de fausse relique nazie. Ce qu'il affectionne particulièrement, c'est les faux tableaux soi-disant peints par Hitler. Le commerce de souvenirs nazis est florissant et il adore duper les collectionneurs en leur vendant des reliques factices pour des sommes faramineuses. Fabriquer ces faux carnets sera à la fois la plus facile et la plus payante de ses opérations.

Avec les années, Kujau a amassé une bibliothèque importante de plus de cinq cents livres et ouvrages ayant comme sujets Adolf Hitler. En étudiant bien, il a appris à recopier l'écriture du Führer. Pour que son oeuvre semble authentique, il a récupéré de vieux cahiers scolaires trouvés en Allemagne de l'Est. Il ne lui reste plus qu'à les tordre dans tous les sens et les frapper pour leur donner un aspect plus véridique. Il a besoin d'environ 5 heures pour compléter un livre. D'ailleurs, ce fut la principale lacune qui réveilla très rapidement les soupçons de la communauté internationale. Le contenu des livres était banal et sans véritable intérêt, rempli de rapports détaillés de conférences officielles et de communiqués du parti nazi. Un expert aurait évidemment rapidement trouvé l'erreur, mais le journal et Heidemann était convaincu de l'authenticité des carnets et a respecté les conditions.

Cependant, après les parutions des premiers volumes, beaucoup de journalistes, d'historiens et même d'anciens nazis commencèrent à exprimer leurs doutes quant à l'authenticité des documents. Rapidement, la pression internationale devint plus urgente et le journal décida de faire tester les manuscrits. La nouvelle tomba rapidement, tous les documents, de la première à la dernière page étaient faux. Absolument tout. Le plus grand scoop de l'histoire était un faux, et le magazine allemand ne put qu'en endosser la responsabilité.

En tout, le magazine a payé 9,4 millions de marks à Heidemann, donc 5 millions sont encore manquants aujourd'hui. Avec les frais, le fiasco se chiffra à 19 millions de marks. Une somme astronomique considérant que tous ces carnets étaient faux.

Pour toute cette arnaque, Kujau fut condamné pour fraude. Mais le grand perdant fut définitivement Heidemann qui, les sommes utilisées, fut aussi condamné pour le même motif. Cette affaire est aussi connu sous le nom des carnets d'Hitler.

 


© Dark-Stories.com - Mardi 21 mars 2006
Dernières modifications - 14 février 2013. Merci à Cathou pour la correction !

Sources et autres références:

Facts and fallacies ( Sélection du Reader's Digest ) 1988

Voir aussi:

 

L'étrange histoire de Connie Franklin


L'étrange histoire de Connie Franklin

L'homme qui témoigna au procès de ses assassins


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

Cette curieuse histoire commence quand un homme, Connie Franklin, déménage dans  une ville du nom de St. James en Arkansas, USA. Le type y travaille pour différents fermiers de la région et s'amourache d'une fille de l'endroit. Environ 3 mois plus tard, il disparaît. Une femme rapporte un chapeau taché de sang qu'elle a trouvé et qui aurait appartenu à Franklin. La police ouvre une enquête, mais ne trouve absolument rien. La petite amie ne sait pas plus où il se trouve. L'enquête piétine.

En automne, la même femme amène la police à une fosse dans laquelle la police trouve des dents et autres petits ossements possiblement humains. La petite amie craque de Connie Franklin craque. Elle raconte une horrible histoire dans laquelle, elle et Franklin, ont été kidnappés par cinq hommes. Franklin aurait été sauvagement battu et tué, alors qu'elle se faisait violé. Les hommes l'auraient menacé de tuer elle et sa famille si jamais elle dénonçait le crime. Les cinq suspects désignés par la jeune femme sont donc arrêtés, la date du procès est fixée au 17 décembre.


Mais voilà que, surprise, quelques jours avant le procès, la presse annonce que  Connie Franklin est de retour en ville. Il a été demandé du travail à des gens pour qui il avait déjà travaillé. Les gens qui le reconnaissent sont formels, c'est bien lui.

