Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584
Dark Stories - Histoires macabres et insolites | Récits inexplicables et paranormal

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* Dark-blog */
google_ad_slot = "3335103952";
google_ad_width = 300;
google_ad_height = 250;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

 

 

 

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DS5-blogue2 */
google_ad_slot = "2592204537";
google_ad_width = 300;
google_ad_height = 600;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Newsletter - Inscription

 

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/application/application.php on line 459

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Robert, la poupée possédée


Robert, la poupée possédée

L'étrange histoire d'une poupée terrorisante



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

Robert est une poupée pas comme les autres, elle a une terrible réputation: celle d'être possédée par un ou plusieurs esprits maléfiques. Cette poupée a autrefois appartenu à un peintre et écrivain de Key West, en Floride, qui l'a conservé toute sa vie. Elle existe toujours et est devenu une attraction incontournable des amateurs de paranormal, qui vont la voir au musée ou elle est exposée. Son histoire a inspiré le film à succès "Kids Play (Jeu d'enfant)", dans lequel une poupée, qui est possédée par l'âme d'un criminel, ce retrouve entre les mains d'un jeune garçon.


Cette étonnante histoire débute en 1906, lorsque le jeune Robert Eugène Otto, alors âgé de quatre ans, se fait offrir une poupée par sa gardienne. Cette femme d'origine bahaméenne était une adepte du vaudou. Elle était particulièrement irritée du traitement de la famille Otto à son endroit et souhaitait se venger en offrant ce cadeau empoisonné au jeune Eugène. L'étonnante poupée fait environ un mètre de hauteur, est fabriquée de guenille et de paille avec un visage ressemblant à un singe.

Eugène tomba immédiatement amoureux de la poupée, et chose étrange, il lui donna son propre nom:  Robert. Dès ce moment, le jeune Eugène reçut comme surnom "Gène", alors que Robert désignait la poupée. Chose étrange, cette poupée semblait faite pour lui, elle lui ressemblait terriblement. Ils étaient maintenant inséparables, et au fil des jours, chaque fois qu'un adulte blâmait Eugène pour une raison ou une autre, il répondait "Ce n'est pas moi, c'est Robert !" Cette habitude allait se développer et devenir routinière.
 

 
Le jeune Eugène avait de longues discussions avec sa poupée. Ses parents entendaient les réponses de celle-ci et croyaient que c'était seulement l'enfant qui modifiait sa voix. Ils se mirent cependant à douter, car à certains moments, ils avaient l'étrange impression que la voix émanait vraiment de Robert. Sa voix été aussi très grave, comme celle d'un adulte. Ils auraient déjà affirmé l'avoir entendu rire, parfois en pleine nuit.

D'ailleurs les nuits de la famille n'était pas toujours de tout repos. Quelques fois Eugène, qui faisait des cauchemars terribles, se réveillait en criant. Un soir, les parents entendirent un véritable vacarme provenant de la chambre d'Eugène.  Ils trouvèrent la pièce sens dessus dessous, les meubles étaient renversés et Eugène, assis sur son lit, pointait la poupée du doigt.

"C'est Robert !" dit-il. "Ce n'est pas moi, c'est Robert !"

Sa poupée semblait le tourmenter, mais pas seulement lui, elle dérangeait toute la famille. Ses parents affirmaient avoir vu des changements d'expression dans les yeux de la poupée et qu'elle semblait parfois changer d'endroit sans qu'Eugène ne la déplace. Leurs voisins ont rapporté avoir vu la poupée qui regardait par différentes fenêtres au cours d'une même journée, alors que tout le monde était absent et que la maison était vide.

Les parents décidèrent donc d'envoyer Robert au grenier afin que, leur enfant retrouve un sommeil paisible. La poupée allait y rester pour plusieurs années et devint un secret oublié.

Et plusieurs années plus tard...

Eugène, maintenant marié à la femme de sa vie, est devenu un artiste peintre. Ses parents décédés, il revient dans cette maison dont il vient tout juste d'hériter. Sa femme se prénomme Anne, et jamais son époux ne lui a parlé de cette curieuse poupée, ni de l'attraction qu'elle avait sur lui. Dans ces circonstances, elle se trouve un peu confuse lorsque Eugène lui annonce, quelques jours après leur déménagement, qu'il a l'intention de faire une chambre au grenier, pour Robert.

"Mais qui est Robert?"

Lorsque son mari lui présente la poupée, elle ne peut s'empêcher d'éclater de rire. Mais Eugène ne trouve pas ça drôle. Il construit, au grenier, une chambre confortable de 2,5 x 3,65 mètres pour Robert, et celui-ci a même droit a un petit mobilier d'usage et d'un garde-robe. Sa femme apprend tranquillement à faire avec les curieuses habitudes de son mari. Elle savait qu'elle avait épousé un artiste et qu'il était marginal, alors elle tolère de le voir passer du temps avec la poupée. Cependant, cette dernière la met mal à l'aise, son regard est oppresseur. Elle ne se rend jamais dans la chambre de Robert. Après quelque temps, elle commence à trouver inquiétantes les habitudes de son mari et à douter de sa santé mentale. Particulièrement le jour où il lui annonce que Robert est fâché et qu'il ne veut plus rester dans cette pièce. Il veut avoir une chambre avec une des fenêtres. Il fut donc déplacé dans sa chambre bien éclairée, de laquelle il pouvait voir la rue.

Pendant un temps, les enfants du quartier se ressemblaient devant la maison, pointant du doigt les fenêtres de la chambre de la poupée.

"Elle a bougé, regardez ! Je vous dis qu'elle a bougé !!!" cria un jeune garçon en pointant vers sa maison.

"Eugène... Ne jouerais-tu pas avec les enfants, en déplaçant ta poupée devant les fenêtres ?" le questionna sa femme. Mais non, selon ses dires, il ne déplace pas la poupée dans les fenêtres.

"Les enfants disent qu'ils l'ont vu bougé !"

"Peut-être qu'il bouge..." répondit tout simplement Eugène.

Sa  femme rapporte qu'il lui arrivait souvent de rejeter le blâme sur sa poupée, comme il le faisait lorsqu'il était enfant. "C'est Robert qui l'a fait". Il passe beaucoup de temps avec Robert, qu'il garde à ses côtés lorsqu'il peint.

Eugène devient de plus en plus aigri et est souvent violent verbalement. Les choses iront en empirant à mesure qu'il vieillit. Il frappe sur les meubles et brise des objets. Il blâme Robert pour son attitude, la poupée semble avoir une influence de plus en plus grande sur lui.

 



Un plombier venu faire une petite modification pour les Otto devait travailler dans la chambre de Robert. Il a fuya la maison, terrorisée. Il affirmera plus tard que la poupée bougeait, et qu'à chaque fois qu'il quittait la chambre, à son retour la poupée semblait avoir bougé... un tout petit peu. Une fois, lorsqu'il revint, Robert était complètement à un autre endroit. Convaincu que personne n'avait été déplacer la poupée, il prit les jambes à son cou, laissant même ses outils derrière lui, et quitta la maison. Il est convaincu d'avoir entendu un rire démoniaque provenant de la poupée.

Nombreux sont les amis de la famille et autres visiteurs qui ont affirmé que le regard de Robert changeait selon les circonstances, et qu'il pouvait,  à l'occasion, lancer des regards remplis de haine et de méchanceté. Vers la fin de sa vie, Eugène devient malade, aigri et de plus en plus insultant envers sa femme. Il dormait dans la chambre de Robert, avec la poupée à ses côtés. Lorsqu'il mourut en 1974, Anna vendit la maison et partit vivre à Boston avec sa famille, laissant Robert dans le grenier. Il y restera quelques années, alors que la maison était louée à de nouveaux occupants.

Deux hommes qui avaient loué la maison avaient de bien étranges histoires à raconter à propos de cette poupée. L'un d'eux affirma qu'il y a avait toujours du bruit qui provenait de la chambre. Quelques fois, c'était des rires, d'autres fois, des bruits des pas ou des meubles qui semblaient cognés. Ce n'est qu'après avoir monté plusieurs fois au grenier pour essayer de trouver la cause de ces sons qu'ils conclurent que la poupée semblait se déplacée seule. Au début, ils croyaient que l'un et l'autre se jouaient des tours, jusqu'à ce qu'ils comprennent qu'il y avait vraiment un problème avec la poupée. Quelques fois elle regardait dans des directions différentes, sa posture et la position de ses bras changeaient. Pour en finir avec elle, il l'emballèrent dans une boîte en carton, ce qui aurait réglé leur problème.

 Lorsque le propriétaire mourut, la maison fut vendue à un nouveau propriétaire qui avait l'intention d'en faire un "Bed & Breakfest".

Lorsque les nouveaux propriétaires ont vu Robert, ils ont tout de suite su que, peu importe ce qu'il était, ils ne voulaient pas de cette chose dans leur maison. On raconte que c'est l'enfant de ce couple, une fillette de 11 ans, qui aurait retrouvé Robert et décidée de la garder. Cependant, il ne fallut pas longtemps avant que la jeune fille se mette à hurler en pleine nuit, affirmant que la poupée bougeait et avait tenté de l'attaquer. Même 30 ans plus tard, elle affirme encore que cette poupée était maléfique et qu'elle avait tenté de la tuer.

Un homme prit donc la poupée et la garda chez lui quelque temps. Mais Robert était maintenant une poupée vieille et fragile, l'homme la fit donc adopté par le Musée de Key West Martello, qui avait entendu parler des croyances autour de cette étrange poupée et qui conservait des oeuvres de Robert Eugène Otto, devenu le plus célèbre peintre de l'endroit.

Elle est désormais populaire sous le nom de Robert la poupée hantée et est un élément incontournable des visiteurs qui s'intéressent aux histoires de fantômes de cette région de Floride. On raconte qu'il faut rester poli avec Robert et lui demander avant de prendre des photographies. De nombreuses histoires relatent que des gens lui ayant manqué de respect ont eu des problèmes avec leurs appareils photo, et même que les caméras de l'endroit se brisent souvent. La poupée voyage encore et est amenée dans plusieurs expositions ayant pour thèmes les phénomènes paranormaux.

La maison de Eugène et Anne Otto, aujourd'hui un Bed & Breakfest, serait toujours hantée. Des résidents ont affirmé que les portes s'ouvrent ou se ferment seules et sans raison apparente. Que certaines pièces sont oppressantes et que le fantôme d'une femme aurait été aperçu et même photographié.

 

David Magny pour Dark-Stories.com

Référence:

Ghosts of Key West By David L. Sloan
http://en.wikipedia.org/wiki/Robert_the_Doll

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2737359651&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2844545475&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2847346791&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=8873017045&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

La voiture maudite de James Dean


La voiture maudite de James Dean

La malédiction de "Little Bastard"


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

Un bien étrange mystère plane au-dessus de la voiture de James Dean, une Porsche 550 Spyder, dans laquelle le jeune acteur trouva la mort. Dean était passionné de véhicule et de course automobile, c'est la raison pour laquelle il en fit l'acquisition. Il souhaitait participer à une course qui avait lieu à Salinas, Californie. C'est en visitant un garage de Los Angeles qu'il avait aperçu ce bolide et en était immédiatement tombé amoureux. Malgré la fierté évidente de Dean et l'élégance de la voiture qu'il avait surnommé "Little Bastard", son ami Nick Adams,  lui avait dit que sa voiture le rendait mal commode. La nouvelle petite amie de Dean, Ursula Andess, avait même refusé d'y monter. Son ami et acteur Alec Guinness lui aurait même dit, probablement en plaisantant, qu'il se tuerait dans la semaine avec une telle bagnole. Georges Barris, celui qui avait personnalisé la voiture de Dean et qui devait la racheté plus tard, lui avait même dit qu'elle lui procurait un sentiment bizarre.


