Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584
Dark Stories - Histoires macabres et insolites | Récits inexplicables et paranormal

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* Dark-blog */
google_ad_slot = "3335103952";
google_ad_width = 300;
google_ad_height = 250;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

 

 

 

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DS5-blogue2 */
google_ad_slot = "2592204537";
google_ad_width = 300;
google_ad_height = 600;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Newsletter - Inscription

 

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/application/application.php on line 459

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

La bête du Lyonnais


La bête du Lyonnais

L'étrange histoire d'un monstre féroce


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

De tous temps, les rapports entre le loup et l’homme ont été source de conflits. Très présent autrefois, lorsque les forêts étaient plus denses et le sol moins urbanisé, il lui arrivait de s’en prendre à l’homme lorsque la nature ne lui procurait plus sa nourriture. Ces comportements ont largement nourri l’imaginaire de l’homme ; il suffit pour s’en convaincre de constater tous les écrits, contes, romans, fables qui meublent la littérature.

On sait maintenant que le loup est un animal qui n’attaque pas systématiquement s’il n’est pas poussé par la faim, mais il s’en prend encore aux brebis, provoquant des polémiques entre éleveurs et écologistes.

 

 

Dans les derniers mois de l'année 1754 et pendant 1755 et 1756, on parla dans le Lyonnais d'une bête féroce qui s'était fait voir dans plusieurs cantons de nos provinces. Du Lyonnais, elle passa dans le Dauphiné, où l'on fit une chasse générale en plusieurs contrées. De là, elle rentra dans le Lyonnais et l'on assure l'avoir vue près de Thelzé, de Moire, de Fronnac, de Saint-Bel et de l'Arbresle, tous pays montagneux en grande partie couverts de bois et coupés par des vallons caverneux entre lesquels coule la rivière d'Azergues.

L'animal, après s'être avancé dans le voisinage de Roanne, revient vers Saint-Bel et Saint-Germain-sur- l'Arbresle et se jeta de là dans les bois de Savigni. Ici, on en perdit la piste pour quelque temps, mais on n'eut que trop le malheur de la retrouver. L'animal reparut successivement dans presque tous les endroits que j'ai déjà nommés et partout de nouveaux ravages marquèrent ses traces. On compta 17 jeunes hommes, ou jeunes enfants, mordus ou déchirés et même dévorés.

Ceux qui l'aperçurent, ou qui crurent le voir, le représentaient d'une grosseur qui approchait celle du loup, avec des jambes moins hautes, un poil plus rude et la peau mouchetée de diverses couleurs.

Sur ce récit, l'opinion s'établit que c'était une véritable hyène. Mais qui ne sait que la frayeur grossit les objets, ou les défigure entièrement. Le signalement qu'on donna de cet animal carnassier avait, sans doute, été tracé par des Imaginations échauffées. Dans la rapidité de la fuite,- a t'il put être mesuré de l'oeil avec justesse ? Dans la course, il dut paraître plus bas qu’il ne l'était en effet. L'agitation de tout son corps faisait dresser les poils et l'on sait enfin que l'éblouissement diversifie les nuances presque à l'infini. Ôtez ces circonstances, au lieu d'une hyène, on n'aura vu qu'un loup.

Les rigueurs excessives de l'hiver de 1754 forcèrent les animaux de cette dernière espèce à chercher, dans les villages, ce que la campagne ne leur fournissait plus. D'ailleurs, l'hyène est un animal entièrement étranger à nos climats. Par où aurait-il pénétré ? Supposerait-on avec la moindre vraisemblance qu'il eut traversé les espaces immenses qui nous séparent de sa terre natale sans avoir marqué nulle part les traces de son passage ?

Concluons qu'on met trop souvent le merveilleux où il n'y a rien que d'ordinaire.

Ainsi s'exprimait, Alléon-Dulac, au sujet de cette terrifiante bête du Lyonnais, dans ses Mémoires pour servir à l'histoire naturelle du Lyonnois, Forez et Beaujolois éditée à Lyon en 1765. Ces archives très importantes permettent de mettre en perspective la terreur et l'inquiétude que les attaques sauvages de la bête avaient créé.

Il situait "près de l'Arbresle" une partie des meurtres imputés à la bête féroce de 1754-1756. Voici les actes de sépulture de trois de ces victimes et des documents d'époque relatant les circonstances de leur mort. Ces documents sont également présentés dans un français d'époque, alors il est fort possible que certaines des expressions utilisées ne vous soient pas familières.


20 avril 1756. Saint-Julien-Debibost (8 km au sud-ouest de l'Arbresle).

Marguerite Penet, de onze ans, nés de Jean-Fronçois Penet et de Jeanne Sublion, a été enterrée le 29/4/1756 - faisant paître ses bêtes chez Subtion de l'hameau de Bernay,. deux animaux féroces, l'un comme un gros bidet, tirant sur le rouge, ressemblant a un loup à l'exception qu'il avait une cüe courte, et l'autre gros comme un gros mâtin, mais blanc sous le ventre et une grande cüe longue, le saisirent au gosier et lui endommagèrent tellement le coup, que cette enfant en est morte. Ces animaux ont dévoré quantité de bergers dans le voisinage et cela depuis deux ans. Barbier, curé.


15 juin 1756t Saint-Romain-de- Dopey (à quelques kilomètres au nord-ouest de l'Arbresle).

Étienne, fils de Claude Manus, habitant de Saint-Romain-de-Popey, âgé de six ans, ayant été dévoré par le loup, le quatorze juin 1756, a été enterré dans le cimetière de l'église paroissiale dudit Saint-Romain le quinze du même mois et an que dessus par moi vicaire soussigné, en présence de Claude Manus son père et de Gabriel Durand, sonneur de cloches de la susdite paroisse, qui ont déclaré ne savoir signer de ce requis et sommes Forest, vicaire.


24 novembre 1756. Montrottier (au sud-ouest de L'Arbresle à 10 km environ au sud de Saint-Romain et à 6 km de Saint-Julien):

Anne, fille légitime de Jean Charassin, ladite enfant âgée de neuf ans, ayant été dévorée et mangée à moitié par les bêtes féroces ou loups ou hyènes le vingt novembre, a été enterrée le 24 dudit mois 1756 dans le cimetière de l'église de Montrottier, en présence de Philippe Bretonnière et Pierre Blanc, marguillier, qui ont déclaré ne savoir signer, de ce requis. Bataillord, curé Cie Montrottier

 

Dans le registre paroissial de Sourcieux-sur-l'Arbresle, Mr le Curé Bridetton fait le bilan des dégâts causés par les bêtes féroces dans la région : 25 personnes furent dévorées et mangées en tout ou partie à Savigny, Bessenay, Bibost, Saint-Julien, Montrottier, Ancy, Saint-Romain, Bully, l'Arbresle, Chevinay et Sourcieux. Montmorillon, comté de Lion, vic. général

 

« L'année 1756, dans le carême, deux loups cerviers (que les personnes de la campagne appelloient loups garous au commencement de leurs ravages, le grand nombre des paysans soutenoient même que c'étoient des personnes couvertes d'une peau) dévorèrent et mangèrent en tout on en partie environ 28 personnes, ou à Savigni où ils commencèrent à paraître et où elles prirent, c'est-à-dire tuèrent un nombre, ou à Bessenai, Bibost, St-Julien, Montrotier, Ancy, St-Romain, Bulli, L'Arbresle, Chevinai, et dans cette paroisse où ils tuèrent une fille qui étoit dans sa dousième année, appartenante à Francois Daverdi, habitant du Sonay, qui étoit à garder les bœufs et les vaches de son père, avec son frère, le lundi de Pâque de 1756.

Ils en blessèrent un plus grand nombre qu'ils n'en tuèrent et qu'ils auroient également dévorés s'ils n'avoient été secourus, entre autre la sage-femme de cette paroisse, laquelle, quoique hardie et d'une taille des plus avantageuses eut toute la face déchirée.

