Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584
Dark Stories - Histoires macabres et insolites | Récits inexplicables et paranormal

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* Dark-blog */
google_ad_slot = "3335103952";
google_ad_width = 300;
google_ad_height = 250;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

 

 

 

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DS5-blogue2 */
google_ad_slot = "2592204537";
google_ad_width = 300;
google_ad_height = 600;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Newsletter - Inscription

 

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/application/application.php on line 459

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Maevia l’étrangleuse


Maevia l’étrangleuse

Moravie (République tchèque), aux environs de 1700


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Alors que les derniers rayons du soleil disparaissaient tranquillement derrière les collines qui bordent leurs champs, les habitants d’un petit village isolé de Moravie terminaient leurs besognes à la hâte. Aussitôt que la noirceur s’installa, ils se pressèrent d’entrer se réfugier dans leurs maisons et d’en fermer portes et volets. Depuis quelque temps, une terreur régnait sur leur village et les nuits n’étaient pas sûres. La cause de cet effroi était les apparitions successives d’une revenante malveillante du nom de Maevia.


Toute cette histoire commença quelques semaines auparavant, lorsque décéda Maevia, une vieille femme apparemment sans histoire. Comme il était coutume, elle reçut les derniers sacrements et fut enterrée dans le cimetière du village, en terre consacrée. Mais quatre jours après son enterrement, de terribles et bien étranges évènements survinrent.

Le soir, après avoir entendu des bruits de tumultes, des villageois aperçurent un terrorisant spectre qui errait dans le village. Déchaînant sa furie, ce monstre s’attaquait sans retenue aux gens qu’il croisait, vampirisant ses victimes en les serrant à la gorge ou en leur comprimant l’estomac au point de les faire suffoquer. Suite à cette violente et douloureuse attaque, sa proie était abandonnée, vidée d’énergie et le corps brisé. Lorsqu’elle était retrouvée, la victime était généralement exténuée, la peau pâle et son corps semblait amaigri. Ses apparitions furent nombreuses et le monstre changeait régulièrement d’apparence. Il était capable de prendre les traits de plusieurs personnes différentes et même d’apparaître sous la forme d’un chien.

 


Le spectre n’attaquait pas que les villageois, mais également leurs animaux. Dans la nuit, de terribles mugissements de douleurs résonnaient dans les plaines bordant le village. Des vaches, qui subissaient des attaques nocturnes, furent retrouvées mortes le lendemain matin. La revenante sanguinaire ne se gênait pas pour jouer de cruels tours. Elle a même été jusqu’à attacher des vaches ensemble par la queue. De plus, des chevaux furent retrouvés tout en sueur, accablés de fatigue, comme s’ils avaient couru toute la nuit afin d’échapper à un prédateur affamé. Ces évènements persistèrent pendant des mois, jusqu’au jour où un villageois reconnut la vieille femme et fit ce surprenant témoignage :

 « J’ai vu Maevia, elle était exactement comme de son vivant. Elle m’a attaqué et s’est assise sur moi avant de m’uriner dans la bouche. Le contact avec son corps me brûlait comme du feu et je ne pouvais résister à toute cette force qu’elle déployait. J’ai beaucoup souffert…  » 1



Bien vite, les rumeurs se répandirent. Certains affirmèrent que la vieille femme était une sorcière et que c’est pour cette raison que cette revenante s’attaquait aux gens du village. Maintenant que la cause de leurs malheurs était connue, les villageois se devaient d’agir avant que cette abomination fasse davantage de victimes. Comme le voulait la croyance, ils devaient brûler les restes de cette femme et disperser les cendres. Alors que certains d’entre eux préparèrent un bûcher non loin du cimetière, un groupe d’hommes courageux armés de haches et de pelles se rendirent à la sépulture de Maevia. Ils exhumèrent le corps de la prétendue revenante avant de lui sectionner la tête à grands coups de bêche. Ils brûlèrent ensuite le corps sur le bûcher improvisé, qui devint un grand feu de joie. Ce rituel mettant ainsi fin aux terrifiantes apparitions de Maevia, le village retrouva son calme et toute cette histoire ne fut bientôt plus qu’une légende.



*
*     *



Cette étonnante histoire nous provient d’un livre du nom de Magia Posthuma 2, écrit par Charles Ferdinand de Schertz, en 1704. Particulièrement méconnue, cette histoire est l'un des très rares extraits à avoir été traduit en français et est présenté en exclusivité sur Dark Stories. Cet ouvrage est considéré comme le premier rapportant un phénomène ressemblant davantage au vampirisme moderne 3, même s’il n’est aucunement question de buveurs de sang. Considéré comme une intéressante transition entre le revenant du 17e siècle et le vampire qui fit son apparition au 18e siècle, il a d’ailleurs servi de référence à Dom Calmet pour sa célèbre Dissertation sur les revenants et les vampires  de 1751. 4

L’histoire de Maevia la revenante possède quelques points intéressants, présents à la fois dans le folklore des revenants et celui des vampires. Premièrement, la défunte reçut les derniers sacrements et fut mise en terre dans un lieu consacré, soit le cimetière du village. Ce détail démontre que les rituels religieux ne sont pas sans faille ou obligatoirement efficaces pour prévenir le retour des morts vivants. Ce récit unique et peu connu est serait peut-être au coeur de la légende des vampires et autres morts-vivants que nous connaissons aujourd'hui.

Ensuite, la revenante s’attaque autant aux hommes qu’aux animaux et, contrairement à la plupart des revenants, il n’est pas mentionné que ses assauts visent des proches ou sa famille. On peut également noter cette malveillance et cette dépravation qui est généralement associée aux entités démoniaques ou aux succubes, plutôt qu’aux spectres et revenants. Ce témoignage n’est pas sans rappeler les croyances entourant les sorcières de Szeged, personnages du folklore hongrois, qui « chevauchent ceux qu'elles aiment ou qu'elles détestent : elles s'assoient sur leur poitrine jusqu'à ce qu'ils ne puissent presque plus respirer, puis elles les transforment en chevaux volants » 5.

Elle est également capable de se métamorphoser, chose qui est commune dans les croyances entourant les vampires modernes et qui est aussi un indice de l’hystérie collective que provoque le revenant.

Dans ses écrits originaux, De Schertz ne décrit pas les mesures prises par les villageois pour faire cesser les apparitions de Maevia. Il se contente de conclure en s’interrogeant s’il est acceptable de brûler les corps des prétendus revenants, alors qu’à son avis un simple exorcisme devrait mettre un terme à leurs apparitions 6.  Il ne donne pas le nom du village ni même la date des évènements. Il fait cependant mention de témoignages qu’il a recueillis, ce qui laisse croire que cette histoire s’est déroulée à son époque. Ces détails ne seront donc jamais connus, mais l’histoire de Maevia l’étrangleuse n’est pas prête d’être oubliée pour autant.

 



 

David Magny © Dark-Stories.com - Dimanche 26 octobre 2015
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Sources et autres références:

1- Interprétation d’un témoignage tel que rapporté du livre Magia Posthuma (1704), par Dr. Niels K. Petersen, de l'université de Copenhagen. Citation originale: "Vidi Mæviam, prout erat in vivis: Incuba immisit s.v. in os meum urinam; quæ viscera, velut ignis urebat, & nequij tantæ resistere violentiæ; quam tum ab ipsa [...] perpessus eram." - http://www.kakanien.ac.at/beitr/vamp/NPetersen1.pdf
2-  Karl Ferdinand von Schertz, Magia Posthuma per Juridicum illud Pro & Contra Suspenspo Nonnullibi Judicio Investigata, 1704
3-  Gábor Klaniczay, The decline of witches and rise of vampires - dans le livre de Darren Oldridge, The Witchcraft Reader (London: Routledge, 2001) p. 393
4-  R. P. Dom Augustin Calmet, Dissertation sur les apparitions des anges, des démons et des esprits et sur les revenants et vampire de Hongrie, de Bohème, de Moravie et de Silésie. (1751),  pp. 271-273
5-  G. Roheim la panique des dieux, cité dans Jacques Bril Lilith ou la mère obscure Payot 1984
6-  Karl Ferdinand von Schertz, Magia Posthuma per Juridicum illud Pro & Contra Suspenspo Nonnullibi Judicio Investigata, 1704

 

 

Vampires et morts vivants


Regard sur les morts-vivants

Synthèse sur croyances populaires entourant les morts-vivants


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Devenus des incontournables du cinéma d’horreur et vedettes bien installés à Hollywood, les morts-vivants n’ont probablement jamais été aussi célèbres. Au fil des productions cinématographiques, des évènements thématiques et des très nombreux romans les mettant en vedettes, les morts-vivants sont devenus un thème populaire qui s’est bâti une clientèle bien établie parmi les amateurs de cinéma d’horreur et fantastique. Ils se retrouvent dans tous les genres, passant du cinéma d’horreur, à la romance,  l’aventure et même la comédie, devenant les monstres les mieux connus de tous les types d’auditoire. Rien de bien surprenant, ils sont la représentation de la mort et de l’après-vie, un sujet qui a toujours attisé les rêveries, la crainte et l’imagination populaire.


Dans la culture populaire actuelle, nous considérons comme étant morte-vivante toute créature, préférablement un humain, qui continue à se manifester et à utiliser son corps malgré que celui-ci soit mort. Suivant cette définition, les morts-vivants sont des morts revenus à la vie et les principales causes de leur réanimation sont généralement la magie, une malédiction, une maladie ou encore une exposition à des produits chimiques 1.

Dans certains cas, comme celui des zombies modernes, la  créature est un humain corrompu, qui perd toute notion du bien et du mal, luttant pour se nourrir de façon instinctive sans avoir conscience de ses actions. Dans d’autres cas, comme celui des vampires, les victimes sont davantage des êtres démoniaques, ayant conclu un pacte avec les forces obscures et ayant parfaitement conscience de leur situation. Dans tout le cas, les morts-vivants sont généralement contagieux, ils sont mauvais, hostiles aux humains et cherchant à se nourrir des vivants. Mais malgré tout leurs défauts, ils font l’envie de plusieurs. Après tout, survivre à la mort et devenir immortel n’est-il pas le fantasme le plus justifiable de tout être vivant ?  Est-il logique de croire que certaines personnes seraient prête à pactiser avec le Diable afin d’obtenir la vie éternelle ?

La mort étant un mystère angoissant l’homme, l’idée que certains puissent survivre après leur mise en terre fut présente dans toutes les cultures.


 



Valère Bernard (1860 - 1936) - Les revenants ou L' office des morts - gravure 1906

Cependant, les vampires et zombies modernes n’ont pas beaucoup de ressemblances avec les créatures légendaires d’antan. Les différences se situent principalement dans certaines particularités qui furent adaptées afin que les monstres modernes plaisent à un plus grand public. C’est pourquoi il est intéressant de découvrir les croyances populaires d’où proviennent les morts-vivants et particulièrement les évènements qui ont donné naissances à toutes ces croyances. Les principaux revenants sont les suivants:

  • Les goules, une créature monstrueuse du folklore arabe
  • Les revenants, un mort-vivant vengeur ou condamné
  • Les zombies, provenant de la culture vaudou
  • Les vampires, les incontournables qui sont au cœur de plusieurs légendes mystérieuses


Les morts-vivants dans la littérature


Le terme « Mort-Vivant (Un-Dead) » fut principalement  imputé à l’écrivain Bram Stoker (1847 – 1912) qui a bien pensé en faire le titre de son célèbre roman Dracula (1887). Il a d’ailleurs utilisé cette expression à plusieurs reprises dans son ouvrage et est responsable de la signification moderne du mot.   Bien que ce terme servait presque exclusivement à désigner les vampires, qui avaient grâce à la littérature poussé les revenants, ces morts-vivants qui hantaient autrefois les cimetières européens, aux oubliettes. Le mot sert aujourd’hui à définir n’importe quel  être qui, même mort, présente encore des signes de vie ou d’animation. Les morts-vivants ont définitivement pris leur place dans la littérature pendant la période des « romans gothiques », durant laquelle ce genre littéraire plutôt macabre devint très en vogue en Angleterre.  C’était une période sombre, les tendances gothiques influençaient beaucoup les artistes, architectes et auteurs. Ce fut  le début d’un nouveau genre littéraire, mais aussi l’apparition des romans d’épouvante et de fantastique.