 

 

La police va donc l'interroger, mais l'homme nit être Connie Franklin. Il affirme se nommer  Marion Rogers et qu'il n'était jamais venu dans cette ville. Il vient d'une ville voisine où il a une femme et quatre enfants. Les enquêteurs vérifient ses dires et découvrent rapidement qu'il dit vrai. Ils apprennent aussi qu'il a été interné dans un hôpital psychiatrique, d'où il s'était échappé il y a quelques mois avant de venir à Saint James. Il avait alors rencontré sa copine, travailler quelques mois avant de subitement décider de partir sans avertir personne. Il était maintenant de retour.

Cependant, lorsqu'on présente Marion Rogers à son ex-petite copine, elle ne le reconnait pas. Elle affirme qu'il n'est pas Connie Franklin. La femme qui a trouvé le chapeau ensanglanté et les restes humains affirme également qu'il n'est pas Franklin. Cependant, elles sont bien les deux seules, ses anciens partenaires de travail en sont convaincus. On décide donc que Connie Franklin doit venir témoigner  au procès, devant grand jury.

Le 17 décembre, Marion Rogers, soupçonner d'être Connie Franklin est donc témoin au procès des cinq hommes soupçonné de l'avoir assassiné. S'ensuit alors une étonnante mascarade, dans lequel la petite amie de Franklin, son père et une autre témoin affirment que Franklin n'est pas Rogers. Cependant, Rogers reconnait soudainement son ex-petite amie et son père. Les médecins, en utilisant des archives de l'armée, affirment que Franklin et Rogers sont la même personne. Il ne faut pas oublier les cinq suspects du meurtre, qui eux aussi affirment que Franklin est bel et bien Rogers.

Les preuves sont minces, un scientifique de l'époque affirme que les preuves découvertes, ces supposés "restes humains", ne sont pas humains du tout. Un dentiste viendra également témoigner que les dents retrouvées ne sont pas humaines.

L'ex-petite amie de Franklin réaffirme son histoire de viol et de meurtre et cette fois un témoin vient corroborer sont histoire. Ce témoin est le fils du cousin de cette dernière, il aurait été témoin de la scène, mais il est sourd et muet, ce qui complique encore une fois le procès.

Après avoir été questionné par la défense, Rogers affirme qu'il est bien Franklin, et que le soir du 9 mars, date à laquelle il a prétendument été assassiné, il avait se saouler avec les accusés. Sur le chemin du retour, il était tombé de sa mule. Il avait revu sa petite amie le lendemain. Selon lui, elle avait affirmé vouloir retarder le mariage, alors il avait décidé de partir tout simplement. Il fit plusieurs efforts pour expliquer sa vie et ses déplacements, mais en fin de compte cela devenait de plus en plus mélangeant pour le jury. Le procès dura deux jours.

Finalement, le jury a indiqué qu'ils étaient dans l'impasse. L'histoire étant trop compliquée. Le juge, exaspéré, prit donc les choses en main en forçant le jury à prendre une décision, ce procès avait déjà coûté 8000$ et il n'était pas question que cette mascarade se poursuive plus longtemps. Le jury délibéra quelques minutes avant de donner leur verdict: non coupable. Les prétendus assassins furent donc libérés.


Cette histoire compliquée et Collin Franklin allaient passer à l'histoire, ce fut le seul procès dans lequel un homme témoignait au procès de ses assassins. Une véritable histoire de fou. On ne sait que peu de choses du la vie qu'à vécut Marion Rogers après le procès, mais il devait mourir jeune. Il fut retrouvé, trois ans plus tard, sur le long d'une route. Il était apparemment mort de froid.

 

David Magny © Dark-Stories.com - 8 février 2013
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Quelques histoires sélectionnées au hasard


Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Les nouvelles histoires:


Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Réseaux Sociaux:


Dark Stories est sur Twitter !

Histoires et récits insolites et macabres

Newsletter - Inscription


Warning: Declaration of JParameter::loadSetupFile($path) should be compatible with JRegistry::loadSetupFile() in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/html/parameter.php on line 431

Informations supplémentaires:


À propos de Dark Stories
Connexion
Liens et partenaires
Mentions légales
Écrire au webmestre