Mais Dean aimait sa porsche et il en avait besoin pour la course de Salinas. Il n'y participera malheureusement jamais. C'est en se rendant à cette course, le matin du 30 septembre 1955, qu'il se tua au volant de sa toute nouvelle voiture, lors d'un grave accident de la route.
 


On raconte que James Dean avait été victime d'une puissante malédiction de magie noire. Le mauvais sort aurait été lancé par Maila Nurmi, une actrice de film d'horreur à petit budget et membre d'une église sataniste, avec qui Dean aurait eu une aventure. Après une brève romance, il aurait complètement démenti leur relation devant la presse, de peur que son association avec cette femme viennent abîmer sa réputation. Humilié et profondément frustrée, elle aurait lancé cette malédiction durant le tournage du film Rebel Without a Cause., Elle avait pour but de causer la perte de Dean, à la voiture qu'il venait tout juste d'acheter et aux jeunes acteurs qui tournaient avec lui. La scène amusa tout le monde, mais la malédiction était belle et bien lancée. Quoique la véracité de cette histoire est discutable, tous ces acteurs sont effectivement mort jeunes et de cause non naturelles. James Dean est mort à 24 ans au volant de cette voiture, Sal Mineo fut pognardé à mort à l'age de 37 ans, Nick Adams est décédé suite à une overdose à 36 ans et finalement, Natalie Wood s'est noyée à 43 ans.

 

    


C'était la fin de l'histoire de James Dean, mais le tout début de la légende entourant cette voiture qui allait provoquer bien d'autres drames.

Tout commença lorsque Georges Barris l'acheta pour 2500$. La voiture aurait pu être considéré comme une perte totale, mais son but était de la revendre en pièce détaché afin de faire un peu d'argent. Lors de la livraison, le chauffeur qui était en charge de décharger la voiture ne parvint pas à garder le contrôle et la faire descendre correctement. La porsche se décrocha trop tôt, tomba sur l'homme et causa sa mort.

Deux médecins et amateurs de courses étaient fort intéressé à acheter des pièces de la voiture de Dean. Ils achetèrent le moteur et la transmission. Quelques semaines plus tard, en faisant la course l'un contre l'autre lors d'un évènement à Pomona, en Californie, l'un d'eux perdis le contrôle et percuta fatalement un arbre, alors que l'autre eu un grave accident qui devait le laisser paralysé pour le reste de sa vie.

Les pneus furent vendu à un jeune homme qui retrouna voir Barris quelques semaines plus tard, pour l'informer que deux des pneus avaient explosé au même moment, provoquant un accident. Il venait tout juste de sortir de l'hopital. Les pneus étaient pourtant en bonne état au moment de la vente.

Bien décidé à ne plus vendre de pièce, Barris autorisa la California Highway Patrol à exposer la voiture dans le cadre d'une campagne de sécurité. Ironiquement, Dean avait tourné un message d'intérêt publique sur la sécurité au volant quelques semaines avant sa mort. Pendant l'entreposage de la carcasse, un mystérieux incendie ravagea le garage ou elle était entreposée. Toutes les voitures qui s'y trouvait furent détruite, sauf la porsche, qui n'a eut que quelques dommages mineur causés par la fumée. Lors d'une présentation, alors que la voiture était suspendue dans les airs, le capot tomba sur un adolescent de 15 ans. Ironie du sort, cette exposition avait lieu le 30 septembre, l'anniversaire de la mort de James Dean.

 


Alors en route pour un nouvelle exposition à Salinas, ville dans laquelle Dean vécut sa tragédie, la remorque fut impliqué dans un accident de la route. Le conducteur se tira indemme de l'accident, mais la Porsche 550 Spyder se détacha tomba sur l'homme, ce qui causa sa mort. Deux ans plus tard, un autre chauffeur de remorque qui transportait la voiture eut un accident mortel, et en 1958, encore un autre accident survint durant un déplacement. Lors d'une exposition à la Nouvelle Orléans, en 1959, la voiture tomba soudainement en onze morceaux distincts, sans aucune raison apparente.

Fatigué de tous ces accidents et maintenant supersticieux, Barris à demandé à ce que les expositions cessent et que la voiture soit envoyée à la casse. C'est à ce moment que l'histoire devint encore plus étrange. La voiture avait quitté Miami en direction d'un centre de recyclage, mais elle ne l'atteindra jamais. On raconte qu'à l'arrivé, le camion qui la transportait était vide. Les joints d'expéditions étaient pourtant tous intacts, aucune trace d'effraction n'étaient visible. La voiture de James Dean, cette ténébreuse porsche 500 Spyder, dont il n'existait que 90 modèles, ne fut jamais retrouvée.

 

 

 

David Magny © Dark Stories - 24 Juins 2013
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Références:

http://ghostpro.org/paranormal_curiosities/jamesdean.html
http://en.wikipedia.org/wiki/James_Dean

Le Yurei


Le Yūrei

Ces âmes qui ne reposent pas en paix


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

Dans les croyances japonaises, les Yūrei (幽霊) sont les esprits troublés et malveillants de gens morts qui n'ont pas eu accès au paradis. Ces personnes sont généralement décédées de façon brutale et ont laissé derrière eux une vie incomplète, du chagrin, de la colère ou même un désir de vengeance.

 

Il existe une grande variété de fantômes dans le folklore japonais, le yūrei étant spécifiquement un type de revenant méchant et vengeur, qui hante un territoire où il s'attaque aux gens qui provoquent sa colère. Dans certain cas, il s'agit d'une l'âme d'une personne qui n'a pas reçu de rites funéraires appropriés et dont la mort est généralement issue d'un meurtre, d'un suicide ou d'un accident terrible, qui laisse l'âme du défunt frustré et malheureux. Par exemple, dans les légendes entourant la forêt de Aokigahara, un lieu de suicide populaire au Japon, les âmes des misérables qui ont mis fin à leurs jours tentent de nuire aux gens qui visitent cette forêt, les poussant à s'y perdre et à y mourir. Ils se manifestent généralement entre 2h et 3h du matin.

Généralement représentés comme étant une femme, les hommes peuvent également être des Yurei. Cependant, la plupart des films populaires et légendes urbaines mettent en vedette des yurei féminins.

Au grand écran, plusieurs occidentaux l'on vu en vedette dans les films "Le Cercle", "Silent Hill" et " The Grudge ou Rage meurtrière (au Québec)".  Si vous avez visionné ces films, probablement avez-vous trouvé une grande ressemblance entre les entités vedettes. Ces deux fantômes sont des yūrei  et sont de bons exemples de l'aspect que ces revenants dans les légendes populaires modernes.

 

 

La description archétypale du yūrei est pratiquement identique. Il est présenté  à l'image d'une  «femme à la chevelure désordonnée sous un capuchon triangulaire, dans une robe flottante et sans pieds ». En effet, dans la tradition japonaise, le yurei porte un kimono blanc et flotte au-dessus du sol, il est dépourvu de jambe. Il se présente généralement avec les cheveux noirs, les cheveux détachés et désordonnés. Les femmes ayant traditionnellement les cheveux attachés en chignon sur la tête, les avoir détachés et mal coiffés était mal vu à l'époque. C'est comme cela que le yūrei est représenté sur les vieilles gravures d'époque, dont la plus vieille date de 1673.


Les yūrei sont quelques fois confondus avec les Yōkai (妖怪), un forme de démons japonais qui possèdent souvent des caractéristiques animales, mais ils peuvent aussi avoir une apparence humaine, voire inanimée ou même immatérielle. Bien qu'ils ne se ressemblent pas visuellement, plusieurs de leurs histoires et légendes sont presque similaires.

 


Yurei tel que présenté dans "The Grudge"

 


Les moyens de protection


Les Japonais ont pour tradition de se protéger des fantômes et esprits malfaisants en utilisant des talismans de papier, de bois ou de tissus sur lequel est écrit le nom d'une divinité. On les retrouve un peu partout, spécialement chez les gens superstitieux qui les placent sur leurs portes.


Les yūrei étant des esprits troublés, le seul moyen de le faire disparaître est de lui faire trouver le repos éternel. Il faut donc trouver un moyen de l'apaiser en lui offrant, par exemple, un rite funéraire, une sépulture convenable pour sa dépouille ou encore en lui rendant justice.  Un yūrei  peut également être neutralisé en plaçant un de ces talismans sur son front. Cependant, il est possible qu'un yūrei ne puisse trouver le repos, on raconte alors qu'un prêtre bouddhiste ou un médium doit alors pratiquer un rituel d'exorcisme. Plusieurs de ces croyances ont des similitudes avec les façons des les croyances catholiques romaines traitent avec les mauvais esprits.

 

 


Le Cercle (2002)

 Les légendes urbaines et croyances populaires:


•  Banchō Sarayashiki est le récit d'une servante travaillant au service d'un samouraï. Elle casse accidentellement une précieuse et se fait tuer par le maître samouraï furieux. Il jette le corps dans un puits. Après cela chaque nuit, le fantôme d'Okiku s'élève du puits, compte jusqu'à 9 et éclate en sanglot, tourmentant le samouraï jusqu'à le rendre fou.

•  Botan Dōrō  est une d'origine chinoise qui existe sous plusieurs versions. Un homme tombe fou amoureux d'une belle inconnue, avec laquelle il a des relations chaque nuit, mais qui disparaît mystérieusement chaque matin avant le lever du jour. Un voisin intrigué les espionne et constate que la femme n'est plus qu'un squelette. Le voisin demande de l'aide à des prêtres bouddhistes qui placent des talismans en papier tout autour de la maison, empêchant ainsi le yūrei de retrouver son amant. L'homme dépérit de désespoir, puis finit par céder et rejoint sa maîtresse fantôme pour une dernière nuit. Il est trouvé mort au lever du jour.

•  Yotsuya Kaidan est l'histoire d'Oiwa, une femme défigurée et tuée par son époux afin de lui permettre de se remarier avec une autre jeune femme.Elle revient alors sous forme de yūrei, rendant son mari fou au point de massacrer sa nouvelle épouse et sa belle-famille. Le yūrei ne cesse de le tourmenter qu'à la mort de celui-ci, lorsque le frère d'Oiwa vient venger de la mort de sa soeur.



Les légendes urbaines des toilettes japonaises:


Au Japon, les toilettes publiques sont un bon endroit pour rencontrer des yūrei.

 
•  Hanako-san est une légende urbaine très populaire et répandue au Japon. Il s'agirait d'étudiante décédée lors de la deuxième guerre mondiale et qui hante désormais les toilettes des écoles. Selon la légende, pour l'invoquer vous devez vous rendre au troisième cabinet des toilettes des filles. Celle-ci doit se trouver au troisième étage de l'immeuble. Il faut fermer la porte, cogner trois fois en demandant "Hanoko-san, es-tu là?". Une voix vous répondra "oui, je suis là" et vous devez entrer dans le cabinet pour vous retrouver face à face avec cette étudiante en jupe rouge.