C’est à cette époque : durant le XIXe siècle, que devait être publié certains des ouvrages incontournables qui allaient profondément influencer les croyances entourant les morts-vivants et immortalisés de façon littéraire nombres de légendes et histoires fantastique. C’était le début des romans d’épouvante.  Aux États-Unis, le poète et romancier Edgar Allan Poe (1809-1849) donnait des frissons à ses lecteurs en écrivant d’horribles contes d’épouvante et les premiers romans policiers. En Angleterre, les écrivains macabres s’épanouissaient dans un genre littéraire gothique qui devait donner naissance à plusieurs œuvres qui devinrent de grands classiques. Notons par exemple l’incontournable Frankenstein de Mary Shelley (1818), The Vampire de John Polidori (1819) et Carmina de Joseph Sheridan Le Fanu (1871). Ces mêmes œuvres étaient souvent inspirées de légende et fragment d’histoires qui provenaient de folklores bien réels. Mais ce fut véritablement en Angleterre, à la toute fin de ce siècle, que le grand bouleversement devait se produire. Bram Stoker allait entrer en force dans l’histoire, en écrivant le livre qui popularisera l’image moderne du vampire partout à travers le monde : Dracula (1897). Depuis lors, le vampire, ont été très populaire au travers des arts, la littérature et évidemment, au cinéma. La naissance du roman gothique devait, à travers de ces œuvres, instauré plusieurs croyances entourant les morts-vivants et influencé la littérature d’horreur et fantastique. Dracula, bien qu’il ne représente pas avec exactitude le vampire des croyances d’antan, prit une place d’importance en devenant l’expression la plus rependue et la mieux adaptée au folklore européen.  S’inspirant des légendes et histoires de vampires qui lui étaient rapportés, il a inséré dans son histoire plusieurs éléments propres à de réelles histoires de vampires ou de revenants qui peuplaient alors le folklore de son époque.

Un courant particulièrement macabre, bien présent à la fin du XIXe siècle, fut très favorable à Bram Stoker. Peu avant lui, l’histoire déjantée de Dr Jekyll and Mr Hyde (1886), de l’écrivain écossais Robert Louis Stevenson (1850 – 1894) avait connu une popularité évidente, alors que le célèbre tueur en série Jack l’Éventreur (1888), devenait lui aussi un personnage mythique de l’époque, faisant cauchemarder l’Angleterre.  Dracula et Frankenstein sont des œuvres incontournables lorsqu’on parle des morts-vivants modernes, puisqu’à travers de leurs romans, Bram Stoker et Mary Shelley ont défini certains des traits qui allaient devenir des symboles classiques représentant le genre de leurs œuvres.


Les histoires cachées derrière les histoires


Constatant que les morts-vivants ont trouvé leur renommée à travers la littérature du XIXe siècle, il serait facile de croire qu’ils proviennent d’une tradition littéraire sans lien avec les croyances populaires de l’époque. Les légendes entourant les morts-vivants sont injustement diminuées au titre de simples croyances sans fondement ou d’histoires imaginaires raconté par les parents souhaitant donner la frousse à leurs enfants. Mais ce n’est pas du tout le cas. Ces romans ne sont qu’une matérialisation d’histoires beaucoup plus anciennes, de légendes et même d’évènements véritables qui ont inspiré les écrivains depuis plusieurs siècles déjà. Ces histoires sont à la base d’une croyance fortement répandue dans plusieurs endroits du globe : celui d’un mort-vivant qui doit se nourrir la nuit, devenant un prédateur pour les êtres vivants se trouvant sur son chemin. Il ne faudrait pas croire que ces vieilles légendes proviennent uniquement de vieux contes inventés par des ivrognes de village. Il y en a quelques-unes certes, mais  plusieurs anecdotes sont véridiques et confirmées par les témoignages écrits des témoins et des autorités  en place.

Mais quelles sont ces histoires, ces anecdotes historiques qui peuvent être la source de toutes ces croyances populaires ? C’est ce que vous découvrirez dans les différents textes présenté dans notre section "Diables et démons". Nous allons voir certains phénomènes que ces histoires ont en commun. En effet, si le mythe du mort-vivant est présent dans presque toute les cultures, c’est probablement parce qu’il fut engendré par des phénomènes naturels difficilement interprétable qui était commun à toute les cultures. C’est généralement une mauvaise compréhension des conditions de putréfaction des corps, de l’incorruptibilité de certaines dépouilles et de certaines connaissances de la mort clinique.

 



 

David Magny © Dark-Stories.com - Dimanche 26 octobre 2015
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Sources et autres références:

1. Produits chimiques, nucléaires ou bactériologiques, les possibilités sont nombreuses et seul le concept de la contagion est généralement présent dans tous les scénarios.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mort-vivant
Jean Markale, L’énigme des vampires (Pygmalion), 1991, p. 10
Jean Markale, L’énigme des vampires (Pygmalion), 1991, p. 10

 

Le fantôme qui n’aimait pas la visite


Le fantôme qui n’aimait pas la visite

Une histoire racontée par Danielle Goyette



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

La ville de Trois-Rivières compte un très grand nombre d’impressionnants bâtiments patrimoniaux. Comme on le sait, les plus belles histoires de fantômes se déroulent souvent entre les murs de telles habitations à l’existence longue et riche. De fait, le récit du fantôme Émile est bien singulier.

En 1972, François (nom fictif) s’installait dans une superbe maison ancestrale louée dans cette ville. Une grande demeure d’une quinzaine de pièces qu’il allait à l’occasion partager avec des colocataires. À l’occasion, car ses locataires n’y demeuraient jamais très longtemps!

 

Il est vrai que cette maison avait un autre logeur à temps plein qui importunait plutôt les invités. François l’avait baptisé Émile (nom du fantôme lui aussi changé pour préserver l’anonymat du témoin), surnom affectueux, parce que, lui, il ne vivait jamais rien de désagréable en présence de cette entité.

S’il se manifestait partout, Émile avait quand même une pièce à lui. Une pièce toute petite et froide, impossible à chauffer, qu’on avait maintes fois tenté d’isoler sans succès. Les fantômes ne s’entourent-ils pas toujours d’une brise glaciale?
 
En fait, Émile appréciait tout particulièrement cette chambre que des invités avaient quitté trop souvent en pleine nuit, les jambes à leur cou. François nous relate quelques anecdotes à son sujet.


«Un jour, j’ai loué cette pièce à un Français qui s’était bien moqué du présumé fantôme logeant à la même enseigne. Il se disait le plus sceptique des sceptiques. Pourtant, le lendemain de sa première nuit chez moi, je l’ai retrouvé roulé en boule sur le divan du salon. Il m’a alors raconté sa troublante expérience. Quelque chose lui avait sauté à la gorge. Comme de longues griffes de chat acérées!»

Ce logeur n’est jamais revenu! Il avait eu une telle frousse...

 

Le vacarme d’Émile


Une nuit, François fut témoin d’un incident inexplicable. Il hébergeait alors un locataire qui consommait beaucoup d’alcool. François se méfiait de ses déplacements, surtout que sa chambre était juste en haut de l’escalier.

«Cette nuit-là, à 4 h du matin, je me suis réveillé en sursaut, au son de bruits sourds dans l’escalier. Je me suis levé dans l’inquiétude que mon locataire soit tombé et je suis allé jeter un oeil dans la maison. Rien. Personne. Plus un son.

Je suis retourné au lit et, dès que j’ai fermé l’oeil, j’ai entendu un autre “boudoum, boudoum” dans l’escalier. Je suis retourné voir ce que c’était. Il n’y avait toujours rien. Je me suis dit que c’était probablement ce type de manifestation qui devaient tant effrayer mes visiteurs. J’en ai déduit qu’habituellement je dormais sans doute trop dur pour me faire réveiller par Émile qui, lui, prenait un malin plaisir à faire des siennes en pleine nuit.»

«Moi, je ne reviens plus ici!»

François donnait des cours, et son atelier était aménagé au sous-sol. Une porte dans cette pièce donnait sur l’extérieur. Fabriquée en bois très épais, elle était munie de trois gros verrous. Un soir d’automne, François descendit à l’atelier avec l’un de ses étudiants pour constater que la porte du sous-sol était grande ouverte. C’était bien surprenant. Ne se souvenant pas de l’avoir ouverte, François la referma tout de suite.

«Inutile de dire que la barrure était très solide et que personne ne pouvait ouvrir cette porte verrouillée aisément. Mais, tout à coup, alors qu’on avait le dos tourné, on a entendu des grincements. En nous retournant, on a bien vu les verrous s’ouvrir d’eux-mêmes sans l’aide de personne! Le jeune homme a vite pris la poudre d’escampette. Il a eu toute une peur!»

Néanmoins, François a continué de vivre dans cette maison sans inquiétude. Les quelques manifestations dont il était témoin ne le rendaient pas nerveux. Mieux encore, ça l’amusait. Des spécialistes en phénomènes paranormaux expliqueraient probablement la bonne attitude du fantôme envers lui par le fait que François ne démontrait aucune peur à son égard.

Notre homme avait aussi trois chiens, quand il ne gardait pas en plus les chiens d’amis partis en vacances.

«Combien de fois j’ai remarqué que les chiens semblaient s’amuser avec rien, poursuivre quelque chose d’invisible, japper après le vide. Probablement qu’Émile s’occupait à les taquiner. Moi, ça me faisait toujours autant rire!»

Par contre, quand François invitait des amis pour une soirée, il arrivait fréquemment qu’Émile réagisse à cette affluence de façon un peu trop énergique... Un peu jaloux, le fantôme?

«J’avais acheté un bon piano neuf, j’en prenais grand soin, je le faisais accorder tous les six mois, il n’était pas vieux et il n’était pas fabriqué pour jouer tout seul comme les pianos électroniques, par exemple. Pourtant, à quelques reprises, les soirs où il avait des invités, le piano se mettait à jouer tout seul. Juste quelques notes, comme ça, sans raison. »

Il faut croire qu’Émile savait produire son effet, car il est arrivé que certains invités trop effrayés repartent en plein milieu du repas.

«J’ai bien vérifié si des cordes avaient pu se casser à cause de la sècheresse de l’air ambiant. J’avais même mis un humidificateur dans la pièce. Je n’ai jamais su ce qui avait pu provoquer cela.»

Le problème, c’est que les gens venaient de moins en moins à la maison de François. Quant à ce dernier, il parlait le moins possible des phénomènes qui s’y passaient, de crainte de voir descendre chez lui, médiums et chasseurs de fantômes.

«C’était ma résidence, j’y vivais en paix et je ne m’étais jamais senti menacé par quoi que ce soit. Je ne voulais pas devenir un objet de foire et que ma maison soit ciblée par ces gens qui en seraient peut-être venus à me harceler. Alors, les dernières années que j’ai vécues là ont été plutôt solitaires.»


Le grand départ


Au début des années 1980, François a dû quitter la maison contre son gré, car elle allait être démolie. Les réactions catégoriques de son colocataire fantôme l’ont étonné. Il ne semblait pas du tout d’accord avec l’idée de partir de cette demeure.

«Un jour, alors que je me préparais à sortir quelques boîtes de déménagement, j’ai presque reçu la porte en plein visage. J’ai eu soudain le sentiment qu’Émile ne voulait pas que je parte, ou qu’il ne voulait pas que la maison soit détruite. Mais je n’avais pas le choix, le site allait devenir un espace commercial.»

Le jour du départ, François invita tout de même Émile à quitter la maison avec lui.