Fait ce 14 février 1787, Brietton, curé »



On lit aussi aux archives de Lyon, dans le fonds Coste n° 1202, l'anecdote suivante concernant l'Arbresle. Il s'agit d'une lettre de M. de Valous, juge à l'Arbresle, au sujet des ravages causés par une bande de loups affamés. D'après M. de Valous, ces ravages eurent lieu à l'Arbresle et dans les environs, dans le 1er semestre de l'année 1755. Dix enfants furent dévorés et plusieurs grandes personnes furent attaquées. M. de Valous, pour détruire ces loups, préconise dans sa lettre une battue. « Le plus sûr moyen d'aboutir, écrit-il, est de mettre leur tête à prix » (Lettre du 15 août 1755). Ce qui fut fait, et réussit.

Un passage des Mémoires de Mme de Genlis paraît se rapporter à cet évènement.

Mme de Genlis, née en 1745, fut reçue, vers l'âge de10 ans, chanoinesse d'Alix, et fit à cette occasion, dans le chapitre, un séjour d'un mois et demi ; elle se trouvait donc dans notre région pendant la grande terreur.

Je m'amusais beaucoup à Alix, l'abbesse et toutes les dames me comblaient de bontés et de bonbons, ce qui me donnait une grande vocation pour l'état de chanoinesse. Cependant mon bonheur fut un peu troublé par la terreur que m'inspirait une bête féroce d'une espèce inconnue et singulière qui désolait le canton ; on en contait des choses si effrayantes qu'aucune des dames n'osait sortir de la maison pour aller se promener dans la campagne.

Le gouvernement ordonna à ce sujet des chasses publiques et peu de jours après notre départ d'Alix, on tua ce terrible animal.


De février 1755 à octobre 1756, huit enfants furent tués et dévorés dans notre région par une bête féroce. L'historien Jean Mirio, de Bully, nous livre le résultat de ses recherches.

Au XVIIIe siècle, une tueuse en série fit régner la terreur d'Alix aux bords de la Turdine, en passant par la région de I'Arbresle.

Ce n'était malheureusement pas une rumeur; il s'agissait d'une bête sauvage qui s'attaquait à l'homme le plus souvent dans les coins les plus reculés de la campagne beaujolaise. La bête fut aperçue pour la première fois dans notre région près de Theizé puis à Moiré et Frontenas vers la fin de l'année 1754, semant la terreur en raison de son carnage. Un exemple: les chanoinesses comtesses du Chapitre d'Alix n'osaient plus se promener dans la campagne, contraintes par force à la vie contemplative.

Cette bête féroce appelée ainsi dans les textes authentiques tirés des registres paroissiaux des communes traverse la vallée d'Azergues pour se manifester à Sarcey. Elle attaque et dévore le 12 février 1755 le petit Christophe Cambria âgé de 7 ans. Il demeurait avec ses parents au hameau de Baudy (le patois de Bois Dieu).

Elle apparaît de nouveau le 27 février 1755 à Savigny, sur le versant nord de la Brevenne où elle attaque Anne Tricaud, une jeune fille de 14 ans dont les parents sont tisserands à Sain-Bel. Le curé de Savigny fait un descriptif terrifiant concernant la découverte du corps ou tout au moins ce qu'il en reste. Il cite: « dévorée par une beste féroce qui n'a laissé d'elle que la teste toute décharnée et une légère partie de ses  os ». Après cet horrible détail des faits, on devine, à l'époque, la peur des habitants de la région craignant de se trouver en face de ce monstre.

Le 5 mai 1755, c'est Marie Berchoud, âgée de 13 ans, originaire de Bully, domestique chez Jacques Lepin au Péage à Savigny, qui est à son tour dévorée par la bête. Marie Berchoud gardait le troupeau à mi-chemin entre la Turdine et la maison forte du Péage. La « bête féroce » poursuit son carnage pour assouvir sa faim. Le 21 juillet 1755, elle attaque à nouveau un enfant de 9 ans à proximité de la Turdine. Il s'agit du petit Mathieu Gervais, de l'Arbresle ; ses parents sont grangers au domaine de Grange Dupuy. Le vicaire de l'Arbresle précise en citant : « ayant été dévoré par un animal  farouche qui, depuis près d'un an, ravage les terres circonvoisines ».

 

 Le 27 septembre 1755, elle traverse la Turdine pour attaquer, sur le territoire de Bully, Catherine Busset, âgée de 10 ans. Cette petite était proche de la maison de ses parents sise à Roche-Catin (maison Bendelechichmanian). L'abbé Rozier, vicaire de la paroisse, nous dit qu'elle fut dévorée par un loup ou autre bête féroce.

Après avoir fait entre temps des ravages de part et d'autre dans les troupeaux, le 12 mai 1756 la bête attaque un enfant à Saint-Romain-de-Popey. Selon l'abbé Forest, Pierrette de Villars, âgée de 7 ans, « a este dévorée par le loup ». Un mois après, le 14 juin, le loup frappe encore en dévorant un second enfant de la paroisse. Il s'agit du petit Etienne Manu, âgé de 6 ans. La bête féroce était dans les parages du moulin du Jonchay.


Ce terrifiant tableau de chasse se termina dans la région avec la perte d'un petit enfant âgé de 4 ans. Claudine Guillot, la dernière petite victime, fut enlevée par la bête aux abords de la maison de ses parents, au hameau de Persanges, à Savigny.

 


On retrouva un peu plus loin son corps dévoré. Ce triste et dernier évènement se passait le 21 octobre 1756. La bête féroce quitta notre région pour disparaître en direction de la Loire par les monts d'Arjoux et du Potu, tuant au passage un mouton, un enfant et parfois attaquant les adultes. Quant à l'origine de cette bête, une vague description donnée par ceux qui l'ont aperçue indique que son pelage était moucheté. Les rares intellectuels qui se sont intéressés aux faits ont reconnu qu'il devait s'agir d'une hyène mais avec une réserve.

Pour parvenir à la détruire, tous les villages concernés et voisins organisèrent des chasses publiques mais sans rencontrer la bête qui continuait de tuer. Cette bête était très futée. On racontait qu'elle avait été dressée pour tuer par son maître, un aventurier militaire qui l'avait ramenée d'Afrique. Les affabulations allaient bon train, sans preuve toutefois.

Quant au loup qui hante toujours l'imagination enfantine, celui-ci n'a jamais attaqué l'homme, c'est-à-dire un bipède. Plus de deux cents ans après avoir terrorisé nos ancêtres, la « bête féroce » du Lyonnais suscitera toujours les passions, quelle que soit l'hypothèse avancée, sérieuse ou farfelue... Quelques années après ces événements, la « bête du Gévaudan » semait la terreur aux confins de la Lozère et de la Haute Loire.

 

 

Robert ROTH
http://www.amis-arbresle.com.preview11.oxito.com/article.php?id_article=131

Bibliographie :
- Archives Anciennes des Communes
- Revue du Lyonnais
- Mémoires de M. Alléon DULAC
- Jean MIRIO

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=B001BSH1RA&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2748041836&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2844944191&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2812910380&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

La malédiction du tableau du « Garçon qui pleure »


La malédiction du tableau du « Garçon qui pleure »

Un étrange tableau serait-il à l'origine de mystérieux incendies ?

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Les anciennes malédictions font partie du folklore depuis des siècles. Mais ces malédictions ne se cantonnent pas uniquement aux artefacts de l’Antiquité, en voici la preuve.

En Grande-Bretagne, les légendes sont légions. Mais une en particulier a fait couler, jusqu’à nos jours, beaucoup d’encre : la légende de la « Malédiction du tableau du Garçon qui pleure » ou « The Curse of the Crying Boy Painting » en anglais.

Tout débute en 1985. Le 4 septembre, The Sun – qui était alors le tabloïde le plus populaire en Angleterre – publie en page 13 de son journal l’étrange mésaventure d’un couple qui a vu le rez-de-chaussée de sa maison réduit en cendres suite à un incendie dont l’origine est inexpliquée. Fait surprenant, parmi les ruines, un tableau est retrouvé intact, accroché aux vestiges du mur de la cuisine. Ni les flammes ni même la fumée ne l’ont endommagé ! Le tableau représente un enfant dont des larmes perlent ses joues, la toile est par ailleurs intitulée sobrement : « Le Garçon qui pleure».

Ce qui donne une telle ampleur à ce fait-divers, qui aurait pu se contenter d’un petit encart dans le journal, ce sont les déclarations d’un pompier, Alan Wilkinson, qui était présent lors de l’évènement : « On a recensé beaucoup de cas dans lesquels le tableau du « Crying Boy » a été retrouvé indemne parmi les restes de maisons victimes d’incendies ». Cette déclaration va mettre tout le Royaume-Uni en émoi.

