Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584
Dark Stories - Histoires macabres et insolites | Récits inexplicables et paranormal

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* Dark-blog */
google_ad_slot = "3335103952";
google_ad_width = 300;
google_ad_height = 250;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

 

 

 

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DS5-blogue2 */
google_ad_slot = "2592204537";
google_ad_width = 300;
google_ad_height = 600;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Newsletter - Inscription

 

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/application/application.php on line 459

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Les prédictions de l'idiot du village


Les prédictions de l'idiot du village

Le fou du village alla même jusqu'à prédire sa propre mort



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

Robert Nixon, un paysan visionnaire qui passait pour un idiot de village, naquit en Angleterre, vers 1467, dans une ferme du Cheshire. Dès qu'il fut en âge de travailler, on l'employa comme laboureur, le jugeant trop stupide, apparemment, pour toute autre besogne. Silencieux le plus souvent, il se mettait quelques fois à marmonner des mots inintelligibles, qui semblaient une preuve supplémentaire de sa débilité mentale.

 

Un jour qu'il labourait un champ, il s'arrêta, jeta des regards étranges autour de lui et s'écria « Alors, Dick? Alors, Harry? Oh, pas de chance, Dick! Oh, bien joué Harry! ». Ces exclamations, moins cohérentes que d'habitude, mais cependant incompréhensibles, intriguèrent les compagnons de Robert, qui en découvrirent le sens le lendemain : au moment même où Robert avait proféré ces mots bizarres, on apprit que le roi Richard III (Dick) avait trouvé la mort à la bataille de Bosworth, et que le vainqueur, Henry Tudor (Harry), avait été proclamé Henri VII d'Angleterre.


Peu après, la renommée du jeune voyant parvint jusqu'au nouveau souverain, qui fut curieux de le connaître. De Londres, il dépêcha un envoyé qui devait amener le paysan au palais. Robert, avant même que le messager ne quittât la cour, sut qu'on allait venir le chercher et, saisi d'une grande frayeur, coura comme un fou dans les rues du village, criant que le roi le mandatait et qu'il allait le faire mourir de faim.


 

Le couronnement du Roi


Henry VII, entre-temps, avait résolu d'éprouver le jeune prophète, et, quand Robert lui fut présenté, il feignit un grand trouble, prétendant qu'il avait égaré un diamant d'une grande valeur. Robert serait-il capable de le retrouver? Le paysan répondit calmement par un proverbe : « Celui qui a caché retrouve ».


Le roi, qui avait en effet caché le diamant, fut grandement impressionné et donna l'ordre de consigner tout ce que dirait le jeune homme. Ses paroles, dûment interprétées, prédirent les guerres civiles anglaises, la mort ou l'abdication des rois et la guerre avec la France. Il annonça aussi que la ville de Nantwich, dans le Cheshire, serait emportée par une inondation, mais cela n'est pas encore arrivé.

La prédiction qui concernait la personne même du visionnaire était la plus invraisemblable : il devait mourir d'inanition au palais. Pour le calmer, le roi donna l'ordre de lui servir tout ce qu'il voulait, et quelle que fût l'heure – ce qui fit beaucoup d'ennemis au jeune homme dans les cuisines royales, où on lui enviait fort ce privilège.

Or, un jour, le roi quitta Londres, laissant Robert à la garde d'un chambellan. Celui-ci, pour mettre son protégé à l'abri de la malveillance des domestiques, l'enferma dans le propre cabinet du roi. Mais le chambellan fut à son tour appelé hors de Londres pour une affaire urgente, et il partit, oubliant de laisser la clef et des ordres pour libérer Robert. A son retour, il trouva le jeune homme mort de faim.

 

 

 

 

David Magny © Dark-Stories.com - Mardi 26 Septembre 2006
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Sources et autres références:

Mysteries of the unexplained, Sélection du Reader's Digest, 1985, p. 16-17
Extraordinary Popular Delusions and the Madness of crowds, Charles Mackay, p.277-280

Le cauchemar de la comtesse Toutschkov


Le cauchemar de la comtesse Toutschkov

Un mauvais rêve précédant une mauvaise nouvelle...



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

L'histoire ce déroule en 1812, alors que les troupes de Napoléon font la guerre en Russie. La femme du comte Toutschkov, un général russe, fit un songe terrifiant.

 

 

Le cauchemar de la comtesse


La préparation au carnage. Sur cette photo, la calvalerie impériale prépare un assault. Dans cette guerre, on releva plus de 30000 morts chez les Français et 45000 dans le camp des Russes.

 



Dans ce rêve, qu'elle décrira en détail à son mari après l'avoir rêvé deux autres fois, elle se trouvait dans une chambre d'auberge, quelque part dans une ville qu'elle ne connaissait pas. Son père entra alors dans sa chambre, tenant par la main le jeune fils de la comtesse. La mystérieuse apparition lui apprenait une terrible nouvelle, son mari venait de se faire tuer: «Il est tombé ! Il est tombé à Borodino!»


La comtesse et son mari décidèrent d'examiner les cartes, mais ne purent nullement découvrir le nom de Borodino.


Le 7 septembre 1812, les troupes russes se décidèrent à affronter les Français. C'était dans un petit village nommé Borodino, à environ 110 kilomètres de Moscou. La comtesse, son mari (alors commandant en chef des troupes de réserve de l'armée russe) et le reste de sa famille avaient été logés dans une petite auberge située à quelques kilomètres seulement du champ de bataille.


Le lendemain matin, le père de la comtesse entra dans sa chambre en tenant son jeune fils par la main. «Il est tombé, dit-il. Il est tombé à Borodino». La prémonition qu'elle avait eue à trois reprises s'était avérée véridique.

 

 

 

 

 

Extrait de: Facts and fallacies, Sélection du Readers Digest 1988
Ajouté le mardi 21 Février 2006

Le mort qui voulait retourner chez lui


L'homme mort qui souhaitait retourner chez lui

L'incroyable voyage du cadavre de Charles Francis Coghlan


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Charles Francis Coghlan est l'enfant d'une pauvre famille d'immigrants irlandais, habitant un petit village canadien sur l'ile du Prince Edward. Selon la légende, il aurait rencontré au cours de son adolescence une vieille femme qui prédisait l'avenir en lisant les cartes et les lignes de la main. Elle lui aurait prédit fortune et célébrité, mais que son âme ne pourrait dormir en paix qu'une fois au coté des siens, sur sa terre natale.

 

Le jeune Charles impressionnait beaucoup de par son intelligence et sa vivacité d'esprit, tellement que les gens du village se cotisèrent afin de lui payer une bonne éducation en Angleterre. Il devint un célèbre comédien et fit le tour du monde. Sa popularité s'étendait partout dans le monde. Alors qu'il voyageait au Texas, il eut un malaise et mourut subitement. C'était la fin d'un grand acteur, mais le début d'une bien étrange histoire.

Le 27 août 1900, loin dans l'Océan Atlantique, à mi-chemin entre l'Afrique et les Antilles, une tempête tropicale naissait. Le temps d'atteindre les Antilles, elle avait pris les dimensions d'un véritable ouragan. En arrivant dans le golfe du Mexique, les rafales atteignaient près de 200 miles (320 km) à l'heure. Lorsque l'ouragan toucha la ville, le 8 septembre, il fut accompagné d'un raz de marée de plus de 6 mètres de hauteur. Rien qu'à Galveston même, on compta plus de 6 000 morts (près d'un habitant sur six), plus de 30 millions de dollars de dégâts, près de 5 000 immeubles détruits, soit par le vent, soit par la mer. C'était - et c'est encore - l'ouragan le plus destructeur qui n’ait jamais frappé une ville d'Amérique.

Lorsque la vague de 6 mètres reflua, elle emportait avec elle non seulement des débris de maisons, des arbres, des véhicules et des objets personnels, mais les corps de ceux qui avaient péri dans la catastrophe, et des morts arrachés à leur sépulture : des cimetières entiers avaient été emportés par la mer, parmi lesquels celui où Charles Francis Coghlan avait été inhumé.

 


Des cercueils entraînés par les flots déchaînés, certains finirent par être rejetés sur les plages ou dans les marais qui bordent le golfe du Mexique et les Antilles occidentales. Mais beaucoup ne furent jamais retrouvés. Certains coulèrent sans doute, d'autres durent flotter à la dérive pendant des années.


En octobre 1908, la première tempête de l'hiver, qui avait balayé la côte est de l'Atlantique Nord, s'était calmée. Les bateaux de pêche, cloués au port depuis plus d'une semaine, reprirent la mer l'un après l'autre. Dans tout le golfe du Saint-Laurent, ils jetaient hâtivement leurs filets pour essayer de rattraper le temps perdu la semaine précédente. Un groupe de bateaux qui pêchaient au large de l'île du Prince-Édouard rencontra une boîte oblongue saturée d'eau et qui flottait à peine. Elle était complètement incrustée de coquillages et presque invisible sous les vagues qui la recouvraient. Sans avoir la moindre idée de ce dont il pouvait s'agir, mais se doutant qu'elle devait avoir une certaine importance, les marins l'amarrèrent à l'arrière d'une de leurs chaloupes et finirent de poser leurs filets. Après quoi, ils ramenèrent leur « prise» à terre.


Après en avoir gratté presque toute la surface, ils s'aperçurent que c'était un cercueil, contenant des restes humains. Lorsque la bière eut été nettoyée, ils découvrirent une plaque de métal gravée fixée au cercueil.

On y lisait :

«Charles Francis Coghlan, né en 1841 dans l'île du Prince-Édouard (Canada).  Mort en 1899 à Galveston (Texas). »


Charles Francis Coghlan était rentré chez lui.

 

 

 

Winer, Richard, 1975. Le nouveau dossier du Triangle des Bermudes. Editions Select.
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

L'inquiétante dame du Santissimo Barbastro


L'inquiétante dame du Santissimo Barbastro

L'apparition du  fantôme du Galion Espagnol annonçait des tragédies


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

À certaines époques - en général  lorsque l'Espagne et l'Angleterre étaient en paix -, Tortuga, une île  dans l'archipel des Keys (Floride) restait le seul refuge des boucaniers et des pirates, qui y conduisaient bien souvent leurs prises.  Voici une petite histoire rapportée par Louis Adhémar Timothée "Le Golif", célèbre  capitaine de boucaniers.

 

Au début du XVIIIe siècle, Le Golif s'empara d'un galion espagnol, le Santissimo Barbastro, non loin des îles Caicos, à l'est des Bahamas. Le Golif avait remporté la victoire sans coup férir. Il monta à bord avec l'intention de conduire sa prise à Tortuga. Mais presque tout le gréement avait été emporté par une tempête. Plus de la moitié de l'équipage avait péri soit dans cette tempête, soit de la fièvre du Siam (qu'on devait appeler par la suite la fièvre jaune). L'épidémie avait fini par être stoppée, mais les hommes avaient trop à faire avec les pompes pour s'occuper des réparations indispensables, et le capitaine du galion, un gentilhomme à la barbe grise nommé Don Alonzo de Bruscar, expliqua à Le Golif que, s'il avait baissé pavillon, c'était uniquement parce que son équipage et lui-même n'étaient plu en état de livrer bataille.
 
Le vaisseau avait quitté Cadix deux mois plus tôt avec une cargaison de vin, d'étoffes, de papiers et autres marchandises à destination de Cartagena, en Colombie. Pendant trois jours, au cours de la traversée, tout le monde à bord avait été malade du scorbut, et personne n'était plus capable de manoeuvrer le navire.

 


Lorsque les plus valides avalent réussi à se traîner sur le pont, ils s'étaient aperçus que le Santissimo Barbastro avait maintenu tout seul son cap d'un bout à l'autre de ces trois Jours. Qui plus est, le navire se trouvait en panne à moins d'une demi-lieue d'une île où des fruits poussaient à volonté. Ainsi, aucun membre de l'équipage ne mourut du scorbut, ce qui ne laissa pas de les étonner. Mais ils allaient connaître des événements bien plus surprenants encore.

Le navire avait quitté Cadix sans aucune femme à bord, et pourtant, après leur escale, des marins avaient signalé, de temps à autre, une magnifique créature qu'ils avaient vue circuler sur le pont du navire. Le capitaine espagnol commença par en rire. Mais chaque apparition semblait provoquer un drame parmi son équipage. Quatre marins furent emportés par une lame de fond le lendemain de la première apparition de la dame. Après la seconde, presque tous les marins furent atteints de la fièvre jaune et ils furent nombreux à en mourir. Lorsque le spectre reparut, le navire fut pris dans une forte tempête qui fit plusieurs victimes. Le commandant Bruscar aperçut lui-même la dame, une nuit où il s'occupait des malades. Le lendemain, ils étaient capturés par Le Golif. Celui-ci considéra l'histoire comme un mythe bien espagnol et s'en débarrassa d'un haussement d'épaules.


Le Golif maintint l'équipage espagnol aux pompes, tandis que ses propres hommes remettaient le navire en état de tenir la mer. Le lendemain matin, comme il s'apprêtait à monter pour voir où en étaient les réparations, Le Golif s'arrêta au pied d'une échelle qui conduisait au pont principal. Une ombre masquait la lumière qui descendait de l'écoutille ouverte au-dessus de lui. Le Golif recula pour laisser passer celui qui descendait. Deux pieds menus apparurent l'un après l'autre sur les barreaux de l'échelle, suivis de la femme la plus belle qu'il eût vue depuis bien des années. Elle passa devant lui en l'ignorant totalement. Il la vit entrer dans la cabine du lieutenant en second et en refermer la porte derrière elle. Le Golif, qui ne croyait pas que les fantômes et les apparitions produisent de l'ombre, eut soudain l'impression que le capitaine espagnol avait caché une passagère. Animé d'arrière-pensées égrillardes, il se précipita dans la cabine du lieutenant en second.

La pièce était vide à l'exception des meubles, et la porte par où il était entré était la seule issue par où quelqu'un eût pu sortir. De rage, Le Golif détruisit tout ce qu'il put casser, sans trouver trace de la dame.

Lorsqu'il raconta à Bruscar ce qu'il venait de voir, le capitaine espagnol lui répéta l'histoire qu'il avait déjà contée. Il ajouta qu'il connaissait la dame et qu'il s'agissait bien d'une apparition:

C'est le fantôme de Doña Irena de Benalcazar y Moron, expliqua le capitaine. Ce navire appartenait à l'Armada qui avait livré bataille aux Hollandais dans la Manche. Parmi son équipage se trouvait un jeune seigneur de la province d'Estrémadure, Don Francisco de Benalcazar y Moron. Juste avant que la flotte ne lève l'ancre pour livrer bataille, il avait épousé la fille aînée du marquis de Quintanar. Pendant le combat, il avait été décapité par un boulet hollandais, sans avoir le temps de savoir ce qui lui arrivait.