Émile aura-t-il préféré demeurer en ces lieux qu’il hantait depuis si longtemps? Fort possible, pense François, car il n’en a jamais plus eu de nouvelles depuis.

 

☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼

 

 

Chapitre extrait du livre « Maisons hantées » - Collection Québec Insolite de Danielle Goyette, publié Éditions Michel Quintin, 2010, p. 48-56. © Michel Quintin. - Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.



Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2894354673&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2894356226&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2894354991&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2894354983&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Le mystère des crânes de cristal


Le mystère des crânes de cristal

D'énigmatiques reliques qu'on prétend vieilles de 5000 ans


{dailymotion}x103gle?syndication=115201{/dailymotion}



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

Une histoire bien mystérieuse entoure des crânes de cristal, de provenance sud-américaine qui dateraient de la période préhispanique. Ces artéfacts ont fait leur apparition dans à la fin du XIXe siècle sur les marchés européens parmi les amateurs d'antiquités et d’archéologie et furent rapidement entourés de beaucoup de spéculation. Ce sont des sculptures de pierre représentant des crânes humains. Leur taille est variable; certains mesurent quelques centimètres, d'autres sont à l'échelle. Un certain nombre d'entre eux sont en pur cristal de quartz, mais beaucoup sont faits de minéraux que l'on trouve en abondance sur la terre. La plupart seraient faux (fabriqué au 19eme siècle), mais certains de ces crânes sont encore considérés comme des authentiques.

 



Les mystérieux crânes de cristal


Ces crânes de cristal, qu’auraient possédé les peuples de l’Amérique du Sud, dateraient de plus de 5000 ans selon les légendes mayas. Ce qui est surprenant est qu’il est techniquement impossible que de tels crânes, d’une si grande perfection, aient été façonnés par ces tribus. Ces derniers ne possédaient pas les outils nécessaires à la confection d’un tel artéfact et un tel travail leur aurait demandé plusieurs centaines d’années de labeur intensif. Les traces d’usinages étant complètement absentes de certains crânes, un tel niveau de finition est impossible, même avec les outils du XXe siècle. Plusieurs des crânes découverts ont été taillés sans tenir compte de l'axe naturel du cristal. Les sculpteurs de cristal modernes prennent toujours en compte l'axe ou l'orientation de la symétrie moléculaire du cristal, car s'ils le taillent "contre le grain", celui-ci se brise systématiquement -- même si le laser ou d'autres méthodes ultra-modernes de découpage sont utilisés.

La légende entourant les crânes de cristal


Les crânes de cristal sont entourés d’une très persistante histoire. Selon la légende indienne, il existerait 13 différents crânes. Ces derniers possèderaient d’importantes informations sur les origines de l’humanité, sur son destin et sur la plupart des mystères entourant la vie dans l’univers. Selon la légende maya, ce sont les Itzas, des hommes venus de l’Atlantide, qui auraient apporté les crânes avec eux.

Il est intéressant à noter que le peuple Atlante a toujours fait parti des légendes et croyances transmises par les Mayas. Ces crânes pourraient parler, même chanter, et possèderaient de nombreux autres pouvoirs une fois tous réunis ensemble.

Selon la légende, à l’origine il aurait existé 12 mondes dans lesquels la vie humaine aurait été présente. La terre était connue pour être le plus jeune monde d’entre tous. Des anciens, venus du ciel, auraient apporté ces crânes sur la terre et auraient fait don de leurs connaissances aux hommes, les aidant également à construire quatre grandes civilisations soit l’Atlantide, Lémurie, Mieyhun et Mu.

Les 13 crânes auraient été gardés dans une grande pyramide par les Olmèques, les Mayas et finalement par les Aztèques. Ces derniers seraient les responsables de la dispersion et de la perte des crânes de cristal.

 

Disposition des crânes de cristal tel que suggéré par la légende.

La disposition des crânes de cristal


Une interprétation de la légende maya nous indique qu’il faudra aligner les 13 crânes ensemble, le dernier jour du calendrier maya, soit le 21 décembre 2012, pour aider Gaia à empêcher le basculement de la terre (dans la mythologie grecque, Gaïa est une divinité primordiale personnifiant la Terre).

 

Le crâne de cristal de F.A. Mitchell-Hedges


La découverte la plus connue et probablement sans aucun doute la plus étonnante s’est produite en 1924 et est celle du crâne de cristal de l'explorateur britannique F.A. Mitchell-Hedges.  Sa fille adoptive Anna Mitchell-Hedges, alors âgée de 17 ans, le trouva dans les ruines d'un temple de la cité maya de Lubaantun, à Belize, dans le sud du Mexique. Ce crâne devint célèbre sous le nom du crâne du destin.

Ce crâne, fabriqué en cristal de roche, est la reproduction parfaite du crâne d’une femme d’origine amérindienne (une reconstitution médico-légale du visage l’affirme) et pèse environ 5 kg. Sa conception est parfaite, d’ailleurs le crâne est composé de deux morceaux, la mâchoire pouvant se détacher, elle s’ajuste parfaitement à la partie supérieure. Cette dernière possède aussi beaucoup d’autres particularités. Si elle est placée dos au soleil, elle agit avec la lumière comme une loupe, faisant jaillir des rayons de ses yeux, du nez et de la bouche suffisamment puissants pour allumer un feu. Si une lumière est placée en dessous, cette dernière sort par les orbites.  

Anna Mitchell-Hedges et son crâne de cristal en 2010


Pour vérifier son authenticité, le crâne est envoyé à une équipe de scientifiques spécialisés dans la cristallographie de la société Hewlet-Packard. Le groupe de spécialiste en vint à la conclusion que cet artéfact était une « anomalie », considérant les limitations techniques des civilisations précolombiennes : il aurait fallu plusieurs centaines d'années de travail continu pour obtenir ce résultat avec les outils dont disposaient les Mayas. Cependant, ce cristal ne vieillissant pas, il est impossible de dater le crâne, car les scientifiques sont incapables d’y trouver des traces d’usinage. Il est fabriqué d'un quartz naturel extrêmement pur, du dioxyde de silicium "piézo-électrique" anisotrope et les deux pièces auraient été taillés dans le même morceau de cristal.

Mais plusieurs sont convaincus que ce crâne est un faux. Anna Mitchell-Hedges l’aurait trouvé le jour de son anniversaire, un des rares jours durant lesquels elle avait droit de venir participer aux fouilles.
    
Plusieurs croient que son père aurait préalablement placé le crâne sur sa route, pour lui faire un cadeau de fête original. Un certain Joe Nickell affirme que le crâne en question a été acheté lors d'une vente aux enchères en 1943, pour la somme de 400 livres.

Selon les histoires associées à ce crâne, certains prétendent qu’il daterait d’environ 3600 ans (affirmation faite selon l’endroit où il fût trouvé) et aurait été utilisé par les grands prêtres mayas durant leurs rituels ésotériques. Il aurait été un objet maléfique, servant à donner la mort.


Le crâne de cristal de Londres (ou du British Museum)

 

Conservé au British Museum, le crâne de cristal de Londres à une histoire plutôt trouble. Sa première apparition remonterait au milieu des années 1890, alors qu’un certain E. Boban déclare l’avoir acheté d’un mercenaire mexicain, ce dernier aurait trouvé le crâne dans une cité maya localisée au Mexique.

Boban essaya d’abord de le vendre à la Smithsonian Institution, et ensuite à la compagnie Tiffany's de New York, qui l’acheta. Le musée lui racheta en 1898 pour l’exposer comme artefact précolombien. Nous savons aujourd'hui que Boban l'a acheté en Allemagne, sachant bien qu'il s'agissait d'une réplique.

L’étude du crâne révéla des traces de meule, ce qui permis aux experts de le considérer comme « postColombien », mais de nouvelles études, plus récentes, permis de prouver que le cristal avait été travaillé avec des outils en métal, matériel qui était complètement inconnu aux sociétés sud-américaines de l’époque.


Toutes les pistes semblent indiquer qu’il aurait été sculpté en Europe dans le but d’être vendu aux collectionneurs. Depuis le mois de janvier 2005, il est officiellement considéré comme un faux. Ce crâne est constitué d’un seul morceau de cristal de quartz brésilien et il n’était pas translucide, mais opaque.

 
Le crâne de cristal de Londres (Bristish Museum)
Le crâne de cristal du British Museum

 

Le crâne de cristal de Paris

 

Ce crâne, faisant partie de la collection du Musée du quai Branly, est en quartz limpide d'une grande pureté, ressemblant beaucoup au crâne de Mitchell-Hedges. Il mesure 11 cm de haut et pèse plus de  2 kg ; sa mâchoire n'est pas séparée du reste du crâne. Il a la particularité d'être traversé de haut en bas par un orifice de forme bionique, indication qu'il a été fait à la main. Offert par l’explorateur Alphonse Pinart en 1878, il fut le premier à entrer dans un musée.

Selon Jacques Lévine, conservateur de la collection américaine du Musée de l'Homme, il a longtemps été considéré comme un chef-d’œuvre aztèque représentant Mictecacihuatl, divinité de la mort.


Il est désormais rangé parmi les imitations fabriquées au XIXe siècle en Allemagne à partir de quartz brésilien, fournies par l’antiquaire Eugène Boban de qui A. Pinart tenait une partie de sa collection. Néanmoins, selon le British Museum, il est possible que certains crânes perforés aient été fabriqués au Mexique à l’ère coloniale pour servir de base à des croix catholiques.

 
Le crâne de cristal de Paris est conservé au musée de Branly
Le crâne de cristal de Paris est conservé au musée du quai Branly, à Paris.

 

Le crâne de la Smithsonian Institution, à Washington


Ce grande est le plus grand (25,5 cm sur 22,5 cm) et un des plus lourd (14 kg) de tous les crânes de cristal. Il n'est pas transparent, mais translucide et trouble, un peu comme celui du British Museum.

Il n'a pas la mâchoire séparée du crâne, mais il est creux avec des orbites vides à la façon d’un vrai fossile. Donné en 1990 par une personne disant en avoir fait l’acquisition dans les années 1960 au Mexique, il a tout d’abord été mis de côté en attendant le résultat d’une expertise. Celle-ci a rendu publics pour la première fois en 1992 les doutes portant sur l’authenticité des grands crânes de cristal.

Il a été soumis à certain tests en 1996, et la conclusion fut qu'il devait avoir été sculpter au Mexique dans les années 50.

En 2005, il fût aussi soumis à une expertise du British Museum. Les traces de meules du crâne ont permis de déterminer que sa fabrication est récente et donc considérée comme un faux. Encore une fois, les indices pointent vers Eugene Boban, un faussaire de l’époque, aussi suspecté d’être l’auteur du crâne de cristal de Paris et de celui du British Museum.
 
Le crâne de cristal de la Smithsonian Institution, Washington
James DiLoreto © Smithsonian Institution

 

Le crâne de cristal de Sha-na-ra

Ce crâne est fait en cristal de roche un peu laiteux. Façonné avant l’âge des Aztèques, Sha Na Ra, comme tous les crânes de cristal anciens, a beaucoup d’histoires à raconter. Il a été trouvé lors d’une exploration archéologique à Guerrero, au Mexique vers la fin des années 1990.

C’est Nick Nocerino qui aurait su où trouver ce crâne et qui aurait indiqué aux archéologues, de bons amis à lui, où chercher. 
 
Il aurait été un outil chamanique ; sa fonction est d’accumuler et de communiquer la connaissance, d’établir des connexions avec l’inconscient, d’ouvrir des portails vers d’autres dimensions et de stimuler la guérison. La famille des Nocerino a toujours été captivée par la magie blanche.

D'ailleurs, Nick commença à rêver aux crânes de cristal, aussi bien endormi que réveillé, longtemps avant de connaître leur existence réelle. Selon ces dires, il les crânes lui donnait des visions et c’est pourquoi, au cours de sa quête, il toucha à neuf des supposés crânes de cristal.