 

  . 


La psychose commence…


En effet, à l’époque, on dénombre officiellement pas moins de 50'000 copies de ce tableau, très populaire principalement dans les foyers de la classe ouvrière du nord du pays. The Sun, sentant le bon filon, alors en rivalité avec le Daily Mirror, va faire de cette histoire une vraie mine d’or. Les témoignages affluent en masse, racontant toujours la même histoire : la maison a pris feu pour des raisons inconnues et seuls les tableaux du « Garçon qui pleure » réchappent du désastre. On les retrouve dans les décombres encore fumants des demeures, intacts, entiers, vierges de la moindre trace de brûlure ou de fumée. Le phénomène prend alors une dimension nationale sans précédent. La panique monte au sein de la population, les courriers de lecteurs pleuvent à la rédaction du Sun qui jubile de cette Corne d’Abondance inespérée. On ne compte plus les récits d’incendies inexpliqués liés à la présence du tableau : Doria Mann, Brian Parks, Ron et Mary Hall sont autant de noms relayant ces témoignages. Une autre femme prétend même qu’elle, sa belle-sœur ainsi qu‘un ami ont été frappés par la malédiction après avoir fait l’acquisition du tableau. Et la légende commence à connaître quelques variantes : le tableau changerait de position par lui-même ou encore serait responsable de la mort de proches des détenteurs. On voit également apparaître des récits de « Fillette qui pleure » (une fille remplaçant le garçon sur le portrait) et aussi des versions du tableau avec un garçon et une fille tenant un bouquet de fleurs.

La psychose atteint des sommets, surtout que des pompiers sont régulièrement interrogés sur le phénomène. Même s’ils restent sceptiques sur les causes du déclenchement des incendies, aucun n’ose avancer d’hypothèse sur le fait que les tableaux soient toujours retrouvés parfaitement conservés. Dans une caserne, un soldat du feu trouva amusant d’accrocher une copie du tableau dans les locaux de la caserne, ce qui ne fut pas du goût de son chef qui lui ordonna de le retirer. Ironie du sort, la cuisine du bâtiment fut, le jour même, la proie des flammes et réduite en cendres.

Malgré tout, la légende était bien née et on la vit apparaître pour la première fois dans d’autres pays dans le courant des années 90. Puis, en 2000, Tom Slemen fit revivre la malédiction dans son livre Haunted Liverpool. Une série-documentaire de la télévision britannique intitulée Scream Team se penchera même sur la « malédiction » en 2002.

Quelles sont les origines du « Garçon qui pleure» ?


L’œuvre originale est intitulée « Niño Llorando » et a été peinte par un artiste espagnol du nom de Bruno Amadio également connu sous divers pseudonymes : Giovanni Bragolin, J. Bragolin ou Franchot Seville. L’histoire raconte que Amadio prit pour modèle, en 1969, un jeune orphelin des rues qui « avait une tristesse incroyable qui se lisait sur son visage ». Un prêtre catholique aurait alors reconnu le jeune garçon comme étant Don Bonillo, un enfant qui aurait vu ses parents mourir par le feu. Le prêtre conseilla alors au peintre de ne pas approcher l’enfant, car, selon la rumeur, des incendies inexpliqués se déclaraient en sa présence, ce qui valut au garçon le surnom de « Diablo ». Amadio n’en teint pas compte, mais la rumeur se confirma ; lorsqu’il eut fini le tableau, son atelier prit feu et le jeune garçon avait disparu. Mais l’histoire ne s’arrête pas là !

En 1976, un terrible accident de car survint dans la périphérie de Barcelone. Le véhicule fut complètement brûlé ainsi que ses occupants. Toutefois, parmi les cendres, on retrouva un permis de conduire partiellement épargné par les flammes sur lequel on pouvait lire le nom de Don Bonillo, un jeune homme alors âgé de 19 ans…

Il est toutefois intéressant de signaler qu’une autre version du tableau existe, qui est elle aussi rattachée à la malédiction. L’œuvre est signée par l’artiste écossaise Anna Zinkeisen, mais cette version de la peinture tient une place marginale dans la légende.


Le mystère demeure…


De nos jours encore la malédiction figure parmi les grandes énigmes contemporaines. Certains avancent des solutions pour le moins hasardeuses pour s’attirer les bonnes faveurs du Garçon : être aimable avec le tableau ou alors pendre la « Fillette qui pleure» juste à côté pour calmer la fureur du garçon.
Quoi qu’il en soit, la malédiction du « Garçon qui pleure » reste bien vivante, se porte bien et n’attend qu’une chose : trouver de nouvelles victimes !


Sources :

- The Sun, archives 1985-1986
- http://www.forteantimes.com/features/articles/1308/the_curse_of_the_crying_boy.html
- http://www.ghoststudy.com/monthly/jun03/tears.html
- http://www.bbc.co.uk/programmes/b00v697r



Damien Durussel © Dark-Stories.com - 17 Juillet 2013
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2290352152&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2228900281&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2228895342&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2763788017&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

La bête de l'Auxerrois


La bête de l'Auxerrois


Aussi surnommée la Bête de Trucy, elle aurait tué 28 personnes


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

Environ 33 ans avant que la célèbre bête du Gévaudan fasse sa première victime, une autre créature similaire avait déjà terrorisé la région d'Auxerre. Les gens l’appelaient la bête de Trucy, ou encore la bête de l’Auxerrois. Voici son histoire…

C’est donc durant le mois de novembre de 1731 que la première attaque associée à cette bête eu lieu. Un garçon de 12 ans fut attaqué près de Trucy, dans le sud d’Auxerre, alors qu’il travaillait près du bois avec sa mère. Cette dernière réussit courageusement à l’arracher de l’emprise de la bête, mais l’enfant expirera dans les bras de sa mère, sur le chemin du retour. Ensuite, les attaques se succédèrent. La crainte ayant gagnée la région, les paysans toujours armés, organisèrent d’infructueuses battues dans les bois de Trucy. Le roi Louis XV offre une prime de 200 livres à celui qui tuera la bête, des carcasses de moutons empoisonnés sont même lancées dans les champs, mais cela ne donne rien, les morts, en particulier de jeunes enfants, s’accumulent…

 

Durant les cinq premiers mois, le curé du Val-de-Mercy comptabilise quatorze morts. Les actes ne faisant pas systématiquement référence à la nature du décès, mais tous semblent indiquer que c’est la même bête qui en est la cause.


De nombreux loups sont tués, même si le comportement de la bête ne ressemble en rien à celui du loup. Les rumeurs parlent de loup-garou, de loups ou même de démons. Ceux qui prétendaient avoir vu la bête en parlèrent comme étant un grand loup ou un tigre. La bête ne craignait pas de s’aventurer dans les villages. Un jour, dans le village de Mailly-la-ville, un jeune enfant qui jouait devant chez lui fut attaqué et emporté par la bête. Sa nourrice, essayant de l’arracher de la gueule du monstre, il ne lui resta qu’un des pieds (ou un des bras selon d’autres sources) de l’enfant dans la main.

 

La bête de l'Auxerrois ou monstre de Trucy


Durant les cinq premiers mois, le curé du Val-de-Mercy comptabilise quatorze morts. Les actes ne faisant pas systématiquement référence à la nature du décès, à la fin de l'année 1734, on arrive au résultat effrayant de vingt-huit victimes répertoriées. L'identification du prédateur n'est pas chose aisée : les habitants connaissaient bien les loups, nombreux à cette époque, et les descriptifs indiquent bien un animal "ressemblant à un loup" mais aucun témoin ne précise qu'il s'agissait d'un loup ordinaire. En 1734, deux de ces animaux sont abattus au cours d'une chasse et les agressions cessent peu de temps après. Seulement, aucune indication sérieuse ne permet de savoir si l'un des deux animaux était bien l'auteur du massacre.

La bête de l’Auxerrois aura tué 28 personnes (9 enfants, 9 femmes et 10 hommes). Son règne de terreur durera trois ans et contrairement à la bête du Gévaudan, elle s’attaquera autant aux hommes qu’aux femmes. La majorité des experts s’entendent pour dire qu’il s’agirait véritablement d’une bête sauvage, sans maître et qu’il ne s’agit probablement pas d’un loup.