«Doña Irena savait déjà qu'elle portait l'enfant de Don Francisco quand elle apprit qu'elle était veuve. Lorsque l'enfant n'eut plus besoin de son sein, elle le confia à une amie. Puis elle alla à l'église, s'agenouilla devant l'autel, récita les prières de la messe et se plongea un poignard dans le cœur. Comme elle était morte de sa propre main, on refusa de l'ensevelir en terre chrétienne. Et c'est depuis lors qu'elle apparaît sur ce navire, ce qui est toujours le présage d'un événement funeste. »


Le capitaine conclut :


«Et comme je vous l'ai expliqué lorsque vous êtes monté à mon bord, j'ai vu moi-même cette apparition la veille de notre capture. Vous l'avez aperçue aujourd'hui; il va donc se passer quelque chose prochainement, je puis vous le garantir. »


Le lendemain, l'eau dans les cales du Santissimo Barbastro se mit à monter, les pompes ne pouvant l'évacuer suffisamment. Le Golif donna l'ordre à ses hommes d'aller aider aux pompes, mais l'eau continua d'envahir les cales. Avant midi, elle atteignait presque le pont du galion. Le Golif fit préparer les chaloupes et approcher son propre navire. Le vaisseau pirate, qui n'avait que le quart du tonnage de l'Espagnol, ne pouvait loger aucun prisonnier. Le Golif fit transborder les provisions des Espagnols sur leurs chaloupes, où il ne resta plus guère de place pour les hommes. On décida par conséquent que les malades et les blessés qui avaient peu de chance de survivre seraient laissés à bord du galion. Le Golif leur expliqua que la noyade était une mort moins pénible que celle qui les attendait autrement.


Le pont du Santissimo Barbastro était déjà au niveau de la mer lorsque les chaloupes du pirate s'éloignèrent. Le Golif avait ordonné à ses hommes d'emporter tout ce qu'ils pouvaient, y compris un coffret rempli de pièces.

Le Golif et Don Alonzo se disaient adieu lorsque tous les yeux se tournèrent vers le Santissimo Barbastro en train de couler. Le fantôme de Doña Irena apparu sur le gaillard d'avant. Toujours aussi élégamment vêtue, elle traversa le pont déjà presque submergé. Puis, à la stupéfaction de tous les témoins, elle franchit le bastingage et, sans s'arrêter, se mit à marcher sur l'eau comme sur un simple chemin de campagne. Les hommes, incapables  de détourner les yeux, comprirent, d'après la direction qu'elle prenait, qu'elle rentrait dans son pays. Comme elle disparaissait au loin, les hommes se retournèrent. Là où se trouvait le Santissimo Barbastro, la mer était vide ...

 

 

 

Winer, Richard, 1975. Le nouveau dossier du Triangle des Bermudes. Editions Select.
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2737359651&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2844545475&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2847346791&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=8873017045&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Le train fantôme de Islamorada


Le train fantôme de Islamorada

Il était arrivé trop tard... et ne devait plus jamais repartir


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Dans le monde entier, la sinistre réputation du Triangle des Bermudes n'est plus à faire. Les cas indiscutables de navires qui sont entrés dans le Triangle pour n'en plus jamais ressortir se comptent par centaines; de même que ceux de yachts qui y ont disparu purement et simplement avec leurs équipages. Pourtant, à côté de ces très nombreux événements prouvés, il court encore sur le Triangle une quantité de légendes et d'histoires étranges qui donnent le frisson même aux moins timorés. Certaines sont vraies, d'autres ont un point de départ réel, d'autres encore ne comportent qu'une parcelle de vérité; d'autres, enfin, sont nées de l'imagination fertile des conteurs des temps anciens, enrichies à chaque génération. Mais toutes ont un point commun : elles «sont arrivées» dans le Triangle des Bermudes.

 



Karl Sudor, assis sur le plat-bord arrière de son petit bateau ancré au large de l'une des Keys de Floride, regardait le soleil avec inquiétude. Il se passait quelque chose d'anormal : depuis plus de trois heures qu'il pêchait, il n'avait pas senti la plus petite touche; le soleil, en plein midi, était entouré d'un halo et l'air était d'une immobilité insolite. Pourtant, en regardant les nuages accélérer, Sudor avait l'impression de voir se former, dans toutes les directions, un orage d'une brutalité exceptionnelle. Les moustiques et les mouches bourdonnaient aux, alentours, mais sans manifester leur appétit habituel. À terre, on entendit sonner le gong du camp pour annoncer le déjeuner. Sudor monta dans son canot et se dirigea vers la rive. Comme des centaines d'anciens combattants de la Première Guerre mondiale, il travaillait à la construction d'une autoroute qui faisait partie des grands travaux entrepris par le gouvernement pour lutter contre le chômage pendant la crise économique des années 30.

Tout en ramant, Sudor pensait à une fille de sa ville natale dans le Middle West. Plus exactement, c'est à deux filles qu'il pensait, dont l'une avait été sa fiancée; l'autre, une jeune débile mentale, avait totalement bouleversé sa vie de fils de famille fortunée. Il avait été obligé de s'enfuir pour éviter le mariage forcé, parce qu'elle attendait un enfant de lui. Cinq ans avaient passé. Sa fiancée avait épousé son meilleur ami, et sa malheureuse maîtresse avait été poussée au suicide par les terribles sermons de son pasteur de père. Les parents de Sudor élevaient l'enfant et le temps ne reviendrait plus des promenades en Packard décapotable et des soirées dansantes au clair de lune.

À Islamorada, dans les Matecumbes, l'un des archipels des Keys, ce 5 septembre 1935 était Jour de congé en l'honneur de la fête du Travail. Les ouvriers du chantier de l'autoroute jouaient au fer à cheval, au base-ball, aux cartes, aux dés, ou bien ils faisaient la sieste dans les dortoirs du camp.

Une silhouette en suroît jaune, courbée pour lutter contre le vent, traversa le terrain de base-ball. C'était Harry Pinney, le télégraphiste de la gare. Il avait reçu de Miami un avis signalant un ouragan et l'île, qui dépassait à peine le niveau de la mer, devait être évacuée. À la gare de Miami, la compagnie des chemins de fer de l'est de la Floride formait déjà un train de secours. Il venait de quitter à 16h30 alors que le vent atteignait déjà plus de 110 km/h. Durant le trajet, il était secoué comme s'il descendait une forte pente à toute vapeur. Il devait parcourir les 250 km de Miami à Key West, on appelait ce train « le chemin de fer sur la mer ». Il traversait en effet vingt-neuf îles, reliées par une série de ponts et de viaducs en pierre. L'un de ces ponts, le « Seven Mile Bridge », franchissait un bras de mer de 11 km.

Cependant, la tempête qui balayait les Matecumbes atteignait la force d'un ouragan, plus de 190 km/h. Près de mille personnes, habitants de l'île et ouvriers, s'étaient massées dans la gare d'Islamorada. La gare n'était guère à plus de 2 mètres au-dessus du niveau de la haute mer et, de temps en temps, les vagues commençaient à déferler sur la voie. Pour ne pas être balayés, les réfugiés commençaient à s'attacher aux rails. Le vent charriait des branches de palmier, des noix de coco, des débris de maisons. La pluie ne tombait plus : elle frappait à l'horizontale, et donnait plutôt l'impression d'un vent de sable que d'une averse d'eau. Dans la gare bondée, les fenêtres du bâtiment avaient été soufflées et la plupart des tuiles arrachées.

Peu avant 19 heures, en marche arrière, le train entra en gare de Snake Creek pour y prendre des réfugiés. Un gros câble balayé par le vent, dont la vitesse atteignait alors près de 160 km/h, s'emmêla dans les roues motrices de la locomotive. Il fallut quarante minutes aux cheminots pour le dégager.

À Islamorada, le bruit courut aussitôt que cette avarie du train condamnait toute la population des Matecumbes, désormais isolée, à être submergée par la montée des eaux. Le vent commençait à arracher des poutres de la charpente du toit de la gare. Les hommes les plus courageux s'efforçaient, face à la tempête, d'atteindre un arbre pour y grimper le plus haut possible et s'amarrer aux branches. D'autres essayaient de ramper le long de la voie, réussissant à peine à progresser de quelques centimètres. Le hurlement du vent couvrait les cris de ceux qui étaient emportés par les vagues ou le vent. Karl Sudor parvint, Dieu sait comment, à grimper au poteau auquel il se cramponnait et à atteindre la poutre transversale. Au prix d'un effort surhumain, il réussit à attraper les fils arrachés qui claquaient dans le vent et à s'attacher au poteau. Le vent atteignit près de 320 km/h.

Soudain, le train traversa la gare dans un fracas de tonnerre, poussé par la tempête; des dizaines de malheureux qui s'accrochaient aux rails furent décapités par les roues. Aveuglés par le vent et la pluie, les mécaniciens n'avaient même pas vu la gare. Peu avant 20 h 30, le train revint en gare et stoppa. Alors qu'hommes, femmes et enfants se débattaient pour y monter, une muraille d'eau de mer de plus de 5 mètres de haut, surgie des profondeurs de la nuit, déferla sur ce qui était déjà une scène de cauchemar. Après le reflux de l'énorme vague et de celles, plus petites, qui la suivirent, il ne restait sur les rails que la locomotive, qui pesait une centaine de tonnes et un wagon de marchandise lesté de sacs de sable. L'air était redevenu calme et les étoiles scintillaient dans un ciel clair.
 
La gare avait disparu. La plupart des gens avaient été balayés par la mer et noyés. Les wagons, arrachés aux rails, étaient dispersés jusqu'à 30 mètres à la ronde. Il ne subsistait plus, aux environs de la gare, que trois poteaux télégraphiques debout, dont celui auquel Karl Sudor s'était attaché. Il s'apprêtait à descendre lorsqu'il entendit une voix:

« Monsieur Karl, vous fe'iez mieux de 'ester su' vot' poteau. On est dans l'œil du cyclone. »
 
Cherchant à localiser la voix qui l'appelait, Sudor aperçut Louis, son équipier, juché sur un arbre. En effet, l'œil du cyclone une fois passé, le vent se remit à souffler, mais de la direction opposée. La seconde moitié du typhon fit moins de ravages, parce qu'il ne restait pratiquement plus rien à détruire. Lorsque la tempête fut calmée, Sudor descendit de son poteau dans l'obscurité, butant sur les décombres et les cadavres, et se dirigea vers l'arbre où il avait aperçu Louis. Mais l'arbre avait disparu, et Louis aussi. Au total, 288 ouvriers et plus de 300 habitants de l'île avaient péri.

Aux premières lueurs de l'aube, on mesura toute l'étendue du désastre. Un peu partout, des corps commençaient à se décomposer, jusque dans les branches de presque tous les arbres encore debout, où ils étaient restés coincés après le reflux des vagues.

«Avec la chaleur du soleil, l'odeur devenait insupportable, devait dire Sudor. Les morts puaient, les vivants vomissaient. J'avais peine à reconnaître les visages de mes amis de la veille. Le sol de l'île étant fait en grande partie de corail à peine recouvert d'une mince couche de terre, il fut impossible d'enterrer la plupart des morts. Ils furent empilés comme des bûches et brûlés. Pendant plusieurs jours, la mer continua de rejeter des cadavres sur le rivage. D'où venaient-ils, il était impossible de le dire. C'était pire que tout ce que j'avais pu voir pendant la guerre. »

Le destin du « chemin de fer sur la mer» était de périr en mer, car il ne fut jamais reconstruit. Les rails étaient arrachés. Les ponts, les viaducs servirent à la construction de l'autoroute no l, qui allait permettre aux voitures d'atteindre Key West. Aujourd'hui, elle s'appelle l'Overseas Highway (l'« autoroute de la mer ») et la plupart des garde-fous sur les ponts et les viaducs sont faits d'anciennes traverses de chemin de fer.
 
La plupart des survivants du chantier de l'autoroute quittèrent les Keys pour ne plus jamais y revenir. Karl Sudor fut parmi les rares à rester. Pendant des années, on répéta sans se lasser l'histoire du grand ouragan : sans exagération, car la réalité était plus horrible que tout ce que l'imagination la plus folle aurait pu inventer. Karl Sudor passa plusieurs années à travailler sur les remorqueurs et les dragues servant à la construction de l'autoroute de la mer. En 1942, il s'engagea dans la Marine de réserve, et commanda un petit patrouilleur au large de Key West. Après la Seconde Guerre mondiale, il acheta au surplus de la Marine un bateau de sauvetage de 63 pieds (20 m), qu'il transforma en bateau de pêche pour louer ses services aux estivants, et il devint le meilleur guide des Keys de Floride. Entre deux belles prises, il racontait volontiers l'histoire de l'ouragan de 1935 et de ses conséquences.

«Je vais vous dire encore une chose, expliquait-il. Vous croyez sans doute qu'il ne reste plus que l'autoroute et les voitures, à la place de la voie ferrée, mais certaines nuits de tempête, on entend encore un train siffler au loin. Et si vous tendez bien l'oreille, vous entendez même le train. Je l'ai souvent entendu les nuits de grand vent. La compagnie a beau dire que toutes les voies de la ligne de Key West ont été démontées, je connais un endroit où il en reste une quinzaine de mètres. Les traverses sont pourries, les éclisses desserrées et les rails rouillés, mais elle est encore là. J'en suis sûr, parce que ça se trouve dans les broussailles au fond de mon bout de terrain. »

Les habitants des Matecumbes ne prenaient pas Sudor au sérieux, avec son histoire de train fantôme. On le considérait comme un peu dérangé, on disait souvent qu'il était « le roi des pêcheurs et le roi des menteurs ».

Vers le milieu des années 50, Sudor ramenait en remorque le bateau d'un ami qui était tombé en panne. Le filin de remorque, trop tendu, arracha l'anneau de la proue et le lança comme un projectile au moment précis où Sudor se retournait. L'anneau le frappa de plein fouet sur le côté gauche de la figure, qui fut réduit à l'état de bouillie sanglante. Sudor resta trois semaines entre la vie et la mort. Il fallut enlever ce qui restait de son œil gauche, et pratiquer plusieurs opérations de chirurgie du cerveau. Une fois rétabli, il n'était plus question pour lui d'emmener des touristes à la pêche. De toute façon, son bateau avait été vendu pour payer une partie des frais d'hôpital.

Mais il trouva quand même suffisamment d'argent pour s'acheter un nouveau bateau. Il y installa une grande chambre froide et se mit à pêcher chaque fois que le temps et l'état de la mer le permettaient. Il gagnait sa vie en vendant sa pêche aux restaurants de fruits de mer qui se multipliaient le long de l'autoroute, mais il ne se remit jamais tout à fait de son accident et il s'éloigna peu à peu de ses vieux amis. Lorsque le mauvais temps le clouait au port, il s'occupait de l'entretien de son bateau ou parcourait les environs, au volant d'une camionnette hors d'âge, à la recherche de vieille ferraille « qui pouvait encore servir ».

Il possédait un petit terrain de quelque 6 000 m, planté de grands arbres et couvert de végétation tropicale, qui servait de refuge aux chiens errants. Après son accident, les chiens restèrent, mais la végétation fut peu à peu remplacée par une sorte de décharge pleine d'objets hétéroclites. D'année en année, il menait une existence de plus en plus recluse, de plus en plus solitaire. Le seul à garder avec lui des rapports autres que commerciaux était Harry Pinney, l'ancien employé du télégraphe du chemin de fer, qui avait pris sa retraite et tenait un petit magasin d'articles de pêche. Ils avaient trois grands sujets de conversation : le temps et la pêche, la politique, et le grand ouragan de 1935. Sudor finissait toujours par se lancer sur le «train fantôme» qui passait derrière sa maison les nuits de tempête: «Vous pouvez rigoler, criait-il à ceux qui se moquaient de lui, mais vous ne viendriez pas passer la nuit chez moi une nuit de tempête! »

Un soir où les Keys étaient balayées par la queue d'un petit ouragan, Pinney releva le défi. Mais les deux vieux copains se soûlèrent si bien qu'ils ne se souvenaient plus de rien le lendemain. Le caractère excentrique de Sudor s'affirmait avec l'âge, et il avait vieilli pour ainsi dire du jour au lendemain, lui qui avait toujours paru jusqu'alors plus jeune qu'il n'était. Les enfants n'osaient plus venir jouer dans les vieilles guimbardes qui encombraient sa cour, à cause du vieil homme et de ses chiens. Ils ne s'y risquaient plus que quand il dormait. Alors, ils lançaient des morceaux de corail sur le toit de sa petite maison.
 