•  Kashima Reiko est une femme qui fut violée et sauvagement battue. Elle se retrouva inconsciente sur une voie ferrée et se fit couper les deux jambes. Son âme erre maintenant d'une salle de bain à l'autre, à la recherche de ses jambes.


•  Aka Manto est un yūrei masculin, mais qui hante les toilettes publiques des filles. Il est généralement dans le dernier cabinet. La fille qui rentre dans les toilettes se voit demander : "Lequel tu préfères, le papier rouge, ou le papier bleu ?". Si elle répond "rouge", elle est alors tuée à coup de sabre ; si au contraire elle répond "bleu", elle est tuée par pendaison.



En conclusion, les fantômes du folklore d'autres pays présentent souvent un aspect assez similaire au yūrei japonais. Il n'est cependant impossible de savoir à quelle époque s'est effectuée cette influence, ni dans quel sens celle-ci n’a eu lieu. Il est cependant probable qu'à l'origine, les croyances chinoises aient permis au yūrei de gagner en popularité. Une chose ait certaine, ces fantômes continueront à hanté nos écrans de cinéma encore bien longtemps.

 


Références:

http://www.paranormal-encyclopedie.com/wiki/Articles/Yurei
http://www.scaryforkids.com/japanese-legends/
http://en.wikipedia.org/wiki/Y%C5%ABrei

Éléonore, la princesse vampire


Éléonore, la princesse vampire

L'étrange histoire d'une princesse autrichienne


{dailymotion}xakbaw?syndication=115201{/dailymotion}


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

Dans son roman Dracula, Bram Stoker décrit une princesse des vampires, nommée Lénore. Selon ses écrits, cette mystérieuse femme habite sur un haut plateau, balayé par les vents et infesté de loups. Des chercheurs ont prouvé que cette femme, dont c'est inspiré Stoker, a réellement existé. Son nom est Éléonore Von Schwarzenberg, princesse de Lobkowicz (1682 - 1741). Elle vécut dans la ville de Krumau, Bohême du Sud en République tchèque. Cette ville se nomme aujourd'hui Český Krumlov. Laissez-moi vous présenter cette étonnante histoire qui fut un précédant dans les croyances populaires entourant les morts-vivants.

 




Tout commença en l'an 1701, lorsque la jeune princesse de la maison Lobkowicz, Éléonore Élisabeth Amalia, épouse le prince Adam Franz Von Schwarzenberg et vint habiter au château de Krumau en Bohême.  5 ans plus tard, Éléonore donne naissance à une petite fille, Maria Anna. Cependant, malgré les efforts du couple, Éléonore ne retombe pas enceinte. Cela est une mauvaise nouvelle, car sa famille espère qu'elle donnera naissance à un fils héritier.


Pour obtenir ce garçon tant désiré, Éléonora et les gens de son entourage décidèrent de lui faire boire du lait de louve. Selon les croyances de l'époque, boire de ce lait rend fécond et favorise la naissance des garçons. Cependant, recueillir un tel lait n'est pas chose aisée et des louves furent capturées et gardées dans le château, ce qui n'était pas bien vu à l'époque. Les hurlements de loups provenant du château lui donnaient un air sinistre, ce qui faisait peur aux gens de l'endroit.


Elle but de ce lait chaque jour, jusqu'à  ce souhait d'avoir un jeune héritier se réalisa. C'est en 1722, à l'âge de 41 ans, que Éléonore donna naissance à son fils Joseph. À cette époque, accoucher à un âge si avancé relevait du miracle, ou de la magie noire. Dans la population de l'endroit, les rumeurs allaient bon train.


En 1732, après 31 ans de mariage, son mari décède dans un accident de chasse près de Plague. L'auteur du tir accidentel n'est nul autre que le roi d'Allemagne, Charles VI. Ce dernier prit le fils d'Éléonore sous son aile et offrit à la veuve  une pension de 5000 florins par an. Cette dernière resta  au château de Krumau. Contrairement à la coutume qui voulant qu'une veuve porte des couleurs sombres pour exprimer sont deuil, Éléonore, au contraire, préfère s'habiller comme avant et de se vêtir de luxueuses robes.


Les archives du château démontrent qu'à partir de cet instant, elle a commencé à dépenser des sommes importantes en médicaments et élixirs magiques de toutes sortes. Elle devient de plus en plus superstitieuse et s'intéresse de plus en plus à l'occultisme. Dans le château, on retrouva un rouleau de sortilège. Cette bande de papier est remplie de symboles ésotériques et de formules qui servaient à conjurer des esprits. Elle recevait régulièrement ses médecins, les meilleurs de l'époque, afin de se recevoir des saignées et autres traitements douteux.


Elle rendu l'âme à Vienne en 1741.


C'est à ce moment que l'histoire devient encore plus étrange. Selon le chercheur Rainer Köppl, sa famille aurait probablement pris ces dispositions afin que la vampire qu'était Éléonore ne puisse pas contaminer son entourage au coeur de Vienne. Il était certain que Éléonore Von Schwarzenberg avait été enterrée selon un rituel précis, dicté par les croyances de l'époque, afin d'empêcher son retour du royaume des morts.


Quelques jours avant sa mort, Éléonora écrit ses dernières volontés dans un testament. Selon cet écrit, elle souhaitait être inhumée à Krumau.


Que je rende l'âme à Vienne ou ailleurs, je souhaite que ma dépouille revienne à Krumau ( Český Krumlov ), qu'elle soit portée par de pauvres gens en la chapelle de Saint-Jean-Népomucène, pour être enterré sans le moindre faste et qu'il soit gravé sur ma pierre tombale les mots suivants:

"Ci-gît la pauvre pécheresse Éléonora, priez pour elle."


Mais vu l'état de santé de la princesse, l'authenticité de ce document est loin d'être certaine.  De plus, sa puissante famille avait des concessions funéraires à Vienne, lieu où elle aurait facilement pu être inhumée avec ses proches. Autre fait étrange, le transfert de Vienne à Krumau se fit en pleine nuit.


Son enterrement, qui a lieu le 10 mai, n'a rien à voir avec ceux qui étaient généralement faits à quelqu'un de son rang, elle fut inhumée, presque anonyme, dans l'église de St-Vitus, à Krumau. Personne de sa famille, pas même son fils, n’assista à son enterrement. Dans toute la région, des centaines de messes sont payées et célébrées pour le salut d'Éléonore.  Elle est portée en terre de nuit, à 20h00, son cortège funèbre quitte le château pour se rendre à l'église et elle fut enterrée, comme elle le souhaitait, dans la chapelle de Saint-Jean-Népomucène.

 

   
À gauche, la pierre tombale de Éléonore - À droite, schéma qui présente le tombeau scellé de la princesse.

 

    
À gauche, vue de l'intérieur du caveau. À droite, la mise en garde sur le cercueil de la vampire.



La tombe de Éléonore est très discrète et aucun indice ne laisse croire qu'il s'agit du monument funéraire de quelqu'un d'important. La plaque qui le recouvre est à même le sol, cachée sous un épais tapis rouge. Sur cette plaque se trouve une terrible tête de mort, qui pourrait être perçue comme un avertissement. Les chercheurs ont découvert, à l'endroit où devait se trouver le cercueil, un caveau façonné, probablement bâti à grands frais, directement dans l'église. Le but était clairement de bloquer l'accès au cercueil... ou bien d'empêcher quelque chose d'en sortir.  Définitivement, la princesse à véritablement été emmurée. Après avoir perforé un trou dans le béton de la voute,  ils purent constaté que le cercueil avait été recouvert de terre prélevée dans un cimetière et qu'une dalle en pierre de plusieurs tonnes avait été placée sur ce dernier. La princesse vampire n'avait aucune chance de s'échapper. Sur le cercueil, une dernière tête de mort met en garde les inconscients qui voudraient profaner la tombe.


Le mystérieux tableau de Éléonore-Amélie de Lobkowicz

 

Un détail plutôt insolite à capter l'attention des chercheurs alors que ces derniers voulaient inspecter le seul portrait connu de la princesse. Sur ce tableau, on la représente aux côtés de son fils, avec un chapeau de soldat et munie d'une arme, ce qui était peu commun à cette époque. Elle aimait beaucoup la chasse et organisait des journées de chasse mondaine, mais il est curieux de ne pas avoir d'autre tableau d'une femme de ce rang.


En 1996, alors qu'on avait restauré ce tableau grandement endommagé, quelqu'un a laissé une note affirmant que le tableau avait été modifier. Une radiographie révéla un détail étonnant, non seulement le visage de Éléonore fut-il retouché, mais un carré fut découpé dans la toile, afin de complètement remplacer sa tête. Aucun indice ne permet d'expliquer pourquoi la toile fut ainsi modifiée, mais une chose est certaine, il y a de bien nombreux mystères autour de cette princesse vampire.

 

 

Auteur: David Magny, pour Dark-Stories.com
Lundi 2 janvier 2013

Références:

Die Vampirprinzessin de Klaus Steindl, Andreas Sulzer & Rainer Köppl
http://fr.wikipedia.org/


Le Ouija

 

La Ouija

La mystérieuse planche spirite


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 


La désormais célèbre table Ouija (aussi quelques fois écrit Oui-ja ou Oui ja) est probablement le dispositif de communication spirite le plus connu auprès des amateurs de spiritisme… et aussi un des plus controversés. Vendu pour quelques dollars dans plusieurs grands magasins (généralement dans la section jouet), ce jeu a, depuis longtemps déjà, piqué la curiosité des amateurs d’ésotérisme, de sensations fortes et des septiques.

La planche Ouija ou Ouija Board

 

Ce jeu, distribué par la compagnie Parker Brothers, se présente comme une planchette de bois ou de carton, sur laquelle sont inscrits toutes les lettres de l’alphabet, les chiffres de « 0 » à « 9 », un « oui » et un « non » ainsi qu’un « au revoir ». Un indicateur mobile, vaguement en forme de cœur, est généralement utilisé pour déposer le bout des doigts et pour pointer les informations choisies par la planchette. Présenter comme étant une « planchette parlante », Ouija est un fait un outil de communication fabriqué pour les séances de spiritisme, et ne devrait pas être vu autrement.

Les opinions des gens ayant expérimenté le Ouija varient d’un extrême à l’autre. Si vous demandez à trois de vos amis de vous, racontez leurs expériences, un vous dira avoir eu la peur de sa vie, un autre aura trouvé l’expérience plutôt intéressante, finalement le troisième vous dira que c’était un échec total et que le jeu ne fonctionne pas du tout…

Cependant, n’importe qui s’étant intéressé un tant soit peu au spiritisme vous semblera convaincu que les planchettes spirites fonctionnent bel et bien, avec raison. La seule limite du Ouija est celle de ses utilisateurs et c’est précisément pourquoi ce jeu peut être aussi dangereux. Entre les mains d’un utilisateur inconscient, il y a toujours un risque pour que le Ouija provoque de mauvaises surprises.

Cet article est basé sur des témoignages reçus d’une poignée d’adeptes de spiritisme, mes expériences personnelles ainsi que quelques ouvrages de ma collection. Cette recherche n’a aucune prétention, surtout pas scientifique.