En 1817, retour dans la forêt des environs de Trucy. Une autre Bête va sévir pendant quelques mois dans le même site que la tueuse, quatre-vingts ans plus tôt. Elle dévore un enfant près de Charentenay, un autre à Fouronnes et attaque et blesse un grand nombre de personnes. Certains pensent que c'est une hyène, mais un jeune homme, secourant une fille attaquée à Fontenay la décrit comme un fort mâtin avec les oreilles droites. Pour s'en débarrasser, on place des moutons empoisonnés près des bois où elle se réfugie et la Bête disparaît, sans laisser de trace.

 

 

© Dark-Stories.com - Vendredi 7 septembre 2007
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=B001BSH1RA&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2748041836&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2844944191&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2812910380&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Les diablesses des Antilles


Les diablesses des Antilles

Ces maléfiques femmes veulent séduire... et tuer !

 

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 Si vous avez été élevés aux Antilles, vous avez surement déjà entendu parler des "Diablès" ou " Giablès" ("diablesse" en français).  La légende dit que ces femmes sont d'une beauté que l'on pourrait traduire de diabolique; toujours vêtues d'une longue robe moulante couvrant leurs pieds, elles sont claires de peau avec une longue chevelure et des attributs qui feraient fondre le plus fidèle des maris, à plus forte raison les séducteurs... Car oui c'est à eux qu'elle s'attaque. Au détour d'un sentier, la nuit tombée, elle guette sa proie. Ne s'intéressant qu'aux célibataires vivants seuls, elle les attendait jadis à la sortie des "Léwoz" (sorte de concerts de tambours "Ka").

 

Diablesse ou diable rouge des Antilles

 

Le rhum ayant coulé à flot durant ce dernier, aux paroles sucrées de la dame, la victime croit toujours à une hallucination ; du moins tant que celle-ci ne s'est pas rapprochée d'elle. Juste assez pour la toucher... À ce moment-là, lui vient à l'esprit cette la pensée que ce soir il est chanceux.

Il décide donc de ramener la jolie demoiselle à son domicile pour la nuit. En chemin il s’aperçoit qu'elle a des difficultés pour marcher à la même cadence que lui. Pour l'aider, il décide donc de lui remonter la robe, mais quelle n'est pas sa surprise quand il se baisse de voir à la place de pieds une paire de sabots! Cette vision d'horreur en plus de lui hérisser les poils, a le mérite de lui rappeler les avertissements promulgués par ses proches concernant les filles de passage. Face à lui se trouve une chose qui veut sa mort. S’il est assez rapide pour fuir face à elle, il a des chances de survivre, mais la plupart du temps on retrouve les corps des malheureux séducteurs aux bas de falaises la nuque brisée.



Les témoignages à propos des "Dyablès" sont nombreux venant des aînés, tous ont connu quelqu'un qui en a rencontré une et qui a, soit eut la chance de s'en sortir ou qui en est mort.


Cette croyance prend naissance lors de la période de l'esclavage aux Antilles. La femme (blanche) du maître personnifiant la méchanceté aux yeux des esclaves, car souvent elle était plus terrible que ce dernier.

 
La représentation d'une diablesse
Une diablesse lors du traditionnel défilé des diables rouges, à Cayenne (Guyane) en 2013
 

Sa beauté n'ayant d'égard que sa cruauté, elle attisait le désir dans le cœur des hommes tout en prenant plaisir à les voir châtier, car à l'époque lever les yeux sur une femme blanche équivalait à une douloureuse suite de coups de fouet.


La fin de l'esclavage sonnant le glas de ces pratiques, dans l'imaginaire collectif, la "maîtresse" aurait vendu son âme au diable de façon à continuer ses bassesses, d'où cette légende.

 

 

 

Amy Félix © Dark-Stories.com - Vendredi 12 juillet 2013
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2877637689&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2266128604&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2081254174&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2738484352&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Le château de Leap


Le château de Leap

La sombre histoire du château le plus hanté d'Irlande


{dailymotion}xbzb8f?syndication=115201{/dailymotion}


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

C'est au nord de la ville de Roscrea, en plein coeur de l'Irlande, que se dresse le ténébreux château de Leap. Il est considéré comme étant le château le plus hanté d'Irlande, ce qui n'a rien d'étonnant quand nous regardons la dure et sanglante histoire de cet endroit. Bâtie vers l'an 1300, sa troublante histoire est garnie d'assassinat et de torture.

Il y a environ 400 ans, le château de Leap et les terres environnantes étaient le fief de la famille O'Carroll, un clan reconnu pour être particulièrement violent et vicieux. On raconte qu'ils avaient engagé nombre de mercenaires et que ces derniers avaient tué de nombreuses fois à la demande de leurs maîtres. Cependant, quand venus le temps de les payer, les mercenaires furent tués ou blessés avant de se faire enfermer dans les oubliettes.

 

Le château de Leap - le plus hanté d'Irlande



La chapelle sanglante


Le puissant clan des O'Carroll devait régner sur ce fief durant de longues années, mais vers 1532, lorsque vint la mort du chef de la famille, ses deux fils se disputèrent l'héritage de leur père. Alors que l'un des frères, qui était prêtre, prononçait la messe dans la chapelle du château, son frère fit irruption dans la chapelle et lui enfonça une lame dans le coeur, avant de l'égorger sur l'autel. Mais les nombreux témoins qui se trouvaient à la messe n'apprécièrent pas la scène, s’il était odieux que cet homme ait lâchement assassiné son frère qui n'avait pas d'arme, il était totalement blasphématoire de le faire alors qu'il récitait la messe. La chapelle, maintenant connue sous le nom de "Chapelle sanglante", avait maintenant la réputation d'être maudite.

De nos jours, des visiteurs ont rapporté avoir vu une apparition fantomatique, errant autour de la chapelle maudite. Ce spectre porterait les vêtements d'un prêtre.



Un amour fratricide


Vers 1659, la fille du chef O'Carroll tomba follement amoureuse d'un anglais du nom de Darby, qui fut prisonnier dans le château. Pendant plusieurs semaines, elle lui amena de la nourriture, avant de finalement entreprendre de l'aider à s'évader. Cependant, comme elle parvenait à fuir avec son amant, elle fut surprise par son frère dans l'escalier. Sans hésiter une seconde, elle enfonça la lame dans le corps de son frère avant de s'enfuir du château avec son amant. Mais elle devait bien vite y revenir, parce qu’ayant tué le fils ainé de la famille, elle était maintenant la seule héritière du château. Elle se maria avec cet homme, et le fief passa aux mains de la famille Darby.

 

Hantise et fantôme - Le chateau de Leap



Un amour impossible


Des années après l'aventure amoureuse de la fille des O'Carrolls, une nouvelle histoire d'amour devait venir troublé la paix du château. L'une des jeunes Darby s'était éprise d'un pauvre garçon, habitant dans une ferme locale. Les amoureux passaient beaucoup de temps ensemble, ce qui éveilla les suspicions du père de la jeune fille. Ce dernier comptait bien arranger le mariage de sa fille et unir sa famille avec un autre clan puissant de la région. Lorsqu'il les vit se courtiser, il fit une colère et tua le pauvre prétendant de sa fille.

Le coeur brisé, la jeune Darby n'allait pas laisser les choses aller comme ça. Plusieurs jours après le meurtre de son amant, elle s'introduisit dans la chambre de son père et le tua dans son sommeil. Le lendemain, après être longtemps restée debout sur les remparts du château, elle se jeta dans le vide, mettant ainsi fin à ses jours. Une autre version de l'histoire prétend qu'elle aurait été poussée dans le vide par le démon qui habite le château et qui est particulièrement actif sur les remparts.

D'après les histoires locales, cette jeune fille aurait été aperçue à au moins trois reprises. À deux reprises elle fut aperçue sur les remparts, tombant même dans le vide sous le regard troublé des témoins, et une autre fois elle fut rencontrée dans l'escalier.