Les peintres qui passaient l'hiver dans les Keys centrales le prenaient souvent pour modèle. Parmi les curieux rassemblés dans le magasin de Pinney pour écouter le vieux raconter son histoire de train fantôme, il y avait toujours un artiste ou deux qui prenaient des croquis de lui. Des années au soleil de Floride avaient fait du nez de Sudor une sorte de choux-fleur criblés de pores dilatés. Il ramenait ses cheveux gris sur son front pour cacher sa cicatrice, qui avait quinze bons centimètres de long; l'œil qui lui restait était si gonflé qu'il avait toujours l'air de lui sortir de la tête; la sueur qui lui coulait sur le front s'infiltrait sous le cache noir qui dissimulait le trou laissé par son œil gauche. Il ne comprenait pas que son auditoire, à l'exception de Pinney et des peintres, ne venait que pour se moquer de lui, et sa voix prenait des accents passionnés quand il s'échauffait au cours de son récit. Alors, il faisait de grands gestes de ses mains tremblantes et prenait le ton dramatique des acteurs shakespeariens. Si quelqu'un se moquait de lui trop ouvertement, il quittait le magasin d'un pas lourd, écartant d'un revers de main ceux qui essayaient de le retenir.

Un soir de décembre où les Keys étaient balayées par la traîne d'un front froid, Sudor et Pinney faisaient un petit poker chez ce dernier, derrière son magasin. Le vent hurlait. La pluie se mit à tomber. Pinney regarda son jeu : pas même une paire. Sudor écarta ses cartes lentement et sourit : as de trèfle, as de pique, huit de trèfle et huit de pique. Alors, sans même regarder sa cinquième carte, il referma son jeu et prit son ciré :

«Je ferai bien d'aller voir un peu chez moi si mon bateau est bien amarré. J'y vais sans doute pour rien, mais je serai plus tranquille. Je donne à manger aux chiens et je reviens tout de suite. Et ne regarde pas mon jeu. Tiens, je préfère l'emporter. C'est plus sûr. À tout de suite. »

« Essaie de ne pas te noyer!» cria Pinney au moment où Sudor sortait.

Quelques instants plus tard, la porte se rouvrit brusquement : «Écoute, Harry! Le train... je l'entends, il arrive! »

Saisissant Harry par le bras, il le traîna dehors, dans la tempête:

« Tu entends, Harry? Tu entends? » Pinney fit signe que non : « Tout ce que j'entends, c'est le vent et la pluie. »

Sudor se mit à crier :

« Je l'entends bien, moi! Alors, tu dois l'entendre aussi! Écoute le sifflet! Ce n'est pas le vent, c'est le sifflet d'un train, comme dans le temps! »

Pinney arracha son bras à Sudor :

« C'est le vent, Karl. Il n'y a pas de train et je rentre, moi. »

« Non, Harry! Ne me laisse pas! »

Dans le vent déchaîné, le visage de Sudor était déformé, presque méconnaissable. Son œil intact ressemblait à un œuf où l'on aurait peint une tache noire. Le vent arracha le capuchon de son suroît et ses cheveux se mirent à flotter, découvrant la cicatrice de son front. En levant la main pour essuyer la pluie qui lui ruisselait sur le visage, il déplaça sans s'en apercevoir le carré d'étoffe noire, dénudant l'orbite vide où se trouvait jadis son œil gauche:

« Harry, je t'assure, j'entends le train! Écoute! Le voilà! J'entends la locomotive! »

Cherchant des yeux Harry et tous ceux auxquels il avait raconté si souvent son histoire, Sudor s'aperçut qu'il était seul sous la pluie glacée chassée, par le vent. Il courut à sa camionnette et démarra dans la tempête. Le lendemain, il faisait frais, mais le ciel était clair. La tempête avait fait peu de dégâts et tout semblait redevenu normal. Pourtant, une atmosphère étrange pesait sur l'île. Les habitants sentaient qu'il se passait quelque chose, sans pressentir ce dont il s'agissait.

Harry Pinney fut le premier à s'apercevoir qu'on n'avait pas vu Karl Sudor de la journée. La mer était trop grosse pour la pêche : « Il doit travailler sur son bateau, pensa Pinney. Je passerai chez lui cet après-midi, quand j'aurai fermé le magasin. »
 
Le soleil était encore haut sur l'horizon lorsque Harry Pinney arriva chez Sudor. La camionnette était garée dans la cour, la portière de gauche grande ouverte. Les chiens, au lieu d'aboyer comme d'habitude, se tenaient au fond de la niche que Sudor leur avait installée dans un vieux chariot. Un cadenas pendait à un anneau à la porte de la maison, la clef encore dessus. Pinney entra. Sudor n'était nulle part. Pinney regarda par toutes les fenêtres, l'une après l'autre, s'il apercevait son ami sur son terrain, puis il ressortit pour aller voir le bateau de Sudor. Il le trouva en bon état: à peine quelques centimètres d'eau dans le fond, absolument rien d'anormal. Comme Sudor n'avait pas le téléphone, Pinney reprit sa voiture pour aller au poste de police. Il faisait encore jour lorsqu'il revint avec un policier. En contournant la maison pour passer derrière, Pinney remarqua quelque chose de blanc à la lisière du bosquet de palmiers nains. Il s'approcha, se baissa et ramassa l'une des cartes que Sudor avait emportées la veille. Il allait appeler le policier lorsqu'il aperçut une autre carte un peu plus avant dans le massif:

« Hé, Joe, viens voir un peu! J'ai trouvé quelque chose. »

Pinney avait trouvé d'autres cartes, dispersées comme si elles avaient été semées volontairement pour indiquer une piste. Tandis que le policier écartait les palmes pour le rejoindre, Pinney regardait les cartes qu'il avait en main : as de trèfle et as de pique, huit de trèfle et huit de pique, plus un valet de carreau. C'était le «jeu du mort» de la légende, celui d'un avocat nommé Bill Hickock, abattu d'une balle dans le dos avec ces cinq cartes en main. Pinney fut tiré de ses réflexions par le policier:

« Viens voir un peu! » Pinney traversa le bosquet:

«Regarde, dit le policier. Des rails. Ton vieux copain n'est pas si cinglé, on dirait. Ils commencent à ce massif là-bas et il y en a quinze bons mètres jusqu'au bosquet de palmiers derrière. »

Pinney se mit à genoux pour toucher les rails :

« Dite donc, la rouille a été enlevée, comme si un train venait de passer. Mais c'est impossible! Ça doit être un bout de métal projeté par la tempête, cette nuit. »

Il se retourna pour voir pourquoi le policier ne venait pas regarder avec lui. Celui-ci était debout entre les rails, bouche bée, pétrifié; son teint coloré était devenu livide.

Pinney revint lentement vers lui. Le corps de Karl Sudor était là, coupé en deux, les deux moitiés séparées par un rail. Pinney se prit le visage dans les mains:

« Mon Dieu! dit-il. C'était donc vrai, son histoire de train ... »

 

 

 

Winer, Richard, 1975. Le nouveau dossier du Triangle des Bermudes. Editions Select.
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.


 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2737359651&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2844545475&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2847346791&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=8873017045&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Les prophéties de la mère Shipton

 

Les prophéties de la mère Shipton

La plus grande prophétesse de tous les temps



{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

La Mère Shipton prédit plusieurs événements historiques qui allaient façonner le monde moderne. Voici un petit résumé de la vie d'une des plus grandes prophètes de l'histoire, qui marqua à tout jamais l'histoire anglaise.


Ce n’est peut-être pas une coïncidence que les prophètes et les visionnaires soient apparus aux époques les plus troubles, où de grands changements survenaient. C’est aussi durant une période comme celle-là, par une nuit d’été de 1488, qu’une jeune fille donna naissance à un bébé illégitime, dans le Yorkshire.

À sa naissance, Ursula Sondheil était infirme, mais elle n’allait pas tarder à faire parler d’elle comme prophétesse sous le nom de la Mère Shipton. Elle était difforme, mais elle avait l’esprit agile. Ainsi, elle avait appris à lire et à écrire beaucoup plus rapidement que la plupart des enfants de son âge. A 24 ans, elle épousa un charpentier ordinaire du nom de Toby Shipton, de Spipton, près de York. Sa réputation de voyante ne tarda pas à se répandre dans toute l’Angleterre et en Europe. Des centaines de curieux se massaient autour d’elle, buvant ses paroles sibyllines.

La légende dit qu’elle serait née dans les cavernes près du château de Knaresborough. Cependant, tous les détails entourant la naissance et l’enfance de celle qui deviendra la mère Shipton ont été transmis de bouche à oreille pendant plus de 150 ans, alors personne ne connaît les circonstances réelles entourant ses premières années de vie.
    
Ce que nous savons cependant, c’est que depuis 1641, plus de cinquante ouvrages ont été écrits à son sujet et que son histoire a marqué l’imagination collective pendant des siècles. Les nombreux récits, parfois peints ou même brodés, nous laissent voir l’impact qu’a eu la mère Shipton sur son entourage.

 



La mère Shipton

L’histoire raconte par exemple qu’un jeune noble serait venu consulter la prophétesse pour savoir quand s’achèvera la vie de son père. Ce dernier avait besoin d’argent, et ne pouvait plus attendre de recevoir son héritage.

La mère Shipton ne lui dit rien. Le jeune homme tomba malade peu de temps après. C’est pourquoi le père de ce dernier vint à son tour consulter Ursula, dans l’espoir qu’elle puisse l’aide à sauver son fils. Cette dernière répondit :

 

« Ceux qui patiente en espérant la mort des autres,
Leurs propres fins surviennent,
La terre qu’il a tant cherchée, bientôt il aura,
La terre de sa suffisance, dans sa tombe… »


Bientôt après la mort du jeune homme, la nouvelle des circonstances entourant sa mort et de la prédiction de Ursula Shipton ne fit qu’augmenter la crainte entourant cette mystérieuse femme. Cette peur était toujours présente, même longtemps avant son mariage. On raconte en effet qu’elle avait développé des dons de sorcellerie afin de se venger de ceux qui la persécutaient, ceux et celles qui se moquaient de son apparence physique. En effet, plusieurs racontaient qu’elle était la « fille du diable », une sorcière sanguinaire qui représentait un risque pour son village, et surtout pour les enfants.


La naissance et l’enfance de Ursula Sondheil


Selon les rumeurs, la mère d’Ursula se nommait Agatha et était une orpheline lente d’esprit et paresseuse. Elle préférait la prostitution occasionnelle plutôt que de travailler comme ménagère ou cuisinière. La légende dit qu’un homme l’a séduite et qu’il avait consenti à lui accorder un certain confort, en échange de faveurs sexuelles. Elle tomba donc enceinte de cet homme. Les gens ont rapporté que l’homme était aussi froid que de la glace, et qu’il ne semblait pas apprécier la tournure des évènements.


D’ailleurs, lorsqu’elle tomba enceinte, les voisins réclamèrent qu’elle soit poursuivie pour prostitution devant la justice locale. Elle dut avoir beaucoup de courage, car elle n’avait que 15 ans lorsqu’elle et son ventre énorme se retrouvèrent devant le juge. La poursuite fut abandonnée. Son amant avait engrossé deux autres femmes du village.


La légende raconte qu’elle naquit quelque part aux alentours du fleuve Nidd, par une chaude nuit de juillet, alors que le tonnerre grondait. Tout près d’un ancien site où l’eau possède des pouvoirs mystiques. La petite Ursula vit le jour dans des conditions misérables. La sage-femme qui l’accoucha aurait rapporté que le bébé était énorme et difforme.


La jeune mère était pauvre, mais son amant continua à subvenir à ses besoins. Nul ne sait comment elle fit, mais elle réussit même à convaincre un prêtre de baptisé son enfant, et ce, même malgré l’opposition locale. En effet, s’il était rare à cette époque qu’un enfant né illégitimement soit baptisé, celui-là avait également la réputation d’être l’enfant du diable. C’est l’abbé de Beverley qui accepta la demande de Agatha, même si cette dernière habitait à plus de 60 miles de Knaresborough.


Selon les conteurs, sa mère aurait donné Ursula à une mère adoptive alors qu’elle était âgée de deux ans. Agatha elle, trouvera refuse dans un couvent près de Nottingham où elle passera le restant de sa vie.


Les légendes racontent que la petite fille qu’était la mère Shipton était intelligente et malveillante. Une fois, alors qu’elle travaillait à l’extérieur, sa mère adoptive entendit l’enfant crier très fort. Elle tenta d’entrer dans la maison, mais une force invisible l’en empêcha. Elle demanda alors de l’aide de ses voisins, qui firent également incapables de pénétrer à l’intérieur. Un prêtre qui passait par là vit la scène. Il calma les gens et parvint à combattre la force invisible et entra dans la maison. Le berceau était vide, car la jeune Ursula, complètement nue, souriante, était assise devant le foyer. Il est possible aussi que la mère adoptive ait inventé de ces histoires comme celle-là pour expliquer certaines de ses négligences.


Ursula grandit et les histoires au sujet de son adolescence et du début de sa vie adulte ne sont qu’un éloge à sa laideur. Elle doit avoir ardemment rêvé, comme toutes les autres jeunes filles de son âge, à un prince charmant. Nul n’aurait pensé assister un jour à son mariage, pourtant un charpentier de métier, nommé Toby Shipton, lui demanda sa main. Plusieurs crurent qu’il avait été ensorcelé, qu’elle avait dû utiliser une poudre d’amour ou un élixir quelconque que pour le faire tomber amoureux d’elle. C’est en 1512, alors qu’Ursula Sondheil était âgée de 24 ans, qu’elle devint Ursula Shipton.


C’était une période importante pour l’Angleterre. Henry VIII, âgé de 21 ans, venait d’être couronné roi et avait déjà conquis le cœur de son peuple. Parmi ses conseillers se trouvait Thomas Wolsey, fils d'un boucher d'Ipswich, futur archevêque de York et cardinal à Rome.


La mère Shipton établie sa réputation


La vie était probablement beaucoup plus facile pour la mère Shipton maintenant qu’elle était mariée. Elle et son mari n’avaient pas d’enfants et vivaient plutôt bien. Ce fut un mois après le mariage que, pour la première fois, des voisins virent lui demander conseil. Une chemise et un jupon avaient disparu et ce vol intriguait beaucoup le voisinage, car ces articles étaient plutôt dispendieux à l’époque.


La mère Shipton déclara seulement qu’elle savait très bien qui avait volé les vêtements, et qu’elle ferait le nécessaire pour que ces biens soient rendus. Elle donna quelques indications à sa voisine. Cette dernière, comme prévu, se présenta à la croix du marché dans Knaresborough. C’est là qu’une femme se présenta, avec les vêtements disparus. L’inconnue se mit à danser et à chanter :


« J’ai volé mes voisins, regarder moi, je suis une voleuse et je vous le montre »


Elle rendit les vêtements, fit une révérence et s’en alla.


Plusieurs évènements mystérieux du même genre ont grandement contribué à la réputation de la mère Shipton. À la même époque, elle prédit la chute du clocher de l’église locale et la mort d’un seigneur en visite dans la région. Sa réputation commença à s’étendre dans tout le Yorkshire.