 

Les mains sont déposé sur le pointeur

 

Les origines du Ouija


De toutes les théories sur l’origine du nom « Ouija », la plus populaire est celle selon laquelle le nom proviendrait simplement de l’appellation «oui» en français et de «ja» en allemand (qui veut également dire oui). Cette expression proviendrait de la première question généralement posée par les utilisateurs lors d’une séance de spiritisme, afin de savoir si l’esprit est là.


La première planchette spirite, similaire au Ouija d’aujourd’hui, aurait été trouvée en Chine et daterait de plus de 3000 ans. Cette méthode de divination était connue sous le nom de Fu Ji (扶乩). Une autre version de l’histoire prétend que le philosophe Pythagoras, aurait conduit une séance de spiritisme, il y a environ 2450 ans, grâce à une table mystique qui se déplaçait sur des roues et qui pouvait décrire des symboles.


Cependant, cette histoire est vraiment controversée et la seule et unique chose dont nous sommes sûrs, c’est que les planchettes spirites étaient présentes en Europe et aux États-Unis vers le milieu du XIXe siècle, alors que le spiritisme devenait populaire en Amérique.


Les risques réels reliés à l’utilisation du Ouija


Les opinions diffèrent tellement au sujet du Ouija qu'il est difficile de parler de façon objective des risques qui l'entourent. Selon la plupart des amateurs d'ésotérisme, les risques sont grands lorsque les séances sont faites de manière inadéquate. Bien que l'expression "jouer à Ouija" soit couramment utilisée (du moins, au Québec), le Ouija n'est pas du tout un jeu, c'est un outil de communication utilisé lors des séances de spiritisme. Une mauvaise utilisation peut amener des larves psychiques, des cas de hantise et de possessions. De plus, en dehors des dangers ésotériques entourant le Ouija, plusieurs problèmes psychologiques guettent les gens qui l’utilisent de façon irréfléchie ou régulière. La paranoïa, la schizophrénie ou une forte dépendance ne sont que quelques exemples. En fait, il y a autant de problèmes possibles qu'il y a de types d'utilisateurs. La liste qui suit devrait vous donner quelques indices et sachez que plusieurs amateurs d'ésotérisme trouveraient cette liste incomplète.

Il est possible qu’à certains moments, les réponses du Ouija soient constamment véridiques ou du moins, semblent l’être. Certains utilisateurs en profitent pour poser des questions sur leurs relations amoureuses, leur futur ou leur mort. Cette situation peut devenir très néfaste, car la personne considérant ces réponses comme étant une vérité absolue s’expose à être influencée par une force qui ne lui dit pas nécessairement la vérité et qui ne lui veut pas obligatoirement du bien. Bien que durant certaines séances concluantes, les esprits contactés donnent des informations très précises sur le présent et le passé, ils semblent généralement incapables de prédire le futur.

À ne pas faire avant ou pendant une séance avec le Ouija


• Trop de séances en peu de temps. Il est déconseillé de faire plus que deux ou trois séances par mois. Il n’est pas rare que les séances de spiritisme provoquent la dépendance et la folie chez leurs grands adeptes, pratiquez intelligemment.

• Ne jamais insulter les esprits, vous n’avez pas besoin d’ennemis parmi eux.

• Ne jamais accepter d’invitation ou inviter l’esprit à demeurer avec vous, de nombreux cas de possessions ont débuté de cette manière.

• Mal choisir ses partenaires. Les gens négatifs et malveillants attirent les entités négatives et malveillantes.

• Être septique ou exiger des résultats ou des preuves tangibles.

• Parler de tout et de rien, blaguer et nuire à la concentration de la séance. Vous gaspillez ainsi beaucoup d’énergie.

• Avoir peur ou paniquer.

• Il ne faut pas croire et prendre au pied de la lettre tout ce qu’il vous sera annoncé, par le fait même, éviter les questions concernant votre mort, celle des participants ou de vos proches. Cela pourra vous éviter de la paranoïa inutile. Beaucoup d’esprits sont blagueurs et répondrons n’importe quoi aux questions dont ils ne connaissent pas la réponse.

• Terminer brusquement la partie. Il est dangereux de se détacher du cercle et de briser l’énergie entourant les participants sans préparation.


 
Le déroulement d’une séance de spiritisme avec le Ouija


Avant la partie

Il faut entre deux et quatre personnes pour obtenir une séance de Ouija intéressante, l’idéal étant trois. Ce chiffre n’est pas forcément magique, mais la partie sera plus intéressante si les joueurs ont suffisamment d’espace pour être à l’aise.


L’endroit un choix important. Il est déconseillé de pratiquer la séance dans les chambres à coucher. Il n’est pas non plus nécessaire d’aller dans un cimetière ou sur une scène de crime, d’ailleurs, plusieurs adeptes vous diront d’éviter ce type d’endroit.


Le choix des autres joueurs est primordial. Généralement, avoir des personnes avec un minimum d’expérience est toujours appréciable, même si les non-initiés peuvent facilement obtenir des résultats s’ils y croient. Les joueurs turbulents, septiques et qui remettent en doute chaque mouvement de la planche risquent de mettre en péril votre séance. L’ambiance et la confiance entre les participants sont primordiales, assurez-vous donc d’être avec des gens calmes et possédant une bonne ouverture d’esprit.


Plusieurs amateurs de spiritisme vous diront de vous protéger des entités inférieures (les esprits non désirables) avant de commencer la séance. Pour ce faire, vous pouvez simplement allumer un bâtonnet d’encens et le laisser parfumer la pièce environ une demi-heure avant le début de la séance de spiritisme. Vous pouvez également allumer une bougie et la laisser se consumer pendant toute la séance.

Commencer la partie

Rassemblez-vous alentour de la planchette spirite, que vous aurez préalablement déposée sur une table, dans un environnement qui vous donne un certain confort. Déposer l’indicateur sur la table et placez y vos doigts légèrement, mais fermement, en prenant soin de ne pas trop vous accouder sur la table, afin de lui permettre de se déplacer facilement.


La première question peut être aussi simple que « Ouija, es-tu là? »


La réponse n’est pas instantanée, et viendra généralement au cours des cinq premières minutes. Cela peut cependant être beaucoup plus rapide ou prendre davantage de temps. Quelques fois vous devrez être patient, n’hésitez pas à changer l’ambiance, les positions et de prendre le temps de vous relaxez davantage si le jeu ne semble pas vouloir démarrer.

 

Ouija - La planchette spirite


La communication, les questions et les réponses


Les premiers mouvements de l’indicateur seront lents et faibles, s’accélérant durant la séance. Pour vous communiquer les réponses, l’indicateur pointera les lettres une à une, formant des mots et des phrases généralement assez complètes.

Lorsque l’indicateur commence à bouger, vous pouvez enchaîner avec vos questions. L’idéal est de commencer par des questions simples au début, nécessitant comme réponse qu’un oui ou un non. Une seule personne à la fois devra parler, afin d’éviter toute confusion, et les questions devront être simples et précises. Lorsqu’une question est posée, les participants devront se concentrer sur la question, évitant de penser à d’autres sujets. Car une personne se concentrant sur une réponse risque d’influencer le Ouija, et d’obtenir des réponses erronées.

Pour bien commencer la séance, il serait préférable d’essayer de comprendre l’esprit et de voir comment il se présente. Des questions simples sur lui peuvent être une bonne façon de commencer l’approche. Lui demander son nom, d’où il vient et s’il est parent avec quelqu’un dans le groupe. Il peut être bon aussi de lui poser des questions contradictoires, pour juger de la véracité de ses dires. Il est possible que l’esprit confie qu’il s’appelle Mathieu et, quelques instants plus tard, il répond oui lorsque vous lui demandez si son nom est Gabriel…Vous pourrez ainsi facilement identifier les esprits farceurs.

Il est possible que l’esprit convoqué communique autrement que par la planchette spirite, en utilisant, par exemple, les fameux « coups dans les murs ». Cela ne signifie pas que la séance tourne mal, mais bien qu’il faut adapter la séance. Généralement, le dialogue du « un coup pour oui, deux coups pour non », peut permettre de communiquer avec l’énergie présente.

Le comportement de l’indicateur varie d’une séance à l’autre. Il est possible que les réponses n’aient aucune logique ou que l’indicateur tourne continuellement en rond. Il est aussi possible que les réponses n’aient aucun lien avec les questions posées. Vous devez rester détendu, ferme et concentré lorsque vous dirigez une séance, même si celle-ci prend des tournures inattendues. N’hésitez pas à terminer la partie, prendre une pose et reprendre de nouveau la séance un peu plus tard.


Selon la feuille d’instruction du jeu Ouija, distribué par la compagnie Parker Brothers :


«Le Ouija est un grand mystère. Nous ne prétendons pas que nos instructions de fonctionnement sont exactes en tout point ni que vous obtiendrez des résultats dans tous les cas. Cependant, plusieurs personnes ont affirmé qu’en faisant preuve d’un peu de patience, leurs espérances avaient été plus que satisfaites et qu’elles s’étaient bien amusées.»


«Si Ouija refuse de répondre à une question quelconque ou si vous obtenez une réponse inexacte, n’oubliez pas que Ouija a un petit côté humoristique.»


Les amateurs de spiritisme vous avertiront que vous ne devez pas interrompre une séance inutilement. Il est aussi préférable qu’une seule personne pose les questions et dirige la séance. Cela évite le bavardage inutile entre les participants, ce qui risquerait de nuire à l’expérience. Aussi, éviter les blagues et les questions inutiles, cela brise le dialogue avec l’entité et gaspille beaucoup d’énergie.


Terminer la partie

Lorsqu’il est temps de terminer la séance, vous devez remercier l’entité et lui demander de partir et de retourner d’où il vient (préférablement de retourner vers la lumière). Il n’est pas impossible que vous deviez vous montrer très insistant, car il n’est pas rare que les esprits soient réticents à partir. Vous et l’entité devez guider l’indicateur vers le « au revoir » afin de symboliquement signer la fin de la séance. Certains continuerons à tourner en rond avec l’indicateur, d'autres ne se dirigerons simplement pas vers le « Au revoir ».


Conclusion


Le ouija n’est pas un jeu et ne doit pas être utilisé à outrance. Si vous avez de l’intérêt envers le spiritisme, utilisez les planchettes spirites avec précautions. Une mauvaise utilisation peut entraîner des situations très désagréables. Les planchettes spirites fonctionnent bel et bien, mais elles doivent être utilisées de façon convenable.




Auteur: David Magny pour Dark-Stories.com
Dimanche 23 décembre 2007

Le vampire du cimetière de Highgate

 

Le vampire du cimetière de Highgate

Évènements paranormaux ou hystérie collective ?


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Le cimetière d’Highgate, dans le nord de Londres fut fondé en 1836, lorsque la société London Cemetery acheta 17 ancres de terre sur la colline d’Hampstead Hill. Le but était d’en faire l’un des  sept beaux cimetières modernes que la compagnie présentait sous le nom de « Magnificent Seven ». Ces cimetières sont de véritables nécropoles modernes, présentant plusieurs sculptures religieuses, caveaux et tombeaux, tous plus impressionnants les uns que les autres. Les tombeaux familiaux rivalisent de finesse, de beauté et d’originalité artistique. Une section du cimetière est inspirée de l’architecture égyptienne, alors qu’une autre, la plus sinistre de toutes, est destinée aux excommuniés, voleurs et assassins. Le jardinier de cette société était considéré comme un génie d’horticulture, et il transforma le cimetière de Highgate en une oasis paisible de verdure à couper le souffle. Les avenues sont bordées d’arbres, d’arbustes et de sentiers sinueux menant aux différentes parcelles de terrains. En chiffre, le cimetière compte environ 53 000 tombeaux et plus de 170 000 personnes y sont enterrées.