La sorcière du château de Leap


Entre 1850 et 1921, une femme du nom de Mildred Darby vivait dans le château. Elle s'intéressait particulièrement à la magie noire et fut fascinée par l'énergie générée par cet endroit. La légende raconte qu'elle adorait pratiquer des messes noires dans le donjon du château et qu'elle y aurait attiré un puissant démon.

Une nuit, elle sentit une main glaciale se poser sur son épaule. En se retournant, elle vit le terrifiant démon. Selon les dires de la femme, le démon semblait être mi-homme mi-bête, son visage est maigre et ténébreux. Ses yeux ressemblent à des cavités noires et creuses. Son odeur est terrible, elle rappelle celle du soufre et d'un cadavre en décomposition. Il serait environ de la taille d'un mouton et entourée d'une vapeur blanche.

Les oubliettes



Ces oubliettes, se trouvant dans la cave, avaient comme seul accès une trappe située au deuxième étage. La victime était donc attirée à l'étage de force ou par la ruse, avant d'être jetée dans ce trou étroit qui, après une chute de plusieurs mètres, menait directement aux oubliettes. Les O'Carroll avaient placé des pieux afin de mortellement blesser les gens qui y étaient jetés. Empaler, les gens restaient prisonniers de cet endroit. Lors de rénovation majeure du château de Leap, vers les années 1900, les oubliettes furent découvertes par les nouveaux propriétaires.

 

 
Les oubliettes macabres du château de Leap

Il s'y trouvait tellement de squelettes qu'il fallut remplir trois charrettes pour sortir tous les os. Certains estiment que plus d'une centaine de cadavres de trouvaient dans les oubliettes du château de Leap.



Les fantômes du château


Aux dires des gens qui ont enquêté sur l'activité paranormale du château, il y aura pas moins d'une vingtaine de fantômes qui hanteraient les murs du vieux château. Incluant le prêtre tué par son frère qui passe toujours en courant, tel un coup de vent, il y aurait également de nombreux fantômes de moines qui furent observés dans la maison du prêtre.

On y trouverait également un puissant démon qui serait très agressif et qui dégagerait une forte et désagréable odeur de putréfaction. Ce démon, qui fut aperçu à plusieurs reprises, hanterait particulièrement les escaliers du château.

Après le passage de Mme Mildred Darby, le château ne fut plus jamais le même. Il fut frappé par un incendie et demeura complètement fermé pendant près de 70 ans. Les gens de la région affirment qu'il est maudit et que le mal y règne. Les gens l'évitent après le coucher du soleil et, suite à de nombreux incidents, les propriétaires ne veulent plus donner accès aux amateurs de paranormal qui souhaitent s'y rendre.

Plusieurs visiteurs ont prétendu avoir entendu des gémissements, des cris et des pleurs émanent du château. De l'autre côté des champs, ont affirme voir de la lumière dans les fenêtres de la chapelle sanglante et, certains de ceux qui ont osé se promener parmi les ruines, ont affirmer avoir croiser une mystérieuse femme, vêtue d'une robe rouge flottante.

 

© Dark-Stories.com - Lundi 8 juillet 2013
{googleAds}<script src="//dropspot-app.com/button/js/script.php" type="text/javascript"></script> <div class="dropspotbtn" buttonkey="51d87a1269bed3.74317152" style="1"></div>{/googleAds}

 

Références:

http://www.castles.org/castles/Europe/Western_Europe/Ireland/Leap/Leap.htm
http://en.wikipedia.org/wiki/Leap_Castle
http://www.scaryforkids.com/leap-castle/

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2737359651&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2844545475&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2847346791&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=8873017045&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

Les stigmates


Les stigmates

Ses plaies qui ne cessent de saigner


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

La stigmatisation est le plus souvent un fait religieux, mais il existe une stigmatisation expérimentale et probablement aussi une stigmatisation « diabolique ».


En règle générale, les stigmates peuvent être de simples érythèmes, des lésions ouvertes de la peau avec exsudation de sang ou de liquide séreux, ou, encore, des excroissances du tissu conjonctif. Les stigmates des chrétiens figurent surtout les plaies de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Ceux de quelques saints mahométans rappellent les blessures de guerre du Prophète. Quant aux sorciers moyenâgeux, ils furent souvent marqués de signes diaboliques ou considérés comme tels : excroissances, taches, égratignures, griffures, morsures. Enfin, certaines formations stigmatiques, que nous appelons « métapsychiques» , peuvent être obtenues expérimentalement.1

 

Stigmates religieux


Les stigmates sont les traces des plaies infligées à Jésus-Christ au cours de sa crucifixion, selon le Nouveau Testament. Diverses personnes auraient présenté, à partir du XIIIe siècle, des marques semblables à celles du Christ sur diverses parties de leur corps.

 

 

Diverses personnes, alors dites "stigmatisées", auraient présenté, à partir du XIIIe siècle, des marques semblables à celles du Christ sur diverses parties de leur corps :

 

  •     Les mains ou les poignets, rappelant les plaies causées par les clous lors de la crucifixion ;
  •     Lles pieds ou les chevilles, rappelant les plaies causées par les clous ;
  •     La tête, rappelant les plaies causées par la couronne d'épines ;
  •     Le dos, rappelant les coups de fouet ;
  •     Le flanc, rappelant la plaie causée par une lance.


Il existe une grande variété de stigmates, les plaies pouvant apparaître simultanément ou l'une après l'autre, lentement ou instantanément, durant certaines fêtes religieuses ou en permanence ; les plaies peuvent être profondes et saigner abondamment, d'autre à peine.

Selon les témoignages, le processus s'accompagne en général d'une vision des scènes de la Passion du Christ, vision qui déclencherait probablement le mécanisme producteur des plaies.

Il n'est pas question de stigmatisés dans le christianisme avant le début du XIIIe siècle, c'est-à-dire après la mort de François d'Assise, qui est donc chronologiquement le premier des stigmatisés connus. Plusieurs peintres le montrent séjournant sur le mont Alverne vers 1224, voyant un séraphin à six ailes flottant dans les airs dont le corps est fixé à une croix, comme le Christ. Selon la tradition franciscaine, une fois la vision disparue, François d'Assise aurait constaté l'apparition sur son propre corps de marques semblables à celles qui furent faites à Jésus, marques qui seraient restées indélébiles mais qu'il n'a jamais révélées de son vivant. Son corps fut ainsi porteur de deux stigmates qui n'auraient été découverts qu'après sa mort.

Le docteur Imbert-Gourbeyre a présenté plus de 320 cas semblables avec commentaires critiques par Joachim Bouflet. Joachim Bouflet a répertorié 137 stigmatisés au vingtième siècle, appartenant à 26 pays différents, plusieurs d'entre eux ayant fait l'objet d'observation médicales rigoureuses.2

 

Sources:

1.Tocquet, Robert. Homme phénomènes et..., Robert Laffont, 1979 335 p.
2. Wikipedia.com

La sorcière blanche de Rose Hall Greathouse (JAM)


La sorcière blanche de Rose Hall Greathouse

Une maison hantée célèbre de Jamaique

 

{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

Difficile de passer à côté de ce temple du tourisme jamaïcain ! Son nom est inscrit en pierres blanches sur les flancs de la colline au sommet de laquelle trône la plus majestueuse des greathouses du pays. Impossible donc de passer sa route sans la voir. Restaurée avec bonheur par John Rollins, un ancien gouverneur de l'Etat du Delaware, qui, fortune faite dans l'immobilier, a consacré beaucoup de temps et d'énergie à la restauration de ce monument du patrimoine jamaïcain.

Depuis, nombre d'événements culturels (concerts, ballets) et sociaux y trouvent une scène et un décor dignes des plus prestigieux spectacles. Demeure surmontée d'un toit de tuile grise à l'architecture sévère et presque austère, Rose Hall respecte un principe de symétrie rigoureuse. Une multitude de fenêtres à petits carreaux égayent la façade lui donnant un air de respectable demeure anglaise : ce qui témoigne bien de l'attachement des colons expatriés à leurs racines. Les jardins ceinturant la maison ont domestiqué la luxuriance tropicale pour l'assagir en un décor discrètement fleuri.