Nocerino, maître chaman lui-même, comprenait le mystère et la puissance des cristaux de roche naturels.

 
Le crâne de cristal de Sha-na-ra
Michele Nocerino © shanaracrystalskull.com


Il les considérait comme des « dons » de la nature à ceux et à celles qui désirent ouvrir la Porte à la connaissance de soi et à l’accomplissement personnel ; à ceux et à celles qui désirent affiner leurs compétences dans l’art de la guérison ou qui désirent accroître leurs facultés psychiques.
 
Nick Nocerino disait, « Un crâne de cristal véritable sait comment établir un rapport avec notre esprit, avec notre force vitale, et il peut immédiatement étendre cette énergie, cette force ». Il continuait par expliquer que l’extension de cette énergie vitale se multiplie beaucoup plus avec un crâne de cristal qu’avec des crânes d’autres minéraux. Nick expliquait aussi que les crânes de cristal forment un lien spécifique et étroit avec ceux et avec celles qui leurs sont proches, partageant de l’énergie et de l’information et communiquant des messages avec eux. Ce crâne serait encore considéré comme authentique.

 

Le crâne de cristal synergie


Considéré par quelques experts comme étant authentique et probablement un des plus représentatifs crânes de cristal, ce dernier est un artéfact de 15,5 kg et serait la représentation de la tête d’un grand homme adulte. Il est lui aussi taillé dans un seul et même bloc de cristal translucide.

Ce crâne aurait été acquis par un homme d’affaires européen, prénommé George, passionné d’alpinisme, qui voyageait alors en Amérique centrale. Il le reçut en cadeau d’un vieil homme mourant d’origine amérindienne chez qui il avait séjourné quelque temps, dans un petit village situé dans la cordillère des Andes, près des frontières du Chili, du Pérou et de la Bolivie.

Il lui fût expliqué que le crâne aurait été caché peu après le début de la colonisation espagnole, et qu’une vieille femme lui avait donnée alors qu’il était encore jeune. Ce crâne était un artéfact d’une civilisation aujourd’hui disparue et un objet de culte des plus important.

 



Le crâne de cristal de Synergy


Après plusieurs années, George remit le crâne à Sherry Whitfield Merrell, une passionnée de l’ésotérisme qui est depuis la propriétaire légitime du crâne. Elle parcourt le monde en compagnie du crâne, participant à des rencontres sur l’ésotérisme et la spiritualité.

 

Le crâne du Texas, ou « Max »



Ce crâne de 18 lbs / 8.17 kgs, serait possiblement un des 13 crânes de cristal authentique et est la propriété de JoAnn Parks, une femme habitant Houston, aux États-Unis.

Son histoire est des plus mystérieuse, parce que sa provenance demeure inconnue. Tout ce que nous savons c’est qu’il aurait été volé dans une tombe au Guatemala entre 1924 et 1926 et que sa découverte serait restée secrète pendant une longue période de temps. Il aurait été utilisé par les prêtres mayas pour la guérison, des prières et plusieurs autres types de rituels. Il est l’un des deux anciens crânes de cristal sur lesquels le British Muséum a fait des recherches en 1996 (l’autre étant Sha-Na-Ra) et qui furent considéré comme d'authentique artéfact de l'époque précolombienne.

   
Comme avec les autres crânes, beaucoup de personnes qui entrent en contact avec « Max » sentent qu’il vient d’une autre dimension et qu’il était utilisé par des anciennes civilisations telle que l’Atlantide ou la Lémurie, pour entretenir un contact inter dimensionnel entre les Êtres des Étoiles et la race humaine. Il fait le tour de nombreux musée, partout à travers le monde, lors d’expositions thématiques.

 
Le crâne de cristal du Texas, ou Max
© JoAnn Parks

 

Le crâne « Mayan »


Retrouvé au Guatemala, à la frontière du Honduras, au début du XXe siècle, il est considéré comme une véritable œuvre artistique.


Les caractéristiques du crâne sont difficiles à trouver sur Internet, ce dernier étant impopulaire et méconnu. Il aurait été apporté aux États-Unis par un prêtre autochtone (en même temps que le crâne d'améthyste) et aurait été étudier par la société Hewlet-Packard, qui en serait venu à la conclusion qu’il était aussi une relique authentique. Comme beaucoup d'autres crânes, sa méthode de conception est des plus insolite. Il fût sculpter dans un bloc uniforme de quartz clair.


Comme les autres reliques jugées authentiques, il aurait été un artéfact maya. Plusieurs jugent qu'il serait daté entre 5000 et 36 000 ans, une théorie qui sème beaucoup de spéculations chez les septiques comme chez les convaincus. Il y a peu d'information disponible sur ce crâne ou sur ces propriétaires.

 



Michele Nocerino © shanaracrystalskull.com

 

Le crâne «E.T.»

D'un poids de 11 lbs / 4.99 kgs, il fut surnommé E.T. à cause de sa forme rappelant vaguement la créature de science-fiction de Steven Spielberg, le crâne E.T. est fait d’un cristal noirci peu translucide. La pointe du crâne est légèrement exagérée et la grosseur des orbites  le fait ressembler à un crâne d’extraterrestre. Il fût aussi trouvé en Amérique Centrale au début du XXe siècle et est maintenant la propriété de la hollandaise Joky van dieten Maasland.

Ce crâne aurait été à l’origine d’une guérison miraculeuse, alors que sa propriétaire Joky aurait souffert d’une tumeur au cerveau. Une forme serait apparue dans le crâne, au même endroit que se situait la tumeur de Joky alors que celle-ci avait miraculeusement guéri. Comme dans n'importe quelle guérison de la sorte, ce sujet soulève la controverse et nombre de septiques exigent les preuves d'une telle affirmation. Ce récit aurait facilement pu être créé dans le but de promouvoir la vente de cette relique. Malgré tout, il reste probable que ce crâne soit lui aussi un authentique crâne de cristal maya.

 



© Joky van Dieten

 

Le crâne d'Améthyste ou Ami

Le crâne d'Améthyste ou Ami

 


Ce crâne a été trouvé au Guatemala au début du siècle et apporté aux États-Unis par un autochtone, en même temps que le crâne "Mayan". Tout comme lui, il fût aussi soumis à l'expertise de la société, Hewlet-Packard et les conclusions furent similaires à celle du crâne « Mayan », la direction de la taille est contraire à l'axe du cristal.

Ce crâne a été fabriqué à partir d'un bloc uniforme de quartz pourpre, il n'est donc pas translucide ni transparent, mais tout à fait opaque. Il appartient maintenant à un groupe d'hommes d'affaires qui en font une exploitation commerciale et qui espèrent le vendre pour 50 000 000$ US.

 

Le crâne à la croix reliquaire

Le crâne de cristal de la croix reliquaire

 


On ignore les circonstances exactes entourant la découverte de ce crâne de cristal. Les recherches historiques et archéologiques ont seulement permis d’établir que les espagnols se seraient emparés de cet objet peu après le début de la conquête de l'Amérique du sud.

De taille plus petite que la moyenne de ses autres "congénères", cet objet doit son nom à un trou que les espagnols ont creusé à son sommet afin de pouvoir y ficher une croix. Les dents de ce crâne ont également été retouchées.

Le crâne à la « croix reliquaire » est aujourd’hui la propriété de Norma Redo.

 

Le crâne de cristal rose

Le crâne de cristal rose

 


Ce crâne, même si ces dimensions sont différentes de celui de Mitchell-Hedges, est probablement celui qui lui ressemble le plus. De petite taille, il fût sculpté dans un bloc de quartz rose et est composé de deux morceaux (la mâchoire peut se détacher du crâne). La plus grande ressemblance se situe dans sa conception, la finition du polissage est d'une qualité qui aurait définitivement impossible à atteindre pour les technologies préhispaniques.


Il aurait été trouvé aux frontières du Honduras et du Guatemala. Il n'est pas translucide, mais bien opaque.

 

Hypothèses sur la fabrication des crânes



La technique de fabrication de certains des crânes de cristal reste totalement inconnue, même pour la science moderne. Même si un crâne semblable peut facilement être machiné, des traces d’outillage et de polissage seront toujours présentes, même avec la technologie d’aujourd’hui. Fait aberrant, les sculpteurs de cristal modernes prennent toujours en compte l'axe ou l'orientation de la symétrie moléculaire du cristal, car s'ils le taillent "contre le grain", celui-ci se brise systématiquement -- même si le laser ou d'autres méthodes ultramodernes de découpage sont utilisés. Or, plusieurs des crânes retrouvés ont été taillés contre le grain, sans respecter l’axe du quartz.

L'hypothèse la plus probable selon certains experts pour ce qui concerne la construction du crâne est qu'il aurait été grossièrement taillé avec des diamants, et que le travail de finition aurait ensuite été méticuleusement réalisé grâce à une solution de sable de silicium et d'eau. Cette épuisante besogne -- si on admet qu'il ait pu être fabriqué de cette façon -- aurait requis jusqu'à 300 années d'effort pour un homme seul.

De nombreuses fraudes possibles


Lorsque les crânes de cristal sont apparus sur le marché européen à la fin du XIXe siècle, ils ont rapidement soulevé beaucoup de spéculation. Plusieurs collectionneurs d’œuvres d’art se sont rapidement mis en chasse de ces réputés artéfacts et lorsqu’il y a une demande, certains trouvent lucratif de trouver quelque chose à offrir, même si cet article a besoin d’être créé. Il se retrouva donc plusieurs crânes de cristal sur le marché donc la plupart étaient d’origines plutôt douteuses.


Pour grand nombre de septique, des fraudeurs sont à l’origine des crânes de cristal. La preuve la plus évidente est que la technologie maya et ceux qui la précédèrent n’avaient pas les compétences requises pour produire un tel objet, par le fait même, ces derniers pouvaient dater de plus ou moins de 500 ans. La datation au carbone 14 étant impossible sur le cristal, les artéfacts auraient pu être faits après l’introduction.

Un des grands responsables serait Eugène Boban-Duvergé. Ce dernier aurait dirigé une commission scientifique qui avait pour but de découvrir des objets de la culture préhispanique aux Français. Il commença, en 1860, plusieurs fouilles au Mexique. On croit qu’il aurait fait fabriquer, ou du moins, acheté, des crânes de cristal fabriqué en Allemagne et qu’il les aurait fait apparaître dans ses expéditions. Le crâne de Paris et celui du British Museum auraient passé entre ses mains malhonnêtes..

 

 

David Magny © Dark-Stories.com - Vendredi 31 août 2007
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Références:

- Le mystère des crânes de cristal, p. 50, collection Aventure secrète - Editions J'ai lu 2003
- Les 13 Crânes de Cristal, La Prophétie des Premiers" - 247 p. - Editions La Bruyere

 

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=B001D0692O&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=B001D06924&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=0955886201&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=0955886228&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Les sorcières de Castle Street

 

Les sorcières de Castle Street

Une étrange histoire provenant de Liverpool, racontée par Tom Slemen



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

C’est en 1786 que d’importants travaux furent entrepris sur Castle Street, Liverpool, dans le but d’élargir le chemin. Cette route centrale était importante et l’élargissement fit passer la rue de 2 à 4 voies, permettant également aux piétons de profiter de larges trottoirs. Beaucoup de vieilles maisons délabrées furent démolies lors du réaménagement et de nouvelles propriétés furent bâties à leur place. Ces nouveaux espaces étaient très convoités, et certains n’hésitèrent pas à utiliser quelques supercheries pour se les approprier.

C’est dans ces conditions qu’une ancienne locataire, une vieille dame du nom de Mary Gore, fut contrainte de quitter sa petite maison de Castle Street. Le peu d’argent de compensation qui devait lui revenir fut gardé par un contremaître malhonnête chargé des travaux. Lorsqu’elle comprit que son argent avait été détourné, Mary Gore, en colère, se rendit sur le chantier et maudit le contremaître. Elle lui souhaita une mort terrible et mémorable, avant de brusquement faire demi-tour et de disparaître dans une ruelle. Sans le sou, elle devait maintenant aller vivre avec sa sœur Isabel, qui travaillait dans une auberge nommée Golden Lion Inn, à quelques pas de son ancienne demeure.