 


Egyptian Avenue, Highgate Cemetary, Londres, Angleterre

 

Mais le cimetière connut quelques problèmes. Durant la Première Guerre mondiale, la main d’œuvre vint à manquer et il fut plus difficile de trouver des fonds pour l’entretien du cimetière. La société connaissait quelques difficultés, car les temps étaient difficiles et la guerre faisait rage, alors la crémation devint une alternative économique à l’enterrement. Le cimetière fut donc délaissé, les fleurs et les arbustes cédèrent leur place aux mauvaises herbes.


Puis, ce fut les vandales qui envahirent Highgate. Durant les années 1960, plusieurs brisèrent des tombes et écrièrent des blasphèmes sur les monuments. L’occultisme était en vogue, et ces groupes d’amateurs de sciences occultes allaient bientôt être au cœur de la mystérieuse histoire du vampire de Highgate Cemetery et de l’hystérie collective de mars 1970.

 

La mystérieuse histoire de Elizabeth Siddal


Cette étonnante affaire s’est déroulée entre 1862 et 1869, ce fut le premier récit relatant une activité paranormale dans le cimetière.

Parmi les âmes enfouies dans le secteur ouest du cimetière se trouve Elizabeth Siddal, muse, maîtresse et, finalement, femme du peintre et poète Dante Gabriel Rossetti (ne pas confondre avec Dante Alighieri, auteur de la Divine Comédie). Surnommée Lizzie, cette dernière avait été séduite par Dante, mais elle avait de la difficulté à être heureuse. Après un accouchement difficile et un enfant mort-né, Lizzie se suicida d’une overdose de laudanum en 1862. Durant le service funéraire, Rossetti, le cœur brisé, place un recueil de poèmes dans le cercueil juste avant de le scellé.

 

Rossetti faiblit après la mort de sa femme, son moral était au plus bas et il consommait de l’alcool ainsi que des drogues. Il était convaincu qu'il devenait aveugle et qu'il était destiné à  devenir poète plutôt que peintre. Son éditeur le convainquit qu’il pourrait devenir célèbre s’il publiait les poèmes qu’il avait écrits dans le manuscrit laissé dans la tombe de sa défunte épouse. En octobre 1869, l’autorisation fut accordée et le cercueil fut exhumé. Cela se déroula pendant la nuit, afin de ne pas bouleverser les voisins ou les clients du cimetière.

 

À la lueur des torches, les gens constatèrent avec stupeur qu’Elizabeth Siddal n’avait rien perdu de sa beauté, son corps était étonnamment bien conservé et ses cheveux semblaient même avoir continué à pousser, à un point tel qu’ils remplissaient une partie du cercueil.


Le manuscrit fut repris et les poèmes publiés par le poète. Certains des poèmes étaient durs à retranscrire, car un ver avait endommagé une partie du livre. Les restes de Lizzie furent retournés au sol froid d’automne. Le succès ne fut pas au rendez-vous, les poèmes  furent particulièrement critiqués pour leurs érotismes et Dante s’en voulut à tout jamais d’avoir exhumé le corps de sa femme. L’histoire avait été divulguée au journal hebdomadaire de Lloyd, probablement par un des hommes qui avaient aidé Dante à récupérer ses poèmes. La nouvelle de cette mystérieuse femme à la beauté immortelle fit le tour de l’Angleterre.

  Beata Beatrix, le plus célèbre des tableau de Rossetti, avec Lizzie pour modèle.

 
Selon Elizabeth Miller, auteure du livre : «  Dracula: Sense and Nonsense », cette histoire aurait inspiré Bram Stoker qui écrivait, au même moment, sa célèbre nouvelle : Dracula. Dans ce livre, une jeune victime du conte, Lucy Westenra, est inhumée dans un cimetière du nom de  « Kingstead Cemetery ». L’écrivain se serait inspiré de ce fait insolite pour imaginer la jeune femme et le cimetière. Cette histoire a marquée un précédant dans les croyances populaires entourant les morts-vivants.


{dailymotion}x620p0?syndication=115201{/dailymotion}

 

La naissance de la légende moderne du vampire de Highgate


Le premier à parler du vampire de Highgate est David Farrant, un de ces jeunes adeptes d’ésotérisme qui avait l’habitude d’errer dans le cimetière. Le 6 février 1970, il écrivit une lettre au Hampstead & Highgate Express afin de raconter une étrange aventure qu’il venait de vivre à Highgate.  Dans cette lettre, il prétendait avoir passé la nuit du 24 décembre 1969 seul dans le cimetière et d’y avoir vu une figure grise qu’il considère comme surnaturelle. Il demandait aussi à ceux qui avaient vécu des expériences similaires de bien vouloir communiquer avec lui. Plusieurs personnes lui ont répondu, prétendant  avoir vu des fantômes et entendu des voix, particulièrement dans le secteur de la rue Lane Swains. Les apparitions étaient variées, l’un prétendait avoir vu un grand spectre qui portait un chapeau,  alors qu’un autre avait vu un cycliste fantôme, une dame blanche, des apparitions de visages entre les barreaux de la clôture, etc. À peine deux correspondaient à la même histoire, mais le cimetière de Highgate était maintenant le centre d’attention des amateurs de paranormal de la région.


Sean Manchester, un autre passionné d’ésotérisme qui habitait près de l’endroit se montra très intéressé par cette affaire et écrivit lui aussi une lettre au Hampstead & Highgate Express, le 27 février 1970. Dans ce message il affirmait qu’un petit groupe d’occultiste avait pratiqué un rituel satanique dans un des caveaux du cimetière, dans l’espoir de ressusciter un cadavre. Ils auraient réveillé le « Vampire, Roi des Mort-Vivants », un puissant seigneur médiéval qui avait autrefois pratiqué la magie noire dans la ville de Valachie, en Roumanie. Ce vampire aurait été introduit en Angleterre vers le début du XVIIIe siècle par ses disciples qui lui avait acheté une maison dans le West End. Il fut ensuite enterré dans le cimetière de Highgate. Maintenant que les occultistes l’avaient réveillé, il fallait découper le vampire en morceaux puis le brûler, déplorant que cela soit maintenant devenu illégal. Lors d’une interview qu’il fit le lendemain, Manchester n’a présenté aucune preuve pour appuyer sa théorie. Il avouera plus tard que l’histoire du « Vampire, Roi des Mort-Vivants » qui provenait de Roumanie n’était que de l’embellissement journalistique.

Mais avec toute cette attention médiatique, les rumeurs vont bon train...

 

       
David Farrant (1995) & Sean Manchester (1992)



On raconte alors qu’un automobiliste aurait vu le vampire sur Milton Park Lane.  Alors qu’il passait près du cimetière, le moteur de sa voiture a commencé à étouffer. L’homme s’est stationné et est sorti du véhicule afin de vérifier ce qui n’allait pas sous le capot. C’est alors qu’il vit une ombre anormalement haute, qui l’observait à travers les portes du cimetière. L’automobiliste fut tellement terrifié qu’il s’enfuit en laissant le capot de sa voiture ouvert.

Deux jeunes filles, qui prenaient un raccourci dans le cimetière pour rentrer à la maison, ont affirmé avoir été poursuivies par une ombre noire. Les ragots prétendent que l’une d’elles aurait eu de nombreuses crises de somnambulisme, qui semblaient toujours l’attirer vers l’un des caveaux du cimetière.

Le 6 mars, le même journal publiait une nouvelle lettre de David Farrant. Ce dernier affirmait avoir trouvé des renards morts. Il prétendait que les renards avaient des blessures à la gorge et avaient été vidés de leur sang.

 

 

La chasse au vampire de mars 1970


Une rivalité apparente s’était installée entre Farrant et Manchester, les deux chasseurs de vampire; chacun prétendant pouvoir détruire ou exorciser l’entité malveillante. Un instituteur nommé Alan Sang a décidé de s’en mêler et d’organiser une chasse au vampire « officielle » le vendredi 13 mars, afin d’en finir définitivement avec cette créature diabolique. Il fut interviewé par la télévision et le London Evening News.


ITV, un réseau indépendant de télévision du Royaume-Uni, diffusa plusieurs reportages sur les évènements entourant cette histoire et d’entretient avec les trois chasseurs de vampire. Un reportage sur la chasse fut diffusé le 13 en début de soirée, et bien vite la police avait peine à contrôler la foule qui s’était rassemblée pour fouiller le cimetière. Selon la théorie de Sang, le vampire avait été chassé de son repaire par toute cette foule, qui allait veiller sur le cimetière toute la nuit. Son plan était donc d’attendre jusqu’à l’aube, quand les premiers rayons de soleil forceraient le vampire à retourner dans sa tanière souterraine. Alors à ce moment, il allait tuer la créature satanique conformément à la tradition, en lui enfonçant un pieu de bois dans le cœur. Les centaines de gens qui étaient réunis n'y allèrent pas de main morte. Ils prirent l’assaut du Highgate Cemetary avec leurs lampes torches, des crucifix, des gousses d’ail et des piquets en bois. À l’aube, le lendemain matin, il n’y avait aucune trace du vampire. Plusieurs affirmaient que cette foule turbulente avait effrayé le vampire.


À la lumière du jour, par contre, on s’aperçu que le cimetière avait été saccagé comme jamais. Dans une orgie de profanation, la foule déchaînée avait causé environ 9000 £ de dommage et avait exhumé les restes d’une femme. Le plomb de certains cercueils avait été volé et des sépultures défigurées par des graffitis stupides. Même si l’affaire s’essouffla après cette étrange nuit, elle allait durer encore bien des années. En effet, Farrant et Manchester continuèrent leurs enquêtes et écrivirent des livres sur le désormais légendaire vampire de Highgate.


En septembre 1970, la police à appréhender David Farrant, qui escaladait le mur du cimetière avec une croix et un pieu de bois. Il fut amené au tribunal et déclara au juge : « Le vampire de Highgate doit être détruit, il est mauvais. »


Deux jours plus tard, il déclara aux journalistes avoir vu le vampire à plusieurs reprises, et l’a décrit comme un personnage sinistre d’environs 2m50 de hauteur. Selon ses dires, le vampire dormait toute la journée, dans les catacombes de Highgate.


Aujourd’hui, Highgate Cemetary est ouvert au public. Dans la partie est se trouve la tombe de Karl Marx, non loin de celle de Vicious, des Sex Pistols. La partie ouest est ouverte uniquement pour des visites guidées. Les gens de l’endroit prétendent que l’histoire du vampire est tout juste une histoire fictive, qui a fait boule de neige grâce à l’hystérie, mais les gens qui auraient vu le monstre de Highgate continuent à affirmer que c’était bien réel et non le résultat d’une hallucination collective.