Mais revenons à l'histoire mouvementée de cette grande maison. Construite en 1760 par John Palmer, un riche planteur, représentant de la Couronne britannique dans la paroisse de Saint James, cette massive demeure géorgienne a été baptisée du nom de la femme de Palmer, Rose. Haut lieu de la vie sociale de l'île, la maison a été détruite lors du soulèvement des esclaves de décembre 1831. Abandonnée à son sort pendant plus d'un siècle, elle devait renaître de ses ruines en 1966 lorsque John Rollins, tombé sous le charme de son histoire, en est devenu propriétaire et l'a restaurée pour un budget colossal de plus de 2 millions de dollars.



{dailymotion}x11fux3?syndication=115201{/dailymotion}

L'épisode 9 de la 5eme saison de Ghost Adventure se déroule à Rose Hall Greathouse

 

Aujourd'hui, son faste retrouvé, Rose Hall Greathouse est une attraction majeure et incontournable de la Jamaïque. Tout à Rose Hall est imposant et, si ni la décoration ni le mobilier ne sont d'origine, tout a été reconstitué dans le plus grand respect de l'époque.

Les pièces vastes et richement meublées témoignent de l'opulence et de la magnificence de la vie des planteurs. Salles de réception, de bal, chambres et antichambres, salon de lecture et salon de musique, rien n'était trop beau - ni trop coûteux - pour reproduire un peu de cette vie au parfum de Vieille Angleterre laissée derrière soi.

Mais ce qui constitue sans aucun doute l'un des attraits majeurs de la maison, c'est la sorcière blanche de Rose Hall qui hante la demeure depuis le XIXe siècle ! Lorsque Anne May Patterson épouse John Rose Palmer, le petit-neveu du fondateur et héritier de la propriété, elle n'est encore qu'une très jeune fille. Moitié anglaise, moitié irlandaise, Annie avait été élevée en Haïti, l'île voisine. Sa nourrice, venue d'Afrique avec les marchands d'esclaves, l'avait initiée aux rites du vaudou. Annie est une jeune femme autoritaire aux appétits sexuels insatiables. Sans doute son premier mari n'est-il pas à la hauteur de ses attentes car, sans autre forme de procès, elle l'empoisonne habilement et sans laisser de trace. Très rapidement remariée, Annie tombe sur un époux guère plus satisfaisant que le premier. Elle le poignarde sauvagement. De nombreux esclaves mâles de la plantation connaîtront un destin fatal après avoir honoré la couche de leur maîtresse. Toujours insatisfaite, malgré les services rendus par les esclaves, Annie convole de nouveau. Cette fois, elle choisit d'étrangler son troisième mari. Des esclaves révoltés finiront par se débarrasser de la demoiselle. Mais, depuis, le fantôme d'Annie, ne laissant pas de repos à son âme torturée, hante les lieux de ses crimes ; l'ectoplasme aurait tué encore plusieurs personnes. Nombre de tentatives ont été menées pour entrer en contact avec Annie. Lors d'une séance de spiritisme en 1978, Annie elle-même a conduit le spirite à la découverte d'une poupée vaudou. L'affaire a fait le tour de l'île.

Telle est la légende à laquelle les Jamaïcains sont attachés et qui vous sera débitée très sérieusement par les jeunes filles en robe de madras qui guident la visite. La vérité est sans doute beaucoup moins dramatique, puisque Anne Palmer s'est éteinte en 1846 après de longues années d'un mariage paisible avec John Palmer. La légende trouve son origine dans un roman fantastique écrit en 1929 par H.-G. de Lisser et dans le fait que Rose Palmer, la première propriétaire de la maison, a effectivement eu quatre maris.



Source: Petit futé - Rose Hall Greathouse

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2737359651&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2844545475&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2847346791&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=8873017045&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

La bête des Vosges


La bête des Vosges

Elle n'a jamais attaqué un homme, mais la bête aurait tué plus de 200 moutons


{dailymotion}xd5nya?syndication=115201{/dailymotion}


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

 

La bêtes des Vosges est un animal féroce qui terrorisa la population du massif des Vosges (France) entre 1975 et 1998. La première apparition confirmée de cette mystérieuse créature a été reportée à Domèvre-sur-Durbion, une commune française dans le sud de la France, durant la nuit du 27 au 28 février 1977. Sept moutons sont mystérieusement retrouvés, égorgés, dans un parc. Cet évènement n’avait rien de vraiment exceptionnel, des chiens errants avaient déjà été responsables de ce genre de carnage, mais des évènements curieux, dans les jours suivants, firent croire aux habitants que la région qu’une bête beaucoup plus redoutable qu’un simple chien habitait leur région.

Un mois suivant cette attaque, le 30 mars, une dizaine de bœufs se font attaquer dans la région de Morinville. Le lendemain, une villageoise est témoin de la mort d’une biche, attaquée par une créature étrange. Dans la même nuit, douze autres moutons furent retrouvés morts à Hadigny-les-Verrières. Dans cette même région, environ une semaine plus tard, trente-quatre brebis furent attaquées et furent tuées ou blessées.


Des battues eurent donc lieu… sans succès et les attaques continuèrent. Le 2 avril, une dizaine de moutons furent retrouvés morts dans une ferme de Bouzillon, deux semaines plus tard un jeune taureau se fait étrangler à Domèvre-sur-Durbion et un poulain fut tué vers la fin du mois d’avril, malgré que la jument ait tenté de le défendre.

 

 



Les rares images de la bête




Pendant une battue du 9 avril, à Domèvre-sur-Durbion, la bête essuya une vingtaine de coups de feu, mais aucun ne l’atteignit. Dans la Revue Lorraine Populaire no 20, nous pouvons lire un texte écrit par Jean-Yves Chauvet, «Quand la Bête de Vosges mangeait tous les moutons», dont voici un extrait:


« Pris dans l’enceinte, amenée par les rabatteurs vers la ligne de fusils, il s’arrêtait d’elle à bonne distance et évitait les chasseurs les uns après les autres, immobile, et tête levée, il semblait repérer les fusils avec précision, attendant que les rabatteurs arrivent sur lui pour se couler sur le sol, franchir leur formation et, repartant en arrière, échapper à la chasse.»


Toutes les battues (il y en a eu huit durant cette période) et les nombreux pièges ne réussirent pas à déjouer la mystérieuse créature. Les hommes étaient de plus en plus nombreux a participer aux battus et, même si elles ne donnèrent pas de résultats, certains évènements épaissirent le mystère qui entoure la bête des Vosges.

Durant une des battues, quatre chiens policiers, spécialisés dans ce genre de poursuites, refusèrent de suivre les pistes, pourtant très nettes, laissées par la bête. Un autre chien, réputé comme étant le meilleur chien policier du pays, fut lancé sur ses traces. Ce dernier accepta de suivre les traces, mais avec une certaine lenteur, et la Bête de Vosges réussit à gagner beaucoup de terrain sur ses poursuivants.


Après s’être cachée dans les bois de Rambervillers-Romont, la bête se dirigea vers le sud-est, dans le territoire du docteur Laflotte, un lieutenant de louveterie. Celui-ci, lorsqu’il apprit que la bête se dirigeait vers chez lui a décidé qu’il ne ferait pas de battue, mais qu’il tendrait des affûts. Il crut qu’une technique différente pouvait donner de meilleurs résultats. La bête avait tué trois moutons ce soir-là et, lorsque sa décision de tendre un piège à la bête fut rendue publique, les attaques de la bête cessèrent aussitôt. Nombreux sont ceux qui crurent que la Bête des Vosges n’était pas un animal sauvage, mais bien l’animal domestique d’un fou.


Huit autres attaques furent répertoriées durant le mois de mai jusqu’au début juin, en tout, 77 moutons furent tués durant cette seule période. Et soudain, les attaques cessèrent. Selon quelques chasseurs, la bête gagna l’Alsace où elle disparut complètement. Il eut plusieurs autres évènements similaires jusqu’en 1988. Plusieurs de ces attaques furent associées à la bête, à des loups ou à des chiens errants. Il est difficile, d’un point de vue historique, de découvrir si ces attaques, plus espacées, ont un réel lien avec l’histoire du monstre des Vosges.