Le contremaître, dont le nom était Collins, n’en fit pas de cas. Un de ses ouvriers irlandais vint le rencontrer, prétendant que Marie Gore était une sorcière et que cette malédiction devait être levée à tout prix. L’irlandais conseilla à son patron de remettre l’argent qu’il avait volé à la vieille femme afin d’éviter de faire face à cette sorcière et de ses amies. Collins ordonna à son ouvrier de reprendre le travail , tout en ridiculisant ces histoires de sorcières et de mauvais œil. Il n’avait pas l’intention de remettre cet argent à la vieille femme,  il en ferait un meilleur usage qu’elle.
 



Ce que le contremaître ignorait, c’est que Mary Gore était une sorcière, et pas n’importe laquelle. Elle appartenait à un important cénacle de sorcières qui était, à cette époque, craint dans toute l’Angleterre. Plusieurs de ces dames habitaient Liverpool.

Lorsque Collins se rendit au Golden Lion Inn sur sa pause du midi, il entendit quelques propos sur ces sorcières, venant d’un ancien capitaine de la marine qui dinait dans l’établissement. Intrigué, Collins alla à sa rencontre et mangea en sa compagnie. Cet homme semblait en connaître beaucoup sur cette vieille femme et ses malveillantes copines. Il raconta à Collins que les sorcières avaient un grand chaudron de métal noir, dont elles se servaient pour faire bouillir des mixtures profanes faites à partir de cadavres qu’elles volaient dans les cimetières. Il prétendait avoir vu ces étranges femmes voler sur des balais ; la nuit elles entraient et sortaient de leurs demeures par la fenêtre du grenier. Certains marins les avaient même aperçus volants par-dessus leurs navires en pleine mer. On prétendait qu’elles étaient capables de voler jusqu’au Pays de Galles, l’île de Man et même de se rendre en Irlande !


« C’est complètement absurde ! » déclara Collins, qui avait du mal à cacher sa nervosité.


Mary Gore, qui venait de pénétrer dans l’établissement, apparut soudainement près du contremaître et le présenta à sa sœur en disant :


« Regarde Isabel, c’est l’homme qui a volé mon argent. Je l’ai maudit et il va mourir d’une mort lente et douloureuse. »


Sursautant de colère, Collins lança sa cruche de bière en direction de la tête de la vieille femme, qui l’évita de justesse. Isabel s’interposa et demanda à sa sœur de retourner dans ses appartements.


Plus tard ce jour-là, les ouvriers se préparaient à quitter le chantier pour retourner à leurs foyers, lorsqu’un épais brouillard envahit soudainement la rue. Les gens ne pouvaient à peine marcher sans risquer de trébucher, la visibilité était nulle.

Soudain, brisant le silence de mort qui régnait sur l’endroit, des cris d’horreur d’un homme retentirent. Tous les entendirent et constatèrent qu'ils semblaient s’éloigner vers le ciel. Lorsque le brouillard se dissipa, le contremaître avait disparu. Puis, l’un des hommes remarqua quelque chose d’étrange, il pouvait voir une drôle de silhouette qui se trouvait sur la girouette du Bureau de Change. Ceux qui avaient une bonne vue prétendaient que ça ressemblait à une forme humaine et, lorsqu’ils arrivèrent plus près de l’immeuble, ils constatèrent qu’un homme était bel et bien empalé sur le mat de la girouette de l’immeuble.

Une foule se rassembla rapidement afin d’observer l’homme, qui semblait toujours vivant. L’homme agonisant semblait légèrement bouger les bras, du moins, c’est ce que les gens semblaient croire depuis le trottoir. Ils se questionnaient à savoir qui il était et surtout, comment avait-il pu se retrouver dans une telle situation. Plusieurs pensaient que l'homme aurait pu tomber de l’aéronef de Vincenzo Lunardi, un pionnier de l’aéronautique qui avait récemment survolé la ville avec un ballon à air chaud. Cependant, grâce à un télescope, un homme reconnut M. Collins, le contremaître de Castle Street.  Mais comment diable s’était-il retrouvé là?


Alors que les autorités cherchaient une solution pour aller chercher le corps de Mr. Collins, un grand nombre d’oiseaux noirs firent leur apparition. C’était un rassemblement de corbeaux, qui n’allait pas rater une occasion de s’inviter à un tel repas. Le corps empalé fut alors picoré par des dizaines de corbeaux. Pour eux, le corps n’était qu’une carcasse, ils déchirèrent son corps jusqu’à ce qu’il ne soit qu’un amas de chair sanguinolente.  En soirée, un violent orage frappa la ville, dispersant rapidement les curieux et les corbeaux qui fuyaient les grêlons tombant du ciel. Un éclair frappa soudainement la girouette, faisant exploser le corps du contremaître. Les jambes, la tête, les bras, les intestins et ce qui restait de son torse tombèrent, en pièces détachées, alentour de l’immeuble, tout près de la foule. La grosse tache de sang sur le mur et le toit restera visible pendant plusieurs semaines alors que les restes calcinés de Mr. Collins furent envoyées dans la fosse commune d’un cimetière local.


Les ouvriers poursuivirent l’agrandissement de la Castle Steet et la construction d’une banque, mais chaque jour pendant leur pause déjeuner, il y avait toujours quelqu’un pour parler de Mr Collins et des étranges circonstances de sa mort. Les spéculations allaient bon train et tous se demandaient comment le pauvre homme en était venu à être empalé sur une girouette.


Un jeune ouvrier, un peu lent d’esprit, finit par affirmer qu’il savait ce qui était arrivé à Collins. Le garçon avait un certain mal à s’exprimer, mais dit finalement aux autres ouvriers ce qu’il vu ce jour-là.

« Les femmes sont descendues du ciel et l’ont emmené dans les airs… !  »

« De quelles femmes tu parles, Sam ? » a demandé l’un des hommes du chantier.

« Les femmes en noir sur des balais, elles l’ont emmené.  »

Les gars du chantier avaient bien du mal à croire une histoire pareille, mais ils savaient que Sam, ce pauvre attardé, ne disait jamais de mensonge. La rumeur se répandit rapidement, les sorcières du clan de Mary Gore avaient elles empalé l’homme au sommet de l’immeuble comme punition pour avoir volé l’une de leurs sœurs ?

Quoi qu'il en soit, ce clan de sorcière a vraiment existé, et il est possible de connaître quelques-uns de leurs descendants qui vivaient dans le Merseyside. Si votre nom de famille est Gore, Molloy, Loftus et McGloughlin, peut-être avez-vous du sang de sorcière qui coule dans vos veines. Ces noms sont rattachés à cet énigmatique cénacle qui marqua l'histoire de Liverpool.

 



Copyright © 2004 par Slemen Tom. Tous droits réservés.
Cette histoire reproduite avec la permission de Tom Slemen et traduite de l'anglais par David Magny.

Source: http://www.slemen.com

Retrouvez tous les livres de Tom Slemen en ligne format papier ou ebook.

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=1489503080&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=1489568573&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=1908457147&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=147828417X&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Rencontre exceptionnelle du troisième type


Rencontre exceptionnelle du troisième type

Une histoire racontée par Danielle Goyette



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 



Il existe peu de cas de RRIII (Rencontre rapprochée du troisième type) de ce genre répertoriés au Québec. Natalie (nom fictif) n’avait pas parlé de ces expériences traumatisantes auparavant. Elle nous livre ici un témoignage bouleversant sur les évènements qui ont ébranlé sa vie.

 

Natalie est née à Montréal en 1971. À l’époque, lorsque sa toute jeune mère est tombée enceinte, elle vivait un dur conflit avec sa famille qui n’acceptait pas sa condition. En ce temps-là, les travailleurs sociaux proposaient aux familles de placer les jeunes filles enceintes dans des maisons tenues par les religieux où elles seraient prises en charge.


La mère de Natalie s’est donc retrouvée dans une maison des naissances à Montréal où les filles-mères étaient malheureusement maltraitées et devaient obligatoirement donner leur enfant à l’adoption. Il n’y avait aucune autre option. Ainsi, Natalie a été adoptée à l’âge d’un mois. Elle a grandi dans l’environnement catholique d’une gentille famille de Montréal. Pourtant, malgré la bonne ambiance de ce foyer, Natalie n’a pas connu une enfance paisible. Elle nous raconte les premiers souvenirs de ses tourments.

«J’ai commencé à vivre des terreurs nocturnes alors que j’étais encore très petite. J’ai vite découvert comment je pouvais grimper hors de ma couchette pour contrer la peur terrible qui me terrassait à l’idée que quelque chose de négatif tentait de m’atteindre dans mon petit lit. Ça a duré des années. Un peu plus tard, j’en suis venue à penser que j’étais hantée. J’ai même imaginé que le diable en avait après moi. Je rêvais souvent à des êtres diaboliques qui me dévoilaient que mon âme leur appartenait. Plus étrange encore, j’ai rêvé une nuit que j’étais enlevée par un homme qui m’emmenait dans le magasin de jouets d’une immense tour située dans l’espace, peut-être même sur la Lune.»

 

 

Les nuits de Natalie allaient devenir de plus en plus ténébreuses. Elle se souvient d’avoir souffert une fois de paralysie pendant son sommeil, avec le sentiment d’être attaquée par un sombre être cagoulé qui tentait de l’étrangler. Et le pire était encore à venir.

«Une nuit, j’ai été réveillée par une lumière éblouissante provenant de l’extérieur qui traversait la fenêtre de ma chambre pour illuminer toute la pièce. J’entendais également un son particulier, un “hum” qui semblait rythmé par des battements de cœur. J’étais terrifiée. Ça a duré des heures et la peur m’empêchait de bouger. Je retenais ma respiration, je me faisais toute petite sous mes couvertures, souhaitant tomber endormie pour ne pas voir ce qui s’en venait. Et mystérieusement, j’ai vraiment oublié ce qui est arrivé par la suite...

Par contre, je me souviens d’avoir changé. Je vivais de drôles d’expériences qui me donnaient l’impression que je sortais de mon corps, comme si je n’étais qu’une boule d’énergie. Je n’avais pas de forme, je n’étais qu’énergie. Mes sens semblaient totalement inversés.

J’avais l’impression de sentir les couleurs et de goûter les sons. C’était impossible à expliquer à mes parents. Surtout qu’ils ne croyaient en rien à tout ce qui pouvait toucher le paranormal. Ils ne croyaient pas aux fantômes, encore moins aux extraterrestres. J’ai donc continué d’être une enfant différente. Ma réalité avait changé. J’avais l’impression d’être en perpétuelle bataille spirituelle pour me sauver,corps et âme. Je dormais peu. Je craignais le sommeil. J’étais de plus en plus fatiguée. Mes notes à l’école s’en ressentaient. Mon professeur m’avait même surnommée Mademoiselle Lune.

Puis, un soir, ce fut le choc. Je regardais une émission à la télé où des gens racontaient avoir été enlevés par des extraterrestres. J’ai été complètement stupéfaite. Certaines histoires coïncidaient tellement avec la mienne... Soudain, je ne me sentais plus seule. Tout me semblait possible, et ce que j’avais vécu, réel. Cependant, j’ai vite constaté qu’il n’était pas vraiment facile de prendre contact avec les gens qui avaient vécu les mêmes expériences que moi. Plusieurs d’entre nous semblent vivre sous un étrange contrôle permanent et demeurent reclus dans l’isolement le plus complet. Certains, par contre, réussissent à s’en sortir et à se libérer de l’emprise de ces êtres mystérieux. Ce n’est pas facile d’y arriver quand on est seule, mais j’ai su plus tard que c’était possible.»


Natalie a atteint la vingtaine, transportant toujours ce bagage de tracas et de problèmes liés à ses expériences passées. Mais rien ne semblait vouloir se tasser pour l’instant. Tout continuait de plus belle.