 

David Magny, pour Dark-Stories.com

Références:

Vampires stories by Tom Slemen
http://www.darkecho.com/darkecho/darkthot/highgate.htm
http://en.wikipedia.org/wiki/Elizabeth_Siddal
http://www.shroudeater.com/chighgat.htm

Le caveau de la famille Chase


Des cercueils qui dansent

La troublante énigme du caveau de la famille Chase

 

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 
Pour plusieurs amateurs d'ésotérisme et de phénomènes paranormaux, La Barbade est le lieu « où les cercueils dansent ». Cette histoire des plus insolites prend ses racines sur la côte sud de l'île, là où se trouve le cimetière Christ Church. Il contient le mystérieux tombeau de la famille Chase. Si, depuis près de 200 ans, aucun humain n'y a été enterré, c'est pour une bien étrange raison. Entre 1811 et 1820, des phénomènes inexplicables ont été observés par les habitants de l'île. Cette histoire est celle d'un caveau bien mystérieux qui a marqué le folklore de La Barbade à tout jamais.

La seule et unique entrée de ce tombeau était une énorme pierre de marbre bleu qui pesait environ 450 kg. Une fois fermée, la tombe était impénétrable.

 

Le caveau (ou tombe) de la famille Chase
Le caveau de la famille Chase, dans le cimetière de Christ Church

 

Cette étonnante histoire commence au XVIIIe siècle lorsqu'une riche famille de planteurs, les Walronds, fait tailler dans le roc corallien du cimetière un caveau pour leur famille. Une dame du nom de Thomasina Goddard, morte en 1807, y fut enterrée. L'année suivante cependant, ils cédèrent le tombeau à une autre famille de planteurs, la famille Chase. Ces derniers devaient inhumer la jeune Mary Ann Chase, âgée de deux ans, qui était morte d'une des maladies infantiles si fréquentes à l'époque. Pendant les quatre années suivantes, le tombeau resta scellé. C'est le 6 juillet 1812 que le caveau fût ouvert de nouveau afin d'y placer le cercueil de la petite Dorcas Chase, la soeur aînée de Mary Ann. La population murmurait que la jeune enfant s'était laissé mourir de faim pour échapper à la tyrannie de son père, l'honorable Thomas Chase, qui ne méritait pas, semble-t-il, son titre honorifique. À peine un mois plus tard, ce dernier suivait sa fille dans la tombe.


Le jour de son enterrement, après avoir enlevé l'énorme dalle qui protégeait l'entrée du tombeau, les esclaves qui faisaient office de fossoyeurs descendirent dans le caveau pour y placer le cercueil de Thomas Chase. Cependant, ils ressortirent en toute hâte et refusèrent obstinément de redescendre à l'intérieur, ce qui troubla la cérémonie. Le pasteur de Christ Church, le révérend Thomas Orderson, entra dans la chambre funéraire pour voir ce qui avait bien pu terroriser les esclaves. Ces derniers préfèrent être punis plutôt que de redescendre faire leur devoir. Le révérend fut lui aussi saisi d'une peur panique. Les deux imposants cercueils de plomb des fillettes Chase avaient été déplacés. Ils avaient été mis debout, la tête en bas. Celui de Mrs. Goddard avait été posé sur le côté contre une des parois. On crut à une violation de sépulture de la part des esclaves qui étaient agités depuis quelque temps. On remit donc les cercueils à leur place et plaça celui de Thomas Chase, un cercueil de plomb énorme qui demandait 8 hommes pour le déplacer. Ils replacèrent par la suite le lourd bloc de marbre qui scellait le tombeau.

 

L'intérieur de la tombe de la famille Chase
Vue de l'intérieur du caveau de la famille Chase

 

Quatre années passèrent avant qu'un nouveau décès, celui du jeune Samuel Brewster Ames, oblige l'ouverture de la mystérieuse tombe de nouveau. C'était le 25 septembre 1816. Cette fois encore, on souleva l'énorme dalle de marbre pour ouvrir l'entrée et le révérend fût le premier à y descendre. Une fois encore, quelqu'un ou quelque chose avait changé les cercueils de place. Cependant, personne n'avait tenté d'ouvrir les cercueils: le vol n'était donc pas la cause de la violation de sépulture. Le très lourd cercueil de Thomas Chase était dans le coin de la sépulture opposé à celui où il avait été placé quatre années auparavant. Les autres avaient aussi été déplacés. C'était le désordre le plus total. Après que les esclaves aient tout replacé, le pasteur et le secrétaire du gouverneur de l'île, le major Finch, examinèrent le caveau et n'y remarquèrent rien d'insolite. Le mystère restait entier. Le corps du jeune Ames fut donc placé auprès des autres et ils refermèrent le tombeau une fois de plus, le scellant de nouveau avec la lourde pierre de marbre. Ils démontèrent ensuite le chevalet qui servait à déplacer la dalle et, à titre d'expérience, huit hommes de solide constitution tentèrent en vain de déplacer la dalle. Elle ne bougea pas d'un poil. La famille rentra donc à la maison...


Huit semaines plus tard, l'occasion se présenta à nouveau d'ouvrir le tombeau. Le père de Samuel avait été tué par des esclaves durant une révolte. Le grand chevalet fut donc mis en place et, après d'énormes efforts d'une douzaine d'esclaves, l'entrée fût de nouveau ouverte. Les phénomènes étranges qui s'étaient produits avaient beaucoup fait parler, donc il ne fallait pas se surprendre qu'un nombre important de curieux s'étaient rassemblés pour voir si l'événement insolite s'était répété. Ils ne furent pas déçus. Le révérend descendit en premier, accompagné du gouverneur de l'île et d'un magistrat. Avant même que leurs yeux se soient habitués à la noirceur de la chambre funèbre, ils avaient déjà l'impression que quelque chose d'inusité s'était produit. Effectivement, quatre des cinq cercueils avaient été déplacés. Seul celui de Mrs. Goddard, un léger cercueil de bois en piètre état, n'avait pas changé de place. Les autres cercueils, qui étaient tous en plomb (par le fait même très lourds) furent trouvé dans le plus grand des désordres.


Le lendemain, les cercueils furent tous sortis du caveau et des experts de l'époque inspectaient minutieusement la tombe. Ils vérifièrent et revérifièrent chaque centimètre de la sépulture en espérant trouver une trace d'effraction ou une entrée. Mais ils constatèrent qu'il n'existait vraiment aucun moyen d'accès autre que la porte principale. Pour accéder au caveau, il aurait donc fallu ériger un chevalet, tentative qui ne serait pas passée inaperçue. Il n'y avait aucune infiltration d'eau et il n'y avait eu aucune secousse sismique depuis la dernière ouverture du tombeau. Bref, ils ne découvrirent rien qui pouvait laisser croire que quelqu'un avait pénétré clandestinement la tombe. Ils replacèrent donc les cercueils à leurs emplacements originaux et cette fois, en plus de replacer l'imposante dalle, ils firent sceller cette dernière avec du ciment.


L'histoire devint de plus en plus populaire. Elle fit non seulement le tour de la Barbade, mais elle se répandit dans toutes les Antilles, et même jusqu'en Floride et aux Bahamas. Des curieux affluèrent à la Barbade pour voir l'énigmatique caveau des Chase. Des bateaux faisaient même des détours pour que leurs passagers puissent visiter le fameux cimetière. Les habitants de l'île, eux, attendaient le prochain enterrement avec impatience.


Le 7 juillet 1819, c'était le tour de Thomasina Clarke, une amie de la famille, à y être la nouvelle occupante. Des représentants officiels du gouvernement examinèrent avec soin le ciment qui avait servi à sceller la dalle. Tout était en ordre. Cependant, les esclaves furent incapables d'enlever la dalle à leur premier essai. Des vérifications furent faites pour s'assurer que tout le ciment avait été correctement enlevé, mais ils durent enfoncer des coins de bois à coup de marteau pour bouger la dalle qui refusait de coopérer. Finalement, les esclaves réussirent à la soulever. Les témoins comprirent rapidement pourquoi la dalle était si difficile à déplacer; le cercueil de Thomas Chase avait été coincé contre cette dernière. Encore cette fois, les cercueils étaient sens dessus dessous. Une fois encore, ils furent sortis de la sépulture, laquelle fut encore totalement inspectée. Encore cette fois, aucune trace d'effraction nulle part, aucun indice... absolument rien qui pouvait expliquer les phénomènes insolites entourant la tombe. Tout fut remis à sa place et la tombe fut de nouveau scellée. Cette fois par contre, on scella le tombeau avec toutes les précautions scientifiques possibles. Du sable blanc très fin fut placé à l'entrée du caveau et des sceaux de certains officiels furent imprimés dans le ciment qui scellait la tombe. Il était donc impossible d'ouvrir ce dernier sans endommager les marques. On prit note de chaque détail; de la position exacte des cercueils jusqu'à l'épaisseur du sable. On chargea même un membre de la police de venir vérifier l'état de la sépulture et de la dalle chaque jour. Inutile de dire que la popularité du caveau des Chase augmenta considérablement après cet incident. De partout, des gens venaient pour voir le lieu où se déroulaient ces évènements étranges. Maintenant devenu l'objet de toutes les conversations, tout le monde était curieux de savoir quand le caveau serait ouvert la prochaine fois... et dans quel état il serait.


Les mois passèrent et finalement, les autorités de la Barbade succombèrent à la tentation après que des témoins aient rapporté des bruits insolites provenant de la sépulture. C'est le 20 avril 1820 que le gouverneur de la Barbade, Mr. Combermere et plusieurs membres de son entourage ainsi que des différents professionnels inspectèrent religieusement le caveau avant de l'ouvrir. Aucune marque étrange ou irrégulière n'était visible. Cette fois cependant, ce sont les cercueils des enfants qui bloquaient le passage. Les officiels durent passer par-dessus pour inspecter le reste de la sépulture. Les lourds cercueils de plomb semblaient avoir été projetés dans tous les sens. Seul celui de Mrs. Goddard n'avait pas bougé. Le sable blanc était parfaitement intact. Le tombeau fut de nouveau totalement inspecté. Cette fois, on enfonça même des barres de fer dans la couche rocheuse afin d'y déceler d'éventuels tunnels...

 

Les cercueils de la famille chase, avant et après l'ouverture du tombeau.


Absolument rien, encore une fois. Fatigué de toute cette histoire, le gouverneur fit enlever les cercueils du caveau Chase et les fit inhumer ailleurs. Ce dernier a été laissé ouvert et n'a jamais plus servi à aucune inhumation depuis lors.


De nombreuses théories ont été avancées sur le sujet, mais le mystère reste entier. Semble-t-il qu'il ait été impossible que ces très lourds cercueils de plomb aient été déplacés de façon naturelle. Sir Arthur Conan Doyle, le créateur du personnage de Sherlock Holmes, émit une hypothèse selon laquelle des forces surnaturelles déplaçaient les cercueils parce qu'ils étaient faits de plomb; ce métal empêchait la décomposition rapide des corps. Peut-être aussi que l'esprit de la jeune fille qui s'était suicidée ne voulait pas reposer éternellement à côté de son cruel père qui l'avait tant fait souffrir... Qui sait ? Une chose est sûre cependant, ils n'ont pas reposé en paix…

 

Auteur: David Magny, pour Dark-Stories.com
Références: Strange stories, amazing fact, Reader's Digest - 1979

http://www.unexplained-mysteries.com/column.php?id=181066
http://en.wikipedia.org/wiki/Chase_Vault

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2737359651&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2844545475&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2847346791&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=8873017045&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Un dernier Noël de solitude

 

Un dernier Noël de solitude

Une étrange histoire provenant de Liverpool, par Tom Slemen



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

La mystérieuse histoire qui suit s'est déroulée à Neston, dans le nord de l'Angleterre.