Ceux qui ont aperçu la bête la décrivent comme ayant un pelage gris-jaunâtre ou rougeâtre, une taille imposante, la queue pendante et les oreilles bien droites. Elle pesait dans les soixante kilos et pouvait atteindre la vitesse de quatre-vingts kilomètres par heure. Le garde-chef Georgel disait que sa corpulence était proche de celle du berger-allemand, mais la jugea beaucoup plus puissante. Les nombreuses empreintes retrouvées mesuraient 80 mm sur 90, mais personne ne sut les identifier avec certitude, cependant, le poil retrouvé dans certains barbelés nous permettent d’affirmer que la bête était bien un canidé.


Le mystère entourant cette créature demeure entier. Nous ne savons même pas si ce n’est qu’une seule et même créature qui terrorisa la région pendant près de 11 ans…


Quelques années plus tard, en 1994, une louve fut affublée à nouveau du sobriquet de « Bête des Vosges ». Elle sévit pendant plusieurs mois, attaque des troupeaux, avant que sa dépouille soit retrouvée le 19 mai 1995. En 2011 arrive une nouvelle vague de morts suspectes, une nouvelle bête attaque les troupeaux de moutons dans les Vosges : dans le village de Ventron, 40 moutons sont retrouvés morts en moins d'un mois.


Le nom « La Bête des Vosges » a été repris pour baptiser une bière ambrée élaborée dans les Vosges.

 

Sources:

RONECKER, Jean-Paul, 2000, Animaux mystérieux. Collection
B.A.-BA, Pardès.
http://www.wikipedia.org et http://www.routard.com - Le dimanche 23 septembre 2007

 

Dark-Stories.com est partenaire avec Amazon.fr

Acheter depuis nos annonces ou notre boutique apporte un soutien financier au site, merci !

 

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=B001BSH1RA&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2748041836&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2844944191&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

{source}<iframe src="http://rcm-eu.amazon-adsystem.com/e/cm?t=darkstor-21&o=8&p=8&l=as1&asins=2812910380&ref=tf_til&fc1=FFFFFF&IS2=1&lt1=_blank&m=amazon&lc1=FFFFFF&bc1=000000&bg1=000000&f=ifr" style="width:120px;height:240px;" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" frameborder="0"></iframe>{/source}

L'histoire de la magie et de la sorcellerie


L'histoire de la magie et de la sorcellerie

La petite histoire qui se cache derrière toutes ces histoires...


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

En plus d'avoir une histoire, la sorcellerie est inséparable de l'Histoire. Chez tous les peuples, dans tous les pays, depuis le début de l'humanité elle accompagne les hommes. De tout temps liée à ce qui dépasse l'homme mortel, elle véhicule une quête propre à l'homme. Ajoutons à cela la constatation qu'elle est liée à énormément des événements importants, à certains types de gouvernements et aux religions. Le terme sorcellerie est encore plus délicat à définir que ceux de magie noire et magie blanche. De fait, on désigne par « sorcier » ou « sorcière » des personnages qui n'ont rien à voir les uns avec les autres. Originellement le mot « sorcier » signifie « diseur de sort ». Le mot « sort » tiré du latin « sortis » signifie au sens propre « tirage au sort » et par extension « consultation des Dieux ».

 

Encore par extension, le mot « sort » fut appliqué à de courtes formules de conjuration du type de celles utilisées par les guérisseurs, les jeteurs ou leveurs de sorts qui sont par définition des praticiens de la magie pneumatique. Toujours par extension, ce mot fut appliqué aux praticiens de la magie personnelle et de la magie naturelle en particulier quand leurs connaissances ou leurs pratiques étaient transmises comme des secrets de famille.

Avant le christianisme, les arts magiques ; divination, exorcisme, cérémonies propitiatoires, fabrication des talismans sont des fonctions du sacerdoce. À cette époque lorsque la magie est pratiquée par des non-prêtres ou des prêtres non chargés de cette besogne, elle est désignée par un mot différent que les archéologues traduisent en général par « sorcellerie ». Cette sorcellerie est suivant les endroits et les époques, soit tolérée, soit interdite, soit sévèrement réprimée. La plupart du temps, seules les oeuvres magiques destinées à nuire aux autres font l'objet de sanctions graves.
 
Mais avec l'arrivée du christianisme, l'Église considère que l'acte magique est impur, parce qu'il vise à « contraindre Dieu ». La magie devient une superstition parce que le praticien croit à une efficacité de la parole et du rite en soi.

 


Pendant ce temps dans les campagnes la sorcellerie continue d'exister et d'être pratiquée par des initiés souvent très discrets. La sorcellerie et la magie ne reculent pas durant l'apogée de l'ère chrétienne, mais ont continuent d'évoluer, parfois au sein même des églises.


La traque est partie à travers les campagnes : elle s'en prend plus volontiers au sexe féminin et est attisée lors de périodes obscures. La chasse aux sorcières bat son plein ! Les procès servent d'exutoires à des folies et des hostilités bien foncières. Les premiers procès pour sorcellerie sont apparus vers 1460 dans le comté d'Arras. A cette époque de nombreux notables et personnes respectables sont accusés de sorcellerie, après avoir été dénoncés par d'autres suspects. Cette vague d'arrestations a porté à la connaissance des citoyens de nouvelles pratiques religieuses, proches du satanisme.


La répression de la sorcellerie au XVe siècle a fonctionné par vagues successives, au gré des épidémies de peste dont on accusait les sorcières. Si au début de la chasse aux sorcières, seuls les tribunaux inquisitoriaux pouvaient condamner, les compétences se sont rapidement étendues aux tribunaux civils, plus sévères et cruels, laissant libre cours aux accusations les plus folles souvent basées sur des querelles de voisinage.


L'histoire de la chasse aux sorcières débute à Salem en 1692 avec l'arrivée du révérend Samuel Paris, de sa femme, sa fille (Elizabeth), sa nièce (Abigaïl Williams) . En janvier 1692, la soeur et la nièce du révérend Samuel Parris de « Salem Village » tombèrent malades. Leur état ne s'améliorant pas, le médecin du village, William Griggs, fut appelé. Celui-ci diagnostiqua un ensorcellement, provoquant par la suite les craintes et rumeurs qui conduisirent à la pendaison de dix-neuf hommes et femmes. Un homme fut également écrasé sous des pierres jusqu'à la mort s'en suive, plusieurs autres moururent en prison et beaucoup virent leur vie marquée à jamais.

Lors de la procédure inquisitoriale, c'est le juge qui avait le rôle le plus important. L'accusé quant à lui, devait prouver son innocence.


Naissance de la Sorcellerie



La sorcellerie et les sorciers ne datent pas d'hier. En effet, l'homme de la préhistoire cherchait déjà à comprendre et maitriser son environnement. Pour ce faire, il avait recours à des personnes qui possédaient un ou des dons particuliers. Ce furent les premiers sorciers, intermédiaires entre la tribu et l'Autre Monde ou la nature. Ces sorciers pouvaient, par différents moyens, favoriser la chasse, soigner et guérir les blessures et aider une âme à se rendre dans l'au-delà.


Avec le temps, l'homme a découvert d'autres systèmes et d'autres méthodes pour expliquer ce qui l'entoure. Nous sommes donc passés de l'animiste au polythéisme puis au monothéisme de même que de la guérison par les plantes à la médecine nucléaire. Certains ont refusé ces changements et ont préféré continuer d'évoluer dans leur voie et faire avancer celle-ci par la même occasion.


Il n'y a qu'à penser aux druides sous l'empire romain et aux sorcières du moyen âge. C'est grâce à ces gens que la sorcellerie n'est jamais complètement disparue. Ceci est une orientation possible, une des explications de l'origine de la sorcellerie. Il en existe une autre plus répandue chez les sceptiques...


Elle voudrait que la sorcellerie, telle que pratiquée aujourd'hui, soit le résultat de Gardner; une fumisterie. En effet, Gérard Gardner est né en 1884 près de Liverpool et il a connu de nombreuses activités avant de se proclamer magicien. Affranchi de toute convention, il était un naturiste convaincu et s'intéressa toute sa vie à la magie et aux sujets voisins. C'est-à-dire, le "petit peuple", les victimes de l'Inquisition et les cultes secrets de l'ancienne Égypte, de la Grèce et de Rome.