«Je me souviens d’une nuit terrible. J’ai eu le sentiment d’être électrocutée sur mon lit d’eau alors que trois petites silhouettes sombres et bizarres se tenaient tout à côté et m’observaient. J’étais incapable de réagir. Ils m’ont appliqué sur la tête un genre de casque et quelque chose dans la bouche pour retenir ma langue. C’était comme si je flottais dans l’eau de mon lit. J’ai ensuite reçu des chocs électriques qui m’ont traversé le corps de la tête aux pieds, et ça s’est répété toutes les deux secondes durant des heures. Quand tout fut terminé, j’étais totalement épuisée. J’en ai vomi un liquide clair bizarre. Ce fut une expérience bien réelle et très physique dont je me rappelle encore chaque seconde.»

 

Des réponses à ses questions



À l’âge de 25 ans, Natalie perdait sa mère qu’elle aimait tant. Sur son lit de mort, elle lui a soufflé: «Tu dois absolument retrouver ta mère biologique, cela va t’aider à savoir qui tu es.» Natalie entrepris donc des recherches, et elle apprit vite que sa mère biologique la cherchait également. Les retrouvailles furent émouvantes et heureuses. Puis, Natalie posa à sa mère la question qui lui brûlait les lèvres: «Croyez-vous aux extraterrestres?» Et sa mère de lui répondre: «Pas toi aussi!»

Natalie sut alors qu’elle n’était pas seule dans sa situation. Dans sa famille biologique, plusieurs avaient vu des ovnis, fait des rêves inexplicables ou des rencontres étranges, similaires à ce que la jeune femme avait vécu. À la suite du décès de son père adoptif, Natalie décida de déménager en Gaspésie auprès de sa famille biologique. Père biologique, frères, sœurs, oncles et tantes semblaient tous avoir des histoires d’ovnis et de rencontres extraterrestres toutes plus étonnantes à raconter les unes que les autres. Natalie allait en conclure qu’elle était née dans une famille de «contactés».

«Quand je suis déménagée, j’ai vécu quelques mystérieux évènements avant que les choses se calment. Puis, on dirait que mon retour dans ma famille a apaisé ma vie. Un soir où je prenais tranquillement un café avec ma mère biologique dans la cuisine, nous avons toutes deux vu une lumière très vive qui ne bougeait pas, dans le ciel.

Quand je me suis levée pour aller chercher ma caméra, la lumière s’est mise à s’éloigner lentement, descendant alors derrière les arbres et les maisons pour disparaître complètement. Comme si ça sortait de ma vie...

Mes retrouvailles avec ma famille biologique semblent avoir apporté une certaine paix dans ma vie. Les rencontres et les apparitions se sont arrêtées. Un jour, j’ai rencontré un homme au Texas qui m’a beaucoup aidée. Il m’a appris à me méfier des gestes posés sur ma personne par des êtres mystérieux et à refuser ces pensées qu’ils ont tenté de me glisser en tête. Ce que je fais depuis, et je m’en porte mieux.

Si je tenais aujourd’hui à raconter ces expériences vécues, c’est pour que des gens isolés aux prises avec de tels phénomènes, comme ce le fut le cas pour moi, sachent que c’est possible d’en parler. Il faut qu’ils sortent de leur silence, qu’ils cessent de croire qu’ils sont fous, comme je me suis longtemps imaginé. Plus on en parlera, plus on se rendra compte que ces faits existent et se produisent dans la vie de gens comme vous et moi. Et plus on risquera aussi d’en découvrir l’origine. »

 

☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼

 

 

 

Chapitre extrait du livre « Ovnis » - Collection Québec Insolite de Danielle Goyette, publié Éditions Michel Quintin, 2010, p. 147-151. © Michel Quintin. - Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.



Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2894354673&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2894356226&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2894354991&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2894354983&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Le chalet hanté


Le chalet hanté

Une histoire racontée par Danielle Goyette



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 



Nous sommes en plein cœur du mois d’août. Diane se fait une joie de partir enfin en vacances en famille. Ils ont loué un superbe chalet lové dans un lieu isolé et féerique en montagne, non loin d’un petit village charlevoisien. La paix. La sainte paix!

 

À leur arrivée, Diane remarque sans trop en faire de cas qu’un cimetière désaffecté se trouve tout à côté du chalet. À vrai dire, pour accéder au chalet, il faut carrément contourner ce lieu de sépultures. Étrange quand même… La famille va bientôt découvrir que, lorsqu’ils pataugent dans la piscine hors terre, ils ont même vue sur les pierres tombales qui ponctuent l’endroit. Plutôt troublant… Mais bon, Diane ne s’en formalise pas plus que cela. Pourtant, elle le devrait peut-être…

« J’ai eu l’impression que les autorités avaient même déplacé des pierres tombales situées trop près du site du chalet. Mais bon… je me disais que ce ne devait être qu’une impression. »

Au moment de la visite initiale du chalet qui s’était conclue par la location, la jeune dame avait aussi remarqué un détail étonnant.

« Nous connaissions un peu le propriétaire du chalet et je me doutais qu’il ne devait pas être un catholique pratiquant. Pourtant, en pénétrant dans la chambre à coucher des maîtres, j’ai constaté l’étrange présence d’un gros crucifix accroché au miroir de la commode. Ça m’a bien surprise. Mais j’ai vite oublié cela, car on a tout de suite eu un coup de cœur pour les lieux. Le chalet était superbe, bâti sur pilotis avec de grandes fenêtres. Sa construction ronde faisait en sorte qu’une galerie l’enserrait tout le tour. C’était si beau, on avait une très belle vue sur le fleuve et on était tout seuls dans ce bois. On a tout de suite décidé de le louer pour les vacances d’été. »

 

 

Une sensation insupportable

 

Dès son arrivée, après s’être installée, la famille de Diane décide de partir à la découverte des lieux. Un petit bâtiment à 30 mètres derrière le chalet attire leur attention.

« C’était comme un petit chalet d’enfant. On est donc entrés à l’intérieur. C’était mignon, il y avait une petite table, deux petits lits… Mais soudain, instantanément, j’ai eu un malaise. Je ne me sentais vraiment pas bien. Mon conjoint a lancé sur un ton enjoué : "Hé les gars, vous pourriez même avoir votre propre chalet…" Mais les gars lui ont répliqué aussitôt, mal à l’aise : "Non papa, on n’a pas envie de coucher ici." Je me suis alors dit dans mon for intérieur qu’ils avaient probablement perçu la même chose que moi. »

Les vacances démarrent joyeusement. Il fait beau, tout le monde est heureux, on s’amuse. La première journée se déroule dans la bonne humeur. La jeune famille se couche comblée ce soir-là, contente de ce super début de vacances. Mais pour Diane, la première nuit ne sera pas de tout repos.

 

Des pas étranges

 

Le couple dort dans la chambre fermée au rez-de-chaussée, les deux adolescents dans des lits aménagés sur la mezzanine et le plus jeune sur le canapé-lit du salon. Pour Diane, le sommeil ne vient pas. Elle nous raconte.

« Les premières nuits où je dors ailleurs, j’ai toujours du mal à trouver le sommeil. J’écoute les bruits, je tourne dans le lit. Le sommeil ne vient pas comme d’habitude. Cette nuit-là n’a pas fait exception. Ça faisait quand même un bout de temps que nous étions couchés, j’étais certaine que tout le monde dormait, sauf moi. Le réveil marquait 23 h 30. Puis, soudain, j’ai entendu des pas sur la galerie extérieure. Les pas de plus d’une personne. J’étais certaine que c’étaient des bruits de pas faits par des talons de chaussures et non par des pattes d’animaux car le son n’est pas le même. Ils semblaient être plusieurs. Comme s’ils faisaient le tour de la maison sur la galerie.

Plus ils s’approchaient de notre fenêtre de chambre, plus le son s’amplifiait.

De mon lit, j’ai soulevé le rideau pour voir à l’extérieur, mais il faisait tellement noir que je n’y voyais absolument rien. Puis, les sons se sont estompés comme ils étaient venus. Malgré tout, je ne me suis pas levée pour aller voir. Je n’avais pas peur, cela ne m’a pas inquiétée. Je me souviens même m’être dit que ce devait être des esprits du cimetière juste à côté. Et je suis tombée endormie. Le lendemain, je n’en ai pas parlé à mon conjoint, sachant très bien qu’il ne me prendrait pas au sérieux.»

Diane garde donc cette mésaventure nocturne pour elle, pour ne pas alarmer ses fils et ne pas embêter son conjoint qui risque fort de se moquer d’elle de toute façon. Elle décide de tenir ça… mort, se disant que c’est du passé, que ça ne risque pas de se reproduire et que les prochaines nuits, elle va certainement dormir à poings fermés.

 

« Ils » récidivent

 

Le soir suivant, Diane se glisse à nouveau au lit, convaincue de s’endormir rapidement. Pourtant, alors que tout le monde dort, elle a toujours les yeux grands ouverts. La tranquillité ne dure pas longtemps. Ses visiteurs nocturnes se manifestent encore et de façon plutôt inquiétante cette fois-ci.

« Vers minuit, de violents coups sont frappés sur le mur intérieur du garde-robe de notre chambre. C’était subit et intense! Mon conjoint endormi avait les mains autour de ma taille. Je ne voulais pas bouger, car je pensais qu’il dormait. J‘ai quand même dit tout haut :

"Mais  qu’est-ce  qui  se  passe  encore?"  Les  coups,  eux,  redoublaient  d’ardeur.

C’étaient vraiment comme de gros coups de poing sur le mur. Mon conjoint m’a secouée légèrement pour voir si je dormais. J’ai répliqué tout de suite : "Tu ne dors pas, toi non plus?" "Non…" Et il m’a demandé aussitôt : "Qu’est-ce qu’on entend?" Je lui ai répondu : "Je n’en ai aucune idée." Il entendait les coups lui aussi! Au même moment, les coups se sont rapprochés de nous, résonnant sur le mur entre la chambre et le salon, au pied de notre lit. Le mur vibrait tellement, c’était impressionnant et les coups s’amplifiaient de plus en plus. Mon conjoint s’est levé brusquement en lançant : "Mais c’est quoi cette affaire-là?"

Il a aussitôt allumé la lumière dans la chambre et tout s’est arrêté sur-le-champ. On s’est regardés, intrigués, en s’interrogeant du regard. Je lui ai alors parlé des pas entendus la veille autour du chalet. On s’est entendus pour ne pas en souffler mot aux garçons pour ne pas les effrayer pour rien. Quant à moi, étrangement, je ne ressentais toujours pas de peur. J’étais plutôt curieuse de savoir ce que ce pouvait bien être. Mon mari, lui, ne voulait plus en parler. On allait oublier ça, tout simplement. Allez! Au lit et bonne nuit. »


De lugubres regards

 

Les soirées d’août sont douces. Le lendemain soir, la famille en profite pour se faire un beau feu de camp. Mais Diane ressent toujours quelque chose.

« Assise dehors près du feu, je peux dire que je me sentais vraiment mal à l’aise. J’avais beau me dire de ne pas m’en faire, que tout ça n’était rien de grave, j’avais le troublant sentiment que des yeux nous observaient dans la nuit. Des yeux tout autour de nous. C’était lourd. Je me souviens avoir même dit à mon conjoint : "Rentrons dans le chalet, je ne suis pas bien dehors en pleine noirceur." Je nous sentais vraiment épiés, c’était désagréable. Mais je n’ai toujours rien aux garçons. J’ai prétexté qu’il était temps de rentrer et on a terminé la soirée à l’intérieur du chalet. »

 

Les ombres de la nuit

 

En vacances en famille, le couple respecte toujours un certain rituel amoureux. Ils s’offrent une soirée en tête-à-tête dans un restaurant des environs, alors que le plus grand garde les deux plus jeunes. Ils ont déjà planifié faire de même au cours de ces vacances. Mais bon… Une certaine inquiétude envahit soudain Diane à l’idée de laisser ses fils seuls au chalet. Et si les phénomènes reprenaient de plus belle? Mais comme ils ne se manifestent qu’à la nuit tombée, Diane se rassure.