C’est à cette époque que le roi Henry VIII, encouragé par Thomas Wolsey, partit en guerre et décida d’envahir la France. L’Angleterre n’avait alors aucune armée stable et un recrutement intensif commença dans tous le pays. Ses troupes essuyèrent plusieurs défaites, mais le roi était obstiné et en 1513, avec l'aide de mercenaires autrichiens fournis par l'empereur Maximilian, il remporta sa première victoire importante, bataille surnommée « The battle of Spurs (La guerre des dents) ». La mère Shipton avait d’ailleurs prédit cet évènement :

 

« Lorsque le lion placera sa patte sur le rivage gallique,
alors les lys tomberont sous la peur.
Les femmes de se pays verserons des milliers de larmes,
car le l’aigle princier et sa bande se joindrons aux forces du lion et renverserons tout ce qui se dressera sur leur chemin.
Bien que plusieurs Sagittaire s’uniront pour défendre le pays du lys,
ils se perdront dans la confusion… »


Henry, naturellement, est représenté par le lion, le lys est le symbole de la France et l’aigle princier est l’empereur Maximilian d’Autriche.


Thomas Wolsey, qui avait convaincu le roi Henry de partir en guerre pour trouver la gloire, fut couvert d’éloges et considéré comme étant un des principaux responsables de la victoire anglaise. Pour le remercier de ses sages conseils, il fut nommé seigneur chancelier d’Allemagne et cardinal à Rome. Wolsey voulait devenir pape, et en attendant sa nomination à ce poste, il vécut comme un prince avec de nombreux domestiques. Il se fit construire une demeure encore plus grosse que celle du roi, aujourd’hui nommée la cour de Hampton et a fondé l’université de l’église du Christ.


La mère Shipton le surnommait « le paon taillé » :


« Quand le paon taillé perdra ses premières plumes,
il offrira un grand spectacle à la terre entière – pendant un certain temps –,
mais il disparaîtra après quelque temps et toute sa gloire ne mènera à rien. »


Le cardinal Wolsey était cependant détesté dans tout le pays. Encore aujourd’hui, le chancelier est rarement la personne la plus populaire de son gouvernement, car c’est lui qui gère les impôts. Wolsey, en l’absence du roi Henry, était maître de l’Angleterre. Des impôts de plus en plus lourds étaient exigés et la population en souffrait.

C’était des temps difficiles, les nouvelles voyageaient lentement et tout le monde s’interrogeait sur les décisions du nouveau maître du pays et sur la guerre que livrait le roi Henry et de nombreux fils, pères et frères des gens du pays. Les nouvelles ne se répandaient que par le bouche-à-oreille des voyageurs, les marchands ambulants et les commerçants, et trop souvent, ces informations étaient erronées ou inventées. La mère Shipton, même si elle habitait dans une maison isolée, en savait davantage que tout les autres.

 

De plus en plus de gens venaient consulter Ursula. Quelques fois même, des visiteurs se présentaient sous de faux noms et la prophétesse savait quand même exactement qui ils étaient.

 
Un de ces visiteurs était l’abbé de Beverley, qui, maintenant devenu vieux, commençait à craindre les réformes imposées par Wolsey aux petites communautés. Lors de sa visite, la mère Shipton n’avait pas de très bonnes nouvelles pour lui. Elle lui expliqua comment Wolsey allait affamer le royaume, en particulier les communautés plus isolées, que les pauvres et les malades ne pourront bientôt plus trouver refuge dans certaines églises et monastère, que plusieurs d’entre eux allaient être privés d’éducation… et que le roi ainsi que son parlement renieraient Wolsey au cours des prochaines années et que ce dernier allait mourir dans des conditions misérables.

Wolsey étant devenu l’homme le plus puissant et craint du royaume, plusieurs des prophéties de la mère Shipton parlaient de ses actes futurs et de sa chute.

 

 

 Celui-ci fut rapidement au courant de la réputation de cette prophétesse et qu’elle prédit sa chute. Il mandata donc 3 hommes, le duc de Suffolk, Charles Brandon, ainsi que le seigneur D'Arcy de Yorkshire et le seigneur Percy , comte de Northumberland, d’aller rencontrer la mère Shipton et de voir de leurs yeux si la rumeur était fondée, si elle était une vraie sorcière.


Lorsqu’ils se présentèrent devant la maison de la prophétesse, cette dernière était déjà à l’extérieur, souriante et invitèrent les trois hommes à venir s’asseoir à l’intérieur, devant un bon feu de foyer. Une fois à l’aise à l’intérieur, un des hommes aurait dit :


«Vous ne seriez pas aussi accueillante si vous saviez qui nous sommes et pourquoi nous sommes ici…!»

« Je crois que les messagers ont le droit d’être bien accueillis…» répondit-elle doucement en leur offrant de la bière.

« Vous savez pourquoi nous sommes ici ? Vous avez dit que le cardinal ne pourrait jamais voir York, et il n’a pas du tout aimé cela…»

« Je n’ai jamais dit qu’il ne pourrait pas voir York, dit-elle poliment, j’ai seulement dit qu’il ne l’atteindra jamais de son vivant… »

« Bien » dit le duc avec difficulté, « il a dit que la prochaine fois qu’il viendrait dans York, vous serez brûlée sur un grand bûcher.»

« On verra bien » dit alors la prophétesse.

Sur ses mots, elle jeta son foulard dans le foyer. Les flammes lui touchaient, mais ne le brûlaient pas. Elle le reprit alors et déclara :

« Non, je ne crois pas que je vais finir brûlé.»

 

Elle jeta un coup d'oeil sur le duc de Suffolk. Ce dernier et ses deux acolytes transpiraient la peur, cette peur de la sorcellerie. Un des hommes osa lui demander si elle savait ce que leur réservaient leurs futurs. Elle devint soudainement très sombre et déclara qu’elle les voyait morts sur les routes pavées de York.
 

Lorsque le cardinal Wolsey fut mis au courant des dires de la mère Shipton, il décida de partir de Londres pour se rendre à York. Ce voyage était long et dangereux, ainsi sa vraie destination n’était pas York, mais Cawood, une ville à 10 miles plus au sud. Wolsey avait l’intention de monter sur la tour de Cawood, en espérant voir York à partir de cet endroit. Peut-être qu’à la lumière du jour, il arrivait réellement à voir une partie du territoire.
 
« Elle a dit que je n’arriverais jamais à voir York » ricana le cardinal.

 

 


La tour de Cawood

 « Respectueusement, elle n’a pas dit que vous ne parviendrez pas à voir York, elle a dit que vous ne l’atteindrez jamais. » le corrigea un de ses hommes.


« Et bien, allons-y et brûlons-la ! »
rajoutâmes Wolsey en regardant la bordure des forêts avoisinantes York et quelques toitures de maison à peine visibles. Mais alors qu’il s’apprêta à quitter Cawood, le cardinal aperçut le seigneur Percy, comte de Northumberland avec quelques gardes.

« Vous êtes venu pour moi ? » interrogea Wolsey

« Effectivement mon seigneur, le roi exige que vous retourniez à Londres pour faire face à des accusations de haute trahison. »

C’est sur la route, sous bonne escorte que Wolsey entama son voyage de retour, sans être parvenu à York. Pendant le voyage, il devint très malade et l’escorte dut arrêter dans un monastère de Leicester pour qu’il reçoive des soins. Il y perdra la raison et y mourra, dans des conditions misérables comme l’avait prédit la mère Shipton. Suite à sa mort, la réputation de la prophétesse allait prendre des dimensions incroyables, au point d’en faire une légende vivante.

Le parlement décida aussi que l’église avait pris trop de pouvoir, et décida de faire un ménage important. Plusieurs des fidèles de Wolsey en payèrent le prix, dont le seigneur Percy et le seigneur d’Arcy qui se firent tuer sur les routes du Yorkshire.

Henry VIII est mort le 28 janvier 1547, laissant derrière lui un pays changé, très différent de celui dont il avait hérité 40 années auparavant. La vieille puissance de l’église médiévale avait été cassée, le parlement était maintenant la nouvelle autorité. Le fils de Henry VIII, Édouard VI avait seulement 9 ans lorsqu’il hérita du royaume. La prophétesse avait aussi des choses à dire à son sujet :   

 

« Pour un prince pieux doux, faire de la place,
et dans chaque église préparer un balai,
car ce prince qui ne naîtra jamais rendra les têtes rasées désespérées. »


L’accouchement du jeune prince avait été brutal, et la césarienne qu’avaient pratiquée les sages femmes avait tué sa mère, Jane Seymour. Les têtes rasées – les moines – avaient bien raison de s’inquiéter, car le conflit entre les églises protestantes et catholiques s’envenimait de plus en plus et les protestants dominaient.


« Alors, les gens du peuple prendront les armes,
Et la méchanceté de femme causera beaucoup de mal.
Fierté mortelle d'Oh ! Différends détestables d'Oh !
Frères pour regarder la vie des autres.
Mais l’ambition est tellement mortelle,
Le griffon féroce perdra sa tête.
Peu après la mort du lion,
De par une douce cruauté. »


Elle prédira aussi :

 

« Une dame vertueuse alors mourra,
Pour être augmenté vers le haut tellement de haut,
Sa mort causera une autre joie,
À une personne qui nuira beaucoup au royaume. »


Effectivement, la population, fatiguée du chaos et de l’anarchie qui régnait, prit les armes. Des temps sombres s’annoncèrent pour l’Angleterre, les prix montaient en flèche et la population était de plus en plus pauvre. Le roi Édouard VI est mort alors qu’il n’avait que 16 ans, après seulement un peu plus de 5 années de règne. Dans une première période, son oncle, Edward Seymour, puis dans une seconde, Dudley, sont les hommes forts du pays. Ce dernier est un homme ambitieux, qui intrigue et profite des dissensions pour gouverner et s'enrichir. Il se fait nommer duc de Northumberland. Ce dernier convainc Édouard que ses soeurs (Marie, la catholique et l'aînée, et Élisabeth) sont des dangers pour la couronne et qu'il vaut mieux les déclarer bâtardes, leur bloquant ainsi la succession. À leur place, Jane Grey, une amie sincère du roi, est officiellement choisie pour succéder au trône. Le duc y retrouve son compte, car son propre fils s'est marié avec Jane.


Quand il meurt, en 1553, Jane est reconnue par le conseil de régence comme reine. Sa famille la pousse à accepter. Mais, sans appui, neuf jours plus tard, elle est chassée du trône (puis exécutée au début de l'année suivante) par Marie Tudor, la soeur du défunt roi. C’était une époque dure, la nouvelle reine étant profondément protestante, les catholiques se font persécutés dans les rues, la population est divisée et plusieurs se font même brûler vivant.


La mère Shipton la surnommera Alecto, et donnera cette prophétie :

 

« Alecto après avoir assumé la couronne ;
Et les mitres se lèveront, et les têtes tomberont,
À Smithfield le sang coulera.
L'Angleterre s'associera avec l'Espagne,
Certains tenteront de leur nuire, en vain.
Alecto alors de la vie se retirera,
Et le prêtre pontifical mourra. »


Le sang coula effectivement à Smithfield, et lorsque meurt Marie Tudor un matin de novembre 1558. Quelques heures plus tard, un cardinal polonais important s’éteint à son tour. La mort de Marie Tudor signe la fin d’une ère, et le début d’une autre. L’Angleterre ne serait plus jamais la même. Mais au moins, la violence a cessé et la vie semble vouloir reprendre son cours d’antan. Une nouvelle reine prend le contrôle du pays et c’est alors que débute le long règne de la reine Élizabeth I. Elle avait 25 ans lorsqu’elle prit le pouvoir et n’allait jamais se marier. Elle règnera pendant plus de 45 ans et rapportera la paix et la fierté dans son pays.


Comme elle l’avait prédit, la mère Shipton s’éteindra en 1561, à l’âge estimé de 73 ans. Elle laissera de très nombreuses prophéties sur les années à venir. Elle prédira la mort de la reine et le couronnement de James VI en 1603, ainsi que des guerres, la grande peste de 1665, l’incendie de Londres en 1666. Aujourd’hui, certaines de ses prédictions ne nous paraissent plus si obscures. Elle avait prédit, par exemple :


« Il y aura des voitures sans chevaux et le monde connaîtra la plaie des accidents. »


Elle annonça la venue du téléphone et de la télévision :


« Les pensées feront le tour du monde en un clin d’œil. »



Lorsqu’elle avait prédit :

« Les hommes marcheront au-dessus des fleuves et sous les fleuves, le fer flottera sur l’eau »

Ses contemporains avaient dû aussi se demander à quoi elle faisait allusion. Aujourd’hui, les bateaux et les sous-marins de fer sont choses communes, mais à l’époque…

La Mère Shipton prédit plusieurs événements historiques qui allaient façonner le monde moderne. La défaite de l’armada espagnole, par exemple :

« Et les chevaux de bois du monarque de l’Ouest seront détruits par les forces de Drake »

 

Dans un couplet plus élaboré, elle prophétisa que Sir Walter Raleigh ouvrirait le Nouveau Monde au commerce britannique :

 

« Sur une mer déchaînée et venteuse
Un noble voguera
Qui ne manquera pas de trouver
Un pays nouveau et merveilleux
D’où il rapportera
Une herbe et une racine… »


L’herbe en question était évidemment le tabac et la racine, la pomme de terre.

Il est très probable que les dires de la mère Shipton aient été exagérés avec le temps, interprété… Mais ce que nous savons, c’est qu’elle a bien existé, qu’elle a marqué l’imaginaire populaire et l’histoire de l’Angleterre à tous jamais. Elle mérite, sans aucun doute son nom au rang des plus grands prophètes de l’histoire.




 

David Magny © Dark-Stories.com - Mercredi 24 janvier 2007
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Références:

« Les Phénomènes étranges du monde » de Charles Berlitz
The mother Shipton Story: http://www.mothershiptonscave.com
Les pages de Publius Historicus

Arnold Paole - Le vampire de Meduegna


Arnold Paole - Le vampire

Une histoire de vampire reconnue par les médecins de l'époque


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Arnold Paole, Arnaut Pavle ou Arnont Paule est un vampire célèbre qui aurait sévit en Serbie, dans le petit village de Meduegna (aujourd'hui Medvegja). Il acquit une grande célébrité du fait que les autorités autrichiennes ainsi que deux médecins ont enquêté sur l'affaire et conclus que c'était bien un cas de vampirisme. Ce cas étant fort bien documenté, il a grandement aidé à la propagation du mythe des vampires chez les européens instruits. Les principales connaissances sur cette histoire proviennent des rapports de deux médecins militaires autrichiens, Glaser et Fluckinger, qui ont été successivement envoyés pour enquêter sur l'affaire. Cette histoire a marquée un précédant dans les croyances populaires entourant les morts-vivants.
 

Cette histoire commence aux environs de 1725, lorsqu'un soldat du nom de Arnold Paole retourne chez lui après avoir complété son service militaire. Peu après son arrivé, Arnold confie une étrange histoire à ses proches. Il raconte qu'il s'est fait attaquer et mordre par un vampire, mais qu'il réussit quand même à se défendre pour finalement tuer son agresseur. Afin de contrer la malédiction, il affirme avoir pratiqué un rituel qui consiste à se frictionner le corps avec le sang du vampire et manger de la terre de son tombeau. Malgré tout, il craint la malédiction et de devenir un vampire à son tour lorsqu'il sera mort. Malheureusement pour lui, sa fin allait venir beaucoup plus rapidement qu'il l'aurait cru. Quelques mois après son retour de l'armée, il tombe d'une charrette et se casse le cou.