C'est en 1990, environ une semaine avant Noël, qu'est décédée la mère d'un homme de 43 ans du nom de Carl. Elle est morte après un long combat contre le cancer, durant lequel son fils s'est occupé d'elle de jour comme de nuit, espérant qu'elle survivrait jusqu'à Noël. Mais ce ne fut pas le cas. C'est alors qu'il préparait le sapin de Noël que sa mère lui avait soudainement lancé: « Tu es un bon fils Carl... », avant de s'éteindre dans son fauteuil.


Carl a pleuré comme un bébé lorsqu'il réalisa que sa mère était morte. Lorsque vint Noël, il jeta l'arbre ainsi que toutes les décorations et les cadeaux qu'il avait acheté pour sa mère dans le fond du grenier. Il était tellement en colère, il ne pouvait accepter de perdre sa mère durant cette période de l'année où les membres d'une famille étaient censés être ensemble. Carl n'avait plus personne, son père était mort il y a cinq ans d'une crise cardiaque et sa soeur habitait maintenant au Canada. Depuis qu'elle a quitté le pays, elle ne lui avait jamais téléphoné ni même envoyé une carte postale. Ces dernières années, il avait mis toutes ses énergies à soigner sa mère et n'avait même pas de petite amie. Maintenant âgé de 43 ans, il sentait qu'il était passé à côté de sa vie et qu'il allait probablement mourir comme un vieux loup solitaire.

 




Pour cette nuit de Noël, Carl s'était acheté une bonne bouteille de whisky qu'il souhaitait boire seul, dans sa chambre, en s'apitoyant sur son sort. Ce faisant, il regardait par la fenêtre et pouvaient voir les gens qui visitaient leurs amis et leurs proches. Puis, il remarqua un vieil ami qu'il n'avait pas vu depuis longtemps. C'était un homme nommé Bob, avec qui il avait travaillé à la boulangerie. Carl était sur le point d'ouvrir la fenêtre et de l'interpeller quand il le vit s'arrêter devant la maison d'un voisin. Bob a frappé à la porte et presque instantanément une jeune fille blonde est sortie et l'a embrassé. Ils ont ensuite marché dans la rue, en riant et se tenant par la main.


Le coeur de Carl se serra encore plus. Il se sentait si seul maintenant. Assis au pied de son lit, il se demandait si sa vie en valait vraiment la peine. Il se remémorait les Noëls d'antan, ces jours dorés alors qu'il était entouré de ses parents et amis. Toutes ces personnes qu'il aimait, ses camarades de classe et son vieux chien. Jamais il n'aurait cru, à cette époque, qu'il finirait seul, sans personne à aimer et avec qui passer le soir de Noël. Alors qu'il ruminait son chagrin, il trouva une carte de Noël sur la cheminée. Probablement parce qu'elle sentait la mort venir, sa mère l'avait écrit secrètement et l'avait laissé là pour qu'il la trouve.


« Je ferais mieux de te souhaiter Noël maintenant Carl.
Je t'aime mon fils et je te suis tellement reconnaissante. Merci d'avoir pris soin de moi !
Maintenant que je suis parti s'il te plaît ne soit pas amer. Trouve-toi une femme qui t'aime. »


Carl baissa la tête et se remit à pleurer.


« Joyeux Noël Maman, où que tu sois. »


Alors qu'il essuyait ses larmes, il entendit des voix provenant du rez-de-chaussée, c'était des chants. C'était probablement une chorale de Noël, comme il en passait chaque année. Il explosa de colère et décida d'aller dire sa façon de penser à ces petits chanteurs. Bouteille de whisky à la main, il claqua la porte de sa chambre  et dévala les escaliers à toute vitesse afin d'aller répondre à la porte. Mais comme il arriva en bas des escaliers, il réalisa que les chanteurs n'étaient pas dans la rue ou devant sa porte, mais dans son salon !


Carl supposa que ces gens étaient ivres et qu'ils étaient entrés chez lui par infraction. Un couple d'étrangers étaient assis au piano et lui faisaient dos, ils jouaient "White Christmas". À leur côté, une petite fille d'environs six ans aux longs cheveux roux se tenait à la gauche du piano, elle regardait le couple avec un beau sourire et un visage rêveur. À leur droite se tenait un jeune garçon qui devait avoir environ le même âge que la jeune fille. Il portait un chapeau de fête en papier et tenait un ballon rouge dans ses mains. Il semblait également fasciné par le piano. Au-dessus du piano était assis un chat noir. Sa queue se tordait alors qu'il aperçut Carl dans le salon. Soudain, la petite fille se retourna brusquement et vu Carl devant elle. Avec une expression de surprise sur son visage, elle pointa Carl du doigt en disant:  « Papa ! Regardez ! »


Une fraction de seconde plus tard, la salle était plongée dans l'obscurité et il n'y avait plus personne. Le vieux piano était toujours là, mais son couvert était fermé et verrouillé.


Carl se rendit compte qu'il venait de rencontrer une famille de fantômes. Effrayé, il quitta alors la maison et courra dans la rue. Il savait que ce n'était pas une hallucination produite par l'alcool, d'ailleurs cette petite escarmouche avec l'au-delà l'avait dégrisé.


Le choc de la rencontre passé, il retourna chez lui. Il réussit à passer au travers de Noël et le Nouvel An sans larmes, mais le bonheur n'y était pas.


En février, Carl rassembla assez de courage pour inviter une employée de la bibliothèque municipale à sortir avec lui. Cette femme se nommait Nicola et elle tomba rapidement amoureuse de Carl. Il était l'homme le plus romantique qu'elle n'avait jamais rencontré. Un jour, elle commença subitement à pleurer et dit à Carl qu'elle avait un secret à lui avouer. Elle était mère d'une petite fille, issue d'une relation antérieure. Le père l'avait laissé lorsqu'il apprit qu'elle était enceinte. Il avait dit ne pas vouloir s'installer avec elle et former une famille. La petite fille se nommait Stacey et la mère de Nicola s'en occupait.


Carl lui répondit que ça n'avait pas d'importance si elle avait eu un enfant avec un autre homme. Il l'aimait de toute façon et s'entendit finalement plutôt bien avec Stacey, qu'il gâtait comme si elle était sa propre fille. La petite et Nicola s'installèrent dans la maison de Carl et, un an plus tard, le jeune coupla adopta un jeune garçon de cinq ans nommé Danny.


La veille de Noël 1996, la petite famille était réunie au salon. Alors que Carl jouait du piano. Les enfants n'étaient pas encore au lit et profitait de la nuit la plus excitante de l'année. Carl et Nicola étaient assis sur le tabouret alors que les enfants se tenaient à leur côté. C'est alors que Carl décida de jouer le morceau préféré de sa mère, "White Christmas". Ils ont tous bien rit quand le chat de la famille a sauté sur les touches avant de grimper sur le toit du piano. Comme Carl laissait ses doigts jouer sur le piano, il repensa soudainement à sa vieille mère, assise dans son fauteuil et son visage courageux, qui prétendait que la douleur de la maladie était supportable. Nicola mit son bras autour de Carl et lui donna un câlin rassurant.


Soudain, la fourrure du chat se hérissa et Stacey cria: « Papa ! Regardez ! » en pointant son doigt vers l'escalier.
Quand Carl, Nicola et Danny regardèrent, il n'y avait rien.


« C'était Papa ! C'était un papa fantôme ! Mais il avait le visage tellement triste ! »


Carl alla voir dans le corridor et vu qu'il était bien vide. Il savait que la petite ne blaguait pas, parce qu'elle semblait vraiment secouée par les évènements. Puis, il fit soudainement une constatation étonnante. Carl se souvint de cette triste nuit, la veille de Noël lorsqu'il avait aperçu des gens fantomatiques. Il se souvint du couple au piano, de la petite fille rousse et du garçon aux cheveux noirs. Danny portait justement son petit chapeau de fête et tenait, comme dans sa vision, un ballon rouge. Il se souvint de l'homme qui jouait "White Christmas", comme lui même était en train de le faire il y a quelques instants à peine.


Carl s'est alors rendu compte que, en cette triste nuit de 1990, il avait en quelque sorte aperçu le bonheur qu'il l'attendait avec sa future famille. Si la jeune Stacey n'avait pas vu le fantôme d'un homme mort cette nuit-là, elle avait vu le spectre d'un triste Noël passé, le dernier Noël que Carl avait passé seul.



Copyright © 2004 par Slemen Tom. Tous droits réservés.
Cette histoire reproduite avec la permission de Tom Slemen et traduite de l'anglais par David Magny.

Source: http://www.slemen.com

Retrouvez tous les livres de Tom Slemen en ligne format papier ou ebook.

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=1489503080&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=1489568573&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=1908457147&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=147828417X&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Le spectre de Noël

 

Le spectre de Noël

Une étrange histoire provenant de Liverpool, racontée par Tom Slemen


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Il y a une vieille maison sur la rue Clarence Street, à Liverpool, qui est le théâtre d’évènements surnaturels chaque année à l’approche du temps des fêtes. D'étranges coups frappés sur les portes et une voix mécontente se fait entendre. Cette voix semble maudire un certain Charles; un homme mort il y a bien longtemps déjà. Ces étranges évènements atteignent leur paroxysme à l’approche de Noël, alors qu’un fantôme ébouriffé fait son apparition. C’est un homme d’environ 50 ans, qui porte un long manteau de velours pourpre, une chemise grise et un pantalon étroit.

 

 


Depuis 1910, il a été aperçu à maintes reprises. Tant de témoins terrifiés ayant témoigné avoir vu le spectre de Noël, de la rue Clarence, fumant la pipe et portant une paire de lunettes métalliques, qu’il serait difficile de prétendre à un canular. Cet homme, si l’on peut l’appeler ainsi, fait les cent pas devant la cheminée de fonte du salon de la vieille maison. Il semble prisonnier de son passé, vivant perpétuellement dans ses propres limbes, apparaissant chaque nuit de Noël à 22h50. Le spectre termine toujours sa performance en sanglotant, la tête reposant sur la cheminée. Il disparaît ensuite, laissant une brume aromatique de tabac à pipe en suspension dans l’air.


Au début des années 2000, lors du temps des fêtes, le matou de la famille qui séjournait dans la maison fut tellement terrifié qu’il sauta par la fenêtre du premier étage, passant bien près de trépasser sous une voiture. Pendant des générations, les résidents de la maison hantée se sont penchées sur l’identité du fantôme mais en vain. Jusqu’à il y a quelques années, un chasseur de fantôme résolu finalement le mystère du spectre de Noël. Voici l’histoire qu’il a découverte.