« Je me suis dit, nous n’avons qu’à revenir au chalet avant la nuit et tout sera ok. J’ai donc informé le plus vieux de notre heure de retour, lui rappelant que, s’il y avait quoi que ce soit, il avait notre cellulaire et le numéro de téléphone du restaurant. Je n’avais donc pas de crainte à avoir. En tout cas, j’essayais de m’en convaincre. Le restaurant n’était situé qu’au village voisin, à quelques minutes du chalet, et nous nous étions promis de revenir avant 21 heures. Quant aux gars, ils étaient particulièrement contents d’avoir une soirée juste à eux. Je suis donc partie presque sans inquiétude. »

 

Drame au chalet

 

De part et d’autre, la soirée se déroule bien au départ. L’aîné met le plus jeune au lit vers 20 h. Il joue aux cartes avec son autre frère, ils s’amusent. De leur côté, Diane et son conjoint apprécient aussi cette belle soirée en amoureux. La table est délicieuse, tout est parfait… jusqu’à ce que Diane commence à se sentir mal.

« Il était 20 h 30, la pénombre s’installait. J’ai exprimé à mon conjoint mon impression qu’il faut absolument retourner au chalet, là, tout de suite. Je me sentais inquiète et je ne savais pas pourquoi. J’ai demandé l’addition au serveur pendant que mon conjoint, lui, tentait plutôt de me convaincre d’aller flâner un peu sur le quai. Mais pour moi, il n’en était pas question. Je savais, je sentais que nous devions retourner là-bas à l’instant même. Pourquoi? Ça, par contre, je ne le sais pas encore! »

Il est 20 h 45. La nuit tombe ainsi doucement. Diane est toujours animée du même sentiment d’urgence. Elle convainc enfin son conjoint de rentrer. Dès que le chalet est en vue, ils aperçoivent le faisceau d’une lampe de poche qui s’agite à l’intérieur dans tous les sens.

« Mon conjoint a lancé qu’en s’amusant ainsi avec les lampes de poche, les enfants allaient malheureusement mettre les piles à plat. Moi, je sentais bien que ce n’était pas du tout un jeu. En s’approchant de plus près, on a vu clairement le cadet qui se démenait depuis le chalet à éclairer ce qu’il entendait dehors… mais ne voyait pas! Et je me suis soudain rappelé les mystérieux bruits de pas entendus quelques jours auparavant sur la galerie. »

 

Les murs tremblent

 

Diane descend de la voiture en vitesse et se précipite à l’intérieur du chalet. Son fils lui dira plus tard que les sons avaient cessé brusquement dès leur arrivée. Mais pour l’instant, le pauvre a plutôt les yeux pleins de larmes, il tremble comme une feuille, il bafouille des sanglots au téléphone cellulaire et son frère pleure lui aussi, alors que le plus jeune dort encore. Totalement bouleversés, les deux adolescents racontent à leurs parents.

« C’était infernal. On a commencé à jouer aux cartes, quand Pacha [leur chien] qui dormait à nos pieds, s’est levé tout d’un coup et s’est mis à courir d’une fenêtre à l’autre, s’arrêtant devant la porte, retournant aux fenêtres. Nous, au début, on entendait rien. Il est clair que Pacha sentait quelque chose et pas nous.

Puis là, on s’est mis à avoir peur. Surtout quand on s’est mis à entendre des pas sur le balcon. Mais on ne voyait toujours personne. Maman, Papa, c’était tellement paniquant! C’était comme s’il y avait plein de monde sur le patio. Pourtant, on ne voyait toujours rien dehors. On ne les voyait pas! On avait beau utiliser la lampe de poche pour éclairer à l’extérieur, ça ne donnait rien. Puis ensuite, les murs se sont mis à trembler, à trembler tellement, tout tremblait, on avait peur que le chalet s’écroule, ça n’avait pas d’allure… »

Même le plus jeune de cinq ans, maintenant éveillé, va alors demander à sa mère : « Maman, les murs, pourquoi ils ont bougé? » Lui aussi a été témoin du mystérieux phénomène.

 

Ça dérape

 

Diane demande alors à son plus grand à qui il parlait au cellulaire. « J’étais avec la SQ [Sûreté du Québec], mais j’ai perdu la ligne, la ligne a été coupée. Comme vous aviez quitté le restaurant, j’ai appelé Mamie à Québec qui m’a dit d’appeler la SQ. » Oups, là, la jeune mère trouve que ça commence à déraper un peu trop… Elle demande donc tout de suite à ses fils de se calmer et elle donne ensuite un coup de fil à sa mère, super inquiète, pour lui dire que tout est ok, qu’ils sont rentrés au chalet, de ne plus s’en faire. « Puis j’ai rappelé la SQ. L’agente m’a expliqué que la ligne avait soudainement été coupée et qu’ils essayaient de retracer l’appel depuis.

Et elle m’a tout de suite demandé : "Vous n’avez plus peur, tout est ok?" Et en souriant, je lui ai dit que tout était absolument sous contrôle, que ce n’était qu’une fausse alerte et je me suis excusée auprès d’elle. Il fallait absolument apaiser tout ça, totalement, tout de suite.

Puis, après que le calme a été bien rétabli, j’ai dit aux enfants : "Papa et Maman sont là, il ne se passera plus rien cette nuit, je vous le promets. On se couche et on dort."

Moi, de mon côté, je n’avais qu’une idée en tête. Le lendemain, nous allions aller faire un tour au cimetière tous ensemble, pour faire la paix une fois pour toutes avec les résidants de l’endroit! »

Tous les membres de la famille ont fini par s’endormir, la fatigue ayant eu le dessus sur toute cette aventure. Le lendemain matin, dès le petit déjeuner terminé, Diane explique à ses fils que la famille va maintenant aller visiter le cimetière pour apprivoiser les lieux.

« On s’est ainsi promenés entre les pierres tombales, doucement, sans crainte. On regardait les noms sur les vieux monuments, on les lisait tout haut, on se présentait ainsi à eux. Je me disais que ce serait peut-être une certaine façon de faire la paix avec ces êtres. Puis, soudain, je me suis arrêtée devant une pierre dont l’épitaphe a attiré mon attention. C’était le nom d’un ancien écrivain bien connu1. C’était aussi par un curieux hasard le nom de la rue de l’école primaire de mes garçons. J’ai proposé à mes fils de s’approcher de cette pierre et on a salué ensemble cette personne décédée… "Bonjour à vous, on vous connaît, votre nom a été donné à une rue tout près de chez nous, la rue de notre école." Je voulais ainsi que les défunts sachent que nous étions gentils, pas menaçants, qu’on ne leur voulait aucun mal, qu’on ne voulait pas les déranger, ni envahir leur univers… Eh bien… croyez-le ou non, ça a été fini après ça! On n’a plus vécu aucun autre phénomène étrange pour tout le reste de notre semaine de vacances. Néanmoins, quand mon frère et sa conjointe sont venus nous rendre visite le mercredi soir, les deux plus vieux nous ont demandé de repartir à Québec avec eux. Ils n’avaient plus envie de rester là, ils n’avaient plus de plaisir. On les a donc laissés partir. Mais plus rien d’inquiétant n’est survenu par la suite. Je pense qu’on a vraiment réussi à faire la paix avec les esprits des lieux. Ça semblait évident.

Fait amusant, le dernier soir de nos vacances, on est tombés sur une émission de Claire Lamarche intitulée Comment entrer en contact avec les êtres de l’au-delà. Je me suis dit, ben là, c’est vraiment le thème de nos vacances ! On y expliquait que certaines personnes pouvaient être plus sensibles à des manifestations du genre…

Je n’avais vraiment pas besoin d’écouter cette émission pour savoir que je faisais partie de ces gens! Et les jours qu’on venait de vivre me le confirmaient clairement! »

 


Hanté hors de tout doute

 

Dès leur retour, Diane a bien l’intention de glisser un mot de leurs mésaventures au propriétaire. Sans rentrer dans les détails, elle espère bien sonder le terrain. Après tout, il n’a peut-être pas suspendu un crucifix dans la chambre pour rien! Mais le conjoint de la jeune femme préfère qu’ils s’abstiennent, de peur de l’inquiéter ou de passer pour des gens bizarres. Or, trois ans plus tard, alors qu’ils participent à la même soirée, Diane voit l’opportunité de lui en glisser un mot. Elle se dit qu’au pire, il rira d’elle… avec elle! Diane sait aussi qu’il a vendu le chalet depuis et qu’ainsi, il se sentira certainement moins concerné. À dire vrai, étrangement, le lieu a souvent changé de propriétaire. Elle s’approche donc de lui.

« J’aimerais bien vous poser une petite question. Vous permettez? Dites-moi, le chalet que nous vous avions loué en août 2000, avez-vous entendu dire qu’il s’y passait des choses un peu… spéciales? Il me regarde d’un drôle d’air et réplique : "Des choses? Quel genre de choses?"

"Disons des choses qui ne se passent habituellement pas ailleurs…" Et soudain, il s’est levé de sa chaise, c’était évident qu’il tentait d’éviter la question et il m’a lancé:

"Vous savez, tout se peut dans la vie!" Et il m’a tourné le dos et s’en est allé aussitôt sans rien ajouter. Pour moi, pourtant, c’était clair, il venait de me confirmer que ce chalet était vraiment hanté. Je n’avais plus l’ombre d’un doute. Nous avions vécu quelque chose de totalement bizarre dans ce chalet, et j’étais maintenant convaincue que nous n’avions pas été les premiers, et que nous ne serions peut-être pas les derniers!

Quelques mois après notre séjour à ce fameux chalet, mon fils a fait une composition à l’école intitulée Mon chalet hanté. Il faut croire qu’il a été très convaincant, car son professeur lui a donné 95 %! »

 

 


1. Nom anonyme pour éviter que ce cimetière et le site du chalet soient ainsi localisés.

 

☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼ ☼

 

 

 

Chapitre extrait du livre « Fantômes et esprits errants» - Collection Québec Insolite de Danielle Goyette, publié Éditions Michel Quintin, 2011, p. 37-49. © Michel Quintin.
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.



Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2894355475&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2894356226&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2894354991&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-na.amazon-adsystem.com/e/cm?t=bavard-20&o=15&p=8&l=as1&asins=2894354983&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

La bête du Vivarais


La bête du Vivarais


Aussi surnommée la Bête de Cévennes ou la Bête du Gard, elle tua 19 enfants ...


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

Cette créature fit son apparition dans les régions d’Ardèche et du Gard en 1809. Les descriptions du monstre varient beaucoup, certains disent qu’il était un loup immense, de la taille d’un âne, possédant une forte crinière et un pelage brun ou roux. D’autres dirent que la créature était complètement noire ou encore que c’était un loup de la taille d’un veau, avec un pelage gris et rouge. Dans la plupart des descriptions cependant, les témoins parlèrent d’un gros ventre, au poil blanc, qui traînait presque sur le sol. Plusieurs croyaient que c’était une louve qui aurait pu venir d’Espagne, même si, encore une fois, le comportement de la bête ne ressemble en rien à celui du loup. Elle avait de grandes oreilles, avec un long museau et une queue bien fournie.

 

Journal du Gard du 21 octobre 1809 :


"Depuis quelques jours, un animal féroce a répandu la terreur dans le premier arrondissement du Gard. Comme autrefois la Bête du Gévaudan, la Bête des Cévennes exerce aujourd'hui ses ravages dans cette contrée."


Quoi qu'il en soit, la bête tua vingt-neuf personnes, donc dix-neuf enfants. Cependant, il est probable que la liste soit en fait plus longue, car tous les actes des registres ne mentionnent pas forcément les causes du décès.