Au cours du mois suivant sa mort, quatre personnes se plaignent d'avoir été attaquées par Arnold Paole. Ils souffrent d'un curieux mal et ils mourront tous moins de 10 jours après ces mystérieuses attaques. Ces faits mettent rapidement les villageois en alerte, et suivant les conseils d'un homme ayant supposément déjà eu affaire à ce genre de monstres, ils décident  d'exhumer le corps de Paole et de pratiquer sur lui un rituel afin de l'empêcher de faire encore plus de mal.

 

Quarante jours après son enterrement, des hommes se rendent donc au cimetière pour déterrer la dépouille du supposé vampire. Une fois le cadavre exhumé, les villageois constatent avec effroi que le corps n'est pas du tout décomposé. Du sang frais coule de ses yeux, son nez, sa bouche et ses oreilles. Il y a du sang partout dans le cercueil, sa barbe, ses cheveux et ses ongles semblent avoir continué à pousser. Il a la bouche grande ouverte et une malveillante expression semble habiter son visage. On donne l'ordre de lui enfoncer un pieu dans le coeur et de rependre de l'ail sur son cadavre. Lorsque le pieu perfore son coeur, Paole pousse un cri à glacer le sang, comme s’il n'était pas du tout mort. Les hommes le saisissent alors et lui coupent la tête, avant de brûler son corps. Pour prévenir l'apparition d'autres vampires, les villageois déterrent les quatre victimes du vampire et procède au même rituel.


Mais les vampires persistent...


Les quelques années suivantes se passèrent bien, mais les villageois de Meduegna n'en avaient pas fini avec les vampires. Durant l'hiver de 1731, un curieux mal s'abatis sur certains villageois. Les premières victimes de l'épidémie moururent rapidement, dans un délai d'environ trois jours. Le tout commence par une femme de cinquante ans nommée Milica, qui semblait plutôt bien. Peu de temps après, c'est au tour de trois adolescents, tous âgés d'environ 15 ans, d'être touché par la mort. Les symptômes varient d'un malade à l'autre. On raconte que certains portent des signes évidents de vampirisme. Pendant la même période, une femme, du nom de Stana, meurt en accouchant d'un bébé mort-né. Cette mort fut aussi imputée à la malédiction des vampires, ainsi que six autres malades qui succomberont de la maladie dans les mois qui suivront.


Les rumeurs vont bon train, un vampire guette le village. On raconte que Milica et Stana seraient au coeur de cette épidémie de vampirisme. Même si Milica était bien appréciée dans son voisinage, des gens affirment qu'elle aurait  déclaré avoir mangé deux moutons qui avaient été tués par des vampires. On raconte aussi que Stana avait déjà révélé s'être barbouillée le visage avec du sang de vampire, afin de se protéger de ces créatures démoniaques. Mais selon les croyances populaires de l'endroit, ces deux actions auraient plutôt eu l'effet de leur transmettre la malédiction. Quelques jours plus tard, un soir à minuit, une femme prise d'une panique soudaine se réveille en hurlant d'horreur. Elle prétend avoir été attaquée dans son sommeil et étranglée par l'une des victimes du vampire.  Elle décède trois jours après cet incident. Une autre victime se plaint de grandes douleurs, semblables à des coups de couteau, a de la fièvre et des tremblements.


L'histoire prend alors beaucoup d'importance et les autorités chargent le docteur Glaser d'enquêter sur l'affaire. Il fait le tour des maisons, parle aux familles des victimes et aux voisins. Selon lui, la mystérieuse épidémie a fait 13 victimes et est probablement due à de la malnutrition. Cette déclaration est loin d'attirer la sympathie des villageois et ne les rassure pas. Le vampire guette et les villageois ont peur, ils réclament que les autorités tuent ces monstres afin de leur garantir la paix. Ils menacent même de quitter définitivement le village si rien n'est fait.


Glaser accepte donc, un peu à contrecœur, d'exhumer certains des corps afin de pouvoir les examinés. À sa grande surprise, il constate que la plupart d'entre eux ne sont pas en décomposition, ils sont enflés avec du sang dans la bouche. Seulement trois des cercueils inspectés démontrent une décomposition normale. Dans son rapport, il demande à ce que le souhait des villageois soit exaucé et que les vampires soient exécutés afin de rassurer la population. Peu convaincus, ses patrons envoient donc une deuxième équipe d'enquêteurs, dirigée par le docteur Fluckinger.


Cette nouvelle commission décide donc d'aller jeter un coup d'oeil aux cadavres. Fluckinger constate 17 morts, soit quatre de plus que son prédécesseur. Ils découvrent donc que cinq des cadavres sont normalement décomposés, mais que les douze autres sont encore parfaitement conservés et présentent plusieurs signes de vampirisme. Leurs organes semblent remplis de sang frais et non coagulé. Leur peau est belle et semble bien vivante.  Dans le cas de Milica, la toute première victime, elle semble en meilleure santé qu'avant sa mort. Elle qui avait toujours été maigre a maintenant de jolies rondeurs. On donne l'ordre que les corps décomposés soient retournés à la terre et que les vampires soient exécutés. Les hommes coupent les têtes des cadavres suspects et brûlent leurs corps. Leurs cendres sont jetées dans la rivière Morava. On tente également de retrouver le corps du bébé  de Stana mais ce dernier n'est pas au cimetière. Puisqu'il n'était pas baptisé, son corps avait été enterré à côté d'une clôture. Les enquêteurs apprennent alors qu'il fut déterré et mangé par des chiens. L'affaire fut officiellement close le 26 janvier 1732 et les manifestations de vampire cessèrent pour de bon.


Avec l'avancement de la science, les différentes étapes de la décomposition d'un corps humain sont beaucoup mieux connues et cette histoire devient plus compréhensible. Personne ne sait quel mal a réellement frappé le petit village de Meduegna, mais il est probable que les observations du docteur Glaser soient pertinentes et que ces gens ont souffert de malnutrition pendant l'hiver. Un autre cas de décomposition étonnante  est celui de Élizabeth Siddal, tel que présenté dans l'article sur le vampire de Highgate.

 

 

 

David Magny © Dark-Stories.com - Jeudi 21 février 2013
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Sources et autres références:

en.wikipedia.org
Glaser's report in the original German
Flückinger's report in the original German
Nowosadtko, Jutta. 2004. Der "Vampyrus Serviensis"

Amityville - la maison du diable


Amityville, la maison du diable

La maison hantée la plus connue du monde

 

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

La maison d'Amytiville

 

Suite au succès des nombreux livres et films au sujet de cet endroit, il est justifié de vouloir connaître les éléments entourant cette mystérieuse demeure située au 112 Ocean Avenue, dans le quartier aisé d'Amityville (Long Island), une banlieue de New York.  Construite en 1928, cette maison de style colonial est au coeur d'une macabre histoire qui la fera connaître comme étant "La maison du Diable". Vous découvrirez sur cette page ma petite recherche sur cette réputée maison hantée. Elle présente principalement les événements entourant le massacre de la famille DeFeo et les étranges incidents qui ont poussé les nouveaux propriétaires à abandonner leur maison seulement 28 jours après y avoir aménagé.


{dailymotion}x4gfcn?syndication=115201{/dailymotion}

 

La famille DeFoe


Avant la nuit tragique durant laquelle ils furent sauvagement abattus par l'un des leurs, les DeFeos étaient des gens normaux qui aimaient la vie. Les membres de la famille DeFeo étaient Ronald sr. et Louise DeFeo, les deux parents ainsi que leurs cinq enfants:  Ronald Jr., Dawn, Allison, Mark et John. Ronald DeFeo Jr., le seul survivant et l'auteur du massacre, a été accusé de six condamnations à perpétuité dans la Prison de Greenhaven. Quelques années auparavant, les DeFeos vivaient dans un appartement de Brooklyn, proche du lieu de travail de M. DeFeo. Ils étaient enchantés d'avoir emménagé à Amityville, surtout pour la maison, car ils avaient maintenant deux étages et demi ainsi qu'un sous-sol. Comme un emblème de leur nouvelle vie, un signe avait été ajouté au jardin devant la maison où il est inscrit, "HAUTS ESPOIRS" (traduction mot à mot).

 

      
À gauche, Ronald DeFeo Jr. et son père. À droite, la famille DeFeo

 

Ronald DeFeo sr, fils de Rocco DeFeo, est directeur général de La "Brigante-Karl Buick Concession" sur l'île Coney, Brooklyn. Il aime beaucoup ses enfants et les a élevés avec tendresse et amour. Cependant, selon les dires de Ronald Jr., son père était un homme violent et le frappait encore, bien qu'il soit adulte. Il affirmait aussi que son père avait plusieurs amis plutôt louches, des gens avec un passé criminel. Un incident est survenu le jour avant les meurtres : Ronald sr. et Ronald Jr. ont été vu dans l'embouchure du sous-sol. Ronald Jr. est parti avec une lèvre ensanglantée. En général, Ronald DeFeo sr. était un homme bon qui aimait sa famille et sa vie. Le jour de son meurtre, M. DeFeo devait aller au travail et emmener son fils, Mark, chez le docteur. Ce dernier s'était blessé en jouant au football.

Louise DeFeo est la fille de Michael Brigante. Il n'y a pas beaucoup d'information de disponible au sujet de Mme Defeo. Ronald DeFeo Jr. a accusé sa mère d'être infidèle à M. DeFeo, mais cette affirmation n'aurait pas de fondement réellement connu.

 

      
De gauche à droite: Mark, John, Allison et Dawn DeFeo



D'après ses amis, Allison DeFeo était une fille tranquille. Chaque fois que Ronald DeFeo Jr. élevait la voix dans la maison, elle fermait sa porte de chambre pour ne pas entendre les disputes entre Ronald Sr. et Ronald Jr. Elle passait son été dans la piscine avec ses amis. Elle était âgée de treize ans lors de son assassinat.

John DeFeo avait sept ans lors de son décès. Il a été décrit comme un petit garçon gentil par les amis d'Allison. Le jour avant les meurtres, John DeFeo et son ami se sont assis sur le pas de son sous-sol et ont regardés secrètement Ronald sr. et Ronald Jr. se disputer. Ronald Jr. est parti avec une lèvre ensanglantée.

Il n'y a pas beaucoup d'informations au sujet de Mark DeFeo, à part que le jour de son meurtre, M. DeFeo était supposé emmener Mark chez le docteur pour une blessure survenu au football. Pendant sa saison de football, Mark DeFeo avait eu une blessure sérieuse exigeant l'usage temporaire de béquilles et d'une fauteuil roulant. Il fut abattu à l'âge de douze ans.

Dawn DeFeo a dix-huit ans lors du meurtre. D'après Ronald DeFeo Jr., il y avait plusieurs discussions au sujet de la musique qu'elle écoutait. Il paraît que son frère n'aimait pas les musiciens noirs populaires à cette époque. D'après lui, sa soeur l'a aidé à rester sur probation en lui donnant un échantillon de son urine, ce qui a permis à Ronald DeFeo Jr. de réussir ses tests antidrogue. En ce temps-là, Ronald Jr. était un utilisateur occasionnel d'héroïne.

Shaggy était le chien de berger de la famille. Ronald DeFeo Jr. le détestait passionnément et avait comploté plusieurs fois pour le tuer. La seule raison pourquoi laquelle il ne l'avait toujours pas fait était que son père l'avait prévenu que peu importe ce qui arriverait au chien, cela passerait sur son dos. Pendant les meurtres, Shaggy n'a pas arrêté de japper. Quelques jours après les meurtres, il fut adopté par un ami de la famille.


Le massacre de la famille Defeo

 

 

Mercredi 13 novembre 1974 vers 3 h du matin, Ronald DeFeo Junior finit de regarder un film appelé Castle Keep. Il prend son fusil de 35 mm et assassine son père, sa mère, ses deux frères et deux soeurs pendant qu'ils dorment dans leurs lits. Certains sont tués dans leur sommeil, d'autres auront le temps de se réveiller avant leur assassinat :

Ronald Senior reçoit 2 balles dans le dos. Entrées par le cou, elles traversent ses reins et sa colonne vertébrale. Le coroner indique que la victime a essayé de se déplacer vers le haut avant de mourir. Il a survécu de quelques secondes à quelques minutes avant de succomber à ses blessures.


Louise reçoit elle aussi 2 balles : une entre et sort par son poignet gauche. La 2e détruit son poumon, son diaphragme, sa cage thoracique et son foie. Elle se dirige vers la porte et meurt 10 minutes après la fusillade.

Mark et John reçoivent des tirs à bout portant (moins de 4 cm). Les balles pénètrent le coeur, les poumons, le diaphragme et le foie de chaque victime. La moelle épinière de John est touchée sévèrement.

 

Amityville - La nuit des meurtres

 

Allison est réveillée et a le temps de voir la muselière du pistolet avant de recevoir la balle en pleine tête. La balle est sortie, a frappé le mur et a rebondi par terre.

Dawn a reçu une balle à bout portant également (moins de 6 cm) dans le bas de son cou. La balle est sortie par l'oreille gauche.


Arrestation et enquête policière


La police croit que les voisins n'ont rien entendu, car la maison agissait comme un château fort et aurait assourdi le son. De plus, le chien DeFeo aboyait bruyamment pendant tout le temps des meurtres. Pourtant, durant les tests fait par les enquêteurs, la détonation d'une telle arme pouvait être entendue jusqu'à cinq paté de maison plus loin. Fait inusité, la seule chose qui fut entendu, par un des voisins, est les aboiements du chien.

Les DeFeo croyaient très probablement que Ronald DeFeo Jr. regardait encore Castle Keep, une émission particulièrement violente et pleine de tirs bruyants. Il  écoutait la télévision très fort, ce qui pourrait expliquer pourquoi les enfants ne se sont pas réveillés. Les parents furent les premiers à être assassinés et les enfants n'avaient aucune raison d'être alarmés parce qu'ils dormaient dans leur maison, dans leurs lits.

 

Amityville - La nuit des meurtres        



Vers 18h30, la porte de Henry’s Bar s’ouvrit brusquement. Ronald DeFeo Jr entra en trombe et cria de façon hystérique : "Vous devez m’aider ! Je crois que mes parents ont été tués !" Six hommes le suivirent dans une camionnette tandis que Ronald fonçait vers la maison à toute vitesse dans sa propre voiture, ignorant leurs avertissements de ralentir. Arrivé sur les lieux, Ronald courut vers la porte d’entrée. L’un des hommes lui cria de faire attention, car quelqu’un pourrait encore se trouver à l’intérieur. Le jeune homme répondit : "Ça m’est égal !"

L’intérieur de la maison était calme, le seul bruit environnant était les aboiements du chien, attaché à l’extérieur parce qu’il n’était pas encore propre. Les hommes se ruèrent à l’étage vers la chambre des adultes, une odeur de mort lourde dans l’air ambiant…

Les hommes se ruèrent à l’étage vers la chambre des adultes, une odeur de mort lourde dans l’air ambiant. En allumant la lumière, ils stoppèrent net devant le massacre. Sur le lit reflété dans le miroir en face, Ronald DeFeo sr gisait sur le ventre, une blessure par balle visible dans le dos. Sa femme, Louise, était partiellement recouverte d’une couverture orange, ses blessures cachées des regards.