Il a appartenu un certain temps à L'Ordre Hermétique de la Golden Dawn et il suscita une grande agitation lorsqu'il déclara que les théories de Margaret Murray étaient exactes. Celles-ci voulaient que la sorcellerie ait été une religion et en soit toujours une. Gardner parlait en connaissance de cause puisqu'il se disait lui-même sorcier. Ces déclarations figurent dans "Witchcraft Today" ouvrage parut en 1954 et qui eu une importance capitale sur le renouveau de la sorcellerie. La publication d'un tel livre aurait été impensable avant 1951 date où les Witchcraft Acts de 1735, tombés en désuétude, furent abrogés par le Parlement Britanique. Les législateurs pensaient qu'après plus de 3 siècles de persécutions et 2 siècles de silence, la sorcellerie était bel et bien morte.


Quoiqu'elle puisse avoir été moribonde, Gardner affirme qu'il a été en contact avec la sorcellerie, Wicca, en 1939 date à laquelle il aurait été initié par une sorcière, elle-même descendante d'une longue lignée de sorcières. Selon cette théorie, la Wicca ne remonterait pas à la nuit des temps, mais serait plutôt une religion moderne reconstruite à partir de fragments de mythes, folklores et rituels qui ont survécurent plus ou moins intactes à l'oubli.

Maintenant, à vous de choisir votre théorie...ou d'en inventer une!

 

 

 

Auteur: Cristal Noir du défunt site Arts-Occultes.com - Lundi 20 Mars 2006

Le grimoire maudit de Ahriman


Le grimoire maudit de Ahriman

Le légendaire grimoire de Ahriman a-t-il sombré avec le titanic ?


{googleAds}<script type="text/javascript"><!--
google_ad_client = "ca-pub-4952430881658706";
/* DarkStories5-txt */
google_ad_slot = "1648215616";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->
</script>
<script type="text/javascript"
src="http://pagead2.googlesyndication.com/pagead/show_ads.js">
</script>{/googleAds}

 

Cela commence il y a fort longtemps, puisque nous sommes sans doute au IXe siècle. Où ? L’histoire ne le dit pas, mais probablement dans quelque pays enveloppé dans les brumes du nord ou de l’est. Allemagne ? Angleterre ? Hongrie peut-être, ou Pologne. En tout cas, il s’agit d’un pays qui croit aux sorcières, et qui les pourchasse avec férocité.

Une sorcière… Comment se nommait-elle ? On l’ignore aussi. Ahriman, peut-être… Elle a été confondue, jugée, condamnée, brûlée. Brûlée en partie seulement, car quelqu’un – un autre sorcier ? – s’est approché après le supplice du bûcher auquel les restes de la sorcière, noircis par les flammes, pendaient encore.

 

Cette personne décroche le corps de la femme martyrisée et emporte le cadavre, dont le visage calciné montre encore une expression terrifiante de haine et de douleur. Il l’emmène chez lui. Que veut-il en faire ? On n’ose y songer…

Des années plus tard apparaît sur le marché un livre d’aspect sinistre, noirci comme par les flammes d’un bûcher. Quand on l’ouvre, on lit sur les premières pages parcheminées : Grimoire d’Ahriman. Les caractères sont gothiques et le texte est tout entier consacré à des recettes de magie noire. Certains disent que le livre, feuillets et couverture, est entièrement fait de peau humaine : la peau de la sorcière suppliciée. Pour l’instant, nous sommes encore au tout début du IXe siècle, car c’est le couronnement de Charlemagne, à Aix-la-Chapelle. Un magistrat de la ville, dit la légende, offre le volume inquiétant au nouvel empereur. Ses intentions sont-elles amicales, ou hostiles ? Quand on connaît la suite de l’histoire, on ne se pose plus la question.


 

On raconte que ce livre, cadeau précieux, fut exposé plus tard dans une vitrine fermée. Mais, un matin, on eut la surprise de retrouver le grimoire sur le sol. La vitrine était brisée. Quelqu’un commente :

« On dirait que ce livre maudit a cherché à s’échapper, qu’il a cassé la vitrine de l’intérieur. De toute manière, la salle est hermétiquement close, et absolument personne ne peut y pénétrer pendant la nuit. »

On juge plus prudent d’enfermer l’ouvrage noirci dans une armoire de fer. Quelques jours plus tard, celle-ci est découverte, forcée par une main inconnue : quelqu’un s’est emparé du Grimoire d’Ahriman, et uniquement de cet ouvrage. On perd ensuite la trace du livre pendant de longues années.

Il réapparaît, un peu plus noirci encore, quand, des siècles plus tard, la maison d’un brocanteur brûle de fond en comble. Déjà, on peut se demander d’où il tenait le dangereux écrit. Et si les propriétaires successifs avaient ou non souffert de le détenir… Peut-être connaissaient-ils le mode d’emploi ? Peut-être étaient-ils, eux aussi, sorciers et nécromants, héritiers de la sorcière ?

Nous arrivons en 1566, et c’est chez un diamantaire juif d’Amsterdam qu’on retrouve le manuscrit. Cet homme, selon la rumeur publique, possède le grimoire. Et le diamantaire, qui est du genre bavard, raconte une étrange histoire : « J’ai voulu nettoyer mon grimoire. La reliure était toute maculée de fumée. Mais à peine avais-je commencé à le frotter, que le livre se soit échappé de mes mains et qu’il ait littéralement plongé dans une cuve d’eau qui était devant moi. Cette eau, qui l’instant d’avant était toute fraîche, s’est mise à bouillonner… Incroyable ! ». En tout cas, le diamantaire bavard a sans doute ravivé la malédiction en parlant à tort et à travers, car, un peu plus tard, un malfaiteur s’introduit chez lui, le frappe et le laisse à moitié mort. Quand il reprend ses esprits, il s’aperçoit qu’on lui a dérobé… le grimoire.

Pendant deux siècles, le dangereux ouvrage demeure dans un oubli de bon aloi. Jusqu’au jour où, à Prague, ville de sorciers et de nécromants s’il en est, deux frères héritent du grimoire. On le sait, car ils s’en disputent la propriété et leur querelle devient publique. Ils se disputent à tel point qu’ils n’hésitent pas – nous sommes au XVIIIe siècle – à se défier en duel. Et l’un des deux frères tue l’autre. Le vainqueur emporte le manuscrit chez lui, dans la célèbre rue des Alchimistes. Le lendemain, les habitants de la rue font la chaîne et dressent des échelles pour essayer de maîtriser l’incendie qui ravage sa maison. On craint que le sinistre ne se propage à tout le quartier.

En tout cas, le grimoire maléfique ne disparaît pas tout à fait puisqu’on en retrouve la trace au début du XXe siècle. Dans un endroit bien différent, puisqu’il s’agit rien moins que des registres de la célèbre compagnie d’assurances Lloyds.

Un passager célèbre a éprouvé le besoin de faire assurer ses bagages avant un voyage transatlantique. Comme il est milliardaire, on peut comprendre qu’il ait des objets de valeur, des bijoux. Mais il fait assurer tout particulièrement le Grimoire d’Ahriman, qui est parvenu jusqu’à lui. Par quel truchement ? On l’ignore.
Le milliardaire se nomme John J. Astor, et le bateau qu’il emprunte pour traverser l’Atlantique n’est autre que le Titanic, que l’on disait insubmersible…

L’orgueilleux paquebot, heurté par un iceberg, disparaît dans les flots glacés avec 1513 passagers, Astor et son grimoire qui depuis, Dieu merci, ne s’est plus manifesté.

 

 

 

Auteur: Pierre Bellemare, Possession - Jeudi 5 Avril 2007
Reproduction totale ou partielle interdite sur quelque support que ce soit sans l'autorisation de l'auteur.

Quelques histoires sélectionnées au hasard


Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Les nouvelles histoires:


Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 582

Warning: preg_replace(): The /e modifier is no longer supported, use preg_replace_callback instead in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/filter/filterinput.php on line 584

Réseaux Sociaux:


Dark Stories est sur Twitter !

Histoires et récits insolites et macabres

Newsletter - Inscription


Warning: Declaration of JParameter::loadSetupFile($path) should be compatible with JRegistry::loadSetupFile() in /homepages/31/d132716469/htdocs/libraries/joomla/html/parameter.php on line 431

Informations supplémentaires:


À propos de Dark Stories
Connexion
Liens et partenaires
Mentions légales
Écrire au webmestre