Parmi ses victimes, le jeune François Marcy, 7 ans, qui fut dévoré le 8 septembre 1812 à quelques pas de sa maison. Le jeune Augustin Colomb, 8 ans subira un sort similaire, disparut le 9 janvier 1813, on ne retrouva que sa tête. Durant le mois d’octobre de la même année, c’est la petite Rose Henriette Dumas, 7 ans, qui fut dévorée dans les bois.

 

La bête du Vivarais ou monstre de Cévennes


Son règne de terreur dura sept ans, de 1809 à 1816. Malgré toutes les nombreuses battues et les pièges que les villageois posèrent, elle resta insaisissable. Fait intéressant, le mont Lozère, qui semble être le point central de l'affaire des Cévennes a déjà abrité par le passé d'autres monstres du même type : au XVIIe siècle, des attaques de loups contre l'homme furent signalées dans la région de Saint-Julien-du-Tournel. Rappelons que les premières attaques de la Bête du Gévaudan ont été déclarées dans la région de Langogne, aux confins du Vivarais. Ce fut donc un site très producteur de prédateurs féroces.


Cette créature aurait poussé l’audace en allant jusqu’à attaquer une femme de 34 ans qui venait tout juste de sortir de l’église. Elle aurait aussi attaqué des villageois directement dans leurs demeures, allant jusqu’à dévorer les mains d’un enfant se trouvant dans son berceau. La bête de Vivarais a aussi d’autres particularités intéressantes, les épingles se trouvant dans les vêtements de certaines de ses victimes féminines auraient été enlevées et six des cadavres furent retrouvés décapités, le cou semblant avoir été tranché avec une lame. Ce détail rappelle évidemment la bête du Gévaudan qui a sévi en Haute-Loire une cinquantaine d’années auparavant.


A-t-elle été tuée lors d’une battue ? Est t’elle changer de location et devenue la bête de Auxerrois ? Es-ce des crimes maquillés derrière lesquels se cache une intervention humaine ?


Les attaques de la bête cessèrent finalement en 1816…

 

 

Christophe Beaulieu - Les bêtes dévorantes - Vendredi 7 septembre 2007

http://cryptozoo.pagesperso-orange.fr/index.htm

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=B001BSH1RA&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2748041836&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2844944191&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2812910380&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Le Soukouyan


Le Soukouyan (ou soukounian)

Ces sorciers maléfiques se désincarnent afin d'attaquer ses ennemis

 

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Qui n'a pas perdu un animal sans savoir quelle était la cause de son décès?

Votre cheptel dépérit à vue d’œil, de mystérieuses traces de piqûres font leur apparition sur le corps de vos animaux;  le vétérinaire lui-même n'en connait pas la raison... Ne cherchez pas plus loin, vous êtes surement la victime d'un "soukouyan" (ou "volant" selon la région).

 

Le sorcier soukounian ou soukouyan

Mais qu'est ce que c'est un "soukouyan" ?



Il s'agit tout simplement d'une personne qui vous veut du mal. Assez souvent il s'agit d'un proche:  voisin, ami voire même un parent! Il est sorcier et connait le rituel pour se transformer en soukouyan, afin de faire du mal à une personne qu’il déteste. La croyance dit qu'il s'agit de la première personne hors du foyer aperçu le matin, car le volant ne peut s'empêcher de revenir voir ses victimes et se délecter de leur souffrance.

Comment agit-il?


Le soukouyan n'est jamais loin d'un arbre nommé "fromager"(Ceiba pentandra). Une fois la nuit tombée il y grimpe, et, à l'aide d'incantations, retire sa peau pour la suspendre dans l’arbre. Il prend alors l'apparence d'une boule de feu incandescente, ressemblant quelques fois à une bête.

Dès lors, il s'envole dans la nuit à la recherche de victimes animales ou humaines. Elles se réveilleront le matin avec des traces de morsures ou de picots voir de bleus sur le corps, selon la force d'attaque dudit "soukouyan".


Est-ce possible de s'en débarrasser?


Outre les prières, protections et autres "montages" que nos aïeux usaient pour s'en protéger, il existe une solution plus radicale. Les plus courageux et plus téméraires doivent attendent cachés l'arrivée de leur bourreau, mais sachez qu'on ne peut affronter un "soukouyan" en face à face, ce serait du suicide!
 
 
 

 

 


Un fromager (Ceiba pentandra)

Un fromager (Ceiba pentandra)

Donc, le vengeur doit attendre que le soukounian se présente chez lui et qu'il s'éloigne. À ce moment, il peut passer à l'action. Il doit d’abord retrouver le fromager dans lequel le sorcier à laisser sa peau. Une fois dans l'arbre il étale sur la peau du "volant" une préparation parée au préalable avec tout ce qu'il y a de plus épicé : piment, sel, ail, moutarde, curcuma, gingembre...  Bref de quoi vous faire couler le nez et piquer les yeux!

Après avoir appliqué sa préparation, il doit rapidement s'éloigner de l'arbre avant le retour du sorcier désincarné. Le soukounian doit impérativement se revêtir de son enveloppe charnelle avant le lever du jour; sinon il risque de brûler vif. Mais si des épices ont été discrètement placées dans sa peau, au lieu de revenir à sa vie civile il se tord de douleur.  Il est fort possible qu’il finisse à l'hôpital pour mourir dans d'atroces souffrances, car les épices le consumeront de l'intérieur. Dans certains cas, il se tordra au bas de l'arbre en tombant en poussière. Mais à chaque fois, il poussera un hurlement à glacer le sang.

À sa veillée funèbre ainsi qu'à son enterrement, personne ne pleurera le soukounian. Dans l'esprit de tous, il restera un malfaiteur, le soukouyan du quartier.

 

 

 

Amy Félix © Dark-Stories.com - Mercredi 24 juillet 2013
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2877637689&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2266128604&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2081254174&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2738414249&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

La jeune sorcière de Pilot's Knob


La jeune sorcière de Pilot's Knob

Accusée de sorcellerie et brûlée vive, la fillette cherche toujours sa mère



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

Un silence inquiétant plane sur la colline du cimetière de Pilot’s Knob, près de la ville de Marion, dans le Kentucky. L’endroit, réputé pour être maudit, est toujours calme, propre et totalement désert. La forêt dense qui entoure le cimetière et les imposants arbres morts qui dominent la colline, donnent  à cet endroit une allure complètement irréelle, digne des clichés du cinéma d’horreur. L’atmosphère y est lourde, comme à plusieurs endroits des environs.

 

De nombreux lieux dans cette région des États-Unis ont été marqués par des évènements tristes et sanglants. Il fut une époque durant laquelle ces routes, parcourant un vaste territoire boisé et isolé, étaient le territoire de bandits particulièrement sanguinaires. Des centaines de personnes y furent assassinées, des familles entières décimées pour quelques dollars. À quelques lieux du cimetière se trouve le "Ford's Ferry Landing", un autre endroit témoin de nombreuses histoires troublantes, et où de nombreux brigands furent pendu. La guerre civile américaine frappa aussi la région. En 1864, lors de la bataille de Pilot's Knob, des milliers de soldats furent tués et enterrés dans de grandes fosses communes qui furent creusées ici et là.

Mais de toutes ces histoires, la légende urbaine entourant le cimetière de la jeune sorcière de Pilot’s Knob est probablement la plus troublante.


 

Mary Evelyn Ford - La jeune sorcière de Pilot's Knob

Tout débute en 1916, alors qu’une femme de la région, Mary Rebecca Ford, fut suspectée de pratiquer la sorcellerie. Les gens de l’endroit racontaient qu’elle avait fait une alliance avec des forces démoniaques et que sa fille de cinq ans, la jeune Mary Evelyn Ford, était également une sorcière. Il n’en fallait pas plus pour qu’un soir, une petite foule de justiciers, s’improvisant juges et bourreaux, s’attaqua à la femme et la fillette. Ils les tirèrent hors de la maison et les brûlèrent vives sur un bûcher, parce que telle était la méthode pour se débarrasser des sorcières.

Nous ignorons de ce qui arriva au corps de la mère, mais la dépouille de la fillette fût amené jusqu’au cimetière de Pilot’s Knob, où elle fut placée dans une tombe équipée d’armature d’acier. En effet, les gens de la région croyaient que la fillette risquait de venir se venger, alors ils posèrent de lourdes roches sur sa tombe et remplirent le reste du trou avec de la pierre concassée. Une clôture blanche, dont les barreaux forment des croix blanches, fut placée autour de sa pierre tombale. Cette clôture est juste à une bonne hauteur pour empêcher une fillette de cinq ans de s’échapper.

 

La tombe de la sorcière de Pilot's Knob  .  La tombe de la sorcière de Pilot's Knob
Photographies de la Louisville Ghost Hunters Society & westernkyhistory.org

 

Selon la légende, la fillette serait toujours à la recherche de sa mère, mais étant prise au piège dans cette sépulture, elle ne pourrait jamais connaître la paix. Elle chercherait à aspirer l’énergie des gens venant la visiter dans le but de devenir plus forte et de pouvoir s’échapper de sa prison.

Dès lors, les histoires sur cet endroit n’ont cessé de proliférer. Plusieurs racontent avoir vu des traces de pas dans la fine pierre qui repose à la surface de la tombe. D’autres prétendent s’être sentis aspirés ou agrippés alors qu’ils s’étaient approchés trop près de la clôture. Certaines personnes affirment même avoir eu besoin dû réclamer de l’aide pour se libérer de l’emprise de la jeune sorcière.

Si les gens de l’endroit savaient bien qu’il ne faut pas s’approcher de cette sépulture, c’est un autre esprit maléfique qui a particulièrement retenu leur attention. Cet esprit mauvais, qu’on nomme « le gardien », veillerait sur ce lieu et la tombe de la jeune sorcière comme un chien guette son os. C’est le fantôme d’un homme qui fut assassiné dans la région et qui souhaite maintenant s’emparer de l’esprit de la fillette. Il serait, lui aussi, incapable de traverser la clôture et ses symboles bénis afin de s’emparer de l’âme de l‘enfant, mais il impose lourdement sa présence aux gens qui visitent le cimetière, particulièrement la nuit. Des pas lourds, bien audibles et une température glaciale suivent de près les visiteurs qui s’aventurent sur ce terrain. Les histoires à son sujet ne manquent pas, il ferait fuir les curieux qui osent déranger ce lieu paisible.

Le cimetière de Pilot’s Knob est un endroit calme, pas même un oiseau n’y chante. Il n’y traîne aucune bouteille de bière et on n’y trouve pas même un graffiti. Les gens de l’endroit disent qu’il vaut mieux éviter ce lieu et dans bien des cas, ils refuseront de donner aux touristes les indications pour s’y rendre…

Mais de toute façon, qui voudrait aller visiter un tel endroit ?

 

 

David Magny © Dark-Stories.com - Lundi 22 juillet 2013
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

N.B. La légende de la petite sorcière de Pilot's Knob est une légende urbaine, localisée dans un lieu mystérieux et réputé pour être hanté. Selon les certificats de décès de la région, la petite Mary Evelyn Ford n'aurait pas été brûlée vive, mais serait morte à la suite d'une péritonite. Sa mère était encore vivante en 1920.

Références:

http://www.louisvilleghs.com
http://www.westernkyhistory.org/crittenden/pilotknobcem.html
http://www.theshadowlands.net/places/kentucky.htm

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2737359651&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2844545475&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2847346791&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=8873017045&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Quelques histoires sélectionnées au hasard


Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Les nouvelles histoires:


Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Réseaux Sociaux:


Dark Stories est sur Twitter !

Histoires et récits insolites et macabres

Newsletter - Inscription


Warning: Declaration of JParameter::loadSetupFile($path) should be compatible with JRegistry::loadSetupFile() in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/html/parameter.php on line 431

Informations supplémentaires:


À propos de Dark Stories
Connexion
Liens et partenaires
Mentions légales
Écrire au webmestre