Malgré ses nombreuses déclarations contradictoires, Ronald jr admit plusieurs fois avoir eu deux amis et sa sœur Dawn pour complices. L’un de ses amis ayant fui après les meurtres, mais ils auraient été trois pour abattre tout le monde. Cependant, Ronald nie avoir quoi que ce soit à faire avec le meurtre des trois enfants, accusant Dawn des faits. Une autre version de ses faits il disait entendre des voix qui lui ordonnait de tuer sa famille (il croyait que ces voix étaient celles de Dieu). Ronald jr n’était pas un enfant de choeur, il avait subi les moqueries de ses camarades de classe dans sa jeunesse et s'en était évadé grâce à la consommation de drogues. Deux semaines avant les meurtres, il y aurait eu une altercation entre le père et le fils concernant une fraude camouflée en vol que Ronald Jr aurait commis avec la firme de son père. Ronald sr aurait alors dit à son fils "Tu portes le Diable en toi !" Ronald lui répondit : "Espèce de gros porc, je te tuerai !" avant de s’en aller en voiture.

Les autopsies ont révélé que les DeFeos n'ont pas été drogués au dîner et il a été prouvé que Mme DeFeo et Allison se sont réveillées. Ronald DeFeo Jr. déclarera durant son interrogatoire que Dawn s'était réveillée et lui a demandé quel était le problème. Il lui a dit de se recoucher, ce qu'elle a fait, et c'est alors qu'il l'a abattue. Il est dur de dire si ce qu'il raconte est vrai, car il a créé beaucoup de versions différentes des meurtres pendant l'interrogatoire de la police.

À la demande de l'avocat de la défense, William Weber, une enquête a lieu dans la maison afin d'y trouver une quelconque puissance capable d'avoir influencé le meurtrier. Sans doute renseigné par des spécialistes en parapsychologie, il soupçonne l'existence de champs électromagnétiques dus à des vices de forme ou à des forces telluriques avoisinantes susceptibles de saturer l'environnement en ondes nuisibles à l'équilibre des cellules et à la santé mentale de son client. Cette thèse du champ parapsychologique est avancée par un certain Hans Holzer pour justifier pourquoi aucun des membres de la famille DeFeo n'a été alerté par les coups de feu. Il inhibe les sons et affecte la perception du bruit. Mais de là à entendre des voix d'outre-tombe…

L'affaire est classée par les scientifiques qui refusent d'y voir autre chose qu'une folie meurtrière. La maison étant « tâchée de sang », elle reste inoccupée pendant plusieurs mois malgré son prix attractif : « Quartier résidentiel d'Amityville. Villa style colonial hollandais, 6 chambres à coucher, 1 grand salon, 1 grande salle à manger, une véranda fermée, 3 ½ salles de bains, sous-sol fini, garage 2 voitures, piscine chauffée, et grand hangar à bateaux. Prix demandé : 80.000 dollars ».


Les nouveaux habitants de la maison du diable


Était-elle vraiment hantée ? C'est ce que se demandent encore les gens. Bien que les propriétaires suivants n'aient pas été gênés par des incidents inhabituels, les Lutz, eux, déménageront au bout de 28 jours, chassés par des "événements surnaturels", sous forme d'activités poltergeist et d'apparitions démoniaques. S'agissait-il réellement d'une histoire vraie ? Certains affirment aujourd'hui que toute l'affaire n'était qu'un canular, une escroquerie perpétrée par les Lutz pour gagner de l'argent. Ceux qui croient à l'histoire disent au contraire que la thèse du canular n'a été élaborée que dans le but de décourager les hordes de curieux qui, après la sortie du livre (1977) et du film (1979), sont venus en masse à Amityville pour jeter un coup d'œil sur l'attraction locale : la désormais célèbre "maison du diable".

En dépit de la controverse, c'est une histoire effectivement terrible qui est à l'origine des affirmations selon lesquelles la maison d'Océan Avenue serait hantée. N'ayant pas réussi à convaincre les jurés qu'il avait obéi à l'injonction de voix lui intimant l'ordre de tuer, DeFeo est déclaré responsable de ses actes; inculpé d'homicide sous 6 chefs d'accusations, il est condamné à 25 ans de prison pour chacun d'entre eux. Après cet épisode sanglant, la grande maison d'Océan Avenue est mise en vente à un prix dérisoire. George Lutz, propriétaire d'une compagnie de géomètres qui bat de l'aile, visite la propriété avec sa femme Kathy. Malgré le passé macabre de la grande demeure, ils croient avoir trouvé la maison de leurs rêves et s'en portent acquéreurs.

Les Lutz emménagent avec leurs 3 enfants le 18 décembre 1975. Une de leurs premières actions est de demander à un prêtre de venir bénir la maison. Au cours de la bénédiction, le prêtre dit entendre une voix, forte, semblant venir de nulle part, lui disant simplement : « Allez-vous-en ! ». Rapportés par les Lutz eux-mêmes dans une interview qu'ils ont accordée à la télévision History Channel dans le cadre de deux reportages consacrés à la légende d'Amityville, les phénomènes envahissent peu à peu leur quotidien.
Ils constatent d'énormes variations de température, la présence de l'odeur écœurante d'un vieux parfum, la formation de taches noires à certains endroits et l'apparition de nuées de mouches malgré la saison hivernale.

George Lutz est tiré de son sommeil chaque nuit vers 3h15. Cauchemar ou réminiscence du massacre des DeFeo qui eut lieu à cette heure ?

Enfin, Mélissa, la cadette, évoque à plusieurs reprises de la présence d'une « amie » du nom de Jodie qui se manifeste à elle en lui assurant qu'elle « resterait toujours dans la maison ». Imagination infantile ou expression du démon ?

Le temps fort de ces manifestations reste la découverte dans la cave d'un réduit qui ne figure sur aucun plan. Même le chien de la famille, un labrador noir du nom de Harry, refuse d'approcher cette pièce malodorante aux murs peints en rouge…

Un lion de céramique de plus de 1 m de haut se met à bouger tout seul. On trouve des empreintes de sabots fourchus dans la neige tout autour de la maison. Les traces mènent tout droit à la porte du garage qui avait été arrachée de ses gonds, une prouesse qui aurait nécessité, selon Anson, une force au-delà de celle d'un être humain. Les Lutz arrivèrent rapidement à la conclusion que la maison de leurs rêves était en fait un endroit cauchemardesque hanté par des démons maléfiques.

Kathy Lutz est la première à être véritablement terrorisée par les entités qui hantent la maison. Des bras invisibles l'enlacent; des êtres tentent de la posséder. Toute fuite étant impossible, écrivait Anson, elle avait l'impression qu'elle allait mourir. Plus tard, des marques rouges très douloureuses apparurent sur sa peau, comme si elle avait été frappée à coup de tisonnier brûlant.

À la même période, George Lutz vit à son tour des événements étranges. Il entend une fanfare défiler dans la maison, avec le bruit des bottes et le son d'instruments à vent. Il ne voit rien, mais retrouva les tables, les fauteuils et le canapé poussés contre les murs du salon, comme pour laisser le passage à la cohorte endiablée. Par-dessus le marché, les Lutz affirment avoir eu plusieurs fois la visite d'êtres démoniaques. Ces entités se manifestent sous des formes très variées : immense silhouette encapuchonnée de blanc, démon cornu ou encore cochon diabolique aux yeux ardents.


Trop c'est trop


Puis, l'événement le plus extraordinaire, la goutte d'eau qui fit déborder le vase, a lieu une nuit de début janvier 1976. Cette nuit-là, George n'arrive pas à trouver le sommeil, et après avoir décidé de sortir boire un verre, il se tourna vers sa femme pour la prévenir. À sa grande stupéfaction, elle ne se trouvait plus à ses côtés ; il leva les yeux : elle lévitait dans les airs ! Plus horrible encore : lorsqu'il la tira par la manche pour la faire redescendre dans son lit, elle se rida et pris un instant l'apparence d'une vieille femme hideuse.  Après 28 jours dans leur nouvelle demeure, ils quittèrent donc la maison, en pleine nuit, laissant tous leurs biens derrière eux.

L'histoire d'Amityville allait être la source d'inspiration de nombreux auteurs de livres d'horreur dans les années 1980s. La plupart se réclament de la pure fiction, mais quelques-uns prétendent raconter la «vraie» histoire. Toutefois, dans leur grande majorité, les spécialistes du paranormal affirment qu'il n'y a jamais eu d'histoire «vraie». Selon eux, l'affaire des Lutz serait une pure fiction d'un bout à l'autre.

Manipulation


Bien qu'on ne mette pas en doute la sincérité des Lutz, leur première narration des événements était beaucoup moins impressionnante : ils y parlaient de sentiments et de sensations plus que de phénomènes physiques. De plus, on s'aperçut plus tard que l'avocat de Ronald DeFeo, William Weber, avait basé sa défense en appel sur la culpabilité du diable pour faire acquitter son client. Weber reconnut même qu'il avait aidé les Lutz à faire de leur histoire une histoire à sensation, pour prouver que n'importe qui vivant dans la maison d'Amityville pouvait subir l'influence de forces surnaturelles.

Malgré les preuves écrasantes en faveur d'une supercherie, Ed et Lorraine Warren, de la Société pour la recherche psychique de Nouvelle-Angleterre, soutiennent que le récit des Lutz est authentique. Ils ont enquêté dans la maison avec un groupe de chercheurs après que les Lutz l'eurent abandonné; ils furent remplis d'un sentiment d'horreur absolue en explorant la propriété. Quand Ed Warren descendit à la cave, il dit avoir vu des milliers de points lumineux, ainsi que des formes sombres qui essayèrent de le précipiter à terre. Et quand Lorraine Warren, qui est médium, tenta d'entrer en communication directe avec les êtres hantant la maison, un membre de l'équipe s'évanouit, deux eurent des palpitations et un autre se sentit tellement mal qu'on dut le faire sortir d'urgence de la maison.

Pour les Warren, le « mal » associé à la maison est bien antérieur à la tuerie perpétrée par DeFeo. D'après leurs investigations, le terrain sur lequel est bâtie la maison fut autrefois un site de détention utilisé par les Indiens Montauketts, premiers colons de la région, pour garder leurs malades mentaux. Selon leurs croyances, les maladies mentales étaient attribuées à l'action du démon. Plus tard, un sorcier de Salem du nom de John Ketcham, chassé du Massachusetts au 17e siècle, vint y trouver refuge pour rendre un culte au Diable. Or, un corps a été exhumé au début du 20e siècle à l'emplacement de la propriété. Le cadavre de John Ketcham ou celui d'un chef indien ? Quel qu'il soit, la force qui se manifeste à Amityville lui serait attribuée ! Les esprits inhumains se délectent d'une telle souffrance, affirment les Warren; ils infestent les tombes de ceux qui n'ont pas été enterrés en terre consacrée.

On ne saura probablement jamais ce qui s'est passé au 112 Ocean Avenue. Les Cromarty, qui ont emménagé juste après les Lutz, affirment qu'aucun phénomène bizarre ne s'est produit. Ils ont même intenté un procès aux Lutz parce qu'ils étaient assaillis de curieux réclamant des visites guidées. Ils sont parvenus à un règlement à l'amiable... Ce montant n'a pas été dévoilé.

 

     



Cette photo très populaire ci-haut aurait été prise par un ami de la famille Lutz. Il est impossible de savoir si la déclaration des Warren au sujet de cette image est vraie, cependant, la ressemblance entre les photos des enfants Defeo est surprenante... et un peu morbide.

Supercherie ? Peut-être bien, mais véridique ou pas, l'histoire de la maison d'Amityville n'a pas fini d'intéresser les amateurs de paranormal. L'histoire entourant cette maison hantée est devenue l'un des plus médiatisée au monde et à fait l'objet de nombreuses réalisations cinématographiques, tel que "Amityville, la maison du diable (1979)" ou "Amityville 2 - Le possédé (1982)", tel que présenté sur par ce critique de cinéma d'horreur et fantastique.



David Magny © Dark-Stories.com - Lundi 30 octobre 2006
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.
Dernières modifications - 14 février 2013. Merci à Cathou pour la correction !

Informations complémentaires: Grimmovie - Dossier Amityville, la maison du diable

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2737359651&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2844545475&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2847346791&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=8873017045&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

La mutilation du bétail


La mutilation de bétail

Un phénomène toujours inexplicable


{dailymotion}x8jdc2?syndication=115201{/dailymotion}


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

Il est hors de tout doute que nombre d'animaux domestiques et sauvages furent victimes d'un phénomène de mutilation bien étrange qui demeure difficilement explicable malgré les nombreuses enquêtes policières et scientifiques qui ont cherché la cause de ce phénomène. Ces événements ont été rapportés un peu partout dans le monde, mais principalement au Mexique, au Canada et aux États-Unis. Seulement aux USA, environ 2000 cas de mutilation sont rapportés chaque année. Prédateurs naturels, rituels satanistes ou forces inconnues… le mystère reste entier. Les mutilations animales ont commencé au début des années 60 et continuent toujours aujourd’hui. Le premier cas de mutilation officiellement recensé est survenu en 1967 avec la mort mystérieuse d’un cheval nommé Snippy.

Ces évènements troublants ont généralement été associés aux ovnis, à des expérimentations gouvernementales étranges ou encore à des mouvements religieux très motivés. Il est important de noter que ces mutilations ne se limiteraient pas qu'au bétail, mais aussi à des animaux sauvages. Les mutilations dont il est question ici sont le sectionnement de parties du corps, généralement les pis, la langue, le cœur ou les muqueuses des animaux avec une précision intelligente, généralement entourée de circonstances déconcertantes.

Les articles se trouvant sur cette page décrivent les événements étonnants survenus un peu partout dans le monde. Les textes sont classés par ordre chronologique:

1967 - Snippy, le prélude d'une longue série de massacres (USA)
1974 - Une chirurgie géométrique (USA)
1975 - Animaux morts, végétation détruite et radioactivité (USA)
1975 - Une lumière bleue dans le ciel (USA)
1975 - La valise bleue: un indice valable ? (USA)
1975 - Des attaques venues du ciel ? (USA)
1975 - Les cagoules noires (USA)
1975 - Du travail étrangement bien fait (USA)
1976 - Des traces mystérieuses (USA)
1976 - Un extra-terrestre méthodique? (USA)
1976 - Une préférence pour les oreilles (USA)
1980 - La loi canadienne du silence (Canada)
2005 - Une vague de mutilation d'animaux domestiques (Suisse)
2005 - Des vaches portantes retrouvées mortes et mutilées (Argentine)
2005 - Mutilation en série de cerfs communs (Uruguay)

 

Snippy, le prélude d'une longue série de massacres


Prélude d'une effroyable série de mutilation de bétail, en 1967, la mort mystérieuse d'un cheval nommé Snippy. Âge de trois ans, il était la monture préférée de Mr. Et Mrs. Berle Lewis, d'Alamosa (Colorado, USA); il pâturait dans le ranch du frère de Mrs. Lewis à quelques kilomètres de là.

 C'est le soir du 7 septembre qu'on vit Snippy pour la dernière fois. Quand, le lendemain matin, il ne vint pas au ranch chercher sa ration de grain et d'eau, on eut quelques inquiétudes. Le surlendemain, on entreprit des recherches. On le trouva mort dans un pré, à environs 400 mètres de la maison. Snippy gisait sur le flanc gauche, dans un état effroyable. Il semblait que son encolure avait été découpée tout autour de l'os. Au-dessus des épaules ne restait aucune trace de chair. De la tête, ne subsistait que le crâne décharné. Sur le sol, au sud-est et au nord-ouest du cadavre, on remarqua plusieurs taches sombres. Près du cheval, deux buissons avaient été écrasés, et, à côté de l'un d'eux, de petits trous semblaient avoir été perforés dans le sol. Sur l'un des buissons, Mrs. Lewis retrouva une partie de la crinière de Snippy.