À cette adresse de la rue Clarence, à l’époque victorienne, vivait un médecin nommé Humphrey Brooke. Ce dernier tomba amoureux d’une jeune fille qui faisait moins que la moitié de son âge. Elle était la fille d’un riche homme d’affaires de la rue Duke et se nommait Felicia Clayton. Elle était âgée de 20 ans, avait de beaux cheveux blonds et un superbe visage. Chaque homme qui la rencontrait semblait tombé en amour avec elle et Felicia recevait des dizaines de lettres d’amour et d’invitations pour chaque bal ou soirée de danse qui était organisé dans la ville. Humphrey Brooke était âgé d’environ 50 ans et il savait bien qu’il n’était pas bel homme. Il avait le nez crochu, une vue défaillante, le dos courbé parce qu’il était toujours penché par-dessus ses livres et une vilaine toux asthmatique parce qu’il fumait beaucoup trop la pipe. En plus de tous ces maux, il avait souffert de rhumatisme qui endommageait ses articulations. Malgré tout, il était follement amoureux de Felicia, qui semblait pour lui d’une beauté intouchable.


Tout avait commencé à l’automne de cette même année, quand Brooke a assisté aux funérailles de Jesse Hartley, un éminent ingénieur, qui avait transformé le port de Liverpool avec ses magnifiques quais et entrepôts. Felicia et son père ont également assisté aux funérailles, et Dr Brooke fut brièvement présenté à la jeune beauté. Il embrassa sa main et lui sourit à plusieurs reprises au cours de ce sombre après-midi.


Ensuite, il avait vu Mlle Clayton à deux reprises. Une fois sur la rue Rodney, alors qu’elle descendait d’un fiacre pour se rendre dans Abercromby Scare et à une autre occasion elle avait fait signe au médecin sur la rue Bold Street, alors qu’elle marchait main dans la main avec un riche prétendant, le colonel Burns. Dr Brooke avait été sidéré de voir qu’elle l’avait reconnu et qu’elle le saluait. La jeune fille et celui qui l’accompagnait se dirigeaient vers Bold Place, mais elle se retourna et lui sourit à deux reprises, rendant le colonel rouge de jalousie. Le docteur retourna chez lui et écrit les détails de sa rencontre avec Felicia dans son petit carnet noir. Il y avait également écrit ses projets extravagants par lesquels il aurait souhaité gagner le cœur de la jolie demoiselle. Le plan le plus réaliste était assez simple. Une fête de Noël devait avoir lieu dans la prestigieuse demeure d’un magistrat de Rodney Street. Le docteur avait déjà reçu une invitation pour le bal et avait, bien sûr, le droit de venir accompagner. Sur la carte d’invitation, il avait inscrit Felicia Clayton comme étant son accompagnatrice. À ses yeux, cette femme était la lumière de sa vie qui éclairait son existence durant les sombres journées de décembre.

Dès le lendemain matin, un ami du Dr Brooke, un marchand de coton du nom de Charles Wilson, vint lui rendre visite à sa clinique. Wilson était de cinq ans plus jeune que Humphrey Brooke, et il était connu comme ayant un charme fou auprès des dames. Wilson demanda à Brooke s’il avait quelque chose de prévu pour Noël, comme lui n’en avait pas, il se cherchait un peu de compagnie pour aller festoyer dans les tavernes de Liverpool. Dr Brooke lui répondit qu’il avait des plans pour la veille de Noël, et que ses plans impliquaient une belle jeune femme.


« Ce n’est pas un fantasme impliquant une certaine Miss Clayton, cette demoiselle qui est assez jeune pour être votre fille n’est-ce pas ? »


Avant même qu’il ne puisse répondre, une femme se précipita dans sa clinique, implorant le docteur de venir traiter son père qui venait de s’effondrer, en pleine crise. Brooke connaissait bien cet homme. Il saisit sa trousse médicale et se précipita chez l’homme, laissant Wilson derrière, seul dans la clinique. Wilson était un homme curieux, en flânant dans la clinique il jeta un œil au bureau du docteur et trouva ce petit carnet noir. Il riait en lisant les passages que son ami avait écrit sur Felicia.

« Ah, il n’y a pas plus sot qu’un vieux fou. » Murmura-t-il.

Wilson trouva un brouillon de la lettre d’invitation que le docteur avait envoyée à Felicia, ainsi que la carte d’invitation avec les deux noms inscrit dessus.


Intrigué par ce coup de foudre que semblait avoir son ami pour la jeune demoiselle, Wilson revint le lendemain pour le taquiner un peu. Avec un petit rire, il demanda au médecin si la belle Felicia avait accepté son invitation. Brooke fut fort indigné d’apprendre que son vieil ami avait fouillé dans ses affaires et lu son carnet secret.

« Comment oses-tu fouiller dans ma vie personnelle ? »

Mais Brooke avait une surprise pour son ami fouineur, quelque chose pour lui effacer son sourire moqueur. Il lui présenta une lettre qu’il avait reçue le matin même et lui tendit.

« Qu’est-ce que c’est? Un décret de convocations pour les gens indiscrets? »

Le sourire de Wilson s’effaçait dès qu’il commença à lire la lettre, c’était la réponse de Felicia Clayton. Elle avait accepté l’invitation du Dr Brooke pour le bal de Noël. Wilson était dévoré de jalousie. Il jeta la lettre sur le bureau en disant : « C’est vraiment n’importe quoi! Vieillesse et jeunesse sont comme huile et eau, ils ne se mélangent pas! »


Donc, pour cette veille de Noël, le Dr Brooke portait une élégante veste de velours pourpre et une chemise brodée de soie grise. Il se tenait devant la cheminée, à faire les cent pas, avec des papillons dans l’estomac. Un sentiment qu’il n’avait pas connut depuis l’époque de sa jeunesse, donc depuis plusieurs décennies. Soudain, quelqu’un cogna à la porte, ce qui fit sursauter le médecin. Il répondit, pensant que peut-être Felicia avait décidé de venir le voir plus tôt que prévu. Mais c’était un coursier qui se tenait devant lui et qui remit au docteur une enveloppe scellée.


Lorsque Brooke lut la lettre, son cœur se brisa. La lettre était écrite par le père de Felicia, et déclarait que cette dernière avait changé d’idée et qu’elle n’accompagnerait pas le médecin au bal, mais bien le colonel Burns. Dans cette lettre, le père de Felicia avertissait aussi Brooke de se tenir loin de sa fille et d’agir comme quelqu’un de son âge.

C’est son soi-disant ami, Charles Wilson, qui avait envoyé un message anonyme au père de Felicia pour l’avertir des plans scandaleux et odieux du docteur qui souhaitait vivre une relation amoureuse avec sa fille. Ironie du sort, cette dernière avait une forte tête, elle désobéit aux instructions de son père et se rendit au bal de Noël seule, où elle chercha désespérément le médecin… mais il n’était nulle part. Felicia savait bien que le médecin n’était pas bien beau et qu’il y avait, pour elle, plus joli prétendant. Mais les lettres romantiques qu’il lui avait écrites lui plaisaient beaucoup. En fin de compte, Felicia Clayton rentra chez elle, à la grande déception des autres hommes qui étaient au bal.


Mais le Dr Brooke fut dévasté par la lettre, et, en cette veille de Noël, il est décédé de ce qui semble avoir été une crise cardiaque, sans doute provoqué par un profond bouleversement émotionnel. Le sentiment de rejet de la femme qui éclairait ses rêves et l’humiliation que vivait le médecin l’ont profondément troublé. Brooke frappa l’horloge qui était sur le foyer avant de tomber sur le sol. Alors que son corps reposait sur le tapis du salon, l’horloge s’était arrêtée à l’heure du décès, précisément 22h50.





Copyright © 2004 par Slemen Tom. Tous droits réservés.
Cette histoire reproduite avec la permission de Tom Slemen et traduite de l'anglais par David Magny.

Source: http://www.slemen.com

Retrouvez tous les livres de Tom Slemen en ligne format papier ou ebook.

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=1489503080&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=1489568573&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=1908457147&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=147828417X&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Un enfant à problèmes

 

Un enfant à problèmes

Une étrange histoire provenant de Liverpool, racontée par Tom Slemen



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

La triste histoire d’un enfant dont personne ne voulait.


En 1990, un couple sans enfant habitant la région de Merseyside, en Angleterre, sauta sur l’occasion d’adopter un enfant de 11 ans se prénommant Gary. Les autorités ont informé le couple que Gary avait été pris en charge par deux familles avant eux, mais qu’il avait été renvoyé aux services sociaux car il était « anormalement hyperactif ». Gary a donc rejoint le couple deux semaines avant Noël, qui n’a pas manqué l’occasion de lui offrir tout ce qu’il demandait. L’enfant a demandé trois bas de Noël, et ils lui ont donné. Le couple acheta plusieurs cadeaux pour Gary et les plaça sous un immense sapin de Noël. Ce dernier ouvra certains de ses cadeaux avant Noël, mais ses parents adoptifs n’en firent pas de cas. Ils préféraient en rire et ont même permis garçon de garder les cadeaux – une boîte de soldats de plomb et un petit tambour. Il les garda dans sa chambre.

 

 


Aux environs de 3h00 du matin, le couple a été réveillé par un bruit étrange provenant de la chambre du Gary. Les nouveaux parents ont rapidement sauté hors du lit et ont fait irruption dans la chambre du garçon.


Ils ont été profondément troublés par le spectacle étrange qui s’y déroulait.


Le tambour battait tout seul, alors que les petits soldats de plomb sautaient sur le sol au rythme du battement de tambour. Le petit Gary, qui avait les yeux encore tout endormis, souriait et tapait des mains en regardant l’étrange spectacle. Le couple – qui était religieux et pratiquant – a craint que ce phénomène soit dû à une manifestation démoniaque et décida de ne pas adopter le garçon. Pendant le trajet pour reconduire l’enfant aux services sociaux, d’étranges bruits ont été entendus, provenant de la fenêtre latérale du gamin.


Une fois de plus, Gary a passé son Noël sans papa ni maman, parce qu’il était probablement au centre d’un phénomène de poltergeist ou posséderait le don de télékinésie : la capacité de déplacé des objets par la puissance de l’esprit.


Personne ne sait ce que cet « enfant à problèmes » est devenu.

Cette histoire n'est pas sans rappeler Carrie, le célèbre roman de Stephen King. Existe-t-il des enfants doté de pouvoir surnaturel tel que la télékinésie ? Une chose certaine, ces étranges phénomènes n'intéressent guère la plupart des scientifiques d'aujourd'hui, qui risquerait de perdre leur financement à parler publiquement de telle chose. De nos jours, pareilles histoires font les choux grands des romans d'horreur et de science-fiction.

Voici quelques liens intéressants qui relatent d'autres histoires du même genre:

Les étranges expériences du Dr. TG Hamilton

Les intersignes au moment de la mort

 





Copyright © 2004 par Slemen Tom. Tous droits réservés.
Cette histoire reproduite avec la permission de Tom Slemen et traduite de l'anglais par David Magny.

Source: http://www.slemen.com

Retrouvez tous les livres de Tom Slemen en ligne format papier ou ebook.

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=1489503080&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=1489568573&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=1908457147&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=147828417X&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Quelques histoires sélectionnées au hasard


Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Les nouvelles histoires:


Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Réseaux Sociaux:


Dark Stories est sur Twitter !

Histoires et récits insolites et macabres

Newsletter - Inscription


Warning: Declaration of JParameter::loadSetupFile($path) should be compatible with JRegistry::loadSetupFile() in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/html/parameter.php on line 431

Informations supplémentaires:


À propos de Dark Stories
Connexion
Liens et partenaires
Mentions légales
Écrire au webmestre