 

 
Le plus inexplicable fut l'absence totale de trace, même de Snippy, dans un rayon d'environ 30 mètres autour du corps. Des empreintes sur le sol semblaient indiquer que deux cheveux avaient dû courir avec lui jusqu'à un point, puis avaient fait demi-tour simultanément vers le ranch. Au-delà, les traces de Snippy continuaient sur une courte distance, puis s'arrêtaient à une trentaine de mètres de l'endroit où sa carcasse avait été retrouvée.

Selon les descriptions données par ceux qui ont examiné la dépouille du cheval, le cadavre aurait été vidé de son sang et de son liquide céphalorachidien, les tissus cérébraux et les organes internes avaient disparu. Il est normal que le liquide céphalorachidien se liquéfie rapidement par temps chaud, mais en septembre, dans cette vallée, la température était plutôt froide. Et, à part deux coyotes venus rôder autour du cadavre peu après sa découverte, il n'y avait pas de trace d'animaux charognards. De plus, il semblait absurde que des oiseaux, fourmis ou d'autres prédateurs se nourrissent uniquement de la tête à l'encolure.

L'autopsie fut pratiquée par le Dr Robert O. Adams, de l'Institut de médecine vétérinaire et de science biomédicale de l'université du Colorado. Il déclara premièrement qu'il ne trouvait rien d'anormal à la disparition des organes internes du cheval. Les petits animaux charognards s'introduisent souvent par les orifices naturels des animaux pour aller dévorer ces organes. Le sang avait simplement coagulé et les tissus cérébraux avaient subi la liquéfaction et l'évaporation naturelle du processus de décomposition.

Mais le Dr Adams découvrit des traces d'une grave infection dans le flanc droit du cheval et constata que la peau, près de l'épaule, « avait été incisée ». Il supposa qu'une personne avait dû trouver l'animal en proie à d'atroces souffrances et lui avait tranché la gorge pour mettre fin à son agonie. Les prédateurs naturels auraient fait le reste.

Peu après, les restes furent remis au Dr Wallace Leary, vétérinaire privé à Alamosa. Celui-ci, examinant le squelette, eut la surprise de découvrir dans l'os pelvien, des lésions causées indubitablement par des balles. Convaincu qu'on avait tiré sur Snippy, il supposa que l'animal avait dû galoper jusqu'à épuisement et se jeter dans une clôture de fils barbelés, qui lui avait infligé ses blessures. Cependant, la véritable cause de la mort de Snippy reste un mystère. Le squelette de Snippy a été exposé au Luther Bean Museum, de l’Adam State College, il fut plus tard vendu sur ebay pour 50 000$.

 

 

Chirurgie géométrique


Durant l'automne 1974, un fermier du Minnesota trouva une de ses vaches morte dans son pré : il lui manquait le pis, les organes sexuels et les oreilles. Pour prélever le pis, on avait pratiqué une incision en forme de losange.



Animaux morts, végétation détruite et radioactivité 


À Whiteface, Texas (USA), dans une région où, au début de 1975, on signalait des ovnis depuis des semaines, la police vint examiner une génisse retrouvée morte, le 10 mars, par l'éleveur Darwood Marshall, sur une aire de végétation écrasée. L'animal avait le cou tordu et la tête pointait vers le ciel ; on avait prélevé sa langue, ses organes internes et, semble-t-il, découpé son nombril. Sur le sol, autour du corps de l'animal, il n'y avait aucun sang.

Quelques jours plus tôt, Marshall avait découvert un bouvillon mutilé gisant dans un cercle de blé roussi. L'équipe du Shérif, ayant découvert une radioactivité anormale sur le site, demanda le concours à des experts de la base aérienne de Reese. Leurs analyses révélèrent une radioactivité de 0,5 pour 100 plus élevée que la normale, différence faible et nullement alarmante. Cependant, pourquoi cette différence et ce cercle de blé brûlé ?



Des lumières bleues dans le ciel

 

De nombreux paysans de l'Ouest américain attribuèrent à des extra-terrestres les cas de mutilation de bétail, et le fait qu'on signala à maintes reprises la présence d'ovni dans la même région paraissait confirmer leurs suspicions. Ainsi, au début de 1975, près de Copperas Cove, Texas, on vit planer dans la campagne une lumière orange, la nuit où un veau fut mutilé.

Certains observèrent des rayons de lumière bleuâtres qui semblaient projetés de l'ovni vers le sol. Des fonctionnaires du service public de sécurité du Texas vinrent inspecter les lieux. Ils constatèrent qu'autour du veau mort, la végétation était bizarrement aplatie, comme écrasée par un souffle puissant, dessinant des cercles concentriques. À moins de 40 mètres du veau mort, des motifs identiques apparaissant sur un espace d'un diamètre de 9 mètres environ.

Selon certains chercheurs, des lumières dans le ciel sont rapportées dans plusieurs cas de mutilation animale, ce qui encourage l'hypothèse des ovnis.

 

 

La valise bleue: un indice valable ? 


Un jour, en traversant sa propriété, vers la fin de l'été 1975, un éleveur du Colorado aperçut par terre une valise bleue. Elle renfermait une oreille, une langue de vache, et un scalpel. Ce fut le premier indice corroborant ce que soupçonnaient de nombreux éleveurs : des adeptes d'un culte satanique étaient les auteurs des mutilations de bétail.

D'après Carl Whiteside, du service des enquêtes du Colorado, de nombreux cadavres de bêtes mutilées furent envoyés à l'école vétérinaire, mais six seulement étaient en état d'être autopsiés. Ces six sujets étaient morts de cause naturelles, et cinq d'entre eux semblaient avoir été, ensuite, mutilés par des mains humaines. Whiteside, au retour d'une réunion réunissant trois cents éleveurs, rapporta que ceux-ci étaient littéralement révoltés. Ce qui les effrayait et les alarmait, c'était qu'on put pénétrer dans leur ranch et pratiquement disséquer des animaux sans laisser de traces. Bien décidés à défendre leurs terres, tous ont peur de commettre un homicide involontaire : qu'une personne en panne d'essence s'aventure dans un ranch et, avant de savoir comment, quelqu'un aura le meurtre sur les bras.



Des attaques venues du ciel ? 


Rien ne permettait d'établir un rapport entre le passage d'hélicoptères et des mutilations de bétail, mais beaucoup d'éleveurs croyaient à l'intervention d'un engin aérien quelconque, car nombre d'animaux morts semblaient s'être écrasés au sol.


En août 1975, le shérif W.I. McDonald déclara avoir examiné une génisse mutilée, apparemment tombée d'une hauteur de quelques mètres dans une mare. Dans le comté de Park, Colorado, on trouve deux vaches mutilées dans un pré dont la barrière était cadenassée. Elles n'auraient pas pu s'y trouver, dit le shérif Norman Howey, « à moins d'avoir été larguées d'un engin volant ». On ne releva aucune trace près des cadavres.



Les « cagoules noires » 


Un employé du service des forêts déclara avoir vu, en septembre 1975, plusieurs individus en cagoules et robes noires près de Cove Creek, Idaho. À la suite de quoi on trouva plusieurs bêtes mortes et mutilés dans la région, et la police lança, contre les adeptes supposés d'une secte, de vaines recherches.

Le 9 octobre 1975, un automobiliste déclara à la police qu'en circulant à 3h30 du matin sur la nationale 95, dans l'Idaho, il s'était vu barrer la route par une quinzaine d'hommes masqués, formant un bloc, les bras unis ; mais il était parvenu à les contourner et à leur échapper.



Du travail étrangement bien fait 


Le 21 octobre 1975, on trouva une femelle bison de 750 kilos morte dans un enclos du zoo du mont Cheyenne, Colorado. Les organes génitaux étaient mutilés ; on avait prélevé une oreille, le pis et une plaque de peau de 155 centimètres carrés. Près d'elle, nulle autre trace que celles des animaux de l'enclos, qui renfermait une cinquantaine de bisons et dix élans. « Sans aucun doute, dit Dan Davis, directeur du zoo, l'animal a été mutilé par quelques instruments tranchants, maniés par un être humain. »

L'autopsie du bison, pratiquée par Rodney Walker, vétérinaire du zoo, exclut une attaque par des prédateurs et ne décela nul indice de maladie mortelle. Mais elle révéla un fait bizarre : le sang du cadavre était anormalement fluide, comme sous l'effet d'un anticoagulant.

« C'était extrêmement curieux, dit le Dr Walker, il y avait, dans les cavités abdominales et thoraciques, une quantité excessive de liquide sérosanguin, lequel s'était infiltré dans tous les tissus et jusque dans les globes oculaires. »

Le cadavre fut également examiné par Raoul W. Urich, médecin légiste du comté d'El Paso. Il nota que le lambeau de peau avait été prélevé sans entamer les tissus sous-jacents : « La coupure, nette et impeccable, était due manifestement à une lame très tranchante et éliminait l'intervention de tous prédateurs… Même en m'appliquant je n'aurais pas pu mieux faire. Un vrai travail d'expert! » Le Docteur nota également que l'autopsie s'était pratiquée dans d'excellentes conditions dues aux faits que le cadavre était mort depuis moins de 24 heures et que le froid avait retardé la décomposition.



Des traces mystérieuses


Des « traces mystérieuses qu'on eût dit laissées par des ventouses » attirèrent l'attention d'un inspecteur de service sanitaire du bétail, alors qu'il enquêtait sur un cas typique de mutilation, signalé le 13 juin 1976, dans le comté de Rio Arriba, au Nouveau-Mexique. Une vache de trois ans avait été amputée des organes sexuels, de la langue et d'une oreille.

Dans son numéro du 15 juin, l'Albuquerque Tribune décrivit ces marques comme celles d'un trépied ayant 20 centimètres de diamètre, avec un écart entre elles de 70 centimètres ; elles s'arrêtaient à 150 mètres de l'animal mort, « comme si, dit un policier, on avait atterri là, marché jusqu'à la vache et regagné le point de départ ». Le lendemain de l'enquête, poursuivait l'article, l'éleveur, revenu sur le site, avait trouvé d'autres marques sur les empreintes de pneus laissées par son véhicule.



Un extra-terrestre méthodique?


Un matin de 1976, Manuel Gomez, traversant son ranch en voiture, près de Dulce, Nouveau-Mexique, trouva dans son champ un taureau mort « avec des parties de son corps soigneusement découpées auprès de lui ».

Gomez se rendit en ville pour chercher le policier Gabe Valdez. De retour près du taureau, les deux hommes constatèrent que les parties découpées avaient disparu et que d'autres manquaient maintenant sur le cadavre. Gomez observa aussi « des marques en forme de cosse sur ses propres traces de pneus ».  Arrivé sur les lieux quarante-huit heures plus tard, un photographe et journaliste Howard Burgess, prit un rouleau de 20 photos en noir et blanc. À son étonnement, deux d'entre elles, prise à neuf poses d'intervalle, « montraient deux petites taches rondes dans le ciel. Leur écartement variait d'une photo à l'autre ». Sur les autres photos, le ciel était vide en haut des champs. « Il se peut que ce soit un défaut de la pellicule, mais ça serait la première fois ».

 



Une préférence pour les oreilles


C'est en janvier 1977 que le Jasper County News, du Mississippi, annonça que quelque chose dévorait les oreilles des porcs vivants. L'une des victimes, appartenant à Joseph Dickson, membre d'une communauté de Nazaréens, avait eu les oreilles proprement coupées, comme avec des ciseaux. La nuit suivante, dans la porcherie, un autre porc fut attaqué, et un autre encore le surlendemain. La troisième nuit, Dickson vit un animal dans la porcherie : il était plus grand qu'un berger allemand et bondissait comme nul chien au monde.



La loi canadienne du silence


Les agents de la police montée canadienne de Calgary (Canada) acquirent la quasi-certitude qu'une secte mutilait le bétail dans leur secteur. À l'issue de leurs enquêtes sur trois cas, en juin 1980, ils révélèrent que deux des cadavres montraient « les mêmes caractéristiques que ceux de l'automne dernier » (privés de leurs organes externes). Mais ils n'en dirent pas davantage sur les circonstances de ces trois cas.



Vague de mutilation d'animaux domestiques en Suisse

 

De nombreux actes de barbarie ont été commis contre des animaux domestiques en Suisse. Une vache portante a été retrouvée morte dimanche par un promeneur à Lostorf (canton de Soleure, nord), avec les tétines gauches du pis coupées et de nombreuses entailles sur la panse...

Les mutilations ont été vraisemblablement commises dans la nuit du 15 septembre 2005 dans la matinée, a précisé la police cantonale. Les recherches lancées immédiatement après la découverte du cadavre de la vache sont restées vaines, les chiens policiers n'ayant flairé aucune piste. Une autopsie sera pratiquée sur l'animal.

 

Entre mai et septembre 2005, 47 vaches, juments, moutons, chats et lapins ont été mutilés dans les cantons d'Argovie, Bâle-Campagne et Soleure. Plus aucun cas n'avait été signalé ces trois dernières semaines dans ces cantons du nord-ouest du pays. En revanche, plusieurs actes de barbarie ont été commis depuis la fin août dans l'Arc jurassien (ouest). Un âne et une génisse portante ont été mutilés à mort à Couvet et à Boudevilliers (canton de Neuchâtel), ainsi qu'une chèvre à Movelier (Jura). Trois vaches et un cheval ont été blessés à Seehof et à Bellelay (canton de Berne).


Des vaches portantes retrouvées mortes et mutilées


Quatre vaches ont été retrouvées mortes et mutilées il y a quelques jours au ranch "Los Hermanos" à proximité de Vertiz (La pampa, Argentine). L'éleveur Gustavo Steib a déclaré que ses vaches qui étaient sur le point de donner naissance à des veaux ont été retrouvées mortes le matin du 16 décembre 2005. Les organes génitaux, des morceaux de peau, les mamelons de leurs pis ont été prélevés avec une découpe circulaire parfaite. Les vaches ont eu des incisions profondes dans le cou et d’autres plus petites sur la carotide. Gustavo Steib a été impressionné par la précision des incisions, qui sont parfaitement propres et cautérisées, comme pour éviter les hémorragies...

Il a ajouté que d'ordinaire les chairs se décomposent après deux ou trois jours, mais elles se sont décomposées ici en à peine 12 heures, et la couleur de la chair a pris une teinte grisâtre foncé, presque de plomb autour des incisions. Il est également remarquable que le reste des carcasses n'a reçu aucune visite de charognards.


Mutilation de cerfs communs en Uruguay 


Le 19 décembre 2005, des cerfs communs ont été retrouvés étrangement mutilés dans une réserve de chasse uruguayenne, et les riverains sont de plus en plus inquiets. Ce sont essentiellement des femelles qui ont été mutilées avec ablation des organes reproducteurs et génitaux. Les incisions sont similaires à  celles de la vague de mutilation que la région de Conception avait connue en 2002 (les vaches avaient été amputées de leurs organes reproducteurs, de leur mâchoire et de leur langue).

Des ufologues ont visité le ranch qui couvre 3000 hectares à  la recherche d'indices, et ils ont reçu le témoignage de responsables du domaine qui déclarent avoir vu des hélicoptères et des objets lumineux au-dessus du secteur aux heures estimées des mutilations.

Le propriétaire a expliqué que tous les animaux avaient été trouvés morts à  côté du fil barbelé qui sépare les parcelles, et qu'un autre cerf commun a été retrouvé sur un chemin. Sur tous les cadavres, des organes, les organes génitaux et les anus ont été prélevés, ainsi qu'une partie du dos, mais d'un seul côté. Les incisions apparaissent comme instantanément cautérisées, ce qui a laissé perplexes les vétérinaires, y compris l'expert des affaires criminelles de la police. D'ailleurs, toutes les femelles se trouvaient du même côté, avec le cou tordu de la même manière !

Le ranch de Medalla Milagrosa est un lieu de chasse pour de nombreux politiciens, artistes et hommes d'affaires fortunés qui aiment y venir pratiquer la chasse, et l'endroit est vraiment magnifique, mais aucun de ces chasseurs n'aurait pu tuer ainsi des animaux sans laisser de traces de sang ni tirer une seule cartouche. Juan Rios habitué des lieux pense que les hélicoptères sont venus pour étudier ce phénomène, comme cela s’était déjà  produit en 2002 où des hommes qui ne s'étaient pas identifiés étaient venus prélever des échantillons sur les animaux mutilés. Au ranch, les avis divergent entre une explication du phénomène extraterrestre et l'action d'un sadique déséquilibré.

 

© Dark-Stories.com - Vendredi 15 septembre 2006
Dernières modifications - 13 février 2013. Merci à Cathou pour la correction !

Sources et autres références:

The Reader's Digest, Mysteries of the unexplained , p. 97-101
Esquire, décembre 1975
Penthouse, septembre 1980
Kenneth M. Rommel, Operation animal mutilation
Ronald D. Story, éd., Encyclopedia of UFO's
Michael D. Albers, The terror
Onet, E. George, D.V.M., Ph. D.,  Animal Mutilations : What we know
Frederick W. Smith, Cattle mutilation : The unthinkable truth
The Albuquerque News, 21 février 1979
The Jasper County News, janvier 1977
The New York Times, 5 juin 1980
le-matinet.com, 21 septembre 2005
hbc-ufo.com, 9 septembre 2006

Les monstres peuplant nos océans


Les monstres peuplant nos océans

Saviez-vous que 95% des profondeurs océaniques n'ont jamais été explorés ?


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

L’homme a toujours redouté que les vastes mers et océans l'entourant soient peuplés de créatures étranges et inconnues, souvent titanesques, qui pouvaient protéger ou mettre en danger la vie des marins. Plusieurs récits d’époque relatent des faits surprenants et même si ces observations ont été faites par des gens crédules, qui croyaient que les profondeurs étaient habitées par une panoplie de monstres plus étranges les uns que les autres, certains des témoignages restent quand même insolites.


Cet article traite des cas suivants:

Le calamar géant: un mythe devenu réalité
Le monstre de St-Augustine
Coelacanthe et requin grande-gueule
La mystérieuse carcasse du Zuiyo Maru
L'étrange mastodonte d'Ataka
La carcasse de Tecoluta

 

Le calamar géant : un mythe devenu réalité


Prenons pour exemple les nombreuses observations de kraken (ou craken), une immense créature, que certains navigateurs confondaient même avec une île, qui ressemblerait à une pieuvre cornue et était réputée pour être capable d’attaquer les plus grands navires. De nombreux écrits scandinaves, dont certains remontent à l’an 1000, relatent les activités de monstres énormes dans les mers nordiques. Le terrible monstre Scylla dépeint dans « L’odyssée » de Homère, au VIIIe ou IXe siècle, comme étant une curieuse pieuvre qui, malgré les nombreux membres humains la composant, ressemble en tout point au poulpe géant dans sa façon de chasser les proies, mais possède les tentacules en forme de dents de scie, comme les calamars géants. Nous savons maintenant que les légendes au sujet des krakens sont basées sur des observations faites de calamars géants, soit, sur des faits réels.

 

Attaque de calmar géant            La légende de Scylla

 


Les premiers indices scientifiques et reconnus de son existence remontent à 1847 et furent recueillis par un zoologue danois, Johan Japetus Steenstrup. Ce dernier, qui défendait la théorie de l’existence de cette créature, recueillit un pharynx et un bec d’un calamar géant. En 1857, le calamar géant reçoit un nom scientifique, Architeuthisdux, mais son existence est vivement contestée par les sceptiques de l’époque. Il fallut attendre, en 1861, qu'un groupe de pêcheur en aperçoive un et tente de l’attraper. Ils échouèrent, mais réussirent à récupérer un bout de queue. Après 1870, de nombreuses preuves s’échouèrent sur les plages de Terre-Neuve et du Labrador (Canada) et firent qu’il n’était plus possible de contester l’existence de tels monstres.


Pendant longtemps, un des plus grands calamars géants jamais retrouvés a été repêché à Thimble Tickle, à Terre-Neuve, le 2 novembre 1878. Deux pêcheurs avaient réussi à capturer un magnifique spécimen de 16,50 mètres de longueur. Ils en firent du pâté pour chien, après l’avoir présenté à un prêtre et avoir écrit à un journal de Boston. Mais il ne fait aucun doute qu’il existe des calamars beaucoup plus grands que celui de Thimble Tickle. En effet, des traces retrouvées sur des cachalots (ces baleines et les calamars géants se livrent quelquefois combat) nous permettent d’estimer que certains spécimens mesurent plus de 36 mètres de longueur.

 

{dailymotion}xwn3on?syndication=115201{/dailymotion}

 
{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Un calamar géant de 8 mètres de long a été filmé à 900 mètres de profondeur dans les eaux de l'Océan Pacifique. Après avoir passé 400 heures durant plus de 100 missions sous-marines, l'équipage de la chaîne Japonaise NHK a réussi, pour la première fois, à filmer cette créature mystérieuse. Le calmar avait été repéré le 10 Juillet 2012, à une profondeur approximative de 630 mètres, à 1000 kilomètres au sud de Tokyo.

 


Le monstre de St-Augustine


Deux jeunes garçons découvrirent, à la fin du mois de novembre 1896, une immense carcasse, en putréfaction avancée, près de St-Augustine, en Floride. Le Dr DeWitt Webb, un naturaliste amateur de la région, examina la dépouille du mystérieux animal. La taille du plus gros fragment de corps retrouvé était de 7 mètres de long et 5,50 m de largueur. Des morceaux de tentacules retrouvés mesuraient jusqu’à 10 mètres de long. Selon les calculs du professeur A. Verrill, qui examina aussi les restes de la créature, les tentacules de la créature devaient mesurer, à l’origine, entre 22 et 30 mètres. Cependant, il se rétracta et déclara que la créature était, en fait, que le nez et le crâne d’une baleine en décomposition.

 

Le monstre de Saint Augustine


L’histoire tomba donc dans l’oubli jusqu’en 1957. Forrest Glen, un biologiste de Floride compare des prélèvements du monstre de St-Augustine avec des échantillons cellulaires de baleine et de calamar géant. Il n’y trouve aucune correspondance. Après avoir comparé le monstre inconnu avec plusieurs autres échantillons, il en vint à la conclusion que l’étrange animal était une immense pieuvre, encore inconnue, beaucoup plus grande que toutes les autres espèces de pieuvres connues.



Coelancanthe et le requin grande-gueule

 

Le Coelancanthe



L'image ci-dessus présente un pêcheur du Mozambique ayant capturé un coelacanthe, une espèce considérée comme disparue depuis 70 millions d’années. C’est en 1938 que, pour la première fois, un de ces poissons fût répertorié et que les scientifiques durent se rendre à l’évidence que ce poisson était encore bel et bien présent dans nos cours d’eau.

 

Ce type de découverte est chose rare, mais loin d'être impossible. Plusieurs espèces d'animaux furent découvertes au cours du dernier siècle. Notons le gorille et le panda, qui furent découverts, par les Occidentaux, au début du 20e siècle. Certes, il est de moins en moins probable que des espèces terrestres soient découvertes, mais qu'en est-il des créatures vivantes dans les profondeurs des fosses abyssales ?
 
Le fait qu'une petite chauve-souris, de la taille d'un bourdon, ait échappé à la science n'a rien d'extraordinaire, mais qu'en est-il des créatures plus imposantes ?
 
Bien que la technologie s’améliore et que certains animaux comme le calamar géant peuvent maintenant être étudiés et mieux compris, d’autres restent encore cachés ou imperceptibles.
 
À droite se trouve une photo d'un requin surnommé "Grande-gueule", pêché en novembre 1976 au large des îles d'Hawaii. Un autre spécimen de cette race, que l'on croyait être tout simplement une anomalie, fut repêché en 1984, au large des côtes californiennes.

Maintenant mieux connu sous le nom anglophone de "Megamouth shark", il est la preuve que certaines espèces volumineuses de requins n'ont pas été découvertes.
 

Le megamouth shark ou requin grande gueule


Le troisième spécimen, un mâle de 5,15 m de long a été capturé en Australie en août 1988 et depuis, quelques autres requins de la même espèce ont été capturés. L’un d’entre eux a été capturé vivant au large de Los Angeles, s’est fait greffer un électrotransmetteur et a été remis à l’eau (le spécimen mesurait 5 mètres). Les scientifiques ont donc pu le suivre et en apprendre davantage sur la migration de cette race de requin jusqu’ici inconnue de l’homme.



La mystérieuse carcasse du Zuiyo Maru


Une des découvertes les plus intéressantes se produisit le 10 avril 1977, au large des côtes de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Un chalutier japonais, le Zuiyo Maru, prit dans ses filets, à environ 300 mètres de profondeur, une bien étrange masse pesant un peu plus de deux tonnes. Les pêcheurs furent stupéfaits, une fois la carcasse remontée à la surface, un animal inconnu de 9,60 m, dotée d’un cou et d’une queue étirée en longueur et de quatre nageoires. Malheureusement pour la cryptozoologie, le capitaine fut davantage impressionné par l’odeur pestilentielle et le liquide graisseux qui suintait sur le pont que la créature elle-même et, craignant que la dépouille de l’animal ne contamine leurs poissons frais, il ordonna à ses hommes de rejeter l’intrigant cadavre à la mer, après avoir l’avoir pesé, mesuré et photographié.

 

La carcasse du Zuiyo Maru


Les scientifiques japonais et du monde entier furent consternés d’apprendre que cette dépouille, une découverte pouvant être la preuve définitive de l’existence d'une créature marine inconnue, puisse avoir été rejetée à la mer. Après l’examen des clichés ainsi que des croquis dessinés par Michihiko Yano, un responsable de la pêcherie qui se trouvait alors sur le Zuiyo Maru, les savants conclurent que l’animal était peut-être un plésiosaure (le même animal si souvent associé à Nessie, le monstre du Loch Ness), soit un reptile marin supposément disparut depuis fort longtemps, mais qui aurait pu survivre jusqu’à nos jours. Cette espèce vivait effectivement au large des côtes australiennes il y a près de 100 millions d’années. Des chercheurs plus septiques ayant effectué des recherches par la suite ont déclaré que la carcasse était tout simplement celle d’un immense requin-pèlerin.



L'étrange mastodonte d'Ataka


L'image présentée ci-dessous est sans aucun doute une des plus formidables se trouvant dans les annales de la cryptozoologie. Depuis plus de 50 ans, cette immense créature retrouvée échouée sur une plage d’Ataka, en Égypte en 1950, ressemblant à une baleine possédant deux énormes défenses, a intrigué bon nombre d’experts, naturalistes, scientifiques et de cryptozoologistes.

 

Le monstre de Ataka


Son histoire commence en janvier 1950, après qu’une redoutable tempête ait ravagé le golfe de Suez pendant près de 3 jours. Le lendemain de cet ouragan, les autorités de l’endroit découvrent une carcasse énorme, en décomposition, que la tempête a poussée sur le rivage. Une équipe d’experts est aussitôt détachée pour aller identifier l’étrange animal.


Bien que ressemblant en tout point à une baleine, l’aspect le plus intrigant de cette découverte est sans doute les deux immenses défenses se trouvant de chaque côté de sa large gueule. L’animal semblait également avoir un évent, qui s'ouvre au sommet du crâne par un orifice simple, comme la plupart des autres membres de la famille des cétacés. Ces observations ont amené plusieurs scientifiques à croire que cet animal serait une espèce de baleine encore inconnue. Selon certaines déclarations, des témoins auraient aperçu une étrange baleine nageant dans le golfe une dizaine de jours avant qu'une tempête rejette l'étrange carcasse sur le rivage.


Selon certains sceptiques, la créature ne serait rien d’autre qu’une baleine, probablement tuée lors d'un accident et dont des os inférieurs de la mâchoire se seraient retrouvés à la hauteur de la gueule, ce qui aurait créé l’illusion d’une créature équipée d’une paire de défenses. Les scientifiques égyptiens ayant examiné la dépouille n’ont pas été en mesure d’identifier l’animal. D’ailleurs, le cas a été classé comme étant « non identifié ».


Un spécimen semblable aurait été retrouvé, gisant sur la plage de Mentigi, à 80 km au sud de Tanjung Pandan, en Indonésie. L'animal, retrouvé le 20 mai 2000, possédait une paire de défenses et les mêmes similitudes que la carcasse d'Ataka. L'animal faisait 6 mètres de longueur, pesaient 3 tonnes et ses défenses mesuraient 2,70 m. Le cas est maintenant connu sous le nom du "monstre de Mentigi", et malgré toutes mes recherches, aucune photographie ne semble présentement disponible sur internet.


La carcasse de Tecoluta


Une des carcasses les plus mystérieuses jamais retrouvées est sans doute celle qui s'échoua sur les rivages ensoleillés de Tecoluta, au Mexique, durant le mois de mars 1969. Ce cadavre, celui d’une créature qui demeure encore non identifiée, mesurait 27 mètres de longueur et ne pesaient pas moins de 35 tonnes.

 

La créature ressemblait davantage à un reptile qu’à une baleine, était totalement noir rayé blanc.


La carcasse était recouverte d’un épais bouclier et possédait une corne de 3 mètres de longueur et pesait à elle seule plus d’une tonne. Les dents de cette créature mesuraient 3,81 centimètres et n’étaient en aucun point semblables à celles qu’ont ordinairement les baleines.


Cette découverte fut rapidement au cœur d’une véritable tornade médiatique. Les premiers scientifiques qui l’examinèrent furent forcés d’avouer, devant les médias, que la créature était bel et bien d’une espèce encore inconnue des hommes.


Le 20 avril 1969, une commission de sept scientifiques a été détachée pour essayer d’identifier l’animal. Le groupe, fatigué des spéculations et de la pression médiatique, en vint à la conclusion que la carcasse était celle d’une baleine morte et que son état avancé de décomposition avait empêché les premiers scientifiques d’identifier correctement l’animal.

 

La carcasse ou monstre de Tecoluta

 

Cependant, il faut noter que cette commission avait examiné l’animal après le premier groupe, donc, alors que le corps de l’animal était de décomposition très avancée. Ils n’ont d’ailleurs pas tenu compte de l’immense corne et l’armure dont était doté l’animal, détail qu’on ne retrouve sur aucun autre cétacé connu.

 

 

© Dark-Stories.com - Jeudi 14 juin 2007
Dernières modifications - 6 février 2013. Merci à Cathou pour la correction !

Sources et autres références:
Monstre de légende, Édition Time-Life, 1989 p. 14-15
http://www.wikipedia.org

Quelques histoires sélectionnées au hasard


Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Les nouvelles histoires:


Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Réseaux Sociaux:


Dark Stories est sur Twitter !

Histoires et récits insolites et macabres

Newsletter - Inscription


Warning: Declaration of JParameter::loadSetupFile($path) should be compatible with JRegistry::loadSetupFile() in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/html/parameter.php on line 431

Informations supplémentaires:


À propos de Dark Stories
Connexion
Liens et partenaires
Mentions légales
Écrire au webmestre